Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le transfert d'un modèle de démocratie participative

 | 
Osmany Porto De Oliveira

Préface

David Dumoulin Kervran

Texte intégral

1Il faut se réjouir que ce livre voie le jour et se fraie un chemin vers un public élargi, dépassant ainsi l’audience confidentielle qui est généralement celle des mémoires de master. Au travers de l’étude du transfert du budget participatif de Porto Alegre à Saint-Denis, les lecteurs trouveront assurément des données et des analyses suggestives pour continuer à penser les relations qu’entretiennent sociétés européennes et sociétés latino-américaines. À la croisée de l’analyse de l’action publique et de la sociologie des relations internationales, l’analyse développée par Osmany Porto de Oliveira incarne en effet ce renouveau de la sociologie politique qui rend largement caduc le vieux clivage entre science politique et relations internationales, entre études « internistes » et « externistes ». Il ne s’agit certes pas de nier l’existence des frontières des États nationaux, mais de montrer qu’il est nécessaire de les étudier de manière transversale. L’internationalisation des sociétés politiques s’incarne dans des dynamiques concrètes de circulation dont ne rendent pas toujours compte les approches théoriques de la « globalisation ». Ici, l’action internationale des collectivités locales et des acteurs non gouvernementaux est au cœur de l’enquête puisque cet ouvrage met en lumière la circulation transatlantique des instruments de politiques publiques à l’échelle municipale, la paradiplomatie des villes et des réseaux d’experts et les implications concrètes des injonctions à la « bonne gouvernance » au sein du monde de la coopération internationale.

2Qu’il soit question ici de « bonne gouvernance » n’implique cependant pas la reproduction des canons promus par la Banque mondiale, qui n’est plus la seule à édicter des standards internationaux. C’est justement l’un des intérêts de ce livre que d’analyser les croisements entre différentes arènes de légitimation des « bonnes pratiques » – des plus « critiques » aux plus « mains-tream ». Il sera en effet question des alliances internationales entre partis de gauche, mais surtout du rôle essentiel des Forums sociaux mondiaux, du Forum des autorités locales pour l’inclusion sociale (FAL), de l’Observatoire international de la démocratie participative (OIDP) ou encore des réseaux URBAL suscités par l’Union européenne. L’analyse permet donc de s’interroger sur la possibilité d’une internationalisation plurielle, qui laisserait place à la concurrence des modèles politiques et enterrerait définitivement le « consensus de Washington ». Cette ouverture demeure toutefois ambiguë tant le slogan des altermondialistes, « un autre monde est possible », semble lui aussi domestiqué et normalisé par les liens avec la politique des partis et des administrations locales.

3L’originalité de ce travail réside principalement dans le fait qu’Osmany Porto de Oliveira ne nous propose pas une énième étude de cas sur la démocratie participative. En effet, l’évaluation et la comparaison des pratiques participatives ne constituent pas son objet d’étude, même si les dispositifs en vigueur des deux côtés de l’Atlantique lui sont familiers et si le bilan du budget participatif à Saint-Denis apparaît finalement mitigé. Ce sont plutôt le contexte du transfert et les ressorts de celui-ci qui monopolisent l’attention : l’auteur analyse ainsi le jeu entre factions au sein du Parti des Travailleurs à Porto Alegre et du Parti communiste à Saint-Denis et prend la mesure de l’imbrication intime du choix d’instruments de gestion et de la politisation des activités au sein des mairies. Clé essentielle de compréhension des mécanismes de transfert, les stratégies de recherche de légitimité sont finement décryptées et permettent de voir se déployer le « double jeu » que les équipes dirigeantes des villes doivent jouer dans leur quête simultanée de prestige international et de reconnaissance auprès des électeurs locaux. Ce volume contribue donc aussi à une discussion théorique en démontrant comment l’analyse des transferts internationaux gagne à être pensée dans une articulation entre l’étude des mécanismes de « lessons drawing » et une approche donnant le primat aux stratégies politiques à la fois locales et internationales qui caractérisent désormais la paradiplomatie des villes.

4Autre élément remarquable méritant qu’on le souligne, la stratégie de recherche adoptée par l’auteur s’est avérée très féconde. Osmany Porto de Oliveira a en effet obtenu un stage dans chacune des mairies qu’il étudiait et s’est ainsi familiarisé, au plus près du réel, avec les ressorts de l’administration publique locale au Brésil et en France. Ceci lui a permis de comprendre les spécificités des contextes locaux, de faire la part des discours et des pratiques à Porto Alegre et à Saint-Denis et de mettre en œuvre, par la suite, son projet d’analyse transnationale sur de solides fondements méthodologiques. La solidité des données présentées dans ce livre a donc été acquise par cette présence prolongée sur les lieux et rappelle salutairement – bien que l’auteur n’ait pas opté pour une mise en récit incluant les observations et les commentaires ethnographiques – l’importance des expériences de terrain en sciences sociales.

Auteur

Maître de conférences en sociologie Juin 2010

© Éditions de l’IHEAL, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540