Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Première partie. Un milieu mal maîtrisé ?

Chapitre 3. Haïti et la mer : une insularité ambiguë

Jean-Marie Théodat

Résumé

Résumé
Haïti se caractérise par la prédominance d'un peuplement littoral et par la faiblesse des activités maritimes dans l'économie locale. L'histoire explique en grande partie ce paradoxe, puisque la population de l'île n'est pas composée de marins mais de descendants d'esclaves qui travaillaient dans les plantations de canne à sucre. L'organisation spatiale de l'époque coloniale n'a pas été remise en cause par deux siècles d'indépendance, et le contraste littoral/intérieur est toujours aussi fort. Même si le monde marin occupe une place importante dans la mentalité collective des Haïtiens (Agoué, dieu de la mer, est l'une des grandes figures de la cosmogonie vaudou), la pêche reste une activité artisanale et marginale dans une société principalement tournée vers la production agricole. L'instabilité politique a en outre limité l'impact sur la côte d'un tourisme international qui dispose cependant d'un fort potentiel de développement.

Resumen
Haiti esta caracterizada por la alta densidad de su población costera y por la debilidad de sus actividades relacionadas con el mar. La historia puede explicar en parte esta situation paradójica, yá que los habitantes de la isla no son marineros sino descendientes de esclavos que trabajaban en las plantaciones de caña. La organización territorial de la época colonial sigue vigente dos siglos después de la independencia y la oposicíon litoral/interior es tan fuerte como antés. El mundo marino juega un papel importante en las mentalidades colectivas de los Haicianos (Agúe, dios del mar, es una de las grandes figuras de la cosmogonia vodú). Sin embargo, la pesca no es sino una actividad artesanal y marginal en una sociedad dedicada a los trabajos del campo. Además, la inestabilidad politica ha limitado los efectos sobre la costa del turismo international, aunque tenga grandes potencialidades de desarrollo.

Texte intégral

  • * Université Paris-I, Équateur-PRODIG

1Note portant sur l’auteur*

« Au bout d'une demi-heure de vol, la cité de Port-au-Prince apparut, toute blanche au bord de sa large baie d'un vert profond où les récifs de coraux, vus de haut et à travers l'eau, formaient de grandes taches couleur jade et cernées d'écumes pâles ».
Henri Vernes, Les compagnons de Damballah.

Photographie n°3 : Pestel (Haïti). Coincé entre mer et montagne, Pestel est l'un des rares villages de pêcheurs que compte le littoral haïtien dont les habitants sont en général peu tournés vers la mer (cliché Jean-Marie Théodat).

  • 1 En fait, la République d'Haïti, 27 750 km2, n'occupe que le tiers occidental de l'île d'Haïti, les (...)

2En dépit de ses 1 770 km de côtes, la dimension maritime reste peu développée dans l'organisation de l'espace en Haïti1. Sur une population d'environ 7 500 000 d'habitants, il n'y aurait que 10 000 pêcheurs (soit 0,13 %), dont le tiers seulement exercerait ce métier à temps plein. C'est peu de dire que les Haïtiens n'ont pas le pied marin. De là à dire que les Haïtiens tournent le dos à la mer, il n'y a qu'un pas, mais ce serait commettre une erreur de perspective, car la mer occupe une place importante dans l'imaginaire collectif haïtien : les produits de la mer (hareng salé, hareng salé et fumé, morue de rigueur le vendredi, et autres lambis) comptent beaucoup dans l'alimentation quotidienne. En outre, les principales villes sont des ports et la majeure partie de la population vit à moins de 20 km de la mer. De fait, on peut constater une nette polarisation littorale de la vie économique nationale, sans que pour cela on puisse parler de réelle vocation maritime. Il y a là un paradoxe qui ne peut se comprendre sans prendre en compte la double dimension du problème : d'une part, le poids des héritages, et d'autre part la difficulté technique de la maîtrise de la mer. Une insularité sans réelle tradition maritime, un héritage resté sans testament, ainsi pourrait-on résumer la situation des Haïtiens sur leur île.

UN HÉRITAGE AMBIGU

Des insulaires très peu marins

3Un proverbe africain dit qu'un tronc d'arbre ne se transforme pas en crocodile pour avoir séjourné longtemps dans un marigot... On serait tenté d'en dire autant des Haïtiens, qui, pour vivre depuis plus de quatre siècles sur une île, ne s'en sont pas trouvé pour autant une vocation de marins. Les Haïtiens sont un peuple d'agriculteurs qui vivent de la terre et accessoirement d'un complément de revenus représenté par la vente d'un bœuf, d'un poulet ou d'un cabri au marché du village. Et s'il arrive au paysan de pêcher un ou deux poissons pour les vendre à la ville en prévision du Vendredi saint, il ne se prend pas pour autant pour un loup de mer. Les Haïtiens vivent dans la proximité de la mer, mais ne la connaissent guère. Il y a à cela plusieurs raisons dont nous voudrions débrouiller les plus profondes.

4En premier lieu, il faut dire que la polarisation littorale est un héritage de la période coloniale, au cours de laquelle les forces vives de la terre étaient drainées vers la mer afin d'être exportées vers la métropole. Descendants d'esclaves africains acheminés captifs dans le Nouveau Monde pour travailler dans les plantations coloniales, les premiers paysans étaient dépositaires d'un héritage agraire qui participait de la tradition des cultures sur brûlis caractéristiques de l'Afrique tropicale : les arbres sont d'abord abattus, que l'on laisse sécher sur le sol avec les feuilles, en attendant d'y mettre le feu à l'approche de la saison des pluies. Il n'y a pas eu en Amérique de transmission des traditions de pêche africaine, car le travail de la terre était le seul envisageable avec une main-d'œuvre servile. Comment imaginer des esclaves pêcheurs allant braver la haute mer pour retenir captifs dans leurs filets des poissons, et les rapporter au maître ? Cela n'était guère possible dans le contexte des Antilles. Les pirates, toujours aux aguets au fond d'une anse déserte, auraient probablement capturé ce bois d'ébène pour le revendre dans les autres îles. Par ailleurs, le poisson se conserve mal et n'aurait pas supporté les longs délais nécessaires pour assurer la liaison avec la métropole, or le marché intérieur de la colonie, déjà étroit, était investi par les importations de poissons séchés en provenance des États-Unis d'Amérique.

5Donc, il n'y eut pas de place pour le développement d'une pêche coloniale française qui fût à la hauteur des réalisations agricoles. La pêche resta une activité artisanale pratiquée par des libres Noirs et Mulâtres qui ne constituaient qu'une mince frange de la population totale de la colonie française (500 000 habitants dont 400 000 esclaves, 30 000 Blancs, 70 000 affranchis et Mulâtres). Les marins s'éloignent peu de la côte, les bâteaux ne sont pas équipés pour la haute mer et, dès que l'on dépasse la limite du plateau continental, fort étroit, la mer devient très pauvre : le fort réchauffement de l'eau par le soleil tropical maintient en surface une chape d'eau à la stabilité renforcée par la température sensiblement plus basse de l'eau sous-jacente. Il s'en suit un faible brassage vertical qui rend difficile la remontée en surface du phytoplancton. Cela aurait pu amorcer une nouvelle chaîne trophique dont eussent bénéficié les pêcheurs.

  • 2 La monnaie haïtienne : un franc vaut à peu près 3 gourdes en 1998.

6Les eaux haïtiennes, très bleues, sont pauvres en espèces benthiques. Mises à part la sarde et le mérou qui offrent de belles occasions de prises dans les secteurs les plus développés du plateau continental, c'est-à-dire, entre la Gonâve et le littoral porto-princien, d'une part, entre le cap des Irois et la Navasse, d'autre part, les prises se limitent à des espèces pélagiques, telles que le thasard, le thon, le mulet et la bécune. Mais les techniques de pêches sont trop rudimentaires, et la chaîne du froid trop limitée pour stimuler les prises. Celles-ci restent modestes : on estime à environ 2 000 tonnes la prise annuelle de sardes, de kolas et de mérous, à environ un millier de tonnes celle des carrangues, sardines, mulets, thons, thasards et béquines, et à un millier de tonnes les langoustes, lambis (strombus gigas) et crevettes. Soit une production totale annuelle inférieure à 5 000 tonnes (FAO, 1988). Le pays doit importer une partie du poisson nécessaire à son alimentation, notamment pendant la Semaine sainte. Le hareng et la morue séchée importée du Canada faisaient déjà partie du régime alimentaire des habitations coloniales, et la tradition s'en est transmise à travers les générations. Les importations annuelles s'élèvent à environ 12 000 tonnes, soit près de trois fois la valeur des prises nationales. Cette prépondérance des importations sur la production domestique fait du poisson un produit cher : la livre de poisson frais coûte environ 21 gourdesau lieu de 17 gourdes pour la viande de bœuf et 19 gourdes pour le cabri2. De ce fait, la consommation de produits de la mer reste relativement limitée (3 kg par habitant et par an) contre 5 kg en République dominicaine, 8 kg à Porto-Rico, 14 kg à Cuba, et 35 kg à la Jamaïque. De toutes les Grandes Antilles, Haïti est le pays où l'on mange le moins de poisson, non que la mer y soit plus pauvre qu'ailleurs, mais à cause d'une organisation défaillante de la pêche (FAO, 1990).

La polarisation littorale des lignes de forces spatiales

7C'est d'abord à son héritage colonial que l'île doit son armature urbaine et le tracé des principaux chemins (figure n° 9). Les premières villes furent l'œuvre des colons espagnols qui, à partir du xvie siècle, fondèrent les ports nécessaires à l'établissement des premiers contacts avec la population aborigène : Santo Domingo, Azua, Yáquimo, La Yaguana, Salvatierra de la Sábana, Bayahá, Monte Cristi, Puerto Plata. Les fondations à l'intérieur étaient rares, comme Santiago de Los Caballeros, La Vega, San Juan de la Maguana, Neiba, El Seybo et Higüey. Le xviiie siècle fut une période particulièrement féconde en fondations de nouvelles cités, surtout dans la partie occidentale occupée par les Français : les bourgs et les débarcadères se développèrent en raison directe de la croissance de l'économie de plantation. Il n'y a pas une anse, pas une crique qui ne soit répertoriée sur la carte, et la toponymie, tout en caps, pointes, anses et autres trous (Anse Sauzay, Anse à Juif, Baie des Irois, Baie des Graçons, Pointe à Monier, etc. le long de la presqu'île Sud, par exemple) témoigne à la fois d'une connaissance approfondie du pays, et garde le souvenir impérissable des flibustiers qui marquèrent ces lieux de leurs hauts faits. Ainsi, les littoraux de l'île se constellèrent d'un semis continu de ports à l'activité fébrile, qui expédiaient vers l'Europe les denrées produites par les riches plantations coloniales. Il se créa une hiérarchie entre les ports, en fonction de leur capacité d'accueil des navires transocéaniques. Ainsi les habitants de la région de Petit-Goâve déposaient dans des petits bourgs côtiers leurs denrées, que des caboteurs transportaient ensuite à Léogane ou au Port-au-Prince, car « le Petit-Goave ne reçoit que très rarement des bâtiments d'Europe, et de 1765 à 1782, il n'en était venu qu'un seul » (Moreau de Saint Merry, 1797 : 1 184).

8Au début du xixe siècle, tout le réseau urbain actuel était pour l'essentiel déjà en place. Les chemins, généralement en terre, étaient très étroits et servaient surtout aux transports vicinaux. Pour aller d'une ville à une autre, le plus court chemin était celui de la mer, à plus forte raison lorsqu'il fallait se transporter d'une province à une autre. Deux cavaliers pouvaient à peine avancer de front et, lors de la saison des pluies, la plupart des liaisons étaient interrompues par le gonflement des rivières et l'état impraticable des routes. De ce fait, le port était à la plaine qui l'environnait la perle au milieu de la coquille d'huitre : il assurait les relations avec l'étranger et constituait un point de convergence spatiale des flux de marchandises. La complémentarité des terroirs créait une intégration spatiale organique entre la production de la montagne et celle de la plaine, dont les fruits étaient acheminés vers le port par différentes voies à travers les terres basses. Selon les époques, on utilisa les chemins muletiers (durant les trois premiers quarts du xixe siècle) puis le rail, à partir de la fin du siècle, pour assurer la cohésion organique entre les ports et leur hinterland. Le chemin de fer a cessé de fonctionner en Haïti, et c'est le camionnage qui assure le plus clair des transports le long de l'équerre majeure que forme l'épine dorsale du système spatial haïtien : des Cayes au Cap-Haïtien en passant par la capitale. Cependant, le cabotage reste le moyen de communication le plus rapide pour rallier les coins les plus reculés (par rapport à la capitale) du pays. Dans le Nord-Ouest semi aride, la Grande-Anse excentrée comme un finisterre à l'extrémité occidentale de la presqu'île du Sud, le Nord-Est frontalier, les îles adjacentes, sont des lieux totalement isolés où les routes sont en très mauvais état (quand elles existent) et où le cabotage occupe une place essentielle. Pour assurer le transport des biens et des personnes, il existe environ deux mille embarcations qui peuvent charger jusqu'à une tonne dans leurs flancs. Il y a en tout six ports ouverts au commerce international : Le Cap, Les Cayes, Gonaïves, Jérémie, le Port-de-Paix et le Port-au-Prince. Les autres ports, dix-huit au total, sont dévolus au cabotage.

9Cependant, les fruits de la complémentarité entre l'intérieur et le littoral ne sont pas équitablement répartis. On observe une faible redistribution des richesses produites par la commercialisation des denrées agricoles qui constituent le plus clair des sources de devises. La domination économique exercée par les ports sur les régions rurales environnantes maintient un déséquilibre croissant entre le littoral et l'intérieur. Historiquement, les ports se sont enrichis grâce au monopole de la fonction commerciale, interdite par la loi dans les bourgs et les espaces ruraux. Les transactions commerciales ne peuvent pas se faire directement du producteur à l'acheteur : il faut s'en remettre à une foule d'intermédiaires qui en profitent pour imposer des prix très bas aux paysans. Les dettes contractées par les producteurs auprès de leurs pratiques (qui leur avancent de l'argent sous forme de marchandises diverses) les obligent parfois à leur vendre l'intégralité de la récolte pendant plusieurs années consécutives. Aux deux extrémités de cette chaîne de relations se trouvent les deux composantes majeures du système social haïtien, d'une part, le paysan, de l'autre, le commerçant du « bodmè »3. Le premier est généralement analphabète et pressé par une certaine nécessité de vendre vite, car les capacités de stockage sont le plus souvent limitées et les risques d'avarie biens réels sous un climat humide et chaud. Le second est souvent polyglotte, cultivé et ouvert sur l'étranger, capable de vérifier les cours mondiaux au moment d'effectuer une transaction. Cette bourgeoisie commerçante vit très bien de ses rentes, sans avoir à se soucier d'améliorer les techniques et les moyens de communication.

10Liés aux grandes maisons de commerce de la ville par des avances sur recette qu'ils répercutent sur le paysan par des avances sur récoltes, les spéculateurs assurent la cohérence des sources d'approvisionnement des denrées agricoles. Leur rôle est de collecter, au niveau des bourgs ruraux, les denrées destinées à l'exportation. La responsabilité collective de cette catégorie de paysans est énorme dans la paupérisation du monde rural. Faute d'une meilleure distribution des fruits des exportations, le fossé va s'élargissant entre les riches et les pauvres, entre la ville et les campagnes, le littoral et l'intérieur. Il en va de même pour la commercialisation des produits de la mer. La ville est restée rentière du sol dont elle détient les débouchés et capte les bénéfices par un système de traite assez classique dans le Tiers-Monde. On a souvent qualifié de comprador la bourgeoisie des pays d'Amérique latine et d'Asie. Elle a remplacé la classe des anciens colons sans véritablement rompre avec ses méthodes. Elle continue de se comporter en rentière de situations acquises. Aujourd'hui encore, le commerce est l'activité de prédilection de l'élite économique du pays. Il ne s'agit pas d'un fait nouveau puisque, déjà au temps de l'économie sucrière florissante, l'activité portuaire était très importante. La nouveauté (et le paradoxe) tient en ceci que désormais le commerce ne repose plus comme avant sur une activité productive soutenue.

Figure n° 9 - L'organisation de l'espace haïtien

Figure n° 9 - L'organisation de l'espace haïtien

11La polarisation littorale se trouve renforcée par la disposition du relief, très montagneux, avec un mince liseré de plaine littorale courant le long des chaînes de montagne qui constituent l'ossature du territoire. Les communications restent très lentes car l'état des routes laisse le plus souvent à désirer : en 1805, déjà, il fallut quatre jours à Dessalines pour rentrer précipitamment de Santo Domingo à Marchand. En 1998, il faut plus de dix heures pour aller du Port-au-Prince au Cap-Haïtien. Le moyen le plus sûr de rallier un point à l'autre de l'île resterait le cabotage si les conditions de navigation n'étaient elles aussi périlleuses : en 1996, un navire, le Neptune, assurant la liaison entre Jérémie et la capitale (la traversée dure environ quatorze heures) fit naufrage avec plus de 1 000 personnes à bord. Il y eut très peu de survivants. Les Haïtiens, pour la plupart, ne savent pas nager, et il n'y avait pas à bord de gilets de sauvetage. En 1997, la « Fierté gonaïvienne » sombra avec plusieurs centaines de personnes à bord, à seulement une dizaine de mètres du port, à cause d'un brusque mouvement des passagers pressés de mettre pied à terre. Ces sinistres illustrent assez la difficulté des Haïtiens à maîtriser les techniques et à respecter les normes de la navigation moderne.

  • 3 Littéralement « bord de mer ».

12Le cabotage est actif entre les îles adjacentes et la Grande terre, notamment entre La Gonâve et Saint-Marc, La Gonâve et Port-au-Prince, l'Ile à Vache et Les Cayes, la Tortue et Saint-Louis du Nord. Ces mêmes chaloupes qui assurent le ravitaillement des îles extérieures prennent parfois le large, pour des expéditions plus aventureuses, vers les côtes de la Floride, où elles déchargent clandestinement leur cargaison de jugées3. Il résulte de cette polarisation littorale une structuration spécifique de l'espace qui rappelle les établissements européens égrenés le long des côtes de l'Afrique, au siècle dernier, avec une voie unique perpendiculaire au rivage. Symboliquement, ce schéma spatial montre les limites de l'indépendance dans le contexte caraïbe : même libérée politiquement, Haïti continua de dépendre de forces extérieures qui orientaient son destin. D'une dépendance coloniale simple, on est passé à un système plus complexe où la domination est moins directe, mais non moins efficace. Par le truchement d'intermédiaires nationaux, le capitalisme international continue de subordonner le pays dans une position de pourvoyeur de denrées tropicales à bon prix (café, cacao, vétiver, écorces d'oranges amères, etc.) vers les marchés des pays industrialisés. Cette polarisation littorale est donc un élément constitutif de l'identité coloniale puis nationale d'Haïti. Cela ne fait pas pour autant des Haïtiens des marins.

UN MILIEU ENCORE EN FRICHE

Une nature difficile, une mémoire en deuil

  • 4 Terme désignant les réfugiés haïtiens de Floride, repris depuis par un groupe de rap célèbre. 5 Di (...)

13Avec environ 1 770 km de côtes, Haïti dispose d'un littoral relativement étendu, compte tenu de la dimension du pays, mais la mer n'est pas un milieu familier pour les Haïtiens. A tort ou à raison, l'imaginaire collectif l'investit d'une valeur affective occulte où, au souvenir des naufrages réels se mêle, sans aucun doute, la rémanence inconsciente des récits sur les esclaves morts en mer ou des moribonds que l'on jetait par dessus bord aux requins. La mer fait peur car c'est avant tout le séjour des morts, domaine d'Agoué4 qui seul peut assurer une traversée sans naufrage. Si le ciel est concédé au Dieu trinitaire de la partie chrétienne du synchrétisme haïtien, la mer appartient à l'univers des loa, les dieux de l'Afrique, restés captifs au fond de la mémoire. De ce fait, les métiers de la mer sont plus ou moins tabous : celui qui les pratique est regardé par les autres comme un être à part. Il arrive même que l'on soupçonne le capitaine d'un navire de provoquer le naufrage pour offrir les naufragés en hécatombe aux forces obscures des grandes profondeurs, les baka, qui exigent ce genre de sacrifices en échange de services rendus. La fable mise à part, les littoraux haïtiens ne sont pas d'un abord facile car souvent frangés de récifs coralliens. L'île de La Gonâve est entourée d'une barrière continue d'écueils qui n'autorisent l'abordage qu'à des passes précises de la côte. La Tortue est ourlée sur sa rive sud d'une barrière parallèle de récifs admirables en plongée, mais redoutables pour la navigation nocturne. Il en est de même pour l'île à Vache.

14Du côté des terres, l'espace cultivable entre la mer et la montagne est souvent réduit à un mince liseré littoral, ce qui gêne le développement d'un hinterland profond capable d'alimenter un fret puissant. Mis à part dans Le Cap, Port-au-Prince, les Gonaïves et Saint-Marc qui bénéficient de l'existence de terres planes dans leur entourage, les autres ports comme Jérémie, Miragoane, Corail, Pestel, Anse d'Hainault jouissent surtout d'une rente de situation au cœur de régions enclavées, mal desservies par la route. La plupart des côtes haïtiennes sont des côtes d'émersion. Dans certains secteurs, le littoral ancien se retrouve perché à plus de trois cent mètres au-dessus du niveau marin. Il apparaît alors en terrasses découpées dans le calcaire récifal, scuplté en falaises par les vagues et la dissolution chimique par le sel. C'est le cas notamment sur tout le littoral nord de la presqu'île du Sud, entre Miragoane et Pestel, qui offre aux vagues soulevées par les alizés un front continu de reliefs accores battus par le vent, rongés par le sel. Ces littoraux soulevés sont peu hospitaliers pour le marin : le passage de la Pointe Bec, entre le Bec du Marsouin et la Grande Cayemite est particulièrement redouté les jours de Nordés (Woodring, 1924).

15Cette émersion, si elle a agrandi la taille de l'île et lui a fait gagner des terres cultivables, a aussi occasionné une diminution considérable du plateau continental. Celui-ci n'a une certaine importance qu'en des lieux précis comme la baie de Port-au-Prince, à l'ouest de la pointe du Cheval Blanc, entre la pointe Tiburon et la Navasse, et au nord des Cayemites, soit à peine cinq mille km2 au total. Ce faible développement du plateau continental, joint à la faible ampleur des marées, empêche cette synergie entre la terre et la mer, propice au foisonnement du plancton. Par ailleurs, les eaux très calmes du golfe de Port-au-Prince, d'un bleu très pur, sont incapables de maintenir en suspension les débris organiques qui auraient pu, au contact de la lumière, entretenir la vie : tous les sédiments arrachés par l'érosion restent plaqués au sol ou se perdent dans les profondeurs océanes.

16Lorsqu'il n'est pas abrupt, le contact entre la terre et la mer peut prendre la forme d'une végétation halophile très dense, la mangrove, qui prolonge en mer les conditions continentales, accueillant une avifaune très riche, mais très peu exploitable pour les hommes. La mangrove occupe cependant une portion limitée du littoral, mais il s'agit le plus souvent de la façade littorale des plaines les plus étendues : plaine du Nord, de l'Artibonite ou du Cul de Sac. Quand on quitte la capitale, il faut longer la côte sur plus de quarante kilomètres, vers Montrouis au nord, ou Léogane au sud, pour trouver enfin une plage. Le littoral offre cependant des facilités de mouillage dans les nombreuses anses et baies qui en échancrent le tracé. Pendant la période coloniale (1643-1803), les Français ont utilisé toutes les possibilités de mouillage pour créer des embarcadères et des forts, car il fallait à la fois assurer l'écoulement des denrées et la protection de la colonie contre les incursions des nations ennemies. On ne compte plus les sites fortifiés et les redoutes dressées par les Français qui formèrent un formidable corset défensif durant les guerres menées contre les Anglais et les Espagnols, notamment à la fin du xviiie siècle. Ils devaient servir par la suite à assurer la sécurité de la nation haïtienne devenue indépendante. Idéal pour la défense du territoire, le caractère inhospitalier des littoraux constitue un handicap d'autant plus difficile à surmonter que les techniques de pêche ou de navigation sont restées rudimentaires.

17Tout l'outillage et la technique de navigation des marins haïtiens découlent directement de l'héritage colonial resté intact. Rien n'a été fait depuis pour les améliorer et trouver un ajustement par rapport à la hausse rapide de la demande intérieure. Pour pêcher on prend soit des embarcations monoxyles (bois fouillé) soit des embarcations plus importantes, de quatre à cinq mètres, utilisant alternativement la voile ou les rames (pour remonter les vents). Les équipages ne dépassent pas quatre hommes. La pêche est effectuée au moyen de plusieurs techniques : les lignes (technique la plus courante) peuvent être simples ou composées de plusieurs hameçons. Un flotteur permet au pêcheur de repérer le poisson lorsqu'il mord à l'appât. Le filet, généralement en nylon, est lesté de pierres et garni de flotteurs pour mieux le repérer. Il existe plusieurs types de filets : le filet maillant qui peut mesurer plus de 200 mètres, le trémail, les sennes de rivage (qui peuvent cerner un banc entier de sardines), et l'épervier (sorte de filet circulaire de quatre mètres de diamètre qui sert surtout pour les prises côtières). Les casiers en bambou constituent le troisième type d'engin de pêche hérité de la période coloniale : ils ont une forme caractéristique, en Z, que l'on retrouve dans les autres Antilles. Les casiers sont composés de panneaux d'écorce de bambous tressés qui forment de petits hexagones où viennent s'empêtrer les poissons, les langoustes et les crabes (Acquier, 1985).

18De tels engins de pêche ont fait la preuve qu'ils suffisaient à assurer un complément de revenus au paysan qui s'y adonne de temps en temps, mais cela ne suffit pas à garantir une existence décente au pêcheur à temps plein. Si le revenu moyen du paysan est d'environ 400 dollars par an, celui du pêcheur s'élève à seulement 100 dollars. Or, étant donné que le prix du poisson frais est sensiblement plus élevé que celui de la viande, les pêcheurs devraient logiquement bénéficier d'un niveau de vie plus confortable que celui des autres actifs du secteur primaire. Mais leur activité est soumise à des aléas plus nombreux que dans les métiers de la terre : la mer peut être mauvaise et les poissons ne sont pas toujours là où on les attend. Enfin, la distance est parfois si grande avec la clientèle la plus porteuse (la clientèle urbaine) que le poisson se perdrait si le pêcheur ne consentait, à contre-cœur, à le consommer avec sa famille.

La filière des produits de la mer

19La commercialisation des produits de la mer est révélatrice des travers de fond, caractéristiques du blocage économique haïtien : la structure fortement segmentée du marché et la faible redistribution des richesses. En fait, comme pour le café, le commerce des produits de la mer fait l'objet d'un double circuit, l'un formel destiné à l'exportation et contrôlé par un club restreint d'exportateurs qui arrivent ainsi à imposer leurs prix au producteur, l'autre informel, destiné au marché intérieur.

20Il en va du marché des produits de la mer comme celui du café et des autres denrées destinées à l'exportation. C'est un système de traite qui profite surtout, voire seulement, à l'exportateur final, lequel se contente de collecter la production. Il achète à un faible prix sur le marché local pour vendre sur le marché international en devises fortes. Une dizaine de grossistes domine le marché. Certains fournissent des moteurs aux pêcheurs, qui sont alors tenus de leur livrer la totalité de leurs prises. Le grossiste possède généralement une chambre froide dans des lieux de concentration à partir desquels les prises sont acheminées vers la capitale en vue de l'exportation. Ainsi, sur les rives méridionales du golfe de la Gonâve, les prises effectuées entre Jérémie et les Barradères sont acheminées par cabotage à la Grande Cayemite d'où elles sont expédiées vers Miragoane avant d'être convoyées par la route jusqu'à la capitale. Des rabatteurs se chargent d'acheter le poisson au pêcheur et de l'entreposer dans la glacière mise à leur disposition : ces intermédiaires assurent la fidélité de la collecte, et évitent au bourgeois du « bodmè » d'avoir à marchander avec le pêcheur. Profitant de sa rente de situation, le grossiste n'investit pas dans la prise directe du poisson ou des fruits de mer. Il ne se sent pas concerné par la faible productivité de l'effort de pêche. Il n'a aucun frais d'entretien du matériel, et il ne subit pas les manques à gagner dus aux aléas du métier. Pour lui, un tel système ne présente, à court ou moyen terme que des avantages : le moindre effort et les devises fortes. Ni les pêcheurs, ni les exportateurs ne sont incités à faire un effort de productivité qui pourrait accroître les bénéfices : les uns préfèrent attendre la livraison, les autres se contentent d'assurer un revenu minimum à leurs familles et cessent toute ambition au-delà de ce seuil, car la rémunération de l'effort laisse à désirer.

21Face à ce genre de blocage on est tenté de chercher des responsables. Est-ce la faute de l'État qui n'a rien fait pour encourager de véritables vocations maritimes ? En un sens, oui : pour mieux contrôler politiquement le pays, le dictateur Duvallier a mis un frein à l'essor des ports de province comme Jacmel, Saint-Marc, Miragoane, qui restèrent fermés au trafic extérieur durant plus d'un quart de siècle. La concentration à Port-au-Prince et au Cap de l'essentiel du trafic étranger sonna le glas des liaisons par cabotage qui assuraient la collecte, dans les différents bourgs côtiers, des denrées destinées à l'exportation.

22Est-ce la faute du système foncier ? Celui-ci a tendance à attacher chaque individu à la terre par le biais du partage successif des héritages : l'assurance de disposer d'un lopin individuel pour assurer sa subsistance a peut-être tenu le paysan éloigné de la mer. Il est rare que le pêcheur ne soit pas propriétaire de quelques carreaux de terre laissés par un aïeul, de sorte qu'il ne prend la mer que dans les intervalles laissés par la morte saison, de novembre à avril. Le reste du temps, il donne tous ses soins à ses cultures.

23Est-ce la faute des grossistes ? Ceux-ci reprochent à l'État de ne rien faire pour protéger le capital : les routes, la fourniture de l'énergie nécessaire à la chaîne du froid, l'entretien des phares, tout cela fait défaut. Faute d'une alimentation continue en électricité, les interruptions de la chaîne du froid entraînent parfois des pertes considérables. Les négociants en poissons se plaignent de l'absence d'un véritable réseau de communication qui permettrait un acheminement rapide depuis les lieux de pêche vers les lieux de consommation. De sorte que les risques encourus par le capital semblent disproportionnés par rapport aux bénéfices escomptés. Dans l'attente qu'un gouvernement sérieux prenne en charge les affaires du pays, ils se contentent de canaliser les exportations en offrant un débouché aux petits pêcheurs qui, sans eux, ne sauraient quoi faire de leurs prises. En somme, ils profitent à leurs corps défendant d'un système qu'ils seraient ravis de voir réformer.

24Les exportateurs sont au nombre de cinq et contrôlent l'essentiel du commerce des coquillages, des langoustes et des écailles de tortues. Tous sont basés dans la capitale. Ils exportent la totalité de leur production de coquillages et de langoustes vers les États-Unis et en tirent des revenus substantiels. Le Japon est le principal importateur des écailles de tortues. Entre 1970 et 1977, le tonnage des exportations a presque triplé, passant de 113 à 300 tonnes. Le plus clair de ce tonnage consistait alors en langoustes. Mais, depuis 1977, la langouste haïtienne fait l'objet d'une protection officielle afin de permettre à l'espèce qui menaçait de disparaître de se reproduire. Depuis, la pêche à la langouste continue, mais dans la plus parfaite illégalité. Il arrive que l'armateur-grossiste exporte lui-même sa production sans passer par les services de la douane et se contente de déclarer une quantité forfaitaire au fisc.

25L'approvisionnement du marché intérieur est surtout le fait de marchandes ambulantes qui achètent directement le poisson aux pêcheurs et le revendent au marché, soit sous la forme de poisson frais, soit après l'avoir fait sécher. Mais les méthodes de séchage sont très archaïques et le poisson est plus vite pourri que séché. Au marché, elles exposent le poisson au soleil, à même le sol parfois, sur une abaque en bois. S'il est frais, le poisson sera vite impropre à la consommation. Comme il n'y a aucun système de fixation des prix, les transactions se font par marchandage, de sorte que la marchande est contrainte de vendre vite pour éviter de perdre sa marchandise. Si le poisson est séché, ce qui est le plus souvent le cas, il pourra attendre plus longtemps avant d'être vendu, ce qui en diminue les qualités gustatives, donc le prix final. Rares sont ceux qui ont la chance de consommer du poisson vraiment frais, car il n'existe que deux ou trois poissonneries dignes de ce nom, et elles sont toutes à Pétion-Ville, la banlieue résidentielle de la capitale. Plus généralement, on peut dire que l'essentiel de la consommation du poisson et des fruits de mer s'effectue sur la côte. Les habitants de l'intérieur consomment plus volontiers du poisson importé, qui leur arrive soit en conserve, soit sous la forme de hareng saur et de hareng-sel. Il se garde plus facilement que le poisson séché produit localement.

26Pour faire face aux insuffisances du système de pêche haïtien, et compte tenu du déséquilibre chronique du régime alimentaire local, la FAO a essayé de mettre sur pied, dans les années 1980, un programme d'aide destiné à la rationalisation des techniques et à l'initiation des paysans à la pisciculture. Mais il s'agissait surtout d'élevage en eau douce, sur les terres les plus pauvres impropres à l'agriculture. Il ne semble pas que cela ait donné des résultats vraiment probants, car les espèces concernées (le tilapia surtout) ne correspondent pas aux habitudes alimentaires de la population. Plus ambitieuses ont été les tentatives de créer des compagnies de pêche industrielle par des capitalistes étrangers. En 1979, la SPIDAH (Société de Pêche Industrielle d'Haïti) fut créée avec des capitaux espagnols. Ce fut un échec et la société ferma l'année suivante. En 1986, fut lancé un projet intégrant les intérêts paysans à l'île à Vache. Des engins de pêche et des moteurs furent distribués gratuitement aux paysans, mais ceux-ci utilisèrent les barques pour le cabotage et se désintéressèrent totalement de la pêche.

27On peut observer une réelle réticence des pêcheurs à modifier leurs techniques et à se consacrer exclusivement à la pêche. Le même refus de la spécialisation agricole, observé dans les campagnes, se retrouve donc dans l'attitude face à la mer, et pour les mêmes raisons : la peur de se retrouver captif du marché et de ne pouvoir assurer sa subsistance en cas de coup dur. En somme, en l'absence d'un marché suffisamment transparent et de la garantie d'un prix décent, le pêcheur, comme le paysan, choisit de faire un peu de tout et de ne dépendre exclusivement d'aucun produit dont il ne maîtrise pas les cours. Mis à part le village de Luly, situé à une trentaine de kilomètres au nord de la capitale, il n'existe pas de véritables villages de pêcheurs en Haïti, signe que les Haïtiens sont restés des agriculteurs, des îliens sans véritable connaissance de la mer et de ses ressources.

CONCLUSION

28Le potentiel des pêcheries haïtiennes est certes limité (entre 15 000 et 20 000 tonnes annuelles) mais les prises effectuées restent très en deçà de ce que l'on pourrait espérer. Par ailleurs, ce potentiel est aujourd'hui lui-même menacé par le développement de l'érosion qui, en ravinant les montagnes, déverse dans la mer des tonnages impressionnants de boue et de galets qui finissent par tuer la végétation sous-marine et les coraux. Le désastre observé sur les terres se prolonge en mer par une désertification active dont on a pu prendre la mesure à l'occasion d'une escale de l'équipe de la Calypso dans les eaux haïtiennes en juillet 1985 : un épais tapis de sédiments recouvre, comme un linceul, les coraux morts, désertés par les poissons qui autrefois y frayaient dans une eau très pure.

29Compte tenu des problèmes rencontrés par la pêche, le tourisme peut-il offrir une solution de rechange pour la rentabilisation du littoral haïtien ? Il faut dire à cet égard que le pays a reçu en 1998 moins de 100 000 touristes, contre 150 000 en 1985. Encore compte-t-on parmi ces touristes des ressortissants étrangers d'origine haïtienne qui reviennent visiter la famille. Le Club Méditerranée est resté fermé pendant plus de dix ans et n'a pu ouvrir ses portes qu'en 1997. Il est fréquenté par un public composé essentiellement de riches Haïtiens et du personnel expatrié des administrations diplomatiques. Les troubles politiques de ces dernières années ont fait fuir les touristes étrangers qui préfèrent se rendre en République dominicaine. Ce dernier pays reçoit chaque année plus de deux millions de touristes, avec une nette tendance à la hausse liée à une politique de promotion intelligente, dirigée vers la clientèle familiale européenne. Haïti, habituée depuis les années 1940-1950 à accueillir des touristes nord-américains plutôt huppés qui venaient en quête de sensations fortes (à l'occasion du carnaval et des cérémonies vaudou), chercherait plutôt à attirer une clientèle haut de gamme, mais elle n'a ni la capacité d'accueil, ni le niveau de service correspondant à ses ambitions : à qualité égale, la nuit d'hôtel coûte en moyenne trois à quatre fois plus cher à Port-au-Prince qu'à Santo Domingo.

30Le potentiel touristique haïtien reste inexploité, car des sites comme la Citadelle du roi Christophe, le palais de Sans-Souci, les ruines des habitations coloniales, sans oublier le patrimoine culturel, qui est assurément l'un des plus fascinants des Antilles, sont autant d'atouts susceptibles d'attirer des visiteurs qui recherchent au-delà des palmiers et de la plage, une certaine qualité d'âme relativement rare dans la Caraïbe. Déjà, l'artisanat d'art haïtien a conquis le marché des pays voisins : à Fort-de-France, à Pointe-à-Pitre, à Santo Domingo, à Puerto Plata, etc., le plus clair des articles vendus aux touristes (tableaux naïfs, sculptures sur bois ou en fer forgé) sont importés d'Haïti ou s'inspirent de la production de ce pays. On peut donc affirmer que les conditions ne sont pas réunies pour le développement d'une insularité vraie qui supposerait à la fois une meilleure exploitation des ressources halieutiques, l'amélioration des liaisons maritimes (afin de rompre l'isolement de certaines régions) et, enfin le développement du tourisme balnéaire, comme cela se passe dans les autres îles de la Caraïbe.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ACQUIER J.L., 1985, in Atlas d'Haïti. Bordeaux, CNRS.

FAO, 1990, Rapport de mission d'évaluation. Développement de l'aquaculture et des pêches continentales. Port-au-Prince.

MOREAU de SAINT MERRY M., 1797, Description topographique, physique, civile politique et historique de la partie française de l'île Saint-Domingue, Paris (réédition de 1984).

RUTH M.H., 1958, Les pêches maritimes en Haïti. Rome, FAO.

WOODRING W. et alii, 1924, Geology of the Republic of Haiti. Port-au-Prince.

Notes

1 En fait, la République d'Haïti, 27 750 km2, n'occupe que le tiers occidental de l'île d'Haïti, les deux autres tiers étant occupés, à l'est, par le territoire de la République dominicaine, 48 730 km2.

2 La monnaie haïtienne : un franc vaut à peu près 3 gourdes en 1998.

3 Littéralement « bord de mer ».

4 Terme désignant les réfugiés haïtiens de Floride, repris depuis par un groupe de rap célèbre. 5 Dieu de la mer dans la cosmogonie vaudou.

Notes de fin

* Université Paris-I, Équateur-PRODIG

Table des illustrations

Légende Photographie n°3 : Pestel (Haïti). Coincé entre mer et montagne, Pestel est l'un des rares villages de pêcheurs que compte le littoral haïtien dont les habitants sont en général peu tournés vers la mer (cliché Jean-Marie Théodat).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2845/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 584k
Titre Figure n° 9 - L'organisation de l'espace haïtien
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2845/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable