Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Troisième partie. La consolidation du discours apologétique sur les origines (1976-1980)

Introduction à la troisième partie

Texte intégral

1Ce que l’on appelait en 1968 le processus révolutionnaire péruvien s’enracinait dès le départ dans la durée en affichant un seul objectif : moderniser le Pérou en éliminant la société oligarchique. Relevant d’une logique sécuritaire [Vayssière, 2001, p. 209-210], il mit en place de nombreuses réformes qui modifièrent sensiblement la réalité du pays, comme en témoigne la disparition du système oligarchique ou la mise en place d’une réforme agraire. De nombreux observateurs ont porté des critiques sur cette expérience réformiste, d’autres ont défendu l’action du vélasquisme. Quoi qu’il en soit, le coup d’État de Morales Bermúdez d’août 1975 marqua le déclin d’un régime (1968-1975) qui affrontait une crise économique sévère depuis 1973, affaibli à partir de 1974 par la maladie de son guide (Velasco Alvarado) et qui souhaitait « préserver l’unité institutionnelle de l’armée, alors menacée par des tensions nouvelles… » [Vayssière, 2001, p. 217]. Avec l’avènement du gouvernement de Morales Bermúdez (1975-1980), le Pérou tourna progressivement la page d’un processus révolutionnaire dont les réformes structurelles n’avaient pas réussi à amorcer la modernisation promise.

2Ainsi, l’État péruvien revint au libéralisme en encourageant le retour des capitaux, et en relançant la petite et moyenne industrie. Cette période, dite du « gradualisme » ou « seconde phase de la révolution », vit se développer les mécontentements à cause des difficultés économiques que traversait le pays. L’État dut affronter en effet la multiplication des conflits sociaux dans le secteur public et privé. Ce fut dans ce contexte que Luis Alberto Sánchez, Carlos Manuel Cox, Nicanor Mújica, Andrés Townsend et Carlos Roca décidèrent de publier en 1977 un recueil des principaux textes de Haya de la Torre. La junte militaire organisa, par la suite, la mise en place d’un processus de transition démocratique qui passait par la convocation d’une Assemblée Constituante pour l’année 1978. Ce changement institutionnel permit le retour à la vie politique des partis traditionnels (sauf le parti Action Populaire de Belaunde Terry qui refusa de participer au processus). D’anciennes figures jugées jusque-là pernicieuses par l’oligarchie (Haya de la Torre ou Hugo Blanco, par exemple) purent, par ailleurs, occuper des postes clés dans le dispositif créé afin d’élaborer une nouvelle constitution pour 1979. L’Assemblée Constituante marqua le retour politique de Haya de la Torre qui obtint le plus de voix lors des élections des mandataires de cette assemblée, ce qui lui permit d’en être le président. Il redevint, de ce fait, une figure incontournable du processus en marche. Cet événement s’explique en partie par l’évolution idéologique que connut le PAP à partir de 1976.

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable