Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Conclusion

Texte intégral

1La parole politique sous ses multiples formes revêt une forte dimension dramaturgique. L’attention des auteurs s’est principalement fixée sur les effets cognitifs qu’elle peut provoquer à l’intérieur du champ militant et de l’espace public. Cette extériorisation d’idées ou de symboles cherche à offrir une « impression idéalisée » de tout ce qu’incarnent les forces en présence en persuadant ceux auxquels elle s’adresse de la correspondance absolue des visées politiques des acteurs avec la réalité. Les témoignages des cadres historiques du PAP et leur production historiographique sur les origines de leur parti nous fournissent malgré leur apparente liberté de ton et de style, des indications qui viennent corroborer des processus politiques visant à la construction d’une culture militante. C’est à notre sens cette caractéristique majeure de l’aprisme qui justifie et légitime l’utilisation du terme d’hégémonie pour désigner cette construction sociopolitique. Comme nous l’avons démontré au cours de ce travail, l’utilisation de l’histoire par le PAP répondait à sa volonté d’étendre le postulat de l’unité du peuple, l’évocation de sentiments populaires et une assurance péremptoire avec laquelle son chef suprême se posait en « reflet des aspirations et des craintes populaires » [Hermet, 2001, p. 104]. Ce recours au passé permettait aux cadres dirigeants d’exposer leur version des origines jusqu’à la transposer en lecture unilatérale et officielle d’un passé caractérisé comme évangélique. Il leur donnait un support pour enraciner durablement cette histoire dans l’imaginaire collectif des partisans et sympathisants. Le parti pouvait de ce fait continuer à entretenir son image de garant de la cause sociale et anti-impérialiste au Pérou et en Amérique latine, même si de nombreuses évolutions idéologiques s’étaient produites en son sein. Il pouvait ainsi passer outre une évolution idéologique longtemps restée secrète. Mais surtout, le PAP pouvait continuer à évoluer idéologiquement sans que les militants fassent exploser le parti en raison de la mutation idéologique qui vit cette organisation passer d’une vision farouchement anti-impérialiste (années 1920 et 1930) à une vision plus anti‑communiste et plus ouverte vers un dialogue avec les États-Unis.

2Cette lecture des fondements de l’aprisme a su s’adapter en fonction des bouleversements de la vie politique péruvienne, sans pour autant perdre sa spécificité et son unicité en termes de thématiques, de lieux et de personnes. Elle a su capitaliser et mobiliser des ressources du passé comme la Réforme universitaire de Cordoba, sa sœur péruvienne de 1920, la Révolution mexicaine, la légitimité de Gónzalez Prada ou encore des expériences plus locales comme la journée de huit heures. Elle en fit des signes annonciateurs d’une histoire qui commença le 7 mai 1924 au Mexique et qui se prolonge depuis. Cela se traduisit par une volonté de révéler la spécificité de l’aprisme, puis se convertit en marque d’une lecture incontestable d’un passé qui témoignait à répétition de la nature unique et de la grandeur de l’APRA sur la scène idéologique mondiale. Pour cela ce discours s’arrogeait le droit d’affirmer que l’avenir du peuple péruvien dépendait quasi exclusivement d’un seul homme : Víctor Raúl Haya de la Torre. Celui-ci était d’ailleurs présenté en relation directe avec le peuple dans son ensemble, loin de tout clivage partisan et reflétant à chacune de ses interventions la volonté générale. Les récits se multipliaient pour raconter les entreprises réalisées par Haya de la Torre à différentes étapes de sa jeunesse, comme si finalement la véritable origine du parti était l’enfance, l’adolescence et la fleur de l’âge d’Haya de la Torre. La rhétorique utilisait pour cela de manière sélective les sentiments (angoisse, anomie, malaise) qu’éprouvaient à ce moment précis les milieux partisans et au-delà. Elle s’en nourrissait au gré des humeurs et des désillusions face aux échecs répétés des classes dirigeantes. Il ne s’agissait pas tant de présenter un programme ou des propositions concrètes que d’exploiter les défaillances des régimes successifs dont les mesures prises avaient plongé le pays dans des crises successives depuis 1930.

  • 1 Hermet, 2001, p. 104.

3Cette écriture de l’histoire exploitait parallèlement le retentissement d’événements passés sur le ton de l’agressivité polémique. Elle puisait ses ressources dans des thèmes aussi variés que l’anti-impérialisme de la Révolution mexicaine, la rénovation culturelle propre aux Réformes universitaires ou que les appels à la justice sociale de Gónzalez Prada, l’ancien proche du « Jefe ». Elle gardait les connotations les plus importantes pour les expériences de Víctor Raúl Haya de la Torre en en faisant à la fois un héros sportif et un enfant solidaire. Les exploits sportifs de l’enfant Haya par exemple symbolisaient son esprit de camaraderie et sa force de commandement, dans la mesure où il entretenait « une démarcation affective entre l’équipe des bons, dont il renforce la cohésion, et celle des méchants ou des hypocrites, dont les déboires réjouissent »1. Unissant le peuple par son vécu, il en était également l’expression. Il était à la fois le guide, l’interlocuteur et l’acteur. Cette pluralité des charges lui conférait ainsi un statut au-dessus de tous dans son parti voire sur la scène politique péruvienne et latino-américaine. Elle témoignait effectivement de la prétendue efficacité imparable de cet homme qui, parti de rien, réussit à s’imposer d’abord comme leader étudiant, puis ensuite comme chef du Front des Travailleurs Manuels et Intellectuels, jusqu’à mobiliser les foules au simple son de sa voix. Elle légitimait sa capacité à gouverner et à être un Président de la République inoubliable. Haya de la Torre était non seulement un homme de terrain qui combattit à côté de son peuple, il le représentait par sa qualité de penseur et d’idéologue, d’esprit au service de sa cause : le Peuple péruvien.

4La question des usages politiques du passé ne se limite pas au simple cas du PAP. Elle résulte en réalité de l’un des paradoxes de toute production historiographique voire de l’utilisation des effets des régimes d’historicités [Revel, Hartog, 2001, p. 14]. En effet, tout discours historique est susceptible d’être utilisé politiquement, que ce soit du fait de son auteur, de ses destinataires ou encore qu’il faille l’attribuer au rapport particulier que les seconds entretiennent avec le premier » [Revel, Hartog, p. 14]. Mais ce qui fonde la spécificité du cas apriste, c’était sa capacité à juxtaposer le réel et le discours historique dans une logique de politisation et repolitisation. Cette juxtaposition explique, selon nous, ce qui permit au parti d’instaurer un consensus hégémonique autour de ses origines. Nous avançons même l’idée que cette hégémonie a longtemps conditionné les études sur le PAP, l’APRA et l’aprisme, au point que des publications [Hilliker, 1971, Kantor, 1964] ont repris des éléments de cette construction sociopolitique.

  • 2 La candidate désignée du PAP aux élections présidentielles de 2011, l’économiste Mercedes (Meche) A (...)

5L’effort de ce travail était pour finir d’expliciter et de contextualiser l’historiographie apriste afin de mieux saisir les raisons qui ont fait de cette lecture historique un mythe mobilisateur. Il visait à montrer le poids d’une lecture des origines qui, bien qu’entrecoupée, réussit à sacraliser le PAP en tant qu’institution indépendante des hommes qui la dirigent, et comme symbole collectif de l’unité du peuple péruvien, Il cherchait à montrer comment progressivement les apristes réussirent à faire d’Haya de la Torre un objet de culte. Cette mémoire partisane demeure encore très présente dans les manifestations de ce parti politique. D’ailleurs, elle est devenue à ce titre l’un des éléments mobilisateurs d’une organisation dont les déboires, en 20112, prouvent à quel point les formes politiques péruviennes sont dépendantes d’une figure tutélaire.

Notes

1 Hermet, 2001, p. 104.

2 La candidate désignée du PAP aux élections présidentielles de 2011, l’économiste Mercedes (Meche) Araoz (personnalité invitée), décida en janvier 2011 de jeter l’éponge et de ne pas se présenter aux élections comme résultat d’un désaccord avec le chef apriste, Jorge (Tio George) Del Castillo.

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540