Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le transfert d'un modèle de démocratie participative

 | 
Osmany Porto De Oliveira

Chapitre 4. Transferts et liens politiques : quel modèle en circulation ?

Texte intégral

1Les réseaux développent la communication entre les communautés locales, qui réalisent progressivement des transferts entre elles. L’échange lors des forums est particulièrement fertile, les forums de plus grande ambition comme les Forums sociaux mobilisant une ville entière dans ses divers secteurs, du tourisme aux associations de quartier. Les transferts sont fréquents, mais comment choisir son modèle ? Il est vrai que certains modèles et expériences ont plus de visibilité que d’autres lors des rencontres internationales.

Mobilisation et accueil des Forums sociaux internationaux

  • 1 Bernard Cassen, Tout a commencé à Porto Alegre : mille forums sociaux, Mille et une nuits, Paris, (...)

2D’après Bernard Cassen, tout a commencé à Paris, mais c’est en Amérique que les faits ont lieu : le cri part du Chiapas, envahit Seattle pour se concrétiser à Porto Alegre1. En janvier 2001, l’aéroport Salgado Filho, à Porto Alegre, est en pleine effervescence. Les délégations de plus de 4 500 associations du monde entier, prioritairement latino-américaines, se réunissent à l’extrême Sud du Brésil. Les organisateurs n’ayant pas prévu une telle affluence – plus de 20 000 participants de 117 pays différents – restent perplexes. Les années suivantes, le Forum social mondial de Porto Alegre accueille encore plus de participants. Né de l’idée de s’opposer au Forum économique réalisé à Davos en Suisse, le Forum social devient désormais le lieu altermondialiste par excellence, le nouvel emblème de la gauche progressiste. On compte autant de caméras à Porto Alegre qu’à Davos, ce qui donne à l’événement une ampleur internationale.

3Avec les premiers Forums sociaux mondiaux (FSM) un nombre progressif de villes adoptent le budget participatif. Certains journaux de la presse nationale et internationale accusent le Forum de vendre le budget participatif de Porto Alegre. Le modèle de cogestion municipale, conçu par le PT, s’affirme en effet comme un modèle de référence. La Folha de São Paulo, l’un des plus grands réseaux de presse écrite et électronique du pays affirme que le Forum social mondial sert de pilier pour l’exportation de l’idée du budget participatif « O Fórum Social Mundial, em Porto Alegre, está servindo como uma espécie de entreposto para a exportação da idéia do orçamento participativo2. » Deux ans plus tard, la BBC Brésil (réseau médiatique anglais) publie un article de même nature :

« A participação orçamentária introduzida pelo PT (Partido dos Trabalhadores) está servindo de modelo de exportação no Fórum Social Mundial 2003. Prefeituras como Medellín, na Colômbia, Buenos Aires, na Argentina, Veneza, na Itália, e Barcelona, na Espanha, estão interessadas em adotar a idéia nas suas cidades, como contou à BBC Brasil André Passos, coordenador do programa na prefeitura de Porto Alegre. O prefeito da cidade, o petista João Verle, conta que com a eleição do presidenteLuizInácioLuladaSilvaaumentouointeressedoscolegas deoutrascidadespelaadministraçãoparticipativa3. »

  • 4 Les Forums mondiaux regroupent des représentants de collectivités territoriales, associations, par (...)

4L’apport d’un événement d’une telle ampleur à l’exportation d’un projet politique est désormais indéniable. En effet, le Forum n’est pas seulement un lieu de réflexion altermondialiste et de protestation à la globalisation néolibérale. Il représente surtout un point de rencontre international de plusieurs acteurs sociaux et politiques partageant une même vision de société4. Dans le cas des Forums sociaux, le message politique est implicite et se définit par la volonté de lutter contre la prolifération du capitalisme à l’échelle planétaire et de la globalisation de l’économie financière. Dans ces rencontres internationales, la voix est donnée à l’expression des mouvements sociaux.

  • 5 Source, Mairie de Saint-Denis, Bureau des relations internationales, entretiens divers avec les fo (...)

5En observant les faits à partir d’un autre point de vue, cette conjoncture favorise trois facteurs : primo, il donne une dimension et une visibilité internationales à une ville ; secundo, il favorise la diffusion de ses modèles de gestion locale (le budget participatif dans le cas de Porto Alegre) ; tertio, il encourage l’affirmation de son projet politique. Saint-Denis est ponctuellement présente dans les Forums sociaux avec une délégation d’experts administratifs de la municipalité. Dans l’une des éditions, un tirage au sort est réalisé afin d’offrir un voyage au FSM de Porto Alegre à un petit groupe d’habitants5.

6Le dialogue dans les forums internationaux devient de nos jours une pratique courante des collectivités locales. C’est leur espace de rencontre, d’échange, de définition d’agenda et de réflexion sur leurs stratégies politiques. Le dialogue en forum n’est pas nouveau, ce type de réunion existe en effet depuis le monde antique. Néanmoins, c’est aujourd’hui qu’il gagne de l’intensité, de la fréquence et une dimension internationale. En effet, nous pouvons compter de nombreux forums internationaux auxquels participent les collectivités territoriales. Dans notre étude, le Forum le plus significatif est le Forum des autorités locales pour l’inclusion sociale (FAL).

7À l’occasion du premier FSM, les collectivités territoriales présentes décident de créer le Forum des autorités locales pour l’inclusion sociale (FAL), déjà mentionné. La première rencontre du FAL bénéficie de la présence de 180 autorités locales, dont de nombreuses autorités brésiliennes et latino-américaines, quelques représentants européens et africains. Leur réflexion conduit à considérer que les problèmes d’exclusion sociale doivent être traités localement et que c’est aux collectivités territoriales de se charger de mettre en place les politiques publiques nécessaires. Les participants présents signent ainsi la Charte de Porto Alegre. Le FAL se réunit régulièrement à l’occasion des FSM. En réalité, le FAL est un dispositif permettant la rencontre de différentes autorités locales du monde entier cherchant des réponses efficaces et durables pour des problématiques contemporaines de la gestion urbaine, comme l’inclusion sociale et l’environnement.

Tableau 3 • Forum social mondial en chiffres

Tableau 3 • Forum social mondial en chiffres
  • 6 Source Forum social mondial, site officiel www.forumsocialmundial.org.br. Consulté en 2008.

Source : FSM6.

  • 7 Entretien avec Céline Daviet, chargée de mission des relations internationales à la Plaine Commune

8Le deuxième FSM a lieu à Porto Alegre peu de temps avant les élections législatives en France. Plusieurs des principaux candidats progressistes se sont rendus au Brésil, envisageant de trouver du soutien dans le réseau7. Pour les villes européennes et françaises, la prédominance des autorités latino-américaines et notamment brésiliennes dans les premiers FAL a représenté une limite. Le deuxième FAL, réalisé en 2002, compte sur la présence de 1240 participants, dont 210 maires, parmi lesquels 18 étaient français, mais dont la majorité reste encore de nationalité brésilienne.

Participants au deuxième FAL

Participants au deuxième FAL
  • 8 Source FAL, documents originaux de la première et deuxième version, source : bureau des relations (...)

Note 88
Source FAL.

  • 9 Réunion de préparation du Deuxième Forum mondial des autorités locales — Porto Alegre, tenue le 11 (...)
  • 10 Discours de Patrick Braouezec à la clôture du FAL de Porto Alegre, le 22 janvier 2003, source MSD.

9C’est pour cette raison que le maire adjoint de Saint-Denis, Stéphane Peu, soutient à l’occasion du deuxième FAL la volonté de donner plus de résonance à l’événement en Europe9. L’idée d’internationaliser la démarche s’impose. À la suite du premier FAL, une deuxième rencontre internationale a lieu entre les autorités locales à Barcelone, où les mairies de Saint-Denis, Porto Alegre et Barcelone s’engagent à créer un observatoire international de la démocratie participative. La réflexion dans les FAL porte avant tout sur la recherche de méthodes de gouvernance, donnant priorité à l’inclusion sociale et à la diversité culturelle en tenant compte des écarts sociaux, politiques et économiques qui divisent les citoyens dans les zones urbaines. La mairie de Saint-Denis se propose comme intermédiaire du FAL en France. L’objectif des représentants de Saint-Denis est d’abord de renforcer le réseau par le biais de l’augmentation d’adhérents en Europe, puis d’insister pour qu’il s’enracine de façon significative sur le continent10.

10Il est important de souligner la volonté d’indépendance du FAL par rapport au FSM. Si le FSM est l’événement qui exprime la voix des mouvements sociaux, le FAL est l’expression des autorités locales. Les réunions se déroulent en même temps, mais chacune exprime sa propre voix.

  • 11 Succession des FSE : Florence 2002, Paris-Saint-Denis 2003, Londres 2004, Athènes 2006.

11L’année qui a suivi le premier FSM de Porto Alegre, la ville de Florence, en Italie, accueille le premier Forum social européen (FSE)11. Deux ans après le FSM et après le FSE, la ville de Saint-Denis réalise le premier FAL-Europe parallèlement au FSE de Paris et Saint-Denis. Le FAL-Europe de Saint-Denis est la porte d’entrée en France pour les idées issues des forums de Porto Alegre.

  • 12 Voir les actes de l’événement et les articles publiés dans la presse : Forum européen des autorité (...)

12Saint-Denis veut se lancer sur le plan international, en promouvant ses ambitions locales. L’événement mobilise une ville entière et rassemble, dans la banlieue parisienne de 95000 habitants, différents acteurs internationaux : des représentants de collectivités territoriales et du monde associatif comme ATTAC (Association pour la Taxation des Transactions pour l’Aide aux Citoyens) et d’autres réseaux d’ONG comme l’ABONG (Associação Brasileira das ONG) et Coordination Sud. Grâce à cette manifestation, Saint-Denis est considérée comme la ville altermondialiste en France. Leur message est clair, lors de l’ouverture de l’événement, Patrick Braouezec insiste sur le rôle des collectivités territoriales dans la transformation de la démocratie12 :

  • 13 Discours prononcé à l’ouverture du FAL de Saint-Denis, voir Forum européen des autorités locales : (...)

« Connue par sa Basilique royale et son stade bientôt olympique, Saint-Denis est depuis plus d’un siècle une ville ouvrière. Louise Michel, une insurgée de la Commune de Paris, nous a déjà montré à l’époque qu’un autre monde était possible. À Saint-Denis, nous nous attachons à cultiver une mémoire partagée, une identité commune et une dignité que nous construisons collectivement. Saint-Denis, terre d’Europe, ville du monde, rayonne par le caractère international de sa population, par ses métissages culturels, par ses plus de dix langues couramment parlées. Ici, nous vivons sensibles aux espérances et aux souffrances du monde [...] [é]lus locaux, nous devons faire de nos territoires des caisses de résonance et des lieux de concrétisation pour les débats du Forum social [...] [c]e moment d’échanges sera aussi l’occasion d’aborder la construction de l’Europe Sociale, du rôle de notre continent pour la paix et le développement [...] une collectivité locale [...] peut insuffler un air nouveau à la démocratie en se fondant sur la participation des citoyens13. »

13Le dialogue en Forum devient ainsi un outil dans le répertoire d’action à disposition des villes dans leur stratégie à l’aube du nouveau siècle. Il est important de s’affirmer comme un interlocuteur de qualité et de transmettre son propre message politique. Accueillir un événement de portée internationale est indispensable à une collectivité territoriale pour conquérir du prestige et renforcer le réseau. Nous verrons ci-après comment ce réseau de villes s’étend et s’affirme progressivement comme l’expert en matière de démocratie participative.

Des « bonnes pratiques » au lesson-drawing

14Dans la première partie de notre travail nous avons fait référence aux théories concernant le transfert en politiques publiques. Nous revenons à présent sur la question du lesson-drawing dans le contexte de la démocratie participative à l’heure actuelle. Pour Richard Rose, les politiciens, face à un problème commun, regardent comment leurs homologues mettent en place des politiques publiques afin de normaliser la situation. Ils parviennent ainsi parfois à tirer les leçons de leurs homologues étrangers :

  • 14 Rose Richard, « What is Lesson-Drawing ? », Journal of Public Policy, vol. 11, n° 1, janv.-mars 19 (...)

« Confronted with a common problem, policymakers in cities, regional governments and nations can learn from how their counterparts elsewhere respond. More than that, it raises the possibility that policymakers can draw lessons that will help them deal better with their own problems. If the lesson is positive, a policy that works is transferred with suitable adaptations. If it is negative, observers learn what not to do from watching the mistakes of others14. »

15L’auteur poursuit en définissant ce qu’est un lesson-drawing :

  • 15 Ibid. p. 7.

« A lesson is here defined as an action-oriented conclusion about a program or programs in operation elsewhere ; the setting can be another city, another state, another nation or an organization own past. Because policymakers are action oriented, a lesson focuses upon specific programs that governments have or may adopt. A lesson is more than an evaluation of a program in its own context ; it also implies a judgment about doing the same elsewhere. A lesson is thus a political moral drawn from analyzing actions of other governments15. »

  • 16 Il est important de rappeler que nous faisons référence aux pratiques participatives issues des re (...)

16La notion de lesson-drawing renvoie alors à l’idée qu’un acteur politique tire des leçons à partir du succès ou de l’échec d’une politique publique mise en place ailleurs (dans le temps ou dans l’espace) pour résoudre des problèmes propres à son contexte d’opération politique. En effet, s’inspirer de l’expérience réalisée par d’autres est une pratique moins coûteuse et qui prend moins de temps que l’élaboration d’une politique publique ex-nihilo. En outre, collaborer et réfléchir ensemble sur des thématiques similaires permet aux agents politiques de parvenir plus rapidement à des résultats efficaces. Or, dans le contexte de la démocratie participative16 le modèle de Porto Alegre est, dans un premier temps, considéré comme la référence. De plus, les villes de Saint-Denis et Barcelone soutiennent l’expérience.

  • 17 Voir Yves Cabannes, « Les budgets participatifs en Amérique latine : de Porto Alegre à l’Amérique (...)
  • 18 Sur la question de la notoriété de Porto Alegre voir Marion Gret, De l’expérience de Porto Alegre… (...)
  • 19 Il est intéressant de noter que le modèle du budget participatif n’est pas le seul à avoir fait de (...)

17Le modèle de démocratie participative de Porto Alegre s’impose donc. Le budget participatif, recommandé par la Banque mondiale, est le modèle qui a le plus de visibilité à l’échelle internationale. De nos jours, des forums sont exclusivement consacrés au thème du budget participatif17. La notoriété de Porto Alegre semble, d’une certaine manière, justifier son excellence18, aussi reste-t-il aujourd’hui le modèle le plus diffusé19. Néanmoins, il perd du terrain face aux mairies progressistes lors des quatre dernières années à cause de l’échec du PT et de l’ascension du PPS (parti hybride de centre-gauche) au pouvoir municipal. Cela étant, il serait erroné de penser que l’expérience du budget participatif est finie dans cette ville. A contrario, ce changement a été une mise à l’épreuve pour le budget participatif de Porto Alegre. En outre, le contexte international sur la démocratie participative a changé, les réseaux se sont renforcés et de nouvelles expériences ont été mises en pratique.

18Nous avons évoqué l’existence d’un Observatoire International de la Démocratie Participative (OIDP), réseau international issu de l’expérience de la première phase du Programme URB-AL, dans le cadre du réseau n° 3 (étudié au chapitre précédent). La présentation du projet de l’OIDP date des rencontres entre les villes dans la préparation du premier FSM, constitué en novembre 2001 à Barcelone. Les objectifs mentionnés dans le projet démontrent que le réseau est un autre dispositif d’action pour les collectivités territoriales. Effectivement, l’OIDP envisage de

  • 20 Document de Presse, OIDP – 2007.

« construire un espace commun pour partager les expériences de démocratie participative [...] promouvoir la coopération entre les gouvernements locaux pour faire face aux pressions de la globalisation [...] approfondir le concept de démocratie participative par la réflexion et l’analyse [...] soutenir la mise en place pratique des expériences de démocratie participative [...] encourager la création de mécanismes et de systèmes d’évaluation des expériences participatives20 ».

  • 21 Informe Técnico Intermedio, URB-AL Proyecto común ALR/B7-3110/2000/021/R3-B1-04 : « Observatorios (...)

19L’OIDP est financé par l’Union européenne jusqu’en 2004. Bien qu’il reçoive encore des subventions européennes, actuellement l’observatoire est soutenu financièrement par les villes membres, des fondations internationales privées et des associations internationales (notamment par la Fondation Ford et par la Cities Alliance)21. Une fois par an, la rencontre autour de l’OIDP a lieu dans une ville différente (Barcelone – Espagne : 2001, Quetzaltenango – Guatemala : 2002, Lille – France : 2003, Buenos Aires – Argentine : 2004, San Sébastian (Donostia en Catalan) – Espagne : 2005, Recife – Brésil : 2006, Nanterre – France : 2007). L’OIDP s’impose comme une rencontre internationale sur la démocratie participative mobilisant des acteurs appartenant aux mondes politique, associatif et universitaire. C’est également un tremplin pour internationaliser les expériences et les projets politiques d’une ville.

20Le réseau international est coordonné par la ville de Barcelone. Son activité se structure autour du recensement des expériences, de la mise en place d’outils, comme des méthodologies de démocratie participative, de recensement de documents, d’élaboration d’un agenda et de la réalisation d’une rencontre annuelle.

21Dans le cadre des travaux de l’OIDP durant le programme URB-AL, un autre projet de démocratie participative a été créé en 2004, cofinancé par l’UE et la mairie de Barcelone. Nous faisons allusion aux projets de l’Observatoire local de la démocratie participative (OLDP), mis en place dans neuf villes : Barcelone (Espagne), San Sébastian (Espagne), Saint-Denis (France), São Paulo (Brésil), Porto Alegre (Brésil), Buenos Aires (Argentine), Cuenca (Équateur), El Bosque (Chili) et La Paz (Bolivie). Les observatoires travaillent ensemble afin de diffuser leur expérience et leur expertise.

  • 22 David Recondo, « Les paradoxes de la démocratie participative en Amérique latine  : une comparaiso (...)
  • 23 Ibid., p. 271.

22Les actions entreprises par les autorités locales cherchent à donner une structure de plus en plus solide aux expériences. L’investissement autour de la thématique est très fort et engage des experts pour y travailler. Il y a une volonté manifeste de donner progressivement un caractère technique, presque scientifique, aux projets d’inclusion participative. En effet, les travaux sont menés avec des méthodes bien précises et engagent souvent des chercheurs (sociologues et urbanistes ayant une formation doctorale) dans la réalisation des projets. Utilisant un savoir scientifique, leur travail permet aux dispositifs d’avoir plus de crédibilité auprès des instances internationales, tout en excluant les effets pervers que la démocratie participative peut provoquer. Il est intéressant, à ce propos, de mentionner les travaux de David Recondo, par exemple, sur les effets des vagues décentralisatrices et participationnistes dans les zones indigènes survenues au Mexique et en Colombie depuis les années 1980. Il affirme que l’« État cherche à [...] intégrer les pratiques coutumières dans le cadre moderne de la gestion décentralisée des affaires publiques22 ». Par ailleurs, l’auteur constate que le « “placage” d’une nouvelle nomenclature sur d’anciennes pratiques contribue également à l’émergence de nouveaux espaces et de nouvelles dynamiques de participation23 ».

23Depuis les deux dernières éditions (2006 et 2007), l’OIDP remet des prix aux meilleures pratiques de démocratie participative suivant une grille complexe composée de 10 critères :

  • 24 Pour l’élaboration de cette grille nous avons consulté les documents publiés au site internet de l (...)

Source : OIDP24

  • 25 Grupo de Trabajo n° 3, Creación de una ficha de Buenas Prácticas en participación ciudadana en elá (...)

24À ces critères généraux s’ajoutent quatre questions complémentaires. Qui participe ? Sur quoi participe-t-on ? Comment participe-t-on ? Quelles sont les conséquences25 ?

25Les distinctions « OIDP Bonne Pratique », en participation citoyenne sont :

262006, « Processus et mécanismes d’inclusion sociale des femmes indigènes dans la gestion locale : le budget participatif de Cotachi (Équateur) » ;

272007, « Budget participatif digital : Mairie de Belo Horizonte (Brésil) ».

28En paraphrasant cette grille, nous nous apercevons que, pour qu’une démarche soit considérée comme bonne, elle doit être novatrice, efficace, inclusive et transposable. C’est, en quelque sorte, une institutionnalisation de la spontanéité dans laquelle émergent les mouvements sociaux et les mobilisations contestataires. Le pouvoir administratif municipal doit bureaucratiser la participation et l’expression de la citoyenneté ou les analyser dans un espace d’expression spécifique. Les modèles doivent être transposables afin de pouvoir être reproduits dans d’autres collectivitésterritorialesetdansd’autrescontextes.Laformalisation d’une grille d’analyse nous indique la recherche de légitimité des modèles soutenus par l’OIDP qui cherche à donner une image technique, méthodologiquement fondée, afin de valider les nouvelles bonnes technologies de gouvernance participative locale.

29Grâce à la puissance économique et au nombre d’adhérents qui alimentent le réseau, l’OIDP est aujourd’hui l’une des hautes instances de la démocratie participative. Parmi ses membres les plus anciens se trouvent les villes de Barcelone, Porto Alegre et Saint-Denis. En outre l’OIDP a une dynamique pédagogique : les thématiques d’inclusion sociale et de participation sont présentées et discutées dans des ateliers avec des élus, responsables administratifs, chercheurs et militants associatifs. L’OIDP s’est lancé dans la conquête d’un autre espace international de dialogue entre les collectivités locales comptant actuellement 340 membres, les collectivités territoriales, les centres de recherches, les coopératives, etc. Il perçoit des financements élevés. C’est un organisme qui s’est autopromu comme légitime pour définir les dispositifs les plus efficaces en la matière et ce par le biais de l’attribution annuelle de prix sur les « bonnes pratiques ». Comme le dit le dossier de presse de l’événement, ce prix « a pour objectif la reconnaissance dans le domaine de la démocratie participative, d’expériences novatrices, coordonnées par des collectivités locales et pouvant faire l’objet de transposition ».

30Les expériences des collectivités territoriales gagnent alors en visibilité dans les ateliers et conférences plénières sur lesquelles elles sont appelées à intervenir. Les villes d’accueil ont également la possibilité de présenter leurs travaux et leur expérience en matière de démocratie participative durant l’événement. Ainsi, lors de la dernière rencontre, la ville de Nanterre a pu diffuser son expérience de 30 ans dans l’engagement de la démocratie participative et ses dispositifs actuels.

31En ce qui concerne la pratique de lesson-drawing, la visibilité acquise dans les forums et rencontres internationales est grande. Les collectivités territoriales réalisent des échanges intenses. Certaines villes réussissent à transmettre leurs messages et expériences plus que d’autres, grâce au statut d’expert qui leur est conféré lorsqu’elles se présentent aux tables rondes. En effet, des villes comme Barcelone, Saint-Denis et Belo Horizonte sont toujours représentées dans les FAL ou dans l’OIDP en tant qu’intervenants. Cependant, la ville d’Issy-les-Moulineaux, coordinatrice du réseau d’URB-AL, ne figure ni sur le programme du FAL (première et deuxième édition) ni sur les dernières éditions de l’OIDP.

32Le réseau est à la fois moyen d’action et d’échange. Il est porté par des villes qui ont derrière elles un projet politique bien précis, la gauche progressiste, ancré dans leur histoire et dans leur culture locale comme Porto Alegre, Saint-Denis et Barcelone. Si nous devons souligner le caractère éphémère de certains réseaux cela ne semble pas être le cas pour le réseau des villes. En effet, ces réseaux ont réussi à propager une véritable force centripète, engageant à la fois universités, ONG et militants. Au mois de juin 2010, une première conférence mondiale sur la diplomatie des villes eut lieu à la Hague en Hollande26. Les villes s’organisent et exercent une pression pour transformer les relations à l’intérieur de l’État et la coopération entre Porto Alegre et Saint-Denis s’inscrit dans cette action.

Notes

1 Bernard Cassen, Tout a commencé à Porto Alegre : mille forums sociaux, Mille et une nuits, Paris, 2003.

2 Source : Folha de São Paulo – UOL, se reporter à l’adresse suivante : http://www1.folha.uol.com.br/folha/brasil/ult96u14684.shtml. Consulté en 2008.

3 Source : BBC – Brasil, voir sur le site internet à l’adresse suivante : http://www.bbc.co.uk/portuguese/noticias/2003/030123_carmoebc.shtml, Consulté en 2008.

4 Les Forums mondiaux regroupent des représentants de collectivités territoriales, associations, parlementaires, syndicats, universitaires, mouvements sociaux.

5 Source, Mairie de Saint-Denis, Bureau des relations internationales, entretiens divers avec les fonctionnaires administratifs et avec les habitants qui ont participé au voyage.

6 Source Forum social mondial, site officiel www.forumsocialmundial.org.br. Consulté en 2008.

7 Entretien avec Céline Daviet, chargée de mission des relations internationales à la Plaine Commune.

8 Source FAL, documents originaux de la première et deuxième version, source : bureau des relations internationales, Plaine Commune. Pour plus de détails, voir sur internet à l’adresse suivante : http://www.autoridadeslocais.com.br, consulté en 2008.

9 Réunion de préparation du Deuxième Forum mondial des autorités locales — Porto Alegre, tenue le 11 janvier 2002, compte rendu Cités-Unies-France, source : bureau des relations internationales MSD, document non publié.

10 Discours de Patrick Braouezec à la clôture du FAL de Porto Alegre, le 22 janvier 2003, source MSD.

11 Succession des FSE : Florence 2002, Paris-Saint-Denis 2003, Londres 2004, Athènes 2006.

12 Voir les actes de l’événement et les articles publiés dans la presse : Forum européen des autorités locales : Saint-Denis, 11-13 novembre 2003, Actes, PSD, Presses Delta Graphique Service à Montreuil, 2004 ; Libération du 4 novembre et L’Humanité du 11 novembre 2003.

13 Discours prononcé à l’ouverture du FAL de Saint-Denis, voir Forum européen des autorités locales : Saint-Denis, 1113 novembre 2003, Actes, PSD, Presses Delta Graphique Service à Montreuil, 2004.

14 Rose Richard, « What is Lesson-Drawing ? », Journal of Public Policy, vol. 11, n° 1, janv.-mars 1991, p. 4.

15 Ibid. p. 7.

16 Il est important de rappeler que nous faisons référence aux pratiques participatives issues des relations Europe-Amérique latine et que d’autres cas plus spécifiques de démocratie participative propres à d’autres contextes comme le Canada, les États-Unis ou l’Inde ne sont pas pris en compte.

17 Voir Yves Cabannes, « Les budgets participatifs en Amérique latine : de Porto Alegre à l’Amérique centrale, en passant par la zone andine, tendances, défis et limites », Mouvements, n° 47/48, 2006, p. 128-138.

18 Sur la question de la notoriété de Porto Alegre voir Marion Gret, De l’expérience de Porto Alegre…, op. cit.

19 Il est intéressant de noter que le modèle du budget participatif n’est pas le seul à avoir fait des émules ou à avoir été transféré. D’autres cas s’inspirent du modèle de Belo Horizonte (MG — Brésil), d’autres encore de certaines villes en Australie.

20 Document de Presse, OIDP – 2007.

21 Informe Técnico Intermedio, URB-AL Proyecto común ALR/B7-3110/2000/021/R3-B1-04 : « Observatorios Locales de Democracia Participativa », mars, 2006.

22 David Recondo, « Les paradoxes de la démocratie participative en Amérique latine  : une comparaison des trajectoires mexicaine et colombienne », in Catherine Neveu (dir.), Cultures et pratiques participatives, L’Harmattan, Paris, 2007, p. 255.

23 Ibid., p. 271.

24 Pour l’élaboration de cette grille nous avons consulté les documents publiés au site internet de l’OIDP, respectivement en 2008 et 2010. Pour les critères plus complexes nous avons ajouté des explications. Cf. Grupo de Trabajo n° 3, Creación de una ficha de Buenas Prácticas en participación ciudadana en el ámbito del gobierno local, OIDP, nov. 2006, et le Règlement du concours de 2010 de la Ve édition de la Distinction OIDP « Bonne pratique en participation citoyenne encouragée par les gouvernements locaux », http://www.oidp.net.

25 Grupo de Trabajo n° 3, Creación de una ficha de Buenas Prácticas en participación ciudadana en elámbito del gobierno local, OIDP, novembre 2006.

26 Voir l’adresse internet suivante : http://www.citydiplomacy.org, consultée en 2008.

Table des illustrations

Titre Tableau 3 • Forum social mondial en chiffres
Légende Source : FSM6.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Participants au deuxième FAL
Légende Note 88Source FAL.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Légende Source : OIDP24
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 180k

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540