Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Troisième partie. La consolidation du discours apologétique sur les origines (1976-1980)

Chapitre vi. Une sacralisation en guise de charisme objectivé

Texte intégral

Le travail de finition de la symbolique populaire apriste

  • 1 Germán Arcieniegas, « Recuerdos en torno a Víctor Raúl, (Rome, octobre 1976) », in Haya de la Torre (...)

1Les écrits sur l’histoire du PAP exposaient toute l’importance des idées de Victor Raúl Haya de la Torre. Ils transformaient des événements historiques comme la Révolution mexicaine et la Réforme de Córdoba en signes annonciateurs de l’avènement de l’aprisme et de son combat social. Ils accentuaient la singularité et l’originalité du parti, tout comme ils revendiquaient l’héritage de Gónzalez Prada alors que le vélasquisme se l’était réapproprié durant ses années au pouvoir. Cette lecture des origines était essentiellement placée sous le signe de la célébration des luttes du chef ou, autrement dit, comme le reconnaissaient les apristes eux-mêmes, de celui dont la date d’anniversaire devint la fête du peuple péruvien1. Cette gestion passionnelle de la militance avait déjà permis au parti, à de nombreuses reprises, de se prémunir contre les violentes attaques portées par ses ennemis. Ce besoin de justification permanente avait fait naître l’idée que recourir à un passé idéalisé permettait d’assurer l’adhésion des militants aux objectifs explicites définis par leur leader et de consolider une « certaine identité des sensibilités » [Ansart, 1983, p. 109] des partisans entre eux. Cette entreprise de protection qui reposait sur la reproduction parfois partielle, et dans certains cas, totale des origines du parti, fut ainsi mise en œuvre.

Les mythes fondateurs de l’APRA

  • 2 « Nous étions tous des camarades : on se tenait main dans la main, et on projetait une internationa (...)
  • 3 « Marx et le marxisme étaient très peu connus par notre génération protagoniste de la Réforme unive (...)
  • 4 « Elle marque le début de la fin du médiévisme intellectuel. Il n’aurait point été erroné d’affirme (...)
  • 5 « D’elles surgirent des hommes qui rejoignirent la droite comme la gauche. Au Chili, à Cuba, comme (...)

2La Réforme universitaire de Córdoba et la Révolution mexicaine servirent de référents historiques à une structure socio-affective qui englobait le culte d’un chef et « d’un parti symbolisant à lui seul le règne du peuple » [Hermet, 2001, p. 206]. Cette passion était entretenue par la croyance que la Réforme de Córdoba avait été une vague contestataire étudiante profondément internationaliste [Haya de la Torre, 1977, p. 205] qui avait uni le continent, ce qui préfigurait déjà l’avènement de l’APRA2. L’historiographie apriste soulignait ainsi son caractère non-marxiste3 et préférait n’en garder que le caractère social et libérateur4 qui avait servi de baptême politique à toute une génération continentale5. Cette lecture d’un événement moteur et de ses liens avec la naissance de l’APRA permettait aux apristes de souligner leur capacité passée à mener à terme des desseins continentaux. Elle légitimait en conséquence le lien entre le parti et la Réforme de Córdoba à travers tout un ensemble de références. Elles énuméraient par exemple les allusions directes des principaux protagonistes comme le radical argentin Gabriel del Mazo [Del Mazo, 1927] ou le fait que l’APRA était devenu à court terme l’aboutissement politique du processus réformiste argentin. Elle reprenait également les réussites de la Réforme universitaire péruvienne, ce qui confirmait l’idée d’une filiation quasi naturelle entre les deux mouvements. Ce dernier point donnait ainsi l’occasion au PAP de magnifier plus encore ses origines, en montrant que la réponse étudiante de 1920 contre la mainmise de l’oligarchie sur l’Université avait introduit dans le pays des convictions nouvelles (panaméricanisme, unité régionale, libération des peuples du joug culturel hérité de l’époque coloniale, transformations des universités en organes politisés) bénéfiques au peuple. Ce travail historiographique permettait également de valoriser les transformations que la Réforme péruvienne avait produites au bénéfice de l’Université San Marcos. Selon Haya de la Torre, le mouvement qu’il avait mené en tant que chef des étudiants contestataires permit à cet établissement de se délivrer d’un archaïsme qui en faisait « la plus vieille et la plus rongée de toutes les universités d’Amérique » [Haya de la Torre, 1977, p. 126]. Cette rupture avait réussi à faire rentrer San Marcos dans une modernité « en expulsant dix-sept professeurs en plein processus de momification, et en changeant radicalement les systèmes, en obligeant une servile assemblée parlementaire à nous respecter, et en lui soufflant un air frondeur qui était un vent révolutionnaire argentin, fort, et immense, mais d’une force salutaire » [Haya de la Torre, 1977, p. 126].

3Point de départ d’une dynamique de combat anti-impérialiste selon la formulation officielle du parti, la Révolution mexicaine était décrite avec la même profondeur que sa « soeur révolutionnaire argentine ». Sachant que l’APRA avait été fondée à Mexico en 1924, les apristes intensifiaient son caractère révolutionnaire non-marxiste en l’exposant fièrement comme « première révolution sociale, non socialiste du xxe siècle » [Murillo, 1976, p. 18].

4Parallèlement, les écrits citaient en permanence Haya de la Torre afin d’élargir leur portée. Il s’agissait ainsi de faire de la parole du fondateur de l’APRA une preuve – à l’instar de l’expérience argentine – « du Réveil légitime des peuples guidant une vague révolutionnaire sur tout le continent latino-américain » [Murillo, 1976, p. 18]. Cette revendication de la condition de « descendante » de la Révolution mexicaine donnait à l’APRA une image encore plus sociale et purement latino-américaine, tout en mettant l’accent sur son empreinte révolutionnaire.

5L’entretien des sentiments d’appartenance à une communauté historique a toujours été l’une des caractéristiques majeures de l’aprisme. Cet exposé des origines cherchait à entretenir la fierté d’un passé collectif et d’entreprises réalisées. Apparaissant ici comme des mythes au sens d’éléments mobilisateurs, la Révolution mexicaine et la Réforme de Córdoba jouaient le rôle de pôles d’appartenance. Ces mythes incarnaient en effet les différentes appartenances des apristes : au peuple, à la nation, et à l’Amérique latine. Ils renforçaient la double identité (nationale et continentale) du parti et, de ce fait, sa singularité par rapport aux autres partis politiques péruviens.

L’approfondissement de la culture de la singularité

6Aucun parti politique ne peut échapper à la nécessité de produire et de diffuser des messages afin de fidéliser ses militants et ses sympathisants. Toute organisation politique est en effet obligée de produire un discours interne afin de se doter d’une culture organisationnelle. La production de messages forme un univers partisan qui offre des réponses spécifiques aux questions éventuelles qui peuvent naître autour du parti. L’efficacité politique de cette matérialisation de différents questionnements repose sur son aptitude « à maintenir l’intensité des croyances » [Ansart, 1983, p. 115] en fidélisant autour de caractéristiques majeures. La revendication du caractère singulier du PAP, tant au niveau doctrinaire qu’historique, correspondait parfaitement à ce cas de figure. Poursuivant une tradition née dans les années 1920, l’historiographie apriste prétendait créer une permanence de la pensée apriste et de celle de Víctor Raúl Haya de la Torre. Elle s’appuyait pour cela sur l’originalité doctrinaire de l’aprisme et sur sa position unique dans la constellation des pensées politiques des différentes gauches. Dans sa préface du livre de Percy Murillo, le chef apriste Andres Townsend mettait par exemple en évidence la rupture que présentait l’aprisme aux yeux du marxisme doctrinaire. Selon Townsend, le marxisme s’était trompé car « l’expérience de notre temps donnait tort au prophète [Marx] » [Murillo, 1976, p. 10]. Néanmoins, Haya de la Torre sauvait cette doctrine en écrivant « le chapitre que Marx oublia d’écrire, et que le socialiste hindu, Asoka Metha signalait comme la grande absente du philosophe du Capital : la théorie révolutionnaire pour les pays en voie de développement » [Murillo, 1976, p. 10]. Pour ce membre de l’Assemblée Constituante de 1978, l’aprisme possédait un caractère authentique qui s’expliquait par sa dimension purement latino-américaine, grâce à ses traits anti-impérialistes en tant que « schéma de transition, à travers lequel les pays se libèrent comme nations et les classes exploitées rompent le cycle de leur exploitation » [Murillo, 1976, p. 11].

  • 6 « Non moins significative, pour confirmer l’anticipation apriste, a été la nouvelle direction prise (...)
  • 7 « … un unionisme scientifique’’ fondé sur une réalité économique, une politique anti-impérialiste, (...)
  • 8 « Au schéma primordial de Víctor Raúl, il faudrait ajouter la perspicacité d’Antenor Orrego qui for (...)
  • 9 « Nous autres, les apristes, nous avons su résister sans nous laisser intimider, sans demande de fa (...)
  • 10 « L’aprisme est une école d’éducation de la volonté, et un grand redresseur pour les individus inco (...)

7Introduit par Towsend dans sa préface au livre de Murillo comme « le premier penseur politique d’Amérique latine qui formula une interprétation philosophique du continent » [Murillo, 1976, p. 9], Haya de la Torre personnifiait la puissance d’anticipation d’un mouvement politique qui avait devancé de plusieurs années l’orientation idéologique prise par la social‑démocratie européenne6. Se basant sur les travaux de Haya concernant l’unité économique du continent, Townsend voyait en Haya le pionnier de l’idée d’intégration régionale. Il le décrivait en père d’un « unionisme scientifique »7 qui avait défendu, bien avant les autres, la nécessité d’une intégration économique et politique pour l’Amérique latine afin de se prémunir contre la menace impérialiste. Faisant appel à la précocité de la pensée d’un autre apriste, le philosophe Antenor Orrego, il concluait sur le caractère singulier de l’aprisme en montrant que le terme de « peuple continent » utilisé par Orrego en 1939 était antérieur aux analyses du CEPAL des années 1950 sur les perspectives en Amérique latine8. Cette prétention à l’unicité véhiculait aussi l’idée que le PAP demeurait le seul parti politique péruvien avec un esprit de sacrifice né de la dimension héroïque des luttes passées9. Ce courage exprimait les qualités morales10 et physiques qui caractérisaient les apristes prouvant une virilité à toute épreuve qui contrastait avec « le côté efféminé, l’inconstance et la mollesse des autres Péruviens » [Haya de la Torre, 1977].

8La singularité de l’aprisme, telle qu’elle était exposée par l’historiographie apriste, marquait la volonté d’exalter un passé qui en faisait la spécificité. Transmettant l’originalité doctrinaire de ses fondateurs, les apristes reprenaient une vieille formulation qui demeure encore de nos jours l’un des symboles du parti : « Apriste, sois orgueilleux de ton parti ». Ils rendaient ainsi leur passé plus accessible puisqu’il était porteur de réalités palpables. Conçue à la base comme devoir, cette volonté de se faire respecter traduisait l’une des caractéristiques majeures de l’aprisme : sa nécessité de cultiver son image sociale. Né de la pensée philosophique d’Haya de la Torre, négateur et continuateur de Marx pour Townsend, ce choix de répéter sans cesse l’originalité de l’aprisme prouvait que le parti possédait une légitimité historique. Cette légitimité lui conférait en effet un statut et une place de choix dans l’histoire péruvienne et latino-américaine en raison de ses réalisations. C’est pourquoi les apristes développèrent avec autant de zèle le bilan politique et historique de leur Jefe.

La recherche d’une assise populaire durable pour la figure d’Haya de la Torre

9Dans un parti structuré et dépositaire d’une longue histoire comme le PAP, la légitimité de Haya passait par une exposition de ses victoires sociales. Il s’agissait de démontrer qu’il avait toujours suivi la ligne sociale du parti et qu’il était « le véritable disciple de ses grands ancêtres » [Ansart, 1983, p. 126] alors que ses adversaires s’étaient écartés de cette ligne. Cette construction cherchait à souder l’affectivité collective autour d’un construit historiographique qui aspirait à « redonner à chacun le sentiment de faire partie d’une histoire légitime » [Ansart, 1983, p. 126]. Dans ce but Haya de la Torre évoquait son passé d’acteur dans des luttes sociales sous la forme de témoignages descriptifs proches de l’histoire romancée « qu’un sujet se donne à lui-même et qui soutient les identifications et les exclusions » [Ansart, 1983, p. 126]. La victoire sociale obtenue par les ouvriers de Lima (1918-1919), qui réussirent à faire imposer la journée de travail de huit heures, servait ainsi de préhistoire du mouvement apriste. Elle apparaissait comme les origines de son caractère revendicatif en matière de droits sociaux et d’amélioration de la condition ouvrière. Quant à la mise en valeur du pouvoir de commandement de Haya de la Torre persistant à travers le temps, elle poursuivait la volonté de renouveler le culte du fondateur de l’APRA en créant un lien direct entre les adhérents apristes et leur chef.

10Dans cette hiérarchisation de l’organigramme apriste, l’illustration de la condition d’Haya de la Torre en appelait à la sensibilité des lecteurs et cherchait à susciter un attachement intense. Ce discours le présentait comme un guide suprême qui ne jouissait pas « du plaisir d’exercer son pouvoir, ni même de la satisfaction d’être reconnu pour sa compétence, mais du plaisir d’incarner l’idéal des adhérents et d’être aimé à ce titre. » [Ansart, 1983, p. 117].

La mythification de la victoire lors de la lutte pour la journée de huit heures

  • 11 Ces deux haciendas se situent au nord de la ville de Trujillo et, à l’époque, elles étaient la poss (...)

11Les revendications ouvrières au Pérou pour une modification du temps de travail commencèrent à la fin de l’année 1918. Mais, selon Percy Murillo, ces revendications sociales eurent leur origine en 1905 dans les propositions formulées par la Fédération des Boulangers à travers son programme d’inspiration « Gonzalez Pradiste », et dans les positions du Groupe du Nord auquel, dans les années 1910, avait participé activement Haya de la Torre dans sa ville natale : « On ne peut oublier le rôle qu’il joua dans les luttes sociales de cette région sucrière » [Murillo, 1976, p. 28]. Selon Percy Murillo, ce groupe de lettrés de Trujillo où « l’on trouvait les noms de César Vallejo, Alcides Spelucin, Francisco Xandoval, Macedonio de la Torre, José Eulogio Garrido, Oscar Imaña, Eloy Espinoza, Juan Espejo Asturriaga et Federico Esquerre » [Murillo, 1976, p. 28] avait été l’organe précurseur des idées avant‑gardistes en matière de législation sociale, ce qui s’expliquait par son positionnement en faveur des réclamations des travailleurs des haciendas sucrières des vallées de Chicama et de Santa Catalina11.

  • 12 « Mes deux compagnons de délégation Bueno et Quesada revinrent agités en rapportant la nouvelle que (...)
  • 13 « Venez tous, camarades de combat, car aujourd’hui commence l’enseignement de la liberté, qui flott (...)
  • 14 Ibid.
  • 15 Ibid.

12Dans les Œuvres complètes de Haya de la Torre, la participation à ces événements apparaissait encore plus nettement. Recueil d’articles sur différents thèmes sociopolitiques, cet écrit présentait le passé combattant du fondateur de l’APRA en revenant sur sa renommée parmi les ouvriers et sur ses liens d’amitiés noués avec des figures contestataires péruviennes du début du xxe siècle. Les compilateurs de ce livre cherchaient à montrer que ces liens avaient été très étroits. Dans une de ses publications à ce sujet, Haya de la Torre indiquait par exemple que ces amitiés lui avaient permis de participer aux manifestations où il s’était illustré comme l’un des meneurs. Prolongeant la démarche explicative entamée par Murillo, il livrait son témoignage de combattant actif durant les journées les plus dures du mouvement gréviste. Il y détaillait sa participation aux événements dans un texte intitulé « Jornada de las 8 horas » (La journée de huit heures), préalablement publié en 1941 dans la revue clandestine du Parti Apriste, Lecturas Obreras (Lectures Ouvrières). Il soulignait surtout son rôle dans la victoire des revendications des ouvriers soutenus par une partie des étudiants de San Marcos. Haya de la Torre utilisait une rhétorique fortement empreinte de connotations dramatiques, voire d’une théâtralité dont il était à la fois le héros et le narrateur. Cette dramatisation formulait chronologiquement tous les éléments exprimant la montée de la tension ou de la menace des forces de l’ordre12. Elle illustrait la communion populaire entre ouvriers et étudiants, la transformant en un cri national de révolte et en l’expression du Peuple légitimement en lutte. Les ouvriers y brillaient par leur force et leur courage, manifestant par la vigueur de leur hymne13 leur volonté de mener un combat proportionnel à l’enjeu. Parallèlement, Haya de la Torre cultivait son image de garant de la justice sociale en revenant sur les dialogues secrets échangés durant la manifestation même avec les forces de l’ordre. Il s’y montrait ostensiblement en position de force permanente face au commandant chargé de contenir les manifestants, lui répondant « sur le même ton »14 et lui rappelant qu’il « commettrait un crime »15 s’il envisageait de tirer sur la foule. L’inclusion de ces dialogues lui permettait ainsi de prouver sa puissance de commandement et sa virilité.

  • 16 « Le commandant me parlait depuis son cheval imposant ; moi je lui répondais sur le même ton. Cepen (...)

13Ces dialogues l’aidaient à personnifier le combat16. Ils illustraient sa capacité à manœuvrer des foules en colère exposées à la violence policière et sa force face à des anarchistes qui cherchaient l’affrontement avec les forces de l’ordre. Ce récit le transformait en interlocuteur légitime des autorités policières, et surtout en incarnation d’une résistance combative et courageuse, malgré le danger du face à face avec la police :

« Minuit passé, je me suis dirigé vers le coin de la rue du centre où se trouvaient le commandant Gomez et un groupe de militaires. Je leur dis que tout était prêt.

–[ Police] Et ceux qui présidaient l’assemblée où sont-ils ?

–[ Haya] Celui qui présidait l’assemblée au moment de sa dissolution c’était moi et je suis là.

–[ Police] J’avais besoin d’ouvriers et vous m’avez trompé, je vais vous arrêter !

–[ Haya] Je vous avais dit de faire ce que vous vouliez, et vous ne me faites pas peur.

– [Police] Pourquoi vous criez ?

– [Haya] Parce que vous criez !

– [Police] Moi, vous ne me m’agressez pas.

– [Haya] Ni vous, moi ! » [Haya de la Torre, 1977, p. 230].

14L’exposition du dialogue cité ci-dessus mettait en lumière sa capacité à se hisser en tant qu’incarnation de la souveraineté populaire. Quant au tableau de la victoire finale, il exposait les instants décisifs de façon encore plus symbolique, citant clairement l’acquiescement du gouvernement et précisant que tout se passa à « cinq heures dix minutes de l’après-midi du 15 janvier 1919 » et que « la voiture du Ministre du Travail s’arrêta devant le local de la Fédération des Étudiants, au Palais de l’Exposition » [Haya de la Torre, 1977, p. 236]. Cette illustration de sa détermination irréductible cherchait à déplacer le combat social sur sa personne. Voilà pourquoi Haya racontait cet événement en ne retenant que l’instant où il avait reçu le texte de loi et que « convaincu que c’était le même sur lequel on s’était accordé avec le ministre » [Haya de la Torre, 1977, p. 236], il prit la parole pour annoncer la bonne nouvelle. Il notait à cette occasion le caractère esthétique de la victoire en montrant un peuple quasiment en délire après qu’ait été prononcée cette modification du code du travail : « Les manifestations de joie durèrent plus d’une demi-heure » [Haya de la Torre, 1977, p. 236]. Il donnait simultanément un caractère fondateur à cette conquête sociale en la transposant en un acte fondateur des organisations syndicales péruviennes structurées :

« Vingt-quatre heures après les manifestations, les dirigeants des syndicats ouvriers du textile se réunissaient au local de la Fédération des Étudiants au Palais de l’Exposition afin de commémorer la victoire de la journée de huit heures. Je les invitai à constituer la Fédération des Travailleurs Textiles du Pérou. Je rédigeai l’acte et la plus puissante organisation ouvrière du pays fut ainsi fondée dont l’histoire des luttes pour l’amélioration de la classe des travailleurs a 25 ans d’honneur. » [Haya de la Torre, 1977, p. 237].

15Les manifestations ouvrières de 1918-1919 pour un allégement du temps de travail réussirent à obtenir la journée de travail de huit heures pour les ouvriers. Pour Haya de la Torre, ces journées de lutte anticipaient la Réforme universitaire péruvienne et les Universités Populaires Gónzalez Prada. Elles avaient été décidées par sa fermeté, sa capacité à négocier, et à s’imposer face aux dérives potentielles que porte toute manifestation sociale. Ce récit contribuait par conséquent à renforcer sa légitimité, lui conférant un statut de chef inné, intemporel. Cet événement s’inscrivit dans la longue liste des conquêtes attribuées à Haya de la Torre, ce qui nourrit par la suite des discussions autour de son rôle durant ces journées, des controverses qui firent dire, par exemple, à Basadre : « À mon sens, la conquête des huit heures de travail furent des journées uniquement ouvrières » [Basadre, 1981, p. 194].

Le développement d’une culture du chef intemporel

16Les témoignages d’apristes racontaient ce qu’évoquait chez eux le souvenir de leur illustre Jefe. Ils utilisaient un univers culturel partisan extrêmement connoté symboliquement. L’utilisation de cette terminologie revendiquait la persistance dans le temps de ce dernier par une reproduction permanente de caractères vertueux et héroïques. Dans certains cas, cette manifestation de la puissance d’un homme reléguait le décor historique au second plan, rendant ainsi le chef apriste quasi-intemporel, tant les souvenirs étaient strictement centrés sur sa personne. Dans certains témoignages, comme celui du syndicaliste apriste Julio Rocha recueilli par la sociologue péruvienne Imelda Vega Centeno en 1981, l’action politique d’Haya de la Torre devenait l’élément central du récit. Elle était à la source de tout processus politique péruvien et de toute modification dans la vie politique de ce pays. Elle exprimait la convergence de tous les phénomènes politiques d’un temps donné vers sa seule personne.

17Usant d’un style hagiographique, Julio Rocha racontait un passé qui témoignait uniquement des bienfaits du jefe (le chef) et qui ne pouvait être compris sans lui. Rocha défendait sa position en se basant sur sa propre expérience militante commencée en 1922 à la suite d’un discours public d’Haya de la Torre. À la question sur les raisons de sa ferveur envers son chef de parti, il disait qu’elle s’expliquait uniquement par « la sympathie, l’amour et les aspirations qu’il avait envers [eux] tous » [Vega Centeno, 1985, p. 20]. Cette sympathie d’Haya envers son peuple se teintait d’une dimension universelle entretenant toute une liste de vertus qu’on lui attribuait, dont la plus évocatrice demeurait le don de la parole et le poids du verbe [Vega Centeno, p. 21]. Ce témoignage livrait également le souvenir de Haya en tant qu’héritier d’une longue tradition qu’il transforma pour mieux l’utiliser et dont il fut le guide illustre mais parfois incompris. Selon Rocha, sans Haya de la Torre les Péruviens n’auraient pu atteindre le bonheur et la grandeur [Vega Centeno, 1985, p. 22-23]. À cette fin, Julio Rocha transposait l’esprit de sacrifice apriste à la seule conviction de lutter pour l’oeuvre et la personne du Jefe. Cette conviction justifiait, selon lui, l’histoire du parti, son engagement durant toutes les années où Haya de la Torre avait vécu, ainsi que les motivations qui continuaient à habiter le parti.

  • 17 À l’époque, il n’y avait pas au Pérou de second tour pour les élections présidentielles.

18Ce récit demeure très intéressant à maints égards. Tout d’abord, il fut recueilli par Vega Centeno en 1981, soit deux ans après la mort de Haya et un an après la défaite électorale de 1980 qui avait vu le PAP perdre les élections présidentielles. Il fut recueilli après une campagne présidentielle qui avait très fortement divisé le parti. Le PAP était en effet déchiré entre son courant syndical, qui joua un grand rôle social durant la phase de transition politique de 1975-1980, et la position des vieux cadres « aristocratiques » (Luis Alberto Sánchez, Andres Townsend), qui refusaient la poursuite des mesures héritées du vélasquisme. Son courant intellectuel, anti-marxiste et auteur de l’historiographie officielle, avait néanmoins réussi à céder et à accepter la nomination d’Armando Villanueva comme candidat apriste aux élections générales où il perdit avec 24,4 % des voix contre l’ancien Président Belaunde qui remporta les élections avec 45,37 % des voix17. Ce témoignage illustre donc le décalage entre la perception des bases sociales et la réalité politique du PAP en 1981, c’est‑à‑dire au moment même où des luttes intestines divisaient le parti. Nous pouvons ainsi conclure que même si cette organisation se trouvait en pleine crise de succession, elle réussit néanmoins à consolider une mémoire partisane qui demeure encore très active de nos jours.

  • 18 German Arcieniegas, « Recuerdos en torno a Víctor Raúl, (Rome, octobre 1976) », in Haya de la Torre (...)

19Les apristes firent un portrait historique d’Haya de la Torre hautement symbolique. Dans ses OEuvres Complètes, le fondateur de l’APRA apparaissait en permanence comme celui qui montrait le chemin à suivre. Les récits de son passé et les témoignages de sa légitimité formaient un ensemble de mots qui « là où ils s’expriment, éveillent des connotations positives » [Ansart, 1983, p. 70]. Ces mots et l’inclusion de dialogues lui servaient à faire de sa figure historique une force motrice pour le peuple et le héros d’un panthéon séculier. Ils explicitaient des luttes qui remontaient à soixante ans et qui complétaient une vie longue et complexe dont « les trois quarts furent voués au combat, avec tous les risques que cela comporte pour celui qui joue sa vie en pleine aventure »18. Combattant social ou « dynamo en marche » comme le nommait Luis Alberto Sánchez, Haya de la Torre symbolisait pour les apristes l’esprit de sacrifice dont il fallait s’inspirer, jusqu’à se sacrifier pour lui. Car indépendamment de ses réussites et de son esprit, de sa personne et de ses idées, il demeurait pour les militants apristes ce que Julio Rocha résumait en quatre mots : « el jefe, Víctor Raúl ».

Claridad (5/1926)

(Arch. C.E.D.I.N.CI., Fonds Parti Apriste Péruvien)

(Arch. C.E.D.I.N.CI., Fonds Parti Apriste Péruvien)

Le culte du héros

20Le poids de la sphère symbolique a toujours été une constante dans la vie politique. Les dispositifs symboliques, les pratiques codées conduites selon un rituel et les constructions imaginaires sont des éléments qui ont toujours prévalu. La fonction sociale du héros a toujours structuré la scénographie politique, la production des discours politiques et les démarches de politisation. L’univers symbolique autour de Haya de la Torre réussit à se maintenir au sein du PAP grâce aux capitaux de ses proches mais également grâce aux difficultés rencontrées depuis la fondation du parti. Cette figure qui régnait sur le parti ne pouvait en effet se prévaloir d’un travail de mythification héroïque. La lecture imaginaire permettait de redonner vie à une intelligibilité perdue et éteinte depuis le coup d’État militaire de 1968. Elle cherchait ainsi à écrire l’histoire d’un homme affaibli par les critiques des militaires et de la Gauche péruvienne. Grâce au passage de l’ombre à la lumière, une narration sur le temps historique de Haya symbolisait les aspirations passées, présentes et futures de l’aprisme, et en hiérarchisait les luttes. Cette lecture de la vie du caudillo transformait un passé méconnu en un ordre immanent. Elle préfigurait un nouveau cadre par l’utilisation d’un imaginaire fournissant de nouveaux éléments de compréhension et d’adhésion, rendant ainsi à Haya de la Torre sa place de premier ordre dans le coeur des apristes.

  • 19 Sánchez, 1979, p. 25.
  • 20 Ibid., p. 25

21Transformant un passé rompu par une participation au pouvoir législatif perçue comme une trahison, Luis Alberto Sánchez transposait l’image d’un homme redevenue lisible grâce à son vécu. Son récit reprenait tous les éléments se rattachant au chef apriste et en faisait une projection d’un Idéal. Son but était de transformer un homme politique en déclin en un objet de culte et de vénération. Présentation idéalisée du fondateur de l’APRA, ce discours retraçait un parcours en personnifiant une force quasi surnaturelle. Haya de la Torre prenait alors successivement le visage du sauveur dans des faits anodins de sa vie antérieure à l’action politique. Son enfance permettait notamment de créer une sorte de déterminisme autour de sa personne. Chaque élément de son enfance et de sa jeunesse préfigurait le statut de chef qui allait être le sien dix, voire vingt années, plus tard. Nourri de traits prophétiques, le récit de l’enfance d’un chef incluait tout d’abord les premiers pas de Haya sur le terrain social. Chacune des grandes périodes menant à la vie adulte était par conséquent décrite dans un rapport étroit avec les thématiques sociales apristes. La naissance de Haya de la Torre symbolisait par exemple un commencement qui s’était exprimé lors de la venue au monde d’un bébé dont les parents avaient présagé le futur politique en annonçant peu de temps avant la naissance : « Si c’est un garçon, il sera un révolutionnaire »19. Cette prophétie était d’autant plus symbolique, selon Sánchez, que la naissance du bébé avait eu lieu dans « une atmosphère chargée de présages funestes », fruit d’une « révolution qui avançait à travers tous les sentiers de la sierra péruvienne »20.

  • 21 « Dans leurs jours de divertissement, Víctor Raúl et Cucho partaient en excursion avec leur cousin (...)
  • 22 « Le groupe se consacrait à l’élevage de vers de terre et d’abeilles. Ils observaient comment les r (...)

22Cette présentation produisait un discours aux caractéristiques liées à la justice sociale sous couvert d’anecdotes autour de l’enfance21, des jeux22 et des rapports amicaux de l’enfant Haya. Elle dessinait une juxtaposition quasi immanente entre un homme et la politique. L’auteur montrait en ce sens un enfant hors norme qui n’hésitait pas à prendre la parole en public, y compris lors de situations profondément pénibles pour tous. Luis Alberto Sánchez raconte par exemple qu’après la mort d’un camarade de classe, Haya prit la parole pour faire un éloge funèbre remarqué :

  • 23 Sánchez, 1979, p. 36.

« Il avait déjà une voix éloquente, les professeurs et élèves le désignèrent pour prononcer un discours nécrologique sur la tombe de Espinoza. Les yeux humides, mais la voix pleine, Víctor Raúl fit l’adieu au camarade définitivement parti23. »

Ces descriptions cherchaient de ce fait à légitimer la construction progressive du héros en donnant à toutes ses actions une connotation politique et sociale. Cet éveil politique traduisait par exemple l’indissociabilité existante depuis toujours entre la personne de Haya et le combat politique désintéressé pour autrui :

« Nous étions en septembre 1908. Les élèves du Séminaire de Trujillo réalisaient une excursion. À quatre heures de l’après-midi, Víctor Raúl demanda la permission de rentrer en ville.

– Pourquoi es-tu si pressé ? – lui demanda son professeur de français, P. Biand.

– Car les nouvelles du changement de gouvernement doivent être arrivées de Lima.

– Et toi, qu’as-tu à voir avec la politique, petit ?

– Oh ! répondit Víctor Raúl – Moi je m’intéresse beaucoup à la politique.

  • 24 Ibid., p. 37.

– Ce garçon fera parler de lui – commenta Briand, en regardant le petit Haya de la Torre alors âgé de treize ans24. »

Il décrivait ainsi un jeune homme précoce, impatient, mais déjà pleinement disposé à servir son peuple et à se battre en son nom pour des valeurs : justice sociale, égalités entre les peuples, etc.

  • 25 « Sa figure haute et menue se fit incontournable dans les amphithéâtres de San Marcos. Il était une (...)
  • 26 Ibid., p. 39.
  • 27 « Macedonio était fatigué comme d’habitude, avant tout le monde, car il était maigre et fragile. Ví (...)
  • 28 « Quand il riait, il montrait des dents de travers, se battant les unes contre les autres pour obte (...)
  • 29 Sánchez, 1969, p. 49.
  • 30 « Haya de la Torre était le neveu de don Agustín de la Torre-Gónzalez, le vice-président de Leguía (...)

23Conscient du poids de la force physique dans l’imaginaire collectif des partisans apristes, Luis Alberto Sánchez cherchait en permanence à créer une corrélation entre le jeune Haya et des valeurs liées au sport. Pour ce faire, il présentait Haya de la Torre25 comme une sorte d’Hercule, très proche des valeurs de camaraderie et de discipline qu’exaltaient certains sports. Son récit soulignait qu’Haya avait fondé avec son cousin Agustín « un club sportif, le Jorge Chávez, où ils organisaient les futurs championnats régionaux »26. Enfant doué, rapide27, dynamique, ses qualités physiques étaient présentées comme les signes précurseurs d’une force d’esprit et de caractère qui le guidait depuis ses débuts en politique. De longs passages concernant son physique28 peignaient un homme vigoureux et viril. C’était là le signe d’un étudiant intègre et charismatique. Cette capacité à imposer sa force de persuasion et son goût pour relever les défis préfiguraient la force d’un esprit guerrier puissant qui « dans les instants les plus difficiles, lorsque les esprits s’échauffaient après un but refusé, le sourire franc et optimiste de Víctor Raúl apaisait les esprits, et ramenait au calme des esprits prêts à en découdre »29. Il s’agissait par conséquent de cultiver la mémoire d’un homme droit et honnête30, afin qu’il devînt le reflet vivant de toutes les valeurs personnelles indispensables à un homme politique. La figure de Haya de la Torre était tantôt célébrée, tantôt mythifiée dans une perspective émotive à forte portée sociopolitique. La représentation de l’enfance d’un chef mettait en avant les qualités de direction du leader apriste et, par conséquent, du PAP. C’est pourquoi Luis Alberto Sánchez mettait autant de vigueur dans le récit autour de sa force de commandement.

La figure de caudillo

24Le leadership a toujours donné lieu à de multiples interprétations sur sa nature et ses liens avec le corps social. Or cette définition semble très bien convenir à la tradition apriste, où les discours n’ont cessé d’exhiber l’image d’un parti proche de la population avec un chef identifié au peuple comme un « homme de la rue ». Les Mémoires de Luis Alberto Sánchez poursuivirent cette construction d’un imaginaire politique hégémonique. Elles le structurèrent plus encore par le recours à de nouvelles formes d’expression du pouvoir de Haya de la Torre. Elles réaffirmèrent en effet ses compétences politiques et son pouvoir de commandement inégalé. L’utilisation d’anecdotes, de souvenirs fortement imprégnés de spiritualisme et de symbolisme jouait un rôle déterminant pour faire connaître les compétences du leader apriste. Revenant ponctuellement sur les premières activités politiques de ce dernier, le récit imposait l’idée d’une autorité naturelle chez Haya de la Torre. Tenue à l’intérieur d’étroites limites historiques, cette démonstration visait à transformer un exercice ponctuel du pouvoir en une manifestation de puissance, et de ce fait, à légitimer son autorité.

25Cette utilisation du passé politique du jeune Haya montrait un jeune homme possédant toutes les capacités pour commander et se faire obéir. Illustrant cette vocation à diriger par l’anecdote sur son choix d’orientation professionnelle, le récit de Luis Alberto Sánchez revenait longuement sur les qualités et le parcours d’un jeune hors normes :

« Je ne serai pas un simple huissier, mais un avocat. Je défendrai les causes justes !

- Alors tu mourras de faim – répliqua Agustín.

  • 31 Ibid., p. 40

- Cela m’importe peu, mais je ne serai pas un petit huissier31. »

  • 32 « Les discussions avec les ouvriers lui ouvrirent de nouveaux horizons. Des braves travailleurs de (...)
  • 33 « À Trujillo, Víctor Raúl entra à l’Université de la Libertad. Dans son désir de réunion et de coop (...)

26Ce portrait de Haya insistait également sur sa sensibilité et son inquiétude pour les problèmes sociaux de son pays et du continent latino-américain32. Sánchez illustrait d’ailleurs cette inquiétude en montrant la portée revendicative du jeune étudiant Haya de la Torre au sein d’un univers fermé comme l’université péruvienne du début du xxe siècle33. Il soulignait également le passé combatif de Haua dans sa ville d’origine (Trujillo) en indiquant qu’il luttait à chaque occasion à côté des ouvriers et des premières victimes du fléau impérialiste.

27Discours simple et précis, la description du pouvoir de commandement de Haya de la Torre transmettait la vision d’un homme faisant siennes les valeurs communes. Cette proximité avec des vérités établies était exposée en tant que vecteur de politisation autour de sa personne, tant elle intégrait des idées propres au champ militant apriste. La force de ce message résidait dans sa capacité à revendiquer sa proximité avec le peuple tout en créant la mythologie d’une figure supra-sociale. Sensible à la douleur des ouvriers de Trujillo, son enfance traduisait sa force de caractère et la conviction de ses idéaux. Scénographie dynamique, ce récit remplissait les esprits des militants apristes d’images et de symboles d’une forte puissante symbolique. Loin de rester dans la simple sphère commémoratrice, L. A. Sánchez augmentait le poids symbolique de Haya de la Torre en le qualifiant de victime, se tournait vers la construction d’un passé de laissé pour compte, transférant sur sa personne la mémoire de victime du parti.

Notes

1 Germán Arcieniegas, « Recuerdos en torno a Víctor Raúl, (Rome, octobre 1976) », in Haya de la Torre, 1977, p. 19.

2 « Nous étions tous des camarades : on se tenait main dans la main, et on projetait une internationale latino-américaine, ce qui fut la base de la fondation de l’APRA. » Idem.

3 « Marx et le marxisme étaient très peu connus par notre génération protagoniste de la Réforme universitaire entamée en 1918 à l’Université de Córdoba. » Ibid., p. 125.

4 « Elle marque le début de la fin du médiévisme intellectuel. Il n’aurait point été erroné d’affirmer que les universités étaient les vice-royautés d’un esprit vaincu par le mouvement libertaire de la jeunesse. » Ibid., p. 126.

5 « D’elles surgirent des hommes qui rejoignirent la droite comme la gauche. Au Chili, à Cuba, comme en Argentine et au Pérou, la Réforme est le baptême de sang de beaucoup de leaders révolutionnaires, sauf quand, dès le départ, des hommes prirent des postures de néo-chevaliers réactionnaires. » Ibid., p. 120.

6 « Non moins significative, pour confirmer l’anticipation apriste, a été la nouvelle direction prise par la social‑démocratie européenne de l’après Seconde Guerre mondiale. En particulier lorsque lors du Congrès de Frankfort et du Programme de Bad-Godesberg, les partis socialistes européens se définissent comme partis du peuple et cessent d’être des partis de classes, comme ils l’avaient été depuis leur fondation. », André Townsend, « Préface », in Murillo, 1976, p. 10.

7 « … un unionisme scientifique’’ fondé sur une réalité économique, une politique anti-impérialiste, et un dénominateur commun démocratique, sont les apports de l’aprisme. » Ibid., Murillo, 1976, p. 11.

8 « Au schéma primordial de Víctor Raúl, il faudrait ajouter la perspicacité d’Antenor Orrego qui forgea le terme majeur de peuple-continent. Dans le livre de 1939 qui porte ce nom, Orrego découvrit, quatorze ans avant le CEPAL, un terme qui disait que, à peine fini le processus de désintégration, commencerait en Amérique latine, un processus corrélatif d’intégration. » Ibid., p. 11.

9 « Nous autres, les apristes, nous avons su résister sans nous laisser intimider, sans demande de faveur, sans nous plaindre, nous sommes les seuls qui, par notre entourage, donnons un démenti à ces affirmations. » Haya de la Torre, 1977.

10 « L’aprisme est une école d’éducation de la volonté, et un grand redresseur pour les individus inconsistants. » Ibid., 1977. réalités palpables. Conçue à la base comme devoir, cette volonté de se faire respecter traduisait l’une des caractéristiques majeures de l’aprisme : sa nécessité de cultiver son image sociale. Né de la pensée philosophique d’Haya de la Torre, négateur et continuateur de Marx pour Townsend, ce choix de répéter sans cesse l’originalité de l’aprisme prouvait que le parti possédait une légitimité historique. Cette légitimité lui conférait en effet un statut et une place de choix dans l’histoire péruvienne et latino-américaine en raison de ses réalisations. C’est pourquoi les apristes développèrent avec autant de zèle le bilan politique et historique de leur Jefe.

11 Ces deux haciendas se situent au nord de la ville de Trujillo et, à l’époque, elles étaient la possession de la famille péruvienne d’origine allemande Gildemeister.

12 « Mes deux compagnons de délégation Bueno et Quesada revinrent agités en rapportant la nouvelle que la troupe était en train de placer des fusils-mitrailleurs le long du parc correspondant à l’Institut d’Hygiène et que, le commandant en charge, le lieutenant-colonel Juan Carlos Gómez, envoyait la notification péremptoire à l’assemblée pour qu’elle lève la grève générale. », Haya de la Torre, 1977, p. 230.

13 « Venez tous, camarades de combat, car aujourd’hui commence l’enseignement de la liberté, qui flotte au soleil de l’avenir. » Ibid., p. 230.

14 Ibid.

15 Ibid.

16 « Le commandant me parlait depuis son cheval imposant ; moi je lui répondais sur le même ton. Cependant, lorsque je lui dis : consultez vos supérieurs et vous verrez qu’il y a d’autres manières de gérer l’affaire et vous commettrez un crime si vous tirez sur les ouvriers, je vis que mes paroles avaient produit un certain effet. »Ibid.

17 À l’époque, il n’y avait pas au Pérou de second tour pour les élections présidentielles.

18 German Arcieniegas, « Recuerdos en torno a Víctor Raúl, (Rome, octobre 1976) », in Haya de la Torre, 1977, p. 17.

19 Sánchez, 1979, p. 25.

20 Ibid., p. 25

21 « Dans leurs jours de divertissement, Víctor Raúl et Cucho partaient en excursion avec leur cousin Macedonio, et Gónzalez Obergoso. Ils escaladaient des collines, jouaient à revivre des scènes incaïques, revisitant l’histoire du Pérou. » Ibid., p. 35.

22 « Le groupe se consacrait à l’élevage de vers de terre et d’abeilles. Ils observaient comment les ruches formaient des républiques ordonnées et discrètes, et comment les vers de terre faisaient preuve de formes d’abnégation et de travail incroyables. » Ibid., p. 36.

23 Sánchez, 1979, p. 36.

24 Ibid., p. 37.

25 « Sa figure haute et menue se fit incontournable dans les amphithéâtres de San Marcos. Il était une dynamo en marche. » Ibid., p. 39.

26 Ibid., p. 39.

27 « Macedonio était fatigué comme d’habitude, avant tout le monde, car il était maigre et fragile. Víctor Raúl et les Gónzalez Orbergoso rivalisaient au contraire en athlétisme. » Ibid., p. 39.

28 « Quand il riait, il montrait des dents de travers, se battant les unes contre les autres pour obtenir la meilleure place : dentition exemplaire d’un mouvement social en marche », Ibid., p. 39.

29 Sánchez, 1969, p. 49.

30 « Haya de la Torre était le neveu de don Agustín de la Torre-Gónzalez, le vice-président de Leguía durant son gouvernement de 1908 à 1912, et de don Agustín Ganoza, le vice-président en service durant celui de 1919 à 1923. Par conséquent, il disposait des moyens pour profiter d’avantages et de cadeaux, ce qu’il ne fit jamais. Son refus de toutes ces faveurs ne faisait aucun doute. » Ibid., p. 316.

31 Ibid., p. 40

32 « Les discussions avec les ouvriers lui ouvrirent de nouveaux horizons. Des braves travailleurs de Cartavio, de Laredo, de Chiclín, évoquaient les injustices patronales. Chacun avait une offense subie à partager. » Ibid., p. 36.

33 « À Trujillo, Víctor Raúl entra à l’Université de la Libertad. Dans son désir de réunion et de coopération, il créa le Centre Universitaire, qui l’élut d’abord comme secrétaire, puis comme vice-président. » Ibid., p. 40.

Table des illustrations

Titre (Arch. C.E.D.I.N.CI., Fonds Parti Apriste Péruvien)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2624/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable