Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Troisième partie. De nouvelles dynamiques spatiales

Chapitre 7. Le développement des pôles industriels halieutiques en Amérique latine

Roland c. Wiefels

Résumé

Résumé
Le développement des pêches industrielles en Amérique latine est récent et les grands pôles halieutiques de la région ont été formés en général après 1960. 60 % des 23,8 millions de tonnes de poissons pêchés en 1995 dans la région correspondent à 35 grands pôles halieutiques, les plus productifs étant situés au long du littoral Pacifique Sud. Déjà, deux de ces pôles sont essentiellement aquacoles. L'aquaculture constitue en effet un des grands enjeux du secteur halieutique latino-américain du début du xxie siècle, tout comme le développement de la pêche hauturière, en particulier dans les eaux antarctiques, et la croissance accélérée des marchés régionaux. Afin de mieux comprendre l'évolution historique de ce secteur, qui dispose d'un énorme potentiel de développement, on étudiera en particulier le cas du pôle halieutique de Rio de Janeiro.

Resumen
El desarrollo de la pesca industrial en América Latina es reciente y los grandes polos pesqueros en general fueron formados después de 1960. El 60 % de los 23,8 millones de toneladas de pescados producidas en 1995 en la región se encuentran concentradas en 35 grandes polos pesqueros de los cuales los más productivos están situados a lo largo del litoral Pacífico Sur. Dos de estos polos son esencialmente acuícolas. La acuicultura constituye efectivamente uno de los puntos claves del desarrollo pesquero latino-americano en este início de siglo xxi, así como la pesca de altura, particularmente en las aguas antárticas, y el crecimiento acelerado de los mercados regionales. Con el propósito de entender mejor la evolución histórica de este sector, que cuenta todavía con un enorme potential de desarrollo, aprofundizaremos el caso del polo pesquero de Rio de Janeiro.

Texte intégral

  • * Directeur de INFOPESCA, Uruguay, CREDAL.

1Note portant sur l’auteur*

« Trois hommes nus au large,
Montés sur une jangada ils chassent le cachalot
Trois poutres blanches une voile triangulaire
Un balancier ».
Oswald de Andrade, Jangada.

Photographie n°9 : Le port de El Realejo (Nicaragua). Jusqu'au milieu du xixe siècle El Realejo a été un important site portuaire pour l'Amérique centrale. De nos jours ce n'est plus qu'une bourgade éloignée des principaux centres urbains de la façade Pacifique. Sa seule véritable activité liée à la mer est la pêche des larves de crevettes qui prospèrent dans la mangrove (cliché Alain Musset).

LA FILIÈRE PÊCHE ET LES PÔLES HALIEUTIQUES

2Le concept de filière-pêche ou de filière-poisson est défini par Jean Chaussade comme étant la “succession des opérations techniques, industrielles et commerciales qui conduisent le poisson depuis le lieu où il est pêché jusqu'à l'assiette du consommateur” (Chaussade, 1994). La filière est ainsi divisée en trois parties. L'amont représente la production primaire de la pêche ou de l'aquaculture, le centre est constitué par les activités industrielles de transformation et de vente en gros et l'aval représente la vente au détail et la consommation (figure n° 19). Le concept de pôle halieutique en dérive tout naturellement comme étant un espace où se concentrent les opérateurs techniques, industriels et commerciaux de la filière, ainsi que les fournisseurs d'intrants et de services. Par ailleurs, l'adjectif halieutique englobe non seulement la pêche maritime mais aussi la pêche en eau douce et, de plus en plus, l'aquaculture, qu'elle soit marine ou d'eau douce. Constitués de ports de pêche ou de sites aquacoles, les pôles halieutiques marquent les littoraux d'une empreinte caractéristique qui inclut des aspects sociaux-économiques, d'environnement et d'aménagement ainsi qu'une identité culturelle spécifique.

Figure n°19 - Représentation du système halieutique

Figure n°19 - Représentation du système halieutique

3Le schéma originel présenté par M. Corlay lors de sa thèse a été modifié ici par l'ajout de la référence à l'aquaculture. En effet, de plus en plus l'aquaculture constitue la seconde branche du système halieutique (la première étant celle de la pêche traditionnelle) et en 1998 nous ne pouvons plus l'ignorer. L'aquaculture est déjà responsable de 20 % de la production halieutique mondiale et cette participation devra encore augmenter sensiblement au cours des années à venir.

ASPECTS HISTORIQUES DE LA PÊCHE LATINO-AMÉRICAINE

Des Arawaks aux Poveiros

4Pratiquement toutes les populations indigènes (Arawaks, Mayas, Chinchas, Mochicas, Huilliches, Yaghans, etc.) vivant en bordure des littoraux latino-américains pratiquaient la pêche bien avant l'arrivée des colonisateurs européens. M. J. Le Bail cite dans sa thèse les vestiges témoignant des activités halieutiques (pêche, ramassage de coquillages) du Nord du Mexique à la Patagonie (Le Bail, 1995). Ceux de Pucusana (Pérou) datent de 5 000 ans avant notre ère. Les techniques de pêche utilisées (harpons, hameçons, filets, nasses) étaient les mêmes que partout ailleurs dans le monde et assez proches de celles utilisées encore de nos jours. Les méthodes de conservation (principalement le salage et le séchage) étaient également pratiquées. La rapide disparition des peuples indigènes littoraux après la conquête espagnole et portugaise a entraîné la fin de ces activités halieutiques. Dans un premier temps, les conquérants n'eurent aucun intérêt à la production de poissons et celle-ci se réduisit alors à une activité très marginale. La chasse à la baleine sur les côtes brésiliennes au xviie et au xviiie siècles fut une exception notable.

5La renaissance des pêches sur le continent latino-américain dut attendre la venue d'immigrants européens apportant des techniques et des traditions halieutiques qui ont remplacé les techniques et les traditions pré-colombiennes disparues. Ce furent par exemple les Poveiros portugais qui, dès le xixe siècle, développèrent la pêche à la sardine à Rio de Janeiro ou les pêcheurs siciliens qui s'établirent à Mar del Plata au début du xxe siècle. Ces activités avaient pour objectif de subvenir aux besoins d'une population immigrée grandissante. Elles permirent le développement parallèle de toute une gamme de professions liées à la pêche : chantiers navals, conserveries, etc., constituant ainsi les premiers “pôles halieutiques” modernes du continent.

L'occupation des ZEE

6Si la Seconde Guerre mondiale a encouragé la production de conserves (notamment de thon) destinées aux pays alliés en guerre, le vrai essor des pêches industrielles latino-américaines commence cependant dans la seconde moitié du xxe siècle en fonction de la croissance de la demande mondiale pour les produits halieutiques, de la meilleure connaissance des stocks de poissons existants et du développement technologique. Les captures de petits pélagiques le long du littoral Pacifique Sud (Pérou et Chili) sont les premières à se développer dès les années 1950. En cinq ans (de 1957 à 1962), la production halieutique péruvienne se trouve multipliée par 24 et le Pérou devient le second producteur mondial, juste après le Japon. Les ports péruviens se couvrent d'usines minotières. Paita, Chimbote, Callao, Pisco se transforment en grands pôles industriels halieutiques en quelques années. Le Chili suit le même chemin à Arica et à Iquique. Les Chiliens et les Péruviens sont par ailleurs les premiers à revendiquer, dès le début des années 1950, leur souveraineté sur une zone économique exclusive (ZEE) de 200 milles. Ils sont suivis par les autres pays latino-américains au cours des années 1960 et 1970. Le principe de la souveraineté sur 200 milles se généralise alors à l'échelle planétaire.

7Le long des littoraux Pacifique Nord et Atlantique, les ports de pêche se développent surtout à partir de 1970, axés principalement sur les industries d'exportation : Ensenada puis Mazatlán pour les conserves de thon au Mexique, Fortaleza pour la langouste, Belém pour les crevettes, puis plus récemment, vers la fin des années 1980, les ports de Patagonie (surtout Puerto Madryn et Puerto Deseado) pour le merlu et les calamars. Le développement de ces nouveaux pôles industriels halieutiques est dû principalement à la proximité des zones de pêche. Dans l'extrême Sud du continent, les ports de Ushuaía et de Punta Arenas deviennent rapidement des bases d'opération importantes pour les pêches antarctiques. Le concept de la souveraineté sur 200 milles, développé par les Latino-Américains, représentait déjà une volonté politique d'exploitation économique des eaux côtières, principalement au travers des activités halieutiques. Les modèles économiques des années 1970, de leur côté, ont privilégié des investissements étatiques importants dans le secteur halieutique, soit par la nationalisation des entreprises (cas du Mexique et du Pérou en particulier), soit par des octrois de subventions et d'encouragements fiscaux très généreux (cas du Brésil et du Chili).

LES GRANDS AXES DE DÉVELOPPEMENT

Les ports et les sites aquacoles

8Les ports ont constitué la base du développement de l'Amérique latine depuis l'époque coloniale : porte d'entrée des immigrants et porte de sortie des richesses, les ports se sont souvent transformés en grandes villes commerciales. L'existence des grands ports commerciaux a favorisé l'essor des pôles halieutiques. En effet, ces ports possédaient déjà les structures essentielles et disposaient des services de base : eaux abritées, quais, chantiers navals, centres de consommation et infrastructures d'exportation. C'est le cas, entre autres, des ports de Rio de Janeiro et de Santos au Brésil, de Montevideo en Uruguay ou de Valparaiso au Chili. La grande expansion du secteur de la pêche latino-américaine, à partir des années 1960, a privilégié les activités exportatrices et a permis le développement de pôles halieutiques dans des ports situés près des ressources. Outre Fortaleza, Belém et Puerto Madryn, c'est le cas d'Ushuaía (surimi) en Argentine, ou de Paita (merlus) au Pérou. La production halieutique totale latino-américaine est passée de 0,9 millions de tonnes en 1955 à 23,8 millions de tonnes en 1994, soit une croissance moyenne de 8,4 % par an au cours des quarante dernières années. Tous ces ports de pêche sont récents (seconde moitié du xxe siècle). Les industries de transformation (principalement de congélation), les entrepôts frigorifiques et, souvent, les chantiers navals, ont été construits parallèlement aux ports de pêche proprement dits.

9L'aquaculture dispose en Amérique latine d'immenses possibilités de développement, que ce soit pour l'eau douce (les plus grandes réserves d'eau douce du monde se trouvent en effet sur ce continent) ou pour la mariculture. Etalés sur plus de 30 000 kilomètres entre les latitudes 35° N et 55° S (sans compter toutes les indentations du rivage), les littoraux latino-américains sont des plus diversifiés en ce qui concerne les facteurs géographiques physiques et océanographiques. Ces grands espaces sont encore peu occupés et les eaux côtières sont encore très largement libres de pollution. Deux grands sites aquacoles se sont développés surtout au long des années 1980 : Guayaquil en Equateur, pour la production de crevettes, et la région de Puerto Montt avec l'île de Chiloé au Chili, pour la production de saumons. Ces sites sont déjà bien connus au niveau mondial. Ce sont les premiers grands sites producteurs du continent mais ce ne sont pas les seuls. D'autres pôles aquacoles se développent un peu partout, dans le Sinaloa mexicain, en Colombie, en Amérique centrale, dans l'État de Santa Catarina au Brésil... Ainsi, dans cet État du Sud du Brésil qui s'est lancé à partir de rien dans la production de moules en 1992, la récolte de 1997 s'élevait déjà à 8 000 tonnes, quantité suffisante pour justifier l'installation d'usines de transformation et pour attirer les fournisseurs d'intrants et de services divers. L'aquaculture latino-américaine est passée de 123 625 tonnes en 1985 à 489 838 tonnes en 1995, soit une croissance annuelle moyenne de 13,3 % au cours des onze dernières années.

Les actuels grands pôles halieutiques en Amérique latine

10Les 35 principaux pôles industriels halieutiques latino-américains (figure n° 20) concentrent 60 % de la production du continent. La plupart de ces pôles ont moins de 50 ans. D'autres sites moins importants sont éparpillés sur l'ensemble des littoraux de la région. Il n'en reste pas moins que les pêches latino-américaines sont essentiellement industrielles, nouvelles et concentrées en relativement peu de grands sites. La production des grands pôles halieutiques du Pacifique Sud, axée sur les petits pélagiques du Pérou et du Chili, est de loin la plus importante en tonnage, suivie de celle de l'Atlantique Sud, centrée principalement sur les merlus et les calamars argentins. Ces grands ports de pêche du Sud du continent sont par ailleurs stratégiquement placés par rapport aux océans Atlantique et Pacifique et devront permettre à l'avenir une plus grande présence latino-américaine dans les vastes espaces océaniques de l'hémisphère Sud.

Figure n° 20 - Les grands pôles halieutiques latino-américains (1995)

Figure n° 20 - Les grands pôles halieutiques latino-américains (1995)

La pêche hauturière

11Les activités de pêche côtière au long des littoraux latino-américains, avec très peu d'exceptions, ont déjà atteint le niveau maximum permissible en fonction du potentiel biologique des espèces. Par ailleurs, la pêche hauturière latino-américaine se trouve encore en formation. Nous pouvons cependant considérer trois grands axes de développement : d'abord l'Atlantique Sud, principalement à partir du Brésil, de l'Uruguay et de l'Argentine, ensuite le Pacifique Sud, principalement à partir du Chili et du Pérou, et enfin les eaux antarctiques, à partir du Chili et de l'Argentine. En effet, l'hémisphère Sud de notre planète est avant tout un hémisphère océanique. Or, l'Amérique du Sud se trouve particulièrement bien placée pour servir de base à des opérations de pêche dans cette région du monde. Déjà le Chili possède des accords de recherche halieutique avec la Nouvelle Zélande, avec pour objectif de mieux connaître et de mettre en valeur les différentes espèces (en particulier l'orange roughy) des étendues océaniques qui séparent ces deux pays.

12Dans l'Atlantique Sud, même si la vision des armateurs de pêche d'Amérique latine ne se porte pas encore vers les côtes africaines, il n'en reste pas moins que les possibilités offertes par les riches eaux de la Namibie et de l'Angola (merlus, petits pélagiques) pourront à l'avenir intéresser les armateurs sud-américains et particulièrement brésiliens, même s'ils doivent verser une redevance aux pays riverains. De même, dans la zone inter-tropicale, les bancs de thons, migrateurs trans-océaniques, sont accessibles aussi bien du côté Atlantique que du côté Pacifique pour des flottes basées dans les pôles halieutiques d'Amérique latine. La pêche en Antarctique, de son côté, représente un des grands enjeux du début du xxie siècle, notamment en ce qui concerne la capture du krill (une toute petite crevette qui offre un potentiel de pêche de plus de un million de tonnes par an). Il est clair que l'Amérique latine possède de sérieux atouts pour le développement de ces activités. Les ports d'Ushuaía en Argentine et de Punta Arenas au Chili sont particulièrement bien localisés, à tout juste 1 000 kilomètres de la péninsule antarctique. Dans cette région, les Britanniques possèdent aux Malouines une base de pêche également bien placée pour des opérations antarctiques. Ils contrôlent également les eaux de la Géorgie du Sud.

13En 1998, un premier bateau hauturier uruguayen a obtenu une licence de pêche dans les eaux contrôlées par les Britanniques en Géorgie du Sud pour la capture des légines australes (Dissostichus eliginoides). Cette même espèce est présente autour des îles françaises des Kerguélen où, régulièrement, des navires argentins viennent pêcher en toute clandestinité. Une pression accrue de la pêche dans les eaux antarctiques est prévisible pour les prochaines années, particulièrement à partir des ports sud-américains. Déjà, de grands chalutiers originaires de l'ex-bloc soviétique (ukrainiens en particulier) opèrent à partir de Punta Arenas dans le Sud du Chili. Des krills en blocs congelés, par paquets de 400 grammes, sont disponibles dans les supermarchés de toute la région, jusqu'en Uruguay. Il est fort possible qu'à l'avenir, la vente de ce produit puisse s'étendre à l'ensemble du continent.

L'aquaculture

14Déjà responsable de près du quart de la production mondiale de poissons, l'aquaculture continue à se développer partout dans le monde et tout particulièrement en Amérique latine. En effet, les deux grandes expériences positives et bien connues d'aquaculture sur ce continent (la crevette en Equateur et le saumon au Chili) ne représentent que le tout début du développement de cette activité sur un continent qui possède non seulement l'espace, mais aussi la diversité et la qualité des eaux.

L'aquaculture marine

15L'expérience réussie de l'élevage de crevettes à Guayaquil a ouvert la voie au développement de cette activité tout au long du littoral Pacifique, depuis le nord du Pérou jusqu'au Mexique (principalement dans l'État du Sinaloa), en passant par la Colombie, le Panama, et presque tous les pays d'Amérique centrale. Du côté Atlantique, le développement est plus lent mais nous trouvons déjà des bassins de crevettes dans le Nord-Est du Brésil. En Amérique latine, cet élevage se concentre sur deux espèces, le Penaeus vannamei et le Penaeus stylirostris. Sa caractéristique est d'utiliser de larges parcelles de terres littorales consacrées à la construction des bassins. Les emplacements situés à proximité des zones de mangroves sont préférés car celles-ci présentent un environnement naturel privilégié pour le développement des larves. L'élevage de la crevette possède encore en Amérique latine de larges espaces pour se développer. La concentration des fermes aquacoles permet d'atteindre des niveaux de production qui attirent naturellement des industries et des services complémentaires : industries de transformation et de congélation, services de transport, fournisseurs d'intrants et de services, etc.. Des pôles aquacoles comme celui de Guayaquil sont actuellement en formation en Colombie, au Panama, au Honduras et dans d'autres pays du continent.

16L'élevage des différentes espèces de saumon trouve dans les eaux froides du Sud du Chili un environnement idéal et unique en Amérique latine. Il ne s'agit plus ici de bassins creusés en terre ferme mais de grandes cages flottantes situées dans des eaux abritées. Les fjords chiliens (comme ceux de Norvège d'ailleurs) s'y prêtent à merveille, ce qui a permis au Chili de devenir rapidement le second producteur mondial. L'expérience du saumon est particulièrement intéressante car elle nous rappelle que l'Amérique latine possède également des eaux froides, particulièrement libres de pollution et qui se prêtent bien à l'implantation d'espèces “exotiques”. Effectivement, qui aurait pensé à une production de saumons en Amérique latine il y a seulement trente ans ? De la même façon, rien ne nous empêche de penser à une production latino-américaine de morue dès le début des années 2000, à la suite des expériences encourageantes d'aquaculture de cette espèce, actuellement en cours en Norvège. Le Chili, au sud de Puerto Montt, possède encore de nombreux sites capables d'accueillir des pôles aquacoles.

17Il existe d'autres espèces dont l'aquaculture se développe très rapidement en Amérique latine. Ce sont les mollusques bivalves, en particulier les moules, les huîtres et les coquilles Saint Jacques. Ici également, les eaux propres et bien abritées des baies, sur toute la façade maritime, sont propices à l'accroissement de la production. L'exemple du développement de la conchyliculture dans l'État de Santa Catarina, au Brésil, sera probablement imité un peu partout dans les proches années à venir. On peut donc considérer que l'aquaculture marine, en conjonction et souvent en synergie avec le tourisme, contribue de plus en plus aux changements des paysages littoraux sur l'ensemble du continent.

L'aquaculture d'eau douce

18Bien que ne constituant pas des “littoraux” au sens strict du terme, les berges des grands fleuves latino-américains en ont cependant beaucoup de caractéristiques. Dans plusieurs régions, on ne met d'ailleurs pas de guillemets pour parler d'un littoral fluvial : c'est le cas pour les bords du rio de La Plata, entre l'Argentine et l'Uruguay. Et que dire de l'Amazone ? Avec les plus grandes réserves d'eau douce de la planète, l'Amérique latine possède d'énormes possibilités de production halieutique. En effet, la Cordillère des Andes fournit, sur des milliers de kilomètres, des eaux froides et bien oxygénées particulièrement propices à l'élevage des truites. Déjà, la Bolivie entre dans les statistiques de la FAO comme pays exportateur de poissons grâce ses envois, particulièrement vers les États-Unis, de quantités non négligeables de truites élevées en cages dans le lac Titicaca. Dans les plaines, les bassins de l'Amazone, du Parana, de l'Orinoque, du Magdalena ou du São Francisco fournissent des eaux dont l'extrême diversité favorise le développement aquacole d'espèces également très variées, et souvent méconnues en Europe (surubis, pacus, cachamas...). Cette variété des eaux est particulièrement bien illustrée à Manaus, au niveau de la confluence entre le rio Negro et le rio Solimões.

19Les vrais pôles halieutiques, avec toutes leurs composantes, n'existent pas encore vraiment dans le contexte de l'aquaculture d'eau douce en Amérique latine. Cependant, ils sont en formation dans plusieurs endroits, que ce soit dans la région de Neuquén, en Argentine, où la production de truites est en augmentation, ou dans le bas São Francisco (Brésil), où une entreprise d'État, la CODEVASF, encourage fortement la production aquacole le long du fleuve et dans les milliers de kilomètres de canaux d'irrigation de cette région. Même de grandes zones urbaines voient se développer d'importants pôles aquacoles. C'est particulièrement le cas de l'agglomération de São Paulo, où 800 établissements pesque e pague (littéralement “pêchez et payez”) ont fourni 17 000 tonnes de poissons d'eau douce d'espèces très variées (tilapias, pacús, tambaquis...) aux 16,5 millions de paulistanos en 1997.

La consommation régionale

20Un autre facteur de développement des pôles aquacoles en Amérique latine se trouve dans la croissance notable de la consommation régionale des produits de la pêche. Cette croissance de la consommation est de son côté liée au développement des systèmes de distribution agro-alimentaire, de plus en plus dominés par les supermarchés, principalement dans les grandes villes où habite la plus grande partie des Latino-Américains. En effet, cette région de 450 millions d'habitants compte 23 villes de plus d'un million d'habitants, dont quatre de plus de dix millions (Mexico, São Paulo, Rio de Janeiro et Buenos Aires). Les grandes capitales regroupent des proportions élevées de la population des différents pays. Ainsi, près du tiers de la population péruvienne se concentre dans l'agglomération de Lima. Cette proportion est identique à Santiago du Chili ou à Buenos Aires, en Argentine. En Uruguay, c'est la moitié de la population du pays qui est rassemblée à Montevideo.

21Le développement de la consommation régionale est associé au développement démographique mais également à la croissance de la consommation per capita. Traditionnels mangeurs de viandes rouges, surtout dans le Sud du continent, les Latino-Américains consomment désormais des quantités grandissantes de produits halieutiques : les 9,4 kg par personne consommés à Buenos Aires (10,5 millions d'habitants) en 1996 font que la consommation totale de la capitale argentine est désormais comparable à celle de villes traditionnellement consommatrices de poisson, comme Madrid (3 millions d'habitants). À São Paulo, la consommation per capita est passée de 5 kg par an dans les années 1980 à 12,5 kg en 1996. Elle atteint 16,4 kg à Rio de Janeiro. Ce décollage de la consommation régionale fait évoluer rapidement les actuels pôles industriels halieutiques du continent, qui ne peuvent plus se contenter de recevoir les produits de la pêche et de les transformer en matière première industrielle pour l'exportation vers les “grands marchés” (États-Unis, Union Européenne, Japon). La croissance des marchés régionaux développe le secteur aval de la filière : grossistes, halles de marée, informations de marché, transports régionaux, équipements de poissonnerie, etc.

  • 1 Kyoto International Conference on Sustainable Contribution of Fisheries to Food Security, organisé (...)
  • 2 Poisson cru mariné dans du citron et des épices.

22En 1995, la Conférence Internationale de Kyoto1, a estimé la nécessité d'un apport supplémentaire de deux millions de tonnes de produits marins par an, à l'horizon 2010, rien que pour les besoins de la consommation régionale en Amérique latine. Cette estimation est basse car elle se base surtout sur le taux d'accroissement naturel de la population. En fait, la croissance de la consommation per capita est plus rapide que prévue. De toutes façons, l'obtention de deux millions de tonnes supplémentaires par an en l'espace de quinze ans demande un effort considérable dans au moins trois directions : la diversification de la l'industrialisation des petits pélagiques (anchovetas, sardines, chinchards), actuellement orientée vers la production de farine, en privilégiant les préparations pour la consommation humaine directe, en particulier sous forme de conserves ou de semi-conserves (ceviche2) ; la consommation régionale en quantités grandissantes d'espèces actuellement destinées à l'exportation ; le développement de l'aquaculture.

23L'importance accrue du secteur aval de la filière favorise donc naturellement les pôles halieutiques situés à proximité des pôles consommateurs. C'est particulièrement le cas de Rio de Janeiro, dont les activités liées à la pêche ont suivi des cycles comparables à ceux qui ont façonné l'histoire du pays depuis la fin du xve siècle.

LE PÔLE HALIEUTIQUE DE RIO DE JANEIRO : LE DÉBUT D'UN NOUVEAU CYCLE ?

De la baleine à la sardine

24La pêche à Rio de Janeiro est des plus anciennes en Amérique latine. Cette activité était naturellement déjà pratiquée par les indiens Tamoios et Tupinambas bien avant l'arrivée des Portugais et des Français de Villegagnon. Puis, comme partout en Amérique latine, la graduelle disparition des indiens de la côte rendit les pêches indigènes de plus en plus marginales, sans toutefois les faire disparaître tout à fait. De nos jours, on peut encore trouver deux ou trois communautés de Caiçaras vivant sur les plages du Sud de l'État de Rio et du Nord de l'État de São Paulo. À l'époque coloniale (xviie et xviiie siècles), Rio fut un grand centre de chasse à la baleine. Les cétacés fréquentaient alors les eaux de la baie de Rio et des armements furent formés pour les chasser. Les quantités de baleines capturées furent énormes, au point que les rues de la ville de Rio de Janeiro étaient illuminées la nuit avec l'huile de baleine. Cette huile entrait aussi dans la composition de ciments pour la construction de divers édifices (églises, forts, maisons). La viande salée et séchée alimentait les habitants de la ville et les colons de l'intérieur. Les armements de baleiniers, bien que centrés dans la baie de Rio, s'étendaient également à Cabo Frio, cent kilomètres à l'est de la baie de Guanabara. Des noms d'emplacements évocateurs sont restés jusqu'à nos jours : Ponta do Arpoador (Pointe du harponneur) à Rio, Ponta da Armação (Pointe de l'armement) à Niteroi, Praia dos Ossos (Plage des os) à Cabo Frio rappellent cette époque de chasse et d'industrialisation des produits dérivés. Rio fut certainement le premier pôle halieutique du continent à l'époque coloniale.

  • 3 En portugais, les sennes (filets tournants) sont appelées trainas, d'où le nom de traineiras donné (...)

25Pourtant, dès le xviiie siècle, les captures effrénées dépeuplèrent les eaux littorales des cétacés, au point que l'activité fut abandonnée. Ce fut le premier cas de surpêche caractérisée en Amérique latine. La fin des captures signifia également la disparition de toutes les activités industrielles et de commercialisation des produits dérivés. La pêche redevint alors artisanale, visant l'auto-subsistance et, éventuellement, l'approvisionnement des populations locales. Déjà les Portugais apportaient au Brésil de grandes quantités de morue salée et séchée provenant d'un autre pôle industriel halieutique : Terre Neuve. Les Brésiliens n'ont d'ailleurs pas perdu l'habitude de consommer le bacalhau, et le Brésil est le premier importateur de morue salée et séchée de Norvège (31 460 tonnes en 1996, ce qui correspond à 125 840 tonnes de morue fraîche), la morue norvégienne étant de loin l'espèce la plus consommée au Brésil. Capitale d'un pays bien connu pour ses contrastes, Rio de Janeiro vit le développement de la pêche à la sardine à la fin du xixe siècle, après le cycle de la baleine. Ce sont des Poveiros (pêcheurs de Povoa do Varzim, au Portugal) immigrés qui apportèrent la technique de la pêche à la senne (grands filet utilisés pour encercler les bancs de poissons). Mis à part la taille plus grande des bateaux et des filets, ainsi que la motorisation et les équipements de détection, c'est toujours la même technique qui est employée de nos jours. Avec la technique de pêche est également venue la technique de construction des bateaux senneurs3.

26Par la suite, au début du xxe siècle, les premières conserveries de sardines commencèrent à s'établir autour de la baie de Guanabara, surtout à Niteroi. Ces conserveries étaient également d'origine portugaise. Leur grand essor ne vint cependant qu'après le développement de l'industrie sidérurgique au Brésil, dans les années 1940, qui put fournir aux conserveries les feuilles de fer blanc destinées à la fabrication des boîtes. À cette époque, le développement de la motorisation permit la construction de bateaux (et de filets) plus grands. Toujours dans les années 1940, le gouvernement brésilien (sous la présidence de Getulio Vargas) développa des structures d'appui au secteur halieutique. Ce fut en particulier la construction d'un port de pêche et d'une halle de marée à Rio, en plein centre-ville (Praça XV de Novembro) et l'installation d'une école de pêche sur l'île de Marambaia, à 100 km à l'ouest de la capitale, afin de former les équipages nécessaires aux nouveaux bateaux.

L'âge d'or et la crise

27Parallèlement à l'activité sardinière, à partir des années 1950 se développèrent également la pêche aux crevettes (avec des chalutiers) et la pêche à la ligne (avec des ligneurs) pour les poissons de fond (mérous, vivaneaux...). Ce sont principalement ces bateaux qui utilisèrent le port de pêche, alors que les senneurs sardiniers débarquaient leurs poissons directement sur les quais des conserveries situées autour de la baie. Toutes ces activités furent renforcées au cours des années 1970, quand le gouvernement brésilien adopta une politique d'encouragements fiscaux afin de stimuler le développement de la pêche. De leur côté, les universités de Rio se dotèrent de cours de biologie marine, de spécialisation en inspection vétérinaire des produits de la pêche, ou de construction navale... Les conserveries fabriquaient jusqu'à trois millions de boîtes de sardines par jour, distribuées dans tout le Brésil et dans les pays voisins. La pêche au thon, dont les bancs sont plus éloignés du littoral que ceux de sardines, se développa au début des années 1980. La technique de la pêche au thon à l'appât vivant fut apportée des îles du Cap Vert par des Portugais qui avaient fui le pays après son indépendance, en 1975. C'est donc tout naturellement que les conserveries ajoutèrent cette ligne de production à celle de la sardine. Environ 20 000 tonnes de thon sont actuellement produites chaque année.

28Ressources abondantes, industries performantes, encouragements généreux du gouvernement à l'époque du “miracle économique brésilien”, main-d'œuvre, cadres et chercheurs de plus en plus qualifiés, demande grandissante pour les produits et bonnes perspectives d'exportation... Bref, l'enthousiasme était au plus fort au début des années 1980. Ce fut le sommet du cycle de la sardine. Par la suite, les mauvaises nouvelles vinrent en cascade. Pour des motifs de dénomination commerciale, la sardine brésilienne ne pouvait plus être exportée en Europe, où elle risquait de concurrencer les sardines françaises, portugaises et marocaines. Puis le gouvernement, affecté par d'incessantes dénonciations de corruption, et durement touché par la fin de la période du “miracle économique”, réduisit les subventions avant de les suspendre complètement et de se désintéresser du secteur. De leur côté, les taux d'intérêt bancaire devenaient prohibitifs. Déjà, des entreprises formées par des aventuriers en quête de bénéfices fiscaux firent faillite et fermèrent leurs portes, leurs propriétaires ayant personnellement fait fortune.

29La sardine vint alors à manquer. Des 200 000 tonnes par an capturées en moyenne dans les années 1980, la production est tombée à 70 000 tonnes en 1996. Les biologistes ont diagnostiqué des changements de conditions océanographiques combinés à une surpêche certaine. Les conserveries commencèrent à décliner. Les plus grandes furent obligées de faire venir la matière première de l'État de Santa Catarina, à 1 200 kilomètres au sud de Rio, ou d'importer la sardine congelée du Maroc et de Mauritanie (42 000 tonnes importées en 1996). Certaines importèrent même les produits finis déjà conditionnés et portant leurs marques. Les faibles ressources restantes, capturées soit dans la région de Cabo Frio, soit dans celle de Angra dos Reis, étaient alors débarquées dans ces petits ports et transportées vers les conserveries en camions. Par la suite, le port de pêche et la halle de marée, mal situés en plein “couloir culturel” du centre-ville de Rio, furent fermés. La halle de marée fut transférée au CEASA (équivalent d'un MIN en France) mais aucun nouveau port de pêche ne fut jamais construit. Des débarcadères furent adaptés ici et là, autour de la baie, et le poisson débarqué dans de mauvaises conditions était acheminé au CEASA par camion.

De nouvelles perspectives

30Cependant, “mondialisation” oblige, les importations de poissons augmentèrent : la morue, naturellement, mais aussi le merlu d'Argentine, le saumon du Chili, les conserves du Pérou et de l'Équateur... Ces produits importés furent alors proposés dans les supermarchés, souvent avec une meilleure présentation, à des prix égaux ou inférieurs à ceux des produits locaux. À Rio de Janeiro, agglomération de quelque 10,2 millions d'habitants où l'on consomme en moyenne 16,4 kg de poisson par personne et par an, la part des produits importés a atteint 57 % en 1996. Rien qu'à Rio de Janeiro, le marché du poisson est estimé à 875 millions de dollars par an (prix aux consommateur). On comprend donc l'intérêt des exportateurs du monde entier pour obtenir une part du gâteau. En 1998, le pôle halieutique de Rio de Janeiro se trouve donc plongé dans un profond désarroi, bien loin de l'enthousiasme qui prédominait moins de vingt ans auparavant. Cependant, les périodes de crise encouragent toujours l'apparition de nouvelles idées et le secteur halieutique de Rio de Janeiro cherche sa voie avec les atouts indéniables qu'il possède :

  • un littoral relativement poissonneux et propice au développement de l'aquaculture marine, ainsi qu'une grande richesse en eaux douces diverses (eaux froides de montagne, lacs et réservoirs, fleuves en plaines) permettant l'aquaculture de diverses espèces de poissons, de mollusques et de crustacés,
  • une tradition halieutique entretenue par les pêcheurs vivant en communautés (les colonies de pêcheurs, dans les quartiers du Caj à Rio et de Jurujuba et Ilha da Conceição à Niteroi),
  • un secteur aquacole qui commence à se développer et qui présente un fort potentiel de croissance,
  • des chantiers navals ayant des capacités de construire n'importe quel type de bateau,
  • des conserveries de poisson bien établies, avec une main-d'œuvre expérimentée,
  • une école technique de pêche (récemment installée) et des universités offrant des spécialités halieutiques (biologie marine, médecine vétérinaire, construction navale..) ainsi que des centres de recherche,
  • un important marché consommateur (167 000 tonnes de poissons consommés rien que dans la Région Métropolitaine de Rio de Janeiro en 1996) et des facilités d'accès aux marchés des États de São Paulo et de Minas Gerais),
  • un port commercial important pour le commerce international maritime des produits halieutiques,
  • un aéroport international permettant des envois de poissons frais partout dans le monde,
  • une institution gouvernementale (FIPERJ - Fundação Instituto de Pesca do Rio de Janeiro) dédiée au développement du secteur dans l'État de Rio de Janeiro.

31Plusieurs voies de redéploiement du secteur sont actuellement explorées. L'accent est mis sur l'aquaculture marine, en particulier dans les baies de Guanabara et de Sepetiba en ce qui concerne les mollusques (principalement huîtres et moules). Dans les montagnes proches, notamment à Nova Friburgo (120 km de Rio), l'élevage de truites est déjà important. Dans les fleuves et les rivières des plaines, l'aquaculture n'en est qu'à ses débuts, mais l'importance de l'eau douce dans l'État de Rio est illustrée par l'appellation fluminense (du latin flumens) qui est utilisée pour tout ce qui fait référence à cet État. En outre, la modernisation des conditions de commercialisation des poissons est considérée comme fondamentale pour que Rio redevienne le centre de référence de la commercialisation des poissons au Brésil (actuellement c'est plutôt le marché de gros de São Paulo qui joue ce rôle). Un programme de modernisation de la structure de commercialisation, comprenant un projet de criée électronique, est en cours.

32Dans cette perspective, on utilise de plus en plus l'aéroport international pour exporter des produits de marée fraîche (mérous, vivaneaux, baudroies, ailes de raies..). Des entreprises spécialisées ont été créées au cours des dernières années pour développer cette activité, qui demande une logistique performante, alliant la qualité de la manipulation et de l'emballage des poissons à la rapidité du transport. Enfin, la pêche au thon semble pouvoir se développer en haute mer, avec l'appui de techniques modernes de détection (sonar, cartes de la température superficielle de l'eau mises continuellement à jour avec des images satellite). Encore faudra-t-il rénover et moderniser une flotte thonière vétuste, ou adaptée à d'autres pêches (senneurs, chalutiers). Les chantiers navals de Rio en sont parfaitement capables, du moment que les financements existent. De même, la rénovation et la modernisation de la flotte sardinière (certains bateaux en activité ont plus de 50 ans) devrait permettre d'améliorer l'efficacité de la pêche à la sardine avec une réduction des coûts opérationnels.

33Les cycles économiques sont un phénomène typique du Brésil. À l'échelle nationale ce fut d'abord le cycle du pau-brasil, ce bois qui fournissait une teinture rouge, couleur de braise, d'où le Brésil tire son nom, puis celui de la canne à sucre à l'époque coloniale, suivi par les cycles de l'or, du café et de l'industrialisation. Nous retrouvons ce phénomène cyclique dans le secteur halieutique de Rio de Janeiro, où l'on passe de la baleine à la sardine, puis au thon. L'aquaculture, qu'elle soit marine ou en eau douce, commence à se développer tout autour de l'agglomération de Rio : ces expériences en cours sont à la base d'un nouveau cycle qui s'annonce dans cet important pôle halieutique de l'Amérique latine

CONCLUSION LA SPÉCIFICITÉ LATINO-AMÉRICAINE

34Le secteur halieutique latino-américain, à l'aube du troisième millénaire, se trouve dans une phase de développement très particulière, différente de celles rencontrées dans d'autres régions. En effet, si la consommation de produits halieutiques croît un peu partout dans le monde, il n'en est pas de même pour la production. L'Europe, par exemple, a vu baisser vertigineusement sa production à cause d'une longue période de surproduction qui a affecté la stabilité des ressources. Quant aux aquaculteurs, ils disputent à d'autres utilisateurs (agriculture, tourisme, etc.) un accès aux espaces littoraux et à l'eau douce. En conséquence, les pays de l'Union Européenne sont de plus en plus importateurs de produits halieutiques. Il est vrai que, comme partout dans le monde, la pêche côtière latino-américaine exploite les ressources existantes à leur limite maximum. Pourtant, la pêche hauturière peut encore se développer dans les eaux du Pacifique Sud, de l'Atlantique Sud et de la région Antarctique. Les ports de pêche, surtout dans le Sud du continent, sont stratégiquement bien placés pour servir de base au développement de ces nouvelles pêcheries (en particulier celle du krill).

35Face à une augmentation régulière de la demande, qu'elle soit régionale ou pour l'exportation, le secteur productif halieutique d'Amérique latine se voit proposer le défi de multiplier le niveau actuel de son offre sur les marchés. Ce défi sera relevé grâce à une restructuration des pôles halieutiques minotiers du Pacifique qui seront amenés à offrir à la fois plus de produits destinés à la consommation humaine directe, mais aussi différentes farines de haute qualité destinées aux besoins d'un secteur aquacole en pleine expansion. Le développement de l'aquaculture en Amérique latine repose sur des atouts considérables, principalement en ce qui concerne la disponibilité d'espaces littoraux encore peu disputés et l'accès à d'immenses réserves d'eau douce. Au cours des prochaines années, il est très probable que de nouvelles structures halieutiques viendront s'ajouter aux pôles existants, que ce soit le long des littoraux ou à l'intérieur du continent. Nous pouvons déjà parler sérieusement de la production halieutique de la Bolivie et du Paraguay, de la même façon que de celle des États du Mato Grosso do Sul ou de l'Amazonas au Brésil. Déjà, la consommation de poissons à Brasilia (1,8 millions d'habitants), a dépassé 23 000 de tonnes en 1996, mais elle est en grande partie assurée par l'apport de poissons d'eau douce (Infopesca, 1998).

  • 4 Marins montés sur la jangada, petit radeau pouvant servir à la pêche au cachalot (cf poème d'Oswal (...)

36En un demi-siècle, la production halieutique en Amérique latine est passée de l'image du “vieil homme et la mer” ou des jangadeiros4 à celle des grands pôles producteurs de farine de poisson, de conserves de thons, de blocs congelés de merlus et de calamars, de sachets de crevettes surgelées et de saumons frais ou fumés envoyés par avion sur les grands marchés mondiaux. Cette expansion du secteur halieutique latino-américain est encore loin d'avoir atteint ses limites. Que ce soit en amont avec les pêches hauturières et l'aquaculture, au centre avec l'installation de nouveaux pôles industriels ou en aval, avec un marché régional en plein essor, associé à une demande internationale croissante, la filière halieutique latino-américaine semble avoir de beaux jours devant elle.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CHAUSSADE L, 1994, La mer nourricière : enjeu du xxie siècle. Nantes, Institut de géographie de l'université de Nantes, 150 p.

INFOPESCA, 1998, “O Mercado de Pescado em Brasília”, série O Mercado de Pescados nas Grandes Cidades Latino-Americanos, Montevideo, 70 p.

LE BAIL J., 1995, Contribution à l'étude des pêches en Amérique latine. Nantes, thèse de doctorat, Université de Nantes, 407 p.

Notes

1 Kyoto International Conference on Sustainable Contribution of Fisheries to Food Security, organisée par la FAO et le Gouvernement japonais à Kyoto en décembre 1995.

2 Poisson cru mariné dans du citron et des épices.

3 En portugais, les sennes (filets tournants) sont appelées trainas, d'où le nom de traineiras donné aux bateaux conçus pour les utiliser.

4 Marins montés sur la jangada, petit radeau pouvant servir à la pêche au cachalot (cf poème d'Oswald de Andrade en exergue).

Notes de fin

* Directeur de INFOPESCA, Uruguay, CREDAL.

Table des illustrations

Légende Photographie n°9 : Le port de El Realejo (Nicaragua). Jusqu'au milieu du xixe siècle El Realejo a été un important site portuaire pour l'Amérique centrale. De nos jours ce n'est plus qu'une bourgade éloignée des principaux centres urbains de la façade Pacifique. Sa seule véritable activité liée à la mer est la pêche des larves de crevettes qui prospèrent dans la mangrove (cliché Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2855/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre Figure n°19 - Représentation du système halieutique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2855/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 290k
Titre Figure n° 20 - Les grands pôles halieutiques latino-américains (1995)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2855/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 457k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540