Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie II. Conflictualiser la politique (2001-2010)

Chapitre 5. Crise et coup d’arrêt : quand l’opposition emprunte le chemin politique

Texte intégral

1La normalisation du jeu politique implique que l’on puisse discuter de la pilule du lendemain. Celle – ci constitue toujours un objet (désormais politique) subversif dans la mesure où elle met en cause les règles jusqu’alors non discutables des bonnes mœurs (le respect de la vie depuis la conception, la sexualité dans le mariage ou assimilé et – de préférence – dans un but procréatif, le contrôle des parents sur l’éducation et la sexualité de leurs enfants). C’est pourquoi la lutte des acteurs conservateurs pour stopper les avancées politiques de cette pilule ne s’est pas arrêtée devant l’audace du pouvoir exécutif. Désormais, c’est également sur le terrain politique que la riposte s’organise. Avec l’organisation de la résistance à l’intérieur du champ politique, les acteurs conservateurs entérinent la pilule du lendemain comme problème politique. Pour réussir à bloquer la pilule, ces acteurs doivent participer à la politisation alors même que leur stratégie visait à éviter le champ politique.

L’entrée du Tribunal constitutionnel : la pilule sans lendemain ?

  • 1 Coalición por el cambio : 32 députés UDI (Rodrigo Alvarez, Claudio Alvarado, Gonzalo Arenas, María, (...)

2Devant la menace de la publication des normes nationales de régulation de la fertilité, un « front parlementaire pour la vie » prend forme à la Chambre des députés, unissant, dès août 2006, 61 députés issus de la Coalición por el cambio (75,5 %) et de la Concertación (23 %)1 autour d’un même principe. Ces parlementaires signent une déclaration cherchant à faire pression sur le gouvernement pour qu’il respecte l’État de droit en insistant sur le fait que du droit à la vie découlent et dépendent tous les autres droits (notamment sociaux et économiques, en référence à l’argumentaire pour la justice sociale développé par les pro-pilule du lendemain). Mais rien n’y fait puisqu’en 2007, les normes nationales de régulation de la fertilité font légalement partie de l’action pour la santé publique du Minsal.

3Étant donné que l’illégalité de la pilule n’a pu être obtenue des tribunaux de justice ordinaires, il n’y a plus d’autre solution – si l’on souhaite faire valoir le droit à la vie – que de saisir un tribunal politique : le Tribunal constitutionnel. Il est désormais le seul habilité à juger de la constitutionnalité des normes édictées par le pouvoir exécutif et c’est sur ce point que trente-six députés appartenant au front pour la vie le saisissent, afin d’invalider le Décret suprême 48/2007 du Minsal. Parmi ces députés, la part des membres de la Concertación est inférieure à celle du front pour la vie. Si l’encodage de la pilule du lendemain n’a pas encore suffi à venir à bout de la dissidence intra-Concertación, le DC (en particulier) constituant toujours une force discordante sur les questions d’ordre moral et sexuel, nous comprenons cette faible présence dans la saisine du Tribunal constitutionnel comme le signe d’une certaine discipline de coalition, une volonté de ne pas mettre en péril l’alliance politique supérieure.

  • 2 « Incorpora al código sanitario la objeción de conciencia para ser invocada por ciertos profesional (...)
  • 3 Les normes de régulation de la fertilité obligeaient les pharmacies à posséder les stocks nécessair (...)

4Nous observons donc une mutation de la riposte de la coalition des conservateurs. Bien qu’utilisant toujours le domaine du droit comme principale arme (elle saisit un tribunal), elle glisse de la stratégie privée à la stratégie politique. En fait, avec la saisine du Tribunal constitutionnel, les conservateurs entérinent l’émergence complète de la pilule dans le champ politique puisqu’ils passent d’un recours au droit privé à un recours au droit public par excellence, le droit constitutionnel. La justice constitutionnelle a cette particularité qu’elle juge le politique, elle se place au-dessus de la présidence de la République élue par le peuple par son pouvoir de statuer (et d’annuler) les décrets émanant du gouvernement. Le symbole est fort et il achève la consécration du champ politique comme premier terrain de conflit. La création du front pour la vie est une illustration exemplaire de cette nouvelle stratégie proprement politique. Il en va de même pour la proposition de loi présentée en 2007 par huit députés de la Coalición por el cambio et un député DC, visant à instaurer le droit à l’objection de conscience pour certains professionnels, objection permettant de ne pas vendre certains produits qui pourraient porter atteinte à la vie ou à la santé humaine2. Cette initiative législative a vu le jour au moment où le Minsal faisait front contre certaines chaînes pharmaceutiques accusées de ne pas vendre la pilule du lendemain, soit parce qu’elles affirmaient ne pas avoir de stocks disponibles, soit parce qu’elles exprimaient clairement un refus de vendre un produit qu’elles considéraient abortif3.

5La pilule est bel et bien devenue une affaire politique en soi : les problèmes qu’elle devait atténuer semblent presque dérisoires à côté des luttes politiques qu’elle génère. Le Minsal, qui a pris l’initiative de s’engager pour cette pilule, doit alors faire face aux attaques de l’opposition et à un manque de soutien d’une partie des membres de sa propre coalition.

6Lorsque le jugement constitutionnel tombe le 18 avril 2008, c’est l’audace du gouvernement qui est sanctionnée. Les juges du Tribunal constitutionnel expliquent dans leur décision que, bien que la majorité des preuves scientifiques sérieuses écartent un éventuel effet abortif de la pilule du lendemain, il reste un doute raisonnable générant une prise de risques contraire à l’esprit du service public de santé. En conséquence, le décret n°  48/2007 est invalidé et la distribution de la pilule retrouve les chemins de l’avant-2007 : la démarche du schéma 1 en cas de viols et celle de du schéma 2 pour les autres cas.

  • 4 Nous n’avons pas pu établir la part de chaque type de dispensaires mais, à titre d’ordre de grandeu (...)

7La décision du Tribunal constitutionnel a mis fin à la distribution gratuite de la pilule du lendemain (à l’exception des cas de viols) dans les dispensaires du service public national. Si l’on se réfère à la figure ci-dessus, c’est la chaîne de couleur noire qui se trouve inhabilitée à distribuer la pilule et elle seule. Le système public municipal jouit d’une certaine autonomie par rapport au système national : les dispensaires publics municipaux et les dispensaires privés deviennent ainsi les seules entités autorisées à pratiquer une distribution gratuite de ladite pilule, mais rien ne les y oblige4.

Schéma 4. Organisation du système de santé pour la distribution de la pilule du lendemain

Schéma 4. Organisation du système de santé pour la distribution de la pilule du lendemain

Légende. Flèche pleine autorité directe, flèche creuse autorité indirecte, couleur grise système national de santé.

  • 5 OPS, « Chile », Salud en las Américas, vol. II-Países, 2007, p. 198-218.

Source. Élaboration personnelle à partir de données de l’OPS5.

8Le premier point culminant de la politisation de la pilule du lendemain a ainsi rimé avec son coup d’arrêt le plus remarquable. Devant cet échec politique incontestable, un mouvement populaire massif bien qu’éphémère a vu le jour.

9Durant le mois précédant le verdict du Tribunal constitutionnel, alors que celui-ci est encore en pleine lecture et analyse, des femmes pro-pilule du lendemain commencent à se réunir et à manifester devant les bâtiments des juges avec la volonté de faire pression. Elles s’unissent à l’appel de quelques associations et réseaux d’associations féministes tels que le Foro Red de Salud y Derechos Sexuales y reproductivos, les Católicas por el Derecho a decidir, la Red de salud de las Mujeres Latinoamericanas y del Caribe, le Movimiento pro Emancipación de la Mujer Chilena, la Red Chilena contra la Violencia Intrafamiliar, le Movimiento por la Defensa de la Anticoncepción, Mujeres Quinta Región, Las Choras del Puerto – Guerrilla Feminista, etc. Ce climat a contribué à favoriser la polémique publique et politique jusqu’au verdict constitutionnel qui a suscité un tel sentiment d’injustice et d’incompréhension que des milliers de femmes et d’hommes (35 000 selon les organisateurs, 15 000 selon la police) ont défilé dans les rues de Santiago et d’autres villes du pays dans la soirée du 22 avril 2008. Les manifestants revendiquaient le droit des femmes à disposer de leur corps et l’illégitimité des juges constitutionnels à décider pour elles.

  • 6 Entretien avec M.S. Barría, 04/02/2010.

10Bien que la ministre María Soledad Barría ait joui d’un fort soutien non seulement de la part de ce mouvement populaire massif mais aussi de la part des membres du gouvernement (même les ministres DC)6, cela ne lui a pas permis d’organiser la riposte immédiate.

  • 7 Entretien du 13/01/2010.
  • 8 Voir lexique.

11Pourtant, le Minsal a cherché à tirer parti de ce puissant soutien populaire. María Isabel Matamala7 (qui était alors conseillère politique de la ministre) nous a expliqué que la ministre avait préparé un argumentaire destiné au Secrétariat général de la présidence8 (Segpres) pour qu’il conseille la présidente de mettre l’urgence sur la discussion au parlement du projet de loi-cadre portant sur les droits sexuels et reproductifs.

  • 9 La Ministre Barría devra démissionner en 2008 après une affaire de sang contaminé dans un centre de (...)
  • 10 Cette proposition de loi est, depuis 2000 (actualisée en 2008), au stade de première lecture au par (...)

« Quand le Tribunal constitutionnel a finalement rendu publique sa décision, la société civile organisée convoque la population et nous avons assisté à la plus grande manifestation depuis le retour de la démocratie. C’était incroyable parce que les gens sont sortis de nuit et avec leurs enfants… Mais c’est la société civile qui s’est le plus fortement mobilisée et qui, ainsi, a marqué cette période en faisant quelque chose de grand. Et les gens criaient “Ministre Barría, les citoyens sont avec toi !” C’était incroyable ! Et nous nous sommes alors dit qu’il fallait envoyer une lettre au Segpres, nous nous sommes alors dit que le gouvernement devait profiter de cette mobilisation de la société civile. C’est une force très grande, un soutien extrêmement puissant qui ne peuvent pas être méprisés. Hélas nous n’avons reçu aucune réponse, ça n’a jamais été pris en compte. Je crois que c’est à partir de là que certains ont décidé de couper la tête de la ministre9, elle a commencé à être de plus en plus isolée. Je pense que cet énorme soutien qu’elle a reçu a suscité de la crainte chez certains. Et n’oublions pas non plus que le ministre Viera-Gallo (Segpres), bien qu’il soit socialiste, est le ministre le plus proche du Vatican que possède le pays10. »

12Selon María Isábel Matamala, le fait que le gouvernement n’ait pas cherché à tirer parti de cette mobilisation massive est dû à des ambitions politiques personnelles mais aussi à une division persistante à l’intérieur de la coalition au pouvoir qui se ressent jusque dans les rangs du gouvernement. Bien que le pouvoir exécutif ait osé s’exposer au conflit politique sur un objet moral et sexuel et malgré une justification cohérente avec les valeurs défendues par sa coalition, les divisions internes persistent.

Une division intra-Concertación qui résiste

13Ce qui fait la force de la coalition d’acteurs conservateurs, c’est en partie son unité. Son combat possède une dimension radicale puisqu’il est question de vie ou de mort. Cette radicalité semble lui conférer une forte propension à la cohésion. Ce n’est pas le cas de la coalition d’acteurs pro-pilule du lendemain. L’enjeu est en effet moins « grave ». Il est possible de défendre cette pilule au nom de beaucoup de causes bien différentes les unes des autres : du militantisme féministe à l’objectivisme de santé publique, les motivations des acteurs sont bien moins homogènes dans cette coalition. En proposant des justifications qui répondent aux valeurs et objectifs communs des membres de la Concertación, l’encodage politique vise à unifier cette coalition dans la défense de la pilule du lendemain. Toutefois ses effets ne sont bien évidemment pas immédiats et cet encodage a permis de légitimer l’intégration de la pilule du lendemain dans une politique publique ainsi que de dédramatiser le conflit dans la coalition au pouvoir, tous les membres de la Concertación ne se trouvent pas encore mobilisés derrière le Minsal. Le fait que certains députés membres de la Concertación fassent partie du groupe de signataires ayant conduit à la saisine du Tribunal constitutionnel et du front pour la vie en sont la meilleure preuve. Notons que la majorité des députés ayant explicitement exprimé leur « dissidence » quant à la pilule du lendemain en participant au front pour la vie sont des membres du DC (85,7 %), ce qui nous ramène aux caractéristiques du paysage politique post-dictatorial. La persistance de cette dissidence pose problème à ceux qui « s’entêtent » à étendre l’utilisation de la pilule du lendemain comme instrument d’action publique, générant de l’ambiguïté, un manque de lisibilité des objectifs du pouvoir exécutif allant jusqu’à susciter quelques crises politiques.

  • 11 Vocabulaire chilien que l’on pourrait traduire par « la bourde ».

14On retiendra particulièrement l’épisode du « Condoro »11 comme l’a désigné le président de l’époque Ricardo Lagos Escobar. Cet épisode remonte à 2005, alors qu’un an auparavant le Minsal avait publié et approuvé les « normes et guides cliniques pour la prise en charge des victimes de violence sexuelle dans les services d’urgence ». Le 8 mars 2005, à l’occasion de la journée internationale des femmes, le sous-secrétaire du ministère de la Santé, le Dr Antonio Infante, annonce, dans le journal quotidien national La Segunda, la distribution gratuite de la pilule du lendemain pour tous les cas d’urgence dans les dispensaires. Cette annonce correspond à une décision du sous-secrétaire de publier et d’approuver les normes nationales de régulation de la fertilité sur lesquelles le groupe de travail sur la sexualité du Minsal avait travaillé depuis 2002 et qui étaient prêtes à être éditées. Mais le sous-secrétaire ne possède pas l’accord (essentiel) du ministre de la Santé, le Dr Pedro García, membre du parti DC, lorsqu’il fait cette déclaration. Non seulement la décision a été annulée (ignorant ainsi les nouvelles normes qui seront publiées et adoptées par le gouvernement de Bachelet comme nous l’avons vu) mais en outre, cet épisode a entraîné la démission du sous-secrétaire incitée par le président Lagos lui-même, déplorant publiquement cette « bourde » du sous-secrétaire. Sa déclaration avait déjà suscité de nombreuses discussions et sa démission a permis au gouvernement Lagos de désamorcer le conflit avant qu’il ne prenne de l’ampleur. On voit bien que le caractère conflictuel et polémique de la pilule du lendemain est loin d’avoir disparu. Le manque de consensus à l’intérieur de la coalition au pouvoir entraîne une certaine ambiguïté de l’exécutif qui refuse l’extension de la pilule du lendemain alors qu’elle est cohérente avec l’encodage en termes de justice sociale.

15L’ambiguïté se retrouve dans la réaction du gouvernement après le jugement du Tribunal constitutionnel. Au-delà du fait qu’il n’a pas mis l’urgence sur le projet de loi-cadre portant DSR, il a également manqué de clarté dans l’explication de la décision du Tribunal constitutionnel. Nous avons vu que la décision mettait fin à la distribution seulement dans le système public national de santé. Les dispensaires municipaux demeuraient libres de leur action. Lors de sa réaction publique sur la décision, la présidente a bien signalé cette distinction, elle a ainsi demandé aux mairies d’appliquer la politique publique annulée à l’échelon national. Cette déclaration n’a néanmoins pas été accompagnée d’une lettre officielle explicative à l’intention des services municipaux, les maintenant ainsi dans le doute et dans la crainte d’éventuelles poursuites judiciaires s’ils appliquaient la distribution de la pilule.

16L’engagement du Minsal pour l’intégration de la pilule du lendemain dans une politique de santé publique conduit donc à la conflictualisation de la politique à deux niveaux. Le niveau le plus évident est celui de la confrontation entre les deux coalitions politiques dominantes sur les questions, jusque-là relativement oubliées en politique, de la sexualité et de la famille. Mais le conflit naît aussi du questionnement de ces valeurs à l’intérieur de la coalition de partis dominante. Ce questionnement n’est pas sans provoquer heurts, crises et nouveaux silences. La menace de l’implosion de la Concertación continue à faire pression sur les acteurs les plus hardis car cette implosion est perçue, dans le contexte politico-institutionnel que nous avons précédemment analysé, comme un mal non souhaitable. Le sénateur Guido Girardi Lavín (PPD) décrit cette pression.

  • 12 Entretien avec le Dr et sénateur Guido Girardi, Santiago, 15/01/2010.

« J’ai été le premier à aborder ces sujets qui ont trait aux valeurs quand j’ai commencé ma campagne [d’information] pour l’utilisation du préservatif dans les années 1990. […] L’Église m’a considéré responsable de la crise de la morale ! Autant dire que nous avons eu une discussion très dure. Moi je ne faisais qu’expliquer que les chiffres du sida était en hausse au Chili, que 60 jeunes étaient infectés chaque semaine et que, de ce fait, il est beaucoup plus moral de sauver des vies, parce que le problème c’est qu’ils ne l’utilisent pas [le préservatif]. Alors la DC me considère comme… une sorte de bête satanique, qui ne se soumet ni à eux ni à la religion, je ne suis pas religieux… Mais, même les progressistes, dans le but de ne pas rompre l’unité avec la DC, me disaient toujours que j’étais irresponsable, que cela pouvait entraîner la division de la coalition. Et c’est ça notre histoire, notre histoire en ce qui concerne le divorce puis l’avortement thérapeutique12. »

17Nous avons montré de quelle manière la pilule du lendemain est passée de problème public difficilement intégrable au champ politique à objet politique, source de conflit et de concurrence entre les acteurs du champ. La politisation de l’objet de notre étude a ainsi ramené le débat contradictoire sur certaines valeurs qui composaient le consensus implicite. Certes l’entêtement et le conflit n’ont pas réglé la dissidence interne à la coalition gouvernante, ce qui maintient l’exécutif dans une certaine ambiguïté. Néanmoins, cette dissidence s’est transformée. Là où les factions conservatrices de la DC avaient la capacité de bloquer les débats sur les valeurs en amont (avant que le débat n’ait été initié), elles ne parviennent plus à contenir la mise à l’agenda politique de la pilule du lendemain. Elles possèdent toujours un pouvoir de veto, mais celui-ci opère en aval, il est donc rendu public et visible. Étant minoritaires dans la coalition gouvernante, la conservation du pouvoir de veto peut obliger ces factions à s’allier à la coalition de partis de droite comme dans le cas du front pour la vie. Or, si l’on se place dans un système de partis dont le clivage essentiel et infranchissable est la dyade autoritarisme/démocratie, on ne peut pas comprendre une telle situation de désolidarisation intra-coalition (traitement d’un sujet polémique, voire subversif d’une part, et alliance de membres avec la coalition adverse, d’autre part). Cela tend donc à confirmer l’affaiblissement de ce clivage repéré plus haut.

La complexité du processus de politisation

18Le recours au Tribunal constitutionnel représente la consécration politique de la pilule du lendemain puisque les acteurs « anti » ne voient plus d’autres moyens pour arrêter la marche de la pilule que de s’en remettre au champ politique qui saisit la justice constitutionnelle, c’est-à-dire un tribunal de droit public ayant le pouvoir de statuer sur des décisions politiques. Pourtant, ce sont ces mêmes acteurs qui, moyennant une moralisation indiscutable ainsi qu’une judiciarisation (privée) de la pilule, avaient cherché à empêcher l’émergence de cet outil dans le champ politique. Ils se retrouvent ainsi contraints à débattre politiquement de ce qui ne devait pas faire débat. C’est là toute la complexité du processus de politisation.

De la critique à la justification

19La tentative des acteurs « conservateurs » d’inonder l’espace public de symboles associant la pilule du lendemain à un crime devait, en publicisant l’outil que l’exécutif intégrait discrètement, assurément couper court à son existence politique. Cette action contre l’exécutif ne s’est pas faite dans le but de débattre de l’objet mais bien de l’annihiler. Or la critique publique amorcée, au lieu de garantir le silence politique sur la pilule (et par conséquent, le statu quo sur les « valeurs »), a en fait conduit sa politisation. Au regard du consensus implicite qui existait à l’époque, générer un tel scandale sur cet outil aurait effectivement pu garantir le statu quo. Mais, nous l’avons vu, le système partisan et le jeu politique ont évolué, et face à la critique et aux accusations conservatrices, le camp pro-pilule du lendemain n’est pas resté silencieux.

20À propos de l’avortement en France, Luc Boltanski explique :

« L’effet de la critique est ici essentiel et joue un rôle moteur dans la dynamique conduisant à une montée en généralité des protocoles argumentatifs. C’est en effet la critique dont la dépénalisation de l’avortement a fait l’objet qui a stimulé les efforts visant à donner à cette pratique des assises plus solides en en faisant un droit, c’est-à-dire d’abord en l’arrimant à un corpus juridique existant. Mais, comme c’est le cas chaque fois que le droit, soit est étendu à des objets qu’il n’avait pas jusque-là envisagés, soit – comme on le voit avec l’exemple de l’avortement – change radicalement d’orientation, la nécessité de développer des arguments moraux susceptibles de forger une interface entre les pratiques juridiques et les principes qui sous – tendent la morale ordinaire s’est imposée. » [Boltanski, 2004  : 215-216]

21Cette démarche nous l’avons retrouvée dans le cas de la pilule du lendemain au Chili. N’abandonnant pas la possibilité d’utiliser la pilule comme outil de politiques publiques, l’exécutif s’est engagé dans un processus de justification de son action, justification qui n’est autre que le principe d’encodage moral et idéologique analysé plus haut. La politisation de la pilule trouve ainsi son origine dans la publicisation organisée par les acteurs conservateurs.

L’obligation de débattre

22Pour le cas du sida en France, Pierre Favre remarque l’importance des médecins qui vont, très vite, se rendre compte que le sida est un problème social et non un problème individuel : le sida, selon eux, nécessite une lutte. Toutefois, « les médecins se livrent à un travail d’appropriation de la maladie qui a pour corollaire un refus que le sida devienne objet de débats politiques » [Boltanski, 2004  : 42]. La politisation du sida n’est donc pas voulue, les médecins cherchant notamment à ne pas perdre le pouvoir de définition de ce qu’est le malade. C’est pourquoi ils vont principalement se référer à l’administration (qui, elle non plus, ne souhaite pas saisir le politique). Mais le fait d’utiliser les médias pour prendre la parole et tenter de légitimer leur mode d’action, de même que la tentative de créer une catégorie homogène et à part du sida dans le reste des maladies va entraîner la politisation du sida. Le processus d’émergence va finir par leur échapper, malgré cette volonté de « garder le politique à l’écart ». Voilà une réelle similitude avec le cas de la pilule du lendemain. Les acteurs du paradigme conservateur ont activement participé à la publicisation de la pilule en tentant d’en contrôler les représentations (assimilation au crime, à l’avortement). À l’instar des médecins, ces acteurs se posaient comme seuls garants (au nom de leur proximité avec la doctrine morale de l’Église) des bonnes mœurs, la politisation de l’objet n’étant pas leur but, bien au contraire. Pourtant c’est à partir de ces actions que l’exécutif a procédé à la justification de son engagement, pour faire face aux critiques. La pilule est ainsi entrée dans le processus de politisation qui entraîne nécessairement le débat d’idées.

  • 13 Entretien avec Manuel Millones, UDI, conseiller politique du sénateur UDI Jorge Arancibia, 26/02/20 (...)

23« Pour nous, les thèmes ayant trait aux valeurs sont complexes, c’est pourquoi on n’en parlait pas auparavant. Mais à mesure que le progressisme s’impose, ces thèmes s’imposent sur l’agenda politique, on nous les impose, nous devons les discuter et nous positionner, ce qui est difficile pour nous »13 nous a confié Manuel Millones. Selon lui c’est donc le progressisme, autrement dit les acteurs favorables à un changement des valeurs ou tout au moins à leur mise en discussion, qui a engendré l’obligation de prendre position. On se trouverait donc dans le processus inverse de celui que nous avons décrit plus haut.

Schéma 5. L’engrenage de la politisation de la pilule du lendemain

Schéma 5. L’engrenage de la politisation de la pilule du lendemain

Source. Élaboration personnelle.

24Nous pensons que ce sentiment de M. Millones s’explique par le fait que, d’une part, la politisation a entraîné un débat sur la sexualité et la morale, débat que l’on avait pourtant cherché à éviter, et que, d’autre part, elle a rendu nécessaire la justification politique des acteurs contre la pilule du lendemain. Or, une fois largement mises en cause les propriétés abortives de la pilule et démontré le soutien populaire (donc potentiellement électoral) dont elle bénéficiait, il était difficile pour les acteurs conservateurs de formuler clairement les raisons les poussant à refuser ce contraceptif.

25On observe ainsi que ceux-là mêmes qui avaient adopté une stratégie de publicisation de l’objet pour mieux maintenir le statu quo, sont en fait malgré eux à l’origine de la politisation. C’est le caractère peu contrôlable du processus de politisation qui transcende cette situation : une fois lancée la publicisation, il est difficile pour les acteurs d’en contrôler la direction. Aux évolutions du système politique viennent s’ajouter les mutations des stratégies des acteurs politiques, rendant peu prévisible la trajectoire politique d’un objet tel que la pilule du lendemain.

26Le conflit s’est installé dans le champ politique malgré les tentatives des acteurs conservateurs de le tenir à l’écart. Cependant la pilule a subi un véritable coup d’arrêt avec la décision constitutionnelle. Dans le même temps, l’affaiblissement du clivage autoritarisme/démocratie suit son cours jusqu’à se ressentir pendant la campagne présidentielle. Dans cette configuration, il devient possible, voire utile, de traiter de thèmes moraux et sexuels. La pilule du lendemain d’objet politique va devenir instrument politique. Le surgissement d’une alternative de gauche crédible (donc l’évolution du système partisan de façon au moins temporaire) entérine un peu plus la fin du consensus implicite.

Notes

1 Coalición por el cambio : 32 députés UDI (Rodrigo Alvarez, Claudio Alvarado, Gonzalo Arenas, María, Angélica Cristi, Marcela Cubillos, Sergio Correa, Ramón Barros, Eugenio Bauer, Sergio Bobadilla, Andres Egaña, Edmundo Eluchans, Enrique Estay, Marcelo Forni, Alejandro Garcia Huidobro, Javier Hernandez, José Antonio Kast, Julio Dittborn, Juan Lobos, Juan Masferrer, Patricio Melero, Claudia Noguerira, Ivan Norambuena, Dario Paya, Carlos Recondo, Manuel Rojas, Felipe Salaberry, Marisol Turres, Jorge Ulloa, Ignacio Urrutia, Gonzalo Uriarte, Felipe Ward, Gaston Von Muhlenbrock), 14 députés RN (Pedro Alvarez Salamanca, Rene Aedo, Francisco Chahuán, Roberto Delmastro, Maximiano Errázuriz, Pablo Galilea, Rene Maule Garcia, Amelia Herrera, Rosaura Martinez, Cristian Monckeberg, Nicolas Monckeberg, Roberto Sepúlveda, Alfonso Vargas, Germán Verdugo). Un député indépendant (Alberto Cardemil). Concertación : 12 députés DC (Pedro Araya, Eduardo Diaz, Gonzalo Duarte, Carolina Goic, Pablo Lorenzini, Jaime Mulet, Alejandra Sepúlveda, Carlos Olivares, Sergio Ojeda, Jorge Sabag, Mario Venegas, Patricio Walker), deux députés PRSD (Fernando Meza, Samuel Venegas).

2 « Incorpora al código sanitario la objeción de conciencia para ser invocada por ciertos profesionales para eximirse de vender un determinado producto que perjudicar a la vida o a salud humana », Bulletin 5453-11, Chambre des députés, 06/11/2007, archivée.

3 Les normes de régulation de la fertilité obligeaient les pharmacies à posséder les stocks nécessaires afin que les clientes puissent avoir rapidement accès à la pilule. Les trois chaînes de pharmacies contrôlant 90 % du marché ont fait preuve de réticence à cette injonction : les chaînes Farmacias Ahumada et Cruz Verde n’ont pas manifesté de position claire quant à ce manquement à la norme sanitaire tandis que Salcobrand a exprimé son désaccord moral. Il est intéressant de noter que la chaîne Ahumada vendait cette même pilule dans ses pharmacies péruviennes (La Nación, 01-11-07, « Ahumada vende Postinor-2 en Perú »).

4 Nous n’avons pas pu établir la part de chaque type de dispensaires mais, à titre d’ordre de grandeur, il y avait 834 dispensaires publics (nationaux) en 2004 selon les statistiques publiées par le Minsal. Par ailleurs, on sait que la réforme de santé de 1980 (gouvernement militaire) avait entraîné la municipalisation de la majorité des dispensaires nationaux (A.C. Azevedo., « La provisión de servicios de salud en Chile : aspectos históricos, dilemas y perspectivas », Revista de saúde publica, vol. 32, n° 2, Universidade de São Paulo, avril 1998, p. 195). Pour ce qui est du secteur privé, une minorité de dispensaires est gérée par des ONG et, quand c’est le cas, elles sont très souvent liées à des institutions religieuses (OPS, op. cit., p. 212).

5 OPS, « Chile », Salud en las Américas, vol. II-Países, 2007, p. 198-218.

6 Entretien avec M.S. Barría, 04/02/2010.

7 Entretien du 13/01/2010.

8 Voir lexique.

9 La Ministre Barría devra démissionner en 2008 après une affaire de sang contaminé dans un centre de santé de la ville d’Iquique.

10 Cette proposition de loi est, depuis 2000 (actualisée en 2008), au stade de première lecture au parlement, elle n’a toujours pas été discutée. Dans son agenda de genre – programme présidentiel pour l’égalité de genre –, Michelle Bachelet avait pris l’engagement de mettre l’urgence sur ce texte pour qu’il soit discuté et voté.

11 Vocabulaire chilien que l’on pourrait traduire par « la bourde ».

12 Entretien avec le Dr et sénateur Guido Girardi, Santiago, 15/01/2010.

13 Entretien avec Manuel Millones, UDI, conseiller politique du sénateur UDI Jorge Arancibia, 26/02/2010, Viña del Mar.

Table des illustrations

Titre Schéma 4. Organisation du système de santé pour la distribution de la pilule du lendemain
Légende Légende. Flèche pleine autorité directe, flèche creuse autorité indirecte, couleur grise système national de santé.
Crédits Source. Élaboration personnelle à partir de données de l’OPS5.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2517/img-1.png
Fichier image/png, 163k
Titre Schéma 5. L’engrenage de la politisation de la pilule du lendemain
Crédits Source. Élaboration personnelle.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2517/img-2.png
Fichier image/png, 153k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540