Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Première partie. La construction d'une culture partisane en exil

Introduction à la première partie

Texte intégral

  • 1 Autre nom donné au régime de Leguía.

1Víctor Raúl Haya de la Torre (alors âgé de trente-six ans) se présenta en 1931 aux élections présidentielles qui suivirent le renversement du système autoritaire présidé par Augusto B. Leguia (1919-1930). Il avait derrière lui plus de dix ans d’une vie politique qui se confondait avec les différents mouvements sociaux qui avaient secoué le Pérou du début du xxe siècle. Le discours qu’il prononça le 23 août 1931 Place d’Acho devant les membres de son nouveau parti (le PAP) présentait une société dualiste : d’un côté, les grands propriétaires fonciers, de l’autre la masse de la population. Cet acte marquait son intronisation sur la scène publique péruvienne en tant que dirigeant apriste après huit années passées en exil dans différents pays. Son discours exposait une vision conflictuelle du Pérou des années 1930. Il se situait de ce fait dans le prolongement des affrontements qui s’étaient multipliés durant les années 1920 dans le pays. Le gouvernement de Leguia avait, en effet, dû faire face à des manifestations ouvrières, à des soulèvements paysans dans les Andes, au mouvement de la Réforme universitaire péruvienne, à des critiques à l’intérieur de son propre camp ainsi qu’au développement d’une presse contestataire menée par des revues comme Amauta ou El Sol de Cuzco. La fin de la Patria Nueva1 (Nouvelle Patrie) correspondait par conséquent à la mort d’un régime qui avait exilé ou emprisonné de nouvelles personnalités comme les leaders étudiants Haya de la Torre, Manuel Seoane ou Luis Heysen.

Boletin Manuel Gonzalez Prada.

Boletin Manuel Gonzalez Prada.

2Le régime de Leguia ne se caractérisait pas uniquement par une tension graduelle au sein des différentes composantes de la société. Il fut témoin et acteur du début de la transformation des rapports sociopolitiques traditionnels qui étaient restés pour la plupart inchangés depuis l’Indépendance du Pérou de 1821. L’État encouragea par exemple la modernisation de l’économie en favorisant le développement des entreprises agro-industrielles de la côte péruvienne (routes, infrastructures maritimes, etc.) et en mettant en place les fondements modernes des institutions étatiques (ministères, développement des postes de fonctionnaires, etc.). De surcroît, il vit se développer une lente mutation du dualisme caractérisant les rapports entre l’oligarchie et le reste de la population. Ce furent durant ces années que l’on assista à l’émergence d’une classe moyenne dans les villes péruviennes, à une complexification des rapports de pouvoir au sein des élites provinciales et à une réorganisation des forces au sein de l’espace public dont profitèrent les « déçus » du régime (étudiants, élites provinciales, ouvriers) pour exprimer leur mécontentement. Certes, les années 1920 furent marquées par une transformation des systèmes de clientélisme local [Bourricaud, 1967]. Elles ne gommèrent pas pour autant le dualisme structurant dominant. Elles renforcèrent, à certains titres, le contraste entre le secteur moderne dont se revendiquaient le PAP et ses ennemis, et le secteur archaïque de l’économie péruvienne. Dans le domaine agricole et minier par exemple, les entreprises importaient des capitaux, des machines, des technologies modernes et s’inséraient dans le système économique mondial. En face, il existait une multitude de forces productives agricoles faibles, mal équipées, mal outillées et en marge des systèmes de production dominants.

3La naissance du Parti Apriste Péruvien apporta une nouvelle dichotomie dans le système politique péruvien à partir de 1931. Les années qui suivirent l’assassinat de Sanchez Cerro en 1932 se traduisirent par un affrontement entre le PAP et l’oligarchie. Ce combat marqua durablement la construction identitaire apriste ainsi que la formation d’un anti-aprisme viscéral au sein des forces armées, de l’oligarchie et de l’Église. Cependant, le dualisme caractéristique de la société péruvienne se modifia progressivement à partir des années 1950 en raison de l’évolution idéologique du PAP (métamorphose de l’idéologie dualiste), de l’émergence de nouveaux processus de mobilisation dans les campagnes et de l’apparition de nouvelles forces politiques dans le pays. Tous ces éléments contribuèrent au retour à la démocratie en 1956, ce qui marqua le retour du PAP à la légalité. Malgré ces modifications du jeu politique, le système oligarchique réussit à se maintenir jusqu’au coup d’État de Velasco Alvarado de 1968. Néanmoins, la junte militaire renversa un système d’interactions d’acteurs défendant des impératifs socio-économiques qui ne correspondaient plus au pouvoir dominant du temps de Leguia. Elle mit plutôt fin à un jeu d’acteurs complexes qui dominait certes encore l’appareil productif depuis 1930, mais dont les modalités d’action avaient changé. Le système oligarchique était en effet devenu un espace sociopolitique de plus en plus diversifié, puisque les acteurs étaient dorénavant hétérogènes quant à leurs motivations et à l’idée qu’ils s’en faisaient.

4La construction d’une culture partisane en exil par le PAP entre 1932-1945 et 1948-1956 s’inscrivait dans cette trame historique. Il serait néanmoins erroné de penser que cet usage politique du passé sut trouver d’emblée un mode de gestion efficace. Ce que l’on nomme habituellement « aprisme » et que de nombreux auteurs assimilent à une matrice idéologique ou doctrinaire se construisit progressivement comme un discours mettant en lumière les activités réalisées par les tenants d’une dénonciation des inégalités socio-économiques au Pérou et en Amérique latine. L’aprisme partait du constat de l’existence d’un système de domination au service de l’impérialisme, et de l’existence d’une connivence entre les oligarchies locales et les intérêts économiques des investisseurs étrangers. La démocratisation, l’interventionnisme étatique, et surtout l’intégration de l’Amérique latine, furent des propositions pour conjurer des règles de fonctionnement d’un champ politique hostile à une libéralisation des systèmes de représentation. L’exposition des activités transnationales du parti (par exemple le rôle international de Haya de la Torre ainsi que la dimension panaméricaniste de certaines expressions politiques) se révéla particulièrement efficace lorsqu’elle fut mise au service d’une déstabilisation des dictatures péruviennes et d’un rapprochement avec d’autres forces politiques analogues (Action Démocratique du Venezuela par exemple). Elle permit également de développer une culture partisane fondée sur la critique ouverte des ennemis de l’aprisme : communistes, oligarchie, Église, militaires, entreprises multinationales.

5Cette construction discursive d’une culture politique contenait néanmoins « une menace mortelle pour l’institution politique » [Pudal, 1989, p. 142], dans le sens où cette gestion de la militance fut pensée et mise en œuvre de manière restreinte par des cercles interpersonnels très fermés [Bourdieu, 1984]. Elle fut exécutée en suivant les consignes provenant d’une forme organique hiérarchisée autour d’un chef unique : Víctor Raúl Haya de la Torre. Cette dimension restreinte de l’exécutif décisionnel permit de construire des réponses organisationnelles face aux multiples attaques portées par l’anti-aprisme (aussi bien national qu’international). Cette apparente contradiction entre la quasi-dépendance vis-à-vis d’un caudillo et ses réussites en matière de politisation se manifesta notamment pendant les périodes d’exil (1932- 1945 et 1948-1956) durant lesquelles les dirigeants organiques découvrirent que leur combat transnational pouvait éviter la disparition de leur parti. La construction discursive des carrières transnationales participa par exemple à montrer l’habilitation du personnel politique apriste comme chefs de partis et comme responsables politiques capables de faire front face à n’importe quel type d’adversaires. Ce discours mit en place un rigorisme interne et une morale militante. Cette politique médiatique d’exposition des « précurseurs », des « figures intellectuelles » et des « activistes internationaux » souffrait néanmoins de failles en raison de sa trop grande lisibilité, ce qui la rendait très facilement identifiable par ses adversaires. Les opposants au parti pouvaient en effet mettre en place des opérations de propagande ciblées en dénonçant les dérives caudillistes de l’organisation, car ils connaissaient leurs ennemis et l’importance symbolique des leaders pour les militants de base.

6Les élites apristes devaient constamment répondre à des défis tels que l’éloignement géographique, leur déconnection avec la réalité sociale péruvienne et leur distance vis-à-vis des situations que traversaient les militants de base, notamment ceux qui vivaient dans la clandestinité ou étaient en prison. Il leur fallait donc apprendre à contrôler l’appareil militant, l’éthique partisane, les instruments de la politisation, tout en restant éloignés de leurs bases militantes. Ce fut cette délicate opération que réalisèrent Haya de la Torre et Luis Alberto Sánchez en s’insérant dans des espaces transnationaux afin de produire une culture partisane conciliante. Haya de la Torre s’étant déjà attaché à construire un modèle du dirigeant apriste dès la fondation de l’APRA en 1924. Les deux hommes en reprirent les lignes directrices. Ils utilisèrent leurs réseaux et les cellules apristes en exil pour articuler leur organisation et contrôler les différents tournants stratégiques. Ce fut ainsi qu’ils procédèrent à des modifications idéologiques entre 1932 et 1956. Ces changements qui affectèrent les équipes dirigeantes de manière concrète (expulsions, mise sous silence, marginalisation) furent des productions internationales avant de devenir des réalités partisanes nationales. Il s’agissait de freiner les risques de déstructuration interne, voire « d’hémorragie militante », grâce à une fabrication symbolique servant à unifier le parti. Voilà pourquoi les élites apristes utilisèrent les ressources offertes par l’exil afin de se doter d’un capital transnational à l’épreuve du temps, de l’usure et des soubresauts de l’Histoire.

7L’analyse socio-historique des exils apristes demeure encore aujourd’hui, faute de sources internes au PAP, assez dépendante de la propre production des élites étudiées. Les acteurs justifièrent la pertinence de leurs choix en les considérant en accord avec des principes théoriques. En réalité ces choix furent une réponse à des contextes décisionnels où se jouaient l’adoption d’une ligne politique, le choix des influences et des partenaires, voire la gestion de la circulation du matériel produit. Haya de la Torre estimait que ces évolutions contribuaient à l’essence même de l’aprisme, car elles reposaient sur la nature relative de l’action politique dont sa thèse sur l’Espace, le Temps et l’Histoire était le fondement :

  • 2 Haya de la Torre, 1936.

« Si nous acceptons l’idée que l’Europe et l’Amérique sont très loin d’être identifiables de par leur géographie, leur histoire et leurs six conditions économiques et sociales actuelles, on est obligé de reconnaître qu’une application globale à notre milieu de doctrines et de normes d’interprétations européennes doit être assujettie à de profondes modifications. Il y a là le sens, la direction et le contenu doctrinaire de l’APRA : elle interprète la réalité indo-américaine à l’intérieur de la ligne dialectique du marxisme. En ce qui concerne l’interprétation d’une nouvelle réalité aussi compliquée que la nôtre, il faut nier ou modifier les préceptes que l’on croit universels et éternels, de sorte que la loi des contradictions s’accomplisse : c’est la continuité par la négation2. »

  • 3 Le débat sur la discontinuité ou continuité de l’évolution de la pensée apriste a toujours donné li (...)

8Quel rôle attribuer aux réseaux péruviens de l’APRA à partir des années 1920 ? Dans quelle mesure les sections apristes furent-elles un cadre à partir duquel se mit en place une nationalisation des perspectives politiques ? Nous disposons de suffisamment de témoignages [Sánchez, 1969 ; Villanueva del Campo, 2004 ; Haya de la Torre, 1976], de lettres et de livres politiques [Haya de la Torre, 1956 ; Townsend, 1968 ; Orrego, 1957] pour comprendre les dynamiques d’élaboration discursive et pour poser la question de la politisation. La dialectique (sorélienne) du continu symbolique et stratégique3 qui est au coeur de l’histoire du Parti Apriste Péruvien ne peut donc être saisie « qu’en abandonnant provisoirement ce qui se donne à voir, les tournants stratégiques et doctrinaux » [Pudal, 1989, p. 144]. Nous pensons par conséquent que la démarche adoptée dans ce chapitre nous permet d’étudier le poids du transnational (matériel et symbolique) sur la définition d’une identité politique. Nous voulons ainsi comprendre les conditions et les mécanismes qui portèrent les acteurs à assumer, porter, voire à refuser les changements de la ligne politique du PAP.

Notes

1 Autre nom donné au régime de Leguía.

2 Haya de la Torre, 1936.

3 Le débat sur la discontinuité ou continuité de l’évolution de la pensée apriste a toujours donné lieu à de multiples interprétations. Le propre Haya de la Torre dans son livre majeur, Treinta años de aprismo, de 1956 explique le caractère relativiste de l’aprisme et se base sur celui-ci pour expliquer le processus d’évolution doctrinaire que connut le parti. Or, il est intéressant de remarquer que cet ouvrage fut explicitement laissé en marge de la politisation locale du PAP durant de nombreuses années, surtout au moment de sa parution. Nous reviendrons ultérieurement sur cette question en nous basant sur l’idée de « processus » qui structure la ligne socio-historique de ce travail.

Table des illustrations

Titre Boletin Manuel Gonzalez Prada.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2614/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 556k

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable