Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie II. Conflictualiser la politique (2001-2010)

Chapitre 4. Oser l’affrontement : vers une normalisation du jeu politique

Texte intégral

« Un nouvel esprit traverse le Chili.
Le pays se relève après une dure crise. Nos peurs commencent à se conjuguer au passé. […]
La vérité cesse d’être source d’angoisse pour devenir le fondement de la confiance. […]
Ces derniers jours j’ai senti l’enthousiasme pour l’avenir grandir et j’ai senti comment, malgré nos divergences d’opinion, nous commençons à nous respecter davantage. »
Ricardo Lagos Escobar, président de la République, ouverture du discours du 21 mai 2000 devant le Congrès.

1Afin de comprendre comment la politisation de la pilule du lendemain révèle les évolutions du jeu politique chilien, nous commencerons par analyser son passage de problème public à politique. Cette mutation correspond à ce que Pierre Favre désigne par la notion « d’émergence complète dans le champ politique » [Favre, 1992], impliquant le débat entre les acteurs politiques sur l’objet en question. Pour ce faire, nous étudierons comment la polémique de l’espace public s’est déplacée et installée dans le champ politique, se transformant par là même en objet de conflit sur des valeurs qui devaient rester intouchables.

L’émergence complète de la pilule du lendemain dans le champ politique : un travail d’encodage destiné à rassembler la coalition gouvernante

2« L’entêtement » du Minsal à inscrire la pilule du lendemain dans ses moyens d’action publique s’exprime pour la première fois dans le « contournement » de la Justice qu’il effectue en 2001. Alors que la Cour suprême rend le 30 août un jugement interdisant le Postinal, l’ISP a déjà autorisé, six jours plus tôt, la fabrication et la commercialisation du Postinor-2 par le laboratoire Grünental. Puisque le jugement de la Cour suprême visait précisément le produit Postinal et non la molécule lévonorgestrel qui le compose, l’ISP ne commet pas d’illégalité en autorisant le Postinor-2. Mais les ONG pro-vie ayant saisi la Cour sur le Postinal ne laissent pas passer cette incohérence et demandent l’extension du jugement à la dose de la molécule qui pose problème. Expliquant que son jugement ne possède aucune portée générale, la Cour suprême n’interdit pas le Postinor-2 et n’entravera plus les décisions de l’exécutif.

3Cette première bataille gagnée par le Minsal lui permet d’autoriser officiellement les médecins à prescrire la pilule du lendemain en cas de situations d’urgences que la ministre de la Santé définit alors comme les cas de viols, d’échec de contraception ou de rapports non-protégés. À ce moment-là, la pilule du lendemain n’est pas incluse dans une politique publique, cependant elle devient un outil dont disposent les médecins au même titre qu’un nouveau médicament, autrement dit, elle est entrée dans les registres et les stocks pharmaceutiques. Nous l’avons suggéré à la fin du chapitre précédent, la pilule du lendemain revêt en 2001 une double existence : dans l’exécutif en tant qu’outil d’une part et dans l’espace public en tant que problème d’autre part. Dans ce contexte, l’intégration de l’outil problématique dans une politique publique ne pouvait plus passer inaperçue et allait nécessairement engendrer un positionnement de la part de l’exécutif qui s’entêtait à inclure cette pilule dans les dispositifs d’action publique.

4Ce qui nous intéresse ici c’est donc de caractériser le processus d’encodage politique qui a permis l’intégration de la pilule du lendemain à l’action publique. Comment l’exécutif s’est-il approprié la pilule du lendemain la propulsant de polémique publique à problème politique, sujet de conflits au sein du champ ?

5Cette première section vise à mettre en évidence le réinvestissement sémantique (l’encodage) de la pilule du lendemain par l’exécutif qui a consisté à la fois à idéologiser l’instrument pour le rendre identifiable à un certain type de combat politique et à neutraliser le caractère « subversif » (abortif) de cette pilule. À peine le combat devenu politique, le conflit s’installe et se déploie dans ce champ.

Rompre avec le particularisme du viol : le triomphe de l’équité

6Dans notre premier chapitre, nous avons montré que le champ politique pouvait plus aisément retenir la pilule du lendemain si celle-ci était présentée comme une solution aux grossesses non désirées issues d’un viol. Il n’est donc pas étonnant que la première véritable entrée de cette pilule dans les politiques publiques se soit faite (six ans après la première tentative) par l’intermédiaire de la publication des « normes et guide clinique à l’attention de personnes victimes de violences sexuelles dans les services d’urgence » en avril 2004 [Minsal, 2004 : 56]. À partir de cette date, les dispensaires de santé sont habilités par le Minsal à administrer gratuitement la pilule du lendemain aux jeunes filles et aux femmes ayant été violées.

7Cet encodage est commode car il utilise le registre de la morale (l’immoralité du viol), autrement dit, il utilise le même registre que l’argument du droit à la vie. La condamnation du viol est en outre prônée par les acteurs conservateurs et l’Église catholique empêchant de la sorte toute contestation de la volonté de combattre ses méfaits, le discours sur la nécessité pour les femmes violées de ne pas s’opposer aux éventuelles conséquences maternelles de cette violence subie étant relativement difficile à tenir dans le contexte actuel du champ politique. Les acteurs politiques anti-pilule du lendemain, en particulier les plus véhéments (comme le sénateur UDI Hernán Larraín), préféreront alors faire silence sur la question de la gestion des suites du viol et s’en tenir à la rhétorique du droit à la vie en omettant le lien de cause à effet.

8L’argument de la gestion des viols, en offrant au pouvoir exécutif un domaine d’action peu critiquable, met pour la première fois en difficulté la coalition conservatrice. Dans le fond, le Minsal reprend simplement les arguments de la coalition des défenseurs de la pilule vue en chapitre premier. La coalition d’acteurs conservateurs, déjà affaiblie par l’échec de son recours au pouvoir judiciaire, doit affronter l’audace avec laquelle l’exécutif commence à contourner la rhétorique du droit à la vie en déplaçant peu à peu le débat.

9Ce déplacement consiste à donner une portée de plus en plus globale à la pilule du lendemain : d’instrument soulageant les victimes de violences sexuelles, elle devient outil de lutte contre la pauvreté et les injustices sociales. Autrement dit, ce glissement sémantique est un passage d’une stratégie de victimisation (particularisante) à une stratégie d’idéologisation (globalisante car inscrivant la pilule dans le cadre d’un projet de société), glissement qui propulse la pilule du lendemain dans un combat constituant l’un des leitmotivs de la Concertación. On remarque cette idéologisation dans le propos du président de l’époque, Ricardo Lagos Escobar, lorsqu’il déclare à propos de la pilule :

  • 1 Journal La Segunda, 06/05/2004.

« L’État doit fournir des moyens à tous ceux qui, pour quelle que raison que ce soit, ne les ont pas… Quelle est mon obligation ? Que tout le monde possède la liberté de choisir, car ceux qui n’ont pas les moyens ne sont pas en mesure de choisir tandis que ceux qui les ont en sont libres1. »

10Deux points essentiels sont à relever dans ce discours. Tout d’abord, l’évidente inclusion de la pilule du lendemain dans le combat pour l’équité. L’usage de cette rhétorique constitue une tentative de mettre la lutte pour la pilule du lendemain à la portée de tous les membres de la Concertación et particulièrement du PDC. L’argumentation se fond en outre avec grande cohérence dans l’un des objectifs les plus importants du mandat du président Lagos qui était de faire du Chili un pays développé pour le bicentenaire de son indépendance [Garretón, 2007]. Or permettre à toutes les femmes victimes de viols d’accéder gratuitement à un outil grâce auquel elles pourront réduire les risques de grossesses est un moyen de garantir l’égalité de possibilités entre tous les milieux socio-économiques et par là, de diminuer les problèmes économiques, sociaux et psychologiques des femmes les plus pauvres. Ce cercle vertueux est largement promu par les organisations internationales qui considèrent que la régulation de la fertilité des milieux sociaux les plus défavorisés est un moyen essentiel de les sortir de la spirale de la pauvreté et du sous-développement.

  • 2 C’est toute la différence avec les engagements propres à la période étudiée dans le chapitre premie (...)

11Le deuxième élément important à souligner est le fait que ce soit le président de la République qui s’exprime. L’implication de l’exécutif ne se cantonne plus au ministère de la Santé, c’est devenu un enjeu de gouvernement. Il n’y a plus de doute, la pilule du lendemain est sortie de l’emprise des experts (celui qui parle n’est pas médecin) pour émerger dans le discours des acteurs politiques qui se présentent comme tels2.

  • 3 R. Fregosi, « La fin de la Concertación ? », Conférence prononcée à la Maison de l’Amérique latine, (...)

12L’exécutif construit le sens politique de cette pilule en s’accommodant des référentiels légitimes dans le champ politique (l’équité). La pilule du lendemain pouvait désormais s’imposer avec force dans la mesure où elle reprenait l’idéal égalitaire qui non seulement faisait consensus dans la coalition de la Concertación, mais était de plus devenu « politiquement correct » dans le champ politique. Comme l’a exprimé Renée Fregosi3, la Concertación est parvenue à imposer le discours sur les inégalités comme un référentiel dominant difficilement évitable. Cette analyse est également partagée par le sociologue Tomás Moulián qui écrit notamment que « durant la campagne présidentielle de 2005-2006, le thème des inégalités s’est imposé avec force en tant que principal problème de la société chilienne, et il a transcendé toutes les candidatures, même celles de droite » [Garretón, 2007  : 88], confirmant ainsi que fustiger les inégalités est devenu un impératif pour tous les acteurs du champ politique. Cela tend à favoriser l’efficacité de l’encodage en termes de justice sociale car, selon le même principe que pour les viols (dans une moindre mesure cependant), vouloir réduire les écarts entre les riches et les pauvres est politiquement valorisé et difficilement attaquable. Précisons tout de même que la dimension discursive exploitée s’inscrit dans l’égalité socio-économique bien plus que dans celle des genres (l’égalité des femmes entre elles plutôt que l’égalité entre les hommes et les femmes). Ce choix entre en cohérence avec la volonté de ne pas particulariser le combat, car nous savons que si l’égalité entre les hommes et les femmes concernent par définition tout le monde, elle en mobilise en pratique bien moins.

  • 4 Aprofa, Icmer, Minsal, Normas nacionales sobre regulación de la fertilidad, Santiago, Minsal, 2007 (...)

13L’investiture de Michelle Bachelet, ancienne ministre de la Santé, comme première présidente de la République va jouer un rôle déterminant dans le processus de politisation de la pilule du lendemain. C’est au début de son mandat (septembre 2006) qu’ont été publiées puis approuvées (en janvier 2007) par le Décret suprême n°  48/2007 les « nouvelles normes nationales de régulation de la fertilité »4. Désormais, le gouvernent ne cache plus son audace puisque les normes prévoient la distribution gratuite de la pilule du lendemain par le système public national de santé (à travers les dispensaires) à toutes les adolescentes (à partir de quatorze ans) qui la nécessiteraient pour des raisons qualifiées d’urgentes (échec de contraception, relation sexuelle non planifiée et non-protégée) sans condition d’autorisation parentale.

Schéma 1. Obtention de la pilule du lendemain 2001-2007

Schéma 1. Obtention de la pilule du lendemain 2001-2007

Schéma 2. Obtention de la pilule du lendemain 2007-2008

Schéma 2. Obtention de la pilule du lendemain 2007-2008

14Sur le schéma 1, qui correspond à la situation avant l’approbation des normes, l’obtention de la pilule du lendemain pour tout autre raison qu’un viol consiste en un processus doublement onéreux comportant deux intermédiaires (le médecin et le pharmacien). L’approbation par décret suprême des normes ne met pas fin à ce processus, elle crée un chemin parallèle entièrement gratuit. Le nouveau processus (schéma n°  2) ne suppose qu’une seule interface (le dispensaire) qui, grâce à des stocks fournis par le Minsal, administre directement la pilule du lendemain aux adolescentes qui la demandent et en ont besoin. Le principe est exactement le même que pour les cas de viol (depuis 2004), il s’agit donc d’une extension de la politique publique à toutes les situations d’urgence qui répond à l’exigence de cohérence avec le projet idéologique de justice sociale.

La prise de distance par rapport à l’avortement

  • 5 Les voix qui se font le plus entendre contre la pilule du lendemain appartiennent à l’UDI. Or ce pa (...)

15Néanmoins cette extension ne règle nullement la question de l’assimilation à l’avortement, elle se contente de l’éviter en argumentant sur un autre terrain. Si la coalition des conservateurs rencontre des difficultés à nier la pertinence de l’argument de la lutte contre la pauvreté et de la gestion des conséquences du viol5, elle garde tout de même son argument phare – le droit à la vie – dont la force puise toujours dans la configuration politique post-dictatoriale. Cet argumentaire reste très efficace et contribue à diviser la Concertación (et notamment la DC) entre soutien et rejet de la pilule. Pour apaiser le conflit interne à la Concertación, il était nécessaire de faire face à la rhétorique du droit à la vie.

Une évolution discursive…

  • 6 Entretien avec Soledad Díaz, directrice de la corporation Icmer, 23/12/2008.

16Pierre Favre et ses étudiants ont constaté que l’émergence du sida dans le champ politique français a dû passer par une « déshomosexualisation » de l’objet, c’est-à-dire par la fin de la perception du problème comme un « cancer gay », le champ politique ne possédant pas les codes pour traiter ce « cancer » sans qu’il n’y ait plus de coûts que de gains politiques (accusation de stigmatisation de la « communauté gay » notamment) [Favre, 1992]. De la même manière, il a fallu sortir la pilule du lendemain de sa condition de « fármaco abortivo », médicament abortif. Lors de notre entretien, Soledad Díaz a relevé ce phénomène sémantique : « Si tu fais attention aux termes employés, tu te rends compte que la référence au caractère abortif de la contraception d’urgence est de plus en plus euphémisée. Au départ, on disait qu’elle était abortive, ensuite on a dit qu’elle pourrait l’être, désormais on dit que l’on ne peut pas déterminer de manière absolument certaine qu’elle n’est pas abortive6 ». Ce glissement sémantique correspond effectivement au vocabulaire utilisé par la Cour suprême (« podría ser ») puis par le Tribunal constitutionnel (« no se puede determinar ») dans son jugement d’avril 2008 que nous aborderons plus loin. Cette évolution est due au relais politique (médiatisé) des études scientifiques, jusqu’alors peu visibles, démontrant que la pilule n’est pas abortive. Cette situation n’est pas nouvelle puisque la ministre de la Santé M. Bachelet avait justifiée en 2001 l’autorisation de la pilule du lendemain par le fait qu’elle ne causait pas d’avortement. Ce qui change c’est que l’argumentation se systématise et se banalise. Ce n’est pas une nouvelle stratégie : on peut assez logiquement considérer que c’est parce qu’il s’engage à étendre l’utilisation de la pilule du lendemain dans l’action publique – et qu’il est de ce fait bien plus sollicité qu’auparavant à se prononcer sur la question – que le pouvoir exécutif a de plus en plus recours à cette argumentation. Toutefois, les effets sont bien différents : alors qu’au départ ce discours était minoritaire et peu visible, il concurrence désormais véritablement le discours dominant et produit un encodage puissant de l’objet pilule du lendemain dans l’espace politique.

17C’est donc à la fois l’inclusion de la pilule du lendemain dans le code idéologique universalisant grâce à la rhétorique de l’équité et son autonomisation par rapport à l’avortement qui permettent la sortie progressive du silence des acteurs de la Concertación. Cet encodage stratégique entraîne la politisation de la pilule en consacrant l’entrée de ce médicament dans le champ politique en tant qu’objet de débat, de justifications et de critiques entre les acteurs politiques.

… qui apaise le conflit interne à la coalition gouvernante

18On pourrait penser que l’autonomisation par rapport à l’avortement annihile la dimension conflictuelle de la pilule du lendemain, le titre de ce chapitre serait alors un non-sens. Nous nous devons d’éclaircir ce point.

19Si la pilule du lendemain vit effectivement un processus de sortie d’assimilation pure et simple avec l’avortement, cela ne signifie pas que plus personne ne l’y assimile. Ce qui change par rapport à la période précédente, c’est que l’on assiste à une remise en cause du discours dominant parvenant ainsi à injecter un doute sur les propriétés abortives. Mais ce doute ne marque pas la défaite de la rhétorique du droit à la vie puisque justement ses défenseurs feront valoir le principe de précaution qui préconise que dans le cas d’une indétermination scientifique sur le risque, il est préférable de ne pas utiliser l’outil douteux.

20La distanciation de la pilule du lendemain par rapport à l’avortement parvient plutôt à apaiser le conflit interne à la Concertación plutôt qu’à le désamorcer en général, et l’inscrire dans le débat politique revient bel et bien à s’exposer au conflit sur un objet ayant trait à la morale, à la sexualité et à la famille. Toute la force de l’encodage de la pilule réside dans sa capacité à jouer sur deux niveaux : rallier à soi la Concertación (apaiser la critique interne) tout en semant le doute chez les adversaires, cela dans le but de rendre légitime voire nécessaire le débat. Là où le silence faisait loi, il est remis en question par la politisation de la pilule du lendemain.

Le nouvel équilibre des grandes coalitions de partis comme moteur de la sortie de silence

21Les rapports politiques se conflictualisent sur des objets extrêmement polémiques, voilà la marque d’une évolution du jeu politique chilien. Qu’est-ce qui permet la mise en cause du consensus implicite ? Comment les professionnels de la politique en viennent-ils à investir ce terrain pourtant si polémique et coûteux ?

22Nous avons vu que l’existence du consensus implicite s’expliquait essentiellement par la double pression sur les partis politiques les plus enclins à défendre l’ouverture des mœurs familiales et sexuelles (PPD, PS et, dans une moindre mesure, PRSD) : pression intra-coalition exercée par les factions conservatrices, notamment du parti DC, et pression de la coalition de partis de droite incluant une menace sur la survie du régime. Le consensus implicite est donc le fruit d’un équilibre précis dans le système partisan et pour comprendre la sortie du silence (même timide), il faut se pencher sur les mutations de ce système. Ce dernier n’a pas radicalement évolué entre la décennie 1990 et les années 2000. Le système binominal est toujours de rigueur et les deux principales coalitions de partis sont les mêmes. Mais à l’intérieur de ces coalitions, les choses ont un peu glissé, permettant un double relâchement de la pression exercée sur la pilule du lendemain.

Un mouvement vers la gauche de la Concertación

23Force est de constater que les temps forts de la pilule du lendemain coïncident avec une reconfiguration de la distribution du pouvoir à l’intérieur de la Concertación. Alors que la DC était incontestablement la première force de la Concertación au sortir de la dictature, les vingt années de démocratie ont marqué sa lente érosion.

  • 7 Ces deux partis sont idéologiquement très proches. Le parti pour la démocratie est né officiellemen (...)

24Le parti démocrate-chrétien reste le premier parti de la coalition en nombre de suffrages exprimés, mais lorsque l’on allie les voix PS-PPD7 les deux partis deviennent la première force. Ainsi, alors qu’en 1989 la DC avait comptabilisé 30,57 % (sénateurs) et 24,67 % (députés) des suffrages exprimés, elle ne comptabilise en 2005 que 27,36 % et 19,02 % (respectivement). Dans le même temps, le PS s’est maintenu autour de 11 % pour les sénateurs (11,65 % en 1993 ; 11,12 % en 2005) et autour de 10 % pour les députés (10,88 % en 1993 ; 9,21 % en 2005). Le PPD perd un peu moins de deux points aux sénatoriales (11,46 % en 1989 ; 9,89 % en 2005) mais les élections des députés marquent son ascension puisqu’il passe de 10,87 % en 1989 à 14,12 % en 2005. Ainsi, en 2005, l’alliance PS-PPD comptabilise 23,33 % des suffrages contre 20,45 % pour la DC [Servicio Electoral, 2009].

25Ce court rééquilibrage donne à ces partis de gauche plus de moyens pour s’affirmer à l’intérieur de la coalition, d’autant plus que, depuis 2000, le PDC ne possède plus la présidence de la République. Le mandat a d’abord été occupé par le membre du PPD, Ricardo Lagos Escobar (2000-2006) puis par la socialiste, Michelle Bachelet Jeria (2006-2010). Or celui (ou celle) qui dirige l’Exécutif a bien plus de pouvoir et d’influence sur la mise à l’agenda politique que les parlementaires. Il y a ainsi une prise d’importance croissante des partis les plus à gauche de la Concertación, partis les moins dominés par les valeurs catholiques et les plus enclins à discuter les thèmes tabous. Certes, il ne s’agit en aucun cas d’une révolution intérieure à la coalition car la volonté de rester uni et l’importance prise par la gauche ne permettent pas d’insoumission à la DC. D’autant que la DC reste une force menaçante (peut être fantasmée) qui pourrait revenir à sa pratique pré-dictatoriale du jeu des trois tiers : elle s’alliait tantôt avec l’une (gauche) tantôt avec l’autre (droite) branche politique. La DC persiste comme minorité de blocage.

26Toutefois, c’est une fenêtre d’opportunité qui s’ouvre pour discuter des valeurs, de la famille et de la sexualité dans le champ politique. Depuis le retour à la démocratie, les propositions de lois relatives à une flexibilisation des valeurs avaient majoritairement été présentées par des parlementaires issus des partis PPD ou PS, montrant ainsi la propension de ces élus à discuter ces thèmes. Leur ascension politique à l’intérieur de la coalition leur a permis de faire sortir quelques-unes de ces propositions du silence et de l’oubli mais surtout, cela a généré une certaine euphorie législative sur ces questions.

  • 8 Les propositions de loi (proyectos de ley) émanent du pouvoir législatif tandis que les projets de (...)

27Pour illustrer notre propos, nous avons procédé à une recherche de toutes les propositions de loi8 ayant une incidence directe ou indirecte sur l’avortement depuis le retour de la démocratie. Par incidence directe nous considérons les propositions de loi dont l’objet principal ou l’objet explicite est l’avortement. C’est le cas de la proposition des sénateurs Guido Girardi Lavín et Carlos Ominami Pascual du 10 mars 2010 portant « dépénalisation du délit d’avortement et consécration de l’avortement thérapeutique ». L’incidence indirecte se réfère, quant à elle, à des propositions de loi dont l’avortement n’est pas l’objet. Néanmoins elles pourraient avoir des répercussions directes sur l’avenir de sa régulation juridique. C’est le cas de la proposition des députés Francisco Chahuán Chahuán et Roberto Sepúlveda Hermosilla portant « construction de monuments à la mémoire des victimes innocentes de l’avortement » : si cette proposition ne vise pas directement le droit ou la pratique de l’avortement, la voter revient clairement à se positionner contre toute libéralisation de ces derniers. En ce sens, l’incidence est indirecte.

28À cette première distinction nous avons ajouté une séparation des propositions selon leur portée autour de la dyade libéral-conservateur. Les propositions, qui exercent une influence directe ou indirecte sur l’avortement, s’inscrivent dans une démarche libérale si elles tendent à garantir les droits sexuels et reproductifs des personnes, elles sont conservatrices lorsqu’elles cherchent à maintenir l’avortement hors de la légalité.

29Grâce à ces deux entrées analytiques, nous avons observé qu’en vingt années de démocratie, 19 propositions de loi portant sur l’avortement ont été présentées : 63,2 % des propositions sont libérales (42,1 % à effet direct) contre 36,8 % de conservatrices (21,1 % à effet direct). Lorsqu’elles sont libérales, les propositions sont à 75 % exclusivement signées par des parlementaires de la gauche de la Concertación (PPD-PS et PRSD).

30Il est intéressant de remarquer que 89,5 % de ces propositions de loi ont été présentées dans la deuxième décennie de la nouvelle démocratie, c’est-à-dire, au moment où s’est opéré un rééquilibrage des forces au sein de la Concertación. Même si aucune de ces propositions n’a été discutée en salle, leur augmentation est significative : elle démontre que le pouvoir législatif recommence à se préoccuper de plus en plus sérieusement de la question des mœurs sexuelles et de l’avortement, influencé par les évolutions du système partisan. Il semble donc que l’on puisse parler d’une mise en cause générale du consensus implicite sur les valeurs : générale parce qu’elle touche le pouvoir exécutif autant que le législatif mais aussi parce qu’elle concerne plusieurs objets (avortement, pilule du lendemain, divorce, etc.). C’est parce que la tendance nous paraît globale que nous pouvons affirmer que c’est en bonne partie grâce à l’évolution du système partisan que le pouvoir exécutif a pu se permettre « l’audace » du maintien et de l’extension de la pilule du lendemain dans l’action publique.

31Le rééquilibrage de la Concertación, en même temps que la démocratie entame sa deuxième décennie (à mesure que l’expérience dictatoriale s’éloigne), contribue à affaiblir le clivage fondateur du nouveau système partisan (entre autoritarisme et démocratie). On assiste donc à une normalisation du jeu politique dont l’un des symptômes les plus visibles est certainement la réintroduction du conflit politique sur les valeurs. Rappelons que depuis 2004, le divorce est devenu légal alors même qu’il constituait (avec l’avortement) le principal fondement du consensus implicite.

La conventionnalisation de la Coalición por el cambio

32Faire système cela signifie que chaque partie tient un rôle dans la définition et dans l’organisation du tout. Parler de système partisan revient donc à penser que chaque parti (politique) et – pour ce qui nous concerne – chaque coalition de partis joue un rôle clé dans la définition du tout. Si le tout s’est organisé sur le clivage entre autoritarisme et démocratie, pour que celui-ci s’affaiblisse, il est nécessaire que toutes les parties tendent à un positionnement basé sur d’autres critères, d’autres clivages. De ce fait, le rééquilibrage de la Concertación entre la gauche et la DC, avec les conséquences thématiques que cela a provoqué, n’est pas suffisant pour conclure à un affaiblissement du clivage fondateur du système partisan. Il faut que l’autre partie (la Coalición por el cambio) évolue également. Il s’agit là de la deuxième pression qui expliquait le consensus implicite : tant que tous les acteurs de droite n’avaient pas clairement accepté les règles du jeu démocratique, la menace du coup d’État ou de la crise politique insurmontable pesait toujours sur ceux qui désiraient mettre l’avortement ou la pilule du lendemain à l’agenda. Nous considérons que l’affaiblissement du clivage fondateur du côté droit du système partisan s’observe et s’explique sur trois niveaux : d’abord l’éloignement du plus grand héritier du gouvernement militaire (UDI) par rapport à l’autoritarisme, la croyance en une alternance politique possible et, enfin, l’acceptation de la gauche comme force légitime de gouvernement.

  • 9 Le parti RN était bien plus mitigé sur la question du soutien de Pinochet, et nombreux sont les mil (...)
  • 10 On relèvera, pour l’exemple, une déclaration de Joaquín Lavín dans laquelle il affirme que, s’il av (...)

33Sur la dyade démocratie/autoritarisme, le parti se trouvant le plus proche de l’autoritarisme est l’UDI. En effet, ses membres avaient clairement fait campagne pour le « oui » au prolongement du mandat de Pinochet lors du référendum du 05/10/19889. La première période d’existence de l’UDI (1988-1991) se caractérise par une quête d’identité politique, il lui fallait trouver un espace qui lui offrirait des possibilités de réussite électorale. L’insertion dans le système démocratique et surtout l’assimilation des valeurs qui le caractérisent n’ont été ni immédiates ni évidentes. En 1989, l’UDI n’obtient que 9,82 % des votes aux élections parlementaires, elle est alors une force politique mineure, loin derrière son concurrent RN, elle souffre en outre d’une mauvaise image sociale du fait de son association avec le régime militaire. À partir de l’assassinat de son leader Jaime Guzmán en 1991, le parti amorce un processus de redéfinition stratégique et idéologique pour en finir avec sa marginalisation. Pour ce faire, le parti procède à un repositionnement vis-à-vis de l’expérience militaire. Sans nier ni renier sa participation au régime (le parti aurait compromis ses voix issues des électeurs pinochétistes), il va progressivement prendre ses distances10 et jouer sur d’autres terrains politiques. L’UDI se convertit rapidement en troisième, voire deuxième force politique nationale (après la DC et la RN), obtenant 22,34 % des suffrages aux élections parlementaires de 2005 (plus que la RN). Les dernières élections municipales (octobre 2008) l’ont même placée comme premier parti national des maires du Chili (19,98 % des votes nationaux pour les maires, contre 18,01 % PDC et 13,20 % RN) et deuxième parti (suivant de très près RN) pour les conseillers municipaux [Servicio Electoral, 2009].

34Cette évolution positive pour le parti est notamment due à la capacité de ses cadres à se poser en figures critiques de la politique « politicienne » du personnel concertationniste tout en se montrant efficaces et modernes, désireux d’apporter des solutions concrètes aux problèmes sociaux. Cette stratégie s’est avérée bien plus efficace que de se cantonner à la sauvegarde de l’institutionnalité héritée du pinochétisme. C’est en s’éloignant de l’expérience autoritaire que le parti est parvenu à un succès électoral. Or cette prise de distance, bien que stratégique au départ, a pour effet de réduire radicalement la pertinence du clivage entre autoritarisme et démocratie.

Schéma 3. Élections présidentielles 1999/2000

Schéma 3. Élections présidentielles 1999/2000

Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’enquête Servicio electoral Chile elige Elecciones presidencial y parlementarias, 2009. Repùblica del Chile, Santiago, 2009.

35L’affaiblissement de la pertinence de ce clivage tient également à la concrétisation des chances de la droite d’accéder au pouvoir. Les élections de 1999-2000 constituent en cela un excellent marqueur. C’est la première fois depuis le retour à la démocratie que la coalition de droite présente un candidat présidentiel qui ne soit pas indépendant mais clairement affilié à un parti (en l’occurrence, l’UDI). Or ce candidat, Joaquín Lavín Infante, obtient un tel soutien électoral que l’on doit organiser, pour la première fois, un deuxième tour : c’est-à-dire que le candidat de la Concertación n’est plus capable de réunir une majorité absolue dès le premier tour. L’accession de la droite à la présidence de la République devient véritablement possible à partir de ce moment.

  • 11 Il est important de préciser qu’il s’agit d’une croyance des acteurs, cela ne signifie pas qu’ils p (...)

36La possibilité de connaître une alternance politique est essentielle pour maintenir tous les acteurs politiques en accord sur le système. En effet, la croyance en l’impossibilité d’accéder au pouvoir par certains acteurs rompt l’incertitude sur le résultat qui est fondatrice du système démocratique. Pour que tous les acteurs souhaitent participer, encore faut-il qu’ils croient11 en leur chance de gagner. Cette affirmation est d’autant plus juste que l’on a affaire à une coalition plutôt proche de l’autoritarisme. L’opportunité réelle d’accès à la présidence nous semble donc constituer un moment essentiel dans la conventionnalisation de la droite, dans son intégration pleine et entière au régime démocratique.

37Par ailleurs, on a assisté à une légitimation de la gauche au pouvoir par les acteurs de la Coalición por el cambio. Beaucoup craignaient au départ qu’un gouvernement dirigé par des socialistes ne replonge le pays dans une expérience proche de celle vécue sous Allende. Tomás Moulián explique au contraire que :

« le président socialiste Ricardo Lagos a terminé son mandat en recevant l’éloge des patrons, l’antithèse des mille jours de Salvador Allende. Avec cette fin, on a mis un point final à un traumatisme : un président de gauche peut gouverner, sans que son action rime avec le chaos. Un président de gauche peut gouverner sans semer le trouble. » [Moulián, 2006  : 134].

38Cette confiance acquise dans un gouvernement de gauche par les acteurs économiques mais aussi politiques a ainsi écarté les craintes d’un retour au socialisme allendiste et a participé un peu plus à éloigner toute tentation autoritaire. Or cette confiance est essentielle, elle marque une tolérance accrue entre les parties du système en même temps qu’elle implique une réduction de l’incertitude sur la pérennité du régime politique et par là, un affaiblissement du clivage fondateur du système actuel entre autoritarisme et démocratie.

39Nous constatons ainsi une insertion durable de la droite dans le régime démocratique qui, en affaiblissant le clivage autoritarisme/démocratie, ouvre un espace potentiel pour les discours politiques contradictoires, le conflit, sur les valeurs liées à la morale. La nouvelle configuration de la démocratie de coalitions implique un glissement des clivages politiques depuis le conflit sur le régime au conflit dans le régime, ce qui correspond effectivement à une normalisation du jeu politique démocratique [Sánchez López, 1993  : 28]. C’est l’ouverture du jeu politique et la consolidation du régime comme système stable et durable qui permet de réintroduire la discussion contradictoire sur des thèmes « polémiques » comme l’est celui de la pilule du lendemain. La conflictualisation de la politique est une conséquence de la stabilisation du régime démocratique, de l’éloignement de la période autoritaire ainsi que d’un mouvement vers la gauche de la Concertación.

Notes

1 Journal La Segunda, 06/05/2004.

2 C’est toute la différence avec les engagements propres à la période étudiée dans le chapitre premier où des professionnels de la politique prenaient position dans le débat depuis une autre fonction (président d’une ONG par exemple).

3 R. Fregosi, « La fin de la Concertación ? », Conférence prononcée à la Maison de l’Amérique latine, 08/10/2009.

4 Aprofa, Icmer, Minsal, Normas nacionales sobre regulación de la fertilidad, Santiago, Minsal, 2007 approuvées par le Décret suprême 48/2007, « Aprueba texto que establece las normas nacionales sobre regulación de la fertilidad », ministère de la Santé, D.O. 03/02/2007.

5 Les voix qui se font le plus entendre contre la pilule du lendemain appartiennent à l’UDI. Or ce parti aime à se présenter comme fortement influencé par les principes moraux chrétiens tels que la charité et la miséricorde.

6 Entretien avec Soledad Díaz, directrice de la corporation Icmer, 23/12/2008.

7 Ces deux partis sont idéologiquement très proches. Le parti pour la démocratie est né officiellement en 1988 comme instrument de réunion de tous les segments socialistes (le PS étant encore interdit). En 1990, le PS est recréé, le PPD continue d’exister malgré tout. Depuis 1992, les militants doivent choisir entre l’un ou l’autre des partis (avant cela, ils pouvaient militer dans les deux) mais il existe toujours une grande proximité (et complicité). J.S. Valenzuela, « Orígenes y transformaciones del sistema de partidos en Chile », Estudios públicos, n° 58, automne 1995, p. 71.

8 Les propositions de loi (proyectos de ley) émanent du pouvoir législatif tandis que les projets de loi (mensajes) ont pour origine le pouvoir exécutif. Sur la période étudiée (1990-2010) seul un projet de loi comportant le mot « avortement » a été présenté, il sera étudié ultérieurement dans ce chapitre. L’étude qui suit est ainsi uniquement portée sur le pouvoir législatif.

9 Le parti RN était bien plus mitigé sur la question du soutien de Pinochet, et nombreux sont les militants de ce parti à avoir affiché leur volonté de voir gagner le « non », c’est le cas de l’actuel président de la République, Sebastián Piénera Echeñique.

10 On relèvera, pour l’exemple, une déclaration de Joaquín Lavín dans laquelle il affirme que, s’il avait connu l’ampleur des violations des Droits de l’homme, il n’aurait jamais milité pour le « oui » au référendum de 1988.

11 Il est important de préciser qu’il s’agit d’une croyance des acteurs, cela ne signifie pas qu’ils possèdent des chances objectives de gagner une élection.

Table des illustrations

Titre Schéma 2. Obtention de la pilule du lendemain 2007-2008
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2516/img-1.png
Fichier image/png, 59k
Titre Schéma 3. Élections présidentielles 1999/2000
Crédits Source : Élaboration personnelle à partir des données de l’enquête Servicio electoral Chile elige Elecciones presidencial y parlementarias, 2009. Repùblica del Chile, Santiago, 2009.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2516/img-2.png
Fichier image/png, 131k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540