Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Troisième partie. De nouvelles dynamiques spatiales

Chapitre 9. L'industrie pétrolière au Venezuela : rupture, conflits et gestion des espaces côtiers1

Didier Ramousse

Résumé

Résumé
Longtemps dévolu à des activités agro-exportatrices, le littoral vénézuélien a été complètement transformé par la croissance rapide et souvent mal contrôlée de l'industrie pétrolière, à partir des années 1930. La façade caraïbe, plus particulièrement autour du lac de Maracaibo, est devenue la région la plus dynamique et la plus prospère du pays, tandis que les populations rurales venaient s'entasser dans les villes côtières. Pourtant, le développement économique du littoral pose de nombreux problèmes : accroissement des inégalités régionales, concurrence avec les autres activités liées à la mer (pêche, tourisme), dégradation de l'environnement... C'est pourquoi il apparaît nécessaire d'envisager dans cette région une nouvelle politique d'aménagement de l'espace.

Resumen
Limitado durante mucho tiempo a actividades agro-exportadoras, el litoral venezolano ha sido completamente transformado por el crecimiento acelerado y mal controlado de las indústrias petroleras, a partir de los años 30. La zona del caribe, particularmente alrededor del lago de Maracaíbo, volvió a ser la región más dinámica y más próspera del país, mientras que muchos campesinos migraban hacia las ciudades costeras. Sin embargo, el desarrollo económico de las costas lleva consigo un sín número de problemas : auge de las disparidades regionales, competencia con otras actividades relaciona-das con el mar (pesca, turismo), deterioro del medio ambiente... Es asi como parece nece-sario idear para esta zona una nueva politica de ordenamiento territorial.

Texte intégral

  • 1 Pour informations complémentaires se reporter à : Stratégies d'industrialisation, organisation de (...)
  • * Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, CREDAL

1Note portant sur l’auteur*

« À Maracaibo, Venezuela, là où aujourd'hui se trouve un supermarché ultramoderne, il y avait alors une boutique d'objets étranges, inquiétants même... »
Hugo Pratt, Corto toujours un peu plus loin.

Photographie n°10 ; Le port de La Guaira (Venezuela) en 1977. Créé de manière spontanée au xvie siècle, le port de La Guaira a largement profité, au xxe siècle, du développement économique vénézuélien fondé sur l'industrie pétrolière qui a connu son apogée au début des années 1970. Sur ce cliché daté de 1977, on voit que la ville commence à empiéter sur la chaîne côtière. Les installations portuaires font désormais partie de l'aire métropolitaine de Caracas (cliché A. Bride-Collin Delavaud).

  • 2 Cette préoccupation a été clairement exprimée par le Président Luis Herrera Campins qui a défini l (...)

2Arrimé à la cordillère andine et au bouclier guyanais, le Venezuela dispose d'une longue façade maritime ourlant la mer des Caraïbes, ainsi que d'une fenêtre ouverte sur l'Atlantique au débouché de l'Orénoque. De la péninsule de la Guajira jusqu'aux confins du Guayana, les deux tiers de la population sont regroupés sur quelques îles et sur une bande de terre représentant environ 10 % du territoire national, si l'on y incorpore les rivages du lac de Maracaibo et du delta de l'Orénoque qui communiquent avec la mer. L'extension des côtes vénézuéliennes sur 4 000 km permet le contrôle d'une Zone Économique Exclusive (ZEE) d'environ 800 000 km2, dont la projection vers le large est seulement limitée au niveau des Antilles néerlandaises et de Trinidad & Tobago. La diversité des paysages et des ressources de l'espace littoral recèle de nombreuses potentialités, à mettre en relation avec une vocation maritime tardive que le Venezuela a surtout affirmée au xxe siècle2. Cela s'est traduit par l'aménagement de plusieurs ports, par la constitution d'une flotte marchande et d'une flotte de pêche, ainsi que par la consolidation de routes maritimes utilisées pour les flux d'exportation et d'importation. Mais l'exploitation des fabuleuses ressources du pays en hydrocarbures, onshore et offshore, a largement éclipsé et parfois entravé la mise en valeur de son potentiel halieutique et touristique.

3En même temps que le Venezuela passait du statut de périphérie délaissée à celui de périphérie intégrée, son organisation territoriale a subi de plus en plus l'attraction exercée par les villes et le littoral. Comme le souligne J. Brisseau-Loaiza (1991 : 237), le Venezuela pétrolier est essentiellement urbain - l'exploitation pétrolière ayant fait surgir ou consolidé des agglomérations sur les bords du lac de Maracaibo et sur le littoral nord-oriental, tandis que l'investissement de la rente pétrolière dans des travaux d'urbanisme, la création d'usines ou de services profitaient surtout à la capitale et aux villes du littoral central (Puerto Cabello, Valencia et Maracay). Parallèlement, le rôle d'interface du littoral s'est trouvé renforcé. Dès l'époque coloniale, le peuplement et la mise en valeur du territoire se déployèrent à partir des ports de La Guaira et de Puerto Cabello, dont le développement fut temporairement relégué au second plan par celui de Maracaibo au xixe siècle. Bien que l'espace oriental soit resté assez longtemps inorganisé, chaque point d'ancrage portuaire a engendré des zones d'influence façonnées par les fonctions agro-exportatrices, puis remodelées par l'essor des activités liées à l'exploitation des hydrocarbures.

4Compte tenu de la diversité des options de développement offertes par les milieux littoraux, face à l'hégémonie pétrolière que les compagnies étrangères et l'État vénézuélien ont finalement imposée au prix de bouleversements considérables pour la société et pour les écosystèmes, il semble indispensable de préciser la stratégie qui sous-tend l'implantation de complexes énergétiques et industriels à proximité de la mer, en envisageant leur impact sur les côtes du Zulia et du Nord-Est du pays. Il conviendra alors de se demander si la prise en compte des intérêts locaux et des dommages causés à l'environnement peut déboucher sur une nouvelle approche de la gestion des espaces littoraux au Venezuela.

LE MILIEU LITTORAL FACE AUX BOULEVERSEMENTS LIÉS À L'ESSOR DE L'EXPLOITATION PÉTROLIÈRE

5L'essor de l'exploitation des hydrocarbures a introduit des changements fondamentaux dans l'économie et la société vénézuélienne, avec des répercussions sur l'organisation de l'espace, de telle sorte qu'au début des années 1920 l'aube se lève sur un nouveau pays : le prototype même de l'État pétrolier, puisque de 1928 à 1970 le Venezuela s'est affirmé comme le premier exportateur mondial de pétrole. On peut y voir une rupture essentielle dans la mesure où le pays était en 1920 un pays profondément rural, submergé par la misère et exposé aux variations du cours des denrées agricoles qui constituaient son unique richesse. Les régions littorales, où les principales villes portuaires étaient animées par des maisons de commerce rayonnant sur des hinterlands plus ou moins étendus, regroupaient déjà une grande partie de la population. Mais le désenclavement des zones côtières et la valorisation de leurs richesses demeuraient embryonnaires, tandis que l'occupation du territoire apparaissait de plus en plus discontinue vers l'intérieur. Dans ces conditions, en quoi l'onde de choc pétrolière a-t-elle affecté spécialement les littoraux vénézuéliens - contribuant à l'émergence de nouveaux foyers d'activité tout en bloquant le développement de certaines potentialités ?

Potentialités du milieu littoral vénézuélien

6Depuis l'époque précolombienne, les habitants des côtes vénézuéliennes ont maintenu un lien constant avec la mer pour leur subsistance, le transport et le commerce avec d'autres peuples. Le peuplement initial des îles caraïbes résulte ainsi de migrations ayant leur origine dans le bassin de l'Orénoque (Arawaks, Caraïbes). Puis, dans le sillage des grandes découvertes, les colonisateurs européens ont fondé sur le littoral les ports qui ont servi de relais à l'influence de la métropole. C'est encore par la voie maritime que sont entrés les idées des Lumières et les projets politiques ayant inspiré les principaux acteurs des guerres de Libération. Cependant, la vocation maritime du Venezuela s'est éveillée tardivement, en même temps que l'évolution du droit de la mer lui ouvrait de nouvelles perspectives pour se projeter dans le domaine océanique et tirer profit de ses richesses. Le pays a d'abord obtenu la reconnaissance de sa souveraineté sur la zone des 12 milles nautiques en 1956, avant d'exercer ses droits sur les 200 milles de la Zone Économique Exclusive en vertu d'une loi promulguée en 1978. Le gouvernement vénézuélien s'est alors préoccupé de conclure des accords de délimitation des espaces maritimes avec les pays riverains de la mer des Caraïbes, mais cela n'a pas toujours été possible.

  • 3 On enregistre aussi, dans une moindre mesure, l'expansion de certaines zones littorales et insulai (...)

7Il existe en particulier un différend territorial non résolu avec la Colombie au sujet du Golfe du Venezuela, une zone potentiellement riche en hydrocarbures. On comprend alors l'importance accordée par les autorités vénézuéliennes à l'affirmation de leur souveraineté sur certaines îles (archipel de Los Monjes, îles d'Aves...), dont le contrôle conditionne l'exercice de leurs prérogatives sur une ZEE d'environ 560 000 km2 dans la mer des Caraïbes et de quelque 300 000 km2 dans l'océan Atlantique (en y incorporant la projection maritime du Guayana Esequiba, toujours revendiquée par le Venezuela). Une grande attention est accordée à l'expansion naturelle du delta de l'Orénoque, où l'accumulation de dépôts sédimentaires due à l'action combinée du fleuve et du courant nord-équatorial contribue à la croissance des territoires insulaires et à la formation de nouvelles îles. Non seulement ce débouché océanique est déterminant pour l'articulation de l'axe fluvial Apure/Orénoque avec les principales routes transatlantiques, mais le Venezuela pourrait en profiter pour revendiquer une ZEE plus étendue. D'ailleurs, les autorités ont déjà manifesté leur volonté d'étendre leur juridiction au-delà de la limite des 200 milles marins, dans un secteur géographique où la plate-forme continentale recèle de nombreuses ressources3.

8Les ressources paysagères du littoral vénézuélien présentaient à l'origine un indéniable potentiel pour le développement touristique. Avec 2 813 km de côtes continentales auxquelles s'ajoutent encore les rivages de quelques 314 îles, récifs ou îlots, le pays dispose de la plus longue façade sur la mer des Caraïbes, ce qui laisse un peu rêveur (figure n° 23) ! Il s'agit de littoraux assez contrastés, qui s'étendent depuis la péninsule de la Guajira, aux confins de la Colombie, jusqu'au promontoire rocheux de Paria, dont les versants abrupts sont recouverts de forêts relativement humides. À quelques milles au large de la péninsule aride d'Araya, l'île de Margarita est le plus vaste et le plus peuplé des territoires insulaires du Venezuela. Des portions de côtes rocheuses alternent avec des plages entre le golfe de Cariaco et Puerto la Cruz, tandis que des cordons sableux séparent la mer des lagunes qui s'égrènent sur le littoral de Tacarigua à l'embouchure du fleuve Unare (secteur de Barlovento). L'imposante muraille de la cordillère côtière se dresse ensuite au niveau du littoral central. En face, à environ 160 km du port de La Guaira, l'archipel de Los Roques constitue un magnifique atoll corallien. Plus à l'ouest, la mangrove a colonisé les cayes situées sur la bordure septentrionale du golfe Triste. De nombreuses plages se succèdent au nord de l'État de Falcon où l'isthme de la péninsule de Paraguana, avec ses champs de dunes et de cactus, rappelle certains rivages désertiques. L'aridité est aussi très marquée sur les côtes basses du golfe du Venezuela, relié par un étroit goulet à la dépression du lac de Maracaibo - en grande partie défigurée par l'exploitation pétrolière. Des menaces identiques pèsent sur le littoral Atlantique, le golfe de Paria et le delta de l'Orénoque constituant une façade d'un millier de kilomètres où s'étend la plus vaste mangrove du Venezuela.

Figure n° 23 – Potentialités du littoral vénézuélien

Figure n° 23 – Potentialités du littoral vénézuélien

9Le littoral vénézuélien offre également les ressources traditionnelles de la mer : poissons, crustacés, mollusques, sel marin, etc. Si les possibilités de la pêche sont mieux exploitées depuis quelques années, l'aquaculture en est encore au stade expérimental. Les captures ont été multipliées par quatre depuis 1970, passant de 140 000 à plus de 500 000 tonnes par an en 1995. Le potentiel halieutique du Venezuela est conditionné par les caractéristiques des eaux tropicales, où la diversité spécifique l'emporte sur la richesse quantitative en poissons. Environ 21 % des prises sont prélevées dans la zone de pêche occidentale (États de Zulia et de Falcon), qui bénéficie d'un enrichissement des eaux littorales par les nutriments apportés par les fleuves alimentant le lac de Maracaibo. La principale flotte de pêche industrielle du pays est basée dans ce secteur, 200 à 250 chalutiers opérant à partir de Punto Fijo et de quelques ports spécialisés - comme le complexe crevettier d'Avencasa à Carirubana. Outre le poisson frais, diverses variétés de crustacés sont capturées dans le golfe du Venezuela et dans le lac de Maracaibo, ainsi qu'au large de la péninsule de Paraguana.

10La moindre richesse des eaux du littoral central s'explique par la faible extension de la plate-forme continentale au pied de la cordillère côtière, alors que les lagunes situées dans le secteur de Barlovento présentent des caractéristiques hydrologiques, climatiques et biologiques favorables à la reproduction de nombreuses espèces. Si la zone de pêche centrale ne fournit que 4 % du poissons frais, La Guaira est toutefois le port d'attache d'une flotte thonière assez importante. L'essentiel des prises provient du secteur oriental (environ 75 % des captures), dont la richesse biologique est liée à l'extension de la plate-forme continentale et au brassage des eaux de l'Orénoque avec le courant nord-équatorial. Du poisson frais est débarqué à Cumana et à Guanta, tandis que le port de Guiria avec ses installations de transformation, conservation et congélation, s'est imposé comme base d'opération pour la flotte de pêche vénézuélienne dans l'Atlantique et comme escale pour les flottes étrangères.

11L'accroissement non planifié des captures, dans le cadre d'une utilisation assez conflictuelle de l'espace maritime, s'est traduit par une compétition accrue entre la pêche artisanale et les flottes de pêche industrielle, à l'origine d'un épuisement des ressources en sardines et en crevettes dans certaines zones côtières des Edos Zulia, Falcon, Sucre et de l'île de Margarita. Cela a poussé le Venezuela à intensifier les prélèvements de plusieurs espèces dans les secteurs encore mal connus de sa ZEE et à multiplier les incursions en haute mer (Atlantique, Pacifique), dans le sillage des unités de gros tonnage mises en service au cours des années 1980 pour la pêche au thon. L'existence de lagunes et de vastes étendues de mangrove à forte productivité primaire constitue par ailleurs un terrain propice pour le développement de l'aquaculture (moules, crevettes), à condition de contrôler les conditions d'exploitation pour éviter des catastrophes écologiques semblables à celles constatées en Asie du Sud-Est.

12Parmi les ressources traditionnelles de la mer, le sel pourrait être exploité à plus grande échelle dans la mesure où les côtes arides de la mer des Caraïbes, à l'ouest et au nord-est du Venezuela, bénéficient d'une forte irradiation solaire. Mais, à la fin des années 1980, le monopole d'État sur l'exploitation du sel (Ensal) et la faiblesse des investissements avaient entraîné une stagnation de la production. Encore aujourd'hui seuls certains sites font l'objet d'une mise en valeur intensive (70 % du sel brut et raffiné provient de la péninsule d'Araya), bien que la suppression du monopole ait permis la création d'une entreprise mixte (Produsal) implantée dans les Edos Zulia et Falcon. Si la production actuelle est suffisante pour satisfaire la demande intérieure, des possibilités de développement existent en relation avec l'essor de l'industrie pétrochimique et chimique ou en vue de l'exportation.

L'essor pétrolier du Venezuela

13Sans revenir en détail sur les différentes étapes de l'épopée pétrolière du Venezuela, il est indispensable de fournir quelques points de repère pour définir les contours du nouveau cadre dans lequel l'économie du pays s'est inscrite au xxème siècle. En effet, sur les marges pré-continentales comme sur la terre ferme, la principale richesse du Venezuela est constituée par de fabuleuses réserves d'hydrocarbures. Les réserves conventionnelles de pétrole s'élèvent à plus de 60 milliards de barils (sixième rang mondial). Si l'on y ajoute celles de la ceinture bitumineuse de l'Orénoque qui ont déjà été quantifiées (environ 270 milliards de barils), elles se situent juste au-dessous des réserves de l'Arabie Saoudite. L'augmentation de la part des pétroles lourds et extra lourds explique un rendement décroissant de la production, mais les conditions d'exploitation des nouveaux gisements de gaz découverts au nord-est du pays apparaissent particulièrement avantageuses.

14L'essor de l'industrie pétrolière a été favorisé au Venezuela par un accès plutôt aisé aux ressources d'hydrocarbures, dont une part non négligeable se trouve près du littoral. L'exploitation du pétrole dans le bassin de Maracaibo s'est développée sous les eaux du lac dès la première moitié du xxème siècle, bien avant que l'exploration offshore ouvre de nouvelles perspectives. D'abord menée de façon intermittente par les compagnies étrangères, sans guère de résultats, une exploration plus systématique de la plate-forme continentale a été entreprise par Petroleos de Venezuela (PDVSA) après la nationalisation de l'industrie et du commerce des hydrocarbures en 1975. Ces recherches ont révélé, au cours de la décennie suivante, l'existence d'importantes réserves de gaz naturel au Nord de la péninsule de Paria et à l'intérieur du golfe de Paria. Du pétrole léger est aussi présent en moindre quantité dans cette zone. D'autres forages exploratoires ont donné des résultats encourageants dans le golfe du Venezuela et à l'est de la péninsule de Paraguana. Tout au long du xxe siècle, une priorité absolue a été donnée à l'exploitation des hydrocarbures, ce qui n'a pas été sans répercussion sur les littoraux vénézuéliens où d'autres potentialités de développement ont été négligées, voire étouffées par l'activité dominante lorsqu'elles étaient en concurrence avec elle.

  • 4 C'est à la fin du siècle précédent que la première goutte de pétrole a été extraite du sous-sol pa (...)

15L'épopée a véritablement débuté dans le bassin de Maracaibo (État de Zulia), où l'éruption du puits Los Barrosos a scellé en 1922 le destin du Venezuela comme pays pétrolier en révélant les immenses réserves de la côte orientale du lac de Maracaibo (7 % de la production mondiale en 1970 et encore plus de 75 % de la production nationale en 1995)4. La seconde région pétrolière englobant les États d'Anzoategui, Monagas et Guarico, dans le bassin de l'Orénoque, s'est affirmée dès 1928 avec la découverte du gisement de Quiriquire au nord du Monagas. Elle assure aujourd'hui plus de 20 % de la production nationale et représente à la fois l'avenir pétrolier et gazier du Venezuela. La production a connu une augmentation constante jusqu'en 1970, année record au cours de laquelle 1 353 millions de barils ont été extraits du sous-sol, puis la politique de désinvestissement des compagnies étrangères et la crise mondiale ont commencé à faire sentir leurs effets, avant que PDVSA ne renoue avec une politique volontariste d'expansion au début des années 1990. L'essor de l'exploitation pétrolière a changé le cours de l'histoire du pays qui est entré dans une phase de déséquilibres, caractérisée par la déliquescence de l'ancien système agro-exportateur et une accélération des transformations socio-économiques, sous l'impulsion de revenus en forte croissance qui se sont peu à peu insinués dans tous les interstices de la vie nationale.

Le pétrole et l'organisation de l'espace vénézuélien

  • 5 Avec l'appropriation progressive de la rente pétrolière par l'État vénézuélien, qui a culminé lors (...)

16La première conséquence du développement des activités pétrolières a été de mettre en mouvement de forts contingents de population en direction des zones de production et des principales concentrations urbaines. Ces migrations massives ont dangereusement affaibli certaines régions rurales et favorisé le peuplement de plaines presque vides d'hommes, en y faisant apparaître des paysages entièrement nouveaux (Marchand, 1971). Parallèlement, le Venezuela a connu un vertigineux processus d'urbanisation, puisqu'on y dénombre 85 % de la population totale dans des agglomérations de plus de 2 500 habitants, contre 25 % seulement en 1920 ! L'irruption du capital pétrolier a en outre engendré des déséquilibres socio-économiques et un autre mode de fonctionnement de l'État vénézuélien. On a assisté au déclin de l'influence des anciennes maisons de commerce qui contrôlaient l'exportation des produits agricoles, tandis que le pouvoir local des grands propriétaires fonciers à l'origine du caudillisme militaire était ébranlé par l'arrivée des compagnies pétrolières. En investissant l'espace vénézuélien celles-ci ont renforcé indirectement l'autorité du pouvoir central dans la mesure où, suite à l'accord intervenu entre l'État et le capital étranger, la contrepartie du découpage territorial en concessions pétrolières a été le développement du réseau routier et la centralisation des structures politico-administratives5.

17L'organisation du territoire vénézuélien a été modelée depuis sa colonisation par un ensemble de facteurs politiques, économiques et socio-culturels. L'essor de l'exploitation pétrolière et l'émergence d'un État moderne aux tendances rentières et centralisatrices ont contribué, de façon décisive, à fixer l'espace national dans sa configuration actuelle. Cela s'est traduit par des différenciations accrues sur le plan spatial entre le centre et les périphéries, avec une aggravation des déséquilibres économiques et sociaux. Les zones littorales urbanisées, en particulier la Région Centre-Nord Côtière (RCNC), sont celles qui ont le plus bénéficié des retombées liées à la redistribution de la rente ou à son investissement dans l'industrie, les services et divers équipements, bien que la modernisation ait aussi touché certaines campagnes situées en marge des grandes régions pétrolières (sud du lac de Maracaibo).

18Le fait le plus marquant est la concentration de la population et des activités au niveau de la cordillère côtière longeant le littoral central, alors que l'exploitation pétrolière y est pratiquement absente. Environ 37 % des habitants sont regroupés dans la RCNC sur 4 % du territoire national, où ils assurent la formation de plus de la moitié du PIB : 66 % des établissements industriels y occupent près de 67 % de la main-d'œuvre et plus des deux tiers des institutions financières, des assurances et des services aux entreprises opérant dans le pays y sont implantés. C'est aussi là que la richesse se concentre, puisque le revenu moyen par habitant y est nettement supérieur à la moyenne nationale. S'il est vrai que la mise en valeur du territoire vénézuélien s'est déployée originellement à partir des ports de La Guaira et de Puerto Cabello, les processus économiques et politiques à l'œuvre au xxème siècle ont amplifié le phénomène de concentration spatiale autour de la capitale et le long de l'axe central Caracas-Maracay-Valencia-Puerto Cabello. Pendant longtemps l'influence du sous-système Puerto Cabello-Valencia s'est étendue en direction de l'ouest où elle se heurtait à celle de Maracaibo, tandis que le sous-système constitué par La Guaira et Caracas exerçait sa domination sur les Llanos centraux et une vaste section du littoral englobant la zone de Barlovento. Au cours des dernières décennies, on a assisté à la fusion des deux sous-systèmes et à l'émergence d'une mégalopole de six millions d'habitants organisée autour des deux pôles majeurs de Caracas et Valencia, Puerto Cabello s'affirmant comme le principal débouché portuaire de ce système urbain. Selon P. Cunill, il constitue « une enclave privilégiée dont l'hypertrophie résulte de l'absorption des ressources produites par le reste du pays » (Cunill, 1990 : 349), il est aussi révélateur du caractère rentier et extraverti de l'économie vénézuélienne.

19Les agglomérations portuaires situées à proximité des grandes régions pétrolières sont aussi parvenues à développer des activités de production et de service en polarisant un espace plus ou moins étendu, sans échapper tout à fait à l'influence de Caracas. L'éloignement de la capitale est d'ailleurs une condition nécessaire, quoique non suffisante, pour l'affirmation d'une relative autonomie régionale. Les foyers énergétiques et industriels du Zulia et du Nord-Est ont en partie rééquilibré le poids croissant de la mégalopole centrale, grâce à l'essor des aires prioritaires de développement urbain (APDU) de Maracaibo, Barcelona/Puerto la Cruz - sans oublier le pôle métallurgique de Ciudad Guayana. Maracaibo était déjà la seconde ville du Venezuela avant le début de l'ère pétrolière, parvenant même à s'imposer comme le principal port maritime du pays à la fin du xixème siècle. Elle remplissait alors des fonctions d'exportation du café pour tout un hinterland s'étendant, à travers le système fluvio-lacustre du bassin de Maracaibo, jusqu'aux Andes colombo-vénézuéliennes. Si la capitale du Zulia a profité indirectement de l'essor pétrolier après le déclin des cultures tropicales, son désenclavement lié à l'ouverture d'un pont sur le lac en 1962 lui a permis d'étendre son rayonnement sur la côte orientale du lac (COLM). Maracaibo a profité des investissements effectués par l'État dans la région, avec l'implantation du pôle pétrochimique d'El Tablazo et la mise en valeur des mines de charbon du Guasare par une filiale de PDVSA. Cette agglomération d'un million et demi d'habitants, disposant d'une situation fort avantageuse au débouché du lac dans le golfe du Venezuela, a sans doute les moyens de promouvoir des fonctions de niveau supérieur pour consolider son influence sur l'ensemble de son bassin naturel.

20Colonisé de façon précoce par les Espagnols, Cumana ayant été la première ville fondée au Venezuela en 1521, l'hinterland de la région nord-orientale a connu différents cycles d'exploitation dans le cadre d'une division en trois zones d'influence littorale : celles du secteur atlantique, du secteur insulaire/péninsulaire (Margarita, Araya, Paria) et du secteur s'ouvrant sur la fosse marine de Cariaco. Le secteur insulaire/péninsulaire concentrait en 1900 près de 75 % du trafic maritime régional, grâce à l'exportation de produits agricoles par le port de Carupano, mais l'essor de l'exploitation pétrolière et la mise en valeur des ressources minières de la Guyane favorisèrent ensuite les secteurs de Cariaco et de l'Atlantique. Puerto la Cruz s'est affirmé comme le principal port pétrolier de la région, en écoulant le brut des États d'Anzoategui et de Monagas ainsi que celui des Llanos centraux (État de Guarico). Puis le pôle guyanais, né du projet industriel de la Corporation vénézuélienne de Guyane (CVG), a détourné à son profit les flux migratoires dirigés vers l'est du pays - en liaison avec l'investissement de la rente pétrolière dans de nouvelles activités (hydroélectricité, sidérurgie, aluminium). Cependant, après avoir longtemps stagné, la région nord-orientale est entrée dans une nouvelle dynamique au début des années 1980, avec la mise en œuvre de projets gazier, pétrochimique et touristique. Si le complexe urbain du littoral oriental a souffert de la proximité de la capitale et de communications longtemps médiocres avec son arrière-pays, la conurbation Barcelona-Puerto la Cruz-Guanta (450 000 habitants) pourrait jouer un rôle important dans la structuration de l'Est vénézuélien en s'articulant efficacement avec le pôle guyanais (800 000 habitants).

L'IMPACT RÉGIONAL DES PÔLES LITTORAUX DE DÉVELOPPEMENT LIÉS AUX ACTIVITÉS PÉTROLIÈRES

21À partir des années 1960, une stratégie de développement s'appuyant sur l'implantation de nouveaux foyers énergétiques et industriels, plus ou moins tournés vers l'exportation, prend le relais du traditionnel modèle d'industrialisation par substitution d'importations au Venezuela. À l'image du pôle de Ciudad Guayana, qui a fait figure de laboratoire économique et social en Amérique latine, ces foyers d'industrie lourde ont été érigés en fondement de la croissance économique nationale, de l'aménagement du territoire et du développement régional. Leur apparition est évidemment liée à la diffusion de modèles se référant à la théorie des pôles de développement, dont les grands complexes de Fos-sur-Mer et Dunkerque ont été les prototypes en France. Quant à leur implantation le plus souvent littorale, elle est à mettre en relation avec une nouvelle étape de l'internationalisation du capital et de la mondialisation des marchés qui s'est traduite par la délocalisation de certaines industries de base des pays du Nord vers le Sud. Après avoir analysé les ressorts de cette nouvelle stratégie de développement industriel et régional, nous focaliserons l'attention sur les complexes pétrochimiques du Zulia et du Nord-Est en mettant l'accent sur les effets d'entraînement et d'exclusion qu'ils ont engendrés.

Fondements de la nouvelle stratégie de développement industriel et régional

  • 6 Ce dispositif a été complété par diverses réglementations cherchant à attirer l'investissement pri (...)

22L'intervention de l'État dans l'économie vénézuélienne s'est donc orientée au cours de la décennie soixante vers la création de foyers d'industrie lourde, relayée dans un second temps par une politique de développement régional. Si la décision d'implanter un pôle sidérurgique en Guyane et la création de l'Institut vénézuélien de pétrochimie remontent aux années 1950, il a fallu attendre la chute de Pérez Jimenez en 1958 pour que le nouveau gouvernement démocratique officialise le domaine réservé de l'Etat, en assumant la responsabilité de programmes d'investissements ambitieux concernant la métallurgie de base (Guyane) et la pétrochimie (Zulia, Oriente). Leur mise en œuvre s'est réalisée dans le cadre d'un système de planification ayant progressivement intégré la dimension du développement régional. L'intervention de l'État dans l'accumulation du capital a été déterminante à partir de 1974, lorsque la hausse des prix du brut puis la nationalisation des mines et des hydrocarbures ont favorisé un accroissement sans précédent de ses revenus. À travers les investissements publics et le développement de nouvelles activités, l'État a voulu élargir les bases de l'accumulation industrielle et favoriser une plus grande internationalisation de la production. Il ne s'agissait plus seulement de stimuler la substitution d'importations, mais de dégager des surplus et de diversifier les exportations, d'où le choix de localisations littorales. En ce qui concerne les objectifs spatiaux du gouvernement vénézuélien et la fonction assignée aux nouveaux foyers énergétiques et industriels dans le rééquilibrage du territoire national, il a fallu attendre le IVe Plan de la Nation (1970-1974) pour que soit définie une stratégie explicite de déconcentration industrielle et administrative, face à la macrocéphalie de la RCNC. Si l'on considère le montant des investissements publics programmés dans le cadre du Ve Plan (1976-1980), la Guyane (62 % du total) et le Zulia (25 %) en ont été les principales bénéficiaires. Quant à la région nord-orientale (4 % des investissements au titre du Ve Plan), l'action de l'État s'y est surtout intensifiée au cours de la décennie suivante, en liaison avec la construction du nouveau complexe pétrochimique de José et de divers aménagements touristiques (État d'Anzoategui). Si l'action de l'État a dynamisé de nouveaux pôles de développement dans ces régions périphériques, à travers de grands projets intensifs en capital ayant engendré leurs propres réseaux d'activités satellites autour de la métallurgie de base et de la pétrochimie, rien n'a été fait ou presque pour contrarier la propension du capital privé à se diriger vers la zone du littoral central. Cette stratégie industrielle et régionale a été appliquée dans le cadre d'un système planifié grâce à la mise en place d'un ensemble d'organismes publics et de politiques réglementaires. Les maîtres d'œuvre des pôles de développement ont été les corporations régionales de développement (Corporation vénézuélienne de Guyane, Corpozulia, etc.) et les entreprises d'État (PDVSA et ses filiales, Sidor, etc.), placées sous le contrôle direct du pouvoir central et financées en partie par le Fonds d'Investissements du Venezuela qui avait été créé en 1974 pour gérer l'afflux de devises lié au choc pétrolier6.

Conditions de l'industrialisation dans les zones pétrolières du Zulia et du Nord-Est

23Après avoir esquissé le cadre dans lequel s'inscrit, durant la seconde moitié du xxe siècle, la création de nouveaux foyers énergétiques et industriels sur le littoral vénézuélien, il est possible de comparer les conditions de l'industrialisation et l'impact de celle-ci sur les zones pétrolières du Zulia et du Nord-Est (État d'Anzoategui). Dans cette perspective, nous analyserons les décisions d'implantation et la mobilisation de la force de travail, les effets d'entraînement et les phénomènes d'exclusion qui en ont résulté. En effet, les complexes pétrochimiques d'El Tablazo et José ont été implantés, avec vingt ans de décalage, à proximité de centres urbains et portuaires rayonnant sur des régions déjà affectées par l'essor de l'exploitation pétrolière au cours de la première moitié du xxe siècle.

24Le projet pétrochimique d'El Tablazo (État de Zulia) s'inscrivait dans une zone rurale située en marge de l'espace hérité du boom pétrolier, juste en face de l'agglomération de Maracaibo, au débouché du lac, dans le golfe du Venezuela. Après avoir bouleversé les bases de l'économie et de la société traditionnelles en faisant surgir de nouvelles villes sur les gisements de la côte orientale du lac (COLM), l'exploitation pétrolière avait contribué au morcellement de l'espace fluvio-lacustre et accentué les déséquilibres géographiques et socio-économiques - les deux tiers de la population du Zulia étant regroupés dans les agglomérations de Maracaibo et de la COLM. De plus, la région était plongée dans un relatif marasme à la fin des années 1960, en raison de la politique de désinvestissement des compagnies étrangères. Cependant, la ville de Maracaibo a profité indirectement de l'exploitation pétrolière pour développer ses fonctions tertiaires et s'affirmer comme une métropole dynamique. Avant l'implantation de la pétrochimie sur le site d'El Tablazo, entre 1969 et 1974, la pêche était la principale source de revenus de la population locale. Le choix du Zulia pour édifier le nouveau complexe pétrochimique s'explique surtout par la possibilité d'utiliser le gaz naturel associé aux gisements pétroliers du bassin de Maracaibo, ainsi que par l'existence d'un débouché maritime aisé et d'un réseau assez dense d'entreprises de service (contratistas) qui s'est étoffé durant près d'un siècle d'exploitation pétrolière intensive. Si l'organisation économique et sociale du Zulia a été mise au service du nouvel appareil de production, le programme de développement pétrochimique élaboré à Caracas ne s'inscrivait pas au départ dans un véritable schéma d'aménagement régional. D'ailleurs, le site choisi pour l'implantation du complexe n'était pas le plus approprié pour des raisons environnementales, mais il était déjà trop tard pour reconsidérer sa localisation quand la direction de l'IVP s'en persuada après s'être rendue sur les lieux en 1969.

25La création d'un nouveau complexe pétrochimique à José (État d'Anzoategui), sur le littoral nord-oriental, est également intervenue dans une ancienne région pétrolière en difficulté à la fin des années 1980. Mais, avec 77 % des réserves de gaz naturel du pays et les ressources à peine entamées de la ceinture bitumineuse de l'Orénoque, l'Oriente vénézuélien était tout indiqué pour une telle implantation à proximité de l'agglomération de Barcelona-Puerto la Cruz, vers laquelle convergent de nombreux oléoducs et gazoducs (figure n° 24). Même si cette métropole bicéphale n'est jamais parvenue à structurer un hinterland aussi vaste que celui de Maracaibo, Puerto la Cruz est le plus grand terminal pétrolier du Nord-Est vénézuélien et la principale base d'opérations de la société Corpoven (filiale de PDVSA) qui contrôle depuis l'origine l'industrie du gaz naturel dans le pays. Le site choisi pour le complexe de José offre toutes les facilités de connexion nationale et internationale, dans une zone rurale où les densités sont particulièrement faibles. Les seules limitations tiennent au problème de l'approvisionnement en eau, comme pour El Tablazo, ainsi qu'à la nécessité de préserver le milieu littoral dans une région qui entend aussi jouer la carte du développement halieutique et touristique. Les retombées locales et régionales de ce nouveau foyer pétrochimique devraient rester assez modestes, dans la mesure où il est apparu d'emblée exclusivement voué à l'exportation, mais il subsiste quelques inquiétudes liées à l'absence d'une planification cohérente du développement économique et urbain.

26La mobilisation de la force de travail nécessaire à la construction et au fonctionnement de ces complexes industriels littoraux n'a pas occasionné des migrations d'une ampleur comparable à celles suscitées par l'essor de l'exploitation pétrolière dans la première moitié du xxe siècle. Si le recours au réservoir de la capitale pour le personnel hautement qualifié (ingénieurs, cadres dirigeants) demeure une donnée structurelle, y compris dans une région capable de former ses élites comme le Zulia, les nouveaux foyers industriels ont surtout engendré des migrations de proximité. Des mouvements de population se sont produits à l'intérieur même des espaces concernés, du cœur des anciennes zones pétrolières vers les complexes pétrochimiques ou les agglomérations situées à proximité immédiate. Ainsi, le bassin de Maracaibo a pu, dans une large mesure, fournir les ressources humaines requises pour la réalisation des projets de développement impulsés par l'État dans la région du Zulia. Des migrations internes ont également été constatées dans le Nord-Est vénézuélien, qui entretient simultanément des relations à double sens avec le pôle guyanais. En revanche, les populations locales de pêcheurs ou d'agriculteurs n'ont pu s'incorporer de façon durable aux nouvelles activités après la phase des grands travaux.

Un littoral dynamisé par l'industrie pétrolière

27S'il est possible, en se référant à la théorie des pôles de croissance, d'identifier l'exploitation pétrolière et la pétrochimie à des activités motrices, on peut se demander dans quelle mesure elles ont suscité des effets d'entraînement dans les régions littorales du Zulia et Nord-Est. En effet, les retombées directes liées à la création d'emplois et à la distribution de salaires par les activités motrices sont assez inégales. Si le secteur des hydrocarbures emploie respectivement autour de 20 000 et 10 000 personnes dans les États de Zulia et d'Anzoategui, cette main-d'œuvre peut être disséminée sur des étendues assez vastes dans l'arrière-pays. Par ailleurs, les effectifs sont restés longtemps stables dans la mesure où seules les phases d'exploration, d'aménagement et de forage nécessitent une embauche massive. De son côté, la pétrochimie a créé en 25 ans plus de 5 000 emplois directs sur le site d'El Tablazo, et moins de 1 500 à ce jour dans le nouveau complexe de José. Les contributions perçues par les collectivités locales auprès des entreprises opérant sur leur territoire sont quant à elle plutôt modestes, vu la centralisation des excédents économiques et de la plus-value fiscale qui prévaut au Venezuela.

Figure n°24 - Le foyer énergétique et industriel du Zulia

Figure n°24 - Le foyer énergétique et industriel du Zulia

28Des effets d'entraînement indirects se manifestent aussi à l'échelle locale et régionale, dans la mesure où les personnes et les entreprises peuvent mettre à profit les infrastructures et les équipements collectifs aménagés pour garantir le bon fonctionnement des unités motrices : pont sur le lac et voies de communication modernes, construction de logements financée par les filiales de PDVSA, systèmes d'adduction d'eau... La plus grande partie des salaires distribués par les grandes entreprises publiques et leurs satellites est réinjectée dans l'économie régionale, les métropoles dominantes (Maracaibo, Barcelona-Puerto la Cruz) drainant l'épargne et concentrant les fonctions tertiaires de niveau intermédiaire et supérieur. C'est ainsi que, dans les années 1980, le transfert vers Maracaibo du personnel d'encadrement des compagnies pétrolières installées au Zulia a amplifié les effets de la récession économique sur la COLM, en provoquant une baisse des achats et l'annulation de plusieurs contrats de location.

29Les effets induits sont importants, mais beaucoup plus diffus sur le plan spatial. Des activités agricoles spéculatives ont pu se développer autour des nouveaux foyers industriels, grâce au désenclavement des campagnes avoisinantes, à l'ouverture de marchés ou à des améliorations induites par l'activité motrice (vente d'engrais à des prix subventionnés). L'évolution de l'élevage vers une industrie du lait et de la viande à forte rentabilité, au sud et à l'ouest du lac de Maracaibo, est liée à diverses formes de redistribution de la rente pétrolière au bénéfice des activités agro-pastorales. D'autres phénomènes d'entraînement ont permis l'essor des activités d'appui aux unités motrices dans les zones pétrolières et à proximité des pôles pétrochimiques. La fourniture de biens d'équipement, les travaux de construction et la prestation de services sont à l'origine de réseaux locaux ou régionaux d'entreprises gravitant autour des filiales de PDVSA, en particulier dans le bassin de Maracaibo. Si des entreprises mixtes assurant la fabrication de produits chimiques de seconde ou troisième génération se sont agglomérées à la pétrochimie de base dans les complexes littoraux d'El Tablazo et José, les retombées spatiales de l'industrialisation entraînée en aval par les unités motrices ne se manifestent guère sur place, puisque les activités de transformation des filières plastique ou textile tendent à se concentrer dans la RCNC.

30S'il y a seulement une coïncidence partielle entre la réalité économique et la réalité spatiale des pôles de développement littoraux situés dans les zones pétrolières, la dissociation est encore plus marquée pour ce qui est des phénomènes de polarisation industrielle et urbaine. Dans le cas du Zulia et du Nord-Est vénézuélien, cela est dû à la pré-existence de cités portuaires ayant structuré un hinterland plus ou moins profond dès l'époque coloniale. Maracaibo a ainsi profité de la proximité relative des activités extractives et de la pétrochimie, surtout après la construction du pont sur le lac, pour consolider une position prééminente dans la région, tous les projets de villes nouvelles liés aux foyers énergétiques et industriels du Zulia ayant avorté au cours des trente dernières années. L'influence centripète de Maracaibo s'est exercée principalement aux dépens des anciennes villes pétrolières de la COLM. Outre ses activités industrielles et commerciales, elle a développé à travers son université, sa presse, son aéroport international et son système bancaire, des fonctions métropolitaines dont le rayonnement s'étend sur une grande partie de l'Ouest vénézuélien.

31L'émergence de Barcelona-Puerto la Cruz comme métropole régionale sur le littoral nord-oriental est plus récente : elle a été favorisée par son rôle de terminal pétrolier, centre de raffinage et relais administratif des compagnies opérant dans le Nord-Est du pays. L'implantation récente du complexe pétrochimique de José, à 25 kilomètres, a déjà eu des retombées sur l'agglomération, malgré la volonté de fixer une partie de la force de travail à proximité immédiate du site de production (Puerto Piritu). Le problème qui se pose, au vu des projets de développement pétrolier et gazier dans la région, est celui de l'insertion des activités liées aux hydrocarbures dans une conurbation polyfonctionnelle dont la population a doublé en un quart de siècle. L'ancienne ville coloniale de Barcelona concentre les fonctions administratives et dispose des réserves foncières propres à garantir une croissance urbaine et industrielle vers l'ouest, tandis que Puerto la Cruz combine dans un espace en voie de saturation les activités de raffinage avec une fonction touristique qui s'est affirmée après l'aménagement de l'ambitieux complexe d'El Morro (capacité d'accueil de 35 000 personnes). Le port de Guanta, avec sa cimenterie, complète cet ensemble.

32L'exploitation pétrolière et les nouveaux complexes pétrochimiques se sont surimposés à l'ancienne organisation spatiale, mais ces enclaves ont été progressivement insérées dans le tissu régional et national dans la mesure où les agglomérations préexistantes (Maracaibo, Barcelona-Puerto la Cruz, mégalopole centrale) sont parvenues à capter une grande partie des effets d'entraînement induits par les activités motrices. La réalité spatiale des pôles de développement énergétique et industriel du littoral vénézuélien a été, en quelque sorte, phagocytée par les processus d'agglomération et de métropolisation à l'œuvre dans le pays.

L'MPACT DE L'INDUSTRIE PÉTROLIÈRE SUR LES ÉCOSYSTÈMES ET SUR LES POPULATIONS DU LITTORAL

33Compte tenu du caractère exemplaire de l'évolution récente du bassin du lac de Maracaibo, où les activités pétrolières et pétrochimiques ont cumulé leurs effets nocifs avec une urbanisation sauvage pour porter des atteintes irréversibles au milieu littoral, il apparaît judicieux de resserrer l'analyse autour de ce « cas d'école ». Depuis la découverte de l'or noir, une sorte de malédiction s'est abattue sur cette région : les forces de destruction libérées au cours d'un processus de développement chaotique se reflètent dans le miroir trouble des eaux du lac, qui fut à une époque la plus importante réserve d'eau douce du continent. L'essor de l'industrie pétrolière a été à l'origine de phénomènes d'exclusion pour les populations installées sur les bords du lac, les problèmes sociaux et environnementaux étant ici étroitement imbriqués.

L'ampleur des problèmes écologiques

34L'impact des activités extractives et industrielles sur l'environnement naturel du bassin de Maracaibo se manifeste à la fois de façon directe et visible, mais aussi de façon plus insidieuse en provoquant la stérilisation d'une partie des eaux et des terres bordant le lac. L'exploitation anarchique des gisements et l'utilisation de techniques aujourd'hui périmées pour la perforation sub-lacustre sont à l'origine d'une forêt de tours métalliques au large de la COLM. Il y aurait sous les eaux plus de 6 000 puits productifs ou réformés, 26 000 km d'oléoducs et de gazoducs, sans compter les nombreux terminaux pétroliers installés sur les rives du lac. La pollution directe résultant de l'exploitation pétrolière et de la pétrochimie est immédiatement perceptible au niveau du paysage comme des odeurs. Plus que l'ampleur des accidents qui surviennent immanquablement, c'est leur caractère répétitif qui pose problème. Leurs effets se cumulent avec ceux de la pollution ordinaire due au dégazage des pétroliers ou aux effluents évacués par la pétrochimie et la raffinerie de Bajo Grande, au sud de Maracaibo.

35Mais les rejets polluants les plus abondants dans le lac (environ 350 000 barils/j.) sont constitués par les « eaux de formation » extraites des gisements en même temps que le pétrole. Outre les composés d'hydrocarbures, on y retrouve d'autres résidus toxiques, en particulier du mercure utilisé dans l'usine de chlore et de soude implantée sur le site d'El Tablazo. En raison de la configuration du bassin, toutes les formes de pollution tendent à se concentrer dans le lac où se déversent également les eaux usées et des substances chimiques résiduelles (engrais, pesticides) apportées par les rivières affluentes (figure n° 25). La pollution atmosphérique due aux hydrocarbures gazeux, à l'oxyde d'azote et au dioxyde de soufre mélangés à la vapeur d'eau, est responsable de pluies acides qui aggravent encore la situation dans le bassin fluviolacustre, d'autant plus que les vents dominants rabattent les émanations toxiques de la COLM vers l'agglomération de Maracaibo. Par ailleurs, la récupération secondaire des pétroles lourds par injection de vapeur, entre Cabimas et Ciudad Ojeda, comporte des risques liés à l'émission de sulfure d'hydrogène qui ont accéléré le plan d'évacuation d'une zone d'intérêt pétrolier (ZIP) située en plein cœur de la zone urbaine de la COLM.

36D'autres perturbations affectent les écosystèmes de manière plus insidieuse pour dévoiler leurs effets à long terme. C'est le cas du phénomène de subsidence qui se manifeste sur la COLM, où l'affaissement des strates géologiques superficielles, à cause de l'extraction d'énormes quantités d'hydrocarbures depuis huit décennies, a peu à peu amené sous le niveau du lac les installations pétrolières et les zones urbaines de Lagunillas et Bachaquero. Malgré la digue construite sur le rivage de la côte orientale, l'affaissement se poursuit au rythme d'un à deux centimètres par an. Le déplacement des 64 000 personnes qui se trouvaient sous la menace des eaux au début des annnées 1980 devrait se prolonger jusqu'au début du siècle prochain. Dans un autre domaine, l'écosystème du bassin de Maracaibo a été perturbé par le dragage de la barre sableuse obstruant l'entrée du lac. Cette opération réalisée en 1956 pour ouvrir un chenal aux navires de gros tonnage a eu pour conséquence de favoriser la pénétration des courants marins à l'intérieur du bassin. Il en a résulté une salinisation progressive du milieu lacustre dont l'équilibre a été modifié, les remontées d'eau marine compromettant également la fertilité de certaines berges. L'ensemble de ces processus a débouché sur la stérilisation d'une partie des terres et des eaux dans le bassin de Maracaibo.

Phénomènes d'exclusion et de marginalisation

37La contamination saline du milieu lacustre a provoqué le repli ou la disparition de certaines espèces d'eau douce. Mais les conséquences de l'eutrophisation liée à la prolifération d'algues cyanophytes, nourries par le mélange d'hydrocarbures et de composés azotés, sont encore plus graves. Leur extension explique la formation d'une couche verdâtre à la surface du lac (verdín), qui empêche le passage des rayons du soleil et réduit un peu plus l'oxygénation des eaux par l'assimilation chlorophyllienne de la flore benthique. Le déséquilibre de la dynamique biotique est responsable d'un appauvrissement qui compromet la capacité du système lacustre à entretenir une chaîne alimentaire vertueuse, source de travail et de nourriture pour une partie de la population du Zulia. Par ailleurs des communautés de pêcheurs ont été déplacées à plusieurs reprises pour les besoins des activités pétrolières et pétrochimiques, se trouvant parfois coupées d'un accès direct au lac. Cela est à mettre en relation avec la réduction des prises, de 19 000 tonnes en 1975 à 5 000 tonnes en 1982, tandis que le nombre de pêcheurs recensés au Zulia passait au cours de la même période de 5 739 à 3 654 individus (ICLAM, 1984).

Figure n°25 - Le foyer énergétique et industriel du Nord-Est

Figure n°25 - Le foyer énergétique et industriel du Nord-Est

38La stérilisation de certaines terres a également privé de leur moyen de production plusieurs agriculteurs ou éleveurs. La salinité accrue des sols au nord-ouest du bassin met en péril les activités agro-pastorales dans la vallée inférieure du rio Limon, dont les berges sont recouvertes de croûtes salines jusqu'au niveau de la lagune de Sinamaica où végètent les survivants de l'ethnie añu. Sur l'autre rive du lac, la récupération secondaire par injection de vapeur a entraîné le dépérissement de la couverture végétale à cause de la filtration d'acide sulfhydrique, tandis que des cas de pathologie animale imputables aux séquelles des émissions de sulfure d'hydrogène et de vanadium étaient détectés dans la zone d'intérêt pétrolier.

39Il va sans dire que la dégradation du cadre de vie dans le bassin de Maracaibo est incompatible avec des activités balnéaires. La compétition pour l'occupation de l'espace a condamné à la marginalité l'ensemble des activités non liées au pétrole dans les lieux où l'industrie pétrolière est prépondérante, en particulier sur la COLM. L'absence de politique environnementale et ses conséquences désastreuses au Zulia ont conduit les responsables de PDVSA à prendre quelques précautions avant la mise en œuvre des grands projets concernant le Nord-Est du Venezuela. Une étude d'impact approfondie a été réalisée et la filiale pétrochimique de PDVSA a signé une convention avec le ministère de l'Environnement (MARNR) pour l'aménagement de la frange côtière dans le secteur du complexe de José. En effet, comme en témoignent les risques de pollution des plages et des lagunes situées sous le vent de ces installations, la coexistence sur le littoral oriental de la pétrochimie avec la pêche artisanale et le tourisme est assez problématique.

VERS UNE NOUVELLE APPROCHE DE LA GESTION DE L'ESPACE LITTORAL AU VENEZUELA ?

40Après avoir évalué l'impact de l'exploitation pétrolière et des grands aménagements industriels et urbains qui lui sont liés dans les régions littorales du Venezuela, il est possible d'identifier les acteurs, les réseaux et les lieux de pouvoir qui sont intervenus pour infléchir, dans telle ou telle direction, les stratégies déployées autour des nouveaux foyers de développement. Dans la mesure où les notions de pôles et d'enclave se rapportent à des espaces industriels/urbains, sous le contrôle de grandes entreprises étrangères/nationales ou de corporations régionales téléguidées depuis la capitale, on a pu parler d'une colonisation industrielle de ces régions périphériques - y compris par le pouvoir central. Mais les sociétés locales ont parfois opposé une résistance à l'irruption de forces exogènes, de plus en plus incarnées par la technocratie d'État, surtout quand un leadership régional a permis la constitution d'un front commun plus ou moins solide. À partir de l'exemple du Zulia, nous pouvons essayer de voir comment ces intérêts locaux et régionaux se sont manifestés et s'il y a une chance pour qu'ils soient pris en compte dans le cadre de politiques plus respectueuses de l'environnement et des populations littorales.

Conflits au Zulia : intérêts locaux et régionaux face au pouvoir pétrolier

41La région du Zulia est sans doute la plus indiquée au Venezuela pour mener ce type d'analyse, parce qu'il s'agit d'un espace différencié et complexe où l'industrie pétrolière s'est greffée sur une économie marchande dont le rayonnement s'est étendu sur l'Ouest vénézuélien et les marges orientales de la Colombie durant près de deux siècles. La situation frontalière de Maracaibo a contribué à y entretenir un fort particularisme d'où l'esprit pionnier et le goût du lucre manifestés par son fondateur, Ambrosio Alfinger, ne sont pas totalement absents. Cette tradition a été perpétuée au xixe siècle par les maisons de commerce d'origine allemande et quelques autres qui contrôlaient le crédit et la production agricole, le transport et l'import/export dans l'ensemble du bassin fluvio-lacustre, à partir du port de Maracaibo. Ces activités ont permis l'accumulation du capital nécessaire à l'émergence d'une bourgeoisie régionale cultivant sa différence par rapport au centre.

42À cela se sont ajoutées les frustrations résultant des conditions dans lesquelles s'est développée l'exploitation pétrolière au xxe siècle. Même si Maracaibo a pu tirer profit de l'extraction de l'or noir à ses portes, la société régionale a dû payer globalement un prix assez élevé pour que s'enrichisse une fraction minoritaire de la société vénézuélienne. Le désastre écologique du lac de Maracaibo a déjà été évoqué, de même que les problèmes matériels et humains posés par l'urbanisation anarchique de la COLM. Il ne faut donc pas s'étonner que se soit répandue au Zulia l'impression fâcheuse que « la région a donné, et donne encore au pays, beaucoup plus qu'elle n'a reçu de lui » (Canas, 1988). D'abord dirigé contre les compagnies étrangères et leurs relais au sein du gouvernement vénézuélien, ce sentiment d'injustice s'est franchement retourné contre les autorités de Caracas avec la monopolisation de la rente pétrolière par l'État, surtout au lendemain de la nationalisation des hydrocarbures. Derrière la manifestation d'un anti-centralisme exacerbé pointe en fait la question cruciale de la redistribution et de la destination, géographique et sociale, de la rente pétrolière. Si celle-ci a été générée pour l'essentiel par les millions de barils de pétrole extraits du bassin de Maracaibo, l'État en a ensuite retenu la plus grande partie dans la capitale et la RCNC, puis en a utilisé une autre partie pour financer les pôles de développement orientaux (Guyane, Nord-Est) - scellant ainsi un glissement du centre de gravité économique vers l'est du pays.

43Face à cette situation, les élites du Zulia ont tenté d'organiser un front régional pour obtenir davantage du pouvoir central, en essayant de minimiser les coûts sociaux et environnementaux occasionnés par l'industrie pétrolière. Le point faible de cette stratégie résidait dans l'existence d'intérêts divergents au sein même de la société régionale, dont l'unité de façade n'a pas tardé à voler en éclats face aux manœuvres du pouvoir central. Ainsi, les intérêts des grands propriétaires fonciers, installés au sud et à l'ouest du lac, ne coïncident pas nécessairement avec ceux des milieux d'affaires de Maracaibo qui ont bâti leur prospérité sur le commerce, les services, la finance et l'immobilier. Ce groupe étant lui-même assez hétérogène, il est possible de tracer une ligne de partage entre une bourgeoisie émergente, parfois encline à des opérations hasardeuses, et un noyau de familles stables liées entre elles qui dominent l'économie régionale depuis le xixe siècle. Ces dernières, tout en préservant jusqu'à ces dernières années leur autonomie financière vis-à-vis des principaux groupes privés nationaux, ont noué un partenariat avec l'État au sein de la pétrochimie afin de récupérer une fraction de la manne pétrolière qui leur échappait au profit du centre.

44Face à cet embryon de pouvoir régional, PDVSA et les autorités de la capitale ont joué sur les divisions internes en procédant à un découpage territorial du Zulia en zones d'influence. C'est ainsi que Corpozulia a vu son aire d'intervention se réduire comme peau de chagrin, suite à la constitution de « zones de programmation spéciale » dépendant directement de l'administration centrale. La division spatiale la plus apparente oppose le domaine réservé des sociétés affiliées à PDVSA sur la COLM, au reste du Zulia. Si l'influence de Corpozulia s'est exercée dans diverses parties du bassin de Maracaibo, la corporation régionale a vu plusieurs zones échapper à sa juridiction au cours des années 1980. C'est le cas des mines de charbon du Guasare, au sud de la péninsule de la Guajira, lorsque Carbozulia a été transformé en filiale de PDVSA (1986). Au sud et à l'ouest du lac, la corporation s'est effacée face au ministère de l'Agriculture (MAC) et au MARNR qui coordonnent la plupart des projets de développement. L'abandon d'un programme de développement houiller et sidérurgique proposé dans les années 1979-1980 par certains groupes de la bourgeoisie locale a précipité la dislocation d'un front régional éphémère, tandis que la faillite du Banco de Maracaibo (1994) semble avoir sonné le glas d'un développement relativement autonome par rapport au centre et à l'industrie pétrolière. La loi de décentralisation de 1989 n'a pas eu d'incidence majeure en la matière, puisque les rapports de force préexistants se sont perpétués dans le cadre d'une gestion concertée de l'aménagement du territoire entre les différentes instances de pouvoir. L'idée d'un front régional uni au Zulia contre le pouvoir central relève donc d'une illusion, si l'on considère que le projet sidérurgique était lui-même subordonné aux intérêts des secteurs économiques dominants dans la région. Qu'il s'agisse des indigènes refoulés vers les marges occidentales du bassin de Maracaibo ou des communautés de pêcheurs privées de l'accès au lac, certaines populations ont été sacrifiées sur l'autel du progrès ou bloquées dans leur évolution par la priorité accordée aux activités extractives et industrielles.

Mesures de sauvegarde du littoral et d'intégration des populations marginalisées

45Les pouvoirs publics et certains des acteurs concernés par le désastre écologique du bassin de Maracaibo ont tenté de réagir pour enrayer sa dégradation socio-environnementale, mais les moyens mis en œuvre ne semblent pas à la hauteur des problèmes qui se posent. Il a fallu attendre la discussion d'un projet de loi sur la préservation du lac de Maracaibo en 1981, pour que l'on évoque la nécessité d'entreprendre son sauvetage. Confrontés à la pénurie du précieux liquide, les plus éclairés des habitants du Zulia se sont souvenu qu'ils vivaient au bord de ce qui avait été le plus grand réservoir d'eau douce du continent - une eau devenue inutilisable en raison de sa salinité et de sa contamination par divers agents polluants. Un tel oubli peut paraître surprenant, mais il est vrai qu'à partir du xxe siècle la ville de Maracaibo a de plus en plus vécu adossée à son lac sans y prêter la moindre attention. La première initiative notable, pour sauver ce qui pouvait encore l'être, a été la création de l'ICLAM (Institut pour le contrôle et la conservation du bassin du Lac de Maracaibo) au début des années 1980. Malgré un budget dérisoire comparé à celui des compagnies pétrolières, cet organisme a joué un rôle positif en faveur d'une meilleure connaissance scientifique de la situation et d'une sensibilisation de l'opinion aux problèmes écologiques. En revanche, les réalisations sont plutôt modestes. Après l'abandon de projets grandioses, tels qu'une digue mobile pour ouvrir et fermer l'accès du chenal franchissant la barre sableuse, l'action de l'ICLAM s'est orientée vers la construction de nouvelles stations d'épuration et le traitement des eaux usées, dont une partie commence à être réutilisée pour l'irrigation de la Planicie de Maracaibo.

46Les filiales de PDVSA ont de leur côté porté une attention croissante aux problèmes d'environnement, tant au niveau national que régional ou local. Un Plan national d'urgence (PNC) a été élaboré pour faire face au risque de marée noire sur le littoral vénézuélien (figure n° 26). Coordonné au niveau national par PDVSA, ce plan a délimité différents secteurs où la responsabilité des opérations a été assignée à chacune de ses filiales en cas de catastrophe : Lagoven dans le lac de Maracaibo (zone 1), Maraven dans le golfe du Venezuela (zone 2), Corpoven sur le littoral central (zone 3) et nord-oriental (zone 4), Lagoven à nouveau dans le golfe de Paria et le delta de l'Orénoque (zone 5). De plus, une couverture cartographique intégrale des côtes vénézuéliennes a été spécialement réalisée pour mieux cerner les sites sensibles à protéger en priorité. Au niveau régional, les comités coordonnés par les filiales de PDVSA associent les représentants de divers ministères et des collectivités territoriales. Parallèlement, l'industrie pétrolière et pétrochimique a accentué ses efforts de prévention en mettant en place des systèmes efficaces de contrôle de la pollution sur le lac de Maracaibo. L'ensemble des programmes de contrôle et de traitement des effluents y a fait l'objet d'une reformulation, pour les adapter à la nouvelle réglementation sur le classement des eaux et les normes de pollution autorisées... À ce sujet, on relèvera que le premier projet de loi pénale sur l'environnement n'a été présenté devant le Congrès national qu'en 1988.

Figure n° 26 – Le littoral vénézuélien : plan national d'urgence en cas de marée noire

Figure n° 26 – Le littoral vénézuélien : plan national d'urgence en cas de marée noire

47D'une façon générale, les réponses apportées aux problèmes sociaux résultant de l'expansion pétrolière et pétrochimique ne sont guère plus satisfaisantes que les précédentes. Les déplacements de population auxquels on a le plus souvent recours pour éloigner les gêneurs (pêcheurs, petits exploitants agricoles, indigènes, etc.) ne règlent pas le problème de leur intégration, même s'ils s'accompagnent d'indemnités substantielles et de mesures de relogement. Comme cela a été constaté avec les pêcheurs de Palmarejo, déplacés au début des années 1980 pour céder la place à une improbable usine sidérurgique, une communauté renaît difficilement sur une autre terre quand elle a été fractionnée et se trouve coupée de son milieu d'origine. Bref, s'il est difficile d'appréhender aujourd'hui les activités pétrolières et pétrochimiques au Venezuela comme un phénomène d'enclave, il est possible de renverser la problématique en affirmant qu'elles ont suscité la formation d'archipels d'exclus.

Priorité à l'insertion dans le marché mondial et nouvelles dynamiques littorales

  • 7 La compagnie pétrolière nationale a pris des participations dans des raffineries en Europe occiden (...)

48Le pétrole a constitué le pivot stratégique de l'insertion internationale du Venezuela depuis la première moitié du xxe siècle, y compris durant la phase de développement autocentré qui s'est prolongé du début des années 1960 à la fin des années 1980. Ainsi, au lendemain de la nationalisation des hydrocarbures, les dirigeants de PDVSA ont conçu et mis en œuvre une nouvelle politique d'internationalisation, dans le but de garantir un débouché au pétrole vénézuélien par le biais de mécanismes facilitant son écoulement jusqu'au consommateur final7. Le changement de cap économique amorcé en 1989 a permis d'entamer un nouveau cycle productif, après une longue période rentière. Certains projets pétroliers et gaziers, ou à défaut leurs prolongements industriels (raffinerie, liquéfaction du gaz, pétrochimie), concernent directement les littoraux vénézuéliens dont le rôle d'interface contribue à une meilleure insertion du pays dans le processus de mondialisation. On peut y voir le signe d'un renouveau pour d'anciennes régions pétrolières où l'industrialisation des hydrocarbures tend à occuper une place de plus en plus importante. Les dynamiques territoriales à l'œuvre au Zulia et dans le Nord-Est s'inscrivent dans la logique de rupture/filiation, qui se conjugue selon des modalités et des intensités variables avec des trajectoires de développement liées à l'innovation et à l'essor de fonctions métropolitaines.

49Hormis les « gisements maginaux » réactivés à travers des contrats de service, et les « zones à haut risque » correspondant aux réserves supposées se trouvant dans les profondeurs du crétacé, deux nouvelles frontières ont été ouvertes à l'investissement étranger dans le domaine de l'exploitation des hydrocarbures. D'une part, des contrats d'association ont été conclus avec des partenaires étrangers afin de mettre en valeur les énormes réserves de la ceinture bitumineuse de l'Orénoque. L'autre projet de grande envergure concerne l'exploitation offshore et la liquéfaction du gaz naturel situé au large de la péninsule de Paria (projet Cristóbal Colon). La crise ayant affecté le Venezuela a retardé son exécution, subordonnée à un financement complémentaire de la banque internationale, tandis que d'autres hypothèques entravent les initiatives relatives à l'exploitation de la plate-forme continentale dans le golfe du Venezuela (cf. problème de délimitation des ZEE).

50Le Nord-Est du pays est la région où s'annoncent les plus grands bouleversements pour les années à venir, avec une littoralisation accentuée des activités liées à l'exploitation des hydrocarbures. Si la continuité des opérations extractives témoigne d'une filiation évidente avec la période antérieure, la rupture se manifeste au moins à trois niveaux. Sur le plan technologique, l'exploitation offshore et celle des pétroles extra lourds de l'Orénoque font appel à des procédés technologiques innovants, en partie mis au point par PDVSA. En outre, la politique d'indusrialisation des hydrocarbures doit se traduire sur le littoral oriental par l'implantation d'une raffinerie de conversion profonde et d'une usine de liquéfaction du gaz, quelques années après la création du complexe pétrochimique de José. Enfin, l'ensemble de ces projets s'inscrit dans le cadre d'associations stratégiques avec des compagnies étrangères en vue de l'exportation. Une dynamique exogène a donc contribué à la consolidation d'un foyer industriel de nouvelle génération au Nord-Est du Venezuela, où l'on s'efforce parallèlement de promouvoir le tourisme balnéaire.

51La même logique de rupture/filiation est perceptible au Zulia, où elle se combine avec des phénomènes de métropolisation et d'innovation - conditionnés par la convergence des stratégies de PDVSA et de ses partenaires éytrangers avec une dynamique assez précaire de développement endogène (cf. faillite du Banco de Maracaibo). Si l'exploitation pétrolière se poursuit sur la COLM au détriment de qualité du cadre de vie, ses retombées positives tendent à se concentrer au débouché du lac en donnant plus de poids aux fonctions métropolitaines de Maracaíbo. L'insertion du pôle pétrochimique d'El Tablazo dans le tissu économique régional a été facilitée par la participation du Grupo Zuliano aux sociétés mixtes et par la création d'un pôle de compétence technologique autour de l'Université du Zulia. La présence d'un réseau diversifié de contratistas au service de PDVSA est aussi un atout pour l'industrialisation des hydrocarbures.

CONCLUSION

52Voici quelques extraits du tableau qu'Eduardo Galeano brossait du bassin de Maracaibo à la fin des années 1960, dans une période de récession pétrolière caractérisée par un désinvestissement des compagnies étrangères : « Le lac est une forêt de tours. À l'intérieur de ces armatures de fer entrecroisé, l'implacable oscillation des balanciers engendre depuis un demi-siècle l'opulence et la misère du Venezuela... On trouve des balanciers jusqu'au fond des maisons et au coin de rues de ces villes qui ont jailli avec la même abondance que le pétrole sur les rives du lac ; le pétrole y teint en noir les rues et les vêtements, les aliments et les murs, et même les professionnelles de l'amour portent des sobriquets qui le rappellent - la Tubulure ou la Quatre-Valves, la Chevalet ou la Remorqueuse... Ces localités modernes, de triste origine mais agitées par l'allégresse de l'argent facile, ont découvert qu'elles n'avaient pas de destin. Lorsque les puits ferment, survivre relève du miracle : seules demeurent les ossatures des maisons et les eaux huileuses empoisonnées qui tuent les poissons et lèchent les zones abandonnées » (Galeano, 1971 : 232). Cette vision de désolation reste malheureusement d'actualité dans les anciennes zones pétrolières du Venezuela. Toutes les erreurs possibles et imaginables ont été commises dans le cadre d'une économie prédatrice qui a eu des effets dévastateurs, en particulier sur les rivages du bassin de Maracaibo.

53L'hégémonie pétrolière, perpétuée dans une large mesure sous la houlette de l'État après la loi de nationalisation de 1975, est à l'origine de dommages irréversibles pour le milieu naturel qui ont souvent aggravé la marginalisation des populations locales incapables de suivre la marche du progrès ou victimes de récessions cycliques. Dans ces endroits où les activités étrangères à l'exploitation pétrolière, comme la pêche et le tourisme, ont été considérablement perturbées quand elles n'ont pas été éradiquées, il est difficile de repartir sur des bases saines. Cependant, avec l'ouverture de nouvelles frontières (offshore, ceinture bitumineuse de l'Orénoque) et l'industrialisation des hydrocarbures, le Venezuela est entré dans une nouvelle étape de son parcours de pays pétrolier. Alors que la mondialisation est plus que jamais à l'ordre du jour, son insertion internationale comme périphérie intégrée passe par une concentration des activités motrices en certains points privilégiés du littoral. Cette concentration s'accompagne d'un renforcement du poids des métropoles régionales et de la mégalopole du littoral central, seuls relais efficaces dans une économie en voie de globalisation. Il reste à déterminer si la spécialisation assignée au Venezuela, dans le cadre d'une division internationale du travail toujours valide en l'occurrence, peut s'accommoder de la coexistence d'autres activités avec une industrie pétrolière puissante. Par ailleurs, on peut aussi émettre quelques doutes sur la capacité des différentes instances de pouvoir à garantir une gestion équilibrée de l'espace littoral, là où le lobby pétrolier entend faire prévaloir ses intérêts.

Photographie n°11 : Triunfo de la Cruz (Honduras). Sous les palmiers, la plage : nos clichés sur le paradis tropical sont parfois une réalité, même si la côte Atlantique du Honduras est plus connue pour ses plantations de bananes que pour son activité touristique (cliché Alain Musset).

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BAPTISTA A. et B. MOMMER, 1992, El petróleo en el pensamiento económico venezolane Caracas, Ed. IESA, Introduction à la seconde édition.

BRISSEAU-LOAIZA J., 1991, « Le Venezuela caraïbe et andin », dans Amérique Latine, Géographie universelle. Paris, Belin / Reclus.

CANAS J., 1988, « Les enjeux économiques dans un contexte de crise : les programmes industriels au Zulia », dans Revel-Mouroz J. (coord.), 1988, Venezuela : centralisme, régionalisme et pouvoir local, Paris, IHEAL.

CARDOSO F. H., 1975, Autoritarismo e Democratização. Rio de Janeiro, Paz e Terra.

CUNILL GRAU P., 1990, Venezuela : opciones geográficas. Caracas, Fundación Eugenio Mendoza.

GALEANO, E., 1971, Les veines ouvertes de l'Amérique latine. Paris, Terre Humaine.

ICLAM, 1984, Análisis de la producción pesquera en la costa nor-oriental del lago, Ciudad Ojeda..

MARCHAND B., 1971, Venezuela : travailleurs et villes du pétrole. Paris, Travaux et Mémoires de IHEAL.

Notes

1 Pour informations complémentaires se reporter à : Stratégies d'industrialisation, organisation de l'espace et insertion du Venezuela dans l'économie-monde, thèse de doctorat, Sorbonne Nouvelle-Paris III, 1997.

2 Cette préoccupation a été clairement exprimée par le Président Luis Herrera Campins qui a défini la mer des Caraïbes comme une « zone de sécurité et de présence vénézuélienne » (1980). Certains ont pu alors y voir la manifestation d'un sous-impérialisme à l'ombre des États-Unis, mais l'apaisement des luttes idéologiques et les difficultés économiques ont conduit le pays à renoncer à toute tentation hégémonique dans la zone caraïbe.

3 On enregistre aussi, dans une moindre mesure, l'expansion de certaines zones littorales et insulaires de la mer des Caraïbes grâce à la croissance naturelle des récifs coralliens. Celle-ci pourrait être stimulée artificiellement par le recours à une technologie de précipitation électro-chimique, comme l'ont mis en évidence des recherches menées à l'Institut de Développement Expérimental de la Construction de l'Université Centrale du Venezuela. Certains auteurs y ont vu, semble-t-il un peu vite, une opportunité pour accroître le périmètre maritime sous contrôle vénézuélien autour des îles d'Aves et de quelques autres sites coralliens (Cunil Grau, 1990 : 138).

4 C'est à la fin du siècle précédent que la première goutte de pétrole a été extraite du sous-sol par un Vénézuélien ayant obtenu une concession sur le piémont andin, mais la première découverte significative a été faite en 1914 par une filiale du groupe Shell au sud-est du lac de Maracaibo (Mene Grande). L'exploitation des hydrocarbures a longtemps été sous le contrôle des grandes firmes multinationales dominant ce secteur d'activité. Parmi elles se détache la présence des filiales de la Royal Dutch Shell, de la Standard Oil (Creole) et de la Gulf Oil, dans deux zones de production majeures.

5 Avec l'appropriation progressive de la rente pétrolière par l'État vénézuélien, qui a culminé lors de la promulgation de la Loi de Nationalisation en 1975, cette source de revenus est devenue un levier essentiel de l'action gouvernementale puisqu'elle a représenté 60 à 80 % des ressources publiques entre 1974 et 1985 - avant de connaître ensuite un déclin régulier.

6 Ce dispositif a été complété par diverses réglementations cherchant à attirer l'investissement privé vers certains secteurs d'activité et certaines régions par le jeu de détaxations, de crédits préférentiels ou d'autres incitations qui ont souvent été détournés de leur objectif initial.

7 La compagnie pétrolière nationale a pris des participations dans des raffineries en Europe occidentale et en Amérique du Nord et s'est engagée dans la Caraïbe (Bonaire, Bahamas).

Notes de fin

* Université de Versailles / Saint-Quentin-en-Yvelines, CREDAL

Table des illustrations

Légende Photographie n°10 ; Le port de La Guaira (Venezuela) en 1977. Créé de manière spontanée au xvie siècle, le port de La Guaira a largement profité, au xxe siècle, du développement économique vénézuélien fondé sur l'industrie pétrolière qui a connu son apogée au début des années 1970. Sur ce cliché daté de 1977, on voit que la ville commence à empiéter sur la chaîne côtière. Les installations portuaires font désormais partie de l'aire métropolitaine de Caracas (cliché A. Bride-Collin Delavaud).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2858/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 721k
Titre Figure n° 23 – Potentialités du littoral vénézuélien
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2858/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 709k
Titre Figure n°24 - Le foyer énergétique et industriel du Zulia
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2858/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 586k
Titre Figure n°25 - Le foyer énergétique et industriel du Nord-Est
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2858/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 643k
Titre Figure n° 26 – Le littoral vénézuélien : plan national d'urgence en cas de marée noire
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2858/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 815k
Légende Photographie n°11 : Triunfo de la Cruz (Honduras). Sous les palmiers, la plage : nos clichés sur le paradis tropical sont parfois une réalité, même si la côte Atlantique du Honduras est plus connue pour ses plantations de bananes que pour son activité touristique (cliché Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2858/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540