Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie III. Au-delà de la dictature : les contraintes particulières d'un objet moral et sexuel

Chapitre 8. Pouvoirs politiques, pouvoirs sexués : un objet « essentiellement » féminin

Texte intégral

« Le pouvoir est masculin, l’entretien des corps est féminin » Geneviève Fraisse [2001  : 183]

L’hypothèse sanitaire

1Lorsque nous demandions, pendant nos entretiens, les raisons qui ont poussé le Minsal à intégrer la pilule du lendemain malgré les fortes réticences exprimées dans le champ politique, certains ont mentionné l’existence d’une « culture de santé publique » forte, propre à ce ministère. Dans leur logique, il existerait une culture sanitaire partagée par la majorité des membres du ministère de la santé qui le pousserait à privilégier la santé et le bien-être de la population même si cela doit passer par la polémique et le scandale public. Le ministère serait ainsi dominé par une logique de santé publique par rapport à une logique idéologique ou moralisante. Ce serait pour cette même raison que la présidente (pédiatre, ancienne ministre de la Santé) aurait ressenti comme un « devoir » de ne pas partir sans avoir assuré et protégé l’intégration de la pilule du lendemain à l’action publique (la loi 20.418).

2C’est bien le sens du propos de l’ancienne ministre de la Santé María Soledad Barría :

« María Soledad Barría : Le Minsal a eu depuis très longtemps, depuis les années 1950-1960, une politique assez libérale en matière de contraception en ce sens qu’il a toujours privilégié la logique de politique publique, sanitaire par rapport à l’idéologie. L’ISP autorise le médicament [la pilule du lendemain], et les groupes dits pro-vie commencent à organiser la bataille, c’est là que commencent les procès et les disputes. Ils parviennent à interdire une pilule et nous arrivons à en autoriser une autre. Et dans le ministère, depuis le début, tout le monde a parié sur la légalisation de la pilule.

Lila Le Trividic Harrache : Le soutien de la pilule du lendemain n’est pas polémique à l’intérieur du Minsal ? Tout le monde y est favorable ?

  • 1 Entretien avec la doctoresse, ancienne ministre de la Santé et membre du PS María Soledad Barría, S (...)

María Soledad Barría : Oui. Et les collèges de médecins, et les groupes qui travaillent avec les adolescents, il n’y a pas de conflit interne du tout sur ce point. Au contraire, je dirais que je ne me suis jamais sentie aussi soutenue. Il n’y a pas de disputes internes importantes, ce sont des activités menées par des petits groupes qui sont très puissants dans la société, mais dans l’idéal sanitaire, il n’y a pas de dispute1. »

  • 2 Nous nous permettons de mettre en valeur ces termes pour marquer la distance que nous prenons à leu (...)
  • 3 En ce qui concerne les professionnels de santé du « terrain » – directement concernés par les cas d (...)

3Cette grande préoccupation pour la santé publique qui a caractérisé l’histoire du Minsal pourrait ainsi expliquer son « entêtement » (et par là les déblocages de la pilule du lendemain) dans la mesure où, défendant un instrument pertinent et efficace de politique publique pour améliorer la santé et le bien-être des populations, il aurait pu passer outre « l’idéologie » politicienne en luttant pour ce qui est « objectivement » juste2. La forte présence de médecins dans le Minsal pourrait en partie confirmer cette hypothèse dans la mesure où leur connaissance de la médecine et de la science, leur permettrait de privilégier l’efficacité technique au service de la santé des personnes plutôt que les considérations généralistes moralisantes qui ne s’appuient pas sur la réalité du terrain3.

4Toutefois, on voit mal comment ce type de réflexions peut être délié de la politisation des médecins qui les produisent : ce ne sont en effet pas de simples médecins qui sont généralement nommés à la tête du Minsal, mais des membres actifs de partis politiques.

5Si cette piste « sanitaire » mérite de plus amples recherches, il ne nous semble pas qu’elle fonde véritablement la particularité de l’objet que nous étudions. C’est plutôt la coïncidence entre l’accès de femmes (et médecins) à des postes clés de pouvoir politique (présidence, ministère de la Santé) avec les déblocages de l’action publique en matière de santé sexuelle et reproductive, qui nous paraît pertinente pour l’analyse.

Le champ politique n’est pas neutre

6« Le champ politique n’est pas neutre », cela paraît évident puisqu’il est composé d’individus politisés. Mais ce n’est pas à cette neutralité que nous nous référons. Il s’agit de repenser la neutralité sexuelle des décideurs politiques, dont la majorité est constituée par des hommes. Le Chili est l’un des pays d’Amérique latine dont le parlement possède le moins de femmes (12,5 %).

Diagramme 2. Présence des femmes dans les Parlements d’Amérique latine (en %)

Diagramme 2. Présence des femmes dans les Parlements d’Amérique latine (en %)
  • 4 E. Gerber, B. Stiegler, Género y poder, el significado del poder en los más altos cargos políticos  (...)

Source. E. Gerber4.

7Force est de constater que la condamnation de l’avortement n’a pas toujours été rapportée au droit à la vie, elle a longtemps existé au nom de l’autorité paternelle et des intérêts de l’État (la natalité devant garantir la grandeur de la Nation) : « après avoir été un crime contre l’autorité maritale ou paternelle dans l’antiquité, puis contre Dieu et la morale, il devenait un acte contraire aux intérêts de la société et de l’État » [Le Naour, Valenti, 2003  : 13].

  • 5 La confidentialité de l’accès à la pilule du lendemain pour les adolescent-e-s aura finalement été (...)

8Cette logique se retrouve dans le cas de la pilule du lendemain. S’il est évident qu’elle pose la question du droit à la vie, elle interroge aussi fortement (peut-être surtout) la place et le rôle des femmes et de la sexualité dans la société. Elle est une contraception d’urgence, c’est-à-dire qu’elle intervient contre une potentielle maternité (contre l’objectif procréatif du rapport sexuel) issue d’un rapport souvent non-planifié (contre la sexualité dans une relation stable voire institutionnalisée). De plus, les normes de régulation de la fertilité, en autorisant le système public de santé à administrer des conseils et des services gratuits pour les adolescent-e-s de quatorze ans et plus sans obligation d’implication des parents5, mettaient en cause la gestion privée par la famille de la sexualité ainsi que l’autorité parentale (voire patriarcale) sur les adolescent-e-s. Ces valeurs se rapportent à l’organisation de la famille bien plus qu’au droit à la vie.

  • 6 En 2004, 57 % des Chiliennes en âge fertile (15-49 ans) utilisent le stérilet contre 34 % qui utili (...)

9Nous nous sommes posées la question de savoir pourquoi la politique publique incluant la pilule du lendemain a connu une polémique allant jusqu’à l’annulation alors que le stérilet (également mis en cause devant le tribunal constitutionnel), dont aucun médecin ne dissimule les effets potentiellement abortifs, n’a pas connu le même traitement. Si l’on raisonne en termes de droit à la vie dès la conception, le stérilet, plus encore que la pilule du lendemain, devrait être au cœur de la polémique et devrait faire l’objet d’une interdiction pour atteinte aux droits fondamentaux garantis par la Constitution. Ce n’est néanmoins pas le cas et – nous l’avons vu – les parlementaires ayant saisi le tribunal constitutionnel ne souhaitaient pas le faire sur le stérilet mais seulement sur la pilule. Doit-on expliquer cette situation par le fait qu’il s’agit du moyen préféré de contraception des Chiliennes6 ? Mais cela reviendrait à instaurer une hiérarchie dans la gravité de la mort des êtres en devenir : l’élimination d’un potentiel embryon par la pilule du lendemain serait plus grave (à condition d’être avérée) que celle effectuée par le stérilet.

10Nous pensons donc que cette situation à moins à voir avec le droit à la vie qu’avec la place et le rôle de la sexualité et des femmes. Il se trouve que le stérilet est un outil contraceptif utilisé majoritairement par les femmes adultes ayant déjà eu des enfants et souvent dans le cadre d’une vie sexuelle institutionnalisée. Au contraire, la pilule du lendemain concerne surtout les adolescentes, qui n’ont (normalement) pas encore procréé et qui ne sont généralement pas mariées. La pilule du lendemain est un symbole de la « mauvaise » sexualité : non-planifiée, non responsable et à but non-procréatif. Or cette sexualité non-procréative ne semble envisageable que lorsque la femme est déjà mère (fonction essentiellement maternelle des femmes).

  • 7 Organisation jugée comme naturelle, comme si la forme nucléaire de la famille avait toujours été le (...)

11Nous soutiendrons ici que les blocages et les déblocages, la lenteur et les accélérations de la discussion politique sur les valeurs liées à la famille et à la sexualité sont également liés à une particularité de l’objet étudié : il est essentiellement féminin et doit être traité dans un champ politique majoritairement masculin. Essentiellement féminin parce qu’il concerne d’abord le corps des femmes et qu’il implique une remise en question de l’organisation « essentielle »7 de la famille et des rapports sociaux de sexe dont les bénéfices sont bien plus féminins que masculins puisqu’ils visent un rééquilibrage en faveur des femmes. « Essentiellement féminin » également parce que la santé est un domaine impliquant traditionnellement plutôt les femmes (le soin à la personne, le souci de soi), à plus forte raison lorsqu’il s’agit de la reproduction.

12L’étude de la structure du champ politique et de ses conséquences sur l’organisation des rapports sociaux de sexe doit permettre de compléter l’analyse des blocages et des déblocages de l’action publique d’ordre moral et sexuel. La structure du champ politique (qui est antérieure au retour de la démocratie) contribue à expliquer les blocages et les silences quant à la pilule du lendemain et à l’ensemble des questions d’ordre sexuel et de genre. Décider de ne pas discuter véritablement des contenus de la famille (ce qui fit le fondement du « consensus implicite » pour garder le silence), cela ne revient pas seulement à craindre un conflit déchirant alors que la démocratie est récente et balbutiante, c’est en outre (et peut-être surtout) le témoignage d’une priorisation de certains thèmes par rapport à d’autres, voire d’un certain manque de volonté politique.

La négligence politique des thèmes de genres

  • 8 Considérant l’avortement comme un privilège de bourgeoises, le PC français avait lutté explicitemen (...)

13S’il existe effectivement une difficulté de positionnement individuel sur les questions d’ordre moral et sexuel, elle concerne plutôt les objets récents tels que la procréation médicalement assistée. L’avortement a fait l’objet de débats et de luttes depuis les années 1930. Autant dire que le temps n’a pas manqué pour choisir et justifier une posture politique. À la difficulté de positionnement se juxtapose ainsi une certaine négligence de ces objets de la part du personnel politique a priori le plus enclin à les défendre (PC8, PS, PPD, PRSD). L’activisme des uns (acteurs « profanes » et politiques conservateurs) contraste avec la passivité des autres, favorisant par là le statu quo.

14María Isabel Matamala témoigne de ce manque de volonté politique pour traiter les thèmes qui se rapportent à des problèmes qui incluent spécifiquement les femmes.

  • 9 Ministre du Sernam (2006-2009).
  • 10 Entretien avec María Isabel Matamala, Santiago, 13/01/2010.

« La souveraineté des femmes sur leurs corps ne fait pas partie du disque dur des thèmes prioritaires. Moi j’appartenais au PS, il y a peu de temps que je l’ai quitté, et je peux te dire que pendant les congrès il a toujours fallu se battre pour que l’on discute de l’avortement, on entendait toujours annoncer ‟la commission qui discutait de l’avortement n’est pas arrivée… nous allons bientôt passer à une autre commission… si elle n’arrive pas dans cinq minutes…”, ce genre de choses. Finalement la commission arrivait et quand il fallait rédiger les accords, elle n’apparaissait pas, ils disaient ‟ah ! non ! il y a eu un souci avec la rédaction, c’est sûrement l’impression qui a posé problème…”. Je te le dis, ça s’est encore passé au dernier congrès du PS. Et, lors du congrès idéologique du PDC, une jeune fille qui travaille au Minsal en tant que chargée d’égalité de genre de son secteur, des réseaux [d’assistance], cette jeune fille a voulu mettre l’avortement à l’agenda du congrès mais ça a été refusé – alors que Laura Albornoz9 faisait partie de ceux qui décidaient de l’ordre du jour –. Le PC aussi le met à l’ordre du jour mais jamais… enfin c’est la même chose ! En fait, le problème vient du fait que les partis politiques qui se disent de centre et/ou de gauche considèrent toujours tout ce qui se rapporte au genre comme des affaires moins importantes que celles qui se rapportent aux classes socioéconomiques. […] C’est en cela qu’ils méprisent les femmes. Et ils les méprisent en idéologisant ce mépris car ils leur disent ‟vous, pour le moment vous pouvez attendre parce que c’est le futur du pays qui est en jeu”. »10

15Ce témoignage de María Isabel Matamala trouve écho dans les propos de María Soledad Barría ainsi que dans les discours d’autres femmes membres de partis politiques [Hola et Pischedda, 1993]. Les thèmes se rapportant au genre, à l’organisation des rapports sociaux de sexes, font ainsi l’objet d’une négligence de la part des partis politiques qui ne cherchent pas à les inclure pleinement dans leur propre projet. Il est d’ailleurs intéressant de relever que cette négligence se légitime parce que Matamala désigne comme une idéologisation, c’est-à-dire par la construction de leurs problèmes comme subalternes grâce à l’insistance sur le « futur » du pays, futur dont elles doivent accepter qu’il se construise « pour l’instant » sur leur silence et le statu quo en matière de rapports sociaux de sexes.

  • 11 María Soledad Barría a déploré le manque de volonté politique de traiter de ces sujets en prenant l (...)

16Il est clair que, dans cette situation, le fonctionnement de la démocratie de coalitions a une grande part de responsabilité puisque – nous l’avons vu – elle implique une alliance fondatrice et permanente entre des partis de gauche et la DC. Mais ce n’est pas tout. Si l’égalité et les droits des femmes (mais aussi des hommes) à la santé reproductive et sexuelle faisaient réellement partie de la base du projet de société des partis les plus à gauche, alors on pourrait imaginer que le silence sur ces questions aurait été particulièrement difficile à tenir et, maintenant que l’incertitude sur le régime ne pèse plus sur la politique, on pourrait s’attendre à une explosion de ces thèmes sur l’agenda politique. Pourtant, les partis politiques continuent à repousser le traitement de ces objets. Et même lorsque certains parlementaires (souvent les mêmes) font entrer de nouvelles propositions de loi au Congrès, leur discussion est toujours repoussée et renvoyée aux commissions de santé de la Chambre ou du Sénat qui, au bout de quelques années sans discussion, décident de les archiver11.

Le mâle est fait : l’homosocialité du champ politique

« Être un homme dans la société patriarcale, c’est être important. Cet attribut se présente avec un double sens : d’une part, évidemment, être un homme c’est être important parce que les femmes ne le sont pas ; d’autre part, être un homme c’est être très important parce que l’on communique avec ce qui est important dans la mesure où tout ce qui est important est défini comme masculin. Dans sa dimension de discours mégalomane, le discours patriarcal sur l’homme ‟oublie” que l’importance d’être un homme n’existe que parce que les femmes sont définies comme sans importance » [Olavarría, Valdés, 1997  : 19].

17Avec cette remarque, Josep-Vincent Marqués montre que l’importance du masculin dans la société patriarcale est corrélative à la non-importance des femmes. Cette non-importance des femmes conduit à une non-importance des thèmes qui les concernent en priorité. C’est donc également la société patriarcale qui explique les blocages, la lenteur, voire l’inexistence politique de beaucoup de thèmes qui mettent en cause l’organisation traditionnelle des rapports sociaux de sexe.

18L’affirmation a d’autant plus de sens que le champ politique, c’est-à-dire le lieu où se prennent les décisions qui influencent la vie et l’organisation de la vie des membres d’une communauté à long terme, se caractérise au Chili (comme dans la majorité des pays) par une « homosocialité » [Pionchon et Derville, 2004  : 73]. C’est entre hommes et pour les hommes que s’est construit et institutionnalisé le champ politique, c’est pourquoi Pionchon parle d’homosocialité et Gaspard de « fatriarcat » [Gaspard, 1997  : 32]. Le champ répond à un langage et à des codes qui sont officiellement associés à la neutralité du citoyen et du politique mais correspondent en réalité à des attitudes sexuées puisque masculines. On perçoit ainsi pourquoi les grands clivages qui scindent le champ ne correspondent pas aux clivages permettant de prendre en compte aisément les objets genrés.

  • 12 E. Hola Pischedda, G. Mujeres, poder y política : nuevas tensiones para viejas estructuras, Santiag (...)

19L’homosocialité qui caractérise le champ politique se lit dans le témoignage de l’ancienne députée PPD Adriana Muñoz : « Le parti socialiste, à l’instar de tous les partis, possède une structure organisationnelle pensée, définie et établie par des hommes. Par exemple, pour que l’on puisse participer aux réunions du comité central qui s’éternise jusqu’aux heures tardives de la nuit, cela veut dire la guerre à la maison, à moins que le mari ou le compagnon de vie soit compréhensif et accepte de rester seul, de s’occuper des tâches domestiques et des enfants. Comme ça n’arrive que très rarement, nous les femmes, en général, nous ne restons pas jusqu’à la fin des réunions ou bien, tout simplement, nous n’y assistons pas ». Elle continue plus loin « à la fin de l’année 1991, j’ai présenté une proposition de loi qui établissait une indemnisation pour les cas de harcèlement, dans le but d’améliorer les conditions de travail des femmes […] Cela a provoqué une réaction quasi hystérique des hommes et en particulier des parlementaires. En fait, cette réaction était entièrement prévisible parce que la proposition pointait directement l’essence patriarcale de la logique législative dans la mesure où elle cherchait à sanctionner des conduites qui sont admises comme naturelles pour une partie des hommes »12.

  • 13 Nous parlons ici de tendance parce qu’il serait évidemment bien trop sectaire de considérer que, pa (...)
  • 14 Sur ce point, le nouveau gouvernement au pouvoir, celui de S. Piñera, est particulièrement paradigm (...)

20De ce fait, on comprend mieux pourquoi le champ politique, dominé par des hommes, tend à résister à la discussion de ces thèmes13. Même si l’égalité entre les hommes et les femmes est devenue un thème politiquement correct sur lequel « on se doit » de faire des efforts, ces derniers se cantonnent bien souvent aux domaines tels que le travail (égalité des salaires, égalité des chances, etc.), l’éducation et la lutte contre la violence « domestique »14.

  • 15 Sergio Micco (alors conseiller national du parti DC) tenait ce propos, très révélateur, en 1995 : « (...)

21En définitive, la défense de l’égalité entre les hommes et les femmes a une forte propension à se contenter de chiffres et de règles théoriques plus qu’à une véritable modification des rapports sociaux de sexes. Changer la structure légale de la famille et la considération publique de la sexualité font ainsi partie des thèmes non seulement difficiles à traiter mais ils sont considérés, en outre, comme peu importants. En ce sens la pilule du lendemain ne vaut pas la peine que l’on se batte contre la droite. Nous retrouvons d’ailleurs une dimension du discours (sur l’avortement) tenu par Sergio Micco15.

Retour sur le consensus initial

22Il convient de revenir sur le consensus implicite qui a constitué une forte enclave. Il faut en effet se demander pourquoi la volonté de reconstruire la Nation et la politique au Chili passe par le silence sur l’organisation des rapports sociaux de sexes.

23Nous avons vu que la négligence et l’homosocialité historique du champ politique ajoutent aux difficultés de positionnements individuels et à la configuration politique post-dictatoriale pour favoriser un silence, une modération du personnel concertationniste sur la modification des rapports sociaux de sexe notamment. Non seulement ils sont difficiles à traiter mais en plus ils n’intéressent pas outre mesure le personnel politique.

24Il existe ainsi une sorte d’aversion du champ politique à traiter les thèmes liés aux rapports sociaux de sexes. On préfère le statu quo ou le changement à la marge (la pilule du lendemain) et ce, non seulement parce que le système politique dans lequel on se trouve s’est construit sur une dé-légitimation du conflit idéo­logique et sur une pratique du consensus pour oublier l’histoire déchirante, mais aussi parce que la structure du champ politique (masculine et fondée sur des clivages non-genrés) amène à ne pas prioriser ces thèmes. Pour expliquer les déblocages, la normalisation du jeu politique post-dictatoriale n’est pas suffisante, il faut y ajouter l’importance de l’arrivée de femmes politiques à des postes clés.

25Il serait vain de croire qu’être une femme en politique conduit nécessairement à la « féminisation » des objets traités. Toutefois, on peut parler d’une tendance, d’une plus forte propension à cette féminisation. En France, c’est une femme de droite qui a présenté le projet (par la suite devenu loi) de dépénalisation de l’avortement. Simone Veil l’a fait contre son camp politique et grâce au soutien des voix de la gauche. Les déblocages de l’action publique en matière de DSR coïncident avec l’accès de femmes à des postes clés de gouvernement, cet élément ne peut pas être ignoré.

Le « pouvoir » des femmes de gouvernement

« Dans cette nuit du 16 janvier, depuis une fenêtre j’ai vu des milliers de personnes descendre la Alameda dans l’allégresse. Des femmes, des jeunes et des enfants portant les couleurs de notre patrie sur la poitrine. Des milliers d’applaudissements. Des milliers de Chiliens fiers de leur pays.
C’est le signal d’un temps nouveau qui touche notre pays, mes chers concitoyens du Sénat et de la Chambre. Le pays a vécu de grands changements ces dernières années. Nous avons récupéré le climat de liberté qui avait si longtemps caractérisé notre République. Nous avons construit une société plus ouverte, multiple et tolérante.
Mais depuis cette nuit du 16 janvier, nous avons également observé une très bonne attitude. Il se respire un air de rénovation et de nouvelles idées. C’est le temps des femmes et des hommes qui apparaît comme jamais dans notre pays. Ce sont les fruits de longues semailles que nous récoltons aujourd’hui. Aux visions bien connues de tant d’hommes remarquables s’ajoutent aujourd’hui celles d’une Elena Caffarena ou d’une Amanda Labarca, le symbole d’une Inés Enríquez, la dignité d’une Tencha Allende, le courage d’une Sola Sierra. Mais surtout, aujourd’hui, c’est la persévérance et le sacrifice de milliers de femmes du pays entier qui nous accompagnent, elles qui s’efforcent si durement pour assurer le bien-être de leur famille, pour travailler, pour étudier.
Qui l’aurait cru ! Aujourd’hui c’est une femme présidente qui s’exprime devant ce Congrès, et voici mes dix femmes ministres et mes quinze femmes sous-secrétaires. Voilà le premier gouvernement paritaire de toute notre histoire, comme je l’ai promis pendant la campagne. Voici venu le temps des citoyens. Un Chili de tous, un Chili plus intégrateur et plus intégré. Une société plus inclusive, qui ne discrimine pas et n’oublie pas ceux qui restent derrière. Je suis ici en tant que femme et je représente la défaite de l’exclusion dont nous avons si longtemps fait l’objet. Il est temps d’intégrer à notre développement ces citoyens et ces citoyennes qui souffrent de l’exclusion. » [Michelle Bachelet Jeria, présidente de la République, discours du 21 mai 2006]

26Étudier les femmes et la politique se limite bien souvent à l’étude de la manière dont elles s’insèrent, se battent, pour intégrer le champ politique et y rester. Ce type d’étude a notamment connu un regain d’engouement depuis l’invention de la « discrimination positive » et les lois sur la parité. Il existe également beaucoup d’analyses qui font état de la manière dont les femmes doivent gérer leur engagement politique et leur vie quotidienne. Un autre axe d’études un peu moins étudié mais tout aussi important est l’analyse de la manière dont le champ politique et les hommes politiques s’adaptent à leur arrivée.

27La féminisation des objets politiques (la prise en compte d’objets par le politique qui concernent traditionnellement, majoritairement, voire exclusivement, les femmes) s’accentue avec l’entrée des femmes en politique. Étudier les femmes en politique c’est donc se donner un double axe de recherche : à la fois comment elles entrent dans l’espace politique et comment ce dernier évolue en conséquence.

  • 16 La « représentation miroir » annihile, à notre avis, le principe même de la représentation. En effe (...)

28Nombreuses sont les auteurs qui s’accordent à dire qu’il faut plus de femmes en politique pour obtenir plus d’égalité non seulement en termes numériques (cela va de soi) mais aussi parce que ces auteurs considèrent que les femmes, et elles seules, sont capables de comprendre et prendre en compte les problèmes spécifiques au genre féminin. N’étant pas convaincue de l’efficacité de la représentation politique miroir16 et considérant que l’analyse sus-décrite peut rapidement conduire à un essentialisme qui emprisonnerait les femmes et les hommes dans leur genre, nous ne validons pas l’idée qu’il faut par principe autant de femmes que d’hommes dans la représentation politique. Cependant, les conditions historiques de fonctionnement du champ politique sus-décrites forcent à considérer l’importance de la féminisation du champ politique dans les déblocages de l’action publique d’ordre sexuel, moral et genré.

29D’où l’intérêt de ne pas se contenter d’étudier l’incorporation des femmes au champ masculin de la politique pour également appréhender l’impact de leur présence dans ce champ sur la « féminisation » des objets politiques. L’accès des femmes au champ politique n’entraîne pas une adaptation unilatérale : le champ lui aussi se modifie et tend à incorporer des thèmes autrefois plus aisément « oubliés », mis de côté ou simplement traités lorsque l’urgence le forçait. Nous proposons dans cette section, une esquisse d’analyse de l’importance de l’accès de femmes à des postes politiques clés dans le déblocage politique de la pilule du lendemain.

Des femmes ministres et présidente, une fenêtre d’opportunité

  • 17 Le quatrième moment correspond à la législation (loi 20.418).

30Revenons sur la fenêtre d’opportunité, évoquée dans le deuxième chapitre, qui s’est ouverte à partir des années 2000 avec le mouvement vers la gauche de certaines fonctions politiques clés. L’apparition de la pilule dans l’action publique coïncide avec l’accès de la première femme ministre de la Santé, Michelle Bachelet, en 2001. Le troisième épisode clé dans l’histoire politique de la pilule, celui de la publication des normes de régulation de la fertilité, a lieu en 2006-2007 lorsque Michelle Bachelet est devenue la première présidente de la République du Chili et qu’elle a nommé María Soledad Barría ministre de la Santé. Ainsi, trois des quatre déblocages de la politique publique incluant la pilule du lendemain coïncident avec la présence de femmes à des postes politiques stratégiques17.

31L’élection de Michelle Bachelet à la tête de l’État chilien a marqué les esprits, notamment celui des femmes. Elle a galvanisé les mouvements féministes et alimenté de nombreuses recherches sur le thème du genre et de la politique. C’est un bouleversement symbolique qui a eu lieu avec cette élection.

« Le jour de l’investiture de Michelle Bachelet à la présidence du Chili, dans la lignée des célébrations dont débordent les rues de Santiago, des vendeurs ambulants offrent des bandes présidentielles. Cependant, et selon une sorte d’accord tacite, seules les femmes les revêtent, comme si désormais elles étaient les seules concernées par la magie de l’histoire. Selon nous, c’est un des gestes symptomatiques du processus d’empowerment qui implique les femmes chiliennes depuis le triomphe de Bachelet » [Gerbert, Stiegler, 2009  : 31].

  • 18 L’exploitation de genre n’a toutefois pas été radicale dans la campagne de Bachelet. Elle a plutôt (...)

32Les médias ont également réagi rapidement à l’affaire en remettant l’avortement en débat. Le jour de sa nomination, María Soledad Barría nous a confié avoir été immédiatement interrogée – ce qui l’avait beaucoup surprise à l’époque – sur ce qu’elle pensait de l’avortement. Les journalistes cherchaient à savoir si elle avait l’ambition d’agir en faveur de la dépénalisation de la pratique. Le seul fait d’accéder au pouvoir pour ces femmes avait déjà déclenché une prédisposition chez les autres acteurs à traiter de ces sujets (pour les bloquer ou les débloquer). Il faut dire que les caractéristiques des deux femmes étaient propices à la mise à l’agenda des questions de genre et de santé : femmes, socialistes (militantes depuis longtemps), agnostiques et doctoresses. De plus, la campagne présidentielle de Bachelet a mis l’accent sur l’importance des femmes et l’égalité de genre18. L’ensemble de ces éléments a participé à éveiller les soupçons de nombreux acteurs.

33L’investiture de Bachelet a aussi rapidement suscité appréhensions et engouements politiques. En reprenant les propositions de lois portant directement ou indirectement sur l’avortement entre 1990 et 2010, il est clair que quelque chose a changé avec la première femme présidente. La mise en cause du consensus implicite dans les années 2000 est d’autant plus effective qu’une femme socialiste accède au pouvoir puisque 58 % du total des propositions ont été présentées entre 2006 et 2010. C’est donc une fenêtre d’opportunité qui s’est ouverte pour les professionnels politiques de la gauche parlementaire non seulement avec l’ascension de leurs partis dans la coalition, mais aussi avec l’investiture de la première femme socialiste présidente de la République.

34Le personnel de droite a, quant à lui, également augmenté ses propositions de loi. Entre 2006 et 2010 il a présenté deux fois plus de propositions par rapport à 2000-2006. Nous y voyons une réaction préventive visant à endiguer les tentatives libérales. L’accès de M. Bachelet à la présidence a ainsi suscité de l’engouement chez les uns et de la crainte chez les autres, comme si une femme socialiste devait nécessairement se préoccuper, plus que les autres, du problème de l’avortement et des droits sexuels. C’est certainement pour cette raison que l’on a assisté à une inflation législative en la matière.

  • 19 « Reforma constitucional que eleva quórum para la despenalización del aborto », Bulletin 4121-07, C (...)
  • 20 Deux propositions libérales et une conservatrice. Notons que la proposition conservatrice est entré (...)

35Ainsi, dès l’élection de Michelle Bachelet et la nomination de María Soledad Barría à la Santé, la question de la dépénalisation de l’avortement revient à l’esprit des parlementaires. Dès le 22 mars 2006 (onze jours après l’investiture de M. Bachelet), une proposition de loi portant « augmentation de la majorité nécessaire pour dépénaliser l’avortement » est présentée à la Chambre19. Trois autres propositions entrent au parlement la même année20.

36L’arrivée de ces femmes, socialistes, doctoresses et agnostiques à la tête du Minsal et de l’État ne doit pas être comprise comme une simple coïncidence avec la politisation des enjeux liés à la sexualité et au contrôle de la fertilité. On ne peut pas dire qu’elles soient à l’origine du travail d’incorporation de la pilule du lendemain à l’action publique mais elles ont largement contribué à son accélération. Le pouvoir de ces femmes a été de débloquer l’utilisation d’un objet « essentiellement » féminin dans l’action publique. Il est par là même évident que la normalisation du jeu politique post-dictatorial n’explique pas à elle seule les déblocages de l’action publique. La pilule aura ainsi contribué à consolider la démocratie de manière plus structurelle, la question de l’intégration des femmes constituant un problème pour toutes les démocraties.

37Il convient néanmoins de rappeler que si ces femmes politiques ont tenu un rôle d’importance, elles ne sont pas à l’origine de « révolutions » morales et sexuelles. La seule véritable audace dont a fait preuve le gouvernement de la Concertación en la matière a été la pilule du lendemain, et sa politisation s’est faite dans un souci de se conformer aux codes en vigueur dans le champ politique c’est-à-dire, en s’autonomisant de l’avortement, rejetant par là même toute possibilité de le remettre à l’ordre du jour.

Notes

1 Entretien avec la doctoresse, ancienne ministre de la Santé et membre du PS María Soledad Barría, Santiago, 04/02/2010.

2 Nous nous permettons de mettre en valeur ces termes pour marquer la distance que nous prenons à leur égard. Nous n’avons pas pu élaborer une véritable analyse de ce « sanitarisme » qui ferait partie de la culture du Minsal ou plus généralement des médecins au Chili. Il s’agit d’une piste très intéressante de recherche qu’il conviendrait d’explorer plus amplement afin de comprendre son impact dans le traitement des enjeux de santé publique en politique au Chili. Pour revenir aux termes tels « qu’objectivité » des politiques publiques sanitaires qui s’opposeraient à « l’idéologie » politicienne : il s’agit d’un discours idéologique puisqu’il exprime une vision du monde médicalisée où le bien-être des populations serait primordial. De plus, il est inspiré par une croyance en la nécessité de la justice sociale et en l’action de l’État pour la garantir.

3 En ce qui concerne les professionnels de santé du « terrain » – directement concernés par les cas d’avortement – Aníbal Faúndes montre qu’ils « ont tendance à adopter une attitude ambivalente à propos de l’avortement parce que leurs valeurs morales et professionnelles s’affrontent. Malgré cela, la grande majorité finit par accepter que les avortements soient moralement justifiables dans certaines circonstances, bien que beaucoup d’entre eux refusent de l’exprimer publiquement et que seuls quelques-uns soient disposés à mener l’intervention jusqu’au bout », A. Faúndes J. Barzelatto, El drama del aborto : en busca de un consenso, Santiago, LOM, 2007, p. 100.

4 E. Gerber, B. Stiegler, Género y poder, el significado del poder en los más altos cargos políticos : los casos de Alemania, Argentina, Chile y España, Santiago, Friedrich-Ebert-Stiftung, 2009, p 27 [diagramme élaboré à partir de données de la Flacso et de La Unión interparlamentaria datant de 2009].

5 La confidentialité de l’accès à la pilule du lendemain pour les adolescent-e-s aura finalement été supprimée dans la loi 20.418.

6 En 2004, 57 % des Chiliennes en âge fertile (15-49 ans) utilisent le stérilet contre 34 % qui utilisent la pilule combinée, 4 % la pilule de progestérone, 4 % le préservatif et 1 % les injections mensuelles. Programa de Género, Salud sexual y reproductiva en Chile 2007 : actualización de datos estadísticos, Santiago, UNFPA, FLACSO-Chile, 2008, p. 44.

7 Organisation jugée comme naturelle, comme si la forme nucléaire de la famille avait toujours été le modèle dominant. Christine Delphy critique la pensée de nombreux auteurs tels que Marx ou Durkheim pour leur non-mise en question du patriarcat : « Ces mythes [à la base de la pensée de ces auteurs] – qu’ils soient reconnus comme tels ou crédités d’une apparence scientifique – révèlent donc tous la même croyance : que la paix, la cohésion sociale et l’absence de hiérarchies entre « classes » (comprenez entre hommes) exigent que la hiérarchie familiale, elle bonne et naturelle – bonne parce que naturelle, en fait appelée naturelle parce que jugée bonne – soit en revanche établie et acceptée », C. Delphy, L’ennemi principal II – Penser le genre, Paris, Syllepse, 2001, p. 224.

8 Considérant l’avortement comme un privilège de bourgeoises, le PC français avait lutté explicitement contre la dépénalisation de ce droit. Avoir une idéologie qui semble propice à lutter pour la dépénalisation de l’avortement peut conduire à l’attitude inverse. C’est pour cela que nous parlons de partis politiques « enclins à », cela n’implique pas qu’ils le défendent dans la réalité.

9 Ministre du Sernam (2006-2009).

10 Entretien avec María Isabel Matamala, Santiago, 13/01/2010.

11 María Soledad Barría a déploré le manque de volonté politique de traiter de ces sujets en prenant l’exemple du projet de loi-cadre portant DSR qui n’a jamais été discutée. Lorsque nous lui avons demandé comment il était possible de la traiter alors que l’urgence n’avait jamais été mise sur cette proposition, elle nous a répondu que les commissions de santé du Congrès décident de leur propre ordre du jour, elles auraient pu choisir de le discuter et elles ne l’ont pas fait alors qu’elles ont souvent eu une majorité concertationniste. [Propos recueillis lors de notre entretien du 04/02/2010, hors enregistrement]

12 E. Hola Pischedda, G. Mujeres, poder y política : nuevas tensiones para viejas estructuras, Santiago, CEM, 1993, p. 177 et p. 183.

13 Nous parlons ici de tendance parce qu’il serait évidemment bien trop sectaire de considérer que, par principe, tous les hommes se moquent des problèmes spécifiques aux femmes et de la génération d’une véritable égalité entre les genres, s’ils se mettent à soutenir ce genre de projets, ce ne seraient que par opportunisme politique (conquérir le vote des femmes par exemple), dénué de toute conviction dans la justesse de cette cause. Ce n’est fort heureusement pas le cas.

14 Sur ce point, le nouveau gouvernement au pouvoir, celui de S. Piñera, est particulièrement paradigmatique puisqu’il a entamé au Sernam un mouvement de restriction des domaines de compétences de ce sous-ministère, mettant l’accent sur les thèmes que nous venons de citer et affaiblissant les autres secteurs (relations internationales, santé sexuelle et reproductive, etc.). Le programme de sa campagne présidentielle laissait déjà percevoir ce nouveau paysage puisqu’il ne comprenait que deux axes de politiques destinés aux femmes : « participación laboral feminina con equidad familiar » et « violencia intrafamiliar : el componente prevención como prioridad » (source : www.observatoriogeneroyequidad.cl).

15 Sergio Micco (alors conseiller national du parti DC) tenait ce propos, très révélateur, en 1995 : « les priorités politiques […] sont clairement […] la démocratisation réelle du système politique et en second lieu l’équité sociale […] ce sont les axes principaux du débat public aujourd’hui. En revanche, le divorce et tous les sujets à connotations éthico-culturelles, religieuses, appartiennent à un autre axe de discussion… si je dois me battre contre la droite au Chili, je ne vais pas m’immiscer dans ces thèmes-là, je ne vais pas en plus m’attirer les foudres de l’Église catholique », cité dans cet ouvrage p. 41.

16 La « représentation miroir » annihile, à notre avis, le principe même de la représentation. En effet, « la représentation » implique l’action de déléguer le pouvoir de décision que possèdent tous les citoyens dans une société démocratique. C’est l’impossibilité autrefois diagnostiquée de mettre en œuvre à grande échelle la démocratie participative qui légitime le recours à cette pratique. Or la représentation consiste toujours en une perte de pouvoir personnel au profit d’un ou plusieurs mandants, ceux-ci « représentant » les intérêts de ceux qui délèguent leur pouvoir. Or, puisque tout individu est unique, il est absolument impossible qu’un mandataire soit le reflet de son mandant. La représentation miroir est donc théoriquement impossible. Bien sûr, on pourrait critiquer cette remarque en objectant qu’il ne s’agit pas d’une représentation miroir des individus mais des communautés ou des « minorités », ou encore des groupes sociaux. Cela supposerait alors une croyance fondamentale en l’impossibilité pour les humains de s’identifier aux autres et de ce fait de porter les intérêts et les revendications d’autres humains. C’est pour ces raisons que nous refusons en principe, l’oxymore de la représentation miroir. Cependant, nous ne l’excluons pas en pratique, pour les raisons évoquées.

17 Le quatrième moment correspond à la législation (loi 20.418).

18 L’exploitation de genre n’a toutefois pas été radicale dans la campagne de Bachelet. Elle a plutôt utilisé le registre d’un essentialisme stratégique « Nous les femmes, nous sommes… », A. Vera Gajardo, « Le discours de genre dans la campagne présidentielle de Bachelet : une critique féministe », Raisons Pratiques 2008/03, n° 31, Paris, Presses de Sciences-Po, p. 81-103]. Cependant, cet essentialisme a été combiné avec le discours sur la nécessaire égalité.

19 « Reforma constitucional que eleva quórum para la despenalización del aborto », Bulletin 4121-07, Chambre des députés, 22/03/2006, première lecture.

20 Deux propositions libérales et une conservatrice. Notons que la proposition conservatrice est entrée le 22/08 (au moment où débute la polémique sur la pilule du lendemain) et que la seconde proposition libérale est entrée le 19/12, c’est-à-dire neuf jours après la mort du général Pinochet. « Establece garantía constitucional del derecho a la libertad sexual y reproductiva », Bulletin 4277-07, Sénat, 27/06/2006, archivée ; « Modifica disposiciones que indica del código penal y sanitario, con el objeto de precisar las conductas penadas en relación al delito de aborto », Bulletin 4447-11, Chambre des députés, 22/08/2006, première lecture ; « Sobre interrupción de embarazo », Bulletin 4751-11, Sénat, 19/12/2006, archivée.

Table des illustrations

Titre Diagramme 2. Présence des femmes dans les Parlements d’Amérique latine (en %)
Crédits Source. E. Gerber4.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2522/img-1.png
Fichier image/png, 36k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540