Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie III. Au-delà de la dictature : les contraintes particulières d'un objet moral et sexuel

Introduction Partie III

Texte intégral

1Jusqu’ici, nous avons montré de quelle manière les contraintes liées à une conjoncture politique extraordinaire ont pesé sur la mise à l’agenda de la pilule du lendemain. Nous avons ainsi remarqué que la dictature et la transition ont abouti – entre autres choses, cela va de soi – à la création d’un consensus implicite qui a empêché la nouvelle démocratie de se saisir de thèmes moraux et sexuels jugés trop déchirants (entre les deux grandes coalitions et entre les partis de chaque coalition). Avec la normalisation du jeu politique concomitante à l’éloignement de l’expérience autoritaire, le consensus s’est érodé pour laisser entrer le conflit politique même sur certains sujets tabous. Si cette lecture de l’histoire de la politisation de la pilule est fondamentale, elle n’explique néanmoins pas à elle seule les blocages et déblocages auxquels la pilule a été confrontée dans la mesure où l’analyse se contente de postuler le caractère polémique de l’objet. C’est parce que l’objet est trop conflictuel que la jeune démocratie ne s’en empare pas, économisant ainsi une nouvelle polarisation politique jugée assassine.

2Pourtant, il est essentiel de s’intéresser à ce qui rend notre objet polémique et particulier. Car la controverse n’est ni proprement chilienne, ni récente. Déjà, dans les années 1930, « l’avortement induit et l’éducation sexuelle étaient des sujets explosifs dans la presse chilienne. […] Les signataires de la convention médicale de Valparaíso [1936] reçurent autant de soutiens que d’attaques. Ceux qui étaient favorables à la légalisation de l’avortement pointaient l’hypocrisie des gens nantis bien nourris et bien pensants et s’insurgeaient devant la réalité tragique des pauvres. Ceux qui s’y opposaient dénonçaient ce qu’ils considéraient comme un meurtre » [Lavrin, 1995  : 187]. Autant dire que le débat ne date pas d’aujourd’hui.

3La particularité de l’objet étudié doit entrer dans l’explication de l’action publique. Il existe des tendances structurelles (problématiques liées à l’objet) qui se juxtaposent et se confondent avec les raisons conjoncturelles (système politique extraordinaire) de la difficulté de traitement d’un objet tel que la pilule du lendemain. C’est en procédant à une analyse de l’objet en particulier que nous parviendrons à un examen plus complet du fonctionnement du champ politique chilien. Les caractéristiques liées à l’objet moral et sexuel pèsent sur l’action publique au même titre que le système politique hérité, c’est de leur superposition, de leur entremêlement que naissent les blocages et les déblocages.

4Il s’agira bien, dans ce chapitre, de traiter du type d’objets auquel la pilule appartient. Ce qui est en jeu avec la pilule du lendemain, ce sont à la fois les droits sexuels et reproductifs et le droit à la vie, l’organisation sociale de la famille et les rapports sociaux de sexes. La pilule du lendemain appartient ainsi à la famille des objets moraux et sexuels. La question de la famille a souvent été associée à la réflexion sur les systèmes démocratiques.

  • 1 Benjamin Olinde Rodrigues (1848) cité par M. Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, tro (...)

« De tout temps, les rapports des sexes ont préoccupé les législateurs. Tous ont senti l’importance de ces rapports dont la liberté plus ou moins étendue a notablement influé non seulement sur les mœurs mais encore sur les formes politiques de nos sociétés1. »

5La sexualité, loin de constituer une question politique mineure, soulève au contraire nombre d’enjeux sociaux et politiques tels que la maîtrise de ses fruits. Selon Françoise Héritier, par exemple, c’est dans l’appropriation de la fécondité des femmes que se joue la domination masculine [Héritier, 1996  : 221]. L’appropriation s’organise sous forme de discours idéologique (pas de recours à la violence physique mais symbolique). Puisque dans les sociétés modernes, le politique gère désormais les affaires familiales, il a le pouvoir d’organiser le contrôle des corps des femmes de manière à conserver ou bien à modifier les rapports sociaux de sexes. La sexualité est donc un enjeu politique essentiel.

6En quoi consiste la particularité de notre objet et de quelle manière participe-t-elle, elle aussi, à l’explication des blocages et des déblocages de l’action publique ? En d’autres termes, comment contraint-elle à son tour le politique ?

7Les acteurs religieux sont incontournables lorsque l’on traite de tels objets (Église catholique, groupes d’intérêts). Jouissant de moyens conséquents et pratiquant habilement les techniques du lobbying, ils savent où et comment intervenir pour bloquer les projets à tendance libérale. Les blocages peuvent également provenir des difficultés éprouvées par certains professionnels politiques à se positionner sur les objets politiques moraux et sexuels (par exemple, lorsque le caractère abortif de la pilule du lendemain n’est pas assuré et qu’il faut malgré tout se positionner en faveur ou en opposition). Enfin, la caractéristique principale de ces objets est qu’ils concernent principalement les femmes. L’accélération des déblocages peut alors provenir de la féminisation du champ politique. Autant d’explications, politiques ou extrapolitiques, qui enrichissent et complexifient le politique en dépassant l’analyse centrée sur la dictature.

Notes

1 Benjamin Olinde Rodrigues (1848) cité par M. Riot-Sarcey, La démocratie à l’épreuve des femmes, trois figures critiques du pouvoir 1830-1848, Paris, Albin Michel, 1994, p. 151.

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540