Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les mythes fondateurs du Parti Apriste Péruvien

 | 
Daniel Iglesias

Introduction

Texte intégral

1Les mythes politiques jouent un rôle important dans les constructions discursives partisanes. Au sein des partis politiques, ils permettent de construire et d’asseoir une légitimité auprès des militants et sympathisants. Ce livre examine leur rôle et leur importance dans la construction d’une culture militante à partir du cas du Parti Apriste Péruvien.

2Parti incontournable de la vie politique péruvienne depuis sa fondation le 20 septembre 1930 à Lima, le Parti Apriste Péruvien occupe une place de choix dans l’histoire du pays. Aux yeux des spécialistes et de la population locale, il a été et demeure le plus important parti politique péruvien en raison de son histoire, de son appareil politique (militants politisés, répartition et quadrillage national, sa condition de parti de masse jusque dans les années 1980), ainsi que de sa participation à la modernisation de la vie politique du Pérou (élections présidentielles, présence à la Chambre des Députés et au Sénat, production d’idées, etc.). Fondée en tant que section péruvienne de l’Alliance Populaire Révolutionnaire Américaine (créée par Haya de la Torre à Mexico le 7 mai 1924), cette organisation est née d’une volonté d’appliquer des principes idéologiques anti-impérialistes au Pérou et en Amérique latine. Synthèse de plusieurs courants de pensée (anarcho-syndicalisme, marxisme, nationalisme, ouvriérisme, etc.), la pensée apriste prétendait se situer « contre l’impérialisme, pour l’Unité politique de l’Amérique latine, pour la réalisation de la Justice sociale ! » [Haya de la Torre, 1977].

3Lancée par Haya de la Torre en 1926 dans un article publié par la revue The Labour Monthly. A magazine of International Labour, la doctrine dite « apriste » apparut sous la forme d’une réflexion politique nouvelle. Elle s’appuyait sur une donnée fondamentale : la volonté de mettre en place une Internationale exempte de lutte des classes. Elle énonçait à partir de là cinq points directeurs :

– la lutte anti-impérialiste ;

– la nationalisation des terres ;

– la solidarité entre les classes opprimées ;

– l’unité continentale ;

– l’internationalisation du canal de Panamá.

L’indigénisme et l’agrarisme hérité de la Révolution mexicaine prirent, de plus, une place centrale. Ces axes forgèrent par la suite durablement l’imaginaire politique d’Haya de la Torre et du parti, comme nous le verrons.

4Apparu dès ses débuts comme une formation pluriclassiste composée d’ouvriers, de paysans éduqués, d’étudiants, d’intellectuels et d’une bonne partie de la classe moyenne, le PAP devint très rapidement l’un des principaux animateurs de la scène politique péruvienne et latino-américaine. Son positionnement idéologique le conduisit par ailleurs à être attaqué dès 1928 par la IIIe Internationale et les Partis communistes de Mexico et de La Havane. Organisation à la fois nationaliste et internationaliste, elle avait pour but d’étendre l’idéal apriste en créant plusieurs mouvements analogues sur l’ensemble du continent latino-américain. Le parti, uni autour d’un nationalisme continental pour mieux se prévaloir contre les attaques portées par l’impérialisme « yankee », avait pour mission première de concevoir et de diffuser un modèle révolutionnaire purement latino-américain. Mais, très vite interdit à partir de 1932, puis pourchassé à la suite de l’assassinat du président Sanchez Cerro le 30 avril 1933, le PAP ne dépassa jamais la sphère péruvienne. Bien que cette Internationale n’ait jamais acquis une existence institutionnelle, il a existé une famille de partis apristes qui développèrent entre eux des réseaux transnationaux à partir de 1930 [Iglesias, 2010]. Ces réseaux réussirent à établir des configurations englobant les principaux responsables du Mouvement National Révolutionnaire bolivien (M.N.R), d’Action Démocratique du Venezuela (A.D), du Parti Colorado en Uruguay, des Febreristes paraguayens, du parti Libération Nationale au Costa Rica, du parti Révolutionnaire Dominicain de Juan Bosch et du parti du gouverneur Muñoz Marin à Porto Rico. Ces affinités produisirent notamment une culture organisationnelle, encouragèrent l’évolution idéologique des gauches latino-américaines et consolidèrent les carrières politiques de figures de renom (Betancourt, Leoni, Figueres, Arciniegas, Haya de la Torre, etc.) [Iglesias, 2011].

  • 1 En 1945, se produisit au Pérou un grand mouvement en faveur de la démocratie et des libertés publiq (...)
  • 2 Des élections libres eurent lieu en 1956. Manuel Prado-Ugarteche fut élu grâce au soutien du PAP. U (...)

5Au cours des décennies suivantes, le PAP fut interdit puis réapparut de façon éphémère. Cette oscillation nourrit progressivement à son encontre l’hostilité croissante de l’armée et de la droite péruvienne. Au point que ces instances conservatrices agitèrent à plusieurs reprises la peur de l’aprisme pour légitimer des coups d’État, voire de très sévères purges dans l’armée. Cette situation renforça la victimisation du parti. Il dut, dès lors, penser à sa survie et faire face à la censure et aux persécutions, tout en continuant à se constituer une identité depuis l’exil d’où les principaux chefs s’efforcèrent d’entretenir la mémoire des luttes des années 1920-1930, forgeant ainsi une politisation autour de symboles et d’un imaginaire collectif dont Haya de la Torre signifiait la grandeur. La question de la consolidation identitaire était d’autant plus importante que le parti ne réussit jamais à prendre le pouvoir du vivant de Haya de la Torre. Contraint de s’allier, au risque de voir s’instaurer des putschs militaires comme en 19451 ou en 19562, ou bien vaincu électoralement par la coalition Action Populaire-Démocratie Chrétienne menée par Fernando Belaunde Terry en 1963, le PAP ne put jamais véritablement ni gouverner, ni se maintenir dans l’appareil exécutif.

  • 3 Nom donné par le journal liménien El Comercio au parti suite à l’assassinat de son directeur Antoni (...)

6Les expériences de 1945 et de 1956 qui virent des coups d’État militaires se substituer aux régimes démocratiquement élus témoignent de la vigueur de l’anti-aprisme dans les forces armées et de la peur que suscitait encore, pour nombre de conservateurs, la Secte3. Les espoirs de gagner les élections grâce à Haya de la Torre s’estompèrent après les coups d’État militaires de 1962 et surtout de 1968. L’avènement de la junte de Velasco Alvarado et celui de la « Révolution péruvienne » réduisirent considérablement les chances du PAP de se consolider en tant que parti de masse. Le parti s’était en effet allié avec les partisans de l’ancien dictateur Odria dans les deux Assemblées. Il avait également refusé de canaliser politiquement les mouvements agraires qui secouaient les Andes péruviennes (années 1950‑1960) dans leur demande d’une répartition plus équitable de la terre. Bien qu’il ne réussît jamais à prendre le pouvoir sous la direction de son chef, l’histoire du PAP n’en reste pas moins l’une des données les plus importantes de l’histoire politique contemporaine péruvienne. Malgré les difficultés rencontrées, le parti réussit à se doter d’une base militante solide, de fiefs électoraux durables (El sólido Norte correspondant à la région de Trujillo), ainsi que d’une symbolique populaire qui, aujourd’hui encore, demeure forte. Mais surtout son rôle politique s’enracina après la victoire d’Alan Garcia Perez au premier tour des élections présidentielles de 1985 contre le candidat marxiste Alfredo « Frejolito » Barrantes (Gauche Unie, Izquierda Unida et ancien apriste). Cette présence apriste dans le jeu politique, bien que très réduite sous le régime d’Alberto Fujimori (1990-2000), redevint effective en 2006 avec le retour au pouvoir d’Alan García Pérez. Désormais éloigné de ses idéaux révolutionnaires des années 1920-1930 et de sa dimension anti-impérialiste et démocratique des années 1940-1990, le PAP gouverne actuellement le pays dans une optique libérale en matière économique et extrêmement conservatrice dans les domaines politique et social.

7Notre étude cherche à contextualiser et à expliquer le recours à l’histoire par ce parti politique. S’inspirant de différentes réflexions menées sur l’usage politique du passé [Revel, Hartog, 2006], elle s’efforcera de montrer comment des faits historiques sont susceptibles de devenir pour des raisons politiques un élément de propagande interne au sein d’une organisation partisane. Notre objectif est de dépasser certaines lectures historiographiques qui limitent, selon nous, l’écriture historique sur le PAP. Il n’existe en effet que peu de travaux qui s’émancipent du poids de l’historiographie apriste ou qui sortent vraiment d’une campagne politique à son sujet. Nous pensons également qu’il existe des difficultés théoriques et méthodologiques qui empêchent l’élaboration d’une véritable écriture historiographique sur le sujet. Par ailleurs, les discours apristes sont difficilement repérables en tant que tels, faute de critères internes permettant de les classer en « politiques » ou « non-politiques ». Comme l’indique le politiste Christian Lebart [Lebart, 1998], leurs effets ne permettent d’élaborer ni une typologie, ni une différentiation, car ils demeurent imprévisibles. La première difficulté, pour celui qui se prête à l’étude d’un ou plusieurs écrits politiques, réside donc dans l’extrême plasticité et multiplicité de l’objet. Les productions discursives englobent en effet la propagande, les programmes électoraux, les motions de congrès, c’est-à-dire des composantes diverses.

8Face à ces défis, nous lisons le recours aux mythes dans une logique de politisation comme une construction sociopolitique destinée à faire adhérer un militant à un message donné. Attentif à la fabrication d’une culture politique et la gestion des militants à l’intérieur de l’organisation, notre travail rend compte des témoignages d’hommes politiques et d’une production historiographique partisane. Nous avons qualifié ces deux formes d’écriture de « discours politiques » en raison des caractéristiques de leurs auteurs, des informations politiques qu’elles contiennent et de l’incessant flux d’idées politiques qu’elles peuvent véhiculer. Cet examen des outils d’une politisation partisane est attentif à une autre forme de communication politique organisationnelle. Notre travail propose une interprétation de la portée politique, symbolique, culturelle et identitaire d’un discours destiné aux cadres moyens ainsi qu’aux bases sociales du PAP.

L’historiographie sur le Parti Apriste Péruvien

9L’historiographie sur le Parti Apriste Péruvien comme celle des autres partis latino‑américains donne lieu à un certain rapprochement avec des unités conceptuelles, des thématiques de recherche et des types d’énonciations qui forment – selon leur degré de cohérence, de rigueur et de stabilité – un domaine de spécialité. Notre lecture historiographique a concerné des écrits qui se distribuent dans l’histoire. En raison de la multiplicité des points de vue, et de l’impossibilité de trouver entre ceux-ci une régularité et un système commun à leur formation, cet exercice historiographique s’est concentré sur la mise en lumière de quelques lignes directrices. Il nous a semblé qu’il était plus réaliste d’en indiquer les principales directions de recherche. Elles pourraient se résumer ainsi : la question du rapport avec l’indigénisme et la problématique de la substance intellectuelle du parti.

10Malgré des dissonances parmi les travaux sur la genèse de l’APRA ou du PAP, les perspectives tendent surtout à retenir son caractère indigéniste. Dès 1943, Edwards McNicoll considérait que le bréviaire apriste était le résultat de ses racines indigénistes et des combats sociaux qui secouaient l’Amérique latine de manière croissante. Il s’appliquait à voir dans l’oeuvre, Aves sin nido de 1889, de l’indigéniste péruvienne Clorinda Matto de Turner, la substance de fond d’un courant de pensée qui avait repris les principales idées de José Vasconcelos, Abraham Valdelomar, Manuel Gónzalez Prada, José Maria Eguren, Luis Valcarcel et José Carlos Mariátegui. Mc Nicoll voyait le PAP comme le fruit de la polémique née autour de l’entrée de l’Amérique latine dans la modernité qui avait vu s’affronter des conservateurs comme Víctor Andres Belaunde et des radicaux comme José Carlos Mariátegui. Or, même si l’indigénisme inspira Haya de la Torre dans son concept d’« Indo-Amérique », ce type d’explication ne tient pas compte des influences extérieures que subit l’APRA et que révèle l’étude de son discours.

11Tous ces éléments furent repris par les tenants d’une historiographie (en majorité nord-américaine) qui privilégie l’hypothèse d’une sorte de mimétisme entre le PAP et l’indigénisme. À la fin des années 1950, l’historien W. S Stokes s’inspira du legs de Mc Nicoll en l’ajustant à l’idée que cette filiation quasi-naturelle entre les deux courants de pensée s’expliquait davantage par l’influence décisive de la littérature latino-américaine contestataire du début du xxe siècle que par celle de la fin du xixe siècle. Prolongeant lui aussi les travaux de Mc Nicoll, l’historien Pike modifia la datation de l’influence de l’indigénisme sur le Parti Apriste Péruvien. Selon ce dernier, cette corrélation s’expliquait par un transfert intellectuel apparu dans les années 1930. Sur nombre de points, c’est cette dernière vision qui a forgé l’imaginaire du Parti Apriste Péruvien comme une organisation politique ayant toujours été l’organe protecteur des Indiens péruviens.

  • 4 « Notre APRA sera une Grande armée rouge ou ne sera rien. ». Lettre de Victor Raúl Haya de la Torre (...)

12On ne peut dissocier la naissance du PAP du caractère éminemment nationaliste et intellectuel des formulations exprimées dans les années 1920 dans le cadre de l’APRA. Les principaux dirigeants de cette organisation annoncèrent en effet – à l’image de Haya de la Torre et de Manuel Seoane – leur filiation avec d’autres formes d’expressions politiques. Dans les pages de la revue Amauta dirigée par José Carlos Mariátegui, les apristes exprimèrent notamment en 1927 leur souhait de revendiquer leur qualité d’héritiers de luttes passées : « l’APRA. cherche à être ce que le Kuomintang était pour la Chine ». Se basant sur ce type d’énonciation, l’histoire intellectuelle a recherché depuis les années 1950 à tisser des ponts discursifs entre différents écrits doctrinaux afin d’expliquer les origines culturelles de l’aprisme. Cette ligne historiographique cherche surtout à montrer l’influence exercée par le marxisme sur le jeune Haya de la Torre [Salisbury, 1983 ; Pike, 1983 ; Reveco, 1994 ; Figueroa, 1986 ; Klaiber, 1975 ; Luna Vegas, 1990] et comment celle-ci se manifestait encore après la fondation de l’APRA. Bien que se définissant comme un penseur purement latino-américain, Haya de la Torre utilisait en effet fréquemment des concepts méthodologiques et une symbolique liés au marxisme4 (lutte des classes, oppression de la bourgeoisie). Il définissait par exemple les États latino-américains comme des « États bourgeois, filiales du capitalisme américain ».

  • 5 Ibid.

13Comme le montre sa correspondance pendant les années 1920 avec Ravines et Pavletich, sa filiation au marxisme reposait plutôt sur des impératifs tactiques et sur son souhait de bâtir une machine politique organisationnelle. Il en fit même une stratégie de communication afin de garantir une meilleure cohésion parmi ses camarades. Il s’agissait selon ses propres mots de « donner » au « mouvement un caractère réellement communiste, marxiste ou léniniste, mais sans le dire, sans s’autoproclamer communiste ou léniniste, mais en s’en réappropriant les logiques d’actions »5.

14Malgré ces faits historiques, l’histoire intellectuelle demeure le champ historiographique dominant. Cette lecture semble même être entrée dans une nouvelle ère. Utilisant comme sources des témoignages qui ont largement répandu cette vision d’un courant politique qui « sur le latino-américain : assimile, filtre, utilise les apports idéologiques des précurseurs de la révolution américaine comme Francisco Miranda et Simon Bolivar, affirmant au passage ses racines latino-américaines » [Castro Arenas, 1979, p. 58], de nouveaux travaux examinent à présent les phénomènes de circulation idéologique. Dans son article « Aprismo, Marxismo, Relativismo », Mario Castro Arenas explique par exemple le jeu de transfert intellectuel qui alimenta la pensée d’Haya de la Torre. Il défend l’idée que ce dernier avait fondé l’APRA dans le prolongement d’un travail d’assimilation qui le mena à reconnaître « l’incomparable primauté de Ugarte, tout en manifestant le même sentiment pour l’oeuvre de rénovation intellectuelle de José Enrique Rodó, José Ingenieros, Alfredo Palacios, Leopoldo Lugones, Rubén Darío » [Castro Arenas, 1979, p. 58].

  • 6 « Quant à notre travail de présenter la nouvelle génération révolutionnaire latino-américaine comme (...)

15Après examen de nombreuses sources, il nous semble très difficile de parler aussi facilement d’ascendance de tel ou tel penseur sur Haya de la Torre. Voilà pourquoi nous défendons la thèse que sa filiation à différents penseurs (Vasconcelos, Ingenieros, Palacios) fut plutôt la manifestation d’une tactique politique afin de consolider les noyaux apristes, et les positions émergentes des sections apristes en Europe et en Amérique latine durant les années 19206. Nous pensons même que cette tactique se transforma en culture politique durant les exils (1932-1945 et 1948-1956), puis lors du retour du PAP à la légalité à partir de 1956. Par conséquent, nous croyons qu’il y a de nouveaux objets à explorer autour de cette construction organisationnelle. Il existe pour cela une série de travaux fondateurs [Klaren, 1970 ; Klaren, 1973 ; Kantor, 1952 ; Kantor, 1964 ; Vega Centeno, 1985 ; Vega Centeno, 1986] encore mal étudiés sur lesquels fonder de nouvelles interrogations sur la place du symbolique dans la formation de normes internes à l’aprisme. Cette nouvelle historiographie pourrait ainsi participer au renouvellement des études sur l’aprisme opéré depuis plusieurs années autour de ses réseaux transnationaux [Yankelevich, 2005 ; Yankelevich, 1996 ; Melgar Bao, 2004 ; Bergel, 2010 ; Iglesias, 2007 ; Iglesias, 2010 ; Iglesias, 2011].

Comprendre une politisation partisane

16Bien qu’ils aient fait l’objet de critiques venues du champ sociologique et historiographique, les travaux sur les discours politiques ont connu un réel retentissement dans le monde des sciences sociales et au-delà depuis le tournant linguistique opéré dans les années 1980 [Eley, 1992]. S’inscrivant dans un contexte marqué par l’acceptation de l’idée que le langage joue un rôle constitutif dans la construction sociale de la réalité [Berger, Luckmann, 2006 ; Corten, 2006 ; Laclau, 2000 ; Laclau, Mouffe, 1985 ; White, 1992 ; Laclau, 1978 ; Laclau, 2005], ils s’accordent pour souligner le poids des discours en tant que facteurs explicatifs de l’intégration politique organisationnelle. Prétendre analyser un discours politique, cela ne signifie pas uniquement délimiter les frontières d’un objet dans le temps et dans l’espace, ou encore choisir les corpus les plus accessibles. Il s’agit également de proposer un angle d’attaque pour mieux en saisir sa portée signifiante ainsi que son importance politique. Tout discours politique ne peut s’émanciper de la réalité dans laquelle il s’insère. Plus généralement, il condense parfois les logiques sociales, les angoisses, ou tout simplement l’état d’esprit qui préside à sa production et réception. Suivant cette logique, il convient de proposer une approche analytique qui puisse saisir son imbrication avec son temps de production en tant que dynamique sociopolitique. Il s’agit en effet d’essayer de dresser des ponts entre les logiques textuelles et le réel, plutôt que de penser le discours comme un tout indépendant de son contexte de naissance. Cela nous a amené à opter pour une démarche qui présente, dans un premier temps, le contexte politique et social, et dans un second temps, le discours lui-même. Cette proposition repose sur l’idée qu’une production discursive émanant d’un parti politique est une manifestation sociopolitique qui irrigue la vie militante.

17Nous avons consacré la moitié de l’explication discursive de chacune des trois parties au travail de recentrage historique à partir des témoignages eux-mêmes et de travaux historiographiques sur ces périodes. Notre but est de tisser les liens entre les débuts du travail historiographique du PAP lors du premier exil (1932-1945) et la naissance d’une historiographie officielle dans les Mémoires de Luis Alberto Sánchez en 1969, puis entre cette dernière et le corpus de témoignages apparus avec l’avènement de la junte militaire présidée par Morales Bermúdez en 1975. L’examen de ces discours embrasse une expérience discursive qui s’est bâtie au cours de trois grandes étapes de la vie politique du PAP (ses débuts à partir de 1930, sa plus grave période de crise à la fin des années 1960, et sa fin en tant qu’aprisme historique à partir de 1975). Il vise à comprendre l’évolution du discours et de ses modalités sur une longue période afin de vérifier la corrélation entre le contexte politique et la production littéraire. De ce fait, nous pensons saisir l’évolution des positionnements stratégiques de ce parti qu’illustrait la construction de mythes fondateurs. Le discours étudié est présenté en trois grands ensembles que nous avons sélectionnés en fonction du lien indissoluble entre le travail d’écriture, et les mutations des contextes politiques. Les témoignages et les productions historiographiques regroupent des données de trois périodes distinctes que nous avons classées, hiérarchisées et présentées de manière chronologique.

18Nous avons examiné les principaux témoignages et récits des cadres du PAP dans différentes publications. Il s’agit en priorité de témoignages publiés sous formes de recueils de textes qui compilaient des articles parfois déjà publiés : Víctor Raúl Haya de la Torre Testimonio y mensaje, Obras Completas de 1977 et Luis Alberto Sánchez Testimonio personal de 1969. Nous intéressant à la gestion des militants apristes, nous avons également analysé la production historiographique comprenant les écrits formulés par les membres du PAP durant les exils et à partir de 1975. Cette historiographie correspond au travail de présentation et de consolidation des fondements de la culture apriste entre 1932 et 1945, puis entre 1948 et 1956. Celle-ci rassemble les échanges, les réseaux de circulation et les opérations menées afin de faire survivre le parti. Pour ce qui est de la période 1975-1980, cette historiographie regroupe des écrits jugés officiels par le parti et qui correspondent aux formulations classiques du PAP sur ses origines et le parcours historique de son chef. Ce regroupement inclut les livres de Luis Alberto Sánchez (Víctor Raúl Haya de la Torre o el político et Apuntes para una biógrafia del APRA, Los primeros pasos 1923-1931) et de Percy Murillo (Historia del APRA 1919-1945). Il porte la formulation des actes fondateurs de l’APRA comme la Révolution mexicaine, la Réforme universitaire de Cordoba, et les luttes étudiantes contre Leguía.

19Plusieurs autres facteurs peuvent expliquer la survie du PAP jusqu’à nos jours. Ce qui est indéniable, c’est que la construction identitaire a été l’un des fondements autour desquels s’est construit le parti. Poussé par des événements qui le contrariaient et sensible à l’évolution de la pensée marxiste au xxe siècle, le PAP a su progressivement s’adapter. Haya de la Torre lui-même en guida l’évolution, infléchissant progressivement sa radicalité politique en fonction des mutations socio-économiques que connaissait la société péruvienne. Démarrée en 1932 alors que ses dirigeants étaient en exil ou dans la clandestinité, la politique de résistance de cette formation politique s’articula autour des origines politiques et intellectuelles du mouvement émergent. La nécessité de se doter d’une légitimité interne et de former des cadres fidèles aux valeurs apristes devint par la suite l’un des leitmotivs de l’aprisme. Cette nécessité s’accrut après le coup d’État de Velasco Alvarado de 1968 qui marqua le recul du PAP de la scène politique péruvienne et latino-américaine. Puis elle se prolongea après 1975 grâce au retour progressif de la démocratie au Pérou. Afin d’expliciter cette trame historique, nous avons établi quatre séries de questions destinées à explorer la construction de la culture partisane du plus important parti de l’histoire politique du Pérou contemporain :

– Quels éléments ont été utilisés pour faire exister une expérience collective vouée au service d’une cause nationale et continentale ?

– Dans quelle mesure la nécessité de construire une image de parti cohérente, gratifiante, enracinée et tournée vers l’avenir mobilise-t-elle des ressources offertes par le passé ?

– De quelle manière a-t-on mis en avant la trajectoire d’un leader politique censé incarner les luttes de son pays ?

– De quelle manière a-t-on mis en évidence des preuves sur lesquelles étayer la légitimité de Haya de la Torre en tant que leader politique péruvien ?

La politisation comme construction d’un cadre hégémonique

  • 7 « Toutes les recherches ont pour point commun que la connaissance sociologique des conditions et de (...)

20Dans le domaine des études sur les partis politiques [Duverger, 1981 ; Michels, 1971], les modalités discursives et leurs composantes sont étudiées comme des facteurs de structuration interne. Partant de catégories d’analyses fixées au préalable, ces travaux cherchent à saisir les discours politiques comme une activité inscrite dans un espace donné. Dans ce champ, l’histoire a permis par exemple un approfondissement des interprétations sur ces derniers apportant grâce à sa perspective diachronique de nouveaux indices pour les comprendre en tant que vecteur de politisation. Elle a ainsi contribué à élucider des interrogations non traitées par les perspectives synchroniques, comme l’évolution des engagements politiques dans le temps, les représentations, voire la question du rapport entre les organisations partisanes et l’espace public. En histoire comme en science politique, l’impact d’un discours comme facteur de politisation est souvent considéré comme la résultante d’une interaction qui s’explique par l’existence de similitude catégorielle, d’intérêts partagés et de motivations multiples. Néanmoins, comme le souligne Olivier Filleule dans un article sur l’analyse processuelle de l’engagement militant, la dimension individuelle de la militance demeure parfois opaque, voire inexistante, dans les écrits scientifiques dès lors que ces derniers tentent d’expliquer la relation des acteurs au champ politique7. Par conséquent, l’un des enjeux des analyses sur la fabrication d’un discours politique porte sur l’attention à prêter aux dynamiques sociales qui réalisent cette opération. Il s’agit de regarder avec attention les étapes qui jalonnent la genèse d’un projet discursif, les acteurs et dans quelle mesure cette activité témoigne des différentes formes que revêtent les positions relationnelles qui modulent la politisation. Cette approche nous a conduit à nous intéresser à la nature du champ dans lequel est fabriqué le discours. Bien que cette condition soit indispensable pour expliciter l’insertion de ce dernier dans une action collective, la tradition classique dans les sciences humaines et sociales travaillant sur les mouvements sociaux semble majoritairement mettre l’accent sur l’émergence d’un champ donné, sorte de « monde à part » résultant de l’intensité des interdépendances entre les différentes composantes de cet espace social.

21La construction d’une culture partisane sur plusieurs années témoigne de la complexité sociopolitique de ce processus. Elle est à la fois la manifestation d’un usage politique du passé et l’expression d’un certain type de discours hégémonique lié aux expériences des acteurs. Ce dernier point est ce qui fait, à nos yeux, la singularité du Parti Apriste Péruvien. Cette singularité découle du caractère hégémonique de la construction interne de cette formation politique, dans la mesure où le discours que nous nous proposons d’examiner ne s’appuie pas tant sur une idéologie ou une doctrine que sur une manière de faire ressentir et de présenter le passé. Dans leurs velléités de consolider une hégémonie interne, les dirigeants apristes eurent en effet recours à un imaginaire politique qui tendait à converger vers la personne de Haya de la Torre et vers l’unicité de l’organisation apriste. Cet imaginaire traduisait également une volonté politique de prolonger la communication interne du parti en utilisant les avantages offerts par les mémoires et l’histoire.

22Nous partons de l’hypothèse que la compréhension de la construction d’une dimension hégémonique au sein d’une formation politique ne peut être comprise qu’en tenant compte du contexte sociopolitique dans lequel elle s’insère. Comme le souligne Raoul Girardet, toute production historiographique, aussi déformée ou partielle soit-elle, n’en garde pas moins un lien étroit avec le réel. Elle fournit même selon ce dernier : « un certain nombre de clés pour la compréhension du présent, une grille à travers laquelle semble s’ordonner le chaos déconcertant des faits et des événements » [Girardet, 1986, p. 13]. Voilà pourquoi nous considérons que nous ne pouvons dissocier l’histoire du discours sur les origines du PAP et l’histoire politique péruvienne contemporaine. Ce dualisme nous fournit des éléments pour discuter le vrai sens politique à leur accorder. Suivant cette démarche, nous avons complété notre première série de questionnements par une autre problématique portant sur les effets hégémoniques de ces discours : dans quelle mesure ces discours sur les origines sont-ils fondateurs d’une culture politique hégémonique ?

23Qu’il soit lu comme l’héritier de l’APRA ou qu’il soit interprété comme la traduction organisationnelle des principes idéologiques énoncés par Haya de la Torre dans son « What is the APRA ? » publié en 1926, le PAP était à ses débuts une formation composée majoritairement d’anciens étudiants péruviens. Cette remarque, a priori anodine, s’avère fondamentale. Elle exprime, selon nous, le paradoxe des études sur ce parti et la confusion en vigueur, aussi bien dans les travaux scientifiques que dans l’opinion publique, entre l’APRA et le PAP. S’il est vrai que le PAP fut fondé comme la section péruvienne de l’APRA et servit de base organique à la candidature de Haya de la Torre lors des élections présidentielles péruviennes de 1931, les deux organisations sont deux entités différentes même si elles ont formé une sorte de continuum politique. Nous nous basons sur cette différenciation pour avancer l’idée que cette confusion favorise la simplification des lectures sur les pratiques politiques liées à l’aprisme. Malgré leur faible nombre, les études sur le PAP tendent en effet à limiter l’histoire de cette formation en se référant aux années 1920 (temps de l’APRA) comme le temps de la préhistoire apriste et en lisant les activités postérieures comme le produit direct de cette période. C’est cette tautologie que l’on retrouve dans les principaux travaux sur les origines des partis populaires apristes [Alexander, 1949 ; Di Tella, 1983 ; Hilliker, 1971 ; Klaiber, 1971 ; Vaivado, 1996]. Il est donc important de rappeler ici que l’APRA était une organisation transnationale composée de réseaux égocentrés dont la première caractéristique était de se revendiquer à la fois comme partie prenante d’un combat local et global :

  • 8 Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Eudocio Ravines, 17/10/1926.

24« Ustedes deben dividir su trabajo como si estuvieran en el Perú : interior y exterior. El primero significa todo lo que haya que hacer en el Perú : propaganda en las masas, propaganda en la prensa, comunicaciones con amigos o grupos, etc. El segundo la campaña de propaganda en la Argentina y América Latina, Uruguay, etc. Nuestra influencia revolucionaria en América debe dejarse sentir como la de los revolucionarios rusos en Europa antes de la revolución. Debemos ser y aparecer como los campeones de la agitación anti-imperialista, de unidad latinoamericana, de la defensa indígena, de la acción social de las universidades, etc. Esta es nuestra labor tenaz en el extranjero. Así lo hacemos respetable nuestra revolución para más tarde. Yo no escribo para los periódicos y revistas de fuera del Perú sino por hacer prestigiosa nuestra causa8. »

25Nous avons replacé les sources dans leur contexte de production dont nous explicitons les effets systémiques [Dobry, 2009 ; Dobry, 2000 ; Pierson, 2000 ; Thompson, 1966] sur le choix de dirigeants apristes. Nous retracerons la corrélation entre la volonté de communiquer autour des origines du PAP et l’histoire du Pérou. Nous procéderons de manière chronologique en analysant dans une première partie l’éclosion d’une historiographie et d’une propagande durant les exils : 1923-1930, 1932-1945 et de 1948-1956. Prolongeant notre reconstruction de ce processus sociopolitique, nous reviendrons sur les Mémoires de Luis Alberto Sánchez en les insérant dans l’histoire du PAP. Puis nous insisterons sur la consolidation de cette culture organisationnelle et sur le parcours politique de Haya de la Torre, en revenant sur le contexte politique péruvien et la production historiographique officielle du parti.

Claridad, n° 4, 1926, CEDINCI, Buenos Aires

Claridad, n° 4, 1926, CEDINCI, Buenos Aires

Notes

1 En 1945, se produisit au Pérou un grand mouvement en faveur de la démocratie et des libertés publiques dont l’expression politique fut la création du Front Démocratique National. Proscrit en 1932, le PAP revint à la légalité en 1945 sous le nom de Parti du Peuple. En 1948, José Luis Bustamante y Rivero arriva au pouvoir après des élections présidentielles qu’il remporta contre le général Eloy G. Urreta. Cette victoire fut le résultat de l’alliance passée entre le PAP et José Bustamante y Rivero.

2 Des élections libres eurent lieu en 1956. Manuel Prado-Ugarteche fut élu grâce au soutien du PAP. Un nouveau régime appelé convivencia se mit en place. On restitua les libertés démocratiques, on revint aux institutions de la Constitution de 1933, et on légalisa tous les partis politiques dont le PAP.

3 Nom donné par le journal liménien El Comercio au parti suite à l’assassinat de son directeur Antonio Miró Quesada et de son épouse en 1935 par des militants apristes.

4 « Notre APRA sera une Grande armée rouge ou ne sera rien. ». Lettre de Victor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, 15/04/1926.

5 Ibid.

6 « Quant à notre travail de présenter la nouvelle génération révolutionnaire latino-américaine comme un large front nouveau, je crois que nous devons le faire intensément. Il est donc impératif de parler de Vasconcelos, Palacios, Ingenieros, Ugarte au titre des précurseurs de la lutte anti-impérialiste ». Lettre de Victor Raúl Haya de la Torre à Esteban Pavletich, 6/6/1926.

7 « Toutes les recherches ont pour point commun que la connaissance sociologique des conditions et des formes de passage à l’acte y demeure opaque. On ne sait pas selon quelle modalité une disposition se traduit par une action effective ou par l’inaction. Ni les théories du comportement collectif qui s’en tiennent aux prédéterminations de l’action, ni l’école de la mobilisation des ressources empêchée par la métaphore de la rationalité de l’acteur, ni les approches structuralistes n’ont réussi à bâtir un modèle convaincant de l’engagement individuel et de ses évolutions dans le cours de l’action. » Filleule, 2001, p. 199.

8 Lettre de Víctor Raúl Haya de la Torre à Eudocio Ravines, 17/10/1926.

Table des illustrations

Titre Claridad, n° 4, 1926, CEDINCI, Buenos Aires
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2612/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M

© Éditions de l’IHEAL, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540