Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Deuxième partie. L'émergence d'une historiographie de "l'Âge d'or"

Chapitre iii. Une réponse nécessaire structurée en temps de crise (1969)

Texte intégral

1La publication en 1969 des Mémorias (Mémoires) de Luis Alberto Sánchez ne fut pas la seule publication sur les origines de l’aprisme publiée dans les années 1960. Elle prolongeait en réalité la sortie parallèle du livre Víctor Raúl : biografía de Haya de la Torre de l’apriste Cossio del Pomar, qui revenait longuement sur la vie et la personnalité du leader apriste. Il y détaillait des informations sur le passé politique de Haya de la Torre, sans pour autant y préciser des informations relatives aux victoires politiques qui eurent lieu durant la jeunesse du Jefe. Témoin direct de toutes les batailles depuis la Réforme de Córdoba et caution intellectuelle de son parti, Luis Alberto Sánchez revint sur le passé afin de montrer la singularité, la nature sociale et la légitimité de l’APRA.

2Contraint de réagir après le départ d’une partie de son intelligentsia vers l’appareil étatique mis en place par la junte militaire de Velasco Alvarado, le PAP a dû à nouveau reconstruire un imaginaire sur ses origines. Ces Mémoires marquèrent ainsi une restructuration dans l’écriture de l’histoire de l’APRA, tout comme elles prolongèrent le travail de Luis Alberto Sánchez qui demeurait l’historiographe officiel du parti.

3Cet écrit lui ouvrait la possibilité d’expliciter pour la première fois le long cheminement qui eut lieu durant les années 1920 et auquel toute une génération politique participa. Il introduisit l’histoire de l’APRA ou plutôt son écriture au premier rang d’une nouvelle dynamique qui visait à renforcer l’identification des militants à leur parti. Les origines de l’APRA servaient alors à se prémunir contre ceux qui, par la voix officielle, niaient en bloc l’existence dans le passé d’une quelconque dimension sociale chez les apristes.

Boletin de la universidad Manuel Gonzalez Prada, n° 1, 1927, CEDINCI, Buenos Aires.

Boletin de la universidad Manuel Gonzalez Prada, n° 1, 1927, CEDINCI, Buenos Aires.

4S’inscrivant dans un contexte de restructuration interne du parti, ces Mémoires répondaient à la nécessité de développer un langage culturel et politique pouvant pallier le retrait de la parole et de l’imaginaire apriste de la scène publique. Ces idées visaient à développer des logiques d’actions autour de la genèse du parti en ajustant le langage et la rhétorique aux circonstances. Cette présentation des origines reprenait la théorie de Goffman : « un jeu de représentation, et un acte théâtral par quoi s’accomplissent l’échange entre soi et les autres et une mutuelle reconnaissance » [Balandier, 1992, p. 151]. Luis Alberto Sánchez racontait les luttes du passé et la figure de Haya de la Torre de manière théâtrale, en transformant des circonstances historiques en effet mobilisateur grâce à la « dramatisation associée à du spectacle » [Balandier, 1992, p. 157]. Comme le défend Alexandre Dorna en parlant du paradigme populiste latino-américain, cette syntaxe de l’histoire de l’APRA visait à placer tout un ensemble de points symboliques au coeur d’un large « processus progressiste de réformes qui se situe entre les traditions libérales et socialistes, devant l’injustice sociale » [Dorna, 1998, p. 71]. La place de la symbolique autour de la figure de Haya de la Torre jouait ici un rôle déterminant. Elle permettait de véhiculer avec plus de facilité une histoire complexe et souvent contradictoire, transmettant en insistant sur la nature charismatique d’un homme, des émotions et un imaginaire nécessaire à la survie du parti. Ainsi présentée, la figure de Haya de la Torre servait de « révélateur formidable des vérités cachées à l’aide d’une émotion rationnelle » [Dorna, 1998, p. 26]. C’est pourquoi Luis Alberto Sánchez procéda à une structuration des luttes du passé et prolongea son entreprise de sacralisation de Haya de la Torre née trente ans auparavant.

Le PAP à l’épreuve du Pérou de Velasco

5Lorsque parurent les Mémoires de Luis Alberto Sánchez, la junte militaire présidée par le général Velasco Alvarado s’apprêtait à célébrer la victoire d’un courant réformateur qui « initiait une étape de la vie républicaine du Pérou et qui à son terme, devait instaurer une société nouvelle, distincte, et juste » [Velasco Alvarado, 1973, p. 21]. Lors du discours commémorant le premier anniversaire (1er octobre 1969) de ce que Velasco considérait non pas comme un coup d’État militaire mais comme l’avènement d’une nouvelle ère [Velasco Alvarado, 1973, p. 21], la junte par la voix de son chef déclarait haut et fort son intention de mener à terme tout un ensemble de réformes structurelles. Selon lui, ces mesures devaient marquer l’avènement d’une Révolution dans le pays. Velasco comparaît dans ce sens la Révolution péruvienne à la Révolution française dans laquelle il voyait la meilleure expression d’une substitution d’un « système politique, social et économique à un autre qualitativement différent » [Velasco Alvarado, 1973, p. 55]. Non content de défier davantage encore l’oligarchie, il exaltait le potentiel rénovateur du processus en cours qui, selon lui, « n’était pas fait pour défendre l’ordre établi au Pérou, mais pour le transformer de manière profonde dans tous ses aspects essentiels » [Velasco Alvarado, ibidem].

  • 1 « Tout ceci, et plus encore, a été réalisé en à peine un an de gestion du gouvernement. Il y en a q (...)

6Velasco Alvarado proclamait la nécessité de poursuivre les réformes entamées qui avaient déjà considérablement transformé la vie quotidienne en chassant l’oligarchie et en redonnant sa fierté au pays. Il soulignait les victoires de la junte1 et annonçait la poursuite des réformes prévues. Cette transformation devait dès lors toucher tous les secteurs de production du pays et tous les Péruviens. Comme l’indiquait à l’époque l’un des hauts responsables du CAEM (Centre des Hautes Études Militaires), le processus révolutionnaire devait tout faire pour recréer un bien commun devant « être considéré comme une situation à atteindre, une situation idéale afin que soient réunies les conditions favorables pour que l’homme se réalise dans sa plénitude d’être humain » [Chavez, 1974]. L’année de la publication des Mémoires de Luis Alberto Sánchez vit ainsi une consolidation des mesures sociales et politiques qui s’accélèrèrent. Ce fut le cas, par exemple, de la réforme agraire qui marquait, selon ses instigateurs, le début « d’un processus irréversible qui cimentera les bases d’une grandeur nationale authentique, de la justice sociale et de la participation réelle du peuple à la richesse et à la destinée de la patrie. » [Velasco Alvarado, 1973, p. 7]. Longtemps préparées dans les couloirs du CAEM [Vayssière, 2001, p. 210], ces réformes n’en gommaient pas pour autant leurs inspirations apristes, ce qui contrastait nettement avec les difficultés que rencontrait le parti avec l’arrivée au pouvoir de son ennemi de toujours.

Une tradition de rapports conflictuels entre l’Armée et le PAP

7Le coup d’État militaire de Velasco d’octobre 1968 intervint un an avant une échéance électorale qui aurait pu donner la victoire au PAP. Le parti se situait en effet en position de force à la suite de l’incapacité de la coalition gouvernementale de centre-droit (Action Populaire du président Belaunde élu en 1963, et Démocratie chrétienne) de mener à bien les réformes promises. Cette coalition était même mêlée à un scandale politique en raison de la cession en août 1968 du potentiel pétrolier péruvien à l’entreprise nord‑américaine International Petroleum Company. Indépendamment des motivations conjoncturelles et de la conviction partagée par les militaires que les civils étaient incapables de mener à terme les réformes nécessaires, ce coup d’État fut aussi une réponse à la menace apriste. Il poursuivait une longue tradition de coups d’État contre le parti dont les origines remontaient à des actes fondateurs qui se développèrent pratiquement en même temps que l’essor national du parti de Haya de la Torre.

8La première confrontation entre les deux camps datait du lendemain de la chute de Leguía. Elle commença lors de la campagne pour l’élection présidentielle de 1931 qui vit s’affronter Haya de la Torre et le général Sánchez Cerro, le tombeur de Leguía. Cette élection qui marquait le retour du pays à la démocratie élective, mais non universelle, après onze ans d’un pouvoir autoritaire donna pour la première fois le droit de vote à tous les hommes âgés de 21 ans sachant lire et écrire. Les analphabètes et les paysans exclus, cette élection resta essentiellement un phénomène urbain auquel ne participa que 7,4 % de la population [Sulmont, 1977, p. 127]. Après une campagne houleuse et violente, la victoire de Sánchez Cerro, après l’annulation des votes d’un département remporté par le PAP, marqua le début des rancoeurs apristes contre l’armée.

9Les apristes crièrent haut et fort à la fraude et menèrent de vastes campagnes de mobilisation sociale contre le régime, tout en utilisant l’importante minorité dont ils disposaient à l’Assemblée constituante de 1931. L’élection de Sánchez Cerro marquait la victoire des classes moyennes et des membres de quelques vieilles familles aristocratiques particulièrement sensibles à la question de l’intégrité territoriale. Le PAP et surtout Haya de la Torre étaient suspectés d’entretenir des liens avec l’étranger, et d’être « le parti de l’étranger ». En février 1932, la crise entre les partisans de Sánchez Cerro et les apristes s’intensifia. La majorité ultranationaliste refusa les mesures sociales prônées par le PAP à l’Assemblée et finit par expulser les vingt-sept députés apristes en vertu de leur appartenance à une organisation internationale, puis arrêta Haya de la Torre. En réponse à cette expulsion et à l’arrestation de leur chef, une insurrection apriste éclata en juillet 1932 dans la ville de Trujillo dont Haya de la Torre était originaire. Elle fut marquée par la prise de l’hacienda sucrière de Laredo par des ouvriers agricoles (peones) proches du parti, par l’installation d’un préfet apriste à Trujillo, et surtout par l’assassinat de plusieurs officiers dans la caserne de la ville. Cet acte fut à l’origine de la haine vouée par l’armée au parti présenté comme une organisation antimilitariste. L’insurrection fut brisée par la force, ce qui se traduisit par l’exécution de centaines de militants apristes dans les ruines de Chan Chan, aux portes de Trujillo.

  • 2 « Dans l’armée de terre, les conscrits sont à 95 % des gens de la sierra… Analphabètes, célibataire (...)
  • 3 Message présidentiel, 8 déc. 1936, Archives diplomatiques, 28 déc. 1936, Bullick, 1999, p. 5.

10Un acte plus symbolique encore vint par la suite accroître les différences. En 1933, le président Sánchez Cerro fut assassiné et son meurtre fut attribué au PAP. Le parti fut dès lors identifié comme une menace pour la sûreté de l’État et ses partisans persécutés. L’armée reçut comme consigne de pourchasser les apristes, ce qui se résumait en une seule formule : « lutte à outrance contre l’APRA » [Bullick, 1999, p. 93]. Après la mort du Président, le Congrès nomma le général Benavides à la tête de l’État. Il se hissa comme garant de l’ordre institutionnel [Basadre, 1970, p. 408] puis fit arrêter de nombreux militants apristes tout en fermant les locaux du parti. Sachant qu’une bonne partie des militants était recrutée parmi les officiers de l’armée en raison de leur position sociale2, il chargea un groupe de policiers enquêteurs d’infiltrer l’armée pour y démanteler d’éventuels groupes subversifs. Parallèlement, il décida d’interdire le parti, justifiant sa décision en invoquant la constitution de 1933 qui privait de droits politiques les partis qui prétendaient « détruire l’ordre moral et la discipline dans l’armée »3. Haya de la Torre fut interdit de briguer un quelconque mandat, toujours en raison de l’appartenance de son parti à « une organisation internationale ». Ces actes fondateurs de la répression anti-apriste nourrirent dès lors l’idée dans l’armée que le projet initial de l’aprisme préconisait leur substitution par une armée de partisans.

  • 4 Archives diplomatiques, 3 mai 1937, Bullick, 1999, p. 96.

11Le gouvernement de Benavides interdit lui aussi le parti jusqu’en 1945, à part une très brève parenthèse en 1934. En 1937, il adopta des lois très strictes pour se prémunir contre une éventuelle menace apriste. Ces lois s’inspirèrent largement des législations de défense nationale adoptée dans plusieurs pays d’Amérique latine – notamment au Brésil, en Argentine et au Chili – contre le péril communiste. Elles interdisaient en effet tout acte de propagande et les « doctrines » communistes ou dissolvantes, quels que fussent les moyens de publication ou de diffusion : livres, journaux, tracts, annonces, dessins, inscriptions murales, instruments acoustiques ou lumineux, cinéma ou radio… en interdisant leur introduction sur le territoire national, leur production, leur vente et leur acquisition, leur distribution4. Le CAEM poursuivait cette politique de lutte contre la menace apriste sur le terrain de l’enseignement en faisant de l’anti aprisme l’un de ses piliers formateurs, à tel point que celui-ci « faisait partie de l’éducation des cadets dans les écoles militaires, et constituait le principal facteur de cohésion des forces armées » [Macera, 1978, p. 258]. Durant ces années, le PAP réagit par la violence. Se basant sur une rhétorique proche de la martyrologie et cultivant l’esprit de sacrifice parmi ses membres en exhibant des « saints » apristes torturés et tués pour la gloire du parti, il mena des opérations spectaculaires. Ainsi, en 1935, le parti assassina le directeur du journal anti-apriste, El Comercio, Antonio Miro Quesada. Quelques années plus tard en 1948, le parti fut impliqué dans une mutinerie contre le président Bustamante Rivero d’une partie de la flotte mouillée au Callao.

12L’arrivée au pouvoir des militaires en 1968 représentait une menace potentielle pour le parti, voire un danger. Malgré des pressions internes issues des principaux instructeurs du CAEM, Velasco ne poursuivit pas la politique de persécution et d’interdiction contre les partisans du PAP. À part quelques déportations isolées, il estimait que le mouvement était caduc et que le coup d’État de 1962 avait déjà suffisamment déstabilisé cette formation politique. La Junte garda un œil sur le parti, cessa d’attaquer directement Haya de la Torre et toléra même les manifestations commémorant la fondation du parti. Contraint au silence après l’arrivée au pouvoir de l’ennemi éternel, le PAP traversa une longue période de crise. Il dut se replier sur lui-même et penser à une manière de revendiquer sa force sociale sans pouvoir l’exprimer par des manifestations sociales de grande ampleur. La menace virtuelle que représentait un gouvernement militaire s’accrut lorsque certains de ses cadres rejoignirent l’équipe gouvernementale de Velasco. Frappée en son sein, l’organisation dut faire face à une nouvelle menace. Il ne s’agissait plus de se prémunir contre une éventuelle action à son encontre, mais plutôt de lutter contre une menace plus grande encore : la réutilisation de ses idées par l’armée.

La réappropriation du programme apriste par le gouvernement militaire

13Ainsi, ironiquement, le coup d’État de 1968 mena au pouvoir des militaires qui utilisèrent largement les idées de l’APRA et la théorie économique développée par Haya de la Torre dans son ouvrage El antiimperialismo y el Apra de 1936. Pour cela la junte militaire bénéficia de l’apport et de l’assistance de renégats de l’aprisme qui, déçus de la politique de collaboration parlementaire menée par le parti, estimaient que le temps était venu d’appliquer le programme apriste des années 1930. Cette scission appauvrit d’autant plus le parti que certains de ses cadres comme le secrétaire personnel de Haya de la Torre, Carlos Olivera, reçurent pour mission de la part des militaires de définir les plans structuraux de la Révolution péruvienne. Convaincus que l’attitude de Haya de la Torre durant les années 1960 avait fait perdre au parti sa dimension révolutionnaire et réformiste, les transfuges transformèrent le système économique péruvien en un modèle étatique intégrateur par la mise en place d’une réforme agraire radicale, d’une nationalisation de tous les secteurs économiques (banque, pêche, mines, assurances), ainsi que du développement du coopérativisme rural. Reprenant la thématique de la lutte anti-impérialiste chère à Haya de la Torre, le gouvernement militaire cultiva la rhétorique anti-impérialiste en instrumentalisant la menace que faisait peser sur le Pérou l’impérialisme américain. Comme illustration à ce positionnement, Velasco protesta au sein de l’Organisation des États Américains (OEA) contre l’ostracisme à l’égard de Cuba et appuya les revendications de Panamá sur le canal. Or cette mesure était l’un des cinq piliers du programme apriste de 1930 exposé dans le « Plan minimum d’action immédiate ». Plus encore, reprenant la vision universaliste que l’APRA cultivait dans la revue Amauta dans les années 1920, les militaires proclamèrent que leur choix du tiers-mondisme et leur refus de l’alignement sur Moscou résidaient dans une vaste stratégie de solidarité contre l’anti-impérialisme, ce qu’ils firent lors des sommets du groupe des 77 dont l’une des sessions eut lieu à Lima en 1970.

14Cette réappropriation des valeurs de justice sociale et de progrès social par les militaires réformistes amoindrit le parti apriste. Il perdit en effet son identité en voyant d’autres appliquer des réformes qu’il avait lui-même conçues. D’autre part, le parti comprit vite que son choix de la convivencia (vie commune) qu’il fit entre 1956 et 1968 lui avait fait perdre son image de victime isolée et revendicative. Ses collaborations successives avec Manuel Prado, puis avec Manuel Odria (représentant militaire de l’oligarchie et surtout ancien dictateur), avaient non seulement produit une scission interne, pis, elles avaient faussé les repères identitaires qu’il avait forgés durant les années 1920. En pleine quête identitaire, le PAP décida de réagir en posant le problème de la définition de sa singularité et de son unicité. Afin de montrer la vraie nature de l’aprisme, il prit un tournant décisif dans son autodénomination en choisissant de tourner définitivement le dos à son passé marxiste et à ses liens plus qu’étroits avec des figures de la Gauche péruvienne des années 1920 comme José Carlos Mariátegui (fondateur en 1930 du Parti Socialiste Péruvien) ou José Mella (fondateur du Parti Communiste Cubain). Luis Alberto Sánchez s’y attacha dans ses Mémoires en jouant la carte de l’anecdote et de l’objectivité historique que lui offrait son double statut de témoin et d’historien.

La prise de distance définitive avec le marxisme péruvien

  • 5 Luis Heysen cité par José Arico, « Mariátegui y los orígenes del marxismo latinoamericano », Social (...)
  • 6 Carlos Manuel Cox cité par José Arico, Ibid.

15L’affirmation par Mariátegui de son adhésion au mouvement apriste dans les années 1920, les origines marxistes de la pensée de Haya de la Torre ou encore la culture insurrectionnelle revendiquée par certains apristes témoignent des origines communes que partagent les principales forces de la gauche péruvienne. Cette question n’est pas une particularité péruvienne. On peut même dire qu’elle englobe les débats idéologiques et organisationnels qui eurent lieu dans les partis anti-impérialistes des années 1920 et 1930 [Iglesias, 2010]. Le premier point de filiation entre l’aprisme et le marxisme péruvien résidait dans le fait qu’ils se déclaraient tous les deux socialistes. Les débats autour du vrai sens à accorder à ce terme nourrirent de nombreux affrontements entre chacune des parties qui cherchaient à se réapproprier cette notion dans le dessein d’affirmer son autonomie. Pour l’apriste Luis Heysen, le socialisme qu’incarnait l’aprisme offrait « une solution par nous, dans nos terres et richesses nationales, dans notre indépendance face à la voracité yankee ou à l’ours, éveillé et sans chaînes soviétiques »5. Critiquant la pensée de Mariátegui qu’il qualifiait de « bolchévique d’annunziano », il défendait l’idée que le socialisme ne pouvait pas se réaliser par des « idées irréelles et fantastiques créées par l’imagination »6 mais par une action construite dans le cadre d’une lutte régionale contre l’impérialisme. Ces débats n’étaient cependant pas une évidence pour des militants apristes des années 1960 au regard de la complexité de ces débats idéologiques. Pour beaucoup de partisans, les dirigeants apristes demeuraient, au même titre que Mariátegui, le symbole de la résistance héroïque contre un dictateur que le gouvernement de Velasco ne se privait pas de critiquer. Les apristes restaient assimilés à la revue Amauta et personne ne comprenait réellement avec clarté la séparation qui avait lieu entre les deux forces à la fin des années 1920. Amené à se livrer à une défense de la singularité de son parti, Luis Alberto Sánchez entreprit un travail d’explication et d’éclaircissement sur les circonstances historiques et les raisons qui poussèrent à cette séparation.

Le problème du rapprochement par le passé

16La question des références intellectuelles communes entre aprisme et communisme a toujours été un thème qui a suscité des controverses et des polémiques au sein de la gauche péruvienne. Les principales références idéologiques péruviennes (Haya de la Torre ou Mariátegui, par exemple) étaient cependant très influencées au début des années 1920 par les écrits des anarchistes russes Bakounine et Kropotkine, et surtout par la pensée de l’anarchiste péruvien Gónzalez Prada. Elles voyaient dans ce dernier le fondateur du renouveau politique péruvien, et prônaient la nécessité de bâtir une nouvelle nationalité et culture politique autour de ses idées. Elles célébraient ensemble son statut de défenseur des Indiens et sa violente hispanophobie. Dans ses Mémoires, Luis Alberto Sánchez raconte notamment comment la lecture de ces ouvrages avait favorisé l’essor d’une sociabilité politique parmi les étudiants de l’Université de San Marcos. Il décrivait par exemple la fascination qu’exerçait la Révolution russe sur la génération de la Réforme péruvienne, que les étudiants lisaient à la lumière de ces écrits. Il cherchait cependant à relativiser cette passion commune pour des auteurs qui bercèrent leur jeunesse, mais qui demeuraient des découvertes intellectuelles intéressantes faisant partie d’un cheminement intellectuel mais dont la radicalité ne pénétra jamais la pensée apriste née quelques années après. Il distinguait pour cela Gónzalez Prada des anarchistes russes, ne reprenant finalement que sa dimension sociale et son esprit radical. Il le rendait ainsi plus à même de figurer en précurseur d’un parti qui se voulait révolutionnaire par sa dimension réformatrice, mais qui refusait de prendre le pouvoir par la violence depuis les années 1940.

  • 7 « La figure et la conduite de l’auteur du Comte de Lemos avaient créé une école. Mariátegui s’y int (...)

17La question de l’imbrication des réseaux entre apristes et futurs fondateurs du Parti Communiste péruvien demeurait également un autre thème sensible pour les apristes. Ce qui obligea Luis Alberto Sánchez à hiérarchiser ces rapports et à montrer le rôle politique joué par Mariátegui, sans faire de l’ombre à Haya de la Torre. Il présenta pour cela le parcours journalistique de Mariátegui de ses débuts en 1915 comme simple employé des ateliers de la Prensa à son apogée comme directeur de la revue Amauta. Plus que dresser un historique de son évolution, il mit en évidence le rôle joué par Haya de la Torre dans la carrière de celui-ci. Il expliquait notamment que l’engagement politique de Mariátegui opposé au tournant autoritaire qui se mit en place en 1922 sous Leguia était le produit de la décision prise par Haya de la Torre de lui trouver du travail dans la presse contestataire péruvienne. Pour l’historien apriste, la décision de Haya de la Torre de le nommer directeur de substitution de la revue Claridad correspondait à la véritable entrée en politique de Mariátegui et à son premier contact avec les Universités Populaires Gónzalez Prada. Cherchant à souligner la supériorité de Haya de la Torre dans l’action et les réalisations politiques, il caricaturait parfois la figure de Mariátegui en le dépeignant davantage comme un homme de lettres que comme un homme d’engagement. Mariátegui était en effet décrit en animateur des milieux littéraires liméniens, comme un intime d’écrivains tels que Valdelomar7 et comme quelqu’un cherchant à nier en permanence son passé littéraire.

18La maladie même de Mariátegui entrait dans le schéma que mit en place Sanchez pour marquer la supériorité de Haya de la Torre. Il écrivit à ce sujet en grossissant le rôle qu’il avait joué avec Haya de la Torre lors de l’un des moments les plus critiques de la maladie du fondateur d’Amauta. Il relatait à cet effet l’action qu’il entreprit pour venir en aide à ce dernier. Il montrait comment il s’était battu pour aider son ami pour qui il « lança un appel dans les pages de la revue Mundial afin de collecter des fonds pour venir en aide à sa famille meurtrie… » [Sanchez, 1969, p. 197]. Il associa à cette entreprise Haya de la Torre, alors en exil, en soulignant la force de la solidarité et de la compassion de ce dernier : « Je te remercie de ce que tu as fait pour J.C.M. Tu l’as fait comme si ça avait été pour moi. C’est un frère » [Sanchez, 1969, p. 198]. Les Mémoires servaient de ce fait à propager la grandeur de l’esprit de fraternité que cultivaient les jeunes apristes dans les années 1920. L’auteur y retraçait par exemple le rôle de cette solidarité pour les prisonniers politiques injustement emprisonnés sous Leguia. Or le cas de Mariátegui permettait de montrer que, même s’il avait existé un rapprochement par le passé entre marxistes et apristes, il avait toujours servi aux premiers comme échappatoire face au danger. L’historiographe officiel de l’aprisme parachevait cette exposition des faits en montrant que Mariátegui avait pu sortir de prison en 1929 grâce aux apristes, et que sans Luis Alberto Sánchez, un malade innocent aurait pu mourir en prison.

19Le passé commun entre marxistes et apristes était présenté en faveur des seconds. Il permit ainsi de dépasser les dangers d’une association trop rapide et de montrer une certaine supériorité qui s’expliquait par les actes et la bravoure manifestés lors de différentes luttes politiques. Le fait d’insister sur la solidarité envers Mariátegui n’était en rien anodin. Elle rappelait le rôle joué par les futurs apristes dans la carrière de celui dont la junte militaire de 1968 faisait son héros, au même titre que Tupac Amaru. Elle permit également de clarifier la spécificité de l’aprisme et de souligner la primauté de l’APRA dans la lutte contre l’autoritarisme. Non content de se limiter à la période de collaboration, Luis Alberto Sánchez poursuivit son travail éclairant sur la rupture, ce qui le conduisit à reprendre les schémas développés durant les exils politiques en les transformant en symboles politiques.

Le symbolisme politique de la rupture avec Mariátegui

  • 8 Ibid., p. 318.
  • 9 « À ce moment, il se murmurait que tous les deux avaient été achetés. La chose fit son chemin. » Ib (...)
  • 10 « Haya de la Torre obtint d’Arturo Sabroso, Conde, Nalvarete, Posada, Rios et de tous les leaders o (...)
  • 11 « La planification d’Amauta se fit dans les lignes directrices du Front Unique des Travailleurs Man (...)
  • 12 « Víctor Raúl est en ce moment en Russie, il va certainement nous apporter des choses nouvelles. » (...)

20La rupture entre Haya de la Torre et Mariátegui demeure l’un des moments symboliques de l’histoire politique péruvienne. Elle fut le résultat d’une longue lutte qui commença en 1928 et fut prolongée symboliquement grâce à la formation de cultures politiques antagonistes au sein de la gauche péruvienne et même au-delà [Iglesias, 2010]. Les Mémoires de Luis Alberto Sánchez s’insérèrent dans ce débat. Elles en alimentèrent les dimensions conflictuelles en produisant des données historiques foisonnantes. La nouveauté introduite par Luis Alberto Sánchez, pourtant très proche dans sa jeunesse du directeur de la revue Amauta, fut de développer un dispositif de mise en concurrence entre Mariátegui et Haya de la Torre. Il procéda à de multiples comparaisons entre les deux hommes, et ne se priva pas de mettre en avant le paternalisme et la précocité qu’avait le leader apriste sur l’auteur de Sept Essais d’Interprétation de la Réalité Péruvienne. Les livres les plus significatifs des deux hommes entrèrent dans cette logique. Cette construction fit de l’oeuvre de Haya de la Torre le caractère précurseur du renouvellement de la gauche péruvienne : « son livre Pour l’émancipation de l’Amérique latine de 1927, édité par Gleizer, à Buenos- Aires, avait circulé sans obstacles, bien avant les Sept Essais d’Interprétation de la Réalité Péruvienne de Mariátegui…8 » Revenant sur l’expulsion de Mariátegui et de Falcón en 1919 par le régime de Leguia, l’ouvrage signalait que le retour au pays du premier avait été très difficile. Mariátegui en effet avait souffert de la polémique autour de son départ en exil9 et il s’en était sorti grâce à Haya de la Torre qui lui avait permis de revivre politiquement. Le chef du PAP, alors président de la Fédération des Étudiants Péruviens, s’était chargé de le réintroduire dans les mouvements contestataires en jouant de tout son charisme pour le faire accepter parmi les ouvriers et les réticents. Il lui avait même permis de devenir professeur des Universités Populaires Gónzalez Prada qu’il avait créées en 1923. Luis Alberto Sánchez se basait sur ce fait pour défendre l’idée que l’activité sociale et politique de Mariátegui avait débuté grâce à Haya de la Torre10. Selon lui, le paternalisme de Haya de la Torre se prolongeait également sur le terrain idéologique. Il existait en effet plus qu’une filiation au niveau des idées entre la revue Amauta et le Front Unique des Travailleurs Manuels et Intellectuels. C’était la pensée anti-impérialiste de l’APRA qui avait permis à Mariátegui de mener à terme son projet de revue politique progressiste11. Selon Luis Alberto Sánchez qui citait Mariátegui lui-même, les milieux contestataires péruviens vivaient à l’époque dans l’expectative des apports et de l’expérience de Haya de la Torre alors en exil en Europe12.

  • 13 Ibid., p. 319.
  • 14 Ibid., p. 319.

21Parallèlement à ces éclaircissements, Luis Alberto Sánchez mit en place une véritable instrumentalisation de la rupture entre marxistes et apristes. Il cultiva la théorie du complot en mettant ostensiblement en avant la lâcheté des premiers face au courageux projet préparé par les exilés apristes en vue de renverser Leguia. Il les accusait d’avoir fait échouer le projet, d’avoir provoqué des arrestations dans les rangs de l’APRA et de n’avoir disposé d’aucun courage politique d’opposition. La présentation de la trahison d’Eudocio Ravines (l’apriste en charge de la section apriste de Paris jusqu’en 1929) marquait le sommet du retournement de position des marxistes. Ayant assisté au Congrès Anti-Impérialiste de Bruxelles de 1927 avec Haya de la Torre, Ravines était présenté comme le grand instigateur de la rupture, jouant un rôle de « trompe-l’oeil » qui avait engagé Mariátegui à « considérer cette campagne dynamique et politique de Haya de la Torre contre Leguia comme une expression de l’individualisme du caudillisme »13. Taxé de « séparatiste » pour avoir quitté le secrétariat de la Cellule Apriste de Paris, Eudocio Ravines était présenté comme traître. Il était décrit comme un opportuniste qui, dès lors qu’il avait posé le pied au Pérou, avait qualifié son ancien compagnon de voyage en Europe, Haya de la Torre, de « totalitaire, de néofasciste, d’ambitieux, et d’individualiste »14. Cette critique était renforcée par le rappel du rôle joué par leurs anciens collaborateurs qui avaient livré des documents de Haya de la Torre au gouvernement de Leguia, qui s’était empressé de les publier dans la presse officielle accompagnés de commentaires salaces.

22L’exposition de la rupture avec les marxistes servit aux apristes pour redire leurs origines et remettre à l’ordre du jour leur image de « cavalier seul contre tous » que les alliances parlementaires avaient brisée durant les années 1960. Elle permit surtout de signifier leur positionnement sur l’échiquier politique péruvien et de mettre en lumière les injustices dont ils avaient été victimes lors des coups d’État de 1962 et de 1968. La rupture servit pour montrer les intérêts communs entre la droite dictatoriale et « la gauche européisante » ou le mariatéguisme. Considérée comme une permanence, cette connivence fut présentée comme une atteinte à la démocratie dont le PAP restait le principal défenseur. Cette manifestation, selon Sánchez, vérifiait la nécessité d’opter pour des partis capables de lutter efficacement contre la menace totalitaire portée par le communisme péruvien. L’exposition de la rupture des années 1920 faisait du marxisme l’Adversaire, voire l’ennemi à abattre qu’il fallait absolument critiquer. La prise de distance définitive avec le marxisme permit au PAP de se restructurer autour de son passé. Non content de signifier la nature non marxiste de son parti, l’auteur compléta son travail de réveil identitaire en revenant sur les faits marquants des origines de l’aprisme. Il fit le choix de faire renaître la symbolique apriste et de raviver l’épopée des années 1920, que la participation indirecte au pouvoir [Portocarrero, 1983] avait partiellement effacée.

Notes

1 « Tout ceci, et plus encore, a été réalisé en à peine un an de gestion du gouvernement. Il y en a qui disent que le pouvoir de la propagande est grand. C’est possible que ce le soit. Mais aucune propagande ne peut gommer l’appréhension de tous les Péruviens, de la conviction que ce gouvernement est en train de réaliser des choses qu’aucun gouvernement n’avait jamais encore fait. » Velasco Alvarado, 1973, p. 8.

2 « Dans l’armée de terre, les conscrits sont à 95 % des gens de la sierra… Analphabètes, célibataires, et sans responsabilité familiale, qui manquent de sensibilité sociale et de conscience civique. En revanche, les unités blindées emploient un personnel relativement qualifié. En ce qui concerne la flotte, les engagés, qui représentent 50 % de l’effectif, sont d’authentiques professionnels venant pour la plupart de la côte, qui souffrent toutes les pénuries des gens pauvres… En outre, ils ont des contacts avec les civils et s’intéressent aux questions qui les concernent directement. Ils sont donc accessibles à la propagande politique. C’est parmi ces soldats-ouvriers que l’Apra a recruté le plus grand nombre d’adhérents. Mais les officiers de l’armée de terre, les officiers de la police et de la gendarmerie sont en général des gens d’origine modeste : sur eux, les mots d’ordre de l’Apra sont efficaces. » Villanueva, 1977

3 Message présidentiel, 8 déc. 1936, Archives diplomatiques, 28 déc. 1936, Bullick, 1999, p. 5.

4 Archives diplomatiques, 3 mai 1937, Bullick, 1999, p. 96.

5 Luis Heysen cité par José Arico, « Mariátegui y los orígenes del marxismo latinoamericano », Socialismo y Participación, 1978, p. 19.

6 Carlos Manuel Cox cité par José Arico, Ibid.

7 « La figure et la conduite de l’auteur du Comte de Lemos avaient créé une école. Mariátegui s’y intégra avec ferveur. En peu de temps, il en devint le principal prêtre. », Sánchez, 1969, p. 182.

8 Ibid., p. 318.

9 « À ce moment, il se murmurait que tous les deux avaient été achetés. La chose fit son chemin. » Ibid., p. 302.

10 « Haya de la Torre obtint d’Arturo Sabroso, Conde, Nalvarete, Posada, Rios et de tous les leaders ouvriers sous son influence directe, qu’ils s’engagent à accorder un affidavit temporel à Mariátegui. Ce fut le début de l’activité sociale et socialiste de Mariátegui. » Ibid., p. 302.

11 « La planification d’Amauta se fit dans les lignes directrices du Front Unique des Travailleurs Manuels et Intellectuels, lancé par Haya de la Torre et l’APRA. » Sánchez, 1969, p. 306.

12 « Víctor Raúl est en ce moment en Russie, il va certainement nous apporter des choses nouvelles. » Ibid., p. 304.

13 Ibid., p. 319.

14 Ibid., p. 319.

Table des illustrations

Titre Boletin de la universidad Manuel Gonzalez Prada, n° 1, 1927, CEDINCI, Buenos Aires.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2619/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540