Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie III. Au-delà de la dictature : les contraintes particulières d'un objet moral et sexuel

Chapitre 7. Le brouillage des frontières

Texte intégral

1La première caractéristique de notre objet réside dans l’observation du brouillage des frontières qu’il génère. Les blocages de l’action publique s’expliquent, au-delà de la dictature, par un renouveau international de la pensée conservatrice, notamment à travers l’Église catholique (brouillage des frontières nationales) et les mouvements de la société civile qui en découlent. On leur découvre le rôle de puissants et discrets groupes d’intérêt (brouillage des frontières du champ politique).

2Le silence politique est né de l’injonction de ne pas entrer dans un conflit déchirant (voire assassin) non seulement avec la coalition adverse (droite) mais aussi entre les partis politiques de la Concertación. En affinant encore le regard, le brouillage des frontières politiques ne se limite pas à l’intra-coalition mais concerne également l’intra-parti politique. Sur les questions morales et sexuelles, le positionnement n’est pas donné par un corpus idéologique prédéterminé, d’où la présence de nombreux transfuges de partis. La difficulté de créer la cohérence entre les membres d’un même parti contribue à l’évitement de ces questions.

L’essor conservateur et les blocages de l’action publique

3D’aucuns pourraient penser que le seul fait que l’Église catholique ait obtenu un grand pouvoir politique au sortir de la dictature explique les blocages des politiques à portée libérale en matière de droits sexuels et reproductifs. Cette vision postule l’unicité et la continuité de l’Église et de sa doctrine morale, comme si l’institution avait défendu les mêmes valeurs et pour les mêmes raisons durant ses deux millénaires d’existence. Le poids de la pensée conservatrice dans les blocages de l’action publique et politique n’est pas imputable à la seule dictature chilienne ni à la position de l’Église qui en découle. S’il est clair que cette conjoncture politique a facilité son influence, elle n’explique pas l’engagement si vif de la hiérarchie catholique contre la « crise de la morale » alors que son premier poste d’engagement avait été, durant les années 1960, la lutte contre la pauvreté. Certains avaient même déploré publiquement l’encyclique humanae vitae pour sa rigueur et son conservatisme en matière de contraception.

Le catholicisme transnational

4Nous avons vu dans notre premier chapitre l’importance des organisations et des conférences internationales sous l’égide de l’Onu dans la mise à l’agenda national de la pilule du lendemain. L’Église catholique de Jean-Paul II, comme acteur transnational, a, quant à elle, pesé dans les blocages de cette même pilule. Le regain de conservatisme du Vatican a ainsi joué un rôle fondamental dans les affaires morales et sexuelles au Chili comme dans d’autres pays.

5En écrivant l’histoire de la contraception dans l’Église catholique, Jean-Louis Flandrin a contribué à historiciser le positionnement « pro-vie » de cette institution. Le jugement sur la sexualité, qui semble homogène et figé, a au contraire marqué par ses évolutions au cours du temps ainsi que par les désaccords entre théologiens.

6C’est seulement en 1869, avec Pie IX, que l’avortement est officiellement déclaré comme un homicide dans tous les cas. Avant cela, il existait une assez grande diversité d’opinions. Par exemple, certains théologiens comme saint Thomas d’Aquin (xiiie siècle) ou encore saint Augustin (ive siècle), pensaient que l’avortement n’était pas un crime lorsqu’il se pratiquait avant « l’animation » c’est-à-dire, grosso modo, avant quarante jours de grossesse, moment où le fœtus commence à bouger. D’autres encore, comme Tomás Sánchez (xvisiècle), se sont prononcés favorablement pour l’avortement thérapeutique [Flandrin, 2006]. L’avortement n’a donc pas toujours été condamné comme crime par l’Église catholique comme on le croit aujourd’hui. La diversité des positionnements sur la question est relative à la manière d’envisager le rapport entre sexualité et reproduction.

  • 1 L’encyclique Humanae Vitae (1968, Paul VI) avait fait l’effet d’une révolution à l’intérieur de l’É (...)

7Or le pontificat de Jean-Paul II (1978-2005) présente un grand tournant dans la doctrine de la foi catholique. Le nouveau pape trouve une Église relativement hétérogène1 et marquée en Amérique latine par la force du christianisme de la libération qui menace l’autorité du Vatican comme seule voix de la doctrine. Son pontificat va ainsi être celui du combat pour la reconstruction de l’unité de l’Église, notamment de son unité doctrinale.

8Le noyau de cette réaffirmation doctrinale est justement constitué par les questions ayant trait à la famille, et par là, la réaffirmation de la fameuse « tradition catholique ». Par exemple, en 1974, la congrégation pour la doctrine de la foi publie la déclaration « questio de abortu » sur l’avortement provoqué qui confirme sa position totalement opposée à ce crime. La lutte contre l’avortement et pour la « restauration » de la famille n’est donc pas à comprendre comme un combat des milieux conservateurs chiliens appuyés par l’Église catholique chilienne, mais comme une entreprise bien plus large qui inclut le Chili mais ne s’y épuise pas.

9Le durcissement doctrinal impulsé par le Vatican se lit à l’échelon local notamment avec la création à Santiago en 1997 du Vicaire de la famille, voix particulièrement véhémente qui n’hésite pas à prendre la parole pour dénoncer les « mauvaises » conséquences du divorce ou de l’avortement et influencer la (non) mise à l’agenda de ces thèmes ainsi que les votes des parlementaires [Blofield, 2001  : 24].

10Pour mener à bien la reconquête doctrinale, Jean-Paul II a initié une politique d’homogénéisation du clergé latino-américain, notamment pour évincer les théologiens de la libération et mener à bien son combat pour l’unité de la doctrine morale. On assiste alors à un renouvellement de la hiérarchie catholique tendant à un plus fort conservatisme moral. Ce fut le cas du cardinal Francisco Javier Errázuriz – fervent défenseur du droit à la vie de tous les êtres humains depuis leur conception – nommé archevêque de Santiago par Jean-Paul II en 1998. Le regain de conservatisme de la hiérarchie catholique chilienne, en cohérence avec un projet international du Vatican, explique son engagement dynamique contre la mise à l’agenda des objets moraux et sexuels à tendance libérale.

  • 2 Dont la présence remonte aux années 1950 mais qui a connu un regain d’importance depuis la privatis (...)
  • 3 Présents depuis 1986 et d’importance notable dans le système scolaire.

11L’ascension des mouvements tels que l’Opus Dei2 ou les Légionnaires du Christ3, largement soutenue par le Vatican, entraîne également un blocage des questions relatives aux droits sexuels et reproductifs. La doctrine de ces mouvements est très conservatrice et vise spécifiquement les élites (futurs décideurs politiques ou puissants économiques). C’est le cas emblématique de Joaquin Lavín, membre de l’UDI, candidat présidentiel aux élections de 1999-2000, qui s’est publiquement déclaré membre de l’Opus Dei. On comprend ainsi que le conservatisme qui pose les freins aux décisions politiques en matière de sexualité dépasse le simple cadre national, il appartient à un mouvement transnational.

12Le système politique constitue donc une explication nécessaire aux blocages de l’action publique en matière morale et sexuelle, mais elle n’est pas suffisante. C’est également le renouvellement doctrinal et hiérarchique de l’Église catholique mené par le Saint-Siège qui explique la force de la rhétorique conservatrice dans le Chili post-dictatorial. Cette évolution favorise la pression de l’Église sur le personnel politique en même temps qu’elle garantit une influence intra-champ politique grâce à la présence de membres de l’Opus ou des Légionnaires. La conjoncture catholique internationale se juxtapose à la conjoncture politique nationale et donne de la puissance à la voix conservatrice en matière morale et sexuelle.

L’importance des acteurs « profanes ». Brouillage des frontières du champ politique

13En corollaire de l’influence conservatrice internationale et de sa traduction nationale, il convient de prendre en compte, pour bien comprendre les blocages politiques de notre objet, l’importance d’acteurs extrapolitiques dans le processus de publicisation et de politisation de la pilule du lendemain.

14Par définition, le champ politique est un champ ouvert. Le fait qu’il s’attache à la gestion et à l’organisation de la chose publique en se déployant dans un système démocratique (où la chose publique appartient en théorie à tous, au dêmos) le rend en principe fortement soumis à des logiques et à des acteurs qui ne lui appartiennent pas, contrairement à la majorité des autres champs qui a tendance à fonctionner en quasi-autarcie (c’est le cas du champ scientifique par exemple).

15Toutefois, l’institutionnalisation du champ politique et la professionnalisation de ses acteurs génèrent une spécialisation qui rend difficile sa compréhension et son appréhension par les citoyens « ordinaires ». C’est là le principe d’autonomisation du champ politique.

16« L’autonomisation du champ de production des idéologies s’accompagne sans doute d’une élévation du droit d’entrée dans le champ et, en particulier, d’un renforcement des exigences en matière de compétence générale ou même spécifique […]. Elle s’accompagne sans doute aussi d’un renforcement de l’effet des lois internes du champ politique – et en particulier de la concurrence entre les professionnels – par rapport à l’effet des transactions directes ou indirectes entre les professionnels et les profanes. Cela signifie que, s’agissant de comprendre une prise de position politique, programme, intervention, discours électoral, etc., il est au moins aussi important de connaître l’univers des prises de position concurremment proposées dans le champ que les demandes des laïcs dont les responsables de ces prises de positions sont les mandataires déclarés (la “base”) : une prise de position, le mot le dit à merveille, est un acte qui ne prend son sens que relationnellement, dans et par la différence, l’écart distinctif. » [Bourdieu, 1981  : 6]

17Les logiques propres au champ politique sont donc essentielles à la détermination des positionnements du personnel politique, c’est bien ce que nous avons mis en valeur dans nos deux précédents chapitres.

18Cependant, dans le cas de notre objet, nous remarquons une forte influence, non pas de « la base », des électeurs lambda, mais de groupes de pression sur les parlementaires. Ces acteurs sont « profanes » dans la mesure où ils n’appartiennent pas au champ politique. Ils n’interviennent dans l’espace politique qu’exclusivement sur les questions morales et sexuelles. Il est évident que les groupes d’intérêt – le lobbying – ne sont pas propres à notre objet. C’est au contraire une activité ordinaire dans le processus de formation des lois. Les groupes, puisqu’ils sont à intérêts, varient selon le thème abordé. Dans notre objet d’étude, les groupes d’intérêts conservateurs font preuve d’un activisme qui contraste avec la faible portée des mouvements sociaux de femmes. Leur influence est ainsi déterminante dans les blocages de l’action publique.

19Il est très complexe de mettre à nu les méthodes utilisées par les lobbyistes conservateurs parce qu’elles se font dans la discrétion. Mais on peut détecter leur pouvoir dans le cas de la politisation de la pilule du lendemain, notamment à partir des propos de María Soledad Barría :

  • 4 Entretien du 02/04/2010 M.-S. Barría, ancienne ministre de la Santé.

« Les groupes, disons, “contre”, les organisations civiles qui sont contre la pilule et contre l’avortement, influencent à travers d’autres vecteurs [que le Minsal] : les médias, les espaces juridiques, les parlementaires, etc. On l’a bien vu lors de la mise en cause de la pilule. Ils sont tellement puissants que par exemple, des parlementaires de droite ont signé la saisine du tribunal constitutionnel sur la pilule du lendemain, et ils l’ont signée en blanc ! Ils ont signé une feuille avant de savoir ce qu’on allait y inscrire. C’est très impressionnant. Parce qu’ils ont signé sans lire ce qu’ils étaient en train de signer ! De fait, le député x m’a soutenu, à moi, qui étais alors ministre de la Santé, qu’il n’avait pas signé pour saisir le tribunal sur le stérilet mais seulement sur la pilule du lendemain. Je lui ai dit “pardon ! Ce n’est pas seulement le stérilet qui est en cause, ce sont toutes les normes !”, il m’a répondu que non, mais qu’il allait le vérifier. Il m’a rappelé quelque temps après pour me confirmer que j’avais raison mais qu’il n’était pas d’accord avec la mise en cause du stérilet et qu’il allait de ce fait retirer son soutien, chose qu’il n’a pas faite officiellement devant le tribunal constitutionnel, parce que si tous ceux qui m’ont dit qu’ils allaient retirer leur signature l’avaient fait, les normes ne seraient jamais passées devant le tribunal. Elle est là la force de ces groupes, capables de diriger quarante députés de droite pour qu’ils signent la mise en cause des normes, incluant la mise en cause du stérilet que des millions de femmes chiliennes utilisent, que leurs propres femmes ont utilisé, et leurs sœurs, leurs tantes, etc.4. »

20Ces groupes d’intérêts conservateurs sont des organisations de la société civile, comme la Fondation Chile Unido (fondée en 1998), souvent liés aux mouvements de l’Opus ou des Légionnaires. Ils possèdent des liens très étroits avec les parlementaires de droite (notamment UDI) mais aussi du centre (DC). Ils influencent également très fortement les médias et les grandes entreprises. Cette influence s’avère d’autant plus stratégique qu’elle se mêle à un fonctionnement néolibéral de l’économie chilienne qui permet une grande concentration des médias et des industries pharmaceutiques qui constituent deux milieux clés pour la pilule du lendemain.

  • 5 Le seul grand journal n’appartenant pas à ces deux groupes, La Nación, appartient à l’État, ce qui (...)
  • 6 Pour approfondir la question de l’homogénéité idéologique de la classe socio-économique supérieure (...)

21La presse écrite est ainsi fortement concentrée, la majorité du marché appartenant à deux grands groupes entrepreneuriaux : El Mercurio SAP (El Mercurio, Las Últimas noticias, La Segunda, etc.) de la famille Edwards et le consortium Copesa (La Tercera, La Cuarta, etc.). Cette forte concentration laisse peu d’espace aux journaux indépendants5. Les liens étroits entre les groupes activistes et ces grands groupes économiques s’expliquent notamment par l’homogénéité idéologique des milieux d’affaires chiliens. Sunkel et Geoffroy écrivent à ce propos que « la racine du problème se trouve dans l’homogénéité idéologique du patronat chilien. Éduqué dans une matrice économique néolibérale et un fort conservatisme moral, ceux qui sortent de ce schéma constituent des exceptions à la tendance générale » [Sunkel, Geoffroy, 2001  : 114]6. Ces liens expliquent en partie le fort relais médiatique qu’a connu la pilule du lendemain (en particulier les voix conservatrices) comme nous l’avons vu dans le chapitre premier. Ce n’est d’ailleurs pas un cas isolé puisque Fries et Lorenzini, dans leur rapport pour la Cedaw, pointent l’influence des médias (avec celle de l’Église catholique) dans la fabrication de la croyance ordinaire en l’impossibilité de penser la dépénalisation de l’avortement dans le débat public [Fries, Lorenzini, 2006  : 40].

  • 7 « Incorpora al código sanitario la objeción de conciencia para ser invocada por ciertos profesional (...)

22La même tendance s’observe pour le cas des pharmacies. Nous l’avons vu plus haut, elles ont été un acteur important dans la « résistance » à la pilule du lendemain en 2007, refusant explicitement la vente de la pilule par objection de conscience (Salcobrand) ou expliquant qu’elles ne disposent simplement pas de stocks (Ahumada et Cruz Verde). Ce secteur est également fortement concentré puisque les trois chaînes sus-évoquées maîtrisent 90 % du marché. Les liens entre groupes d’intérêt conservateurs, milieux d’affaires et personnel politique sont très étroits, à tel point que c’est exactement au moment de ce scandale des pharmacies que des députés ont présenté la proposition de loi portant objection de conscience au parlement7.

23Les groupes d’intérêts conservateurs sont des acteurs absolument incontournables lorsque le champ politique s’attaque à des thèmes d’ordre moral, sexuel et familial. Leur activisme, leur grande habileté à développer et maintenir des relations non seulement avec les milieux politiques mais également avec les milieux d’affaires leur garantissent une influence importante dans les blocages des normes et lois contraires à leur éthique. Au-delà de la dictature et de la transition, au-delà des frontières du champ proprement politique, se trouvent donc d’autres facteurs de blocages des politiques publiques en matière de DSR.

24D’autant plus que ce grand activisme des groupes conservateurs contraste avec les mouvements et groupes d’intérêts féministes. Ces groupes particuliers sont également très impliqués et concernés par les politiques qui touchent à la morale, à la sexualité et à la famille. Merike Blofield explique que les groupes d’intérêts féministes n’ont établi de liens étroits qu’avec une faible partie des parlementaires concertationnistes, n’ayant en outre qu’une faible influence sur la coalition [Blofield, 2001  : 34].

25Les féministes possèdent des relations complexes avec le Sernam, des liens peu étroits. La création du Sernam en 1991 est le résultat d’une lutte des femmes féministes (ayant notamment été protagonistes dans la lutte contre la dictature et les violations des Droits de l’homme) qui ont fait pression, au moment de la transition et des débuts de la démocratie, pour obtenir un ministère dédié à l’amélioration de la condition féminine et à l’égalité des sexes. Une fois créé ce secrétariat d’État, les mouvements féministes se scindent en deux orientations : la tendance réformiste qui intègre le Sernam pour faire changer les choses de l’intérieur et la tendance radicale qui considère que l’indépendance par rapport à l’État (patriarcal) est une condition nécessaire pour faire valoir les droits des femmes.

26Ann Matear montre que la création du Sernam a conduit à l’institutionnalisation du féminisme et, par-là, à sa modération (compte tenu des contraintes politiques d’appartenance à une sphère gouvernementale) ainsi qu’à l’invisibilisation de la pensée radicale, comme si la seule parole féministe audible était celle du Sernam [Matear, 1997]. Les mouvements féministes de la société civile se trouvent de fait marginalisés et sont considérés comme minoritaires. « Regarde par la fenêtre, moi je ne vois aucun mouvement féministe ici, rien qui ne ressemble à ce que j’ai vu en Italie dans les années 1970 » [Blofield, 1997  : 34] a confié le sénateur socialiste José Antonio Viera-Gallo à Merike Blofield, en 2000.

27Le Sernam, en matière de DSR, se caractérise par une grande modération ; dans le même temps, les mouvements féministes de la société civile sont relativement marginalisés et leurs pratiques de lobbying ne parviennent pas à influencer suffisamment le personnel politique pour assurer la mise à l’agenda des DSR. Face à l’activisme et à l’efficacité des groupes conservateurs, les groupes féministes ne parviennent pas à rivaliser.

Tableau 6. Comparaison des groupes d’intérêt conservateurs et réformistes

Tableau 6. Comparaison des groupes d’intérêt conservateurs et réformistes

Source. Blofield, « Desde la propuesta a la respuesta : the institutionalization of women’s movement in Chile », in Gender politics in Latin America, Monthly Review Press, 1997, p. 30.

28La prise en compte de l’importance des acteurs profanes dans les blocages et le statu quo de la pilule du lendemain et des DSR est donc essentielle, elle permet de faire ressortir la juxtaposition des contraintes propres au champ politique de l’après dictature et des autres contraintes plus structurelles. Toutefois, les contraintes structurelles qui pèsent sur la décision politique morale et sexuelle ne s’épuisent pas dans les éléments extra-champ politique.

Décomposition et recomposition des frontières politiques

29La première contrainte politique observable, qui n’est pas une conséquence de la structuration post-dictatoriale du champ politique, est constituée par le brouillage des frontières des partis politiques sur les questions ayant trait à « l’ordre sexuel ». Grau, Delsing, Farías et Brito relèvent en effet une forte propension aux hésitations, contradictions et à la précarité des positions de nombreuses personnalités politiques [Grau et al., 1995  : 321-322].

30Il n’y a pas d’évidence idéologique dans le positionnement sur les questions qui ont trait à la sexualité compte tenu de la complexité et de la diversité des enjeux qu’elles abordent. Éric Fassin montre bien que la particularité de ce qu’il appelle « l’actualité sexuelle » réside dans son potentiel de décomposition/recomposition des alliances politiques [Éric Fassin, 2003  : 229-230].

31Le positionnement peut ainsi être indépendant, voire contradictoire, par rapport à l’étiquette partisane. On pensera notamment à Jovino Novoa, sénateur UDI, qui a voté en faveur de la loi 20.418 portant sur l’éducation, l’orientation et les prestations en matière de régulation de la fertilité, alors que son parti appelait à voter contre.

32Même dans le cas de l’avortement, nous observons des cas de transfuges partisans. Concernant le corpus des 19 propositions de lois à incidence directe ou indirecte sur l’avortement étudiées dans la deuxième partie, le tableau ci-après rend compte de l’importance des transfuges parmi les partis politiques et les signataires.

33Nous considérons comme des « transfuges partisans » les signataires de lois dont la portée est inverse à la tendance du parti ou de la coalition. Les transfuges de la Coalición por el cambio sont ceux qui signent les propositions à portée libérale et inversement pour la Concertación. Les partis politiques ayant la plus forte propension à la variation intra-partisane (sur la question de l’avortement) sont les partis les plus au centre de l’échiquier politique (DC, RN). Mais il ne s’agit que des personnes qui signent les lois. D’autres parlementaires peuvent avoir des opinions diverses et divergentes par rapport à la ligne partisane sans que cela n’apparaisse puisque l’avortement ne fait pas l’objet d’une discussion parlementaire. José Antonio Viera-Gallo est un socialiste qui s’oppose à l’avortement, contrairement à la position officielle de son parti. Les désaccords intra-partisans constituent une autre source de blocage de la mise à l’agenda de l’avortement et des DSR.

Tableau 7. Signataires et transfuges de partis politiques dans les propositions de loi portant avortement

Tableau 7. Signataires et transfuges de partis politiques dans les propositions de loi portant avortement

Source. Élaboration personnelle.

34En outre, plus l’objet moral et sexuel est nouveau (comme c’est le cas des nouvelles techniques contraceptives ou encore de la procréation médicalement assistée), moins il répond à des schèmes idéologiques préétablies (d’où la nécessité de l’encodage) et plus le positionnement individuel est complexe. À mesure que la pilule du lendemain s’est affranchie de l’avortement (plus marqué idéologiquement), le nombre de transfuges partisans de droite a augmenté, témoignant de la fragilité des alliances politiques sur les objets moraux et sexuels.

35Les objets moraux et sexuels questionnent les grands clivages politiques : autoritarisme versus démocratie, État versus marché, et même libéral versus conservateur. C’est pourquoi ils peuvent sembler difficiles à traiter, au-delà de la pression exercée par le consensus implicite. L’illisibilité des alliances politiques sur les thèmes moraux et sexuels, rend complexe l’engagement du personnel politique à les traiter. Les DSR posent problème parce qu’ils se caractérisent par une forte propension à l’indécision personnelle. Cette indétermination favorise la non-mise à l’agenda, l’évitement du traitement politique, ajoutant ainsi à l’explication de la préférence pour le statu quo. Nous souhaitons ainsi souligner que le problème de l’ambiguïté qui pèse toujours sur la Concertación (et qui ne lui est pas propre) ne se résume pas à des divergences partisanes à l’intérieur de la coalition mais implique aussi des divergences personnelles à l’intérieur des partis, confortant par-là la théorie de Fassin selon laquelle il n’existe pas de positionnements profondément partisans sur les questions ayant trait à l’actualité sexuelle. La régularité c’est l’irrégularité [Éric Fassin, 2003  : 229-230].

36Même s’il est vrai que les partis politiques de gauche sont les plus enclins à les porter, cela ne signifie pas que tous leurs représentants soient prêts à le faire ni que tous les représentants des autres partis le dédaignent. En définitive, les objets d’ordre sexuel et moral marquent par leur capacité à générer des dynamiques politiques transpartisanes et éphémères :

« Si l’on peut parler au singulier d’une actualité sexuelle, l’actualité politique doit être pensée au pluriel. En effet, l’expérience politique de ces dernières années que les camps se décomposent et se recomposent au gré des combats, au fil des débats. Les alliances se font et se défont selon les sujets : c’est l’actualité qui réorganise le paysage politique. […] Bref, l’actualité sexuelle ne se réduit pas à un sujet unique, qui permettrait de définir des positions fixes : des camps, comme la droite et la gauche. […] Chacun doit définir sa position, qui ne préexiste jamais tout à fait à la prise de position, c’est-à-dire au contexte politique. Qu’on le déplore ou qu’on s’en réjouisse, la politique sexuelle est une chose complexe, incertaine et parfois surprenante : voilà le prix à payer dès lors que l’on renonce aux évidences naturalisées » [Fabre, Fassin, 2003  : 230].

37Il y a donc plus qu’un système politique post-dictatorial en jeu, c’est le regard des professionnels politiques sur les grands thèmes auxquels appartient la pilule du lendemain qui est à étudier : sexualité, famille et de fait, place et importance des femmes dans la société.

Notes

1 L’encyclique Humanae Vitae (1968, Paul VI) avait fait l’effet d’une révolution à l’intérieur de l’Église catholique en cherchant à la moderniser. Entre autres aspects importants de cette évolution figurent la réévaluation du rôle des laïcs contre la toute-puissance de la hiérarchie, ce qui a eu pour conséquence d’autoriser la pluralité de la foi et de l’interprétation biblique (donc la mise en cause de la doctrine de la foi comme seul voix légitime), la création des Églises nationales qui porte elle aussi la possibilité de divergences, différences dans l’interprétation biblique entre le Saint Siège et les autres Églises.

2 Dont la présence remonte aux années 1950 mais qui a connu un regain d’importance depuis la privatisation de l’enseignement depuis les années 1990. L’Universidad de los Andes ou encore le collège Tabancura à Santiago sont des institutions d’enseignement entièrement financées par l’Opus Dei. M. Blofield, op. cit., p. 32.

3 Présents depuis 1986 et d’importance notable dans le système scolaire.

4 Entretien du 02/04/2010 M.-S. Barría, ancienne ministre de la Santé.

5 Le seul grand journal n’appartenant pas à ces deux groupes, La Nación, appartient à l’État, ce qui lui vaut la qualification de journal « oficialista ». Bien sûr, d’autres journaux existent tels que El Siglo (lié au Parti communiste) mais ils ne jouissent pas d’un lectorat véritablement conséquent.

6 Pour approfondir la question de l’homogénéité idéologique de la classe socio-économique supérieure au Chili, se reporter aux analyses extrêmement éclairantes (notamment en ce qui concerne l’éducation) de María Angélica Thumala ; lire Riqueza y piedad, el catolicismo de la elite económica chilena, Santiago, Arena Abierta, Debate, 2007.

7 « Incorpora al código sanitario la objeción de conciencia para ser invocada por ciertos profesionales para eximirse de vender un determinado producto que perjudicar a la vida o a salud humana », Bulletin 5453-11, Chambre des députés, 06/11/2007, archivée.

Table des illustrations

Titre Tableau 6. Comparaison des groupes d’intérêt conservateurs et réformistes
Crédits Source. Blofield, « Desde la propuesta a la respuesta : the institutionalization of women’s movement in Chile », in Gender politics in Latin America, Monthly Review Press, 1997, p. 30.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2521/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Tableau 7. Signataires et transfuges de partis politiques dans les propositions de loi portant avortement
Crédits Source. Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2521/img-2.png
Fichier image/png, 35k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540