Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Conclusion

Texte intégral

1Nous avons commencé cette recherche en nous demandant comment le Chili, pays autrefois avant-gardiste en matière de politiques de régulation de la fécondité, était devenu l’une des nations latino-américaines les plus réfractaires aux objets politiques moraux et sexuels tels que l’avortement, la pilule du lendemain, les unions de même sexe, etc. Puisque le changement majeur vécu par le pays entre les années 1960 et les années 1990 est la dictature nataliste de Pinochet, nous avons conjecturé que la tendance conservatrice actuelle trouvait ses origines dans la dictature.

2Sachant que la pilule du lendemain devient finalement un objet politique (objet de débat et de concurrence entre les professionnels politiques) dans les années 2000, il était fondamental de comprendre comment le politiquement impensable était devenu pensable et discutable. Nous avons alors émis l’hypothèse que la politisation de la pilule du lendemain tire sa principale source d’existence dans la normalisation du jeu politique. En d’autres termes, l’affranchissement progressif du système politique hérité de la dictature et de la transition concomitant à la réduction de l’incertitude sur la pérennité du régime, conduisent à la réintroduction du conflit à l’intérieur du champ politique. Là où il était nécessaire d’agir de manière consensuelle lorsque le conflit pouvait déborder le cadre démocratique, la liberté de parole et d’action s’est accrue et la politisation de la pilule du lendemain est un symptôme du processus de consolidation démocratique.

  • 1 Nous parlons de double hypothèse car la deuxième conjecture n’est que la conséquence de la première (...)

3Tout notre travail a, en conséquence, consisté à vérifier la validité de cette double hypothèse1. Le corps de notre recherche est structuré en trois parties dont la première vérifie la première hypothèse, la deuxième la seconde et la troisième amplifie le champ de vision en proposant une analyse des blocages et des déblocages indépendants de la dictature.

4Il est essentiel de reprendre ici les conclusions de nos recherches. Nous avons toutefois jugé bon de les réorganiser de sorte qu’elles répondent exactement à la double hypothèse posée en introduction. En qualifiant la manière dont le champ politique réagit lorsqu’il est investi par un objet moral et sexuel, on réordonne les déterminants des blocages et des déblocages tout en pointant les tensions du système politique, cœur de notre problématique.

Première conclusion : les blocages de l’action publique incluant la pilule du lendemain s’expliquent par un entremêlement complexe de déterminants politiques et extra­politiques, structurels et extraordinaires

5Lorsqu’il est investi par un objet sexuel et moral, le champ politique a tendance, au premier abord, à bloquer les nouvelles entrées politiques. Les explications de ce blocage sont primordiales. L’étude de la politisation de la pilule du lendemain fait ressortir trois niveaux de blocage.

  • 2 Par exemple, lorsqu’en 1993 Soledad Alvear, ministre directrice du Sernam, annonce publiquement que (...)
  • 3 La structuration du système partisan autour de la dyade autoritarisme/démocratie est un exemple d’h (...)

6Le premier est le plus attendu et le plus connu, il s’agit d’une raison que nous avons qualifiée d’extraordinaire puisqu’elle découle d’une pratique de la politique de « crise ». Le retour de la démocratie étant vécu comme précaire, on observe une forte propension à l’auto-restriction du personnel politique. Au nom des priorités de démocratisation du régime et de justice sociale, le personnel concertationniste accepte de ne pas fâcher la coalition adverse (et ne pas faire peser de risque sur le régime) en évitant, parfois explicitement2, de mettre à l’agenda la majorité des objets moraux et sexuels. Le blocage de ces objets s’explique également par la nature de la Concertación, alliant démocrates-chrétiens et socialistes, car la nécessité (électorale) de rester unis pour mener à bien le projet de démocratisation conduit à éviter les polémiques internes. Le consensus implicite sur la famille et la sexualité entre les acteurs politiques est la conséquence directe de cette configuration politique extraordinaire. Notre première hypothèse se vérifie ainsi en partie. Toutefois, il est nécessaire de la reformuler puisque l’étude de la mise à l’agenda de « l’actualité sexuelle » pendant la première décennie de la nouvelle démocratie révèle une plus forte responsabilité de la transition à la démocratie par rapport à la dictature dans la structuration de tabous politiques tels que l’avortement. En conséquence, on peut affirmer que la dictature et la transition à la démocratie, en tant qu’héritages politiques lourds (symboliques et réels3), ont pesé sur l’imaginaire des possibles du personnel politique concertationniste, contribuant par-là à bloquer la mise à l’agenda des objets moraux et sexuels.

7Renée Fregosi écrit qu’« il n’est pas évident d’établir la vérité sur les crimes commis par les dictatures sans remettre en question la gouvernabilité, cet équilibre que l’on pense plus fragile qu’il n’est en réalité mais qui est tellement important qu’on est prêt à lui sacrifier le devoir de mémoire et de réparation dû aux victimes » [Fregosi, España, 2009  : 14]. Cette analyse du cas des Droits de l’homme semble parfaitement s’appliquer à notre objet d’étude, ce qui pourrait remettre en question sa classification comme objet « moral et sexuel » pour s’inscrire dans la problématique générale des Droits de l’homme. En réalité, si les deux types d’objet partagent indéniablement des caractéristiques communes, l’objet moral et sexuel a cette particularité qu’il concerne essentiellement (comprenez, en priorité) les « minorités » sexuelles (dans notre cas, les femmes) ce qui lui vaut de n’être que rarement considéré comme prioritaire parmi les autres thèmes que le champ politique, à dominante masculine, doit traiter. C’est là notre deuxième déterminant fondamental du blocage. Il s’agit d’une raison structurelle (liée à la construction historique du champ politique et des rapports sociaux de sexe) et indépendante de la configuration politique post-dictatoriale. La première hypothèse est nécessaire à l’explication des blocages, mais elle n’est, de ce fait, pas suffisante.

8À ces deux explications des blocages par le champ politique s’en ajoute une autre extrapolitique : l’influence et l’importance de l’Église catholique et des groupes d’intérêts conservateurs. L’activisme et l’efficacité de ces groupes ainsi que le renouveau conservateur de l’Église ne s’expliquent pas par le fait que le pays ait vécu une période autoritaire. Néanmoins, leur influence se trouve renforcée par la configuration politique post-dictatoriale. On peut ainsi affirmer qu’il existe une juxtaposition de déterminants de blocage indépendants du régime post-dictatorial mais qui utilisent cette configuration extraordinaire pour assurer l’évitement de la libéralisation des mœurs sexuelles et reproductives.

Seconde conclusion : la politisation de la pilule du lendemain révèle les tendances et tensions du régime politique même au-delà de la dictature

9Dans les conditions décrites ci-dessus, qu’est-ce qui a permis que la pilule du lendemain, objet moral et sexuel, se politise et fasse l’objet d’une politique publique ?

10En premier lieu, c’est bien la normalisation du régime politique extraordinaire qui permet cette évolution. Le clivage fondateur du système partisan (autoritarisme/démocratie) s’affaiblit, laissant place à des clivages plus ordinaires tels que la dyade projet statocentré – projet centré sur le marché. Le nouvel équilibre partisan de la Concertación (augmentation du pouvoir de la gauche dans la coalition) dans les années 2000 favorise cette évolution. Progressivement, le champ politique reconquiert un éventail thématique plus large et l’État retrouve un rôle de régulateur et pourvoyeur de la santé sexuelle et reproductive. La normalisation du jeu politique, dont le plus grand des marqueurs est la réintroduction du conflit sur les valeurs (la fin du consensus implicite), est le corollaire de la consolidation du régime démocratique. En même temps que la politisation de la pilule du lendemain est rendue possible par cette consolidation et qu’elle la révèle, elle participe à son tour à l’approfondissement du processus. En témoigne le fait que de problème politique elle devienne instrument politique observé lors de la contamination de l’agenda politique par l’agenda électoral des présidentielles de 2009-2010.

11Pour autant, et en conséquence des blocages structurels des objets moraux et sexuels, la seule normalisation ne suffit pas à expliquer la politisation de la pilule. C’est également l’accès de femmes politiques socialistes (M. Bachelet et M-S. Barría) à des postes de pouvoir stratégiques qui explique l’accélération de la politisation de la pilule du lendemain de sorte que l’on peut soutenir que, dans ce cas, la féminisation de certaines fonctions a favorisé la féminisation d’objets traités par le champ politique. On touche là également à la consolidation démocratique mais celle-ci ne se réfère pas à la période de restauration d’une vie démocratique « normale » après une période autoritaire. Cette consolidation doit être comprise comme l’approfondissement de la démocratie, processus commun à toutes les démocraties.

12À l’image de notre première hypothèse, la seconde doit être étoffée par une vision moins centrée sur le régime politique post-dictatorial.

Intérêts et perspectives de la recherche

La dictature n’explique pas tout

13Cela a été amplement démontré ici, la dictature n’explique pas tout. C’est l’évidence même, mais il semble qu’on oublie trop souvent de l’expliquer. Notre travail de recherche aura donc en premier lieu servi à qualifier l’importance de la dictature (et de la transition) dans les blocages de l’action publique mais sans lui attribuer un rôle surdimensionné. L’étude précise de la politisation a ainsi permis de saisir la complexité d’une politique publique morale et sexuelle. L’objet pose des problèmes particuliers au champ politique, que ce dernier sorte d’une dictature ou non. Le choix d’adopter une approche croisée entre l’analyse des politiques publiques et celle des régimes politiques constitue en ce sens un apport important dans la compréhension des déterminants de la décision politique.

Pour une sociologie genrée du politique

14L’analyse du processus d’émergence de la pilule du lendemain dans le champ politique a également donné à voir la complexité des dynamiques sociopolitiques s’exerçant sur un objet moral et sexuel. Parce qu’il met en cause la « bonne » sexualité et les « bonnes » mœurs issues de la pensée patriarcale, notre objet suscite des conflits politiques passionnels. Les séances parlementaires pendant lesquelles on discute de la pilule sont en effet extrêmement longues (prise de parole de nombreux parlementaires) et combatives. En même temps, chez d’autres acteurs politiques, la pilule suscite le désintérêt absolu (ce qui rejoint la « négligence » des thèmes spécifiquement féminins abordée dans notre partie 3). L’objet moral et sexuel entraîne des comportements radicalement opposés chez le personnel politique. Aux logiques politiques de coalition et de partis, s’ajoutent en outre les convictions et les indéterminations individuelles pour complexifier encore les soutiens et les rejets des objets moraux et sexuels. Le genre et le sexe interrogent la pertinence des clivages politiques, et ils posent donc de vrais enjeux au système politique. Pourtant, tout se passe comme si les partis politiques « oubliaient » sans cesse de penser la place des femmes et de leurs problématiques spécifiques dans le cœur de leurs projets de société, les reléguant bien souvent à la périphérie des « grands enjeux ».

15De ce fait, il était important de prendre en compte le caractère sexué du champ politique comme élément d’analyse des blocages et déblocages de la pilule de lendemain.

16Cette perspective mériterait d’être approfondie par une recherche ciblée sur les professionnels de la politique qui aboutirait à la compréhension des représentations de genre qui dominent ou coexistent dans le champ où se décident (et ne se décident pas) les mesures visant à réguler les rapports sociaux de sexe. Il s’agirait d’une sociologie genrée du politique (plutôt que d’une sociologie politique du genre) dans la mesure où l’objet d’étude principal resterait le fonctionnement du champ politique. Étudier ce dernier dans sa dimension genrée ne signifie pas que l’on doive s’intéresser uniquement aux femmes qui le composent. Ce biais, courant en science politique, ne nous permettrait pas de saisir les enjeux des décisions prises par les hommes politiques en tant qu’êtres masculins (et non en tant qu’êtres neutres). S’intéresser aux hommes en tant qu’êtres sexués pourrait aboutir à comprendre le régime démocratique sous un autre angle.

Les objets moraux et sexuels en perspectives : vers un terrain de départage politique privilégié ?

  • 4 Nous nous référons notamment à l’ajout, dans le texte de loi 20.418, du troisième alinéa de l’artic (...)
  • 5 La pilule du lendemain n’est pas le seul exemple de mesure dont la portée libérale est limitée. C’e (...)

17L’avortement au Chili n’est pas à l’ordre du jour, loin s’en faut. La politisation et l’incorporation de la pilule du lendemain a même contribué à le faire reculer4. Les déterminants des blocages de l’action publique sur les objets moraux et sexuels restent prédominants5, de sorte qu’il se produit un décalage entre le champ politique et « l’opinion », le premier apparaissant plus conservateur que la seconde qu’il représente.

18Mais le système partisan évolue et les clivages politiques le suivent. De la même façon que la pilule du lendemain a basculé de problème politique coûteux à instrument rentable de campagne électorale en 2009 / 2010, les objets moraux et sexuels pourraient connaître un regain d’importance politique dans les prochaines années. D’où l’intérêt d’avoir mené cette recherche qui pourrait servir de préalable à l’analyse de travaux futurs.

19Manuel Millones ne nous l’a pas caché : les objets moraux et sexuels posent problème à l’actuelle coalition gouvernante, opérant une division entre le parti du président (RN) et l’UDI. Une stratégie de l’opposition pourrait consister (à condition qu’elle ait elle-même résolu ses propres contradictions, au moins sur certains objets) à systématiser la mise en difficulté de la coalition gouvernante en l’obligeant à se prononcer sur ces thèmes qui la divisent, à l’image de ce que Frei avait fait contre Piñera dans le cas de la pilule du lendemain. Les objets moraux et sexuels pourraient bien être l’objet d’un traitement privilégié. Les évolutions sont à surveiller, d’autant plus que ME-O a créé son propre parti politique (le Parti progressiste), lui qui avait été le moteur de la mise à l’agenda électoral de ces objets.

Notes

1 Nous parlons de double hypothèse car la deuxième conjecture n’est que la conséquence de la première. Elles ne sont pas fondamentalement séparables.

2 Par exemple, lorsqu’en 1993 Soledad Alvear, ministre directrice du Sernam, annonce publiquement que ni l’avortement ni le divorce ne seront mis à l’agenda de ce service à rang ministériel.

3 La structuration du système partisan autour de la dyade autoritarisme/démocratie est un exemple d’héritage réel. La peur d’un nouveau coup d’État est en revanche un héritage symbolique.

4 Nous nous référons notamment à l’ajout, dans le texte de loi 20.418, du troisième alinéa de l’article 4 stipulant qu’aucune des méthodes contraceptives prescrites et/ou conseillées ne pourra avoir un but ou un effet direct abortif. Précision qui, en droit, n’était nullement nécessaire dans la mesure où l’avortement fait déjà l’objet d’une triple interdiction (Constitution, Code sanitaire, Code pénal).

5 La pilule du lendemain n’est pas le seul exemple de mesure dont la portée libérale est limitée. C’est également le cas de la loi autorisant le divorce.

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540