Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Partie II. Conflictualiser la politique (2001-2010)

Introduction Partie II

Texte intégral

1On discerne désormais les difficultés éprouvées par le personnel politique concertationniste à sortir de la discrétion du fait de la structuration politique post-dictatoriale. Cette situation pesante n’a pourtant pas empêché les gouvernements concertationnistes des années 2000 de s’entêter à ne pas abandonner la pilule du lendemain aux oubliettes de l’histoire. La pression du jeu politique hérité de la transition était si forte que l’on voit mal comment le pouvoir exécutif a pu faire preuve de tant d’audace en intégrant malgré tout la pilule du lendemain à son champ d’action et en allant jusqu’à la défendre et la promouvoir. Mais quelque chose a changé. Si le système politique détermine toujours le cadre et les possibles de l’action publique surtout lorsque celle-ci touche aux valeurs morales et sexuelles, l’évolution de la seconde doit alors être comprise comme une conséquence de la normalisation du premier.

  • 1 Le système de partis politiques chilien est ancien, il remonte au milieu du xixesiècle. J. Samuel (...)

2Dans un système politique chilien « normalisé », tous les acteurs ont accepté les règles de la démocratie, la crainte (rationnelle ou non) d’un nouveau coup d’État ne pèse plus et les luttes politiques retrouvent leur ampleur thématique. En définitive, le jeu politique s’émanciperait un peu plus chaque jour de sa dépendance à la période de la transition. Et l’action publique (voire la législation) sur des thèmes réputés « sensibles » et « polémiques » ne serait possible que dans un Chili qui aurait réintroduit le conflit comme mode de fonctionnement (non exclusif mais généralisé) du champ politique, déplaçant ainsi les clivages hérités de la dictature vers des clivages plus ordinaires1, placés à l’intérieur du système démocratique plutôt que sur ses frontières.

3Comment la pilule du lendemain passe-t-elle de problème public à instrument politique en passant par le statut de problème politique ? Autrement dit, comment la pilule du lendemain a-t-elle finalement pénétré le champ politique et quelles en sont les raisons ? La conflictualisation de la politique que sa politisation a générée contraste avec la nécessité de respecter le consensus implicite, suggérant ainsi une normalisation du jeu politique. Après avoir analysé les manifestations et les causes expliquant la politisation de la pilule, nous porterons notre regard sur les conditions et les changements qui expliquent sa législation en 2010.

Notes

1 Le système de partis politiques chilien est ancien, il remonte au milieu du xixesiècle. J. Samuel Valenzuela explique que, jusqu’à la dictature du général Pinochet, deux clivages fondamentaux avaient structuré ce système. Le premier, datant du xixesiècle, avait organisé les fronts autour de la place de l’Église catholique dans l’État et ses institutions. Cette dyade cléricaux/anticléricaux reste pertinente au xxe siècle malgré la prédominance du clivage basé sur les classes sociales. Le paysage politique s’est ainsi rénové et les anciens ennemis frontaux se sont parfois retrouvés du même côté comme c’est le cas du Partido Conservador et du Partido Liberal qui ont dû faire face à la montée des gauches (Partido Socialista, Partido Comunista, etc.) et à la création, en 1957 du Partido Demócrata Cristiano. En revanche, le clivage post-dictature est une création due à la forme plébiscitaire (couplée ensuite du système binominal) par laquelle le général Pinochet a été évincé du pouvoir, il ne correspond pas à un clivage social profond. J.-S. Valenzuela, « Orígenes y transformaciones del sistema de partidos en Chile », Estudios públicos, n° 58, automne 1995, p. 5-80.

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540