Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le Brésil à l’aube du troisième millénaire

 | 
Martine Droulers

Avant-propos

Jean Revel-Mouroz

Texte intégral

1Le 23 février 1990 le CREDAL a organisé une table ronde sur le thème « Le Brésil à l’aube du troisième millénaire, bilan, tendances et perspectives » qui rassemblait des économistes (Jacques Adda, Ignacy Sachs) des sociologues (Nadya Castro, Christian Gros, Antonio Sergio Guimarães, Tania Franco, Daniel Pécaut), des géographes (Bernard Bret, Martine Droulers, Pernette Grandjean, Hélène Rivière d’Arc) ainsi que des spécialistes des sciences administratives (Tania Fischer) et de la communication (Philippe Henriot).

2Les participants entendaient poursuivre une réflexion sur les mutations de la société brésilienne à un moment où l’élection du Président Fernando Collor de Mello produisait un électrochoc sur l’opinion publique, qu’amplifiaient quelques semaines plus tard les premières mesures de son gouvernement (dévaluation, gel des comptes bancaires, licenciements de fonctionnaires...).

  • 1 cf. Programme du colloque franco-brésilien en sciences sociales organisé par le CNRS et le CNPQ sur (...)

3L’objectif était de participer à un vaste débat scientifique qui se développait au Brésil même dans un champ plus politique où l’intelligentsia nationale et le Congrès national confrontaient leurs analyses et propositions pour sortir de la crise économique, politique et sociale. Déjà en avril 1989 un colloque franco-brésilien coordonné par Daniel Pécaut avait suscité une réflexion comparative sur les divers aspects de « crise et de modernisation » (en France et au Brésil) : « qui ont conduit dans les dernières années à des mutations dans les formes de représentation sociale ou politique, dans les modes de régulation socio-économique, dans la structuration des acteurs sociaux »1. Les questions de la citoyenneté, des transformations de l’espace politique et de la problématique démocratique y avaient été plus particulièrement abordées.

  • 2 cf. Julio Mourão. « Precisamos completar nossa integração com o primeiro mundo », dans As Perspecti (...)

4La table ronde du CREDAL, tenue presqu’une année plus tard, a permis de faire le point sur l’évolution de la situation politique, mais aussi de reconsidérer les perspectives économiques, démographiques, de développement régional, de transformation du milieu rural et urbain. A son échelle - modeste - il se veut un écho de ce : « moment intense de réévaluation de la perception que la société brésilienne a d’elle-même »2.

5Le présent ouvrage ne reprend pas la totalité des communications faites lors de cette réunion et inclut un texte plus récent qui intègre les premières perspectives de changement issues du Plan Collor (Zantman). Il est aussi le produit scientifique d’une coopération franco-brésilienne menée dans le cadre d’un accord CAPES-COFECUB unissant l’IHEAL aux Universités fédérales de Pernambouc et de Bahia. Toutes les questions fondamentales n’ont pas été traitées, mais toutes sont présentes en arrière-plan de nos interrogations, en particulier celles du processus de démocratisation et de la crise de l’Etat.

  • 3 Daniel Pécaut., Exposé à la Table Ronde du 23 février. 1990.

6Daniel Pécaut a souligné que la « transition » a pris une forme conservatrice avec la mise en place d’un système de négociation et de conciliation traditionnel (toutefois plus large que ce qui était prévu au départ), que le gouvernement Sarney était revenu à des modes de gestion et manipulation politique de type classique et que la scène politique a eu un fonctionnement complètement isolé des enjeux formulés dans les mobilisations sociales. La crise est liée à deux évènements précis où l’ensemble du personnel politique associé au pouvoir a échoué : le Plan Cruzado et son échec, et la conception de la Constitution. « N’était-ce pas une gageure en 1987 et 1988, alors que le pouvoir connaissait déjà une usure, que de mobiliser l’opinion publique autour d’un enjeu institutionnel, la Constituante, comme si cela allait avoir un impact sur la vie des gens ? »3

  • 4 Helio Jaguaribe, « Sortir de la crise, les conditions de la réussite » dans: Géopolitique, Revue de (...)

7A la veille de l’élection présidentielle de 1990, Helio Jaguaribe écrivait : « La crise de l’Etat, celle du système politique et des partis, sont en partie liées à ce dualisme de notre société. Après avoir construit, des années 40 aux années 70, l’Etat le plus moderne du tiers monde, le Brésil est entré dans une phase où son système de gouvernement s’est dégradé de façon vertigineuse. L’Etat brésilien est aujourd’hui insolvable, incompétent et corrompu. Il se révèle incapable d’innover en matière de politiques plus complexes comme l’ont bien montré les échecs successifs des plans  "Cruzado", "Bresser" et "Verão" »4.

  • 5 cf. note 2.

8La question des conditions nécessaires pour que le Brésil puisse conforter son statut de nouveau pays industriel est omniprésente ; pour Julio Mourão : « aujourd’hui le Brésil a déjà une économie capitaliste construite sur les modèles occidentaux...une série d’indicateurs démontre l’accès de la population a des biens modernes, ce qui montre qu’il existe déjà une consommation de masse relative... aujourd’hui nous avons une industrie qui est en condition d’être compétitive dans l’économie mondiale... Nous ne sommes plus un pays avec les caractéristiques du Tiers Monde ; nous avons besoin d’achever notre intégration au Premier Monde »5. Ce volontarisme, presque une profession de foi, réfute le scénario de la résignation et de la stagnation, au bénéfice d’un scénario d’espoir, où, après un ajustement économique en 90 et 91 la reprise serait au rendez-vous de 1992.

  • 6 cf. Enrique Iglesias « A crise da America latina no contexto das transformações economicas mundiais (...)

9Pourtant le cadre international n’est pas des plus favorables ; le Brésil, l’Amérique latine en général ne semblent guère faire partie des priorités mondiales. Pour le président de la BID il est clair que « dans un monde où il y aura beaucoup plus de partenaires que dans le passé...la situation de l’Amérique latine va être celle d’une concurrence toujours plus forte. Ce qui importe alors c’est la capacité de compétition de la région, sa capacité à augmenter son efficacité avec le changement technologique. Le Monde sera beaucoup plus difficile dans les années à venir pour cette zone »6.

10Le Brésil doit répondre au défi de la compétitivité sans compter sur la solidarité internationale  ni sur des solutions externes du type de celles que peut encore escompter le Mexique en raison de sa place dans la géopolitique nord-américaine.

11Le Brésil doit accepter cinq défis :

  1. le défi technologique : création d’un nouveau réseau d’entreprises et nécessité d’une politique industrielle ;

  2. le défi politique : construire une jeune démocratie avec un système de medias déresponsabilisant ;

  3. le défi social ;

  4. le défi écologique : nécessité d’un éco-développement (en particulier en Amazonie) ;

    • 7 cf. l’exposé de Jacques Marcovitch au séminaire du GRESAL sur les pôles et îlots de modernisation a (...)

    le défi économique : inflation et réduction de la dette7.

  • 8 cf. Discours du Président Fernando Collor lors de la cérémonie de passation des pouvoirs au Congrès (...)

12Face à ces défis, une orientation majeure du Président Collor reste la diversification des relations politiques et économiques du Brésil, comme en témoignent ses déplacements en Europe et au Japon. « Je crois que l’unification communautaire prévue pour 1992 ne comportera pas un profil d’exclusion ; quant à nous, ainsi que je l’ai dit à plusieurs gouvernants européens au cours de mon périple de Président élu, nous nous efforcerons d’exploiter toutes les potentialités que la nouvelle dynamique de la communauté pourra apporter en termes de commerce, de capitaux et de technologie »8.

  • 9 cf. note 6.

13Le futur du Brésil et de l’Amérique latine dépendent fortement de leur insertion internationale, et la question de l’intégration dans des formes nouvelles (conçue pour améliorer la capacité de compétition), face au propositions du Président Bush pour l’Amérique latine, est plus que jamais à l’ordre du jour, comme en témoigne la récente réunion du groupe de Rio en octobre 1990 : « Si l’Amérique latine pouvait réaliser véritablement une intégration de l’Argentine et du Brésil, le futur de son insertion internationale dans le monde serait complétement différent »9.

Notes

1 cf. Programme du colloque franco-brésilien en sciences sociales organisé par le CNRS et le CNPQ sur le thème « Crises et modernisation » .avril 1990.

2 cf. Julio Mourão. « Precisamos completar nossa integração com o primeiro mundo », dans As Perspectivas do Brasil e o Novo Governo. Forum Nacional. Coordination João Paulo dos Reis Velloso. São Paulo, Nobel,1990 p . 146.

3 Daniel Pécaut., Exposé à la Table Ronde du 23 février. 1990.

4 Helio Jaguaribe, « Sortir de la crise, les conditions de la réussite » dans: Géopolitique, Revue de l’Institut international de Géopolitique, hiver 1989-1990 p.48.

5 cf. note 2.

6 cf. Enrique Iglesias « A crise da America latina no contexto das transformações economicas mundiais » dans As Perspectivas do Brasil e o Novo Governo, Forum Nacional. Coordination João Paulo dos Reis Velloso, São Paulo, Nobel, 1990.

7 cf. l’exposé de Jacques Marcovitch au séminaire du GRESAL sur les pôles et îlots de modernisation au Brésil. Grenoble 6/2/90.

8 cf. Discours du Président Fernando Collor lors de la cérémonie de passation des pouvoirs au Congrès National à Brasilia, 15 mars 1990. « Fernando Collor : Un nouveau Brésil », Brésil Passionnément, Ambassade du Brésil à Paris. Juin 1990.

9 cf. note 6.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1990

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540