Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Patrimoine et action publique au centre des villes mexicaines

 | 
Patrice Melé

Cinquième partie. Puebla, dynamiques des espaces centraux et action publique

Organisation interne de l’espace central

Texte intégral

Voirie et morphologie urbaine

1Sur le plan de la ville actuelle, un espace central, constitué de la traza, des barrios et des premiers lotissements s’individualise clairement comme l’espace du tracé en damier. En périphérie de cet espace, plusieurs avenues et voies rapides forment des limites urbaines. Au nord, la diagonale Defensores de la república relayée à l’est par l’avenue 5 de mayo constitue la base d’un réseau de voies rapides construit à la fin des années 1960 et complété à la même époque par des « pénétrantes » reliant la ville à l’autoroute nouvelle passant au nord de la ville (boulevard Hermanos Serdan, calzada Zaragoza). Au sud, l’avenue 25 oriente et à l’ouest les rues 11 sur/norte (élargies en 1976) limitent l’espace central historique, même si à l’ouest le damier s’étend jusqu’à la colonia la Paz.

Un boulevard sur la rivière

2Construit sur le tracé de la rivière de San Francisco, à l’est du cœur historique entre la traza et les barrios de l’est, le boulevard 5 de mayo constitue une limite forte, une barrière qui renforce la perception des barrios comme quartiers situés à distance du cœur de la ville historique. L’idée de canaliser et de recouvrir la rivière est ancienne, et les municipalités évoquèrent plusieurs fois ce projet : en 1866, 1892, 1906 (Couoh, 1965) et en 1946. Dans le plan général d’amélioration urbaine de 1959, la canalisation du río San Francisco est programmée. La nouvelle voirie construite sur la rivière constitue une partie d’un circuit intérieur entourant le centre-ville. Ce plan prévoyait en particulier l’amélioration de la desserte et la création de nouvelles avenues permettant la croissance de la ville vers le sud.

3En 1963, une loi autorisa les expropriations nécessaires et programma un financement grâce à un impôt foncier exceptionnel appliqué à l’ensemble des propriétés du municipe, permettant de compléter les apports du gouvernement de l’Etat, de la municipalité et de la Junta de Mejoramiento Moral, Civico y Material. Sur un budget total de 72 millions de pesos (1963), l’impôt foncier exceptionnel répartit sur trois ans apporta 27 millions de pesos. Les travaux de couverture de la rivière ont été terminés dès 1966 mais le boulevard ne fut opérationnel qu’en 1971. Cet impôt fut par la suite prorogé de trois ans (Cordero y Torres, 1978). La canalisation de la rivière a été à l’évidence sous-dimensionnée, la saison des pluies transforme périodiquement l’avenue en un canal inondé.

4La construction de la nouvelle voirie a nécessité l’expropriation de 125 000 m2 de terrains et de 31 500 m2 construits, plusieurs centaines de familles furent déplacées. A la hauteur du centre historique, la façade du nouveau boulevard resta pendant de très nombreuses années une façade aveugle où persistaient de nombreuses propriétés en partie détruites. Dans les années 1980, la municipalité s’efforça d’améliorer l’image urbaine de cet espace (création de jardins publics, peinture des façades). Dans le centre historique, l’aménagement de la voie rapide ne se traduisit donc pas par une valorisation des terrains proches, néanmoins, au sud, en direction du nouveau centre commercial Plaza dorada, construit en 1979, plusieurs lots importants furent occupés par des activités commerciales. Pour les aménageurs, il s’agit d’un équipement qui doit valoriser l’ensemble de la ville en améliorant les liaisons nord-sud, position qui transparaît par le choix d’un impôt de plus-value s’appliquant à l’ensemble de la ville et non d’une affectation limitée à une zone directement touchée par ce programme. Le boulevard 5 de mayo ne constitue pas un instrument d’aménagement ou de rénovation du centre historique ; il permettra néanmoins un meilleur accès entre la périphérie et la traza, au prix d’un renforcement de la distance entre la traza et les barrios. Cette amélioration de l’accessibilité de la traza joua un rôle important dans le maintien des terminaux de bus et du marché au cœur de la ville jusqu’à la fin des années 1980.

Structure et limites des quartiers centraux

Spécificités des quartiers centraux : approche statistique

  • 1 Area geoestadística básica, aire geostatistique de base.

5La publication du recensement de 1990 à l’échelle d’unités de recensement infra-municipales (AGEB1) permet d’analyser certaines caractéristiques de la population, des logements et des activités de l’espace central, de comparer celui-ci à l’ensemble du tissu urbain, mais aussi d’établir une typologie des différents sous-ensembles qui forment l’espace central. Il n’y a pas d’adéquation entre les limites d’AGEB et celles du centre historique ; pour réaliser une série de cartes et de fichiers images, on a choisi une zone formée par la réunion de 17 AGEB. soit un espace un peu plus vaste que la zone de protection.

6L’espace central ainsi délimité regroupe 144 000 habitants, soit 14 % de la population du municipe de Puebla, pour une superficie de près de 8 km2, et une densité de 18 000 hab. par km2. Notons toutefois que les espaces verts autour des forts de Guadalupe et Loreto représentent près de 1,2 km2, la densité de l’espace central serait donc plus proche de 21 200 habitants par km2. Le nombre de logements occupés est de 35 000 soit 16 % du parc total de la ville.

7En comparaison de la structure de la population de l’ensemble de la ville, le centre peut se définir comme un espace regroupant :

8• une population globalement plus vieille...

  • les plus de 65 ans représentent 7,2 % de la population du centre, pour 4,1 % sur l’ensemble de la ville,

  • les habitants en âge de travailler sont légèrement plus nombreux dans le centre, les jeunes adultes de 18 à 35 ans constituent 33,6 % du total et la population entre 35 à 65 ans, 24 % soit respectivement un et deux points de plus que l’ensemble de la ville.

9• plus instruite...

  • la population ayant un niveau d’enseignement supérieur (23 %) est proportionnellement plus nombreuse, de près de quatre points, dans le centre, ainsi que le nombre d’étudiants.

10• occupée massivement dans le secteur tertiaire, avec une forte présence de travailleurs indépendants...

  • la structure de l’emploi est très différente, la population occupée dans le secteur tertiaire (71 %) est supérieure de dix points à la moyenne de l’ensemble de la ville, et celle employée dans le secteur secondaire (25 %) inférieure de dix points ; alors que les travailleurs indépendants (17 %) sont proportionnellement plus nombreux (de deux points).

  • la population occupée avec moins d’un salaire minimum (17,2 %) est légèrement supérieure.

11• L’espace central constitue le domaine des logements locatifs...

  • les logements loués dominent très nettement : 70 % dans le centre pour 30 % pour l’ensemble de la ville ; l’espace central concentre 37 % des logements locatifs de la ville pour 16 % du parc total.

12• plus petits...

  • les grands logements (entre deux et quatre chambres) sont moins nombreux dans le centre, 58 % du total des logements pour une moyenne de 67 % dans l’ensemble de la ville et la part des logements d’une seule chambre (40 %) est supérieure de neuf points, alors que la proportion de logements d’une seule pièce est similaire (8 % et 7,5 %).

13• mais une densité d’occupation un peu plus faible....

  • le nombre de personnes par logement est légèrement inférieur 4,2 à la moyenne de la ville 4,8.

14• et des logements mieux dotés en services que dans l’ensemble de la ville.

  • dans le centre 96 % des logements sont raccordés au réseau de drainage, seulement 84 % pour l’ensemble de la ville ; la part des logements desservis par le réseau d’eau courante est de 75 % soit six points de plus que la moyenne municipale.

15• Le centre ne présente pas de réelle spécificité pour l’accueil des migrants.

    • 2 Seule information sur les migrations disponible grâce au recensement.

    le nombre de personnes nées en dehors de l’Etat n’est que très légèrement supérieur à la moyenne de la ville, 17,4 % pour 17 %2.

Puebla : unités de recensement et types d’espaces centraux

Puebla : unités de recensement et types d’espaces centraux

Différentiation interne de l’espace central

16L’espace considéré aujourd’hui comme centre historique est composé de sous-ensembles différents par leur genèse, traza, barrios, extensions du xxe siècle. La réalisation d’une série de fichiers images permet de préciser la structure du centre historique en fonction des résidents et des activités présentes.

  • 3 Les typologies présentées reposent sur l’éboration de fichiers images (matrices ordonnées) pour cha (...)

17A partir de cinq groupes de critères du recensement un fichier image permet de réaliser une typologie des unités de recensement3. On peut distinguer au sein des espaces centraux quatre types d’espaces :

18• d’abord le centre-sud, qui pour de nombreux critères se différencie du reste de l’espace central :

  • la part du parc en propriété est supérieure à la moyenne. Les logements sont mieux dotés en services. C’est une zone où les maisons individuelles et les édifices d’appartements sont fortement présents, mais de nombreuses activités sont disséminées dans l’espace urbain. La population jeune est moins présente et la part des personnes avec un niveau d’enseignement supérieur plus importante. Seule une petite partie de cet espace est insérée dans la zone de protection historique.

19• le centre-fraza, les unités de recensement composant la traza historique et ses extensions vers l’ouest présentent une assez grande homogénéité ;

  • les migrants sont plus nombreux, la population résidente employée dans le secteur tertiaire est importante, le pourcentage de logements loués est élevé.

20• Le reste de l’espace central, représentant un pôle marqué par la forte présence de bas salaires, de petits logements pour une population plus jeune, et la faible présence de services, de migrants et de personnes bien formées. Ces quartiers peuvent se subdiviser en deux types d’espace :

  • les barrios où la location domine, le nombre de vecindades est important.

  • des espaces de transition aux périphéries ouest, nord est et sud est, entre le centre et les lotissements, marqués par une forte présence de propriétaires occupants et de logements avec des matériaux « précaires » et de construction d’abobe.

Puebla : typologie des unités de recensement (1)

Puebla : typologie des unités de recensement (1)

Puebla : typologie des unités de recensement (2)

Puebla : typologie des unités de recensement (2)

Puebla : typologie des unités de recensement (3)

Puebla : typologie des unités de recensement (3)

Perceptions des limites du centre

  • 4 Enquête réalisée en mai 1987 auprès de 758 passants dans les rues du centre, sous la direction de l (...)

21Le plan en damier permet une vision mentale de l’espace urbain central comme d’une grille organisée par les axes principaux à partir du zócalo, perception renforcée par la nomenclature numérique qui rend possible l’identification immédiate d’une position à partir des coordonnées. Ce type de tissu urbain rend possible une enquête4sur la perception du centre sous la forme de questions sur les rues qui forment dans chaque direction la limite du centre.

22La majorité des réponses délimite un espace central correspondant à la traza historique :

  • à l’est, le boulevard 5 de mayo, véritable autoroute urbaine, forme une limite qui semble infranchissable (50 % des réponses), les barrios ne sont intégrés dans le centre que pour moins de 15 % de la population enquêtée ;

  • à l’ouest, l’avenue 11 norte-sur, aménagée comme voie rapide, constitue une limite pour 30 % des enquêtes ; situé au même niveau le jardin du Paseo bravo est cité dans 16 % des réponses ;

  • au nord, la rue 18 oriente-poniente, aménagée en double voie mais relativement peu fréquentée, ne concentre que 17 % des réponses mais semble constituer l’extension maximale de l’espace perçu comme central ;

  • au sud, l’espace semble ouvert, aucune limite ne domine réellement ; la rue 11 oriente-poniente n’est citée que par 13 % des personnes et toutes les rues jusqu’à la 25 poniente-oriente, large avenue, sont citées pratiquement au même niveau.

23En fait, en dehors des boulevards qui rompent avec la régularité du damier et l’homogénéité de la largeur des rues (5 de mayo, 11 norte-sur, 18 oriente-poniente) qui constituent une limite citée proportionnellement au trafic et à la largeur de l’avenue, l’espace central ne présente qu’une faible lisibilité comme espace homogène. La densité de monuments historiques n’est pas perçue comme une limite, ni d’ailleurs la densité commerciale. Dans la perception des habitants, le centre apparaît, à l’image du plan en damier et de la nomenclature, organisé par l’attraction du point central et structuré par deux axes, abscisses et ordonnées. Chaque personne enquêtée semble placer les limites en fonction des barrières physiques existantes et de sa propre pratique de l’espace central.

24La réalisation du même schéma, pour 12 catégories de personnes enquêtées permet de préciser le rôle de la résidence ou du statut professionnel dans la perception du centre. Il apparaît en première analyse que les réponses sont relativement dispersées ; pour rendre plus lisibles les différences, l’espace délimité par les barrières les plus fréquemment citées a été identifié sur les schémas.

25Dans tous les cas, les deux boulevards de l’ouest et de l’est forment les limites majeures. En ce qui concerne l’extension nord et sud, deux types de délimitation semblent émerger. Pour les personnes vivant (schéma 2), ayant vécu (schéma 3) ou travaillant (schéma 4) dans le centre, l’espace central est d’abord délimité par l’avenue 18 oriente-poniente au nord, au sud la perception est moins nette les réponses vont de la 7 à la 13 oriente-poniente. Dans la majorité des cas la zone populaire et commerciale de la partie nord du centre est intégrée dans le centre.

Puebla : perceptions des limites du centre (1)

Puebla : perceptions des limites du centre (1)

26A l’opposé les personnes résidant hors la ville (schéma 2), les paysans ou ouvriers agricoles (schéma 5) et les étudiants (schéma 6) ont une perception d’un centre plus réduit. Au nord, l’avenue 10 oriente-poniente apparaît comme une limite importante, soit une rue plus au nord que le marché de la Victoria. La vision des limites au sud reste peu précise et globalement peu étendue. Notons que les paysans et ouvriers agricoles ne perçoivent que peu la 11 norte-sur comme une limite à l’ouest et que l’extension du centre est plus réduite, ce qui traduit vraisemblablement une faible pratique de cette zone de la ville.

27Les personnes qui ne vivent pas dans le centre ont une vision moins étendue du centre-ville qui exclut pratiquement toute la zone du centre populaire ; pour 40 % des réponses la limite se situe en deçà de la 6 oriente-poniente, alors que pour les personnes vivant dans le centre la majorité des réponses se situent au-delà de la 10 oriente-poniente. L’image du centre des ouvriers (schéma 8), commerçants et artisans (schéma 9), et employés (schéma 10) est assez proche, 11 norte-sur, 5 de mayo, au sud la 11 oriente-poniente, et au nord la majorité des réponses se place entre la 10 et la 18 oriente-poniente. Notons que pour les employés la 10 oriente-poniente constitue une limite plus nette que la 18 oriente-poniente. Pour les travailleurs indépendants (schéma 11) l’extension du centre au sud semble plus importante. Pour les personnels de maison, pour lesquels les réponses n’ont pas été représentées, plus de 30 % du total des réponses se placent au-delà de la 16 oriente-poniente. Ce sont les commerçants ambulants et des marchés (schéma 10) ainsi que les cadres moyens et supérieurs (schéma 12) qui ont la vision la plus réduite du centre à l’ouest. Pour les cadres moyens et supérieurs la vision apparaît plus schématique et limitée à une zone autour du zócalo, la Victoria et la zone universitaire, mais le faible nombre de réponses (16) conduit à surestimer le poids de chacune des réponses.

28Tout semble indiquer que les personnes qui pratiquent le plus le centre incluent tout l’espace du nord du centre dans leur espace perçu, jusqu’au marché 5 de mayo et la rue 18 oriente-poniente ; c’est-à-dire le « centre commercial populaire ». Alors que pour les autres cette zone semble vouée à un espace populaire proche des barrios et être exclue de la vision du centre qui se concentre sur l’espace des services et du centre valorisé étendu au sud.

29Une des qualités du damier est de permettre une forte lisibilité, mais celle-ci ne repose pas sur l’identification d’un espace fermé, strictement délimité, mais sur le positionnement sur un plan grâce aux axes symboliques des abscisses et des ordonnées que constituent les rues 16 de septiembre/5 de mayo et les avenues de la Réformai Avila Camacho. L’espace central est clairement identifié à l’espace du plan en damier régulier au sein duquel les hauteurs de bâtiments présentent une certaine homogénéité. Aucune altération ou élargissement de rues dans l’espace délimité par la 11 norte-sur, le boulevard 5 de mayo, la 18 oriente-poniente, et la 25 oriente-poniente ne vient troubler la lisibilité du plan, même si au sud les constructions sont plus récentes et dans certaines zones composées de maisons individuelles. Ces extensions du centre, au sein desquelles sont dispersés des édifices de commerces ou d’activités tertiaires sont considérées comme partie prenante du centre par beaucoup plus de personnes que les barrios de l’est de la ville au sein desquels les constructions historiques dominent. Notons aussi que l’avenue Juarez n’est pas intégrée au centre, et que la 11 oriente-poniente forme une limite pratiquement aussi infranchissable que le boulevard 5 de mayo. Le damier parfait induit une perception d’homogénéité pour un espace regroupant pourtant des types de fonctions et de constructions très différents.

Puebla : perceptions des limites du centre (2)

Puebla : perceptions des limites du centre (2)

Puebla : perceptions des limites du centre (3)

Puebla : perceptions des limites du centre (3)

Dynamique de l’activité commerciale

Marché et tianguis : fonctions d’approvisionnement au cœur de la ville

30Le marché était une des fonctions urbaines de base de la ville coloniale, il se tenait sur la place principale, d’abord sous une forme périodique (tianguis du jeudi), puis permanente. Les constructions en bois sont autorisées et réglementées à partir de 1714. En 1796, à la suite de l’incendie du marché central, l’édification d’un marché réservé à la vente de vêtements sur une place proche du río San Francisco est programmée. Celui-ci sera ouvert en 1801 (el parián). La ville du début du xixe compte 15 marchés sur des places publiques, mais la place centrale reste, jusqu’au milieu du xixe siècle, le principal centre d’attraction commerciale. En 1854, un nouveau marché (La Victoria) fut construit sur les terrains du jardin potager du couvent de San Francisco, au nord de la place centrale, à la même époque d’autres marchés sont aménagés sur les places des quartiers populaires (Barbosa Cano, 1981). La municipalité avait tenté auparavant de libérer de commerçants la place centrale, tentatives qui débouchèrent sur un conflit avec les représentants des commerçants et un vaste débat (Téllez Guerrero, 1986) dont les arguments sont proches de ceux évoqués lors des discussions contemporaines autour de la délocalisation des commerçants ambulants : la liberté de commerce est opposée à la propreté et la tranquillité de la ville et des riverains.

La Victoria, principal pôle d’attraction jusqu’en 1986

  • 5 En 1958, les commerçants de quincaillerie et d’outillage de la Victoria avaient été déplacés vers u (...)

31L’édifice actuel du marché de la Victoria date de 1913, les travaux de construction du nouvel édifice avaient commencé en 1907. Un marché fonctionnait sur ce site depuis 1854 et un nouvel édifice provisoire fut construit en 1897. Occupant pratiquement deux pâtés de maisons, sur 17 670 m2 de ventes, le marché abritait en 1986 à sa fermeture 1814 commerçants locataires de la municipalité. Il s’agissait du plus grand des 23 marchés de la ville mais aussi du marché présentant l’offre la plus diversifiée : 65 % des bancs étaient occupés pour la vente de produits d’alimentation, 20 % d’équipement de la personne, 6,5 % d’équipement en général. Au moment de sa fermeture le marché de la Victoria représentait 30 % des bancs des marchés de la ville mais 35 % des bancs d’équipements de la personne et 58 % des ventes de chaussures et accessoires5, structure commerciale qui correspond au type de spécialisations commerciales existant dans le centre-ville.

  • 6 6, 8 et 10 poniente, observation directe, voir aussi Wolgang Wendel (1977).

32Pendant de nombreuses années, le marché de la Victoria fonctionna à la fois comme un marché quotidien et comme le marché de gros desservant la ville et la région. Dans les années 1970, la fonction de marché de gros avait débordé le bâtiment et essaimé dans le tissu urbain proche. Certains patios, locaux commerciaux ou d’habitation des rues adjacentes6 avaient été transformés en entrepôts de fruits et légumes. Des ventes en gros s’effectuaient directement depuis des camions stationnant autour du marché. A partir d’octobre 1975, un marché de gros provisoire, espace réservé au stationnement des camions des grossistes, a été créé à l’est du centre en limite des barrios. Mais le stockage et une partie de la vente en gros continua de s’effectuer autour du marché la Victoria jusqu’à l’ouverture d’un marché de gros en périphérie de la ville en 1985.

Structuration commerciale de l’espace central

33Comparant la localisation des magasins de chaussures et de vêtements entre 1853 et 1972, Erdman Gormsen (1978 : 10-11) a mis en évidence une mutation des facteurs de localisation commerciale au sein de l’espace central. En 1853, deux pôles pouvaient être identifiés autour du zócalo et du Parian, les magasins vendant des vêtements importés se localisaient tous à proximité immédiate du zócalo (rues 5 de mayo, 2 oriente). Alors qu’en 1972, le marché de la Victoria est devenu le principal pôle d’attraction de ce type de commerce, qui non seulement se sont multipliés mais se sont diffusés au sein de l’espace central. La même comparaison pour les tailleurs, qui étaient concentrés en 1853 autour des rues 2 oriente et 2 norte, et constituaient une activité à forte capacité de centralité, montre leur répartition au sein de l’espace historique, cette activité banalisée semble constituer dès lors plus un équipement de quartier qu’un attribut de centralisation commerciale. Quant aux menuisiers et aux ébénistes qui occupaient une position périphérique dans la ville de 1853, l’extension du centre commercial a repoussé cette activité vers les barrios.

34A proximité du zócalo, essentiellement sur la rue 2 oriente/poniente, plusieurs grands magasins avaient été construits à la fin du xixe siècle, activité contrôlée par des migrants d’origine française (Al puerto de liverpool, Las fábricas de francia, Au bon Marché, etc.). Secteur commercial complété par d’autres grands magasins aux mains d’espagnols ou de capitaux nationaux et internationaux : El Puerto de Veracruz, au début du siècle, et plus tard Rodoreda, Sanborns, Woolworth, Blanco. Ces moyennes surfaces prirent la place d’immeubles coloniaux. Ce secteur commercial fut renforcé à partir des années 1950 par la construction au sein du même espace d’immeubles de bureaux, de nouveaux sièges de banques, d’hôtels.

35Jusqu’aux années 1960, on pouvait identifier un hypercentre unique caractérisé par une concentration de banques, bureaux, administrations et commerces de bonne qualité, limité à quelques îlots autour du zócalo (Gormsen 1978 : 7). Dès la fin des années 1970, d’autres espaces de centralité commerciale et tertiaire sont apparus le long de l’avenue Juarez en direction du lotissement la Paz, la zone Esmeralda et au sud la zone Dorada autour d’un nouveau centre commercial : Plaza Dorada. Les banques, qui ont ouvert des succursales dans ces espaces, ont conservé leur siège local au centre de la ville. Aujourd’hui cet hypercentre occupe pratiquement le même espace au centre de la ville, mais il n’est plus unique. Les activités commerciales et de services se sont diffusées au sein de nouvelles zones de centrantés à la périphérie.

Typologie commerciale du centre-ville

  • 7 Relevé de l’auteur, 1990.

36Un relevé de terrain7 sur l’ensemble du centre historique a permis de délimiter les continuités commerciales. La principale zone de continuité commerciale se localise au nord du centre historique autour du marché de la Victoria. Dans les barrios, la présence commerciale est limitée le plus souvent à des petits commerces alimentaires. La partie sud du centre constitue un espace de diffusion commerciale ; l’activité commerciale est souvent présente sur plus d’un quart des façades mais les continuités commerciales sont rares. On note aussi sur la carte les continuités commerciales le long de certains axes de communication, l’avenue Juarez, mais aussi sur le mode artisanal et de magasins de pièces détachées automobiles le long de l’avenue 2 poniente, au sud sur un mode plus diversifié le long de la 25 oriente/poniente et de la 31 oriente/poniente.

Centre commercial populaire

37C’est aussi autour du marché de la Victoria que s’étendait une zone continue de concentration de commerçants « ambulants » jusqu’en 1986. La concentration dans cette partie du centre du principal marché de la ville, du marché de gros, déplacé en partie en 1975 et totalement en 1985, de nombreux terminaux d’autocars jusqu’en 1988, de continuités de commerces de tout type permet de considérer cette partie du centre comme le principal espace voué à l’approvisionnement à l’échelle de la ville et de la région. La concentration de ces activités au sein d’un même espace dans un tissu urbain ancien, en partie occupé par des vecindades ou des immeubles d’appartements, mais aussi par les activités de stockage pour les différentes fonctions commerciales, oblige à considérer cet espace comme un milieu spécifique. La continuité des vendeurs ambulants et la présence constante de la foule renforce l’image particulière de cette zone. Toutes les formes traditionnelles d’activité commerciale sont présentes, depuis l’échange en gros de camion à camion, le stockage de fruits et légumes dans des résidences transformées en entrepôts, le stockage de matériels divers en étages, la vente sur les marchés, les établissements commerciaux de détail, la vente de rue ou sur les pas de porte des vecindades, les vrais « ambulants » marchant dans les rues. Ce quartier a été pendant longtemps le véritable centre traditionnel d’approvisionnement de la ville, mais l’apparition de nouvelles offres commerciales en périphérie, puis la délocalisation des fonctions de commerces de gros avaient transformé cet espace au début des années 1980 en un gigantesque « centre commercial populaire ». Les politiques de délocalisation des fonctions commerciales ont eu pour première conséquence la disparition de cet espace comme milieu spécifique. Les fonctions et les capacités d’attraction de cette zone ont été profondément modifiées, seule l’offre commerciale sous la forme du petit commerce traditionnel perdure.

Puebla : espaces commerciaux

Puebla : espaces commerciaux

Un immense marché permanent dans les rues du centre

38Une zone continue de concentration de commerçants « ambulants » a occupé une grande partie du centre du début des années 1970 jusqu’à leur délocalisation massive en 1986. Par la suite certains secteurs ont été à nouveau occupés par des « ambulants », mais ces occupations n’ont jamais réussi à recréer une zone de continuité commerciale aussi importante. Au moment de la relocalisation, les estimations du nombre d’ambulants dans le centre de Puebla varient et font l’objet d’une surenchère entre les organisations de commerçants, les journaux et les autorités publiques qui ont des intérêts opposés mais qui participent à l’inflation des estimations. Certains journaux avancent le chiffre de 15 000 « ambulants » dans le centre, des responsables municipaux parlent d’une action en faveur de 10 000 personnes.

  • 8 Relevé effectué par l’auteur avec la participation d’Antonio Flores, mai 1985.
  • 9 La principale organisation reconnaissait 3 000 adhérents et il existait plusieurs organisations con (...)

39Un relevé effectué8 en 1985 dénombre 2 826 bancs occupés dans la zone de principale concentration commerciale au nord du centre. Le nombre de commerçants varie fortement en fonction des saisons et même d’un jour à l’autre ; 435 espaces vides ont été recensés. Notons que notre relevé n’a pas pris en compte les vrais « ambulants » se déplaçant au sein de cet espace ni les commerçants dispersés dans le reste du centre ou à proximité des marchés dans les barrios. De plus, il est probable que l’hypothèse de la relocalisation et les difficultés de réaliser un recensement officiel aient conduit à une augmentation du nombre de bancs utilisés en 1986. Quoi qu’il en soit, entre 4 500 et 5 000 commerçants « ambulants » constituent une estimation plausible9. Les « ambulants » ne constituent donc pas une offre marginale dans l’approvisionnement de la ville. A cette époque les 23 marchés municipaux regroupaient moins de 6 000 commerçants. La zone d’ambulants constituait donc le principal marché de la ville.

40Si l’on ajoute les marchés couverts de la Victoria (1 814 bancs) et 5 de mayo (1 159 bancs) situés dans la zone, alors se conforte un espace de commercialisation de première ampleur comportant pratiquement la moitié de l’offre des marchés couverts de la ville, doublé par un tianguis permanent de plus 3 000 bancs. Plus de la moitié des commerçants ambulants vendaient des articles d’alimentation (essentiellement des fruits et légumes), 17 % des produits d’équipement de la personne (d’abord des vêtements et des chaussures), près de 15 % des articles de beauté ou de bazar, et 10 % des articles de contrebande (fayuca : de la cassette de marque américaine ou japonaise, à la télévision, chaîne hi-fi et ordinateurs).

41Plus de 72 % travaillent sur des étals aménagés, constitués d’une armature de métal souvent scellée au sol, supportant un présentoir en bois, un auvent en plastique, et disposant d’une ampoule électrique reliée à un bâtiment proche. Les trois-quart des bancs sur le sol étaient occupés par des vendeurs de fruits et légumes et d’alimentation, ce qui dans certaines parties de la zone d’ambulants rapproche l’image de la rue d’un tianguis traditionnel.

Une infrastructure commerciale diversifiée et spécialisée par rue

  • 10 Certes ce relevé a été effectué plusieurs années après la délocalisation des marchés et des commerç (...)
  • 11 Le recensement dénombre 15 618 unités économiques commerciales incluant 956 grossistes et les vende (...)

42Dans la zone délimitée par la présence continue d’ambulants choisie comme cadre d’étude pour un relevé commercial des établissements fixes réalisé par Socorro Santin Nieto (1997) en 1991, 1 500 petits commerces ont été identifiés10. Les chiffres sur l’activité commerciale dans le centre-ville sont contradictoires, la Chambre de commerce déclare affilier 2 050 établissements dans le centre, chiffres repris par des plans locaux, mais une analyse rapide de leur listing montre une forte sous-estimation, pour de nombreux types de commerce les chiffres du relevé de 1991 sont supérieurs à ceux proposés par la chambre de commerce pour l’ensemble du centre historique. Le seul chiffre utilisable est celui du recensement des commerces de 1989 qui dénombre 5 000 établissements commerciaux hors marché dans l’ensemble de la ville11. Le « centre commercial populaire » représenterait donc 30 % des commerces de la ville.

  • 12 Selon le recensement commercial le nombre moyen d’emplois par commerce est de 2,7.

43Au total, plus de 4 050 personnes travaillent dans les commerces de cette zone12. On peut dès lors estimer le nombre d’emplois directement générées par l’activité commerciale au sein du « centre commercial populaire » à plus 13 000 en considérant une estimation minimale du nombre de commerçants ambulants et un chiffre de 1,5 personnes par poste d’ambulant et de marché.

44L’analyse du relevé commercial montre une structure commerciale organisée autour de commerces :

  • d’équipements de la personne, près de 26 % du total, pour moitié des magasins de vêtements, pour un tiers des magasins de chaussures ;

  • d’alimentation, 16 % du total, plus de 110 épiceries, dont certaines pratiquent la vente en gros ou semi-gros et approvisionnent d’autres commerces de la ville ou de la région ;

  • de biens d’équipement, 14 % dont 83 locaux de quincaillerie qui vendent des outils et du petit matériel agricole, témoignage de la fonction de centre régional dans une région densément peuplée, mais aussi 92 magasins de ventes de meubles et d’électroménager où il est possible d’acheter à crédit ;

  • d’articles divers et de bazar 14 %, dont 64 papeteries ;

  • mais aussi 94 restaurants et locaux de ventes d’en-cas, 63 locaux de services et d’artisanat.

45Une typologie de l’offre commerciale dans la zone réalisée à l’échelle des façades d’îlots permet de faire apparaître une spécialisation commerciale dans certains secteurs et rues :

  • autour du marché de la Victoria se concentrent des commerces d’équipement de la personne (vêtements et chaussures) ;

  • des commerces d’alimentation semblent essaimer à partir du marché 5 de mayo au nord de la zone ;

  • les biens d’équipements se concentrent d’abord à l’ouest.

46Ces concentrations par grand type de commerces sont doublées d’une spécialisation par produit : les serrureries et le matériel pour les installations domestiques de gaz sur la rue 14 poniente autour du marché Santa Rosa présentant la même spécialisation, les quincailleries sur la 8 poniente, les meubles dans certaines parties de la 4 poniente, de la 6 et de la 8.

  • 13 Jérôme Monnet (1993 : 114-148) a étudié ces spécialisations dans le centre de la ville de Mexico.

47Ces concentrations de commerces d’une même spécialité au sein de cet espace reproduisent une organisation traditionnelle de l’offre commerciale au Mexique13organisée autour de l’effet de marché. Les clients pratiquent telle ou telle zones pour être sûrs de trouver un produit, pour pouvoir comparer les prix et les marques. On pouvait identifier un zonage similaire pour l’organisation des commerçants « ambulants », les vendeurs de fayucas étaient concentrés à l’est de la Victoria alors que les vendeurs de fruits et légumes à l’ouest, et les vendeurs sur le sol au nord. Le « centre commercial populaire » n’était pas un espace homogène mais une zone caractérisée par sa propre géographie interne, marquant dans l’ordre de ce type d’activités des modalités très différentes de commercialisation, des ressources différentes pour les commerçants.

L’émergence d’une offre commerciale en dehors du centre-ville

48Le premier supermarché, Comercial Mexicana, a été ouvert en 1966 au sud du centre-ville sur les terrains d’une usine textile désaffectée ; s’il est entouré de quelques locaux commerciaux donnant sur le parking, il ne s’agit pas réellement d’un centre commercial. A proximité du grand lotissement du sud de la ville, San Manuel, un supermarché -Aurrera- s’est installé en 1974. Une moyenne surface (Blanco) qui fonctionnait dans le centre jusqu’en 1975 a relocalisé ses locaux à proximité de l’avenue Juarez.

49Jusqu’aux années 1980, les grandes surfaces se sont implantées à proximité du centre ou des nouveaux lotissements, et proposent essentiellement des produits alimentaires et des articles pour la maison destinés aux classes moyennes. A partir des années 1980, de véritables centres commerciaux contribuent à la constitution de nouveaux espaces de centralité. Dans les années 1990, ceux-ci se multiplient et deviennent un équipement généralisé à la périphérie de la ville, intégré dans les stratégies de promotion des sociétés immobilières. Il s’agit aussi plus récemment d’introduire un élément de valorisation au sein de secteurs non valorisés de la périphérie. La construction d’un centre commercial permet de rendre possible la mise sur le marché de lotissements pour classe moyenne dans des secteurs de la périphérie assimilés dans les perceptions dominantes à des secteurs voués aux classes populaires.

  • 14 Enquête auprès des commerçants de Plaza Dorada, 1990.

50Le premier centre commercial aménagé, Plaza dorada, ouvre fin 1979, autour de deux grandes surfaces : un supermarché d’alimentation générale Gigante et une grande surface de vêtements, Paris-Londres de Mexico ; et de deux moyennes surfaces : Rodoreda (vêtement) et Centro General (électroménager), qui sont liées à des capitaux locaux ; les propriétaires d’origine espagnole possèdent le même type de commerces dans le centre-ville. Le centre commercial couvert comporte 85 locaux ; les types de commerces les plus représentés sont les magasins de vêtements (26), de cadeaux et gadgets (11), de chaussures (8), de meubles (5), et une dizaine de locaux de vente d’alimentation préparée (dont quatre cafétérias et deux restaurants). Plus de la moitié des commerces sont présents depuis 1’ouverture, le turn over semble relativement faible. La grande majorité des propriétaires (80 %) résident dans la ville de Puebla : 25 locaux sont des succursales de maisons mères du centre-ville et trois de l’avenue Juarez ; 17 (20 %) correspondant à des succursales de la ville de Mexico14. Si l’on inclut les locaux donnant sur les parkings et l’ensemble des commerces créés sur le même îlot à proximité immédiate de la place, la zona dorada représente un total de 169 petits commerces.

  • 15 Enquête auprès des commerçants de Plaza San Pedro, 1990.

51Plaza San Pedro a ouvert ses portes en 1981, autour de Comercial Mexicana, grande surface généraliste, au cœur d’une zone de nouvelle urbanisation au nord-ouest de la ville, à proximité d’une nouvelle voie rapide. Le lotisseur des terrains proches est aussi le promoteur du centre commercial. Tout semble indiquer que le centre commercial constitue un élément d’une stratégie de valorisation des terrains proches. Dans un premier temps le lotisseur a mis sur le marché le centre commercial et plusieurs lotissements mais gelé les terrains contigus. Alors que la commercialisation rapide de ces mêmes terrains constituait un argument pour la vente des locaux commerciaux. Le lotisseur, membre d’une des principales familles d’industriels textiles d’origine libanaise, choisit pourtant de reporter l’urbanisation des terrains proches après le lent décollage du centre commercial. Il peut ainsi espérer construire des lotissements résidentiels alors que cette zone était peu valorisée15. Sur une soixantaine de commerces installés, seul 17 % appartiennent à des propriétaires de Mexico, près de la moitié des commerces de Puebla sont des succursales essentiellement de maisons mères du centre et dans cinq cas de commerces de Plaza dorada.

52Plaza loreto, créé en 1984, constitue la première tentative d’implanter un centre commercial dans une zone de transition vers un secteur populaire de l’agglomération. Situé au nord des Forts de Loreto et Guadalupe, ce centre commercial de 171 locaux commerciaux, comprenant deux cinémas, est organisé autour de la première implantation à Puebla d’un nouveau type de supermarché : Bodega Aurrera, qui tente d’adapter la consommation en supermarché à une clientèle plus populaire, dans un cadre moins soigné et offrant des réductions pour vente en demi-gros.

53Par la suite une quinzaine de centres commerciaux ont ouvert à la périphérie de la ville, soit sur le modèle des trois premiers, organisés autour d’une ou plusieurs grandes surfaces avec une offre de petits commerces plus ou moins développés, soit sous la forme d’une simple galerie commerçante constituant un pôle d’attraction au sein de nouveaux lotissements. Plus récemment, après la création de la gare routière et la délocalisation des commerçants « ambulants », un nouveau type de centres commerciaux est apparu, sous une forme plus populaire, sorte de marchés couverts améliorés d’où la vente de produits alimentaires est exclue qui accompagne sur le mode de la promotion privée les centres commerciaux et zone de tianguis créés par la municipalité à proximité de la gare routière pour relocaliser les commerçants ambulants.

54Les centres commerciaux périphériques constituent une mutation importante des modalités de commercialisation dans la ville. La prolifération des grandes et moyennes surfaces modifie les habitudes de consommation des populations. Constituant traditionnellement un lieu d’achat pour les classes moyennes et aisées, elles s’ouvrent progressivement à une clientèle plus populaire. Dans les premiers centres commerciaux, les commerçants du centre ont massivement implanté des succursales, puis progressivement des réseaux de commerces sont apparus à partir d’une implantation principale essentiellement à Plaza dorada qui reste le centre commercial le plus valorisé et le plus fréquenté.

55Situés en périphérie de nouveaux lotissements pour classes moyennes ou aisées et à proximité de nouveaux axes et voies rapides, les centres commerciaux regroupent une grande partie de la nouvelle offre commerciale. A la fois attribut nécessaire pour les nouveaux lotissements et nouvelles formes d’activité de promotion, le centre commercial s’est généralisé en 15 ans comme élément de structuration commerciale de l’espace périphérique. Pour les promoteurs la mise sur le marché d’un centre commercial, quel que soit le niveau d’aménagement et la clientèle visée, constitue une activité lucrative, ce n’est pas toujours le cas pour les acheteurs tentant l’aventure commerciale. L’ouverture d’une boutique peut constituer pour des membres de la classe moyenne salariée en crise un investissement familial pour tenter de maintenir ou de développer leur niveau de vie.

56Cette mutation de l’offre commerciale est complétée par l’apparition d’axes de diffusion commerciale linéaire le long des principales avenues de la ville. L’avenue Juarez s’est étoffée pour concentrer des restaurants, boutiques de mode, discothèques et bureaux modernes. Mais le long de nombreux autres axes, en particulier dans le sud de la ville, sont apparus des continuités commerciales, sur lesquelles s’implantent des établissements commerciaux disposant d’un parking et d’amples surfaces de vente (25 poniente-oriente, 31 poniente-oriente, mais aussi 11 sur).

57Si sur le plan de la ville, l’espace du damier semble peu altéré, le centre historique de Puebla n’est pas un espace homogène. La construction du boulevard 5 de mayo a renforcé la séparation entre la traza et les barrios de l’est du centre, mais en améliorant sensiblement l’accessibilité du centre, elle a aussi permis le maintien dans le centre des fonctions de transit et d’approvisionnement.

58L’analyse à l’échelle des unités de recensement fait apparaître quatre grandes zones : un centre sud, un centre traza, les barrios et des espaces intermédiaires. Le centre-sud et les espaces intermédiaires se différencient fortement du reste du centre, les unités de recensement analysées incluent de nombreux espaces de transition. Selon des critères de types de population, d’occupation de structure du parc de logement la principale opposition reste celle qui distingue le centre-traza où la présence du secteur tertiaire est importante, des barrios, espaces résidentiels où la location domine et où les vecindades sont nombreuses.

59Les enquêtes sur la perception des limites du centre montrent une forte lisibilité de l’espace de la traza, délimité à l’est par le boulevard 5 de mayo, à l’ouest par la rue 11 norte-sur et au nord par la rue 18 poniente-oriente ; au sud dans un tissu urbain composite, en partie constitué par des maisons individuelles des premières extensions urbaines, aucune limite fortement lisible n’apparaît. Les barrios de l’est sont totalement exclus des perceptions du centre, alors que le « centre commercial populaire » est considéré comme intégré en partie ou en totalité à l’espace central, suivant les pratiques et l’histoire résidentielle des personnes interrogées.

60Avant la relocalisation des fonctions commerciales traditionnelles, on pouvait identifier clairement au sein de l’espace central de Puebla, deux types d’espaces à vocation commerciale :

  • Le « centre commercial populaire » dans la partie nord du centre entre le marché de la Victoria et le marché 5 de mayo qui représentait la principale concentration commerciale de la ville.

  • une « zone commerciale valorisée » regroupant des commerces pour classe moyenne et aisée, essentiellement d’équipement de la personne, organisée autour de l’hypercentre traditionnel concentrant les fonctions politiques et d’administration, bancaires et certains services, mais aussi de nombreux hôtels et restaurants. Cette zone qui était limitée aux avenues Reforma, 2 poniente, au début de l’avenue 5 de mayo tend à se diffuser vers le sud sur l’avenue 3 oriente, mais aussi depuis l’expulsion du marché de la Victoria et des commerçants « ambulants » vers le nord et le marché la Victoria. La réutilisation du marché comme centre commercial moderne à partir de 1994 peut être considérée comme une extension de cette zone commerciale valorisée.

  • 16 Jérôme Monnet (1993 :146) a analysé la bipartition ouest/est du centre de Mexico comme caractéristi (...)

61On retrouve donc à Puebla une structuration commerciale autour de deux principaux espaces dont les établissements s’adressent à des populations différentes ; c’est-à-dire une situation similaire à celle du centre de Mexico16, mais aussi, on l’a vu, de Guadalajara.

62Si l’on peut définir certaines spécificités de l’espace central historique à l’échelle de la ville, le centre historique de Puebla est d’abord marqué par une grande hétérogénéité des espaces et des pratiques. La structuration du tissu urbain hérité est le témoignage de l’organisation de la ville historique : zones résidentielles, localisation des fonctions commerciales traditionnelles, quartiers populaires de la ville historique sont encore lisibles dans le tissu urbain ancien élevé dans son intégralité au rang de centre historique.

Notes

1 Area geoestadística básica, aire geostatistique de base.

2 Seule information sur les migrations disponible grâce au recensement.

3 Les typologies présentées reposent sur l’éboration de fichiers images (matrices ordonnées) pour chaque groupe de critères.

4 Enquête réalisée en mai 1987 auprès de 758 passants dans les rues du centre, sous la direction de l’auteur dans le cadre d’un projet de la Division d’étude géographique de l’Université autonome de Puebla.

5 En 1958, les commerçants de quincaillerie et d’outillage de la Victoria avaient été déplacés vers un marché spécialisé (Santa Rosa), cf Ayuntamiento de Puebla (1985) et Josefina Aranda (1982).

6 6, 8 et 10 poniente, observation directe, voir aussi Wolgang Wendel (1977).

7 Relevé de l’auteur, 1990.

8 Relevé effectué par l’auteur avec la participation d’Antonio Flores, mai 1985.

9 La principale organisation reconnaissait 3 000 adhérents et il existait plusieurs organisations concurrentes affichant entre 200 et 400 adhérents, et les nouveaux marchés au sein desquels ont été relocalisés les commerçants « ambulants » offrent 4 257 bancs aménagés et 1 813 espaces de tianguis, ces derniers ne sont pas tous occupés dès 1986.

10 Certes ce relevé a été effectué plusieurs années après la délocalisation des marchés et des commerçants « ambulants », même s’il est possible d’identifier quelques types de commerces nouveaux ou quelques fermetures, les mutations sont lentes et la structure commerciale de 1991 offre une image vraisemblablement assez proche de celle de 1986.

11 Le recensement dénombre 15 618 unités économiques commerciales incluant 956 grossistes et les vendeurs des marchés qui sont en 1989, après la réalisation des nouveaux marchés périphériques pour relocalisation des commerçants ambulants, pratiquement 10 000, cf. INEGI (1992).

12 Selon le recensement commercial le nombre moyen d’emplois par commerce est de 2,7.

13 Jérôme Monnet (1993 : 114-148) a étudié ces spécialisations dans le centre de la ville de Mexico.

14 Enquête auprès des commerçants de Plaza Dorada, 1990.

15 Enquête auprès des commerçants de Plaza San Pedro, 1990.

16 Jérôme Monnet (1993 :146) a analysé la bipartition ouest/est du centre de Mexico comme caractéristique de deux pôles l’un « aisé-professionnel moderne », l’autre « populaire, domestique, traditionnel ».

Table des illustrations

Titre Puebla : unités de recensement et types d’espaces centraux
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 756k
Titre Puebla : typologie des unités de recensement (1)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 944k
Titre Puebla : typologie des unités de recensement (2)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Puebla : typologie des unités de recensement (3)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 532k
Titre Puebla : perceptions des limites du centre (1)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Puebla : perceptions des limites du centre (2)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Puebla : perceptions des limites du centre (3)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Puebla : espaces commerciaux
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2577/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 774k

© Éditions de l’IHEAL, 1998

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540