Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Troisième partie. La consolidation du discours apologétique sur les origines (1976-1980)

Chapitre v. L’heure du bilan et du changement

Texte intégral

  • 1 « Dans ces pages, nous nous proposons d’éclaircir les relations existantes entre les deux instituti (...)
  • 2 « Nous voulons démontrer en outre, que l’agressivité et l’esprit belliqueux que montra l’APRA, à pe (...)
  • 3 Haya de la Torre, 1977, p. 15.
  • 4 Nous la génération de Víctor Raúl, qui est aussi la mienne avec l’espérance au coeur. », German Arc (...)

1La publication du recueil des principaux écrits de Haya de la Torre intervint alors que le pays entrait dans une nouvelle phase politique. Le chef du PAP, quant à lui, revenait en force sur le devant de la scène politique péruvienne. En 1978, sa figure redevint très populaire grâce à son rôle de chef de l’Assemblée Constituante. Par ailleurs, les divers ouvrages historiques sur les origines du parti s’étaient très bien vendus. Édité alors que son auteur atteignait les 90 ans, le livre Obras Completas prolongeait un vaste travail historiographique sur le parti commencé en 1975 par l’entreprise de démystification menée par le militant apriste et colonel de l’armée péruvienne, Víctor Villanueva, dans le premier tome de son livre El Apra en busca del poder, 1930-1940 (L’APRA en quête du pouvoir 1930‑1940)1. Villanueva avait en effet publié un ouvrage cherchant à contrer les préjugés sur la violence apriste et de l’implication d’Haya de la Torre dans les événements de Trujillo de 19312. Il y reprenait une tradition où se mêlaient parallèlement les contraintes de l’histoire péruvienne et la volonté politique de transmettre l’état d’esprit de quatre générations de militants défendant « un idéal supérieur : celui de la pleine liberté et de la justice sociale »3. Ce besoin d’écrire et de transmettre l’histoire du parti les principales figures intellectuelles apristes. Conscients de leur âge avancé et de la légitimité de leur parole qui était l’expression ultime d’une génération4, ils livrèrent un témoignage sur l’évolution du parti. Ils montrèrent ainsi l’importance de la biographie de Haya de la Torre dans la consolidation d’une mémoire en insistant sur son parcours personnel. Ils voyaient dans la synthèse des écrits de leur leader, le meilleur témoignage de sa vie politique. Ils encouragèrent donc la lecture et la diffusion du livre parmi les cercles apristes.

  • 5 Murillo, 1976, p. 5.
  • 6 Ibid., p. 9.
  • 7 Ibid., p. 10.
  • 8 « Ce fut considéré comme si nouveau dans le monde, qu’il n’y eut ni revues, ni livres, ni conférenc (...)

2Tous les dirigeants apristes défendaient la grandeur de l’aprisme dont la portée était telle, selon Andrés Townsend, qu’elle avait frappé des écrivains nord-américains. À ce titre elle était lue par le professeur anglais et grand commentateur de Marx, G.D.H Cole, comme « la plus notable contribution à la formulation d’un mouvement social de gauche vraiment latino-américain »5. Dans la préface du livre de Percy Murillo, Historia del APRA 1919-1945, le dirigeant Andrés Townsend élevait d’ailleurs le caractère novateur de l’aprisme au rang « d’interprétation philosophique de l’histoire du continent »6. Cela lui permettait de renforcer son idée qu’Haya de la Torre « nia et continua dialectiquement le marxisme grâce à sa théorie de l’espace et du temps »7. Élevée à hauteur de Marx, la pensée de Haya de la Torre était introduite comme l’expression même de la singularité et de l’indépendance de la pensée latino-américaine. Elle portait les germes du renouveau, car elle était de nature latino‑américaine. Pour le membre du Parti Libéral Colombien et compagnon de route du PAP depuis les années 1950, Germán Arciniegas [Iglesias, 2011], cette pensée représentait une nouveauté pour le continent latino-américain. Pour Arciniegas, celle-ci était si singulière que l’on pouvait estimer qu’il n’y avait jamais eu avant un mode d’expression aussi fondateur pour la pensée politique latino-américaine8.

  • 9 Hermet emprunte ce concept à Max Weber, pour qui il signifiait la formation d’espaces sociaux et id (...)

3Publiés et commercialisés à différentes dates, ces ouvrages cherchaient à dépasser la simple routine électoraliste, et ambitionnaient de convaincre les apristes déçus grâce à la mise en valeur du passé glorieux et combatif de l’APRA et d’Haya de la Torre. Ils s’appliquaient à réintroduire dans un débat interne des thèmes écartés par la junte militaire et éclipsés par l’accélération des réformes qui éliminèrent définitivement le système oligarchique. De surcroît, ils renforçaient l’image liée aux réussites et au parcours de son chef. Confronté à la nécessité de se repenser dans un cadre nouveau, le PAP opta pour la reconquête de son électorat traditionnel. Il fit à nouveau le pari de l’élaboration discursive en plaçant le « peuple apriste » au rang de peuple de substitution. Il s’agissait de proposer un discours qui puisse peser sur les militants et sympathisants par un « mécanisme de sociation »9 destiné à accentuer la singularité des apristes. Ces différents livres revinrent pour ce faire sur le passé du PAP, sur les qualités sociales de l’aprisme et finalement sur tous les éléments capables de créer un consensus hégémonique [Laclau, 2005].

  • 10 Girardet, 1986, p. 181.

4Face à l’inconnu qu’offrait une situation politique de plus en plus instable, cette lecture du passé du PAP s’édifiait sur les débris des croyances mortes (échec des mesures économiques et sociales du vélasquisme censées apporter la prospérité au pays) et fournissaient de nouveaux éléments de compréhension du passé et d’adhésion à l’idée de progrès. Cet imaginaire mythique jouait un rôle explicatif pour d’anciens et de nouveaux militants en manque de repères en leur permettant de « se réarmer dans un présent reconquis, de reprendre pied dans un monde redevenu cohérent, redevenu en effet clairement lisible »10. L’enjeu était d’autant plus grand que la situation politique nationale s’était dégradée à partir de 1975, ce qui avait contraint la junte de Morales Bermúdez à convoquer la tenue d’une Assemblée Constituante et à mettre en place un processus de transition démocratique. Le processus de conquête du pouvoir par les apristes fut interrompu le 2 août 1979 par la mort de Víctor Raúl Haya de la Torre des suites d’un cancer aux poumons foudroyant. Le rêve de voir un jour, el Jefe (le chef ) s’asseoir au Palais de Pizarro (Palais Présidentiel péruvien) s’évanouit subitement. Néanmoins, le travail de publication de témoignages et de production historiographique se poursuivit avec encore plus de vigueur. Cette construction permit de consolider la mémoire autour de celui dont « les restes reposent au cimetière Miraflores de sa ville natale, sous une stèle qui porte comme épitaphe : « Aquí nace la luz » (« Ici naît la lumière »).

Le temps de la restructuration dans un pays en crise (1975-1980)

  • 11 « Le 3 octobre, nous avons fêté le 10e anniversaire du début du processus révolutionnaire mené par (...)

5La mort de Juan Velasco Alvarado en 1975 eut pour première conséquence le recul politique des partisans des réformes au sein du gouvernement militaire. La nouvelle junte présidée par Morales Bermúdez décida de tourner le dos à l’idéologie en place. Elle fut rapidement identifiée par les fidèles du régime11 et par la population à la fin de la Révolution péruvienne. Malgré des déclarations officielles, cet abandon d’une politique de réformes structurelles profondes se traduisit par un retour au réalisme. Cela témoignait d’une volonté de faire repartir une économie complètement paralysée en raison de l’échec des réformes menées pendant sept ans. Il s’agissait en réalité de relancer la moyenne et la petite industrie, ainsi que de freiner l’opposition croissante des couches moyennes de la société contestant la nature autoritaire du régime.

  • 12 Système National d’Appui à la Mobilisation Sociale.
  • 13 Velasco Alvarado, 1973, p. 231.

6Ce changement de cap intervint alors que le pays connaissait une montée sensible des forces d’opposition, notamment au niveau syndical en raison du rôle très actif que jouait le PAP dans l’encadrement et la politisation de ces groupes de pression. Cette contestation englobait également les organisations paysannes particulièrement touchées par une situation économique déclinante et qui acceptaient de plus en plus difficilement l’encadrement de la population à travers le SINAMOS12. Les populations rurales supportaient en effet très mal les dispositions gouvernementales de 1971 qui cherchaient à établir des liens directs entre l’ensemble des forces productives et l’État. L’échec de ce système que Velasco défendait lors de son message à la nation du 28 juillet 1972 en affirmant que « sans la participation de tous les Péruviens à l’effort créateur d’un nouvel ordre social, économique et politique dans le pays, celle-ci ne pourrait réaliser tous les objectifs qu’elle s’était tracés »13, se traduisit par une désillusion très grande envers l’État chez les principaux bénéficiaires de la Réforme agraire de 1971. Conçu initialement comme un prolongement étatique de l’idéologie de Sécurité Nationale venue des années 1950, ce programme échoua dans sa tentative d’encadrer et de récupérer les initiatives de mobilisation de la paysannerie andine. Malheureusement pour la junte militaire de Velasco, il fut très mal appliqué car il favorisa l’instauration d’un réseau de clientèles dans le monde rural. La fonction distributive du SINAMOS qui répartissait des aides en fonction de l’attachement au régime fut effectivement détournée, ce qui priva le régime des bases sociales nécessaires à l’instauration de réformes économiques.

7Fragilisés par le rejet progressif de leur tentative d’incorporer les couches populaires défavorisées urbaines et rurales au développement national, les militaires durent se résoudre à ouvrir l’espace public et à prendre des mesures permettant au pays de sortir de la crise. Profitant d’une ouverture du régime, les mouvements d’opposition redoublèrent leurs activités et encouragèrent l’agitation dans les universités, les grèves dans les mines, le secteur bancaire, la pêche, et l’administration municipale. Revenant sur sa position initiale, le gouvernement réagit en juin 1976 en prenant un certain nombre de mesures autoritaires (suspension des droits constitutionnels et fermeture de la presse d’opposition) et économiques (gel des salaires, compression des dépenses publiques, dévaluation de la monnaie, augmentation du prix de l’essence, des transports et de la plupart des biens de consommation). Néanmoins, cette période fut marquée par le début des négociations afin de mettre en place un processus de transition démocratique. Les partis politiques purent par ailleurs récupérer leur légalité, d’où certains, comme le PAP, jouèrent un grand rôle lors de l’Assemblée Constituante convoquée en 1977 par Morales Bermúdez.

Le désengagement politique progressif des forces armées péruviennes

8Affaiblie par les grèves de février 1975 qui traduisaient un mécontentement généralisé devant la détérioration de la situation économique et l’abandon des réformes, l’armée comprit qu’elle ne disposait que d’une légitimité limitée aux yeux de la population. Ces grèves prouvaient l’absence d’une structure d’appui à son action gouvernementale, l’échec du SINAMOS, la radicalisation profonde d’une partie de la société civile, ce qui poussa les militaires à réprimer très durement la gauche et surtout l’extrême gauche. Dès août 1975, ils interdirent la publication de la revue Marka (proche du PC) et ordonnèrent la déportation de personnalités appartenant à toutes les tendances de l’opposition : dirigeants syndicaux, journalistes, politiciens membres du PAP et d’Acción Popular (le parti de l’ancien Président Belaunde Terry, chassé du pouvoir en 1968). Après avoir joué un rôle décisif dans l’instauration d’un régime réformateur, les généraux réformistes péruviens perdirent progressivement du terrain. Les premières contestations éclatèrent en réalité dès 1973 avec la constitution d’un mouvement frondeur au sein de l’armée qui contestait le choix présidentiel de se maintenir au pouvoir au-delà du temps prescrit par les institutions militaires. Le processus qui intervint à partir de 1975 était par conséquent le produit d’une crise systémique qui explique pourquoi les militaires optèrent pour une transition démocratique dès lors qu’ils sentirent que la Révolution péruvienne était devenue un échec à tous les niveaux.

  • 14 « Un entretien avec le président du Pérou », Le Monde, 13/04/1979.
  • 15 « Nous sommes conscients que ce qui est en jeu n’est rien d’autre que le signe et l’orientation de (...)

9L’usure du pouvoir14, parfois démoralisante pour des hommes se pensant comme les dépositaires du changement historique dont Velasco Alvarado ne cessait de rappeler la portée historique lors des allocutions présidentielles15, joua également un rôle important dans la décision de rendre le pouvoir à une classe politique choisie au terme d’un processus électif. Ce revirement militaire s’effectua en raison de la montée en puissance d’un groupe d’officiers militaires connu sous le nom de La Misión (La Mission). Ces derniers entretenaient des liens avec une partie du secteur privé national, particulièrement avec des industriels liés au capital étranger qui ne supportaient plus d’être accusés de tous les maux frappant le pays :

  • 16 Velasco Alvarado, 1973, p. 77.

« Et de tous les péchés commis contre le Pérou et son peuple, aucun n’est aussi douloureux ni aussi honteux que celui de servir les intérêts d’une entreprise étrangère. Nous n’accusons pas les institutions. Nous accusons les hommes qui les dirigèrent. Nous n’accusons pas les partis politiques, ni leurs militants. Nous accusons les dirigeants qui sont les vrais responsables. Ils eurent les rênes de l’État, et ils en furent responsables. La révolution mit fin à cette honteuse situation, qui humilia notre patrie. »16.

  • 17 « La nouvelle loi établit, en premier lieu, le contrôle étatique de l’industrie de base comme une p (...)

10Les industriels en effet n’acceptaient plus un ordre économique qui établissait un contrôle étatique du secteur industriel17. Ce contrôle constituait, selon eux, un frein pour le développement industriel du Pérou. La défense d’intérêts corporatistes renforça la situation d’affrontement interne dans le pays, poussant l’armée à prendre conscience du danger de se maintenir au pouvoir.

11Menacée dans son intégrité, l’armée privilégia la sauvegarde de l’unité interne et introduisit des civils dans l’appareil gouvernemental. En mai 1978, la junte nomma l’économiste Javier Silva Ruete au portefeuille de l’Économie et des Finances avec pour mission d’engager des réformes afin de sortir le pays de la crise. Ce dernier devint populaire en défendant l’idée qu’il fallait assumer le positif et le négatif de la Révolution péruvienne. Sur le plan économique, il prit des mesures économiques plus libérales et fit appel au capital privé national et étranger. Il maintint notamment certaines nationalisations qui lui paraissaient irréversibles. D’un autre côté, la méfiance des militaires vis-à-vis des civils en matière de gestion des affaires courantes du pays les incita à suivre de près le déroulement de la transition démocratique. Celle-ci mit en place un processus démocratique qui fut l’un des plus longs en Amérique latine et que certains auteurs qualifiaient de « transition forcée » ou « incomplète ». Cette longue durée s’expliquait en réalité par la frilosité de la junte à associer la société civile aux processus décisionnels. Les pressions externes contribuèrent également à retarder la décision des militaires. Les demandes formulées par le gouvernement américain par exemple divisaient les officiers entre « duros et blandos » [Bullick, 1999, p. 258] (« durs et mous »). Affaibli sur le plan social, économiquement ruiné, poussé de l’extérieur, le gouvernement de Morales Bermúdez décida finalement de se livrer à l’organisation d’une sortie institutionnelle à la crise, une entreprise très contestée parmi les proches du président défunt Velasco Alvarado.

La mise en place d’une Assemblée Constituante

12Après avoir obtenu des conditions pour se retirer et des garanties pour l’avenir, l’armée décida de mettre en place une Assemblée Constituante : élections en 1978 et son installation le 28 juillet 1978. Les participants durent se plier aux exigences des militaires qui leur imposèrent leurs prérogatives en matière de libertés individuelles, comme ils les obligèrent à s’aligner sur la continuité du processus révolutionnaire. Les forces en présence étaient donc obligées d’institutionnaliser les réformes imposées par Morales Bermúdez, l’Assemblée risquant d’être dissoute si elle remettait en cause les politiques du régime. Cependant, cette ouverture du régime offrit la possibilité d’analyser avec plus de précision les réformes et réalisations de la Révolution péruvienne, bien que les mesures proposées par la société civile n’aient jamais pu s’émanciper de la tutelle militaire.

13Le grand vainqueur de cette entreprise de transition constitutionnelle fut le PAP. Ce parti pesa de tout son poids en tant qu’organisation de masse pour faire élire ses principaux représentants : Haya, Sánchez, Townsend, etc. La campagne pour l’Assemblée Constituante lui permit d’assumer un rôle central en tant que médiateur entre la junte militaire et les forces politiques civiles, au moment où ses ennemis d’extrême gauche subissaient les foudres du régime. Le charisme de Haya de la Torre, son aura, son rayonnement international ainsi que son anti-communisme déclaré transformèrent le PAP en un interlocuteur incontournable à la table des négociations. Sa base électorale, son poids syndical croissant depuis 1975 et ses liens étroits avec une partie des officiers au pouvoir firent de cette organisation la force politique la plus apte à mener à terme la transition en partenariat avec l’armée. Cette convergence d’intérêts facilita l’élection de Haya de la Torre comme président de l’Assemblée Constituante, lui rendant ainsi une place de premier plan sur un échiquier politique en pleine mutation qui prévoyait déjà les élections prochaines au suffrage universel de 1980.

14Paradoxalement, ce jeu politique fit du parti jadis conspué, persécuté, et instrumentalisé comme le pire ennemi, le principal partenaire de l’armée dans la démocratisation du régime. Si la junte de Morales Bermúdez détenait encore la force dans le pays, elle ne bénéficiait plus d’une investiture symbolique du pouvoir qu’elle ne pouvait donc plus réellement transformer en autorité. Malgré ce retour politique fracassant et l’élection de son caudillo à la tête de l’Assemblée Constituante, le PAP souffrait du vieillissement de ses cadres et de son idéologie. Le temps était dorénavant venu de repenser l’aprisme, même si Haya de la Torre était déjà donné vainqueur des élections présidentielles de 1980. Le PAP devait en réalité refonder sa crédibilité et se repositionner au sein du système représentatif. Or il existait de nombreux obstacles face auxquels il devait se dresser. La gauche péruvienne par exemple, tout comme les mouvements analogues dans le monde, connaissait à la fin des années 1970 des remous internes à la suite de sa prise de distance vis‑à-vis du marxisme-léninisme. Cela ne l’empêchait pas de se livrer dans ses organes de presse à un examen de conscience en clamant haut et fort son anti-aprisme grandiloquent et son intention d’empêcher le PAP d’accéder au pouvoir.

La recomposition de la gauche péruvienne

  • 18 « En présence de nouvelles conditions, il est nécessaire de préserver le legs révolutionnaire, et a (...)

15Le Pérou entra dans une période de crise après le décès de Velasco Alvarado survenu quelques jours avant Noël 1977. De ce fait, les forces réformistes péruviennes entamèrent la période de transition démocratique en position de faiblesse. En réponse à ce contexte difficile, une partie de la gauche décida d’ouvrir un vaste débat idéologique dans ses rangs en poussant ses sympathisants à se positionner clairement face aux acquis du vélasquisme et à l’attitude à adopter devant la nouvelle situation du pays. Pour sa branche la plus marxiste incarnée par la revue Socialismo y Participación (Socialisme et Participation), la mort du « Chino Velasco » ne devait en aucun cas faire renoncer à une politique sociale volontariste. Affichant ouvertement son soutien au legs de la Révolution Péruvienne18 et s’articulant autour de figures contestataires (Hector Bejar et des universitaires comme Carlos Franco), cette publication se présentait comme la vitrine médiatique et surtout intellectuelle des idées héritées de la Révolution. Publiée pour la première fois en octobre 1977 et offrant la parole aux mécontents du revirement politique de Morales Bermúdez, detradition anti-apriste et contestataire, Socialismo y Participación permit aux forces de Gauche d’échanger des points de vue autour de notions (gauche socialiste, économie planifiée), de perspectives et de la lutte à mener contre l’impérialisme. Cette revue publiait pour cela des articles aussi bien nationaux qu’internationaux où se mêlaient des plumes comme celles de Régis Debray ou Franscisco Sagasti (grand journaliste péruvien). Son but était de créer un débat au sein de l’intelligenstia péruvienne de gauche. Elle cherchait à redynamiser des forces écartées du processus de transition démocratique et victimes de la violence militaire. Plus spécifiquement, elle republiait des textes fondateurs de la gauche péruvienne en vue de se créer une filiation avec le passé. Il s’agissait de prendre en charge un rôle commémoratif autour de personnages historiques devenu des mythes comme José Carlos Mariátegui et Manuel Gónzalez Prada. Ce fut donc dans ses pages qu’émergea un vaste débat sur la nature de la gauche péruvienne, sur le rapport entre l’aprisme et le marxisme, et sur la traîtrise de l’APRA au regard de ses promesses révolutionnaires.

Le débat autour des origines de la gauche péruvienne

  • 19 José Aricó, « Mariátegui y los orígenes del marxismo latinoamericano », Socialismo y Participación, (...)
  • 20 « On peut à proprement parler de façon plus appropriée d’une véritable redécouverte de l’Amérique, (...)
  • 21 « En refusant de le considérer comme un « sujet national », Mariátegui rompit avec une tradition so (...)
  • 22 « Ne forment pas partie du vrai Pérou, les regroupements de créoles et de blancs qui habitent la fr (...)

16Le comité de rédaction de Socialismo y Participación appuyait son travail de restructuration sur des figures tutélaires. L’article de José Aricó « Mariátegui y los orígenes del marxismo latinoamericano » revint par exemple sur la singularité de la pensée du fondateur d’Amauta en s’empressant de la défendre et en critiquant ouvertement ses détracteurs apristes. José Aricó célébrait notamment l’immense apport théorique de Mariátegui à la pensée marxiste, voyant même dans son oeuvre majeure, Sept Essais d’Interprétation sur la réalité péruvienne : « le plus grand effort théorique réalisé en Amérique latine en vue de l’introduction d’une critique socialiste des problèmes et de l’histoire d’une société concrète et déterminée »19. Au-delà de la commémoration des cinquante ans de la publication de cet ouvrage (republié pour l’occasion en 1977), il cherchait à défendre la singularité et l’originalité des penseurs qui influencèrent largement le processus révolutionnaire péruvien mené par les forces armées. Aricó célébrait pour cela l’expérience de la revue Amauta comme la première manifestation d’une émancipation culturelle sur l’oligarchie et le premier regard porté sur un peuple souffrant pour lequel elle se battit afin de créer un éveil révolutionnaire20. Chantre de la « péruanisation » de la pensée nationale et de la culture, Mariátegui était présenté comme une force sans égale dans la lutte pour les droits des Indiens21. Prenant à contre-pied la tradition apriste, l’auteur voyait en lui le seul héritier de Gónzalez Prada, c’est-à-dire le véritable héritier du premier intellectuel péruvien qui ouvrit le débat sur l’exclusion des Indiens, leur état de soumission et leur exploitation par l’oligarchie terrienne22. Prolongeant son animosité contre le PAP, José Aricó estimait que la décision qu’avait prise Haya de la Torre de fonder un parti politique à la fin des années 1920 avait privé le Pérou de la révolution tant attendue, capable d’apporter la justice et l’égalité pour tous. Cette séparation avait entraîné la fin d’une entente possible entre communistes et internationalistes afin de former un front suffisamment puissant pour venir à bout de tout ce qu’avait dénoncé à juste titre Gónzalez Prada.

17Hiérarchisant les origines de la gauche péruvienne, magnifiant la rupture d’un processus révolutionnaire à la suite de la naissance du Parti Apriste Péruvien, la revue défendait le caractère socialiste du processus révolutionnaire péruvien de 1968. Sans pour autant faire de Mariátegui une figure communiste, José Aricó montrait l’importance de la problématique de ce dernier au moment même où une partie de la gauche péruvienne – mais pas uniquement – construisait une réflexion autour du rapport entre le marxisme et la culture libérale (la tradition bourgeoise et l’économie de marché). Revenant aux sources pour mieux resurgir, ce courant de la gauche péruvienne mettait en jeu son identité et son avenir. Il voyait dans Mariátegui sa ligne directrice, son fer de lance et son orientation : le maintien à tout prix de la lutte pour l’instauration d’un socialisme péruvien. Or ces qualités étaient celles qu’avaient revendiquées sans cesse le père spirituel de la revue, Juan Velasco Alvarado, dans la quasi-totalité de ses discours. Cependant cette interprétation des origines était loin de faire l’unanimité au sein de la gauche péruvienne. Prolongeant la complexité des attitudes adoptées avec l’arrivée au pouvoir de la junte en 1968, son courant le plus radical avait en effet commencé à publier un certain nombre d’ouvrages contre l’expérience vélasquiste. Socialismo y Participación réagit en 1978 en revenant dans plusieurs de ses numéros sur la grandeur de la Révolution péruvienne. Sa plume la plus connue, Héctor Béjar, répondait aux critiques en défendant le caractère réformateur de cette Révolution et son aboutissement historique. Il espérait ainsi mettre en difficulté ses détracteurs qui étiquetaient cette idéologie de « réformisme bourgeois ».

La question de l’expérience réformiste de Velasco

18Les forces apristes ne furent pas les seules à profiter de la période de transition politique pour tenter de se restructurer en interne et idéologiquement. Les autres composantes de l’échiquier politique péruvien cherchèrent aussi à se repositionner dans un contexte politique incertain et en pleine mutation. Les divers courants de gauche commencèrent leur réorganisation en essayant de tirer un bilan de l’expérience vélasquiste. Cependant cette démarche était freinée par les critiques contre le vélasquisme émanant d’autres courants de la gauche péruvienne très actifs depuis le début des années 1970. La gauche péruvienne avait en réalité adopté quatre attitudes distinctes face au processus révolutionnaire. La première avait été de se rallier à la révolution, et de travailler dans les nouvelles structures, tout en admettant que le nouveau régime était potentiellement porteur d’une idéologie pouvant mener au socialisme. La seconde avait visé à s’en approcher pour gagner des positions afin d’inscrire le processus dans la voie du socialisme historique. La troisième au contraire chercha à s’éloigner du régime et critiqua sa compromission avec le capitalisme en signalant son caractère « réformiste bourgeois ». La dernière, enfin, le combattit sur tous les fronts et le dénonça publiquement comme un régime fasciste.

  • 23 « En maintenant par le glaive des positions si opposées, il ne contribua en rien à la lutte du peup (...)
  • 24 « Curieusement le gouvernement de Velasco serait en sorte un régime réformiste bourgeois sans bourg (...)
  • 25 Vaneck, Reinert, « La tercera vía del presidente Velasco : una estratagia para el cambio », Ibidem, (...)

19Seule la seconde branche contestataire réussit à survivre au temps et à l’usure. Elle sortit même renforcée après la prise du pouvoir de Morales Bermúdez et le virage libéral de la nouvelle junte, ce qui permit à un groupe d’intellectuels réunis autour du journaliste Mirko Lauer de publier un ouvrage intitulé El Reformismo burgués (Le Réformisme Bourgeois) et d’exposer une synthèse de son positionnement idéologique. Recueil de discussions, ce livre était perçu par ses auteurs comme « le meilleur et le plus juste témoignage de ce que signifia le réformisme bourgeois pour la gauche péruvienne » [Lauer, 1978, p. 13]. Ils y dénonçaient ouvertement les limites du processus réformiste, son incapacité à transformer les structures économiques du pays, à l’industrialiser et à le développer. Par ailleurs, ils fustigeaient les relations des militaires avec les anciens membres de l’oligarchie et soulignaient que la junte n’avait pu véritablement fonder une nouvelle société, dont le modèle coopérativiste tant promis aux masses. L’un des auteurs, Arias Schreiber, voyait même dans le gouvernement de Velasco Alvarado un échec de plus dans le cheminement des masses vers leur autonomie23. S’empressant de réagir à la fin de l’année 1978, Socialismo y Participación critiqua leur étroite vision du « réformisme ». Héctor Béjar montrait que la Révolution Péruvienne ne pouvait être qualifiée ni de « réformiste » ni de « bourgeoise », car aucune réforme n’avait été menée par ou pour la bourgeoisie. Il arguait au contraire du fait que la bourgeoisie péruvienne s’était vivement opposée aux mesures24. Il se défendait, soulignant les réussites sociales du gouvernement de Velasco ainsi que le courage politique de son régime. Pour Béjar, la grandeur de Velasco avait été telle, que comme l’avaient écrit des chercheurs nord-américains : « Il avait mené non seulement son pays, mais aussi les pays en voie de développement, vers leur libération et la découverte de leur propre chemin »25.

  • 26 « N’est-ce pas l’année 1968 qui était caractérisée par le grand accord entre les partisans de Belaú (...)

20Ces débats n’étaient pas très éloignés de ceux en vigueur dans les instances dirigeantes du PAP. Partageant des visions communes avec ces gauches autour de la question de l’anti‑impérialisme, le parti comprit que, dans une perspective électorale, ces attaques pourraient lui nuire. Les dirigeants du parti partageaient l’idée que tout négatif qu’avait pu être le gouvernement de Velasco, il avait quand même mis fin à la domination oligarchique. Il avait en quelque sorte réalisé ce que le PAP n’avait pas réussi à faire dans les années 1960 en maintenant son alliance politique avec les partisans d’Odría et l’oligarchie26. Décrié comme un parti ayant abandonné sa nature contestataire au profit d’une obsession du pouvoir, le PAP commença son travail de publication d’ouvrages historiographiques avec la solide conviction qu’il devait rassembler afin de l’emporter en 1980. Les diverses publications s’y attachèrent en soulignant tous les bienfaits de l’aprisme, ce qui alimenta une politique éditoriale centrée notamment sur un oubli volontaire du passé.

Notes

1 « Dans ces pages, nous nous proposons d’éclaircir les relations existantes entre les deux institutions politiques nationales [l’APRA et l’armée] les plus importantes de ce siècle. Nous prétendons détruire quelques-uns des mythes existants qui, au fil du temps, se sont consolidés jusqu’à s’introduire dans la société, au point que certains qui souhaitaient faire de l’histoire, honnêtement peut-être, mais sans étudier suffisamment les faits, élèvent en vérité historique de simples versions populaires, dont la majorité sont inspirées par des nécessités partisanes. » Villanueva, 1975, p. 7.

2 « Nous voulons démontrer en outre, que l’agressivité et l’esprit belliqueux que montra l’APRA, à peine proclamée la victoire de Sánchez Cerro en 1931, ne furent pas le fruit de la véhémence de Haya de la Torre pour arriver au pouvoir, comme on le dit généralement. » Ibid., 1975, p. 7.

3 Haya de la Torre, 1977, p. 15.

4 Nous la génération de Víctor Raúl, qui est aussi la mienne avec l’espérance au coeur. », German Arcieniegas, « Recuerdos en torno a Víctor Raúl, (Rome, octobre 1976) », in Haya de la Torre, 1977, p. 15.

5 Murillo, 1976, p. 5.

6 Ibid., p. 9.

7 Ibid., p. 10.

8 « Ce fut considéré comme si nouveau dans le monde, qu’il n’y eut ni revues, ni livres, ni conférence où l’on ne mit le doigt sur le fait qu’il s’agissait d’une nouvelle solution pour les problèmes dans le monde », Germán Arciniegas, « Recuerdos en torno a Víctor Raúl, (Rome, octobre 1976) », in Haya de la Torre, 1977, p. 19.

9 Hermet emprunte ce concept à Max Weber, pour qui il signifiait la formation d’espaces sociaux et idéologiques exclusifs, séparés du reste de la société, et accueillant en son sein, des membres, sans discrimination aucune. Cf. Hermet, 2001, p. 6.

10 Girardet, 1986, p. 181.

11 « Le 3 octobre, nous avons fêté le 10e anniversaire du début du processus révolutionnaire mené par le Général Velasco Alvarado et interrompu le 29 août 1975 par une action de Morales Bermúdez et des hauts gradés des Forces Armées », « Editorial », Socialismo y Participación, 1978, p. 5.

12 Système National d’Appui à la Mobilisation Sociale.

13 Velasco Alvarado, 1973, p. 231.

14 « Un entretien avec le président du Pérou », Le Monde, 13/04/1979.

15 « Nous sommes conscients que ce qui est en jeu n’est rien d’autre que le signe et l’orientation de l’histoire future du Pérou. Notre dépendance, notre sous-développement, notre pauvreté et notre retard sont le fruit d’un système économique, politique et social, dont le maintien rend logiquement impossible tout effort pour dépasser les maux profonds du Pérou. Voilà pourquoi, le gouvernement des forces armées sait que remplir le compromis qu’elles ont scellé avec le pays, représente nécessairement, l’abandon définitif d’un système socioéconomique en place jusqu’au 3 octobre 1968. Seulement dans ces conditions, il sera possible d’asseoir les bases d’un nouvel ordre social que la révolution se propose de construire. », Velasco Alvarado, 1973, p. 93-94.

16 Velasco Alvarado, 1973, p. 77.

17 « La nouvelle loi établit, en premier lieu, le contrôle étatique de l’industrie de base comme une priorité, assurant la fonction directrice de l’État dans le processus d’industrialisation du pays. » Ibid., p. 120.

18 « En présence de nouvelles conditions, il est nécessaire de préserver le legs révolutionnaire, et affronter unis l’historique devoir de construire dans notre patrie, une société socialiste vraiment indépendante et nationale, une démocratie participative basée sur la propriété sociale et la participation directe de notre peuple au pouvoir politique. Aujourd’hui comme hier, il est nécessaire de faire un effort pour unir les hommes et les organisations populaires ; pour accroître la confiance dans la capacité à affronter de nouveaux problèmes ; de diffuser la foi et conforter la conviction dans nos possibilités de forger la société que la révolution se promit d’instaurer au Pérou. Avec la ferme espérance que Socialismo y Participación contribue à de tels objectifs, il me plaît de vous exprimer mes plus affectueuses salutations. », « El legado de Velasco », Socialismo y Participación, 1977, p. 11.

19 José Aricó, « Mariátegui y los orígenes del marxismo latinoamericano », Socialismo y Participación, 1978, p. 33.

20 « On peut à proprement parler de façon plus appropriée d’une véritable redécouverte de l’Amérique, d’une annonce dans le processus de recherche d’une identité nationale et continentale à partir de la reconnaissance, de la compréhension, et de l’adhésion aux luttes des classes populaires. », ibid., p. 27.

21 « En refusant de le considérer comme un « sujet national », Mariátegui rompit avec une tradition solidement consolidée. Indexant le problème indigène sur le problème de la terre, c’est-à-dire sur le problème des rapports de production, Mariátegui trouva dans les structures agraires, les raisons du retard de la nation et de l’exclusion de la vie culturelle et politique des masses indigènes. », ibid., p. 29.

22 « Ne forment pas partie du vrai Pérou, les regroupements de créoles et de blancs qui habitent la frange de terre entre les Andes et le Pacifique ; la nation est formée par les populations indiennes disséminées dans la bande orientale de la Cordillère. Lorsque nous un peuple sans esprit de servitude, et des hommes politiques à la hauteur de ce siècle, nous récupérerons Arica et Tacna, et alors, et seulement alors, nous marcherons sur Iquique et Tarapaca, et donnerons le coup décisif, le premier et le dernier. », Gónzalez Prada, 1976, p. 44.

« À l’Indien, il ne faut pas lui inculquer l’humilité et la résignation, mais l’orgueil et la révolte. Qu’a-t-il gagné avec trois cents ou quatre cents ans de conformité et de patience ? L’Indien ne se lèvera que grâce à son amour-propre, et non par l’humanisation de ses oppresseurs. Tout blanc est à peu près un Pizarro, un Valverde ou un Areche. », ibid., p. 45-46.

23 « En maintenant par le glaive des positions si opposées, il ne contribua en rien à la lutte du peuple pour sa libération ni pour la prise de conscience parmi les travailleurs que cette lutte reste sans aucun doute, la chose la plus importante. », Lauer, 1978, p. 74.

24 « Curieusement le gouvernement de Velasco serait en sorte un régime réformiste bourgeois sans bourgeois au gouvernement et sans classe sociale bourgeoise. Avec un discours politique, un langage et des manières qui ne correspondent en rien à la bourgeoisie. Et qui cherchait appui dans les secteurs populaires », Héctor Béjar, « Velasco : reformismo burgués ? », Socialismo y Participación, 1978, p. 77.

25 Vaneck, Reinert, « La tercera vía del presidente Velasco : una estratagia para el cambio », Ibidem, p. 61.

26 « N’est-ce pas l’année 1968 qui était caractérisée par le grand accord entre les partisans de Belaúnde, l’APRA, et ceux de Odría sur le terrain politique, et les magnats de la pêche, les banquiers et les compagnies impérialistes sur le terrain économique ? », Héctor Béjar, « Velasco : reformismo burgués ? », Ibid., p. 81.

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540