Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie II. Conflictualiser la politique (2001-2010)

Chapitre 6. La pilule du lendemain en campagne : du politique à la politique

Texte intégral

1Un an et demi après son coup d’arrêt le plus fort, la pilule du lendemain revient en force dans l’espace politique sous forme de projet de loi. Cette fois-ci, la majorité de la Concertación (dont le PDC) accompagne et soutient publiquement ce projet présenté par le gouvernement. Que s’est-il passé pour que l’objet ne fasse plus polémique à l’intérieur de la coalition gouvernante ?

De la politisation à la législation

2Premièrement, le travail d’encodage a porté ses fruits puisque les hommes et les femmes politiques concertationnistes qualifient l’importance de la pilule du lendemain pour des raisons d’équité et disqualifient ses éventuelles propriétés abortives.

  • 1 Loi n° 20.418 « Fija normas sobre información, orientación y prestaciones en materia de regulación (...)
  • 2 Le nouveau projet de loi (voir annexes) est bien moins ambitieux que la proposition portant DSR dan (...)

3D’autre part, le projet de loi portant « normes d’éducation, d’orientation et de prestations en matière de régulation de la fertilité »1 surgit dans la dernière année du mandat de la présidente. Certains estiment que la présentation de ce projet était un « devoir » de M. Bachelet dans la mesure où elle avait pris l’engagement (dans son agenda de genre) de mettre l’urgence sur la discussion du projet de loi-cadre portant droits sexuels et reproductifs. L’urgence n’a pas été mise sur cette loi. L’exécutif a préféré présenter un autre projet, bien plus restrictif certes2, mais qui redonnait à la pilule du lendemain les mêmes critères d’utilisation et de distribution qui lui étaient conférés par les normes annulées en 2008.

  • 3 Nous utiliserons ici le terme de campagne électorale bien que les moments étudiés ne correspondent (...)

4Enfin, et peut-être surtout, comment ne pas voir dans l’apparition de ce projet la conséquence de l’évolution du système partisan à l’heure de la campagne présidentielle et législative ? Ces évolutions ont poussé la Concertación à s’aventurer, en pleine campagne électorale, sur des terrains thématiques délicats qu’elle n’avait jamais osé emprunter auparavant. La prise de responsabilités de la présidente s’est faite dans un contexte clé qu’il ne nous semble pas pertinent d’entendre comme une simple coïncidence. C’est pour cette raison que nous nous arrêterons sur la campagne3 présidentielle de 2009-2010.

L’intérêt des campagnes présidentielles

5Il est pertinent de se demander pourquoi s’intéresser précisément aux campagnes électorales dans la mesure où l’on sait qu’elles donnent lieu à un surinvestissement politique d’enjeux dont une bonne partie ne sera pas traitée une fois le cycle électoral éloigné et la pression électorale retombée. En fait, « les échéances électorales, ainsi que les développements des processus qui y conduisent, constituent des moments de très grande valeur pour approcher les significations et les imaginaires autour desquels s’ordonne le champ politique dans une société donnée. Dans ces conjectures, les significations et les valeurs à partir desquelles s’organisent de manière complexe une communauté politique sont rendues visibles, que ce soit par leur omission ou leur présence, les limites et les horizons » [Araujo, 2005  : 165].

6Il faudra donc s’interroger, à la manière de Frédéric Sawicki, sur les liens entre agenda électoral et agenda politique afin de déterminer ce qui a rendu la pilule du lendemain politiquement rentable aux yeux du personnel concertationniste, opérant par là un bouleversement dans la politisation de l’objet [Sawicki, 1991  : 172].

L’irruption de Marco Enríquez-Ominami Gumucio
et le retour de l’avortement

  • 4 Lorsque M. E-O propose sa candidature en janvier 2009, le PS a déjà manifesté son soutien au candid (...)

7Pour la première fois depuis sa création, la Concertación souffre d’une contestation de la légitimité du candidat qu’elle a décidé de présenter à la présidentielle de 2009-2010. L’organisation des primaires4 a évincé la postulation de Marco Enriquez-Ominami Gumucio (M. E-O), député PS. Cette éviction a pris une grande ampleur puisque, n’acceptant pas ce refus de la hiérarchie, Marco Enriquez-Ominami Gumucio quitte le PS pour se présenter comme candidat indépendant à la présidentielle.

8C’est la première fois que la Concertación doit faire face à une telle division, division qui fait peser une lourde menace d’échec électoral et remet même frontalement en question la pertinence de la pérennité de la coalition au pouvoir depuis vingt ans.

9La candidature de M. E-O fonctionne. Outre le colossal investissement médiatique du jeune candidat, il incarne la dissidence de la Concertación, la voix de ceux que la recherche perpétuelle du consensus épuise. Cette branche de déçus est réputée plus à gauche que la représentation officielle de la Concertación. Fatigués du manque d’initiative et de courage politique pour entreprendre les grandes réformes dont le Chili a besoin, ces membres de la Concertación ont certainement vu en M. E-O une alternative jeune, dynamique, audacieuse et engagée qui redonnerait à la politique un projet ambitieux et déterminé.

  • 5 Enquête TNS-Time, parue le 05/05/2009 dans La Nación.
  • 6 Enquête CEP, El Mercurio 11/11/2009.

10Cette alternative pose une véritable menace sur l’avenir et le succès électoral de la Concertación. Le jeune député n’a cessé de progresser dans les sondages. Alors qu’en mai 2009 on lui attribue déjà 14 % des intentions de vote au premier tour5, il atteint les 19 % en novembre de la même année, s’imposant clairement comme le premier rival d’Eduardo Frei Ruiz-Tagle (Piñera arrivant en tête)6.

  • 7 Il avait été président entre 1994 et 2000. Sa présidence s’est caractérisée par le plus faible taux (...)

11Il joue souvent sur le registre de la provocation et cherche à se donner une image d’homme jeune au projet sans complexe mais prêt à admettre ses erreurs et à évoluer parce qu’il n’est pas déterminé par des alliances « politiciennes ». Il tente ainsi de mettre en valeur sa liberté, son indépendance pour montrer que ce qui compte d’abord dans sa candidature c’est son projet, son contenu et non pas sa structure (l’appartenance à une coalition). C’est une stratégie médiatique claire qui vise à faire valoir sa candidature indépendante comme un avantage par rapport à une Concertación décrite comme vieille, routinière, enclavée et ralentie par des alliances qui pèsent sur la possibilité de mettre en œuvre un véritable projet de société, la négociation permanente avec tous les partis entraînant une neutralisation des propositions de changement et menant la plupart du temps au conformisme. La campagne de M. E-O s’est construite exactement sur l’exacerbation de cette différence entre sa candidature et celle de la Concertación dont le candidat n’était autre que l’ancien président DC Eduardo Frei Ruiz-Tagle7.

  • 8 Olga Grau et Riet Delsing ont montré dans leur ouvrage à quel point le contexte international influ (...)

12Se présentant comme le candidat du progrès, M. E-O n’a pas hésité à mettre sur l’agenda politique et électoral la question de l’avortement induit thérapeutique et général. Le contexte se prêtait à une nouvelle publicisation de l’avortement puisque mars 2009 est marqué par un scandale au Brésil : une petite fille de neuf ans et sa mère sont excommuniées par un prêtre pour (respectivement) avortement et incitation à l’avortement alors que la jeune enfant avait été violée. L’injustice criante de cette sanction, fortement relayée par les médias chiliens, relance le débat sur la légitimité de la dépénalisation de l’avortement dans certains cas8.

13Cet événement retentit d’autant plus qu’il a lieu au moment où l’on célèbre la journée internationale des femmes (08 mars 2009) et qu’il fait resurgir une injustice cette fois nationale qui permet de prolonger la critique de l’interdiction totale d’avorter. Cette affaire, qui date de 2008, est connue sous le nom de « caso Karen Espíndola », jeune femme ayant choisi d’avoir un enfant mais dont la grossesse a été fortement altérée par le diagnostic d’anencéphalie du fœtus. Le fœtus n’ayant pas de cerveau, il lui était impossible de survivre une fois expulsé de l’utérus.

14Ce cas peut être considéré comme une « aubaine » pour ceux qui souhaitent dépénaliser l’avortement thérapeutique puisqu’il évince la lourde question de la responsabilité : la jeune femme n’est pas tombée enceinte par accident, elle désirait l’enfant, mais elle doit supporter héroïquement une grossesse sans futur parce que la loi lui interdit de recourir à l’avortement pour mettre fin à la souffrance psychologique de mettre au monde un enfant non-viable.

  • 9 En tant que cause de coalition, cela n’empêche évidemment pas les soutiens individuels comme ceux d (...)
  • 10 M. E-O, Programa de Gobierno, consulté sur le site www.marco2010.com le 02/05/2009.

15Ce retour de la publicisation de l’avortement en temps de campagne présidentielle ne va pas passer inaperçu aux yeux de M. E-O. Sachant parfaitement que ce thème particulier sera difficilement investi par la Concertación9 du fait de l’importance de la DC et du leitmotiv de recherche de stabilité et de continuité de la coalition, M. E-O s’engage officiellement pour la dépénalisation de l’avortement thérapeutique. On le voit d’abord occuper l’espace médiatique en tant que député, il intervient sur le caso Karen Espíndola en exacerbant l’incohérence de la loi et en se prononçant pour la dépénalisation de l’avortement thérapeutique. En mai 2009, le premier programme de gouvernement qu’il publie en tant que candidat inscrit en première phrase de son titre IV sur la protection des Droits de l’homme et les droits civils : « en matière de droits civils nous nous engageons à renforcer l’égalité de genre, nous dépénaliserons l’avortement dans les cas de viols et de danger pour la vie de la mère selon le jugement médical, comme cela a existé jusqu’en 198910. »

16M. E-O est donc parvenu à imposer ce thème dans le débat public et politique, cette observation fait consensus chez les acteurs politiques de tous bords. Nous retiendrons pour exemple l’analyse de Manuel Millones.

  • 11 Entretien avec Manuel Millones Chirino, membre de l’UDI, conseiller politique du sénateur UDI Aranc (...)

« Le projet de loi s’est présenté au moment particulier de la précampagne présidentielle, quand M. E-O avait déjà investi l’espace médiatique. La candidature de M. E-O a favorisé l’imposition du progressisme non seulement sur l’agenda électoral mais aussi politique11. »

  • 12 Entretien avec la docteure et conseillère en genre du Minsal María Isabel Matamala, 13/01/2010, San (...)

17Analyse partagée par María Isabel Matamala : « Dans le fond, qu’est-ce que M. E-O a fait ? Il a réussi à imposer le thème des DSR, à l’imposer de telle manière qu’il n’était plus un coût politique comme avant mais un gain. Et c’est cela qui a obligé les autres candidats à déclarer ‟dans mon gouvernement nous débattrons…”12. »

  • 13 « Frei se abre a discutir aborto terapéutico », La Nación, 15/03/2009.

18Nous observons effectivement que le candidat E. Frei s’est prononcé sur la question de l’avortement thérapeutique au moment où M. E-O avait déjà lancé le débat. Bien sûr, le candidat DC de la Concertación n’a pas pris de positionnement officiel sur la question. Il a simplement annoncé que c’était un problème non négligeable et qu’il fallait en discuter sérieusement13. Néanmoins, c’est un pas significatif car jamais auparavant un candidat présidentiel (mis à part M. E-O) n’avait abordé ce thème de sa propre initiative. Les seules fois où l’avortement a fait l’objet de discussions correspondant à des questions posées aux candidats.

19Le candidat indépendant fait ainsi preuve d’une véritable audace sur la question de l’avortement, bousculant les thèmes d’affrontement entre ses concurrents et menaçant la Concertación de coller à l’image rétrograde qu’il tente de lui associer. La Concertación a ainsi certainement jugé nécessaire de réagir et d’entrer elle aussi sur le terrain polémique des droits reproductifs et sexuels pour faire valoir le « progressisme » qui la caractérise, contrairement à ce que M. E-O en dit.

Du coût au gain politique : la réaction de la Concertación

20Dans ce contexte, nous pensons que la Concertación a procédé à l’analyse de deux facteurs.

21Tout d’abord, et cela nous ramène à l’idée du « devoir » de la présidente, l’imposition du thème de l’avortement (donc des droits sexuels et reproductifs) dans le débat public a été considérée comme le moment opportun pour remettre à l’ordre du jour la pilule du lendemain que l’on pensait enterrée depuis le jugement du Tribunal constitutionnel. Amplement moins polémique que l’avortement (et ayant perdu la fatalité de son association à cette pratique), la pilule du lendemain se présentait alors comme un moindre mal, beaucoup moins scandaleux qu’une loi sur l’avortement. Cette configuration a contribué à rallier les acteurs les plus réticents de la Concertación qui préféraient voir cette pilule intégrer l’action publique plutôt que d’avoir à débattre de l’avortement. La popularité de la pilule du lendemain (reconnue par les sondages d’opinion et le mouvement social post-jugement du Tribunal constitutionnel), mêlée à la campagne électorale, a certainement conduit la Concertación à considérer l’opportunité d’un vote sur cette loi : la pression de la campagne pesant sur le personnel de droite, elle allait obliger certains d’entre eux à voter le projet. C’est notamment le cas du sénateur UDI et ancien président du Sénat Jovino Novoa qui, selon Manuel Millones, a fait preuve d’un opportunisme électoral en votant cette loi :

  • 14 Entretien avec Manuel Millones Chirino, membre de l’UDI, conseiller politique du sénateur UDI Aranc (...)

« Le projet a été soumis au vote juste pendant l’entre-deux-tours présidentiel, ce n’est pas un hasard ! Cela s’est passé ainsi pour exercer une pression sur les groupes les plus conservateurs, pour qu’ils votent pour la pilule. Si ça avait été voté en dehors du contexte électoral, les sénateurs UDI comme Jovino Novoa n’auraient jamais voté pour !14 »

22Dans cette situation, la Concertación utilise l’opportunité du contexte électoral pour assurer le succès de la réintroduction d’un instrument dans les politiques publiques. Cependant il ne nous est pas possible de nous satisfaire de cette seule explication, l’analyse doit aller plus loin.

23Le second facteur d’analyse, celui qui nous intéresse ici le plus, est l’utilisation proprement politique de la pilule du lendemain, c’est-à-dire une utilisation qui n’a pas seulement vocation à faire entrer cet instrument dans le champ de l’action publique, mais à s’en servir pour valoriser un projet politique par rapport à un autre. Certains parleraient, non sans dénigrement, d’utilisation « politicienne » de cet instrument, nous parlerons d’utilisation « politique ».

Rivaliser avec M. E-O : conquérir la gauche, les jeunes et les femmes

24La pilule du lendemain est un instrument qui concerne les jeunes dans la mesure où ils sont les plus amenés à être confrontés à son utilisation. La pilule du lendemain concerne également les femmes : les jeunes femmes, mais aussi les moins jeunes qui la défendent au nom du droit à disposer de son corps et à la maternité choisie. Ces jeunes et ces femmes qui soutiennent la pilule du lendemain ont plutôt tendance (ce n’est pas systématique) à se trouver sur la gauche de l’échiquier politique.

25Présenter le projet de loi qui inclut la pilule du lendemain dans ce contexte, c’est donc également tenter de séduire ces groupes sociaux tout en concurrençant M. E-O. Le débat sur l’avortement étant trop polémique pour faire l’objet d’un véritable investissement de la part de la Concertación, celle-ci réinvestit un combat qu’elle avait un peu abandonné mais qui devait lui assurer un grand soutien populaire, gardant en mémoire l’ampleur de la manifestation du 22 avril 2008 contre la décision constitutionnelle. Ce soutien n’est pas négligeable en période électorale. La présentation de ce projet permet ainsi de se montrer avec un visage plus audacieux et plus engagé pour les DSR des jeunes et des femmes, tentant ainsi de rivaliser à sa gauche avec l’offre de M. E-O.

Tableau 5. Évolution de la masse électorale chilienne selon le sexe des inscrits

Tableau 5. Évolution de la masse électorale chilienne selon le sexe des inscrits
  • 15 Servicio Electoral, op. cit., p. 27.

Source : Servicio electoral15.

26À partir du tableau ci-dessus, nous constatons que le vote des femmes revêt une importance primordiale puisqu’il devient majoritaire à partir de 1989. Conquérir leur soutien électoral est progressivement devenu indispensable pour les candidat-e-s.

« Les analyses postérieures aux élections du premier tour [des présidentielles de 1999-2000] ont souligné que Lavín a obtenu un plus grand pourcentage de voix féminines : il a obtenu 50,58 % du vote féminin contre 45,39 % pour Lagos. Le caractère extrêmement serré de l’élection a entraîné une plus grande conscience du fait que les femmes constituent la majorité de la population électorale et de leur capacité à infléchir le résultat dans un sens ou dans un autre. Le vote féminin a été transformé en un sujet de débat et un objet très convoité et il est, pour cette raison, apparu comme un instrument potentiel de négociation politique. » [Araujo, 2005  : 171]

27Il est donc primordial de s’inquiéter du vote des femmes. Or, M. E-O, par son attitude décomplexée et son engagement apparemment très vif pour la défense des droits en général et des femmes en particulier, est capable de capter une grande part de cet électorat. Une majorité de femmes chiliennes se déclarent favorables à la pilule du lendemain, il semble alors opportun de la défendre pour s’assurer la fidélité de l’électorat féminin libéral (en matière de valeurs).

28Ce qui menaçait jadis de faire éclater la coalition gouvernante devient aujourd’hui une ligne de combat politique qui la rassemble dans la perspective de l’échéance électorale. La menace d’éclatement s’étant déplacée de la droite (factions DC) vers la gauche (voix PS et PPD) de la coalition dans un contexte d’urgence (celui des élections présidentielles et législatives), on assiste à un renouvellement des thèmes de départage entre les candidats. Pour la Concertación, mettre à l’agenda politique la pilule du lendemain constitue un terrain opportun pour rivaliser avec la candidature de M. E-O.

29Autrefois affaibli par de vives divisions internes, le personnel politique concertationniste affiche à ce moment une certaine homogénéité puisqu’il est uni pour soutenir la pilule. Bien sûr, on ne peut pas en dire autant pour l’ensemble des DSR. Mais c’est un tournant : la pilule du lendemain et, dans une moindre mesure, le débat sur les DSR deviennent un outil de départage entre les candidats. Alors qu’auparavant ces thèmes étaient tus pendant les campagnes tant on les considérait comme sources de conflits pouvant entraîner plus de coûts (dans le système politique et partisan extraordinaire) que de gains, ils deviennent un instrument de compétition électorale.

Tenter de dominer l’ancien dominant

30La présentation du projet de loi est non seulement un moyen de rivaliser avec la concurrence de gauche mais également un outil pour mettre en difficulté la Coalición adverse. La pilule du lendemain serait désormais un outil de pouvoir politique pour la Concertación et le silence semblerait avoir changé de camp. La coalition au pouvoir n’est plus ambiguë mais homogène dans sa défense de cette « technologie contraceptive » et la suprématie du discours d’assimilation à l’avortement s’en trouve largement érodée.

  • 16 S’il est clair que dans le fond les deux candidatures impliquaient deux façons bien distinctes de c (...)

31De plus, les deux candidats ayant le plus de chances d’être présents au second tour, à savoir S. Piñera et E. Frei, ont une caractéristique commune : ils se présentent (Piñera) ou sont (Frei) plutôt « centristes », le départage de leurs candidatures pouvait s’annoncer difficile16. La pilule du lendemain devient alors une sorte d’aubaine nourrissant un terrain clé de la campagne de Frei : celui du combat du « progressisme » contre le « conservatisme » (à la différence de Piñera qui utilise la rhétorique du progrès – terme se référant bien plus à l’économie qu’aux valeurs – et du changement contre la continuité et la stagnation).

32Or la question des « valeurs » est aujourd’hui problématique dans la Coalición por el cambio. Il existe en effet des différends fondamentaux notamment entre les membres de l’UDI et ceux de RN, bien plus disparate et libéral que le premier.

  • 17 Entretien du 26/02/2010 avec Manuel Millones Chirino, Viña del Mar.

« Il a fallu faire de grands sacrifices pour que le candidat Piñera soit élu. Le point de disjonction majeur entre l’UDI et RN c’est la question des valeurs, RN étant bien plus libérale que nous. Par exemple, pendant la campagne de Piñera dans la cinquième région [Valparaíso], nous avons organisé en décembre un congrès de l’UDI dont l’invité d’honneur était le candidat présidentiel. Certains membres du parti et anti-avortement sont arrivés avec une déclaration d’engagement que Piñera devait signer. Il leur a demandé de ne pas présenter le document pour ne pas créer de conflit. Il faut renoncer à beaucoup de choses, et c’est douloureux17. »

Un changement de camp du silence est perceptible

33L’appropriation de la pilule du lendemain comme outil politique de campagne est un moyen de mettre la droite en difficulté, de la délégitimer (selon le même procédé utilisé par M. E-O contre la Concertación) en utilisant les failles internes de la coalition adverse pour l’obliger à une plus grande discrétion tout en rappelant aux électeurs qu’une partie de cette coalition refuse explicitement la pilule alors que la majorité des Chiliens y est favorable. On sous-entend par-là que le candidat Piñera et la coalition qui le porte ne sont pas de dignes représentants du peuple dans la mesure où ils présentent des réticences face à la pilule alors que la majorité des Chiliens (des électeurs) y est favorable. La tactique joue sur le registre démocratique (la représentation). Les rôles tendent alors à s’inverser, plaçant la coalition au pouvoir dans une position de force rhétorique relative par rapport à la coalition de droite qui n’a plus le monopole des thèmes liés aux valeurs et à la morale.

Débat entre E. Frei et S. Piñera sur la pilule du lendemain
Interrogé sur la question de la municipalisation de l’éducation à laquelle les gouvernements de la Concertación n’ont jusqu’ici pas remédié, le candidat et sénateur E. Frei répond.
E. Frei : Je pense que la grande question ici, qui a à voir avec l’éducation, mais aussi avec la réforme du travail et bien d’autres, c’est le fait que nous n’avons jamais pu compter sur une majorité parlementaire qui aurait permis le vote de ces réformes. Par exemple, je vais citer un cas bien spécifique : on vient de voter la question de la pilule du lendemain et de nouveau nous avons été obligés de passer par le tribunal constitutionnel. Pourquoi ? Pour allonger la procédure : nous avons discuté le texte, nous avons cherché à nous mettre d’accord sur un texte pour qu’il soit acceptable pour le tribunal constitutionnel et là, de nouveau, la droite a dit « je vais au tribunal constitutionnel pour détruire encore une fois la distribution de la pilule du lendemain ! » Et cette méthode a été utilisée pour la loi du travail, pour l’éducation, et pour tant de projets de loi qui ont eux aussi souffert du manque de soutien et de volonté politique pour faire avancer les choses, et comme nous fonctionnons sur un système binominal qui divise le parlement en deux parts pratiquement égales, nous n’avons jamais reçu de soutien concret de la part de la droite sur ces projets dont le Chili a pourtant besoin.
[Les deux candidats ainsi que le journaliste se mettent à parler en même temps ce qui rend incompréhensible la fin de l’intervention du candidat E. Frei].
S. Piñera : Nous avons voté pour la loi de modernisation de l’éducation et le sénateur Frei le sait, et nous avons voté pour la distribution de la pilule du lendemain et le sénateur Frei le sait.
M. Bustamente (journaliste) : O.K.
E. Frei : Vous avez voté contre le projet, ce sont les parlementaires de droite qui ont saisi le tribunal constitutionnel.
S. Piñera : Cela s’est passé il y a six mois ! Nous sommes en train de parler du présent.
E. Frei : Moi j’étais dans la salle quand vous avez voté contre.

34Avec cette citation, nous ne souhaitons pas vérifier que ce que l’un ou l’autre des candidats dit est vrai ou faux. Nous remarquons par contre que la pilule du lendemain est devenue un objet de conflit électoral dont le positionnement en opposition semble être désormais considéré comme un problème, un coût politique.

  • 18 Anatel est le regroupement de toutes les chaînes de télévision. Le second débat présidentiel a eu l (...)

35Le second débat présidentiel organisé par Anatel18 opposant E. Frei à S. Piñera est révélateur de cette nouvelle configuration. Dans le second bloc de questions dont la thématique était l’éducation, le candidat Frei a dévié le sujet sur le thème de la pilule, devenant ainsi ouvertement un terme d’affrontement électoral.

36C’est donc la secousse dans l’organisation des candidatures à la présidentielle (et, a fortiori, dans une moindre mesure certes, dans le système partisan) qui a placé le thème des « valeurs » comme élément très important du débat et de la compétition électorale. C’est pour cela que nous parlons du passage d’instrument de politiques publiques à instrument politique.

  • 19 Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, Folio, p. 13, cité par N. Bourgeaud-Garciandía, B. (...)

37Un éclairage s’impose : la distinction entre le politique et la politique. Jacques Rancière a, à ce propos, une formule intéressante : « parler du politique et non de la politique, c’est indiquer qu’on parle des principes de la loi, du pouvoir et de la communauté, et non de la cuisine gouvernementale »19. Complétons cette définition par celle de Claude Godin pour qui la politique c’est « l’art de la conquête et de l’exercice du pouvoir dans le cadre de l’État » là où le politique est une « catégorie renvoyant à la conquête, à l’exercice et à la structure du pouvoir au sein des sociétés organisées en État. Le politique se différencie du social d’une part et de l’économique d’autre part. Il est parfois opposé à la politique qui n’en serait que la manifestation apparente (par les images, les discours et les représentations) » [Godin, 2004]. La politique correspond, dans notre cas, aux tactiques de compétition électorale utilisées par les professionnels de la politique. Bien entendu, une séparation étanche entre les deux concepts serait peu utile et certainement incorrecte, c’est pourquoi étudier les rapports compétitifs entre les professionnels politiques (la politique) n’est intéressant que dans la mesure où cela nous conduit à observer les mutations du politique. Ce que nous voyons, c’est une mise en cause du consensus implicite allant de pair avec la normalisation du jeu politique.

38Dans ce chapitre, nous avons étudié le passage de la pilule du lendemain de problème public à objet politique puis à instrument politique. Il s’est opéré un renversement de situation : ceux que l’on avait jugés discrets du fait de leur évitement de la question dans notre premier chapitre ont désormais acquis le pouvoir de mettre mal à l’aise les voix conservatrices. Cette évolution nous révèle une normalisation du jeu politique : le personnel politique commence à s’affranchir des enclaves laissées par la dictature et la transition, il résout certains complexes et ose entrer en conflit sur des objets autrefois indiscutables.

  • 20 Dans un parlement où aucune majorité confortable n’existe – du fait du système binominal – il n’est (...)

39Nous parlons de normalisation parce que le coût politique du traitement de cet objet a diminué, affaiblissant par là le consensus implicite. Mais il faut bien comprendre que le coût politique concernait moins une crainte de l’attitude de l’électorat que de celle du champ politique lui-même (la perte de l’alliance ou la colère de la droite20). L’affaiblissement du consensus implicite signifie que le coût intra-champ du traitement des objets liés à la morale et à la sexualité n’est plus le même. Le traitement de ces objets peut même s’avérer extrêmement rentable lorsque l’agenda électoral vient influencer l’agenda politique.

40Cela va même plus loin. Nous soutenons l’hypothèse selon laquelle la politisation de la pilule du lendemain est à la fois un symptôme et un moteur de la normalisation du jeu politique. En effet, nous avons vu à quel point le processus de politisation était incontrôlable, complexe et difficilement prévisible. En ce sens, la politisation de la pilule du lendemain ne faisait pas nécessairement partie de l’ambition de ceux qui ont voulu – au départ – l’inscrire dans le champ de l’action publique. Pourtant, en devenant un problème public, elle a obligé les acteurs à exprimer et à clarifier leurs postures. Pour ce faire, il a fallu entamer un processus de justification (et de création de sens). Or la justification (et la politisation qu’elle entraîne) engendre le conflit politique sur un thème prohibé ce qui aide à normaliser le système. Les deux mouvements vont de pair : en même temps qu’elle révèle le fonctionnement et la mutation du système politique, la politisation de la pilule du lendemain participe à la normalisation de ce système. Désormais, s’affronter sur la pilule du lendemain est légitime et peut s’avérer utile (campagne électorale). En un peu plus de dix années, la pilule du lendemain est passée de problème-scandale à instrument de compétition électorale. En ramenant à la politique le thème plus global des droits sexuels et reproductifs, nous pensons qu’elle a alimenté l’évolution du système politique.

41La politisation de la pilule du lendemain a permis de parler à nouveau de l’avortement. Néanmoins, on ne peut pas parler de débat, celui-ci supposant une discussion contradictoire. Mieux, le discours sur la pilule du lendemain visait toujours à écarter la menace de l’avortement, soit pour évincer la pilule elle-même, soit au contraire pour démentir ses propriétés abortives. Le projet de loi portant « éducation, orientation et prestations en matière de régulation de la fertilité », durant son examen au parlement, a vu son article 4 augmenté d’un alinéa stipulant que « en tout cas, les méthodes dont l’objectif ou l’effet direct est la provocation d’un avortement ne seront pas considérées contraceptives et ne pourront, en conséquence, faire l’objet d’une politique publique en matière de régulation de la fertilité ». C’est une restriction de plus contre l’avortement. La politisation de la pilule du lendemain n’a pas ouvert le débat sur l’avortement, la stratégie utilisée a, au contraire, consisté à déconstruire l’assimilation symbolique des deux objets. L’avortement reste une question d’ordre privé, gérée par les femmes, parfois par les couples, et l’on peut dire que, d’une certaine façon, la pilule du lendemain n’existe que parce que l’avortement n’existe pas (en droit).

42Mais peut-on réduire le maintien du silence relatif sur l’avortement comme uniquement dû aux enclaves autoritaires ? N’y a-t-il pas quelque chose de particulier dans l’objet que nous étudions qui expliquerait les difficultés à prendre des décisions au-delà de la configuration post-dictatoriale ? Pourquoi le consensus s’est-il justement fait sur la famille et les valeurs morales ? Pourquoi est-il moins important de le remettre en cause que de favoriser l’équité et la justice sociale ? Voilà autant de questionnements qui se réfèrent moins au régime politique hérité de la dictature et de la transition qu’à la particularité des relations entretenues entre le champ politique et les thèmes liés aux rapports sociaux de sexes, à la sexualité et à la famille, relations dont la difficulté est bien plus ancienne que l’arrivée de la dictature nataliste de Pinochet au Chili.

Notes

1 Loi n° 20.418 « Fija normas sobre información, orientación y prestaciones en materia de regulación de la fertilidad, ministère de la Santé », D.O. 28/01/2010.

2 Le nouveau projet de loi (voir annexes) est bien moins ambitieux que la proposition portant DSR dans la mesure où cette dernière vise à créer de nouveaux droits et tend à l’exhaustivité.

3 Nous utiliserons ici le terme de campagne électorale bien que les moments étudiés ne correspondent pas tous à celui de la campagne officielle. Néanmoins, nous croyons, avec Ferran Martínez i Coma, que c’est l’intensité de la médiatisation des candidats et de leurs affrontements (directs ou indirects) qui détermine le début de la campagne réelle. L’auteur explique ainsi : « Selon moi, la fréquence de la présence et des références aux campagnes faites dans les médias – c’est-à-dire, l’intensité, l’augmentation de la fréquence des messages et des recours – constitue le référent adéquat. À condition que la majorité des citoyens saisisse et suive l’information politique à travers les médias, quand ceux-ci indiquent que la campagne a commencé, les citoyens le comprennent ainsi », F. Martínez i Coma, ¿Por qué importan las campañas electorales ?, Madrid, Centro de Investigaciones Sociológicas, 2008, p. 2.

4 Lorsque M. E-O propose sa candidature en janvier 2009, le PS a déjà manifesté son soutien au candidat Frei. Le Président du PS a ainsi refusé la candidature de M. E-O.

5 Enquête TNS-Time, parue le 05/05/2009 dans La Nación.

6 Enquête CEP, El Mercurio 11/11/2009.

7 Il avait été président entre 1994 et 2000. Sa présidence s’est caractérisée par le plus faible taux d’approbation, dû notamment à la gestion de la crise asiatique. Le fait qu’il ait déjà été président et qu’il appartienne au parti politique le plus conservateur de la coalition constituait une aubaine pour M. E-O qui s’en est servi pour véhiculer l’idée d’une Concertación dépassée, obsolète.

8 Olga Grau et Riet Delsing ont montré dans leur ouvrage à quel point le contexte international influençait les débats chiliens, sur la question de l’avortement en particulier. Ainsi, pour elles, ce n’est pas seulement le retour annoncé de la démocratie et la crainte du progressisme qui poussent le gouvernement militaire à entériner l’interdiction d’avorter, c’est aussi l’autorisation en France de la pilule contragestive RU486 (en 1989) ainsi que la dépénalisation de l’avortement en Espagne (loi organique 9/1985 – importance d’autant plus capitale que la transition à la démocratie espagnole a déjà été érigée en modèle), faits amplement relayés par les médias chiliens. O. Grau, R. Delsing, E. Brito, A. Farías, Discurso, género y poder, discursos públicos : Chile 1978-1993, Santiago, ARCIS, LOM, La Morada, 1995.

9 En tant que cause de coalition, cela n’empêche évidemment pas les soutiens individuels comme ceux des sénateurs PPD, Guido Grirardi, et PS, Carlos Ominami (qui n’est d’ailleurs autre que le père adoptif de M. E-O).

10 M. E-O, Programa de Gobierno, consulté sur le site www.marco2010.com le 02/05/2009.

11 Entretien avec Manuel Millones Chirino, membre de l’UDI, conseiller politique du sénateur UDI Arancibia, 26/02/2010, Viña del Mar.

12 Entretien avec la docteure et conseillère en genre du Minsal María Isabel Matamala, 13/01/2010, Santiago.

13 « Frei se abre a discutir aborto terapéutico », La Nación, 15/03/2009.

14 Entretien avec Manuel Millones Chirino, membre de l’UDI, conseiller politique du sénateur UDI Arancibia, 26/02/2010, Viña del Mar.

15 Servicio Electoral, op. cit., p. 27.

16 S’il est clair que dans le fond les deux candidatures impliquaient deux façons bien distinctes de considérer l’État, le service public, la conduite du gouvernement et la manière de traiter les problèmes sociaux ; en apparence, les candidats ont pu paraître proches pendant la campagne. Cela vient peut-être du fait qu’ils étaient tous deux centristes.

17 Entretien du 26/02/2010 avec Manuel Millones Chirino, Viña del Mar.

18 Anatel est le regroupement de toutes les chaînes de télévision. Le second débat présidentiel a eu lieu le 12/01/2010.

19 Jacques Rancière, Aux bords du politique, Paris, Folio, p. 13, cité par N. Bourgeaud-Garciandía, B. Lautier, R. Peñafiel, A. Tizziani, (éd.), Penser le politique en Amérique latine : la recréation des espaces et des formes du politique, Paris, Karthala, 2009, p. 8.

20 Dans un parlement où aucune majorité confortable n’existe – du fait du système binominal – il n’est pas intéressant de susciter la colère d’une partie puisque toutes les lois, pour être votées, doivent être négociées avec la partie adverse.

Table des illustrations

Titre Tableau 5. Évolution de la masse électorale chilienne selon le sexe des inscrits
Crédits Source : Servicio electoral15.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2518/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 246k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540