Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Paseo de San Francisco : tentative de rénovation des quartiers populaires

Texte intégral

1Le projet du Paseo de San Francisco en cours de réalisation à Puebla constitue la plus importante tentative de rénovation au cœur d’une zone mexicaine de protection des monuments historiques. Pour la première fois avec une telle ampleur, un projet d’urbanisme se propose de créer des espaces libres dans le centre pour attirer des investissements nationaux ou étrangers dans des activités touristiques qui doivent permettre la rénovation d’un ample secteur des barrios. Ce projet déclencha une forte opposition locale qui, associée au poids des organismes de protection et à la crise économique de 1995, en limita l’ampleur.

Des barrios au river walk

  • 1 Les pouvoirs publics signalent que seulement 700 personnes seront affectées par le projet, alors qu (...)

2En août 1993, un Programme de développement urbain et d’amélioration du Paseo de San Francisco a été publié et déclaré d’utilité publique. Un périmètre de 22,5 hectares et 27 pâtés de maisons aux limites de la traza et des barrios fut délimité pour réaliser une opération de rénovation organisée autour d’une « promenade » du rio San Francisco. Au total, cette zone englobe 1 100 édifices dont 175 monuments historiques, approximativement, 4 500 personnes y vivent en majorité dans des vecindades1. Seuls 60 % des immeubles sont habités et une partie importante du périmètre, à proximité de l’église San Francisco, est occupé par 14 usines et entrepôts. Il s’agit en majorité d’entreprises textiles très anciennes, fonctionnant souvent avec un matériel obsolète.

  • 2 A l’emplacement de l’ancien Paseo ou Alameda de San Francisco (ou Paseo Hidalgo), promenade bordée (...)

3La réalisation d’un lac et d’un canal de trois kilomètres reproduisant schématiquement le tracé de l’ancienne rivière San Francisco2, recouverte depuis les années 1960 par le boulevard 5 de mayo doit former l’axe structurant d’un projet touristique et tertiaire ouvrant de nouveaux espaces pour la construction de bureaux, d’hôtels, de restaurants et de commerces sur le modèle de la river walk de San Antonio (Texas). Cette zone de rénovation touristique et tertiaire, à proximité immédiate de la traza coloniale, devait être complétée par la création d’un nouveau centre de convention sur la colline des forts de Loreto et de Guadalupe. Une première maquette du projet proposait une réorganisation totale du plan masse de la zone, la destruction de la plus grande partie des édifices présents et la construction d’un téléphérique entre le zócalo et le centre de convention, actions totalement incompatibles avec la législation de protection du patrimoine. Le projet de rénovation devait permettre de « récupérer » une zone particulièrement détériorée mais aussi de relier les deux parties du centre en repensant l’intégration urbaine du boulevard 5 de mayo.

  • 3 Carlos Salinas de Gortari, discours d’ouverture du programme Angelopolis, juillet 1993.

4Lors d’une présentation du projet de rénovation par le président de la république, le modèle de la river walk de San Antonio est revendiqué explicitement : « Nous connaissons d’autres grandes villes d’autres pays du monde, qui étaient traversées par de belles rivières qui sont aujourd’hui des promenades touristiques avec une grande perspective de développement commercial »3.

5Grâce au décret d’utilité publique, les pouvoirs publics tentent d’acquérir la maîtrise foncière de l’ensemble de la zone. Dans un premier temps, l’expropriation n’est pas envisagée mais la déclaration d’utilité publique est utilisée pour interdire de fait toute mutation de propriété. Les terrains et immeubles ne peuvent être ni vendus ni hypothéqués et toute nouvelle activité est interdite dans la zone. Par ailleurs une forte pression est exercée sur les propriétaires par la municipalité et l’ensemble des services du gouvernement de l’Etat. Les autorisations d’activité des commerçants ne sont pas renouvelées.

6Dans un deuxième temps les terrains devaient être confiés à des nouveaux investisseurs pour réaliser des projets immobiliers, d’hôtels et de restaurants, prenant place dans un plan d’ensemble dont la réalisation est confiée à un bureau d’architectes qui se présente comme une filiale de la firme Pei Freed et Parners. La participation au projet de groupes des Etats-Unis (Sam’s, K. marts), espagnol (Galerias Preciados), et de chaînes d’hôtels françaises et espagnoles est évoquée, des rumeurs font état de nombreux millions de dollars d’investissements étrangers. Le projet du río San Francisco se présente donc comme un projet de modernisation permettant de faire accéder la ville au rang de métropole internationale. L’ambition de générer des investissements et des activités économiques « de grandes envergures qui peuvent avoir des effets induits importants sur la zone et qui atteignent un niveau international » est clairement affichée. Cette volonté peut néanmoins sembler éloignée de la justification de l’utilité publique qui apparaît dans le décret municipal évoquant la nécessaire préservation des barrios historiques, en « maintenant les usages et coutumes traditionnels » et en mettant en œuvre des politiques des logements sociaux. Aucun programme de logements n’est prévu dans le périmètre de rénovation, le relogement des habitants est envisagé dans des projets de logements sociaux en périphérie.

Angelopolis : « le projet le plus ambitieux depuis la fondation de la ville »4

  • 4 Manuel Bartlett, présentation du programme Angelopolis, 1993
  • 5 qui fut ministre de l’intérieur du Miguel de la Madrid, puis ministre de l’éducation de Salinas de (...)

7L’aménagement de la promenade du San Francisco constitue un des projets « détonateurs économiques et sociaux » du nouveau gouverneur, Manuel Bartlett5, pour sortir Puebla de sa « léthargie et permettre à la ville de récupérer le retard accumulé ». Une série de programmes sont intégrés dans un « méga-projet » Angelopolis dont le lancement fut annoncé, en même temps qu’un financement fédéral, en juillet 1993, à l’occasion d’une visite du président de la république Carlos Salinas de Gortari. Le programme de développement régional Angelopolis prévoit à l’échelle d’une grande région urbaine de Puebla (14 municipes), une série de grands travaux : approvisionnement en eau, nouvelles infrastructures routières dont un circuit périphérique, de nouvelles zones industrielles, des programmes d’habitats et la requalification du centre. L’équipe d’Angelopolis, rattachée directement au cabinet du gouverneur, fonctionne essentiellement comme une instance de gestion de projets sous-traités à des consultants ou des entreprises privées. Angelopolis se présente comme une nouvelle forme d’action publique.

8Organisme de projets, Angelopolis n’est pas inséré au sein de 1’exécutif de 1’Etat, il n’a d’ailleurs pas d’existence juridique : tous les actes officiels ont été signés par la responsable du ministère de l’écologie et de l’urbanisme de l’Etat, qui sera remplacé après un conflit entre les deux instances par l’ancien responsable du programme Angelopolis. Dans le même temps le programme d’Angelopolis est peu à peu réduit, cette évolution des relations entre Angelopolis et l’administration de l’Etat ne concrétise pas la prééminence de l’administration de projets sur le fonctionnement traditionnel de l’administration, mais bien le retour à une situation de fonctionnement classique de l’administration locale, dans un contexte de critique et de dénonciation par les acteurs municipaux d’opposition du caractère inconstitutionnel d’Angelopolis qui introduirait une instance intermédiaire entre l’Etat et le municipe.

9Le nouveau gouverneur a fondé sa stratégie de campagne sur la publication de sa volonté d’affronter par un important plan d’investissement et de travaux publics les besoins en infrastructures de la ville. Manuel Bartlett, dès avant sa désignation comme candidat du PRI, en juin 1992, était très présent dans l’Etat de Puebla en tant que coordinateur des projets spéciaux du Programme national de solidarité. A ce titre et comme possible candidat à l’investiture du PRI, il avait chargé un cabinet américain (Hamilton et Mackenzie) d’établir un bilan des problèmes de l’Etat, son programme de gouvernement sera élaboré sur cette base par des sociétés de consultants de Dallas, Texas (Mc Kinsey, et HKS et Sasaki).

10La rénovation de la zone du río de San Francisco apparaît comme un projet imposé par le nouveau gouverneur et conçu par des consultants des Etats-Unis, mais il faut rappeler que les barrios et en particulier les espaces proches de San Francisco étaient désignés depuis de nombreuses années comme zones à réaménager. On peut citer plusieurs tentatives antérieures d’une prise en compte spécifique des barrios :

  • dans les projets d’amélioration de l’image urbaine et des services de Xanenetla a la fin des années 1970 ;

  • à la même époque, dans le projet de plan de régénération urbaine du barrio del Alto (Gobierno del Estado de Puebla, 1980), qui établissait un zonage sur un espace incluant l’église et la promenade du San Francisco, en fonction d’une réhabilitation, régénération ou reconstruction ;

  • Plus récemment, on l’a vu, le Programme de réutilisation et revitalisation du centre historique désignait, en 1993, un périmètre similaire comme zone d’équipements culturels et de loisirs, alors qu’une partie des barrios était classée comme zone d’habitat collectif à restructurer et réhabiliter.

11En 1953, dès avant la canalisation de la rivière San Francisco, une première proposition de création d’un lac avait été rejetée par les pouvoirs locaux. On trouve un antécédent direct au projet de promenade autour d’un canal dans le plan de la chambre de commerce de 1988 qui proposait de prolonger la promenade du río de San Francisco (espace vert existant) jusqu’au centre scolaire au sud et de construire un canal pour capter les eaux de pluie, travaux qui devaient permettre de reconstituer l’ambiance antérieure à la canalisation de la rivière, cette proposition est la seule référence à une action sur les barrios dans un document qui, on l’a vu, se concentre sur le cœur du centre historique. Dans cette optique le réaménagement de San Francisco signifie très clairement une reconquête des barrios et une extension vers l’est de la zone touristique délimitée par le document.

12La zone affectée constituait donc depuis le début de la mise en place d’une politique volontariste sur le centre, un espace à reconquérir. D’autre part, la rupture urbaine créée par l’aménagement du boulevard 5 de mayo était considérée comme devant être réaménagée. En ce sens, le projet d’urbanisme conçu par la société de conseil en développement du Texas s’est inséré dans la vision locale de l’intervention sur les espaces centraux. Il n’en reste pas moins que le projet de San Francisco est totalement nouveau par l’ampleur de la zone considérée et le type de rénovation proposée.

13En février 1994, pour renforcer la faisabilité du projet touristique dans le centre, la zone fédérale de protection fut déclarée « Zone de développement touristique prioritaire » dans le cadre du programme fédéral de villes historiques touristiques et en accord avec la nouvelle loi fédérale du tourisme. Ce décret doit permettre de mobiliser des ressources fédérales et locales pour financer des projets de développement touristique. Soulignons que l’INAH s’était opposé à ce décret, et a refusé de l’entériner considérant illégitime et potentiellement dangereuse pour le patrimoine la tentative du ministère du tourisme de s’attribuer un rôle dans la gestion et la requalification des espaces historiques. Cette opposition entre l’INAH et le ministère du tourisme n’est pas spécifique à Puebla, mais repose, on l’a vu, sur un conflit de compétence entre deux instances fédérales.

Alliance des propriétaires, commerçants et locataires contre la rénovation

  • 6 Propriétaires : Asociación civil por los ideales de la Puebla tradicional, association civile pour (...)

14Le projet de rénovation déclencha une forte opposition de nombreux secteurs de la société locale. Les propriétaires et les locataires ont constitué des associations de lutte contre le projet6. Les propriétaires refusent l’aliénation de leurs immeubles et proposent d’investir directement dans un projet de revitalisation. Les responsables d’Angelopolis considèrent irrecevable cette proposition de la part d’acteurs économiques qui se sont avérés incapables d’entretenir et de développer les barrios, seuls des investisseurs spécialisés dans ce type de projet sont jugés capables d’impulser une requalification des espaces en crise. Quatre-vingt-sept propriétaires déposèrent des recours juridiques (amparos) argumentant l’inconstitutionnalité de la privation de leur droit d’usufruit et demandant l’annulation de l’affectation publique de leurs biens. Après une procédure complexe où des possibilités d’appels annulèrent des décisions d’instances inférieures, un amparo fut concédé sur la base d’une insuffisante justification de l’utilité publique de la réalisation du projet dans cette zone particulière et cinq sur la base d’une erreur technique sur la forme de l’inscription de l’utilité publique sur le registre public de la propriété. Pour certains avocats le fait que les propriétaires n’aient pas été avisés individuellement de la publication du décret est une cause d’annulation possible. Quoi qu’il en soit la procédure d’amparo ne remet pas en cause la déclaration d’utilité publique, elle en annule seulement les effets pour les plaignants. Dans la mesure où la démolition des immeubles n’apparaît pas explicitement dans les documents officiels, la législation de protection du patrimoine ne peut être mobilisée dans le cadre d’un recours juridique par les propriétaires ou locataires, elle n’offre aucune protection aux propriétaires ou aux locataires qui argumentent leur droit à rester sur place.

15Une partie des locataires luttent pour leur maintien sur place en argumentant la légalité de leur inscription urbaine et démontrant être à jour du paiement des loyers, d’autres groupes acceptent de négocier les conditions d’un relogement en périphérie. Mais si l’on peut lire en juillet 1993 sur les murs de la zone un slogan qui proclame « à bas la loi, vive le peuple », la mobilisation des habitants et des propriétaires prend essentiellement la forme d’une tentative de lutte sur le plan juridique mobilisant les différentes instances nationales et internationales. Les principales associations de propriétaires et de locataires adoptent une stratégie commune et tentent de mobiliser l’ensemble des recours politiques et juridiques possibles au sein du système de pouvoir mexicain, mais aussi auprès de la Commission nationale des droits de l’homme, de la Commission des droits de l’homme des Nations Unies, d’Amnistie international, argumentant la violation de leurs droits fondamentaux, et de différentes instances de protection du patrimoine, l’INAH, l’UNESCO et l’ICOMOS. Ils demandent une inscription de Puebla sur la liste du patrimoine mondial en danger. Une représentante d’une association de propriétaires fait le voyage jusqu’à Paris pour tenter de prendre la parole au cours de la réunion du bureau du comité du patrimoine mondial.

16Pour les habitants et les propriétaires, le décret de zone de monuments ainsi que l’inscription sur la liste du patrimoine mondial constituent des références mobilisables pour faire valoir leur droit à rester sur place. Dans une certaine confusion du rôle des organisations internationales, la récente intégration du pays à l’OCDE est aussi mobilisée pour renforcer la nécessité de l’application des normes de protection du patrimoine ; des courriers sont envoyés au BID et à la Banque Mondiale.

17Fin 1993 de nombreuses manifestations parcourent le centre de la ville, les locataires reçoivent l’appui de vendeurs « ambulants » de la 28 octobre, d’ejidatarios affectés par une expropriation pour la constitution d’une réserve foncière en périphérie de la ville et de paysans opposés à un projet d’approvisionnement en eau (Nealtican). Un Front de classe des organisations populaires tente de transformer l’ensemble de ces luttes sectorielles en un mouvement social contre le régime. Il n’existait pas de tradition de mouvements populaires ancrés dans les vecindades des barrios. Les organisations fondées pour tenter de canaliser l’opposition des locataires reposent sur la mobilisation de militants de la gauche locale, cette dynamique reproduit les fractures entre les différentes fractions des organisations de gauche et d’extrême gauche. Un conflit violent opposa deux organisations Frente de Inquilinos y comerciantes del centro historico (FICC) et Union de barrios (UB) pour le leadership du mouvement. Ces mouvements sont très présents sur la scène médiatique locale et sous la forme de manifestations, événements populaires qui drainent une participation supérieure à celle des habitants ou propriétaires réellement mobilisés contre le projet ; un petit groupe de militants forme le cœur de cette mobilisation. Les organisations de locataires proposent une intervention publique pour créer une nouvelle forme de propriété sociale dans le centre et la mise en place de rues touristiques pouvant accueillir des vendeurs ambulants d’artisanat. Elles revendiquent aussi le respect de ce qui est nommé « patrimoine intangible », c’est-à-dire la culture populaire des habitants des barrios, opposée à un développement touristique basé sur des capitaux étrangers et destiné à attirer des touristes étrangers. Propriétaires, commerçants et locataires ont formé un front commun pour revendiquer le respect du patrimoine et la préservation du mode spécifique d’habitat des barrios. Cette alliance tactique d’une partie des militants et de propriétaires de commerces, de logements ou d’immeubles n’élimine pas les intérêts contradictoires qui réapparaissent sous les projets proposés. Les propriétaires souhaitent une réhabilitation des vecindades pour la recherche de locataires plus fortunés ou la mise en place de nouvelles activités.

18Mais les oppositions aux projets dépassent les personnes directement affectées. Non seulement, les partis politiques d’opposition soutiennent les organisations de propriétaires ou de locataires, mais ils prennent aussi position contre les projets du gouverneur et en appellent à l’opinion publique. Un représentant du PAN dépose un recours juridique accusant le gouverneur de refuser de divulguer des informations sur le projet, les programmes d’investissements et les affectations réelles. Les représentants du PRD soutiennent les personnes affectées et remettent en cause le recours à une déclaration d’utilité publique pour créer des hôtels de luxe. Mais les représentants des milieux économiques locaux, les dirigeants de la Coparmex, protestent aussi contre un projet dont les principaux bénéficiaires ne sont ni les habitants, ni les propriétaires, ni les entrepreneurs locaux. Le gouverneur ralliera dans un deuxième temps les entrepreneurs locaux en confiant, sans appel d’offre, la réalisation d’une autre partie du programme Angelopolis - la voie rapide périphérique - à un consortium d’entreprises locales sous le contrôle de regroupement de chefs d’entreprises locaux, le Comité Empresarial.

Le poids de la législation de protection du patrimoine

19Les instances responsables de la protection du patrimoine manifestèrent leur étonnement devant un projet ouvertement en contradiction avec la législation fédérale de protection. Les représentants locaux de l’INAH furent accusés de laisser se réaliser un projet de destruction du patrimoine local, les instances nationales de l’INAH se mobilisèrent pour rappeler l’existence d’une responsabilité fédérale sur la zone. Le syndicat national des personnels de recherche de l’INAH manifesta son opposition au projet, en soulignant que non seulement des monuments seront affectés par le programme, mais que la spéculation immobilière générée par la transformation d’une partie des barrios en zone tertiaire de bureaux, d’hôtels et de commerces aura des conséquences sur une grande partie du centre en se traduisant par une expulsion de la population. L’intensité de la polémique locale amène les responsables de la protection du patrimoine à rassurer les mouvements d’opposants en soulignant que ce projet non approuvé ne pourra se réaliser. Le responsable juridique national de l’INAH doit, en mars 1994, publier des encarts dans la presse locale pour rappeler que l’INAH n’a approuvé aucun projet, que l’institut fera respecter les textes de protection du patrimoine historique, et qu’une commission mixte regroupant des représentants de la mairie, du gouvernement de l’Etat et de l’INAH devra être réunie pour évaluer le projet.

20Le Conseil du centre historique considère que cette zone doit faire l’objet d’une intervention et d’une régénération fine prenant en compte la valeur des édifices. Il propose un zonage qui délimite un espace sur lequel une action de rénovation est envisageable et un espace sur lequel des politiques de réhabilitation et de conservation doivent être mises en place. Les instances internationales de coopération pour la protection du patrimoine manifestèrent la volonté d’étudier le projet en cours à Puebla. Suite à l’inquiétude soulevée par les recours des organisations et de certains professionnels mexicains relayée par la commission d’aménagement du territoire de l’assemblée législative fédérale, le secrétariat du comité du patrimoine mondial lors de sa réunion de Cartagène en décembre 1993 demanda des explications officielles sur le cas de Puebla. Le délégué du Mexique argumenta qu’il ne s’agissait pas d’un projet de développement touristique mais de la mise en oeuvre d’un plan de zone selon les normes nationales d’urbanisme, et qu’il n’était pas possible de présenter au comité un projet qui est en cours d’élaboration et de discussion ; l’examen de la situation de Puebla fut reporté. En 1994, le gouvernement de l’Etat de Puebla sollicita au directeur de l’UNESCO l’envoi d’une mission à Puebla pour éviter l’affront d’un rapport demandé par le bureau du comité du patrimoine mondial. Le rapport de mission de l’expert d’ICOMOS fut présenté au bureau du comité en juillet 1994, il concluait sur l’intérêt d’un projet de réhabilitation d’une zone dégradée mais soulignait la nécessité de préserver les bâtiments et la structure du tissu urbain. Par la suite, une mission d’assistance technique fut confiée à l’expert d’ICOMOS, Giorgio Lombardi, qui devint conseiller d’Angelopolis et le garant d’un strict respect du patrimoine et des nonnes internationales.

De la rénovation à l’intervention fine sur le patrimoine à la réhabilitation de friches industrielles

21A la suite de l’opposition déclenchée par les premières présentations du projet, les pouvoirs publics se sont réfugiés dans une attitude de non communication de leurs intentions réelles. Officiellement, seuls existent le programme de zone et le périmètre d’utilité publique sur lequel la volonté de maîtrise foncière est réaffirmée, le rachat des terrains a commencé rapidement. Mais aucun projet n’est publié, aucune concertation mise en place, le premier projet est présenté comme une idée de consultants non reprise par le gouvernement local ; en ce sens les autorités responsables de la protection du patrimoine ne peuvent statuer sur un projet dont elles ne sont pas saisies officiellement. Dans un deuxième temps, les responsables d’Angelopolis déclarent que tous les monuments historiques seront protégés et que seuls seront démolis des édifices non classés, le premier projet étant abandonné.

22Dès avant la présentation d’un nouveau projet s’ouvre une période de discussions et de négociations entre les responsables d’Angelopolis et les instances de protection du patrimoine. Il apparaît que la détermination de la valeur des monuments historiques peut faire 1’objet de négociations, en particulier pour déterminer les interventions qu’il est possible de réaliser. Les autorités locales et l’INAH émettront des déclarations contradictoires, sur le nombre d’immeubles inscrits et ceux qu’il faut conserver. Un nouveau relevé de la zone sera nécessaire pour tenter de réussir un consensus sur la valeur patrimoniale du bâtiment. Mais les changements d’usage ne semblent présenter aucun problème pour les autorités chargées de la protection, malgré les revendications des habitants pour le respect du patrimoine « intangible » et des fonctions traditionnelles des quartiers populaires.

23Une nouvelle phase d’études et de projets est lancée dans le but de calmer la mobilisation locale et l’opposition des instances de protection, et une réflexion est initiée sur un nouveau projet respectant le tissu urbain historique, avec le concours de Giorgio Lombardi. Fin 1994, les grandes lignes du nouveau projet sont rendues publiques limitant dans un premier temps l’affectation au nord de la zone d’utilité publique, à proximité de l’église de San Francisco, sur l’espace occupé en grande partie par les bâtiments des industries textiles, le projet de canal est abandonné, seul un petit plan d’eau et un espace vert rappellent le projet initial. La construction de logements pour plusieurs types de population est prévue, et l’emprise des projets de développement touristique est réduite. Le reste de la zone d’utilité publique doit faire l’objet de politiques de réhabilitation intégrant une intervention fine, prise en charge éventuellement par les propriétaires. Le responsable de l’INAH manifeste son approbation à un projet qui conserve la trame urbaine et les volumes existant mais rappelle que certaines constructions industrielles peuvent être réhabilitées.

24On est donc passé de l’annonce d’une rénovation d’un espace historique, en contradiction ouverte avec les législations fédérales, présenté comme un projet de redéveloppement de la ville par constitution d’un pole d’attraction d’investissements internationaux et d’un nouveau quartier d’affaires pour la ville, à une intervention fine intégrant, sous le contrôle d’un expert de l’ICOMOS, activités touristiques et récupération de friches ou d’espaces industriels.

25La conception originale, celle des cabinets de conseil texans, de revitalisation d’une zone interstitielle, niant toute valeur à une mise en scène du patrimoine et reconstruisant un espace de sociabilité et de promenade attractif, a été d’une certaine façon « mexicanisée », intégrée au sein de l’espace juridique et normatif mexicain. Si des investisseurs internationaux s’étaient réellement engagés à participer aux premiers projets, qui semblaient se baser sur des conceptions d’urbanisme et des pratiques d’intervention en vigueur au Etats-Unis, il est probable qu’ils aient été effrayés par les conflits locaux, l’évolution de la situation politique et surtout par l’impact des dévaluations de décembre 1994.

26Les représentants des organismes de protection et des milieux de l’urbanisme locaux ont été intégrés au projet, mais ils en ont aussi modifié le sens, accordant une plus grande attention au patrimoine. La tentative de mise en place d’un projet de rénovation par le gouvernement de l’Etat, sans concertation ni intégration de partenaires locaux, a échoué ; la gestion négociée du conflit a remplacé la concertation, l’intégration d’acteurs locaux a posteriori a rendu possible une adaptation du projet.

27Les pouvoirs publics ont acquis aujourd’hui la maîtrise foncière sur le nord de la zone et de nombreux immeubles dans l’ensemble du périmètre d’utilité publique. Entre les élections municipales de 1995 et la prise de possession du nouveau maire paniste début 1996, l’ancienne municipalité a adopté un décret d’expropriation de 49 propriétés de la zone soit une superficie de 38 226 m2. Il s’agit des biens que les propriétaires ont refusé de vendre, qui sont expropriés sur la base de leur valeur fiscale déclarée. L’utilité publique est justifiée en référence au décret de 1993 et aux études pour la réalisation du programme de San Francisco.

28L’expropriation est réalisée au bénéfice de la municipalité ; celle-ci devant par la suite transférer les propriétés à un fideicomiso dépendant du gouvernement de l’Etat. Tout se passe comme si pour éviter un conflit juridique avec la nouvelle municipalité, potentiellement réticente à faire usage de l’expropriation et susceptible de s’opposer au programme de San Francisco, les autorités du gouvernement de l’Etat s’assuraient la maîtrise foncière de la zone. On retrouve cette volonté d’ancrage juridique dans d’autres secteurs de l’activité d’Angelopolis qui a impulsé l’approbation par les 14 municipes de la région urbaine d’un programme sous-régional d’aménagement urbain autorisant ainsi a posteriori les projets sur la zone du gouvernement de l’Etat.

29La création par le gouvernement de l’Etat d’une commission du patrimoine construit de l’Etat de Puebla, et d’une fondation (Patronato) chargée de recueillir des fonds privés pour la restauration du patrimoine, renforce la position institutionnelle du gouvernement de l’Etat face aux velléités municipales de mettre en place des actions sur le patrimoine. Même si cette nouvelle institution a aussi pour rôle de mettre en oeuvre les dispositions de la loi locale sur le patrimoine et la déclaration de zones typiques dans des localités ne disposant pas de zones fédérales de protection, elle participera aux projets et interventions sur la ville de Puebla. Une nouvelle phase d’étude a été confiée à l’INAH par la commission du patrimoine.

Notes

1 Les pouvoirs publics signalent que seulement 700 personnes seront affectées par le projet, alors qu’un recensement réalisé par la Jornada de Oriente dénombre plus de 4 500 personnes dans la zone, voir aussi Socorro Santin Nieto (1994) et ses articles dans la presse locale.

2 A l’emplacement de l’ancien Paseo ou Alameda de San Francisco (ou Paseo Hidalgo), promenade bordée d’arbres aménagé le long de la rivière à partir de 1803.

3 Carlos Salinas de Gortari, discours d’ouverture du programme Angelopolis, juillet 1993.

4 Manuel Bartlett, présentation du programme Angelopolis, 1993

5 qui fut ministre de l’intérieur du Miguel de la Madrid, puis ministre de l’éducation de Salinas de Gortari.

6 Propriétaires : Asociación civil por los ideales de la Puebla tradicional, association civile pour les idéaux de Puebla traditionnelle ; locataires : Union de Barrios, union des quartiers, Organisations de Colonos Democraticos (OCD), Organisation des résidents démocratiques ; et l’Union de ciudadanos libres « Puente de Analco », Union des citoyens libres du Pont d’Analco, qui regroupe propriétaires et organisations de locataires ; et Frente de inquilinos y comerciantes del centro histórico (FICC), Front de locataires et de commerçants du centre historique.

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable