Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Deuxième partie. L'émergence d'une historiographie de "l'Âge d'or"

Introduction à la deuxième partie

Texte intégral

1À partir des années 1960, la société péruvienne devint plus complexe grâce au progrès de l’urbanisation et à l’exode rural. D’importantes transformations anti-oligarchiques s’instaurèrent dans certains espaces ruraux des Andes péruviennes, à mesure que l’État acquérait une plus grande place et que de nouvelles forces politiques se consolidaient. Pourtant, la démocratisation de la vie politique péruvienne ne fit que peu de progrès, comme l’illustra le coup d’État militaire de 1962 après la victoire de Haya de la Torre aux élections présidentielles. Le pays connut par ailleurs une plus grande mobilité sociale, ce qui eut des répercussions sur la composition des forces armées qui s’émancipèrent progressivement du contrôle exercé sur elles par l’oligarchie. On assista ainsi à l’émergence de nouveaux officiers et sous-officiers dont les visées politiques devinrent plus importantes que durant la période antérieure. Cette métamorphose de l’armée favorisa dans une bonne mesure le projet de certains militaires de rétablir un ordre qui échappait à l’oligarchie. Elle poussa également les officiers défendant des idées sociales à bousculer le Parti Apriste Péruvien qui perdait le contrôle d’un électorat grandissant (défaite aux élections présidentielles de 1963). Les pressions des États-Unis dans le cadre de la Guerre froide aggravèrent cette situation, ce à quoi il faut ajouter le développement de guérillas dans le pays comme le MIR (Mouvement de la gauche révolutionnaire d’inspiration apriste mené par Guillermo Lobatón et Luis de la Puente, fondé en 1959) et l’ELN (Armée de libération nationale de tradition communiste, fondée par Héctor Béjar en 1962).

2Lors de son arrivée au pouvoir en 1963, Fernando Belaunde Terry, candidat du parti Action Populaire (AP), tenta d’enrayer ces phénomènes. Son gouvernement devait faire face à un défi complexe, comportant notamment des exigences de plus en plus grandes de la part d’une population qui croissait à un rythme explosif. Depuis 1956 (gouvernement de Manuel Prado qui inaugura la Convivencia du nom donné à son entente avec les forces du PAP), la condition des Indiens des hauts plateaux « avait empiré et les autorités locales déploraient les invasions par les communautés qui, de leur côté, préféraient parler de récupérations » [Vayssière, 2001, p. 180]. Devant les blocages de la démocratisation et les demandes pressantes d’une réforme agraire, la situation devint extrêmement compliquée pour le régime en place. Il ne disposait d’ailleurs ni d’une majorité dans les deux chambres législatives (coalition du PAP et des forces de l’ancien dictateur Odria contre les mesures prises par le pouvoir exécutif ), ni de marges de manoeuvre au niveau économique en raison de la persistance d’une crise prolongée, commencée en 1956, qu’aucune force politique ne semblait pouvoir enrayer. Le gouvernement de Belaunde finit par être asphyxié par des demandes sociales qui n’étaient point portées institutionnellement, sous la pression conjuguée d’une oligarchie agrariste et d’une extrême gauche « aiguillonnée par la révolution cubaine » [Vayssière, 2001, p. 211]. La révolution du 3 octobre 1968 balaya une démocratie qui ne parvenait pas à dépasser ses blocages systémiques et qui était de plus en plus affaiblie par la grave crise socioéconomique qui frappait le Pérou.

3La publication des Mémoires de Luis Alberto Sánchez intervint en 1969 alors que le pays connaissait depuis octobre 1968 une expérience révolutionnaire qui balaya l’organisation oligarchique de la société et des structures de production péruvienne. Ces transformations menées par des militaires qui imposèrent « une révolution par le haut » auraient pu signifier la victoire des idées apristes nées en 1926, puis consolidées dans les années 1930. Haya de la Torre aurait même pu reconnaître cette victoire contre l’oligarchie qu’il critiquait tant. Il ne le fit pas. Le PAP se trouvait en pleine phase de reconstruction politique à la suite des voyages de son leader en Europe de l’Est et à l’annulation par l’armée de sa victoire aux élections présidentielles de 1962. Contraint à « la révolution par la conscience », le PAP se retrancha dans ses locaux à partir de 1968 et ses dirigeants s’efforcèrent de repenser le rapport du parti au marxisme. Ce fut au cours de ces discussions qu’Haya de la Torre livra à ses camarades la révision de son jugement sur l’URSS qu’il décrivait comme un vaste empire despotique (ce qui était assez inhabituel en pleine Guerre froide au sein de la Gauche latino‑américaine).

4Influencé par ces discussions et marqué par l’arrivée au pouvoir de l’armée avec laquelle le PAP n’avait jamais entretenu de bonnes relations, l’historien Luis Alberto Sánchez entreprit de lever le voile sur les diverses expériences qui conduisirent à la formation de l’APRA. Il utilisa ses Mémoires pour raconter l’intrigue qui amena les principaux membres de la Réforme universitaire péruvienne à fonder l’APRA. Même s’il se garda d’énoncer que sa description du passé était « un ensemble d’images, de jugements et de portraits organisés selon ses souvenirs » [Sanchez, 1969, p. 8], il en profita pour mettre en lumière les origines illustres du PAP et clarifier sa position vis-à-vis du marxisme. Celui qui avait été successivement professeur puis recteur de l’Université San Marcos proposa ainsi un récit des origines où se mêlaient différents faits historiques qui témoignaient de la vie de Haya de la Torre et de la lutte sociale contre l’autoritarisme.

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable