Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les littoraux latino-américains

 | 
Alain Musset
, 
Violette Brustlein-Waniez

Introduction. Les littoraux latino-américains : une géographie paradoxale

Alain Musset

Texte intégral

  • * Université de Paris X, CREDAL, Institut Universitaire de France

1Note portant sur l’auteur*

Photographie n°1 : Le port de Valparaiso (Chili). Largement ouvert sur l'océan Pacifique, le Chili dispose d'un port moderne et de dimension internationale qui compte aujourd'hui plus de 300 000 habitants (cliché Anne Bride-Collin Delavaud).

2Ce livre sur les littoraux latino-américains est-il une œuvre de circonstance ? Oui, bien sûr. Pourquoi le cacher ? Il n'aurait jamais vu le jour si la question de géographie générale des concours d'enseignement (CAPES et agrégation) de la session 1999 n'avait pas porté sur « la géographie humaine des littoraux maritimes ». Pourtant, cette publication n'a pas pour but de proposer aux candidats à un poste de professeur des recettes réputées infaillibles pour réussir leurs épreuves d'écrit et d'oral. Elle est en revanche l'occasion, pour l'Institut des Hautes Études de l'Amérique latine (IHEAL) et pour le CREDAL (Centre de Recherche et de Documentation sur l'Amérique latine), de faire connaître à un public élargi des travaux de recherche menés sur ce thème par plusieurs de leurs membres. Notre objectif est donc de mettre au service des candidats aux concours d'enseignement les résultats de thèses en cours, ou qui viennent d'être soutenues, en les regroupant dans un ouvrage collectif afin de faciliter leur consultation. Il s'agit en même temps de proposer aux spécialistes un ouvrage permettant de réfléchir à la fois sur l'organisation spatiale, le poids économique et l'avenir de ces régions littorales qui, malgré tout leur intérêt, occupent une place encore trop réduite dans la littérature scientifique consacrée à l'Amérique latine. Nous voudrions ainsi démontrer que recherche et pédagogie ne sont pas contradictoires et que le concept d'enseignant-chercheur n'est pas une vaine chimère universitaire.

3Le sujet proposé cette année est particulièrement passionnant, même s'il pose de nombreux problèmes de définition, tant sur le plan de la géographie physique que sur celui de la géographie humaine. Certes, plusieurs ouvrages de référence font le point sur le monde des littoraux, mais il n'est pas toujours facile de déterminer la profondeur de la frange littorale ou tout simplement la longueur des côtes à étudier. Depuis la Terre de Feu jusqu'à la frontière Mexique-États-Unis, l'Amérique latine compte ainsi plus de 50 000 km de côtes. Ce chiffre énorme n'a pourtant pas beaucoup de sens, car il peut varier de plusieurs milliers de kilomètres selon que l'on entrera ou pas dans les détails d'un espace complexe et souvent mal défini (tableau 1). Jusqu'où, par exemple, doit-on faire pénétrer le littoral maritime dans l'embouchure du rio de La Plata, qui s'étend sur plus de 200 km de large ? À lui seul, l'Uruguay pose problème : sa façade Atlantique ne dépasse pas 120 km, mais le pays s'ouvre largement sur ce formidable estuaire (450 km de côtes en contact direct avec le fleuve et la mer).

4De la même manière, comment mesurer toutes les indentations de la côte chilienne, bordée d'une multitudes d'îlots en grande partie inhabités ? À cet égard, le détroit de Magellan, véritable mosaïque d'îles et de bras de mer, est un véritable casse-tête pour le marin comme pour le géographe ! Selon les modes de calcul, le littoral chilien peut ainsi passer d'à peine 5 000 à plus de 10 000 km de long. Le problème est tout aussi difficile à résoudre quand un pays continental dispose d'annexes insulaires lointaines. C'est notamment le cas de l'Équateur qui possède l'archipel des Galapagos, constitué de treize îles principales couvrant environ 8 000 km2, situées à plus de 1 200 km de Guyaquil, le grand port équatorien du littoral Pacifique. À ces 50 000 km de côtes, il faut en ajouter environ 10 000 km pour le seul archipel des Antilles, composé de plus de quarante îles et d'un nombre incalculable d'îlots, de cayes et de récifs émergés. Dans cet ensemble, le « géant » cubain (111 000 km2) se taille la part du lion, avec ses 3 500 km de côtes, alors que la petite Guadeloupe (1 179 km2) ne développe que 180 km de littoral.

  • 1 Stricto sensu, les pays sud-américains de langue anglaise ou hollandaise, comme le Guyana, le Béli (...)

5Les pays latino-américains entretiennent avec leurs franges côtières une relation étroite mais souvent ambiguë, qui reflète toutes les avanies d'une histoire mouvementée. Tous sont nés du contact avec la mer, qui a permis aux Espagnols et aux Portugais de s'emparer d'un continent resté inconnu des Européens jusqu'à la fin du xve siècle. Pourtant, rares sont les États nés au xixe siècle de la décomposition des empires ibériques qui se sont réellement tournés vers l'Océan pour perpétuer les courants d'échange anciennement organisés par la métropole, et encore plus rares ceux qui ont véritablement développé leurs espaces littoraux. Dans ce contexte, on constate non seulement que tous les États latino-américains ne sont pas logés à la même enseigne (tableau I), mais aussi que les pays les plus « maritimes » ne sont pas nécessairement les plus « marins ». Si le Chili, le Mexique et surtout le Panama s'ouvrent largement sur la mer, ce n'est pas le cas des trois Guyanes1 ou du Guatemala, ni même du Brésil, qui dispose pourtant de plus de 7 000 km de côtes. Pour autant, il ne faut pas se fier aux apparences. La longueur des côtes n'a jamais déterminé un quelconque « destin maritime » des Nations. Le Mexique ne s'est ainsi tourné que de manière très tardive vers son littoral, puissamment aidé en cela par la découverte et l'exploitation des gisements d'hydrocarbures de la côte du Golfe et le développement du tourisme balnéaire sur le littoral Pacifique. Quant à la Colombie, qui dispose d'une position privilégiée entre l'Amérique du Nord et l'Amérique du Sud, entre l'Atlantique et et le Pacifique, entre l'Ancien Monde et le Nouveau, elle n'a jamais pu retrouver le rôle qu'elle occupait à l'époque coloniale, quand Cartagena de Indias se trouvait au carrefour des routes commerciales qui unissaient les possessions espagnoles au port andalou de Séville, véritable clé de voûte de la « carrière des Indes ».

TABLEAU I : L'OUVERTURE SUR LA MER DES PAYS LATINO-AMÉRICAINS

TABLEAU I : L'OUVERTURE SUR LA MER DES PAYS LATINO-AMÉRICAINS
  • * Ne sont prises en compte que les deux principales façades (Atlantique et Pacifique).
  • ** Mesure obtenue en divisant la longueur des côtes par la longueur des frontières terrestres (les Ét (...)

Note **
Note ****

  • 2 La zone du canal sera entièrement rendue aux Panaméens le 31 décembre 1999.

6Le Panama, quant à lui, est un véritable cas d'école. Large d'à peine 80 km à la hauteur du canal interocéanique qui le coupe en deux depuis son inauguration en 19142, il dispose d'une double façade maritime complètement démesurée si on la rapporte à sa superficie (1 160 km sur l'Atlantique, 1 690 km sur le Pacifique). Ses frontières terrestres, très réduites (263 km avec la Colombie, 245 km avec le Costa Rica), reflètent l'étirement d'un isthme qui a joué et joue encore un rôle économique et stratégique essentiel dans l'organisation des échanges maritimes intercontinentaux. Pourtant, la vocation maritime du Panama reste limitée à l'ancienne zone du canal, aux ports de Cristobal (côte Atlantique) et de Balboa (côte Pacifique) ou à la zone franche de Colon, l'une des plus anciennes et des plus grandes du monde. En fait, comme dans la plupart des pays latino-américains, les littoraux panaméens tournent généralement le dos à la mer et les populations locales n'ont pas développé de culture maritime. Dans cet ensemble, seuls l'Argentine, le Chili et, à un moindre degré, le Pérou, peuvent être considérés comme des puissances maritimes - mais de second ordre.

7De manière paradoxale, c'est en Bolivie, le seul pays (avec le Paraguay) qui ne dispose pas d'une façade océanique, que l'appel de la mer semble être le plus fort. Dépossédés de leur accès à l'océan Pacifique par le Chili à la fin du xixe siècle, suite à une guerre épuisante (1879-1884), les Boliviens n'en finissent pas de pleurer une défaite qui les a privés non seulement des richesses minérales du désert d'Atacama mais aussi (et surtout) de leur seule ouverture sur le monde extérieur. Depuis cette date, malgré la mise en place de voies de communication modernes qui ont mis fin, sur le plan technique, à l'enclavement du pays, les dirigeants boliviens, soutenus par l'ensemble de la population, revendiquent toujours avec force leur droit à la mer. Edifié à La Paz (3 800 m d'altitude) un « Musée de l'Océan » relate ainsi avec minutie tous les tenants et les aboutissants de la guerre. Quant à la marine nationale, elle continue à s'entraîner sur les bords du lac Titicaca tandis que, régulièrement, des cars surchargés descendent vers la côte pour permettre à leurs passagers, au moins une fois dans leur vie, d'entendre, de sentir et de voir cette mer tant désirée. Cet attachement à un « monde perdu » fait de la Bolivie un cas particulier en Amérique latine. Le Paraguay, dont la situation enclavée au centre de l'Amérique du Sud est en grande partie comparable, n'a jamais rêvé de concurrencer les pays riverains du rio de La Plata.

8En fait, même les pays latino-américains les plus ouverts sur l'océan ont traditionnellement négligé leurs façades maritimes. Le plus souvent, ils ont développé sur la côte des activités qui avaient peu de rapport avec la mer. C'est le cas des pays d'Amérique centrale, dont les riches plaines littorales ont été colonisées, depuis la fin du xixe siècle, par de grandes compagnies bananières (comme la célèbre United Fruit, relayée aujourd'hui par Del Monte ou par la United Brands) qui ont façonné des enclaves agro-exportatrices entièrement tournées vers les marchés extérieurs et coupées de l'économie locale. Certes, ces grandes plantations doivent en grande partie leur développement aux facilités de transports fournies par quelques ports taillés à leur mesure, mais elles n'ont pas favorisé l'émergence d'une culture maritime dans les populations locale, au contraire : les littoraux restent peuplés de paysans et d'ouvriers agricoles, et rarement de marins.

9Au Honduras, par exemple, les trois départements de la façade caraïbe (Cortés, Atlantida et Colon) qui ont été mis en valeur (ou en coupe réglée) par les compagnies bananières, regroupaient en 1993 le quart de la population totale sur moins de 15 % du territoire. La production agricole (bananes, ananas) est exportée par les ports de La Ceiba (95 000 habitants), Tela (80 000 habitants), et surtout Puerto Cortés (70 000 habitants), qui dispose des installations les plus modernes (un port en eau profonde, un terminal de conteneurs, des ponts-roulants). Située à moins de 30 km de la côte, au cœur de la zone de production, San Pedro Sula compte désormais 400 000 habitants et se présente comme la capitale économique du pays. Le littoral caraïbe doit donc à sa spécialisation agricole de bénéficier des meilleures infrastructures routières et ferroviaires du Honduras, même si elles sont parfois insuffisantes. Les ports de La Ceiba et de Tela ne disposent ainsi que d'installations rudimentaires, limitées à quelques entrepôts et à un môle lancé sur la mer pour permettre aux cargos de charger leurs cargaisons de bananes. Son importance économique a été accrue par l'implantation récente de nombreuses entreprises maquiladoras, dont les produits sont destinés à l'exportation. Entre 1990 et 1993, les ouvriers des usines d'assemblage sont passés de 9 000 à plus de 33 000 (dont 5 000 pour la seule zone libre de Puerto Cortés), ce qui représente le quart des emplois du secteur manufacturier. Pourtant, les emplois directement générés par l'activité portuaire ou maritime sont peu nombreux. En fait, le principal atout de la zone littorale (hormis le bas coût de la main-d'œuvre, avantage comparatif valable pour l'ensemble du pays) n'est pas directement lié à la présence de la mer, mais plutôt à l'ancienneté de ses relations avec les investisseurs nord-américains.

10La grande variété des paysages et des formations littorales a rarement été considérée comme un atout, mais plutôt comme un obstacle à la mise en valeur du territoire. Ainsi, au Chili, l'étroite plaine littorale joue un rôle essentiel dans la distribution de la population et des activités économiques. Pourtant, on ne trouve des villes côtières et des ports de première importance que dans la région centrale, qui jouit d'un climat tempéré de type méditerranéen. Valparaiso, Conception et Valdivia se situent entre le 33e et le 40e degré de latitude sud (Cruz Villalón, 1991 : 23). Au nord de cette région s'étendent des espaces littoraux semi-désertiques ou désertiques qui ont peu favorisé l'installation des hommes, malgré les richesses minières du désert d'Atacama et la présence d'eaux très poissonneuses, alimentées en plancton par le courant froid de Humboldt. Ici, les densités dépassent rarement trois habitants au km2, même si Antofagasta, capitale de la IIe région chilienne, atteint presque 300 000 habitants. Au sud, la rudesse d'un climat océanique pluvieux, qui subit l'influence des basses pressions polaires et sub-polaires, a sans aucun doute entravé le développement économique et la croissance démographique de la région. Punta Arenas, capitale de la XIIe région (Détroit de Magellan et espace antarctique) compte aujourd'hui plus de 100 000 habitants, mais la densité moyenne de ce territoire fortement marqué par la présence de la mer dépasse rarement un habitant au kilomètre carré. Personne ici n'a oublié l'épidode malheureux de « Port Famine », cette petite colonie espagnole installée sur le détroit de Magellan en 1581 et abandonnée à son sort par les autorités locales. Six ans plus tard, le corsaire Cavendish, en route vers de nouveaux pillages, récupéra le dernier survivant des 400 fondateurs de la ville : « bientôt des ruines apparurent, et quelques écroulements auxquels la nuit prêtait un aspect grandiose, tristes restes d'une colonie abandonnée, dont le nom protestera éternellement contre la fertilité de ces côtes et la richesse de ces forêts giboyeuses. Le Duncan passait devant Port Famine » (Verne, 1966 :1-86). Pourtant, le développement récent de l'aquaculture dans cette région prouve que les « déterminismes naturels » sont faits pour être contournés et que la perception (positive ou négative) d'un espace dépend en grande partie des moyens engagés pour le mettre en valeur.

11D'autres espaces littoraux semblent voués à un éternel abandon : ce sont les côtes à mangrove, dont l'inextricable fouillis hante souvent l'imaginaire des Européens. Quelle que soit la couleur des palétuviers, leur présence en bord de mer agit comme un vrai repoussoir. Caractéristique de la zone intertropicale, cette formation végétale couvre de vastes étendues sur le littoral guyanais, au Mexique, en Amérique centrale, en Colombie, en Equateur et au Venezuela, sans compter de nombreuses îles des Antilles : au sud de Fort-de-France (Martinique), l'aéroport du Lamentin a été construit sur une immense forêt de palétuviers dont les racines aériennes ont envahi la moitié de la baie. La mangrove est généralement présentée comme un milieu hostile, difficile à pénétrer, impossible à mettre en valeur. Son intérêt écologique et économique n'a été découvert que tardivement : elle héberge en effet des milliers d'espèces végétales et animales à qui elle offre un abri sûr - tant qu'elles ne sont pas menacées par la déforestation. Malgré la force des préjugés, certains États latino-américains ont pris conscience de la richesse de ces espaces ambigus, à la fois terrestres et maritimes. La mangrove a ainsi fait de l'Équateur un grand pays exportateur de crustacés. Dans la baie de Fonseca, partagée entre le Salvador, le Honduras et le Nicaragua, la ville hondurienne de Choluteca (110 000 habitants) a fondé une partie de son dynamisme actuel sur l'élevage des crevettes, mis en place par des compagnies multinationales dont les capitaux sont souvent nord-américains. Entièrement tournée vers l'exportation (comme les usines maquiladoras), cette activité est devenue pour le Honduras une importante source de devises, mais aussi de contentieux avec ses voisins, accusés à la fois de détruire les lieux de reproduction et de vouloir s'emparer d'une manne aquatique dont ils ne tirent encore aucun profit.

12La multiplication des litiges pour le contrôle des eaux territoriales montre paradoxalement que les pays latino-américains s'intéressent de plus en plus à leurs façades maritimes. Régulièrement, des escarmouches opposent les pêcheurs salvadoriens, honduriens et nicaraguayens dans le golfe de Fonseca. Le Nicaragua réclame par ailleurs à la Colombie les îles de San Andrés et de Providencia, situées au large de ses côtes. Quant à la Colombie, elle voudrait reconsidérer le partage du golfe de Venezuela, dont les richesses pétrolières sont très inégalement réparties entre les deux nations. Il nous est donc apparu nécessaire d'essayer d'expliquer pourquoi, jusqu'à une date très récente, les littoraux latino-américains ont été peu mis en valeur, et comment ils évoluent pour devenir, dans un monde encore fragile, des espaces de prospérité. Il était impossible, dans le cadre réduit de cet ouvrage, de couvrir à la fois l'ensemble des côtes et tous les thèmes d'étude qui leur correspondent. Ce n'était de toute façon pas le but d'une publication fondée sur des recherches en cours et non sur des informations de seconde ou de troisième main. Les neuf chapitres de ce livre permettront cependant au lecteur de disposer de références solides et variées, facilement utilisables dans une copie de CAPES ou d'Agrégation. Nous espérons aussi (et peut-être surtout !) qu'ils lui donneront non seulement l'envie de poursuivre ses lectures sur l'Amérique latine, mais encore, pourquoi pas ?, celle de travailler avec nous sur des terres qui, malgré l'angoisse des concours, peuvent toujours le faire rêver.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CRUZ VILLALÔN L, 1991, Chile. Mexico, Biblioteca Iberoamericana.

MAINET G. (dir.), 1998, îles et littoraux tropicaux, Brest, UBO-Institut Universitaire Européen de la Mer, 2 tomes.

PASKOFF R., Les littoraux. Paris, Armand Colin.

VERNE J., 1966, Les enfants du capitaine Grant. Paris, Le livre de Poche, 2 tomes.

Notes

1 Stricto sensu, les pays sud-américains de langue anglaise ou hollandaise, comme le Guyana, le Bélize ou le Surinam (sans compter les îles de l'archipel des Antilles) n'appartiennent pas à l'Amérique latine. Il est cependant intéressant de comparer leur évolution avec celle de leurs voisins « latins », car les processus de mise valeur de l'espace et de contrôle des sociétés locales y sont très différents.

2 La zone du canal sera entièrement rendue aux Panaméens le 31 décembre 1999.

Notes de fin

* Université de Paris X, CREDAL, Institut Universitaire de France

* Ne sont prises en compte que les deux principales façades (Atlantique et Pacifique).

** Mesure obtenue en divisant la longueur des côtes par la longueur des frontières terrestres (les États sans accès à la mer sont exclus du tableau). Les chiffres proposés ici sont arrondis. Ils peuvent varier selon les sources et selon les méthodes de calcul employées pour définir les frontières des États. Sur ce point, notre ouvrage de référence est le livre de Michel Foucher : Fronts et frontières, un tour du monde géopolitique, Paris, Fayard, 1991.

Table des illustrations

Légende Photographie n°1 : Le port de Valparaiso (Chili). Largement ouvert sur l'océan Pacifique, le Chili dispose d'un port moderne et de dimension internationale qui compte aujourd'hui plus de 300 000 habitants (cliché Anne Bride-Collin Delavaud).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2840/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 996k
Titre TABLEAU I : L'OUVERTURE SUR LA MER DES PAYS LATINO-AMÉRICAINS
Légende Note **Note ****
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2840/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 214k

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540