Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Deuxième partie. L'inégal développement des interfaces maritimes

Dossier documentaire : le canal de Panama

Texte intégral

Photographie n°6 : Panamá Ciudad. En bord de mer, dans le quartier moderne de Paitilla, la bourgeoisie panaméenne a choisi un urbanisme inspiré du modèle nord-américain (cliché Alain Musset).

« La rade qui s'étend devant Panama est large, mais dangereuse ; les gros navires s'arrêtent aux îles Perico et Flaminco ; les seuls bateaux plats peuvent aborder dans le port. Cette ville, dont la population est de 12 000 âmes, fait un commerce assez considérable ».
Malte-Brun, Description de l'Amérique (tome 11 du Précis de la géographie universelle). Paris, Aimé André, 1835.

« C'est vers le milieu du xvie siècle que germa, pour la première fois, l'idée d'un canal qui relierait les deux océans. Alors sur le trône d'Espagne, Charles Quint avait, en effet, donné l'ordre de réaliser un certain nombre d'études préliminaires. Mais en 1556, son successeur, Philippe II, en abandonna le projet, arguant que l'homme ne doit pas séparer ce que Dieu a uni ».
François Trotet, Le Panama. Paris, Khartala, 1991.

« À la Culebra, le spectacle était pire que ne l'avait redouté Antoine. Ici, c'étaient par pans entiers - parfois hauts de vingt mètres et par endroits longs de cent cinquante à deux cent mètres - que les remblais avaient glissé dans la tranchée. Et au milieu de ces coulées de molle glaise rouge sur laquelle s'affairaient, telles des fourmis, des milliers d'hommes dégoulinants d'eau et de boue, se devinaient çà et là, pêle-mêle, enchevêtrés, les masses des excavateurs, des wagons et locomotives que surmontaient parfois de longs, dérisoires et torsadés rubans de rails luisants ».
Claude Michelet, Le grand sillon. Paris, Robert Laffont, 1988.

« Le canal, long de 67 km 600, sans préjudice des prolongements maritimes, court du nord-ouest au sud-est. Sa profondeur ne descend pas au-dessous de 12 m 80, avec une largeur minimum de 91 m 50 au plafond. Pour obtenir un tirant d'eau de 10 m 67 dans les parties maritimes, on a du, à cause du jeu des marées, creuser la section Pacifique à la cote -13,72. Le canal comporte trois biefs, deux océaniques et un continental. Le dernier, long de 51 kilomètres, et où le plan d'eau se tient à + 26 mètres, traverse un vaste lac constitué par l'ennoyage de la vallée moyenne du Chagres, grâce au barrage de Gatún, puis il remonte cette rivière et franchit en tranchée le faîte isthmique à la Culebra ».
Max Sorre, Mexique, Amérique centrale tome XIV de la Géographie universelle (P. Vidal de la Blache et L. Gallois, ed.). Paris, Armand Colin, 1928.

Photographie n°7 : Le canal de Panama. Le projet d'un nouveau canal (à niveau) ayant été abandonné, le gabarit des écluses de Gatún doit passer de 60 000 à plus de 100 000 tonnes pour répondre aux besoins du commerce international (cliché Alain Musset).

Photographie n°8 : Le Pont des Amériques. Réalisé entre 1958 et 1962, le Pont des Amériques (118 mètres de haut et 1 670 mètres de long) enjambe le canal interocénique à la hauteur de la ville de Panama. Il assure la continuité de la route panaméricaine sur la façade Pacifique de l'isthme (cliché Alain Musset).

« Malgré l'opposition des États-Unis et après de nombreuses années de négociations, les traités Torrijos-Carter, signés en 1977, abrogent tous les traités antérieurs et prévoient la restitution à la République panaméenne de tous ses droits juridiques sur l'aire actuelle de la zone du canal, y compris sur les sites occupés par les bases militaires des États-Unis [...] Alors que la neutralité du canal est réaffirmée, les traités prévoient une période transitoire de vingt ans avant d'aboutir, le 31 décembre 1999, à la restitution complète aux autorités panaméennes du canal et de toutes les installations nécessaires à son fonctionnement, à son entretient et à sa défense ».
Noëlle Demyck, Les fractures de l'isthme (tome III de la Géographie universelle publiée sous la direction de Roger Brunet). Paris, Belin, 1994.

« En 1996, plus de 15 000 navires ont emprunté le canal, qui continue à représenter entre 5 et 7 % du commerce mondial et, en moyenne, 16 % du commerce maritime des États-Unis. Ces bateaux, essentiellement des porte-conteneurs, ont rapporté 2,3 milliards de francs en droits de péage. Cette manne financière a fait la fortune et le malheur du Panama.
En effet, le canal est une importante source de revenus pour les 40 000 employés recrutés sur place et représente 18 % du PNB de l'État. Mais c'est aussi une cicatrice dans l'orgueil national des Panaméens ».
Alain Musset, L'Amérique centrale et les Antilles : une approche géographique. Paris, Armand Colin, 1998.

« Pour l'ARI (Autorité de la région interocéanique), l'ambition est de convertir Panama en centre maritime d'importance mondiale, à l'image de ce qui a été fait dans les années soixante-dix avec la création du Centre bancaire international [...]. Sur le secteur Atlantique, a été inauguré en 1994 le Manzanillo International Terminal (MIT) spécialisé dans les procédures de transbordement de conteneurs (15 000 par mois, au rythme de 28 par heure, grâce à six grues de standard international). Utilisant les anciennes installations de l'US Navy sur Coco Solo, le port a été agrandi et il est prévu d'aménager un accès au site de la zone libre de Colon (pour éviter les formalités de douane) ».
Alain Blanchemanche, La rétrocession de la zone du canal de Panama. Nanterre, mémoire de DEA en géographie, 1996.

Table des illustrations

Légende Photographie n°6 : Panamá Ciudad. En bord de mer, dans le quartier moderne de Paitilla, la bourgeoisie panaméenne a choisi un urbanisme inspiré du modèle nord-américain (cliché Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2853/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Photographie n°7 : Le canal de Panama. Le projet d'un nouveau canal (à niveau) ayant été abandonné, le gabarit des écluses de Gatún doit passer de 60 000 à plus de 100 000 tonnes pour répondre aux besoins du commerce international (cliché Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2853/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 510k
Légende Photographie n°8 : Le Pont des Amériques. Réalisé entre 1958 et 1962, le Pont des Amériques (118 mètres de haut et 1 670 mètres de long) enjambe le canal interocénique à la hauteur de la ville de Panama. Il assure la continuité de la route panaméricaine sur la façade Pacifique de l'isthme (cliché Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2853/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 619k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable