Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Première partie. Un milieu mal maîtrisé ?

Chapitre 1. Les contrastes du peuplement littoral en Amérique latine

Alain Musset

Résumé

Résumé
Les littoraux latino-américains se caractérisent par un peuplement inégal, marqué par de fortes oppositions entre les deux principales façades maritimes (Atlantique et Pacifique), entre les côtes et l'intérieur, mais aussi entre des espaces très dynamiques et des zones « mal développées ». Ces contrastes ne correspondent pas toujours aux atouts et aux contraintes du milieu naturel, dont la mise en valeur dépend autant des modèles culturels assimilés par les populations locales que de l'évolution des outils et des techniques de l'aménagement de l'espace. Le poids de l'histoire explique en grande partie une organisation territoriale marquée par plus de trois siècles de colonisation ibérique.

Resumen
Los litorales latinoamericanos estan caracterizados por la desigualdad de los asentamientos humanos, considerando no solamente la fuerte oposición entre las dos principales fachadas maritimas (el Atlántico y el Pacífico), sino tambien entre las costas y el interior, o entre espacios dinámicos y otros «mal desarrollados». Estos contrastes no corresponden de manera sistemática a las potencialidades del medio ambiente, sino que dependen tanto de los modelos culturales adoptados por la población local, como de la evolución de las herramientas y de las técnicas del ordenamiento territorial. El papel jugado por la historia puede explicar en gran parte una organización espacial modelada por tres siglos de colonización ibérica.

Texte intégral

  • * Université de Paris X, CREDAL, Institut Universitaire de France

1Note portant sur l’auteur*

« Yo no soy marinero,
Yo no soy marinero
Por tí seré, por tí seré »
La Bamba, chanson populaire de l'État de Veracruz (Mexique).

Photographie n°2 : Veracruz (Mexique). Fondé en 1519 par Hernán Cortés, le port de Veracruz a longtemps souffert de son climat chaud et humide. Déplacé deux fois au cours du xvie siècle, il est aujourd'hui l'un des plus grands ports commerciaux du pays (cliché Alain Musset).

2Les côtes d'Amérique latine souffrent trop souvent d'une mauvaise réputation. Dans son Précis de la géographie universelle, revu et corrigé en 1835 par J.-J. N. Huot, Malte-Brun faisait déjà remarquer que de nombreux hauts-fonds interdisaient l'accès de la Nouvelle-Espagne aux bateaux de commerce dont le tirant d'eau dépassait 32 cm. En outre, en automne ou au printemps, de violentes tempêtes, les Nortes, rendaient périlleuse la navigation dans tout le golfe du Mexique. Enfin, ces régions subissaient les effets d'un climat particulièrement délétère pour les populations d'origine européenne, surtout quand elles se rassemblaient dans des villes à l'hygiène douteuse, comme Veracruz ou Acapulco : « à la vérité, l'humidité des côtes favorisant la putréfaction d'une grande masse de substances organiques, occasionne des maladies auxquelles les Européens et d'autres individus non acclimatés sont exposés ; car sous le ciel brûlant des tropiques, l'insalubrité de l'air indique presque toujours une fertilité extraordinaire du sol » (Malte-Brun, 1835 : 388). Aujourd'hui encore, malgré l'essor d'un tourisme balnéaire qui attire la clientèle internationale vers quelques stations privilégiées des Antilles ou de la côte Pacifique mexicaine, Européens et Nord-Américains ont conservé leurs préjugés sur le caractère pittoresque mais hostile d'un littoral dont il convient toujours de se méfier : quand ce ne sont pas les requins qui rôdent près des plages, il faut se prévenir des piqûres de moustiques tapis dans la mangrove.

3Paradoxalement, les Latino-Américains semblent souvent partager le même point de vue. Alors qu'en Amérique du Nord les côtes sont des régions dynamiques qui concentrent l'essentiel de la population, au sud du rio Grande la situation est beaucoup plus contrastée. Si le Brésil et le Venezuela sont longtemps restés confinés sur leur façade maritime, le Mexique et les pays andins n'ont découvert que tardivement leurs espaces littoraux. À la colonisation agricole de l'Amazonie, lancée dans les années 1970 par le gouvernement brésilien pour intégrer l'intérieur au reste du pays, correspond la « marche vers la mer » engagée au Mexique dès 1953, avec des objectifs politiques et économiques comparables. Pour mieux comprendre les relations ambigües qu'entretiennent les pays latino-américains avec leurs littoraux, il apparaît donc nécessaire d'expliquer les disparités qui caractérisent le peuplement des deux grandes façades maritimes du continent. En effet, la mise en valeur des zones côtières dépend en grande partie des densités de population qu'elles abritent. Or, ces densités ont considérablement varié dans le temps : les changements enregistrés reflètent autant la mutation des modes d'occupation de l'espace que l'évolution des mentalités collectives dans un monde où, même quand elles habitent au bord de l'océan, les populations locales n'entretiennent souvent que de lointains rapports avec leur environnement marin.

LES DISPARITÉS DU PEUPLEMENT LITTORAL

4Les disparités du peuplement littoral se manifestent à différentes échelles, mais de manière différente selon les pays et selon les modèles économiques, politiques et culturels importés par les conquérants au cours de la période coloniale. Ainsi, l'opposition littoral/intérieur est-elle partout sensible, mais le Mexique et le Brésil sont ici deux exemples radicalement opposés. En outre, à l'intérieur d'un même État, certains espaces littoraux peuvent être fortements peuplés, alors que d'autres seront presque déserts. Enfin, pour les pays qui disposent de deux façades (c'est particulièrement le cas au Mexique et en Amérique centrale), on constate une forte opposition entre le versant Pacifique et le versant Atlantique.

L'opposition littoral-intérieur

5Cette opposition est sans aucun doute la plus traditionnelle et la plus facile à remarquer. Dans le cas du Mexique (figure n° 1), on constate que les fortes densités de population se localisent essentiellement sur les hauts-plateaux du centre, alors que les côtes semblent en grande partie abandonnées. Sur 15 % du territoire national (dans la zone centrale dominée par Mexico) s'entassent 40 % des Mexicains, à des altitudes qui dépassent souvent 2 000 mètres. Cette opposition est ancienne, puisque les pourcentages ont peu changé depuis le début du xixe siècle, quand l'allemand Alexandre de Humboldt rédigeait son Essai politique sur le royaume de la Nouvelle Espagne. Le système de représentation choisi, fondé sur la population municipale (celle du chef-lieu et des écarts), ne prend en compte que les communes les plus importantes (plus de 50 000 habitants). En effet, selon L'INEGI (Institut National des Statistiques, Géographie et Informatique), les villages de moins de 2 500 habitants (limite officielle de la population urbaine) représentaient en 1995 plus de 98 % des localités enregistrées, mais ne regroupaient que le quart de la population totale, dans des zones de basse densité. Si la petite échelle de la carte masque les détails, on voit cependant que les centres urbains situés au bord de l'océan sont peu nombreux, même s'ils appartiennent, de près ou de loin, à la frange littorale. C'est le cas de Culiacán, capitale de l'État du Sinaloa, bâtie à plus de 50 km du rivage sur le bord du rio Culiacán. Malgré ses 600 000 habitants, la ville fondée en 1531 par Nuño de Guzman (et déplacée deux fois au cours de son histoire), n'entretient que des rapports lointains avec la zone côtière proprement dite. Elle anime une région agricole prospère, tournée vers l'élevage et la canne à sucre, et s'intéresse peu aux activités liées à la mer. La plus grande partie des centres urbains situés sur le littoral de la mer de Cortés sont dans le même cas. Mis à part quelques ports, parfois doublés d'une station touristique (Guaymas, Topolobampo et surtout Mazatlán), les villes côtières doivent leur prospérité aux grands districts d'irrigation financés par l'État dans les années 1940 pour développer une agriculture spéculative de masse.

6Les divisions administratives à l'intérieur des entités fédérales traduisent de manière tout aussi forte les inégalités de peuplement entre la côte et l'intérieur. Si l'on prend le cas du Michoacán (figure n° 2), on constate par exemple que trois municipios seulement se partagent 300 km de côte, alors qu'on en compte 113 sur l'ensemble de l'État, pour l'essentiel situés à l'intérieur des terres, au-dessus de 1 000 mètres d'altitude. Le maillage communal, très serré sur les hauts-plateaux, et particulièrement dans la région des lacs (Cuitzeo, Pátzcuaro, Chapala), où l'on atteint des densités rurales de l'ordre de 200 hab./km2, s'élargit nettement quand on entre dans les espaces montagneux pour descendre vers la région côtière. Cette modification de la superficie des municipios correspond à une baisse sensible des densités de population. Le municipio de Coahuayana couvre ainsi 372 km2 pour une population de 13 400 habitants (en 1990), soit une densité moyenne de 36 hab./km2, très largement inférieure à la moyenne de l'État (plus de 60 hab./km2). Le municipio le plus vaste, celui d'Aquila, s'étend sur 2 674 km2, mais sa population dépasse à peine les 20 000 habitants (7,6 hab./km2) et son chef-lieu, qui compte moins de 2 000 habitants, est situé à plus de 20 km de la côte et à 990 mètres d'altitude. Le dernier, celui de Lázaro Cárdenas, est dominé par la ville du même nom, fondée dans les années 1970 pour dynamiser un littoral particulièrement sous-développé en implantant, de manière tout à fait artificielle, autoritaire et volontariste, un grand pôle de développement centré sur la sidérurgie. Le port-industriel compte aujourd'hui plus de 150 000 habitants, mais il ne s'est jamais intégré au monde rural qui l'entoure et dont les activités sont généralement peu tournées vers la mer. En effet, si les habitants de Coahuayana tirent une partie de leurs ressources de la pêche et, de plus en plus, du tourisme balnéaire, ceux d'Aquila sont avant tout des paysans qui se consacrent à une agriculture traditionnelle et peu productive.

7Les mêmes contrastes sont applicables à l'ensemble des États latino-américains, marqués par une forte opposition littoral/intérieur, et où le littoral apparaît souvent défavorisé. C'est le cas des pays d'Amérique centrale (malgré l'exception notable du Panama) et des pays andins, où la population se concentre traditionnellement sur les hautes-terres de l'intérieur au détriment des zones côtières. Ce schéma n'est pourtant pas applicable partout. Ainsi, au Brésil, l'opposition littoral/intérieur est tout aussi forte qu'au Mexique, mais elle est inversée. Si l'on adopte les mêmes critères de représentation (population par municipes), on voit qu'un littoral très peuplé s'oppose à un intérieur vide d'hommes (figure n° 3). De fait, les densités de population chutent rapidement dès que l'on s'éloigne de plus de 200 km des côtes et, dans les régions amazoniennes du Nord-Ouest, on descend rapidement à moins d'un habitant au km2 (Théry, 1989 : 57). Comme au Mexique, le découpage administratif du pays reflète les contrastes du peuplement : alors que les États côtiers, notamment dans la région du Nordeste, sont parfois minuscules (22 000 km2 pour le Sergipe) ceux de l'intérieur sont gigantesques (1 558 000 km2 pour l'État d'Amazonas).

Figure n° 1 - La population municipale au Mexique (1991)

Figure n° 1 - La population municipale au Mexique (1991)

Figure n° 2 - Les municipes de l'État du Michoacán (Mexique)

Figure n° 2 - Les municipes de l'État du Michoacán (Mexique)

8Le même schéma peut être appliqué à l'échelle des territoires communaux, dont le maillage est d'autant plus étroit qu'on se rapproche de la côte. Le cas des trois Guyanes est identique au modèle brésilien, notamment celui de la Guyane française, puisqu'une frange côtière densément occupée s'oppose de manière radicale aux forêts vides d'hommes du plateau guyanais.

Figure n° 3 - La population municipale au Brésil (1991)

Figure n° 3 - La population municipale au Brésil (1991)

9En Argentine et en Uruguay, la frange littorale paraît plus densément peuplée que l'intérieur du pays, mais en fait seuls quelques points privilégiés de la côte sont réellement mis en valeur, essentiellement autour de l'embouchure du rio de La Plata. Dans cet espace privilégié, qui s'ouvre à la fois vers le centre du continent et sur l'océan Atlantique, se dressent les principales villes des deux pays (Montevideo regroupe la moitié de la population uruguayenne). Au nord de Montevideo et au sud de Buenos Aires, l'occupation humaine se fait plus sporadique - mais ce relatif abandon est aussi sensible à l'intérieur des terres que sur la côte et ne relève pas de l'opposition littoral/intérieur. De fait, même dans les pays où la population côtière est nombreuse, l'occupation des espaces littoraux n'est pas homogène. Ainsi, au Brésil, les régions côtières situées autour de l'Amazone sont presque désertes, malgré la présence de quelques villes importantes comme Belém (capitale de l'État de Para, située sur l'estuaire du Para) ou São Luis, capitale de l'État du Maranhão. De même, la zone centrale, qui correspond à l'État d'Espirito Santo et au sud de l'État de Bahia, est peu occupée (la trame des divisions administratives se relâche de manière sensible sur cette partie de la côte). La population littorale se concentre essentiellement dans la région du Nordeste, entre Recife et Salvador, et autour de l'ancienne capitale politique, Rio de Janeiro, qui compte aujourd'hui plus de 12 millions d'habitants. Au Venezuela, la différence est également très nette entre une côte caraïbe très peuplée, et un littoral Atlantique vide d'hommes. Entre le golfe de Venezuela et le golfe de Paria s'étend tout un chapelet de villes côtières dont les activités sont plus ou moins directement liées à l'environnement marin : champs pétrolifères de Maracaïbo, ports de pêche de Güiria, Cumaná, Punto Fijo et Guamache, ou grands marais-salants de la péninsule d'Araya (État de Sucre). En revanche, le golfe de Paria et le delta de l'Orénoque se caractérisent par la faiblesse de l'occupation humaine. Il faut remonter le fleuve sur plus de 200 km pour atteindre la première ville de la région, Ciudad Guyana (presque 600 000 habitants en 1995). Encore s'agit-il d'un pôle de développement créé par l'État en 1961 pour tenter de compenser les déséquilibres régionaux qui marquent encore en profondeur la géographie vénézuélienne.

Les deux façades maritimes

10Dans les pays qui disposent de deux façades maritimes (essentiellement le Mexique, les pays d'Amérique centrale et la Colombie), on constate aussi de forts contrastes de peuplement. Au Mexique, la côte du Sud-Pacifique semble la plus défavorisée. Avant même la conquête espagnole, il s'agissait d'un territoire mal contrôlé par l'empire aztèque. Par la suite, les conquérants se sont peu intéressés à cet espace éloigné des principaux axes de communication qui reliaient l'Ancien et le Nouveau Monde. Même le port d'Acapulco, qui compte aujourd'hui plus de 600 000 habitants, n'a longtemps été qu'une petite bourgade dont les rues mal tracées ne s'animaient que pour l'arrivée de la Nao de China, venue des Philippines avec sa cargaison d'étoffes et de porcelaines. Dans ces régions vides d'hommes se sont installés, dès le xviie siècle, des colonies de « Nègres marrons » qui fuyaient l'esclavage et le travail des mines. Ces communautés isolées, échappant au contrôle des autorités locales, ont donné aux populations actuelles de la côte du Guerrero et du Oaxaca des caractères noirs très marqués (Musset, 1996 : 30). Il ne faut pourtant pas croire à une quelconque fatalité du « désert » de la côte Pacifique. À la fin du xvie siècle, les Relations géographiques rédigées à la demande de la Couronne espagnole afin de mieux connaître l'étendue et les ressources des territoires récemment conquis, montrent que les villages situés sur le littoral étaient nombreux et très peuplés avant l'arrivée des conquérants. C'est ainsi que la Relation de Zacatula, datée de 1580, fait état d'une réduction dramatique de la population indigène sur la côte de l'actuel État du Michoacán : « Dans toute la province, les Indiens sont peu nombreux et les villages sont très petits. Selon les Naturels, et si l'on examine la disposition de leurs établissements, elle était auparavant très peuplée. Mais les villages sont aujourd'hui très petits, désordonnés, les rues ne sont pas tracées, et ils sont rarement permanents » (Acuña, 1987 : 451).

11En Amérique centrale, les disparités sont tout aussi fortes mais elles sont inversées. En effet, mis à part le Salvador qui ne possède pas de façade Atlantique, chaque État centraméricain possède la même structure. Une plaine littorale étroite caractérise le versant Pacifique, dominée par les escarpements des cordillères centrales. Au centre, ce sont les hautes terres, chaînes de montagnes ou haut-plateaux, comme ceux de l'Occident guatémaltèque, caractérisés par des altitudes supérieures à mille mètres. Là, malgré un relief très compartimenté qui rend les communications difficiles, un climat tempéré et des sols fertiles ont favorisé le peuplement. Enfin, au Nord-Est, on trouve les basses terres de la zone caraïbe, couvertes par la forêt tropicale humide. Mal reliées aux autres régions, elles ont longtemps servi de refuge à des Indiens insoumis, comme les Miskitos du Nicaragua — quand elles n'ont pas été colonisées par les grandes compagnies bananières, dès la fin du xixe siècle. Cette côte au climat difficile a longtemps été négligée par les Espagnols, qui ont préféré s'installer sur les hauteurs et sur le littoral Pacifique, moins pluvieux et réputé plus sain, selon les canons de l'école hippocratique en vigueur au cours de l'époque coloniale (Musset, 1998 : 14). C'est pourquoi les densités de population sont aujourd'hui encore nettement plus fortes sur ce versant, même si l'espace côtier reste peu peuplé. C'est particulièrement le cas au Guatemala, où la population se concentre sur les hautes terres tempérées du Centre et de l'Ouest et délaisse un littoral caractérisé par un climat chaud et humide. Aucune route ne longe la côte et les rares ports installés sur cette façade (Champerico, San José, Puerto Quetzal) ne disposent que d'infrastructures rudimentaires.

12Le cas de la Colombie est encore différent. Si le littoral Atlantique (1 600 km de long) n'est pas densément occupé, il fait preuve d'un dynamisme économique et démographique bien plus fort que le littoral Pacifique, dont les 1 300 km de côte sont couverts d'une épaisse forêt tropicale humide. Mal reliés à un hinterland peu productif, les deux ports de cette zone, Buenaventura et Tumaco, n'ont jamais réussi à dépasser le stade d'un développement embryonnaire. Périodiquement, les Colombiens évoquent l'idée de creuser un nouveau canal interocéanique entre le golfe d'Uraba et l'océan Pacifique, au nord du cap Corrientes, en remontant le cours du rio Atrato. Ce projet chimérique a cependant peu de chance d'aboutir, même s'il permettrait de donner un sens à deux façades maritimes qui se tournent le dos et qu'aucune route directe ne permet de relier. Le littoral Atlantique, en revanche, bénéficie d'une position plus intéressante, puisqu'il s'ouvre largement sur la « Méditerranée américaine » et sur les grandes routes maritimes dont ont profité des ports comme Cartagena ou Barranquilla. La zone côtière a longtemps tiré de l'agriculture, et notamment des plantations de bananes et de canne à sucre, sa principale richesse. Aujourd'hui, l'exploitation pétrolière a pris le relais d'une économie agro-exportatrice largement dominée par des compagnies nord-américaines. La péninsule de la Guajira, que la Colombie partage avec le Venezuela, est devenue une source permanente de litiges entre les deux pays, qui se disputent le contrôle des riches gisements d'hydrocarbures de la région. Le problème est particulièrement épineux en ce qui concerne les plate-formes de forage offshore situées dans le golfe du Venezuela, dont le gouvernement colombien réclame la propriété au nom de la Zone Économique Exclusive des 200 milles et de la continuité territoriale que représente à ses yeux la plate-forme continentale.

LA PART DU MILIEU

13Afin d'expliquer les contrastes du peuplement littoral en Amérique latine, et plus particulièrement dans la zone tropicale, on a souvent fait appel à des arguments d'ordre climatique. C'est ainsi que Max Sorre, dans le volume de la Géographie universelle consacré au Mexique et à l'Amérique centrale, faisait remarquer que « les terres basses où rodent les fièvres sont dangereuses pour les Européens : leur peuplement épars contraste avec la densité des premiers étages montagneux » (Sorre, 1928 : 59).

La dialectique du sain et du malsain

14Le caractère malsain des plaines littorales humides fait sans aucun doute partie des lieux communs les plus répandus concernant le monde tropical en général, et l'Amérique latine en particulier. Le questionnaire des Relations géographiques de 1577 s'intéressait déjà particulièrement à cet aspect de la nature américaine car, à plusieurs reprises, les Espagnols avaient dû abandonner des sites qui s'étaient révélés à l'usage désastreux pour la santé des habitants, notamment sur le littoral Atlantique, soumis à une humidité constante et à de très fortes chaleurs. Dans son Historia general y natural de las Indias, Gonzalo Fernandez de Oviedo signale ainsi que don Cristobal de Sotomayor fonda en en 1510, sur l'île de Boriquén (Puerto Rico), un village appelé Gúanica. Accablés par des myriades de moustiques, ses habitants furent obligés de l'abandonner et de se réfugier, quelques mois plus tard, dans une partie de l'île moins infestée d'insectes nuisibles, où ils édifièrent une nouvelle ville, baptisée Sotomayor. De la même manière, San Juan de Puerto Rico a été déplacée, douze ans après sa fondation, à cause des conditions sanitaires déplorables qui rendaient son site périlleux pour la santé des habitants : « Mais cette localité, à cause d'un site mal disposé, fut malsain et pénible, parce qu'il était situé entre des forêts et des marécages, les eaux étaient amères et l'on ne pouvait élever les enfants [...] Tous les chrétiens étaient pâles et malades. Ce village était à une lieue de la mer, intervalle occupé par des marais qui rendaient très pénible le transport des approvisionnements vers la ville, dont la fondation, ou l'établissement, remonte à l'année de 1509. Cette république ou cette ville resta sur pied à peu près douze ans, jusqu'à son transfert vers le site qu'elle occupe à présent » (Oviedo, 1959 : II-91).

  • 1 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Diversos, Documentos de Indias n° 184.

15Dans ce contexte, la port de Veracruz, fondé en 1519 par Hernan Cortés, est vite devenu le modèle de ces villes côtières qui, aux yeux des Espagnols, souffraient d'un climat particulièrement malsain. En 1562, l'auteur d'un projet de transfert de la ville insistait sur le caractère insalubre du site choisi par le conquérant afin d'apitoyer les membres du Conseil des Indes : « ... Le site de la ville de Veracruz est mauvais et insalubre parce qu'elle est placée sur un banc de sable, entre des dunes, le long d'un fleuve et près de la mer ; elle est inondée par le fleuve quand il est en crue. Et en ce qui concerne l'aspect malsain du fleuve, c'est un fait notoire pour tous ceux qui l'ont vu, puisqu'ils en tirent une expérience qui ne pardonne à personne : aux uns, elle coûte la vie, les autres en restent épouvantés. Il est inhumain de voir cette ville, les morts, les maladies, les vols. C'est à tel point que la génération devient impossible et qu'on ne peut y élever un enfant : c'est un obstacle à la nature humaine »1. Moins de trente ans plus tard, les autorités royales décidaient de changer la ville de place, sans pour autant résoudre les graves problèmes de santé publique que le climat tropical posait aux Espagnols. Dans son Diccionario geographico-histórico de las Indias occidentales o América, publié à la fin du xviiie siècle, Antonio de Alcedo faisait remarquer que la Nueva Veracruz était belle et bien conçue, avec ses rues en ligne droite qui se croisaient à intervalles réguliers, mais qu'elle souffrait toujours d'un climat chaud et malsain, épuisant pour l'organisme des hommes venus d'Espagne (Alcedo, 1967 : IV-163).

16Les réponses au questionnaire des Relations géographiques de 1577 montrent à cet égard que, par définition, les Espagnols considéraient comme insalubres toutes les terres basses situées à proximité de la mer. Seules les régions sèches trouvaient grâce auprès d'eux, mais on leur reprochait alors le manque d'eau et la stérilité des sols. Cette situation sanitaire déplorable s'accompagnait, selon les canons hippocratiques en vigueur à l'époque, d'une baisse de la moralité et d'un relâchement des mœurs. En effet, « Ceux qui vivent dans des pays enfoncés, couverts de pâturages et tourmentés par des chaleurs suffocantes, qui sont plus exposés aux vents chauds qu'aux vents froids, et qui font usage d'eaux chaudes, ne sont ni grands ni bien proportionnés [...]. Ils ne sont naturellement ni braves ni propres au travail » (Hippocrate, 1800 : 115). Ces préjugés hérités de la médecine antique n'ont pas complètement disparu du discours porté sur le monde tropical. Dans son livre Terres de Bonne Espérance, Pierre Gourou fait ainsi remarquer que, selon le célèbre historien anglais Arnold Toynbee, la colonisation de l'Amérique par les Espagnols n'a finalement donné que des résultats médiocres parce que les conquérants ont préféré s'installer dans les endroits les plus commodes (les hautes terres tempérées) au lieu de mettre en valeur les plaines littorales chaudes et humides, réputées plus difficiles. En refusant de répondre aux défis posés par la nature, ils se seraient amollis et auraient perdu une grande partie de leur valeur morale et physique !

17S'il apparaît nécessaire de relativiser la perception, et surtout l'interprétation philosophico-médicale du climat tropical humide qui caractérise une grande partie des littoraux latino-américains, il ne faut cependant pas oublier que ces espaces ont longtemps été le berceau de maladies endémiques redoutables, comme le paludisme ou la fièvre jaune. Les travaux du canal de Panama, engagés en 1880 sous la direction de Ferdinand de Lesseps, ont ainsi provoqué la mort d'au moins 20 000 travailleurs venus de France et des Antilles. En identifiant les moustiques vecteurs de ces deux maladies, les médecins nord-américains ont cependant permis aux États-Unis de mener à terme le projet abandonné par les Français. Le creusement du canal s'est alors accompagné d'une formidable campagne d'assainissement des marais littoraux où proliféraient anophèles et Aedes Aegypti. Des tonnes d'huile et de pétrole ont été répandues sur les eaux dormantes, afin d'empêcher les œufs d'éclore, tandis que l'on mettait en place un vaste réseau de drains pour assécher les sols humides. De la même manière, le Mexique lança en 1953, sous la présidence d'Adolfo Ruiz Cortines, une « Marche vers la mer » destinée à conquérir de nouvelles terres agricoles dans les régions littorales peu peuplées de la côte du Golfe et du Pacifique. L'ouverture de ce véritable front pionnier a été rendue possible par la mise en place d'une grande campagne d'éradication du paludisme soutenue par l'État, avec l'aide de la communauté internationale. Dès 1947, les autorités commencèrent à asperger du DDT dans toutes les zones côtières infectées par les anophèles. Dix ans plus tard, selon les chiffres officiels, 5,5 millions de maisons avaient été traitées et débarrassées de leurs parasites.

18Malgré tous ces efforts, le spectre de la malaria n'a pas disparu, bien au contraire. De nouvelles souches de moustiques résistent désormais aux anti-paludéens classiques (type nivaquine) et s'attaquent aussi bien aux résidants qu'aux touristes de passage. En 1995, plus de 700 cas ont été officiellement enregistrés par les services panaméens de la santé, mais ils ne représentent qu'une faible partie des personnes réellement touchées par la maladie. Aujourd'hui, une autre affection touche particulièrement les littoraux latino-américains : la dengue hémorragique, dont le responsable est un virus véhiculé par des moustiques de type Aedes. Malgré les mesures prises par le gouvernement panaméen pour tenter de réduire les lieux de ponte dans les centres urbains (flaques d'eau, bassins...), plus de 3 000 cas ont été signalés en 1995, contre seulement 15 deux ans plus tôt. Même le Mexique, malgré des infrastructures sanitaires de qualité, reste menacé par le retour de la malaria dont le gouvernement, aux cours des années 1980, a attribué la responsabilité aux réfugiés guatémaltèques qui fuyaient la guerre civile. Ces accusations ne peuvent masquer le fait que les zones côtières, pour des raisons écologiques, mais aussi sociales et économiques, sont encore les plus affectées par les maladies infectieuses caractéristiques du monde tropical : les trois États qui composent la péninsule du Yucatan ne concentrent que 3 % de la population du pays, mais représentent 6,3 % des cas d'amibiases enregistrés par les services de la santé publique.

Les littoraux face aux risques naturels

  • 2 Archivo General de Indias (Séville), Chile, 147, 7d.
  • 3 Bibliothèque Nationale de Madrid, Ms 6952 : « Tosca narration de lo acaecido en la ciudad de la Co (...)

19Le caractère « malsain » du climat n'est pas la seule cause de l'inégale mise en valeur des littoraux latino-américains. Les côtes sont en effet exposées à des risques naturels spécifiques qui ont parfois entraîné leur abandon. Le littoral Pacifique de l'Amérique du Sud (Pérou, Chili), est ainsi régulièrement exposé à des raz-de-marée provoqués par de puissants mouvements telluriques. Dès les premiers temps de la Conquête, les Espagnols durent affronter des situations d'urgence auxquelles ils n'étaient pas préparés. Le problème n'a fait que s'aggraver au fil du temps, quand les cités bâties sur le littoral ont progressivement accru leur poids démographique et leur importance économique. C'est ainsi que la ville de Concepción de Chile, fondée en 1557 par une poignée d'Espagnols sous les ordres de Valdivia, fut plusieurs fois envahie par les eaux au cours de son histoire. Dans la nuit du 23 mai 1751, un violent séisme provoqua la ruine des principaux édifices de la cité. Peu de temps après, la mer se retira vers le large et revint sur la ville avec une force inconnue, engloutissant sur son passage les dernières constructions encore debout. D'après le Docteur Francisco Xavier Barriga, prêtre de la Concepción à la date des faits, la surface abandonnée par la mer avant le raz-de-marée s'étendait sur trois lieues, soit plus de dix kilomètres2. Un témoin rapporte que, dans la ville en ruine, les habitants épouvantés tentèrent par tous les moyens de sortir de leurs maisons, dont les portes restaient coincées sous la pression des décombres accumulés au moment du séisme. Ceux qui le pouvaient allèrent se réfugier sur les hauteurs qui dominaient la baie. D'en haut, ils virent s'effondrer les tours des églises et les toits des maisons. Ils entendaient sonner les cloches qui tombaient par terre, le hurlement des chiens abandonnés, le piaillement assourdissant des oiseaux affolés, le rugissement des vagues qui emportaient vers la haute mer les meubles arrachés aux maisons détruites, mais aussi les cris des malheureux qui n'avaient pas pu se mettre à l'abri des flots et que le courant entraînait inexorablement vers la mort. L'auteur de la lettre souligne que, malgré l'ampleur de la catastrophe, on n'eut à déplorer qu'un nombre réduit de victimes (entre 25 et 30 personnes sur un peu moins de 3 000 habitants), preuve que ce drame n'avait pas été envoyé par le ciel pour punir des criminels endurcis, mais plutôt pour inciter les pauvres pêcheurs à une sincère repentance3. Il n'en reste pas moins que ce désastre provoqua l'abandon du site et la reconstruction de la ville quelques kilomètres plus loin, à l'écart du rivage.

  • 4 Archivo Histórico Nacional, Diversos, Documentos de Indias, n° 433.

20Cinq ans auparavant, le port du Callao avait subi une catastrophe de même nature, qui avait elle-aussi entraîné le déplacement de la ville à faible distance du site initial, vers le lieu dit Bellavista (à un quart de lieue du centre ancien). En effet, le 28 octobre 1746, à 10 h 30 du matin, un violent séisme d'une durée de quatre minutes frappa brutalement toute la région de Lima ainsi qu'une bande côtière de 100 lieues de long au nord et au sud de la capitale péruvienne. Sur environ 3 000 maisons recensées à Lima à cette époque, seule une vingtaine resta debout. Le port du Callao, durement touché par le séisme, fut ensuite englouti par un effroyable raz-de-marée qui, selon les sources de l'époque, fit plus de 5 000 morts. Sur 23 bateaux ancrés dans la baie, quatre coulèrent, dont un vaisseau de guerre, le San Fermín. De nombreux cadavres jonchant la côte, il fallut prendre des mesures d'urgence pour leur donner une sépulture chrétienne, afin d'éviter le risque d'épidémie. Les survivants, affolés, craignaient de voir revenir sur eux les flots qui avaient déjà emporté tous leurs biens, et souvent aussi une partie de leur famille. C'est pourquoi, comme ceux de Concepción, ils s'installèrent dans les parties hautes de la cité, ou sur les collines voisines. Des soldats réquisitionnèrent pour eux du grain dans des villes relativement épargnées par le désastre (Cañete, Jauja, Canta), tandis que le vice-roi ordonnait au juge des eaux de faire réparer au plus vite les conduites qui alimentaient les moulins et les fontaines publiques. Cependant, il apparut très vite inutile de s'acharner à maintenir en vie ce qui n'était déjà plus qu'un fantôme de ville4.

21Les risques de tsunamis sont toujours aussi importants sur cette côte particulièrement exposée. En 1979, une vague de cinq mètres de haut a ainsi entraîné la mort de plus de 500 personnes sur le littoral équatorien et colombien. Plus récemment, le 1er septembre 1992, un tsunami a touché la côte Pacifique du Nicaragua et l'océan est entré sur plusieurs centaines de mètres à l'intérieur des terres, provoquant la ruine de plusieurs hameaux de pêcheurs et la mort d'une centaine d'habitants. Au lieu-dit Salinas Grandes, dans le département de León, l'aide internationale a permis de reloger une partie des sinistrés à l'écart de la plage, sur une hauteur dominant les marais salants qui font la richesse (toute relative) de la région. Les 72 logements de fortune construits pour l'occasion sont alors devenus le noyau d'un nouveau village dont les petites maisons bien alignées regroupent des familles qui vivaient jusqu'alors en ordre dispersé. Mais si les raz-de-marée affectent particulièrement le littoral Pacifique, la façade Atlantique s'est spécialisée dans l'accueil des cyclones. En effet, les îles des Antilles et les terres qui bordent l'ensemble du bassin Caraïbe sont chaque année balayées par de violentes tempêtes dont les vents peuvent dépasser 300 km/h. En 1988, un des cyclones les plus meuniers, Gilbert, dévasta la Jamaïque, laissant derrière lui 260 morts, avant de remonter les côtes du Mexique depuis le Yucatán jusqu'au Tamaulipas. Les pertes ont été particulièrement lourdes : le quart des hôtels de la région caraïbe soufflés, 400 bateaux de pêche coulés, 350 000 ha de terres agricoles dévastées, près de 10 000 maisons détruites, 140 000 personnes évacuées, 51 000 sinistrées et 225 morts. L'année suivante, Hugo traversa la Guadeloupe, détruisant plus du quart des logements dans plusieurs communes littorales (dont Gosier, Sainte-Anne et l'Anse-Bertrand). En 1995, de nouvelles tempêtes ont ravagé les plantations de bananes des Antilles françaises, mettant en péril une branche essentielle de l'économie locale.

  • 5 Ce phénomène est appelé El Niño (l'enfant Jésus), parce qu'il se manifeste à l'approche de Noël.

22Il n'est pas possible d'évoquer le problème des catastrophes naturelles sans parler du phénomène marin baptisé El Niño5 qui, en 1998, a provoqué d'importants dégâts sur tout le littoral sud-américain, et particulièrement au Pérou, en Equateur et en Colombie. Périodiquement (entre deux et dix ans), et pour des raisons encore mal connues, ce courant froid se réchauffe et perturbe le climat de l'ensemble de la planète. Les changements hydro-atmosphériques dûs au réchauffement de l'eau de mer à proximité des côtes provoquent localement des pluies torrentielles et de gigantesques éboulements de terrain, même dans des régions où il ne pleut que rarement. En outre, ces masses d'eaux chaudes, pauvres en plancton, font fuir les poissons (principalement les anchois) qui abondent au large du Chili et du Pérou. Cette grande migration affecte toute la chaîne alimentaire et a des conséquences dramatiques pour les pêcheurs qui doivent attendre le déplacement du Niño pour espérer emplir de nouveau leurs filets. Les archéologues ont pu démontrer que ce phénomène a régulièrement frappé la côte péruvienne depuis au moins 4 000 ans. Un épisode particulièrement intense a provoqué la destruction de la culture Lambayeque, qui avait prospéré sur la côte nord du pays entre le viie et le xiie siècle.

  • 6 Briques d'argile crue.

23En 1982-1983, une phase longue et dure du Niño (considérée comme le Niño du siècle jusqu'en 1997) a ruiné toute l'économie locale de la vieille ville espagnole de San Miguel de Piura, fondée en 1531 par Cortés et déplacée trois fois au cours du xvie siècle pour des raisons d'ordre climatique. De nombreux édifices se sont effondrés, notamment dans les quartiers pauvres de la périphérie, où les murs d'adobe6 ont mal résisté à l'excès d'humidité. Quinze ans après, la plus vieille ville espagnole du Pérou portait encore les stigmates de ce désastre (maisons en ruines, infrastructures routières mal réparées), alors que le phénomène vient de se répéter avec la même violence. En effet, sur le seul littoral péruvien, le Niño de 1997-1998 a entraîné la mort de plusieurs centaines de personnes. Deux cent mille autres ont été déclarées sinistrées et plus de cinquante mille hectares de cultures ont été détruits. Les villes côtières de Chiclayo, Tumbes, San Miguel de Piura et Trujillo ont été inondées à plusieurs reprises et les quartiers orientaux de la capitale, Lima, ont été envahis par des torrents de boue descendus des contreforts des Andes, détruisant tout sur leur passage. Le coût total des travaux de déblaiement, reconstruction et de remise en état des zones cultivées a été estimé à environ dix milliards de francs, somme que le pays est bien entendu incapable d'assumer.

LE POIDS DES HÉRITAGES

24Cependant, les arguments d'ordre climatique ou écologique ne permettent pas d'expliquer toutes les disparités du peuplement des franges littorales en Amérique latine. Max Sorre remarquait ainsi qu'au Mexique, « ces terres chaudes par excellence sont des terres d'ancien peuplement » et qu'au Panama « ces conditions qui nous paraissent défavorables n'ont point empêché un certain développement des populations indigènes : on ne saurait douter que, dans bien des cas, la forêt Atlantique ne soit une forêt secondaire » (Sorre, 1928 : 59 et 144). En fait, l'histoire a joué un rôle décisif dans l'inégale mise en valeur des littoraux latino-américains, et surtout dans leur abandon rapide au cours de l'époque coloniale.

Une occupation ancienne

25Les vestiges archéologiques découverts sur le littoral de la côte du Golfe (États de Veracruz, Tabasco, Campeche) et de la péninsule du Yucatan montrent que ces espaces ont été le cœur de civilisations préhispaniques florissantes qui ont prospéré dans des zones pourtant considérées comme particulièrement hostiles par les conquérants espagnols. C'est ainsi qu'au cours du premier millénaire avant J. C, les Olmèques ont érigé le site monumental de la Venta près de l'embouchure du rio Pedregal, dans une zone marquée par la présence de nombreux marécages, au cœur d'une végétation luxuriante. Les structures dégagées par les archéologues couvrent une surface de plus de cinq km2 et la pyramide principale, de forme circulaire, dépasse les trente mètres de haut. Contrairement aux Espagnols, et malgré des densités de population assez faibles, les Olmèques semblent avoir su tirer partie de la richesse du milieu naturel (sols alluviaux fertiles, humidité constante, faune aquatique abondante) pour mettre en valeur une grande partie de cette côte Atlantique longtemps considérée comme malsaine par les colons d'origine européenne. Héritiers de la civilisation olmèque, les Mayas ont à leur tour construit d'importantes villes côtières dans la péninsule du Yucatan, même si les centres cérémoniels les plus anciens et les plus importants, comme Tikal ou Palenque, sont situés à l'intérieur des terres. Dans l'actuel État du Quintana Roo (Mexique), le port de Tulum dresse toujours ses ruines blanches, cernées par la forêt, au bord d'une étroite falaise qui domine toute la mer des Caraïbes. Édifiée au cours de la période post-classique (à partir du xiie siècle), la ville est protégée par une solide muraille. Les temples et les palais ne sont pas aussi imposants ni aussi richement décorés qu'à Uxmal ou à Chichen-Itza, mais la proximité de la mer, de nombreuses plages de sable fin et de la station balnéaire de Cancun (135 km par la route du littoral) en ont fait une destination touristique de premier ordre.

26Dès leurs premiers voyages, les conquérants ont été frappés par l'importance de ces villes côtières qui les mettaient pour la première fois en présence d'une civilisation raffinée. Découverte en 1518, Tulum a été comparée par Juan de Grijalva à la grande ville espagnole qui servait alors de référence à tous les conquérants : Seville. L'année suivante, Cortés fit de même avec la modeste cité de Cempoala, située à quelque kilomètres au nord de l'actuelle Veracruz, dont il ne reste aujourd'hui que quelques vestiges épars parmi les champs de canne à sucre. Afin de justifier ses plans de conquête auprès de Charles Quint, le futur vainqueur de Moctezuma n'hésitait pas à parer ces nouveaux rivages de toutes les vertus, alors que, quelques années plus tard, on les présenterait comme l'anti-chambre de l'enfer. Oubliant la chaleur, l'humidité, les fièvres et les animaux venimeux, Cortés brosse du littoral mexicain un tableau enchanteur, digne d'exciter l'appétit de son maître et de lui attirer toute sa bienveillance : les terres sont riches, la végétation abondante ; hormis les « lions et les tigres » (en fait des jaguars) la faune rappelle celle de l'Espagne ; les habitants sont à la fois bien proportionnés et bien éduqués ; les villes sont « grandes et bien ordonnées » (Cortés, 1983 : 21-22).

27Plus encore que le Mexique avec ses hauts-plateaux où battait le cœur du monde aztèque, l'Amérique du Sud est marquée par le caractère andin des grandes civilisations préhispaniques. Pourtant, les zones côtières ont elles aussi abrité d'importantes communautés indigènes qui ont en partie disparu après l'arrivée des Espagnols. En Equateur, par exemple, les fouilles archéologiques ont montré que l'occupation humaine du littoral remontait à plus de 5 000 ans. Les embouchures des principaux fleuves (Guayas, Esmeraldas, Santiago, Atacames) étaient les espaces les plus densément peuplés. Quand les Espagnols débarquèrent dans cette région, ils découvrirent de nombreux petits centres urbains (Coaque, Canoa, Charapató, Balao...) qui servaient principalement de lieu de culte pour les populations côtières. Dans sa Crónica del Perú, publiée pour la première fois en 1553, Pedro Cieza de León faisait remarquer que le littoral Pacifique de l'actuelle Colombie, aujourd'hui presque abandonné, était habité par de nombreux Indiens vivant dans des maisons bâties sur l'eau (il s'agissait de palafittes) : « ces Indiens sont riches parce que les fleuves charrient de l'or en abondance et parce que leur terre est très fertile ; malheureusement, elle est tellement couverte de forêts et de palétuviers qu'il serait difficile de la conquérir, même en engageant de nombreux hommes » (Cieza de León, 1985 : 78).

Des littoraux mal défendus

28En 1513, des instructions furent données par la Couronne espagnole au conquistador Pedrarias Davila, le futur fondateur de Panama, pour vérifier sur combien de points de la côte on pouvait installer des habitants, afin de protéger les territoires conquis et d'assurer le ravitaillement des navires. À ce moment de leur histoire, les Espagnols étaient toujours dans la première phase de leur conquête du Nouveau Monde. La mer était pour eux une voie de communication essentielle, qui leur permettait de maintenir un lien permanent avec la métropole. Il était donc fortement recommandé aux colons de s'établir sur la frange côtière d'un continent dont on ne mesurait pas encore toute l'étendue ni toute la richesse en hommes et en minéraux. Cependant, dès la fin du xvie siècle, les côtes américaines se sont révélées peu sûres pour les Espagnols, principalement sur la façade Caraïbe, livrée aux convoitises des Anglais, des Français et des Hollandais. Les richesses en transit qui passaient par les ports américains attiraient de manière irrésistible les gentilhommes de fortune. Au Panama, les premières attaques eurent lieu à la fin du xvie siècle : ce sont les expéditions de Hawkins (1562) et de Drake, qui s'empara de Nombre de Dios en 1573. Le port fut détruit, la ville mise à sac et les maisons réduites en cendres. Ses habitants abandonnèrent le site pour se réfugier à Porto Belo, situé à quelques kilomètres plus à l'ouest, vers l'embouchure du rio Chagres.

29Les Hollandais se sont particulièrement illustrés dans cette lutte sans merci contre les Espagnols. Ainsi, au début du xviie siècle, Jacob Heremite Clerk remonta toute la côte Pacifique du Pérou, pillant les ports et les villes qui s'offraient presque sans défense à ses coups (parmi les plus importantes, Pisco et Guayaquil). Mais les Anglais, qui avaient lancé le mouvement, ne sont pas restés inactifs. Dans les années 1680, Edouard David accomplit le même trajet, laissant derrière lui plusieurs cités en ruines : Guaura, Guayaquil, Huarcu, Miraflores, Pisco, et d'autres encore. Certains ports, véritables nœuds de communication, entrepôts toujours pleins des richesses des Indes, ont attiré les pirates comme l'aimant attire le fer. Parmi les villes les plus souvent attaquées, Antonio de Alcedo compte Guayaquil (pillée en 1624, 1687, 1707), San Juan de Puerto Rico (1595, 1598, 1615, 1742), Santa Marta (1543, 1555, 1596, 1629, 1655, 1672) et Porto Belo (1596, 1668, 1680, 1702, 1742, 1745). Sur la côte nord du Pérou, le petit port de Casma a été plusieurs fois saccagé au cours du xviie siècle. En Equateur, Manta a subi plusieurs assauts meurtriers, notamment en 1543, 1607 et 1628. Mais le coup le plus dur fut porté à Panama par les hommes de Henry Morgan, en 1671, parce qu'au lieu de s'en prendre à un simple dépôt de marchandises, ils décidèrent de s'attaquer à une véritable capitale économique, administrative et religieuse de l'empire espagnol. Prenant à revers le système défensif mis en place par la Couronne, les Anglais débarquèrent devant le rio Chagres, s'emparèrent du fortin qui défendait son embouchure et traversèrent à pied l'isthme de Panama (moins de 80 km de route dans la forêt tropicale, en suivant le camino real utilisé par les Castillans pour transporter l'argent du Pérou). Mise à feu et à sang, la vieille Panama fondée par Pedrarias Dávila en 1519 ne se releva jamais de ses cendres. En 1673, une nouvelle ville fut bâtie quelques kilomètres plus loin, sur une langue de terre entourée par la mer, dans un site jugé plus facile à défendre.

30Malgré la menace permanente que représentaient les pirates (puis les escadres étrangères qui, au cours du xviiie siècle, ont parcouru les mers américaines), peu de villes littorales ont en fait été déplacées après leur destruction. Dans la plupart des cas, il s'agissait de trouver, à proximité de la rade initiale, un emplacement plus facile à défendre, même s'il se révélait moins commode à aménager. Une montagne voisine ou un petit fleuve côtier, dont on pouvait utiliser un méandre pour entourer une partie de la ville, faisait alors l'affaire. Les habitants de Santa (Pérou) choisirent cette solution, après la destruction de leurs maisons en 1685 par Edouard David. Mais ce nouveau site n'était pas exempt de tous risques : en 1761, le rio qui devait défendre le port sortit de son lit et inonda les habitations bâties sur son rivage. Plus rarement, les habitants ont préféré s'éloigner de la côte et reconstruire leur cité à l'intérieur des terres, en attendant des temps meilleurs où la mer serait purgée des vaisseaux ennemis. Le choix du nouveau site était alors fondamental car il pouvait provoquer une rupture définitive entre le port abandonné et la ville nouvelle. Or, les bons mouillages, placés au carrefour des grandes routes maritimes et des axes de transport terrestre, n'étaient pas très nombreux. La nécessité de conserver une présence espagnole en ces points essentiels de l'empire a conduit la Couronne à favoriser le maintien des populations menacées en fortifiant les principales villes côtières. Alcedo explique ainsi que Santa Marta, plusieurs fois pillée et réduite en cendres, n'a jamais été déplacée parce qu'elle bénéficiait d'un climat agréable, d'eau potable en abondance et surtout d'un port vaste et sûr, qui pouvait abriter des escadres entières. C'est pourquoi la Couronne préféra construire à ses abords deux fortins (San Juan et San Vicente) qui n'empêchèrent pas les pirates de s'emparer de la ville à six reprises, entre 1543 et 1672.

31Au cours du xviie siècle, la guerre devint plus conventionnelle et plusieurs États européens voulurent se tailler un véritable empire d'outre-mer au détriment de l'Amérique espagnole et portugaise. C'est ainsi que des bûcherons anglais s'établirent au Bélize, destiné à devenir le Honduras britannique jusqu'à son indépendance en 1973, et résistèrent à toutes les contre-attaques menées par les Espagnols. D'autres colons s'installèrent plus au sud, sur la côte Atlantique du Nicaragua, favorisant la création d'un royaume miskito allié de la Couronne anglaise. En 1841, les Britanniques imposèrent au gouvernement nicaraguayen la présence d'un protectorat sur tout le littoral Atlantique du pays, depuis le Honduras jusqu'à l'embouchure du rio San Juan. Quand l'influence anglaise commença à décliner au profit des États-Unis, vers le milieu du xixe siècle, ce vaste territoire fut incorporé à la jeune république centraméricaine. Cependant, la Maison Blanche obtint pour ses protégés un statut spécial, confirmé en 1860 par la création d'une réserve Miskita, jouissant d'un certain degré d'autonomie vis à vis du gouvernement de Managua. De la même manière, les Espagnols ont dû batailler ferme pour empêcher les Anglo-Saxons de s'emparer de la côte Atlantique de la province, mal défendue par quelques avants-postes, parmi lesquels le port fortifié de Trujillo. Les Islas de la Bahia (Utila, Guanaja et Roatan) sont même devenues au xviie siècle un véritable refuge pour les corsaires et les pirates d'origine anglaise qui avaient su s'attirer la sympathie des populations indigènes en leur promettant de les débarrasser de leurs anciens maîtres. La présence britannique a laissé des traces durables dans l'actuelle toponymie de ce petit archipel, puisque de nombreux sites portent encore des toponymes d'origine anglo-saxonne, tels West End, Hatch Point, Sandy Bay ou Coxen Hole (tardivement rebaptisée Roatan par les Honduriens).

La permanence du modèle spatial colonial

  • 7 Bibliothèque Nationale de Madrid, Ms 3017, f. 286 v.

32Les Nouvelles Ordonnances de Découverte et de Peuplement, édictées en 1573 sous le règne de Philippe II pour mettre de l'ordre dans les théories et les pratiques de l'urbanisme colonial, montrent que la Couronne espagnole a rapidement pris en compte l'évolution de ses possessions américaines. Il ne s'agissait plus de faciliter le trafic maritime, mais d'occuper le terrain laissé par les indigènes et de mettre en place un réseau de villes capable de maintenir la présence espagnole sur l'ensemble du continent. Les côtes, menacées par les pirates anglais, français ou hollandais, devenaient des espaces dangereux dont il fallait se méfier, mais qu'il était nécessaire de surveiller. Comme le dit le texte des Ordonnances, qui met sur le même plan des considérations à la fois stratégiques, économiques, médicales, morales et religieuses : « il ne faut pas choisir comme site de ville des lieux maritimes parce qu'il y a des risques de corsaires. Ce sont des endroits malsains, leurs habitants ne se consacrent pas à labourer ni à cultiver la terre et ils n'ont pas de bonnes mœurs. S'il le faut, que ce soit là où l'on trouve d'excellents ports, mais on ne doit alors peupler que ceux qui s'avèrent nécessaires aux besoins du commerce et de la défense »7. Dans ce contexte, sur les côtes au climat chaud et humide, les ports les plus importants étaient souvent à peine des villes. Trujillo, qui a longtemps été la principale porte d'entrée du Honduras, comptait à peine 20 familles d'Espagnols en 1594. Jusqu'à son abandon définitif, en 1596, suite aux attaques de Drake, Nombre de Dios n'était vraiment habitée que deux mois par an, quand la flotte venait faire relâche. Quant au port péruvien de Paitilla, il se composait d'à peine 25 ou 30 maisons de roseaux et de cannes au moment de sa destruction par des pirates, en 1588. Dans un monde composé de petites cellules autonomes, ils ont néanmoins joué un rôle important puisqu'ils ouvraient la vie régionale sur l'extérieur, maintenaient le contact avec la métropole et organisaient les flux intercontinentaux qui étaient la colonne vertébrale de l'empire espagnol. Placés sur le trajet de la carrière des Indes, Panama et Porto Belo bénéficiaient ainsi d'une situation privilégiée et formaient le seul axe fort dans la nébuleuse de l'isthme centraméricain, peu et mal occupé par les Espagnols. Jusqu'au milieu du xviie siècle, l'ensemble portuaire Nombre de Dios/Porto Belo a représenté environ les 2/3 des échanges de l'Amérique espagnole avec l'Europe.

33Les provinces espagnoles d'Amérique correspondaient toutes au même modèle d'organisation territoriale : une côte presque abandonnée, laissée sous la garde de quelques ports destinés à exporter des métaux précieux et à recevoir les produits manufacturés venus de la métropole, et un intérieur dominé par des villes où s'est lentement forgée l'identité créole. Cette opposition fondamentale n'a pas été remise en cause par les guerres d'indépendance, ni par les mutations sociales, économiques et démographiques qui ont marqué la deuxième moitié du xxe siècle. Sur les 16 pays américains de culture hispanique qui disposent d'une façade maritime, seuls l'Argentine, l'Uruguay et le Panama ont une capitale placée sur la côte. Si Caracas, la capitale du Venezuela, appartient indiscutablement à la frange littorale du pays, elle n'est cependant pas bâtie sur le rivage. En effet, pour échapper aux attaques des pirates et pour jouir d'un climat tempéré, la ville a été fondée en 1567 à l'écart de la mer et à flanc de montagne. Le port de La Guaira, qui appartient aujourd'hui à l'aire métropolitaine de la capitale, a été créé de manière spontané, avant d'être aménagé et fortifié à la fin du xvie siècle. Il était chargé de défendre Caracas et de maintenir des relations maritimes permanentes avec Séville et les autres colonies espagnoles d'Amérique. De la même manière, la capitale chilienne, Santiago (fondée en 1541 par le conquérant Pedro Valdivia), est située à presque 150 kilomètres du Pacifique, alors que les principaux centres urbains du pays appartiennent tous à l'étroite plaine littorale qui s'étend entre l'océan et les premiers contreforts de la cordillière des Andes. Le cas de Lima, fondée par Pizarre en 1535, est particulier. L'ancienne Ciudad de los Reyes a été volontairement bâtie à une dizaine de kilomètres de la mer, dans la riche plaine agricole du rio Rimac, afin de servir de relais entre l'ancienne capitale inca (Cuzco) et la première ville fondée par les conquérants sur la côte péruvienne, San Miguel de Piura. Cependant, les premiers habitants ont vite compris qu'ils devaient disposer d'un accès permanent à l'océan et ils ont entrepris la construction du port d'El Callao, qui fait aujourd'hui partie de l'agglomération de Lima (environ 8 millions d'habitants).

34À l'intérieur même des frontières d'État, l'opposition littoral-intérieur n'a pas été effacée par la réorganisation administrative des anciennes colonies. La capitale de l'État du Veracruz, au Mexique, n'est pas le port fondé par Cortés mais la petite ville de Jalapa (350 000 habitants), située à 1 425 m d'altitude, sur les flancs de la Sierra Madre Oriental. Elle doit cette situation privilégiée à la douceur de son climat, considéré comme beaucoup plus sain que celui de son éternelle rivale, Veracruz. En 1720, la Couronne décida que la grande foire annuelle qui permettait d'échanger les marchandises venues d'Europe, d'Asie et d'Amérique se tiendrait dans cette localité. D'une certaine manière, Veracruz a profité de ce rapprochement d'activités commerciales qui étaient jusqu'alors centrées dans la ville de Puebla. Ce n'est pourtant qu'en 1885, après de nombreux tâtonnements, que Jalapa, gros bourg agricole de la montagne, est définitivement devenue la capitale d'un État largement tourné vers la mer. De la même manière, le port d'Acapulco, malgré son ancienneté, son importance économique et son dynamisme démographique, n'est pas la capitale de l'État du Guerrero. Ce rôle est tenu par la modeste ville de Chilpancingo (six fois moins peuplée), située à 1 360 mètres d'altitude et à cent kilomètres de la côte, dont le principal mérite est d'avoir abrité, en 1813, le premier congrès tenu par les patriotes mexicains qui allaient mener le pays à l'indépendance.

35Les Portugais, les Anglais, les Hollandais et les Français, qui n'ont pas rencontré de grandes civilisations indigènes et dont les possessions s'adossaient à l'immense bassin amazonien, sont quant à eux restés sur la frange littorale. Georgetown (Guyana), Paramaribo (Surinam), Cayenne (Guyane française), sont des villes côtières. Brasilia, l'actuelle capitale du Brésil, est située en plein cœur du pays, mais le pouvoir politique de l'ancienne colonie portugaise est resté basé à Rio de Janeiro jusqu'en 1960. Le changement est donc récent, tout comme celui de la minuscule capitale du Bélize, Belmopan qui compte aujourd'hui à peine plus de 4 000 habitants. Pourtant, si la construction de Brasilia correspondait à un geste hautement symbolique (la concrétisation de la « marche vers l'ouest » voulue par les dirigeants brésiliens), le choix de Belmopan répondait à des considérations plus triviales. En effet, la nouvelle cité n'a été bâtie à l'intérieur des terres que pour lui permettre d'échapper aux ouragans qui frappent régulièrement le port de Belize City, l'ancienne capitale du Honduras Britannique.

CONCLUSION POUR UNE REDÉCOUVERTE DES LITTORAUX LATINO-AMÉRICAINS

36On peut considérer que le sous-développement relatif des littoraux latino-américains, si l'on excepte le Brésil, est en grande partie le résultat d'une organisation territoriale héritée du modèle colonial espagnol. Pourtant, ce modèle colonial est aujourd'hui largement battu en brêche. Le développement récent de nombreuses activités côtières a bouleversé les schémas anciens. C'est le cas du tourisme sur le littoral Pacifique du Mexique, puisque la multiplication des stations balnéaires, depuis San Juan del Cabo (Basse Californie du Sud), jusqu'à Huatulco, dans l'État de Oaxaca, a transformé l'image d'un littoral pauvre et sous-peuplé, en créant des pôles de richesse trop souvent coupés de leur environnement économique et culturel. C'est aussi le cas des espaces de colonisation agricole impulsés par l'État et les grandes compagnies étrangères sur la côte équatorienne. Les régions côtières ne regroupaient que 15 % de la population totale du pays en 1840, mais déjà plus de 40 % en 1950 et 53 % en 1995, grâce au développement des plantations de bananes et de canne à sucre qui ont attiré vers le littoral de forts contingents de travailleurs agricoles. De la même manière, le littoral de la côte du Golfe, au Mexique, a été complètement transformé par l'exploitation des gisements d'hydrocarbures. Un État comme le Tabasco est ainsi passé de 360 000 à 1 750 000 habitants entre 1950 et 1995. Les centres industriels récents, situés sur le rivage ou dans la plaine littorale (Coatzacoalcos, Minatitlán, Villahermosa) ont pris la place de l'ancien réseau urbain formé par les grands bourgs ruraux de la montagne (Huauchinango, Xicotepec de Juárez et même, dans une certaine mesure, Jalapa). Poza Rica (Veracruz) n'était qu'un petit village de 900 habitants en 1935. Soixante ans plus tard, complètement transformé par l'industrie pétrolière, il en comptait plus de 200 000. Les paysages urbains chaotiques de cette ville-champignon, dont la compagnie nationale PEMEX (Pétroles mexicains) a fait l'un de ses principaux bastions, sont la conséquence d'une croissance économique et démographique incontrôlée.

37De fait, la conquête (ou la reconquête) des zones côtières ne se fait pas partout sans problème : dans les espaces récemment industrialisés, la pollution menace des milieux naturels riches mais fragiles. A priori moins dangereux pour les écosystèmes littoraux (même s'il a parfois des effets plus insidieux), le tourisme balnéaire bouleverse les cultures locales et accentue les disparités sociales entre les habitants. On assiste donc, en cette fin de siècle, à une redistribution des hommes et des activités qui semble profiter aux régions côtières de l'Amérique latine. Il reste cependant aux États concernés à inscrire cette évolution dans la perspective d'un « développement durable » dont on parle beaucoup, mais qui, faute de soutien financier et de volonté politique, reste trop souvent limité à des discours incantatoires sans effet réel sur l'organisation et l'aménagement du territoire.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ACUÑAR., 1987, Relaciones geográficas del siglo xvi : Michoacán. Mexico, UNAM, 517 p.

ALCEDO A. de, 1967, Diccionario geographico-histórico de las Indias occidentales o América. Madrid, BAE, 4 tomes.

CIEZA de LEÓN P., 1985, Crónica del Perú. Madrid, Historia 16, 404 p.

CORTÉS H., Cartas de Relación. Mexico, Porrúa, 331 p.

FERNANDEZ de OVIEDO G., Historia general y natural de las Indias. Madrid, BAE, 1959.

GOUROU P., 1982, Terres de Bonne Espérance. Paris, Plon, 456 p.

MALTE-BRUN, 1835, Précis de la géographie universelle, Tome 11, Description de l'Amérique. Paris, Aimé André, 802 p.

MUSSET A., 1996, Le Mexique. Paris, Armand Colin, 274 p.

MUSSET A., 1998, L'Amérique centrale et les Antilles : une approche géographique. Paris, Armand Colin, 182 p.

LOPEZ de VELASCO L, 1971, Geografía y descripción universal de las Indias. Madrid, BAE.

SORRE M., 1928, Mexique-Amérique centrale. Paris, Armand Colin, Géographie universelle tome XIV, 234 p.

THÉRY H., 1989, Le Brésil. Paris, Masson, 244 p.

Notes

1 Archivo Histórico Nacional (Madrid), Diversos, Documentos de Indias n° 184.

2 Archivo General de Indias (Séville), Chile, 147, 7d.

3 Bibliothèque Nationale de Madrid, Ms 6952 : « Tosca narration de lo acaecido en la ciudad de la Conception de Chile, el día 24 de Maio de 1751 ».

4 Archivo Histórico Nacional, Diversos, Documentos de Indias, n° 433.

5 Ce phénomène est appelé El Niño (l'enfant Jésus), parce qu'il se manifeste à l'approche de Noël.

6 Briques d'argile crue.

7 Bibliothèque Nationale de Madrid, Ms 3017, f. 286 v.

Notes de fin

* Université de Paris X, CREDAL, Institut Universitaire de France

Table des illustrations

Légende Photographie n°2 : Veracruz (Mexique). Fondé en 1519 par Hernán Cortés, le port de Veracruz a longtemps souffert de son climat chaud et humide. Déplacé deux fois au cours du xvie siècle, il est aujourd'hui l'un des plus grands ports commerciaux du pays (cliché Alain Musset).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2842/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 956k
Titre Figure n° 1 - La population municipale au Mexique (1991)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2842/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 601k
Titre Figure n° 2 - Les municipes de l'État du Michoacán (Mexique)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2842/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 879k
Titre Figure n° 3 - La population municipale au Brésil (1991)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2842/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 613k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540