Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Troisième partie. De nouvelles dynamiques spatiales

Chapitre 8. Deux modèles de développement touristique sur le littoral mexicain : Acapulco et le couloir côtier Tijuana-Ensenada

Nora L. Bringas Rábago

Résumé

Résumé
L'objectif de ce chapitre est de démontrer comment les politiques de développement du gouvernement mexicain ont favorisé l'impulsion de régions côtières, dont la base économique repose sur l'activité touristique. Dans ce contexte, notre travail présente l'évolution du modèle urbain suivi par deux grands centres touristiques du pays : Acapulco et le couloir côtier Tijuana-Ensenada. Il s'agit de porter l'attention sur le danger que représente, pour l'avenir d'un centre touristique, l'inexistence d'une planification ou d'une vision globale permettant à la fois de corriger les erreurs du modèle et de prendre en compte les expériences d'autres stations balnéaires, afin de réduire les coûts très élevés qu'occasionne le déclin d'un centre touristique.

Resumen
Este documento se propone mostrar cómo las políticas de desarrollo del gobierno mexicano han coadyuvado a impulsar regiones costeras, cuya base económica descansa en la actividad turística. En este contexto se presenta el patrón de desarrollo que ha tomado la urbanización en dos importantes destinos turísticos del país: Acapulco y el Corredor Costero Tijuana-Ensenada. Es interés de este trabajo llamar la atención sobre el peligro que encierra para el futuro de un centro turístico, el que no exista una planeación o visión global que permita corregir las desviaciones del modelo y retomar las experiencias de otros destinos para evitar enfrentar así, los costos tan altos que trae consigo el declive de un centro turístico.

Texte intégral

  • * El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, B.C., Mexique, CREDAL. Traduction : Alain Musset.

1Note portant sur l’auteur*

« Quant à la ville d'Acapulco, il me semble qu'on lui devrait plutôt donner le nom d'un pauvre village de pêcheurs, que celui de la première foire de la mer du Sud et l'échelle de la Chine, puisque ses maisons ne sont faites que de boue, de bois et de paille ».
Gemelli Careri, Le Mexique à la fin du xviie siècle.

2Comment urbaniser les espaces côtiers et, en même temps, protéger le milieu naturel ? Voici l'un des principaux défis que doivent relever tous les pays qui, comme le Mexique, disposent d'un littoral très étendu. Les espaces littoraux sont des espaces de très grande valeur pour tout ce qui concerne les activités industrielles ou touristiques, entre autres. C'est pourquoi ils subissent de fortes pressions foncières qui imposent la mise en œuvre d'une vraie politique d'aménagement du territoire. L'attraction que représente le littoral pour le tourisme constitue en soi une arme à double tranchant. D'un côté, de puissants intérêts économiques entrent en compétition pour obtenir une urbanisation rapide du littoral, dans le cadre d'un tourisme « traditionnel » fondé sur la prolifération des fronts de mer bâtis directement sur la plage (hôtels, immeubles de rapport servant de résidences secondaires). Les aspects environnementaux et l'harmonie des paysages passent alors au second plan. De l'autre, quelques groupes militent pour imposer un développement touristique, soucieux de respecter le milieu naturel.

3Durant plusieurs décennies, la balance a plutôt penché en faveur de considérations purement économiques. Pourtant, depuis le milieu des années 1980, on note l'émergence, au niveau mondial, d'une préoccupation nouvelle pour l'environnement. Ce changement n'a pas épargné le milieu du tourisme puisque, depuis cette époque, les planificateurs et les aménageurs proposent de nouvelles idées pour favoriser l'urbanisation sans agresser le milieu naturel, dans la perspective d'un « développement durable ».

  • 1 Je voudrais remercier Patricia Fernandez de Castro et Christian Zloniski pour leurs suggestions et (...)

4Le Mexique, avec plus de 11 000 km de littoral, possède un énorme potentiel de développement sur les zones côtières, alors que, jusqu'à présent, leur mise en valeur n'a été que partielle. Le littoral de la côte du Golfe, considéré comme le plus accessible, est le mieux intégré au système urbain de la zone centrale. Il bénéficie d'un énorme trafic maritime et de grandes perspectives de croissance liées à la production pétrolière. En revanche, la façade Pacifique, malgré son étendue, se révèle plus hétérogène, moins densément occupée. Le peuplement est discontinu et les relations entre villes côtières sont faibles. Ces handicaps n'ont pourtant pas empêché le développement de quelques unes des plus importantes stations balnéaires du pays. Le but de ce travail est donc de présenter comment les politiques de développement du gouvernement mexicain ont favorisé la croissance de certaines régions côtières présentant un grand potentiel touristique. Deux grandes parties structurent l'ensemble. La première replace dans un cadre général la participation de l'État qui, en soutenant et en encourageant les activités touristiques, peut être considéré comme l'un des principaux acteurs du développement littoral. La deuxième partie met en parallèle deux modèles contrastés de cette politique : Acapulco et le couloir côtier Tijuana-Ensenada1.

L'ÉTAT AMÉNAGEUR ET LE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE DES ESPACES LITTORAUX

5Au cours de la période qui suit la deuxième guerre mondiale, le tourisme a connu au Mexique une croissance soutenue. Parmi les effets bénéfiques qu'on peut lui reconnaître, il faut noter son impact sur l'économie nationale : augmentation de la participation du secteur tourisme dans la balance des paiements et dans le PIB, création de nombreux emplois, effets secondaires positifs sur d'autres activités, tout ceci contribuant à dynamiser le développement régional.

La mise en place des outils de l'aménagement touristique

6Cette croissance a suivi le rythme de l'amélioration continue des conditions socio-économiques générées par les sociétés modernes. La pratique de cette activité requiert cependant l'existence d'une offre diversifiée de services, d'activités et d'infrastructures. Or, le Mexique est particulièrement riche en ressources naturelles et culturelles. C'est pourquoi le gouvernement fédéral, conscient des avantages comparatifs dont disposait le pays face à la concurrence internationale, décida de soutenir le développement touristique, principalement dans les stations balnéaires, puisque ce type d'activité répondait autant aux désirs des visiteurs étrangers qu'à ceux de la population locale. Dès 1963, le département du Tourisme lança le premier Plan national de développement touristique, confirmant le rôle stratégique accordé par l'État à cette activité pour faire progresser le pays. Cette reconnaissance officielle entraîna le gouvernement fédéral à assurer la charge de la planification touristique. Son action porta sur deux points principaux : la création d'infrastructures et le soutien aux investissements dirigés vers ce secteur.

  • 2 Si on lit l'ouvrage de Pierre Racine sur l'aménagement du littoral languedocien (Racine, 1990), on (...)

7En tant que promoteur et investisseur, le gouvernement est intervenu de manière massive pour développer le tourisme balnéaire au cours des trois dernières décennies (Jiménez, 1992). Cependant, l'action gouvernementale s'est focalisée sur quelques axes fondamentaux qui reflétaient la fonction attribuée à cette activité dans le cadre d'une politique globale de développement économique : la création d'emplois, l'apport de devises étrangères, la participation directe de l'Etat comme investisseur et comme planificateur, et enfin sa capacité à faire sortir du sous-développement certaines régions disposant d'atouts naturels capables d'attirer le tourisme balnéaire2. La planification touristique a porté en priorité sur le marché international, susceptible de générer d'importants flux de devises, au détriment des programmes destinés à satisfaire la clientèle nationale. Le critère économique reste donc privilégié par l'Etat, puisqu'il s'agit pour lui non seulement d'attirer des devises, mais aussi de rentrer dans ses fonds, après avoir investi des sommes considérables pour moderniser les infrastructures touristiques et gagner de nouvelles parts sur le marché international. Ces considérations ont formé la base de toute la politique touristique suivie par la suite au Mexique. Or, en limitant son action à des objectifs économiques, l'Etat a volontairement ignoré les implications sociales et culturelles que le tourisme pouvait avoir pour les Mexicains dans leur usage du temps libre, considéré alors comme une véritable expérience sociale (Bringas, 1997a). Les investissements fédéraux continuent ainsi à privilégier le secteur hôtelier. Ils en ont fait le fer de lance du décollage économique de l'activité touristique, grâce à la création d'une offre de logements capable de concurrencer les principales destinations du tourisme de plage, notamment dans la Caraïbe.

  • 3 Fonatur est un organisme chargé d'appuyer le développement de l'activité touristique en général, e (...)

8L'accent porté sur la création d'infrastructures et d'équipements a constitué l'une des stratégies de développement par le tourisme qui devaient permettre de réduire en partie l'ampleur des déséquilibres régionaux. Le rôle du gouvernement comme maître-d'ouvrage de la planification s'est manifesté par la création d'institutions et d'organismes qui ont directement participé à la conception, au financement et à la construction des centres touristiques (Sectur, 1988 ; Olivera, 1977 ; IMIT, 1980 ; Bringas, 1995a). Après la création du Département du Tourisme, en 1963, les actions gouvernementales dans le domaine touristique ont semblé s'essouffler. Pourtant, en 1968, le gouvernement fédéral demanda à la Banque du Mexique de mettre au point les outils d'une politique de développement touristique. Un an plus tard naissaient le Fonds de Garantie et de Développement du Tourisme (Fogatur) et le Fonds de Promotion des Infrastructures Touristiques (Infratur), dont l'objectif était de réaliser un Programme Intégral des Centres Touristiques (PICT). Ces institutions permirent la réalisation de toute une série d'études destinées à localiser, sur l'ensemble du territoire national, les endroits susceptibles d'accueillir des infrastructures touristiques (Fonatur, 1980). Ce programme de repérage marqua le début de la reconnaissance des zones côtières dans la stratégie de développement touristique engagée par l'État. Il se concrétisa en 1974 par la création du Fonds National pour le Développement Touristique (Fonatur)3, résultat de la fusion de Fogatur et d'Infratur. La principale contribution de cet organisme a été d'octroyer des crédits pour favoriser la croissance du secteur touristique dans les espaces sélectionnés (Ramírez, 1981 : 155).

L'évolution de la politique touristique

9À partir de cette période, la politique touristique du gouvernement mexicain a connu de profonds changements. Une fois reconnue l'importance du tourisme comme élément-clé du développement régional, la participation de l'État dans ce secteur n'a fait qu'augmenter. C'est ainsi que deux stratégies ont été mises en œuvre pour favoriser la croissance des activités touristiques dans les régions côtières du pays : d'une part, des crédits ont été accordés aux stations balnéaires traditionnelles, comme Acapulco (État de Guerrero), et dans une moindre mesure Puerto Vallarta (Jalisco), Manzanillo (Colima) et le port de Veracruz, entre autres, pour qu'elles améliorent ou modernisent leurs infrastructures et leurs équipements. D'autre part, on a mis en œuvre une stratégie de plus grande ampleur, consistant à créer de toutes pièces de nouveaux centres touristiques entièrement planifiés. À la fin des années 1970, cinq sites balnéaires, jusqu'alors complètement inconnus, furent choisis par Fonatur pour devenir des stations tournées vers le tourisme international : Cancún (Quintana Roo), Ixtapa (Guerrero), Loreto, Cabo San Lucas et San Juan del Cabo (Basse Californie du Sud). Afin de réaliser son vaste projet, le gouvernement dut faire appel à une aide extérieure, celle de la Banque Interaméricaine de Développement (BID). Cette stratégie de développement a-t-elle vraiment obéi à une politique globale d'aménagement des zones côtières ? La réponse n'est pas évidente car, comme nous le verrons plus loin, les essais de planification intégrale de l'activité touristiques dans les régions choisies pour recevoir les nouveaux pôles de développement touristique ont eu, dans la pratique, des effets contradictoires : au lieu d'exercer un effet d'entraînement sur l'ensemble des activités régionales, ces stations se sont vite transformées en enclaves touristiques (Hiernaux, 1989 ; Cazes, 1980 ; Gormsen, 1977).

  • 4 D'après la « Loi sur les titres et les opérations de crédit », un fidéicommis (fideicomiso) est un (...)
  • 5 À l'origine, la durée maximum du contrat était de 30 ans. En 1989, cette durée a été portée à 50 a (...)
  • 6 Les ejidos correspondent aux terres collectives attribuées aux communautés rurales dans le cadre d (...)

10De la même manière, au cours de la présidence de Luis Echeverría (1970-1976), la politique toutistique a connu de nouvelles orientations. En 1971, par exemple, apparurent de nouveaux mécanismes légaux qui, par l'intermédiaire des contrats de fidéicommis (fideicomisos)4, donnent aux étrangers le droit de disposer de biens immobiliers sur les côtes et les frontières, dans la zone interdite aux personnes qui n'ont pas la nationalité mexicaine5. L'un des objectifs de ces fidéicommis était de contrôler les investissements étrangers qui détournaient la loi en utilisant des prêtes-noms mexicains pour accéder à la propriété immobilière dans ladite zone. C'est à la même époque que furent créés les ejidos turísticos, le plus souvent situés dans les régions côtières. Cette nouvelle modalité permettait à des terres ejidales inaptes à l'agriculture d'être utilisées à des fins touristiques, si elles en avaient le potentiel6. De nombreux ejidos ont profité de cette loi pour mettre en valeur des ressources naturelles jusqu'alors inexploitées. Ce fut ainsi le cas de l'ejido Mazatlán (État de Basse Californie), qui accéda au statut de municipe sous le nom de Playas de Rosarito grâce au développement des activités touristiques sur son territoire.

11Comme nous le verrons dans le cas d'Acapulco et du Cocoten (Couloir côtier Tijuana-Ensenada), les politiques mises en œuvre par le gouvernement mexicain pour développer les activités touristiques dans les régions côtières ont souvent eu des aspects positifs. Cependant, on ne peut nier le fait que, par la faute d'une mauvaise planification, les résultats n'ont pas toujours été à la hauteur des espérances. Dans de nombreux cas, l'espace littoral a été aménagé de manière incohérente, même dans le cadre des stations intégrées. De telles pratiques ont entraîné une dégradation rapide des ressources naturelles. Or, conséquence indirecte de ces atteintes à l'environnement, le développement touristique s'est orienté vers un nouveau modèle qui place l'objectif d'un « développement durable » au centre de ses projets et de ses programmes.

DEUX MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT TOURISTIQUE SUR LES CÔTES MEXICAINES

Acapulco ou le paradis perdu

12Durant de nombreuses années, Acapulco a été la principale destination touristique non seulement du Mexique mais de toute l'Amérique latine. À ses débuts, ce n'était qu'un petit bourg regroupant quelques maisons autour d'une place centrale, mais la beauté naturelle du site a suffi pour attirer des flux croissants de touristes nationaux et étrangers. Si l'intérêt historique et culturel de la ville est limité, elle compte en revanche un grand nombre de centres de divertissements nocturnes principalement tournés vers une clientèle jeune.

La naissance d'une station balnéaire

  • 8 Entrevue avec M. Francisco Escudero, ancien gérant de l'hôtel Las Brisas (1992).

13Au début du siècle, la mer était encore la principale voie d'accès au port, pour des raisons plus commerciales que touristiques. Cette situation a changé en 1927, avec l'ouverture d'une route qui permit d'intégrer le port au reste du pays. De cette année date la véritable naissance d'Acapulco, puisque le raccordement de la route Taxco-Acapulco à l'embranchement Mexico-Cuernavaca mit enfin le port du Pacifique à la portée non seulement des habitants du district fédéral, mais aussi des visiteurs étrangers, dans le cadre général d'une civilisation de l'automobile qui se diffusait rapidement au sein des classes moyennes et supérieures de la société. C'est à ce début de flux touristique que l'on doit la création, en 1928, du premier aéroport d'Acapulco (Schornnick, 1977 : 36 ; Ramírez, 1986 : 5). Les années 1930 virent la construction des premiers hôtels à proximité du Zócalo (place centrale), c'est-à-dire près du cœur politique, administratif, financier et commercial de la ville, là où se concentraient à la fois les services urbains, les zones résidentielles et les quartiers populaires. Les hôtels construits à cette époque n'ont pas modifié la structure de la cité car ils n'étaient pas très élevés et comptaient peu de chambres. Plus que l'accès direct aux plages, leur principal intérêt résidait dans la vue panoramique qu'ils offraient sur l'ensemble de la baie. Cette zone a par la suite été appelée « l'Acapulco traditionnel », puisqu'il s'agissait de la partie la plus ancienne de la station, là où s'est faite la gestation du développement touristique du port (figure n° 21). À cette époque, les infrastructures et les équipements étaient rudimentaires. On pouvait cependant deviner l'essor qu'allait connaître par la suite l'activité touristique puisque, très vite, des propriétés ejidales ont été vendues à bas prix à des promoteurs afin de construire de nouveaux hôtels. C'est ainsi qu'au début des années 1940 l'offre hôtelière avait déjà considérablement augmenté, ce qui permettait d'espérer un net accroissement des flux touristiques8.

14Au même moment, l'Europe plongée dans la seconde guerre mondiale cessa d'être une destination pour les touristes nord-américains. Le port d'Acapulco devint alors pour eux une alternative : on venait à peine de le découvrir, il se trouvait à proximité, les prix étaient plus abordables et, surtout, on y était à l'abri des événements tragiques qui embrasaient le vieux continent. Le gouvernement profita de la conjoncture pour lancer une opération baptisée « un peso pour un peso » dans laquelle l'État s'engageait à verser un peso pour chaque peso investi par l'initiative privée. Cette mesure stimula les investissements et permit à Acapulco de bénéficier de financements destinés aux infrastructures et aux services touristiques, particulièrement dans le secteur de l'hôtellerie, tandis que l'on intensifiait les campagnes de promotion (Ramírez, 1980 : 6). La fin du conflit mondial et la guerre de Corée marquèrent le début d'une nouvelle vague de touristes nord-américains et d'anciens combattants qui affluèrent vers le port. En effet, au même titre que La Havane, Acapulco avait été choisie par le gouvernement des États-Unis pour offrir aux vétérans de son armée des lieux de détente destinés à leur faire oublier l'horreur des combats. Ces touristes d'un nouveau genre étaient plutôt des jeunes gens appartenant à des couches sociales moins favorisées. Pour répondre à leurs besoins, bars et boîtes de nuit se sont multipliés dans toute la ville.

15Au cours de cette période, les mouvements migratoires vers Acapulco s'intensifièrent : entre 1930 et 1940, la population a augmenté de 53 % (Schornnick, 1997 : 37).

Figure n° 21 – Acapulco : évolution de l'espace urbain (1930-1994). Sources : Période 1930-1980, Kreth, 1985, période 1980-1994, INEGI

  • 9 Entrevue avec M. Francisco Escudero, ancien gérant de l'hôtel Las Brisas (1992).

16Ces flux sont à l'origine de la formation de nouveaux quartiers populaires et d'une coupure de plus en plus marquée entre la ville et la zone touristique, dont les habitants bénéficient de meilleures infrastructures et de meilleures conditions de vie. La physionomie de la ville, jusqu'alors centrée sur le zócalo, commence à changer. De nouvelles zones résidentielles apparaissent, un nouvel aéroport est mis en service vers Pié de la Cuesta, tandis qu'on commence la construction de l'autoroute Mexico-Acapulco et celle de l'avenue du bord de mer (l'actuelle Costera Miguel Alemán), qui endommage plusieurs plages et entraîne la création de nouvelles rues. C'est tout au long de ce boulevard que l'on commence à bâtir des hôtels en front de plage, dans le quartier aujourd'hui appelé Acapulco Dorado, « l'Acapulco doré » (Ramírez, 1980 : 7). Le nombre et la taille des hôtels ne fait qu'augmenter. Les plus grands sont construits face aux plages, mais sans accès direct à la mer, contrairement à ce qui se fera par la suite. La demande est alors tellement forte que les hôtels ne pouvent y subvenir et que de nombreux visiteurs doivent se rabattre sur des pensions de famille. Certains trouvent à se loger chez l'habitant, dans des maisons aménagées pour accueillir les touristes qui n'ont pas trouvé de place dans un hôtel9.

17Tout autant que les forts investissements réalisés avec l'appui de l'État dans le secteur des infrastructures touristiques, l'augmentation du nombre des visiteurs a eu une très forte influence sur la croissance touristique d'Acapulco au cours des années suivantes. Ce boom a été particulièrement sensible pendant la présidence de Miguel Alemán Valdez (1946-1952), que l'on peut considérer comme le grand promoteur d'Acapulco. En 1947, le chef de l'État autorisa l'expropriation de quatorze ejidos sous le prétexte de favoriser le développement touristique du port. La haute rentabilité économique de cette activité servit d'argument pour justifier toute une série d'opérations visant à convertir des terres agricoles productives en espaces récréatifs. À partir de la seconde moitié des années 1950, Acapulco se transforma en un lieu de réunion à la mode pour la jet set nord-américaine et mexicaine. La réputation flatteuse dont elle bénéficiait lui permit d'attirer toujours plus de membres du monde artistique. Acapulco devint le point de mire de tous les mass medias, ce qui provoqua l'arrivée d'une nouvelle vague de touristes désireux de retrouver l'atmosphère prestigieuse dont ils avaient entendu parler (Ramírez, 1985 : 19). C'est aussi l'époque où les infrastructures routières s'améliorent : l'autoroute Mexico-Cuernavaca est inaugurée en 1955, ce qui permet des déplacement plus rapides et plus sûrs et rapproche un peu plus d'Acapulco les classes moyennes et hautes du District Fédéral. En outre, l'année 1959 est marquée par le triomphe de la Révolution cubaine. Les touristes nord-américains se détournent alors de l'île pour se rendre en masse à Acapulco, provoquant un afflux brutal qui augmente la renommée internationale du port mexicain. On passe ainsi de 92 694 visiteurs enregistrés en 1954 à plus de 540 000 en 1960 (Schornnick, 1977 : 38), ce qui représente une augmentation de 600 % en six ans, sur la base d'une croissance annuelle de 29 %, la plus élevée de toute l'histoire mexicaine.

L'apogée d'Acapulco

18L'État mexicain a joué un rôle décisif dans la consolidation du développement touristique d'Acapulco. Jusqu'à la fin des années 1970, avec l'exploitation des gisements pétroliers de la côte du Golfe, le tourisme a été pour le pays la principale source de devises étrangères. C'est pourquoi l'État a pris sous sa responsabilité de diriger sans cesse de nouveaux investissements vers Acapulco. Outre son rôle de principal actionnaire dans de nombreux programmes, il a tout fait pour consolider la croissance économique de la principale station balnéaire du pays en attirant des capitaux privés, d'origine nationale ou étrangère, quitte à transformer des terres agricoles en espaces urbanisés à force de construire des hôtels. À coups de simplifications administratives et d'incitations fiscales, il a favorisé l'implantation de grandes chaînes hôtelières. De même, il n'a jamais hésité à participer comme actionnaire à des initiatives privées pour permettre l'installation d'infrastructures et de services. Dans ce contexte, 1968 marqua l'apogée du développement touristique d'Acapulco, avec l'entrée en service de l'actuel aéroport. Les nouvelles installations étaient désormais accessibles aux plus gros avions de ligne des compagnies étrangères. On assista à une multiplication des vols charter et l'offre en voyages et en sièges explosa grâce à la vente de billets combinés (avion+hôtel) et au développement du crédit (« voyagez maintenant, payez après »). Tous ces éléments ont marqué le début du tourisme de masse qui allait se développer par la suite à Acapulco (Shornnick, 1977 : 40).

19C'est au cours des années 1960 que l'on enregistre à Acapulco la plus forte croissance du secteur hôtelier. On passe ainsi de moins de 5 000 chambres en 1960 à plus de 10 000 à la fin de la décennie (Shornnick, 1977 : 39), ce qui représente une croissance annuelle moyenne de 7,2 %. Au cours de la même période, les chambres de luxe ont, quant à elles connu une augmentation de 17,7 % par an, preuve que l'on voulait avant tout attirer une clientèle fortunée. Mais si les hôtels ont été construits avec des capitaux mexicains, ils étaient dirigés par de grandes chaînes internationales. Ces groupes, qui possédaient à la fois lignes aériennes, agences de voyage et location de voitures (entre autres activités), exerçaient un contrôle strict sur le marché en s'appuyant sur plusieurs points forts, hors de portée de la majorité des entreprises mexicaines (notamment les PME) : technologie avancée, système informatisé des réservations, nouvelles méthodes de gestion, haute formation des cadres administratifs, utilisation massive de la publicité (Ramírez, 1985 : 21). Cette époque est marquée par la transformation des paysages naturels du port d'Acapulco. Dans l'Acapulco Dorado, d'immenses tours bâties sur la plage, architecture caractéristique de l'Acapulco moderne, forment des montagnes d'hôtels qui bouchent toute la vue. De part et d'autre de l'avenue du bord de mer se met en place un nouveau modèle de développement touristique. Les grands établissements offrent à leur clientèle des plages privées, un service de boissons et de repas, des boutiques d'articles de luxe, des spectacles, des discothèques, etc. Sans sortir de leur hôtel, les clients peuvent profiter de tout ce que leur a promis la publicité : la plage, le soleil, le sable, mais aussi de gentils organisateurs bien bronzés, du sexe et des distractions nocturnes... L'appui financier dont a profité cet espace, via la fourniture d'infrastructures et de services, a été tel que l'ancienne zone touristique d'Acapulco, « l'Acapulco traditionnel », a été marginalisée.

20Cette croissance explosive a provoqué une expansion incontrôlée de l'urbanisation. Les quartiers populaires, alimentés par d'incessants flux migratoires, ont commencé à s'étendre vers les collines (Ramírez, 1985 ; Schornnick, 1977 : 44-49 ; Odening : 1977). La proximité de ces deux mondes a rendu encore plus violents les contrastes entre la ville et la zone touristique, alors que les plages, principale richesse naturelle et touristique de la région, étaient confisquées par les grands hôtels. Les équipements urbains étaient très inégalement répartis, puisque la plus grande partie des financements étaient dirigés vers l'Acapulco moderne. La prolifération des quartiers pauvres, accrochés à flanc de montagne et dépourvus de tout service, n'a fait qu'accroître les phénomènes de ségrégation spatiale introduits par le tourisme. C'est pour essayer de réduire ces inégalités que le Plan Acapulco a été lancé en 1971. Son principal objectif était d'améliorer les conditions de vie des deux populations. Pour les habitants, on envisageait de s'attaquer aux sources mêmes du problème. La priorité était donnée à l'amélioration des infrastructures et des services, à la régularisation des titres de propriété et au relogement des squatters. Pour les touristes, il s'agissait principalement de créer des espaces verts, de nettoyer les plages et de contrôler la qualité des eaux de baignade (Schornnick, 1977 : 47).

21C'était une époque de prospérité pour Acapulco, mais on n'a jamais pris aucune mesure pour planifier son développement. La croissance du tourisme était vertigineuse, les hôtels travaillaient avec un taux de remplissage très élevé, mais il n'est venu à l'esprit de personne que le gouvernement serait vite incapable de faire face aux besoins vitaux de la population locale et que ce problème pourrait avoir un impact négatif sur l'activité touristique. L'expansion se poursuivait, mais personne ne savait quelle direction elle allait prendre. Aucune activité complémentaire ou alternative ne fut implantée. On ne prit aucune mesure corrective pour réorienter un développement touristique qui, au lieu de répondre aux désirs et aux besoins de la demande internationale, restait fondé, d'une part, sur les facilités accordées aux investissements par le gouvernement mexicain et, d'autre part, sur l'augmentation des flux de touristes en quête de destinations à bon marché. À partir de 1972, Acapulco commença à être saturée, signe de son futur déclin. Auparavant reconnue dans le monde entier comme un lieu de villégiature prestigieux destiné aux classes moyennes et supérieures de la société, elle s'est transformée en station tournée vers le tourisme de masse, mêlant sans discernement touristes mexicains et étrangers. Deux éléments ont accéléré cette évolution : la baisse des tarifs du transport aérien et la pression exercée par les tour operators sur les compagnies aériennes et sur les hôtels pour obtenir des prix avantageux.

La fin d'une époque ou la fin d'un modèle ?

22Ces vagues croissantes de touristes, conjuguées aux arrivées de migrants en quête de meilleures conditions de vie, ont exercé une telle pression sur l'écosystème que celui-ci s'est progressivement dégradé, entraînant la stagnation de l'activité touristique (Ramírez, 1985). L'ampleur des poblèmes écologiques rencontrés dans la baie a incité les investisseurs a chercher d'autres destinations pour implanter leurs entreprises. Cette fuite des capitaux a provoqué l'arrêt des constructions d'hôtels, même si les copropriétés ont alors enregistré de très forts taux de croissance. La situation était prévisible depuis plusieurs années, mais ni les services touristiques, ni la municipalité, ni les organismes officiels n'ont pris les mesures qui auraient permis de prévenir le problème ou de corriger la mauvaise direction prise par les événements. L'invention de la propriété à temps partagé, au cours des années 1970, n'a fait qu'aggraver les difficultés (Proal Cava, 1992). En permettant à des petits propriétaires aux ressources limitées d'accéder à leur appartement durant une courte période de l'année, elle a en effet permis à un tourisme bas de gamme d'affluer en masse.

231976 vit la création du Fidéicommis Acapulco, un fonds tripartite composé par la municipalité, l'État de Guerrero et le gouvernement central. Son but prioritaire était d'assurer le développement urbain, touristique et industriel du port, à court, moyen et long terme. Doté d'un budget propre, il devait contribuer à régler l'ensemble des problèmes en proposant des projets et des programmes d'aménagement. Mais le déficit en services et en équipements était si grand qu'aucun programme, aussi ambitieux fût-il, ne pouvait accomplir cette tâche. Dans les années 1980, Acapulco est entrée dans une phase critique : les infrastructures se dégradent rapidement, la sécurité publique et les services urbains sont de moins en moins bien assurés, la pollution gagne toute la baie, les vendeurs ambulants prolifèrent, l'approvisionnement alimentaire est insuffisant, les serveurs sont peu motivés... Personne ne montre le moindre intérêt pour tenter de résoudre un problème qui se pose déjà à l'échelle régionale. Alors que les trois niveaux de décision (ville, État, gouvernement fédéral) étaient conscients de la situation, aucune décision n'a été prise à temps pour infléchir le cours de l'histoire, par manque de projet à long terme.

24L'actuelle crise économique qui touche le pays depuis 1995 ne fait qu'aggraver le problème : les investissements sont au point mort, les lignes aériennes ont réduit la fréquence de leurs vols et le nombre des places disponibles, les campagnes de promotion n'atteignent pas leur but, la concurrence des autres stations balnéaires, au Mexique comme à l'étranger, est de plus en plus vive. La guerre des prix engagée avec Cancún a entraîné une baisse du tarif des hôtels, car les destinations touristiques mexicaines doivent désormais rivaliser entre elles. Tous ces facteurs, conjugués au retard technologique pris aussi bien pour les réservations que pour la promotion, la dégradation de l'environnement et les nouvelles orientations du tourisme actuel, font qu'Acapulco a perdu une grande partie de son intérêt touristique. Pour tenter de pallier ces difficultés, l'État de Guerrero a engagé en 1990 un « Programme intégral de rénovation touristique » destiné à répondre au manque d'infrastructures et de services urbains. L'objectif était de freiner la prolifération des marchands ambulants sur les plages, de réglementer la vente des propriétés à temps partagé, de réduire la pollution des eaux de la baie, d'accroître la sécurité publique, d'améliorer le système d'asssainissement, de rendre plus efficaces les transports urbains et de régulariser l'usage et la propriété du sol urbain. Il s'agissait donc de redorer le blason touristique d'Acapulco, au Mexique comme à l'étranger (Juárez, 1992).

25Plusieurs mesures juridiques ont été prises en ce sens, dans un cadre législatif et réglementaire rénové. En 1990, l'État de Guerrero a ainsi voté une « Loi de régulation et de développement du système de temps partagé » destinée à protéger les intérêts des acheteurs face aux fraudes des vendeurs. Une « Loi pour le développement du tourisme » a été promulguée, ainsi que des réglements sur l'exercice du commerce ambulant, sur les spectacles et les centres nocturnes, sur le stationnement, etc. De la même manière, un schéma directeur d'aménagement a été élaboré pour l'ensemble de la ville, ainsi qu'un plan d'occupation des sols pour « l'Acapulco traditionnel », Acapulco Dorado et Acapulco Diamante (Juárez, 1992). Cette politique a connu quelques succès, trop souvent mitigés. La construction et la concession d'un marché d'artisanat a ainsi permis de loger les marchands ambulants, mais pour un temps seulement. En effet, il y avait trop peu de places disponibles et pas assez d'emplois alternatifs, les WC publics manquaient, tout comme les restaurants. Les petits vendeurs n'ont donc pas déserté les plages et les rues de la cité. De la même manière, l'assainissement de l'agglomération a été concédé à la société ACALIMPIA : des installations pour le traitement des eaux usées ont été placées sur la plage, pour tenter de réduire la pollution de la baie. Cependant, le problème est toujours aussi grave en saison des pluies, puisque les eaux de ruissellement entraînent vers la mer les immondices accumulées dans les quartiers populaires situés sur les hauteurs de la ville. Les mesures prises ne traitent donc pas le fond du problème et la qualité des eaux de baignade n'a pas été améliorée.

26La carte maîtresse du gouvernement, au cours de cette période, a été la création d'une réserve touristique destinée à accueillir une nouvelle zone de développement baptisée Punta Diamante, sur des terres ejidales expropriées. Les terrains ont été vendus aux aménageurs par les services de l'action touristique. Les aspects écologiques de l'opération ont été particulièrement soignés, parce qu'il s'agissait de construire le quartier le plus prestigieux d'Acapulco. Les infrastructures ont été conçues pour desservir une zone d'habitat de basse densité, regroupant des hôtels et des copropriétés de luxe, entourés de grands espaces verts. Pourtant, même si le projet est très récent, il n'apporte rien de nouveau, puisqu'il ne fait que répéter les mêmes schémas de développement fondés sur l'utilisation des richesses naturelles, la privatisation des plages et la confiscation des paysages, par l'intermédiaire des hôtels et des résidences privées. La permanence de ce modèle, qui semble ignorer les nouvelles orientations du tourisme international, ne peut avoir que des conséquences négatives sur le reste de l'agglomération (Acapulco Traditional ou Acapulco Dorado), puisque les nouvelles offres de logement vont provoquer une chute de la valeur des chambres situées dans les zones les plus anciennes. On continue donc à penser aux différents composants du produit touristique de manière séparée, sans établir de relations entre eux, ce qui interdit tout approche globale du développement régional.

27Une autre tentative lancée par l'État pour relancer le tourisme à Acapulco n'a pas porté ses fruits. Un « Fonds de promotion mixte », destiné à assurer la promotion d'Acapulco sur le marché international a été créé avec la participation du gouvernement fédéral, de l'État de Guerrero et du secteur privé. Devant les réticences des entrepreneurs, les autorités ont été obligées d'alimenter le fonds en prélevant une taxe de 10 % sur la consommation d'eau dans les établissements touristiques. Les sommes engagées ont permis de multiplier les annonces publicitaires, sans pour autant apporter d'éléments nouveaux aux méthodes traditionnelles de commercialisation. Le tourisme de masse, qui recherche des destinations bon marché, a fortement augmenté à Acapulco. En revanche, les touristes disposant de hauts revenus ont cessé de fréquenter le port, qui souffre d'un environnement dégradé et d'une baisse de la qualité des services (or, les prix sont souvent inadaptés aux prestations réellement offertes). En outre, la clientèle la plus aisée n'apprécie pas de se mêler à des populations dont les différents styles de vie ne lui conviennent pas. La majorité des touristes qui se rendent à Acapulco sont aujourd'hui des Mexicains, pour la plupart venus du district fédéral et de son aire métropolitaine. En 1996, sur un total de 1,9 million de visiteurs (contre 4,16 millions en 1983), seuls 17,6 % étaient des étrangers. Il s'agit avant tout d'un tourisme familial, qui profite d'un endroit adapté à des revenus modestes : les hôtels ne sont pas chers et beaucoup de visiteurs sont propriétaires d'un petit appartement, ce qui a fait d'Acapulco un lieu de villégiature pour les fins de semaine.

28En somme, ce n'est qu'après l'amorce du déclin d'Acapulco que l'on a tenté de corriger des erreurs qu'il aurait fallu traiter bien avant. Une planification à moyen et à long terme aurait sans doute permis de prévenir ou de résoudre une grande partie des difficultés rencontrées par la suite. Parmi tous les facteurs qui expliquent la décadence d'Acapulco, la pollution de la baie et la dégradation du milieu naturel ont sans aucun doute joué un rôle déterminant. En provoquant la chute de son potentiel touristique, fondé sur la beauté des paysages et la qualité de l'environnement, les promoteurs ont tué la poule aux œufs d'or : le problème écologique s'est alors converti en suicide économique.

Le couloir côtier Tijuana-Ensenada (Cocoten)

29La place qu'occupe l'activité touristique dans l'économie de l'État de Basse Californie est manifeste quand on s'intéresse aux revenus qui en découlent. En 1990, le tourisme du Cocoten a rapporté 746 millions de dollars à l'État (Fonatur-COLEF, 1991). En 1996, selon certaines estimations, les seules dépenses des touristes dans cette région ont atteint 425 millions de dollars (COLEF-CESTUR, 1997), ce qui représentait 6,1 % des revenus du tourisme à l'échelle nationale (6 934,4 millions de dollars) et plus du quart des richesses produites par ce secteur sur l'ensemble de la zone frontière.

La genèse d'une région touristique

30Pourtant, durant toute la première moitié du xxe siècle, la zone côtière Tijuana-Ensenada a connu un développement limité. Il s'agissait d'un espace essentiellement rural, même si les villes de Tijuana et d'Ensenada, qui commençait à s'urbaniser, connurent une période de forte croissance touristique liée, d'une part, à la mise en place aux États-Unis des lois condamnant la vente et la consommation d'alcool (1920-1933 : époque de la Prohibition) et, d'autre part, à l'implantation de casinos dans cette région du Mexique. À la fin des années 1920 et au début des années 1930, les premiers hôtels commencèrent à s'élever à Rosarito, signes précurseurs de ce qui deviendrait le plus grand centre touristique de la région. Pourtant, on ne pouvait pas encore imaginer l'énorme potentiel économique que représenterait, quelques années plus tard, l'essor du tourisme balnéaire. Dans le cadre de la Réforme agraire (1936-1940), le gouvernement fédéral expropria les terres qui appartenaient à des étrangers et les distribua aux paysans, sous la forme d'ejidos (Aguirre, 1985 : 487-496). Cette répartition des terres fut le premier bénéfice social que les paysans de la région obtinrent de la Fédération. Elle provoqua un mouvement migratoire vers la côte, mouvement qui se concrétisa par la création des premières communautés ejidales situées le long du littoral. Conséquence de cet afflux de population, Rosarito comptait déjà 2 520 habitants en 1955 (Ortiz, 1985 : 166).

  • 9 Usines d'assemblage disposant d'un statut fiscal privilégié.

31Jusqu'au milieu des années 1960, l'économie de la région reposait sur le secteur primaire (agriculture, élevage et pêche). À cette époque, le gouvernement fédéral décida de diversifier les activités de la zone frontière et d'encourager son développement. De nouvelles voies de communication furent ouvertes, entraînant toute une série de changements dans l'usage du sol. Une autoroute payante permit ainsi de relier entre elles les différentes localités du littoral. C'est en grande partie grâce à ce nouvel axe routier que l'État de Basse Californie découvrit le potentiel touristique de la région. En 1961, le gouvernement fédéral mit en place un « Programme national de la frontière » (PRONAF), afin d'enrayer la croissance du chômage et d'améliorer les infrastructures urbaines. Le principal objectif du programme était de favoriser l'intégration économique de la zone frontière au reste du pays, de redorer l'image des villes, de créer de nouveaux emplois, de stimuler les flux touristiques et d'améliorer les conditions de vie de la population sans négliger les aspects environnementaux. Quatre ans plus tard, en 1965, le « Programme pour l'industrialisation de la frontière » (PIF) était lancé, avec pour mission de générer des emplois, d'élever le niveau de vie des populations locales et d'incorporer toujours plus de composants d'origine mexicaine dans l'industrie maquiladora9 (Barrera, 1987). Le milieu des années 1960 vit la réalisation de plusieurs grandes infrastructures qui s'inscrivent dans ce cadre général : l'aqueduc La Misión, l'usine de la Commision fédérale de l'électricité (CFE) et la raffinerie des Pétroles mexicains (PEMEX).

32Ces travaux favorisèrent la croissance vers le sud de l'agglomération de Tijuana et formèrent la base du futur développement touristique de la zone. Au cours de cette décennie apparurent un certain nombre de centres récréatifs : Popotla, Cantiles Dorados, Villa Lepro, Raúl's et Baja Malibú (Bringas, 1995b : 37-73). La croissance des centres touristiques du Cocoten ne date pourtant que des années 1970, conséquence directe de la loi de 1971 qui veillait à encourager les investissements mexicains et à réguler les investissements étrangers. La nouvelle loi de Réforme agraire est promulguée la même année. Or, l'article 144 du texte législatif autorise tous les ejidos qui le peuvent et qui le souhaitent à se tourner vers d'autres activités que l'agriculture : mines, pêche et, bien entendu, tourisme. Malgré une législation très contraignante, certains étrangers étaient déjà propriétaires dans les régions côtières (qui leur étaient théoriquement interdites) et quelques ejidos tiraient du tourisme l'essentiel de leurs revenus. Les nouvelles lois permirent cependant aux investisseurs (et aux touristes) d'acquérir des biens en toute légalité sur le littoral mexicain.

Touristes et paysans : disparités spatiales et sociales

33La croissance touristique du Cocoten s'est appuyée sur un centre urbain préexistant, Rosarito, autour duquel se sont regroupés des lotissements de résidences secondaires achetées par des étrangers, essentiellement des retraités. Au cours des années 1980, plusieurs grands centres touristiques (Plaza Santa Maria, aujourd'hui Plaza del Mar, Las Gaviotas, Rosamar, Ricamar, Baja del Mar, Calafia, Villas del Mar...) entraînent l'urbanisation progressive de la zone côtière. Depuis cette époque, les résidences secondaires destinées aux étrangers dominent sur l'ensemble du littoral. Le coût de la mise en place des services et des équipements est généralement assuré par les aménageurs, et non par l'Etat. Cette explosion des services touristiques coïncide avec la dévaluation du peso de 1982, l'une des plus forte de la période : les propriétaires qui disposaient de biens sur la côte commencèrent à dépenser plus pour améliorer la qualité des services offerts sur leurs terres car, du fait de leur caractère pour le moins rustique, ils n'en tiraient qu'un maigre bénéfice. C'est à cette époque qu'apparaissent de grandes compagnies immobilières qui se livrent une guerre sans merci pour s'emparer des meilleurs terrains - ceux qui donnent directement sur la mer. Les prix flambent, la spéculation bat son plein et ceux qui n'ont pas les moyens d'investir sur leurs propres terres sont marginalisés. Cette première étape du développement touristique littoral marque le début des phénomènes de ségrégation spatiale qui caractérisent actuellement le Cocoten.

34C'est la proximité de la mer et le climat méditerranéen de la région, bien différent des conditions désertiques que l'on retrouve sur presque tout le territoire de la Basse Californie, qui attirent plus particulièrement les étrangers sur le couloir côtier. En outre, le bas coût des terrains n'a pu que les inciter à acheter leur résidence secondaire dans cette zone privilégiée, d'autant plus que la proximité des États-Unis leur permettait de retourner rapidement et sans problème chez eux, et donc de bénéficier de tous les avantages d'un cadre de vie transfrontalier (figure n° 22). La conjonction de ces différents facteurs a accéléré les processus d'urbanisation et favorisé la création d'infrastructures tournées vers les services. Récemment, les studios cinématographiques de la Baja Fox, où James Cameron a tourné les scènes les plus spectaculaires du film Titanic, sont devenues un grand foyer d'attraction touristique qui draine des milliers de visiteurs. Il existe dans le couloir des espaces très spécialisés et très exclusifs, les fidéicommis, qui sont le fer de lance des processus mis en place pour l'aménagement du territoire. Ils doivent leur pérennité au fort pouvoir d'achat dont disposent, en termes relatifs, les touristes étrangers en quête de tranquillité, de distraction et de repos. Tout au long du Cocoten, ces lotissements forment de petites enclaves dont les relations avec les autres localités se limitent à l'emploi de travailleurs temporaires et à quelques achats, réduits au miminum. À côté, on trouve des espaces destinés à des habitants ou à des touristes moins aisés : ce sont les trailer parks (pour les caravanes), les campings et les centres commerciaux destinés à satisfaire les besoins des consommateurs permanents ou de passage.

35L'urbanisation du couloir côtier résulte de deux processus superposés. Tout d'abord, les espaces ruraux ont été transformés en terrains urbanisés grâce à la mise en place de nouvelles voies de communication et à l'introduction de tous les équipements rendus nécessaires par l'augmentation de la population. Dans le même temps, les politiques de développement touristique ont eu pour effet de réorienter l'économie locale, traditionnellement centrée sur le secteur primaire, vers des activités de type tertiaire - principalement les services touristiques et commerciaux. C'est ainsi qu'a été engagée une lutte féroce pour la terre entre, d'un côté, les lotissements à vocation touristique qui finissent par accaparer la majorité des terrains, et, de l'autre côté, les exploitations agricoles ejidales, qui se font progressivement dépouiller de leurs biens. C'est l'une des constantes de l'évolution actuelle de cet espace côtier : les ejidos consacrés à l'agriculture ou à l'élevage sont peu à peu déplacés et disparaissent des zones résidentielles et touristiques. Face à la croissance du tourisme, les ejidos sont passés au second plan : les paysans ont été chassés de leurs terres et certains d'entre eux sont désormais employés comme main-d'œuvre temporaire et non qualifiée dans les centres récréatifs. Les petites communautés rurales qui ont survécu se consacrent encore à l'agriculture et à l'élevage, mais à petite échelle. Leurs membres tirent quelques ressources de la floriculture et la pêche et, parfois, fournissent aux entrepreneurs qui les ont marginalisés des matériaux pour la construction. L'analyse des tendances observées dans le couloir côtier nous permet de dire qu'il existe une correspondance entre les différentes phases de l'urbanisation, liées à l'accroissement de la demande dans les diverses localités touristiques, et la mise en place des processus de ségrégation spatiale entre la population locale et les extérieurs (qu'ils soient permanents ou temporaires). La municipalité n'a pas fait grand chose pour réglementer le marché des terrains, et encore moins pour installer les services indispensables. Le prix des parcelles, qui dépend de plusieurs variables (taille, localisation, proximité ou éloignement des services, vue ou non sur la mer...) est donc très variable. Ainsi, en 1997, le prix au m2 n'était que de 77 dollars pour les terrains les plus économiques, situés à Ensenada, mais ils atteignaient 188 dollars pour les plus chers, près de Rosarito. Les constructeurs et les promoteurs immobiliers sont ceux qui tirent les plus gros profits de cette situation, puisque le prix moyen d'une habitation dans le Cocoten est de 165 000 dollars. Le prix le plus bas (50 000 dollars) a été enregistré dans une zone non viabilisée, et le plus élevé (500 000 dollars) correspondait à une maison située dans un lotissement de luxe (Bringas, 1997b).

Figure n° 22 - Le couloir côtier Los Angeles - Ensenada : localisation régionale

Les enjeux du marché et de la planification urbaine

36Ce sont les promoteurs (et non les municipalités) qui, pour l'essentiel, ont assuré l'installation des services de base (eau, tout-à-l'égout, électricité), dans les lotissements situés dans les zones rurales du couloir côtier. Selon les types d'habitants, le niveau des infrastructures et des équipements offerts est donc très différent. Cependant, ce système laisse entrevoir la possibilité, pour les populations locales et pour les mairies, d'accéder aux mêmes services en payant moins cher, puisque l'initiative privée a pris en charge les coûts initiaux de l'équipement. Les fidéicommis disposent ainsi d'un taux de couverture très largement supérieur aux autres établissements touristiques, comme les trailer parks ou les campings (90 % pour l'eau potable, 98 % pour l'électricité). 51,6 % seulement des trailer parks sont connectés au service municipal de l'eau, et à peine 14 % disposent du tout-à-l'égout. En revanche, 86 % sont équipées d'une fosse septique, malgré les risques que ce système fait courir à l'environnement et à la santé publique. Alors que, dans toute la région, l'assainissement et la gestion des eaux usées posent d'énormes problèmes, on constate que 60 % des fidéicommis sont équipés d'une unité de traitement, même si elle ne fonctionne pas en continu. De manière générale, on peut dire que le tourisme et l'urbanisation rapide du Cocoten ont radicalement transformé les paysages littoraux. Les plages ont été privatisées, la mer souillée par le déversement incontrôlé des eaux noires produites autant par les touristes que par la population locale, la pollution a été aggravée par l'implantation de la raffinerie de pétrole et de l'usine de production électrique. L'écosystème est touché et de nombreuses espèces marines sont menacées d'extinction : c'est le gagne-pain des dernières communautés de pêcheurs et le fondement même de l'activité touristique qui sont en péril.

37La région toute entière a connu une croissance anarchique. Les droits sur la terre, où se superposent les intérêts des ejidos, ceux de l'État et ceux du secteur privé, sont des sujets de litige permanents. C'est pourquoi le développement du Cocoten, loin de toute politique d'aménagement urbain, s'est contenté de suivre les oscillations du marché immobilier, axé sur la demande touristique. Il a fallu attendre le « Plan de développement de l'État de Basse Californie 1990-1995 » pour que l'administration locale manifeste clairement la nécessité d'encadrer et de planifier l'aménagement du couloir côtier. Le principal objectif de ce programme était de fournir des équipements et des services de base aux zones touristiques et aux communautés qui les entourent. Il s'agissait aussi, en accord avec le gouvernement fédéral, de régulariser l'usage et la propriété du sol urbain, mais rien n'a été fait dans ce domaine. Les problèmes posés aux localités qui se développent sans disposer d'un schéma directeur d'aménagement trouvent difficilement une solution. En 1995, le gouvernement de l'État de Basse Californie publia enfin un « Programme régional de développement urbain, touristique et écologique du couloir côtier Tijuana-Ensenada ». Cependant, les bonnes intentions affichées au départ (régulation de la croissance urbaine et établissement d'un plan d'occupation des sols), n'ont pas été mises en pratique car, même si les trois niveaux de gouvernement (municipalités, État, Fédération) ont financé l'étude, aucun organisme n'a été chargé de faire appliquer les idées retenues.

38Comme à Acapulco, les problèmes causés par le développement touristique du Cocoten, particulièrement les carences dans le domaine des transports et des services de base, sont la conséquence d'un manque de planification et de coordination. Résultat d'une mise en valeur anarchique du territoire, la dispersion des équipements a entraîné des problèmes d'accessibilité et de compatibilité entre les différents usages du sol. Or, les trois niveaux de gouvernement doivent se mettre d'accord afin de proposer une politique d'aménagement destinée à répondre aux besoins spécifiques de la région. Il faut en outre que les municipalités puissent maîtriser leur développement, puisque c'est dans le cadre municipal que s'organise l'activité touristique et que les problèmes concrets se posent - c'est donc à ce niveau qu'il faut apporter des solutions alternatives.

CONCLUSION

39Dans les deux cas que nous venons de présenter, on constate que la municipalité est exclue des processus de planification de l'activité touristique. Pourtant, c'est sur son territoire que cette activité se développe - c'est donc la sphère locale qui connaît le mieux le potentiel dont elle dispose pour assurer sa croissance. Les efforts du gouvernement dans le domaine des équipements a porté en priorité sur la zone touristique, au détriment des espaces urbains qui abritent la population locale. Cette politique, qui avantage systématiquement le tourisme, a eu pour effet d'accroître les phénomènes de ségrégation spatiale. Ce travail nous a donc permis de mieux définir les mécanismes de la planification urbaine au Mexique et d'en identifier les responsables. Certes, l'apparition et le développement des deux centres touristiques que nous venons d'étudier sont décalés dans le temps, mais il est intéressant de les comparer puisque le Cocoten est en pleine phase de décollage, alors qu'Acapulco en est à son déclin et tente de trouver un second souffle. On constate cependant que les plages du couloir côtier souffrent déjà de la pollution, alors que ce problème n'a touché Acapulco que dans une étape postérieure de son histoire.

40Par ailleurs, Acapulco a reçu un appui massif du gouvernement fédéral, par le biais de subventions et d'investissements directs, afin de consolider sa croissance économique. L'État « bienfaiteur » est devenu le principal investisseur dans le domaine touristique, privilégiant sa fonction économique et oubliant son rôle de garant du développement social. Cette politique à courte vue a eu des effets négatifs sur deux points essentiels : d'une part, la pollution de la baie et la dégradation de l'environnement ; d'autre part, l'élargissement du fossé entre la population locale et les touristes. Dans le Cocoten, en revanche, l'État investisseur ou aménageur a joué un rôle réduit : c'est le secteur privé qui a pris pris en charge l'urbanisation des différents complexes touristiques. Pourtant, l'absence de l'État s'est faite cruellement sentir dans la gestion et la régulation des processus de croissance. Les conséquences de ce choix sont graves : spéculation effrénée sur les terres du bord de mer, incertitudes quant au statut de la propriété privée ou communale, déplacement des ejidos situés dans les aires de développement touristique, rejet en mer des eaux usées sans aucun traitement, disparition des activités économiques traditionnelles (agriculture, élevage, pêche).

41La triste expérience d'Acapulco devrait servir de leçon à tous les centres touristiques : elle met en évidence le danger que représente le fait de ne pas prévoir des équipements et des infrastructures urbaines pour la population autochtone, dans le cadre d'une planification globale. La différence entre les conditions de vie des visiteurs et celles des résidants exacerbe les sentiments de frustration et les réactions d'antipathie chez ceux qui ne peuvent pas accéder à l'ensemble des biens et des services. Elle renforce les processus de ségrégation spatiale et sociale à l'intérieur de la ville. C'est pourquoi les plages ne doivent pas être la propriété exclusive des hôtels et de leurs clients. Au contraire, il faut les considérer comme des espaces d'interaction et de rencontre entre la population locale et les touristes. De la même manière, l'urbanisme vertical des fronts de mer agit comme une barrière et prive les habitants des paysages qui les entourent. Malheureusement, l'État a souvent pris conscience trop tard de l'ampleur des dommages causés sur l'environnement par l'urbanisation et l'activité touristique. Or, l'existence de schémas correcteurs d'aménagement, capables à la fois de surpasser les cloisonnements de l'administration publique et de prendre en compte l'évolution et les tendances du tourisme mondial, aurait sans doute permis d'apporter des solutions rapides à tous ces problèmes.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BARRERA BASSOLS D., 1987, Condiciones de vida de los trabajadores de Tijuana. 1970-1978. Mexico, Instituto Nacional de Antropologia e Historia, SEP.

BRINGAS RÁBAGO N., 1995a, « Turismo, municipio y desarrollo regional en la Frontera Norte : el caso del corredor turístico Tijuana-Ensenada », dans : Tonatiuh Guillén y Gerardo M. Ordóñez (coord.), El Municipio y el desarrollo social en la Frontera Norte. México, El COLEF-Fundación Friederech Ebert, pp. 91-125.

1995b, « Les usages du sol dans la zone côtière Tijuana-Ensenada », dans : Jean Revel-Mouroz (coord.) : La frontière Mexique-Etats-Unis, processus d'integration et d'internationalisation dans les regions de la frontière nord et du Centre-Ouest mexicain. Paris, Programme CREDAL/ORSTOM, pp. 37-73.

1997a, « Las dos caras del turismo en México : beneficios económicos contra costos sociales, culturales y ecológicos », dans la revue Fermentum, Miradas sobre América Latina, Año 7, n° 18, Mérida, Venezuela, pp. 89-116.

1997b, Inventario de establecimientos turísticos del Cocoten. Tijuana, B.C., Reporte de Investigación, COLEF-Sectur.

CAZES G., 1980, « Les aménagements touristiques au Mexique », dans la Collection Etudes et Mémoires, Centre des Hautes Etudes Touristiques, Université de Droit, d'Économie et des Sciences, Volume 38, 223 p.

COLEF-CESTUR, 1997, El turismo en el corredor Tijuana-Ensenada. Tijuana, B.C., Reporte de Investigacíon, El Colegio de la Frontera Norte.

Fonatur-COLEF, 1991, Caracterización del turista residente en el extranjero que visita el corredor Tijuana-Rosarito-Ensenada. Tijuana, B.C., Reporte de Investigacíon, El Colegio de la Frontera Norte.

Fonatur, 1981, Loreto, un nuevo desarrollo turístico en Baja California Sur, 93 p.

GORMSEN E., 1977, El turismo como factor de desarrollo regional en Mexico. República de Alemania.

HIERNAUX D. (comp.), 1989, Teoria y Práxis del espacio turístico. Mexico, Universidad Autónoma Metropolitana, 175 p.

IMIT, 1980, Historia del turismo moderno en México. Mexico, Instituto Mexicano de Investigaciones Turísticas, D.F.

JUAREZ CISNEROS R., 1992, « Municipio y turismo », dans : Foro International de turismo año 2000 : perspectivas y retos. Centros turísticos tradicionales : problemas y soluciones. Acapulco, México, Organizado por la OMT-Sectur-Gobierno del Éstado de Guerrero.

JIMÉNEZ MARTÍNEZ A. de J., 1992, Turismo, Estructura y Desarrollo. Mexico, McGraw-Hill, 487p.

OLIVERA TORO J., 1977, Legislación y organización turística mexicana. México, Editorial Porrúa, 215 p.

ODENING R., 1977, « Las colonias populares en Acapulco », dans : GORMSEN E., op. cit. pp. 62-72.

ORTIZ FIGUEROA J., 1985, « Rosarito a partir de los años treintas », dans : David Ramírez Piñera (coord.), 1985, Historia de Tijuana. Semblanza general. Tijuana, Centro de Investigaciones Históricas, UNAM-UABC, pp. 163-168. (338 p.).

PROAL CALVA J. E., 1992, « Tiempo compartido », dans : Foro International de turismo año 2000 : perspectivas y retos. Centros turísticos tradicionales : problemas y soluciones. Acapulco, Mexico, Organizado por la OMT-Sectur-Gobierno del Estado de Guerrero.

RACINE P., 1990, Mission impossible ? L'aménagement touristique du littoral Languedoc-Rousillon. Montpellier, Midi Libre, Colection « Témoignages », 293 p.

RAMÍREZ BLANCO M., 1981, Teoría general de turismo. Mexico, Editorial Diana, 189 p.

RAMÍREZ SÁENZ J. M., 1986, Turismo y medio ambiente : el caso de Acapulco. Universidad Autónoma Metropolitana, Cuaderno Divisional 4, 115 p.

SECTUR, 1988, Evolución del turismo en Mexico y su relación con los tres niveles de gobier-no, desde un punto de vista jurídico-administrativo. Mexico, Oficialía Mayor, 89 p.

SECTUR, 1997, Estadísticas básicas de la actividad turistica 1996. Mexico.

SCHORNNICK F., 1977, « El turismo y el desarrollo urbano en Acapulco », dans GORSMEN, op. cit. pp. 36-49.

Notes

1 Je voudrais remercier Patricia Fernandez de Castro et Christian Zloniski pour leurs suggestions et leurs commentaires éclairés, ainsi que Francisco Lares pour son appui logistique.

2 Si on lit l'ouvrage de Pierre Racine sur l'aménagement du littoral languedocien (Racine, 1990), on se rend compte que ses arguments ne sont pas très différents de ceux exprimés par le gouvernement mexicain.

3 Fonatur est un organisme chargé d'appuyer le développement de l'activité touristique en général, et plus particulièrement d'accroître les capacités d'accueil du pays, en favorisant les investissements par l'attribution de crédits.

4 D'après la « Loi sur les titres et les opérations de crédit », un fidéicommis (fideicomiso) est une structure juridique dans laquelle le fideicomitente (celui qui accorde le mandat) destine un certain bien à un usage déterminé, et en confie la réalisation à une institution fiduciaire. Dans le fidéicommis, trois parties interviennent : le fideicomitente, ici la Nation ou une personne particulière ; le fideicomisario, c'est-à-dire le bénéficiaire (en ce cas précis, l'étranger) ; et l'institution fiduciaire, qui doit nécessairement être mexicaine. La forme d'accès à ce type d'espace est réglementé par la « Loi pour la promotion des investissements mexicains et la régulation des investissements étrangers », article 18. Pour sa part, l'article 27 de la Constitution stipule que l'on ne peut pas parler de « droits réels » sur les biens immobiliers : les étrangers n'ont pas la propriété directe des terres et des eaux mexicaines situées sur les côtes et sur les frontières, mais on peut leur en accorder l'usufruit.

5 À l'origine, la durée maximum du contrat était de 30 ans. En 1989, cette durée a été portée à 50 ans.

6 Les ejidos correspondent aux terres collectives attribuées aux communautés rurales dans le cadre de la réforme agraire de 1915.

8 Entrevue avec M. Francisco Escudero, ancien gérant de l'hôtel Las Brisas (1992).

9 Entrevue avec M. Francisco Escudero, ancien gérant de l'hôtel Las Brisas (1992).

9 Usines d'assemblage disposant d'un statut fiscal privilégié.

Notes de fin

* El Colegio de la Frontera Norte, Tijuana, B.C., Mexique, CREDAL. Traduction : Alain Musset.

Table des illustrations

Légende Figure n° 21 – Acapulco : évolution de l'espace urbain (1930-1994). Sources : Période 1930-1980, Kreth, 1985, période 1980-1994, INEGI
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2857/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 561k
Légende Figure n° 22 - Le couloir côtier Los Angeles - Ensenada : localisation régionale
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2857/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 521k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540