Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Démocratie et sexualité

 | 
Lila Le Trividi Harrache

Introduction

Texte intégral

Dans nos conceptions [modernes], la frontière [entre polis et famille] s’efface parce que nous imaginons les peuples, les collectivités politiques comme des familles dont les affaires quotidiennes relèvent de la sollicitude d’une gigantesque administration ménagère. […] Nous appelons “société” un ensemble de familles économiquement organisées en un fac-similé de familles supra-humaines, dont la forme d’organisation se nomme “nation”. Nous avons donc du mal à nous rendre compte que pour les Anciens le terme même “d’économie politique” eut été une contradiction dans les termes : tout ce qui était “économique”, tout ce qui concernait la vie de l’individu et de l’espèce, était par définition non politique, affaire de famille.
[Arendt, 2005 (1994) : 66-67].

1Hannah Arendt diagnostique la différence fondamentale entre la société politique grecque antique et nos sociétés modernes : la confusion actuelle entre sphère privée et sphère publique est la conséquence de la gestion des affaires privées par le politique, là où la Cité grecque opérait une séparation fondamentale, essentielle, entre affaires familiales et polis. « Les problèmes relevant jadis de la sphère familiale sont devenus préoccupations “collectives”. » [Arendt, op. cit. : 71]. Il est donc du devoir de l’État de prendre en charge ces problèmes. Par exemple, les affaires sexuelles ou morales font aujourd’hui partie intégrante de la gestion politique des sociétés. La société moderne, en donnant à l’État le pouvoir de gérer les familles et le « social » (échelon intermédiaire entre le politique et le privé selon Arendt), lui a octroyé le pouvoir de gérer les affaires les plus privées des individus, dans l’intérêt de la grande « famille » (que ce soit pour assurer son bien-être et/ou sa puissance). Notre objet d’étude se situe précisément dans ce « nouvel » espace politique constitué par l’action publique en matière de régulation de la fertilité des femmes.

  • 1 Encyclique Humanae Vitae, Paul VI, 1968.

2C’est l’année 1965 qui marque la première politique explicite de régulation de la fécondité au Chili à partir notamment de l’autorisation et de la massification de méthodes modernes de maîtrise des naissances telles que la pilule contraceptive. Cette mesure prend de l’ampleur lorsqu’en 1967 elle s’intègre à une politique globale de population et de santé publique dans le but de « garantir le respect de la conscience et la dignité des personnes » [Solimano, 2008  : 3]. Cette politique, qui précède les recommandations en termes de régulation des populations (et de ce qu’on appellera plus tard la « santé reproductive et sexuelle ») des Conférences internationales, a été orchestrée par le premier président démocrate-chrétien (de confession et d’inspiration Catholique) du Chili, Eduardo Frei Montalva. Soulignons qu’elle s’est maintenue malgré la parution en 1968 de l’encyclique Humanae Vitae1 qui condamnait particulièrement durement tout recours à la contraception, surtout non naturelle, tentant de cette manière de maintenir l’équivalence historiquement construite entre la sexualité et la procréation.

  • 2 Voir lexique.

3Mais ce constat d’avant-gardisme chilien se trouve fortement contredit par la situation actuelle. Le Chili est aujourd’hui le seul pays d’Amérique du Sud qui ne tolère en aucun cas l’avortement alors même que celui-ci (thérapeutique) avait été dépénalisé en 1931. Il est aussi l’un des seuls pays du sous-continent américain à avoir connu une polémique de grande ampleur à propos de l’intégration de ladite « pilule du lendemain »2 dans le système d’action publique. On est alors logiquement et pertinemment porté à réfléchir sur les raisons d’un tel contraste.

  • 3 Au sens de Patricio Guzmán dont les idées ont fortement influencé la Constitution de 1980.
  • 4 Concept développé par le sociologue Manuel Antonio Garretón, Del post-pinochetismo a la sociedad de (...)

4Il est courant de lire et d’entendre que le Chili actuel « retardé » (en langage indigène) en matière de droits sexuels et reproductifs doit sa situation au passage prolongé d’une dictature nataliste, celle d’Augusto Pinochet (1973-1990) qui aurait non seulement ramené le pays à un passé pré-Frei Montalva par ses politiques familialistes, mais aurait en plus condamné en partie son futur moyennant des techniques juridiques relevant de la « démocratie limitée »3 par la suite qualifiées d’« enclaves autoritaires »4. Considéré comme un des pays pionniers d’Amérique latine en matière de politiques de population et de régulation de la fertilité dans les années 1960, « le Chili actuel est [en revanche] une production du Chili de la dictature » [Moulián, 1998  : 24] et, s’interroger sur l’entrée en politique de la pilule du lendemain c’est tenter de comprendre comment le régime politique nouvellement démocratique ou post-dictatorial agit et réagit lorsqu’il est confronté à des questions d’ordre sexuel et reproductif.

5Il existe ainsi une croyance partagée par de nombreux acteurs selon laquelle l’explication de l’impossibilité du monde politique à traiter de ces thèmes s’épuiserait tout entière dans la forte dépendance du système à l’héritage de la dictature de Pinochet ainsi qu’à la surpuissance de l’Église catholique comme acteur politique. C’est cette croyance que nous allons interroger tout au long de ces pages à travers l’étude de la politisation de la pilule du lendemain.

Tableau 1. La dépénalisation de l’avortement dans quelques pays d’Amérique du Sud

Tableau 1. La dépénalisation de l’avortement dans quelques pays d’Amérique du Sud
  • 5 L. A. Kabusacki Raima, « Derechos sexuales y reproductivos. Autonomía de las mujeres sobre su propi (...)

Source. Corporación Humanas, 20075.

Pilule du lendemain, avortement et politique

6L’avortement est un objet politique qui fait problème. « L’avortement a été qualifié de conflit le plus important depuis l’après Seconde Guerre mondiale aux États-Unis » écrit Dorothy Mac Bride Stetson [2001]. Ne pas considérer l’avortement (et a fortiori la pilule du lendemain) comme un objet pertinent d’étude politique serait une erreur lorsque l’on sait le nombre de crises politiques qu’il a pu causer. Pour ne citer que le cas du Chili, le coût politique a parfois été très élevé. Par exemple, la campagne diffamatoire qu’a subie la députée socialiste Adriana Muñoz parce qu’elle avait présenté et défendu un projet de dépénalisation de l’avortement thérapeutique en 1991 (un an après le retour de la démocratie) lui coûte sa réélection en 1993 [Dambel, 2006]. Il est donc légitime d’étudier ces thèmes en sciences politiques.

7En 1982, François-André Isambert commençait un article ainsi : « L’avortement est un méchant problème (nasty problem), une source de discorde sociale et juridique, d’incertitude morale, de confusion médicale et psychiatrique, et d’angoisse personnelle » [Isambert, 1982  : 359]. Force est de constater qu’il est également source de discorde et de confusion politiques. Au carrefour de la bioéthique, de la sexualité, de la procréation et de la morale, l’avortement reste un enjeu complexe pour nos sociétés, même là où il est dépénalisé et/ou libéralisé.

8Se poser la question du rapport entre espace politique et gestion de la procréation n’est pas novateur. De nombreux chercheurs s’y sont intéressés, reconnaissant là une imbrication particulièrement intéressante des rapports entre l’espace dit public (celui de la politique – et des hommes) et l’espace dit privé, domestique (celui de l’intimité – et des femmes). À ce propos, les travaux de Michel Foucault sur l’histoire de la sexualité et, plus généralement, sur la biopolitique, constituent des avancées pionnières dans cette réflexion. Ils ont permis de mettre en évidence le caractère historiquement et socialement construit de nos rapports aux corps et à la sexualité [Foucault, 1984]. Penser la gestion des corps est donc également une question profondément politique.

9Ce travail s’attache à l’étude de la politisation de la pilule du lendemain. Toutefois, et nous y reviendrons amplement, il est impossible de délier totalement cette analyse de celle de l’avortement qui agit comme un puissant instrument pour tenter d’empêcher les avancées de la pilule dans le système d’action publique. C’est pour cela qu’à de nombreuses reprises nous nous référerons à cette pratique sociale publiquement dénigrée que constitue l’avortement.

10Mais qu’en est-il de la pilule du lendemain ? Qu’aurait cette pilule de si important qu’elle mérite que l’on y pose notre réflexion ? Surtout, quel rapport entre cette pilule et la pensée du politique ?

11C’est bien là l’enjeu de notre sujet. La pilule du lendemain a fait son entrée au Chili comme outil de contrôle des grossesses non désirées en 1996 via l’Institut chilien de médecine reproductive (Icmer) même si elle était déjà brièvement apparue en 1990. Son émergence comme problème public potentiellement politique en a fait l’objet de polémiques, de scandales, de crises et de combats politiques qui l’ont mise sur le devant de la scène médiatique à de nombreuses reprises pendant presque une décennie (2001-2010). Comment alors ne pas vouloir saisir ce phénomène du point de la science politique ? De quelle manière cette pilule s’est-elle insérée et installée dans le débat public puis politique ? Comment expliquer que la « pilule de la mort » de 2001 fasse l’objet en 2010 d’une législation qui va bien plus loin que la simple tolérance ? Voilà un questionnement fondamentalement porté sur le champ politique et son fonctionnement qui légitime une approche par le politique de la pilule du lendemain.

Actualité du sujet

12Cet ouvrage ne consiste pas en une interrogation sur le « développement » du Chili en matière de santé reproductive et sexuelle ou de démocratie. Ce type de vocabulaire, dont les acteurs « de terrain » usent et abusent, sera volontairement mis de côté ici dans le but de ne pas reproduire un schéma eurocentré et développementaliste.

13Nous profitons d’ailleurs de cette première mise en garde pour évoquer quelques éléments d’actualité européenne et remettre en question la croyance ordinaire en la linéarité de l’histoire qui consisterait, pour ce qui nous intéresse, à considérer que la dépénalisation de l’avortement (grand symbole des droits sexuels et reproductifs) et/ou sa libéralisation seraient acquis dans nos sociétés, ce qui impliquerait un impossible retour en arrière. Les seuls changements envisageables seraient des évolutions à partir de cette structure acquise et non pas des évolutions de cette structure. Cette mise en cause ne concerne évidemment pas simplement le cas des droits dits sexuels et reproductifs, l’actualité sociale en est la preuve flagrante : mise en cause des droits associés aux retraites, des multiples statuts des fonctionnaires, etc. Les droits acquis n’acquièrent jamais avec sûreté la permanence à laquelle ils aspirent (même si la situation est un peu différente pour ce qu’on appelle les droits fondamentaux dans les États de droit).

  • 6 El País, « Miles de personas se manifiestan en Madrid contra la ley del aborto », 17/10/2009.

14On peut ainsi citer, en octobre 2009, les deux millions de manifestants espagnols qui ont investi les rues de Madrid en brandissant des pancartes où l’on pouvait lire : « ABORTO = GENOCIDIO » en réaction contre le projet (depuis lors adopté) de modification de la loi sur l’avortement que présentait le gouvernement de José-Luis Zapatero6.

  • 7 Le Monde, « Non ma fille, tu n’iras pas avorter à l’hôpital public », 15/10/2009.

15Tous les ans en France se déroulent des manifestations dites « pro-vie », contre l’avortement et l’euthanasie. Elles sont certes peu impressionnantes et peu relayées par les médias, mais elles existent, et les débats sur l’illégitimité de l’avortement les accompagnent7. Il serait donc vain de penser qu’une fois entré dans le corpus législatif, un principe ne pose plus problème.

16Si les mouvements sociaux dits « pro-vie » en France ne marquent pas par leur puissance et leur ampleur, c’est du côté de l’État lui-même qu’il faut chercher une remise en cause de l’avortement, non pas directement dans son principe d’existence, mais dans ses conditions d’existence. Par exemple en janvier 2009, le secrétariat d’État chargé de la solidarité avait annoncé une baisse de 42 % des subventions nationales destinées aux activités des établissements d’information et de conseil conjugal et familial, menaçant ainsi l’existence d’un tiers des associations départementales8 : « Aujourd’hui, la principale menace contre le droit à l’avortement ne vient plus de ses traditionnels opposants religieux, mis politiquement à genoux, mais du démantèlement de l’hôpital public »9. Cette évolution nous permet de faire deux observations. D’abord, elle suggère que l’avortement n’est pas reconnu comme un véritable droit dans la mesure où l’État peut silencieusement le mettre en cause. Nous insistons sur le silence relatif de cet épisode car il contraste particulièrement avec le vacarme qu’avait généré sa normalisation. D’autre part, elle nous rappelle à quel point le système économique constitue un facteur tout à fait pertinent dans le système politique en général ainsi que dans la mise en œuvre du principe de justice sociale – cela va de soi – mais aussi ipso facto dans le système de rapports sociaux de sexe que cautionne l’État – nous y reviendrons. Le Monde avait une formule assez efficace pour résumer cette idée, « la crise pèse sur l’égalité »10.

17La question des droits sexuels et reproductifs est ainsi, au Chili comme ailleurs, toujours un nerf de l’actualité, d’où l’intérêt de continuer à étudier les polémiques dont ils font l’objet lorsqu’ils pénètrent ou évoluent dans le champ politique.

Précisions sémantiques

18On distingue quatre types d’avortements : l’avortement dit spontané (ou fausse couche) ; l’avortement thérapeutique ou – comme on l’appelle en France – interruption médicale de grossesse, qui consiste en un avortement provoqué pour des raisons de santé (physique, voire psychologique) ou de survie de la mère ; l’avortement provoqué pour cause de viol, que l’on classe parfois dans la même catégorie que l’avortement thérapeutique et l’avortement « sur demande », c’est-à-dire celui qui n’a pas à voir avec des raisons proprement médicales mais avec des raisons personnelles (socio-économiques par exemple). Ce sont donc les trois dernières formes d’avortements – qui correspondent à l’avortement provoqué – qui intéressent plutôt les sciences sociales, dans la mesure où ce sont les seules qui peuvent faire l’objet (ou non) de décisions politiques et de pratiques sociales, le premier cas étant accidentel.

19Par ailleurs, nous jugeons bon de préciser l’usage de l’expression « pilule du lendemain » (« píldora del día después ») pour l’objet qui nous occupera ici. Il ne s’agit pas d’un nom scientifique mais bien du terme employé couramment. En langage médical, cette pilule appartient en réalité à la catégorie de la « contraception d’urgence », en l’occurrence hormonale (« anticoncepción hormonal de emergencia »). Pourquoi en ce cas ne pas utiliser ces termes scientifiques, plus précis, plus spécifiques, pour désigner notre objet ?

20En utilisant la notion de contraception d’urgence hormonale, nous aurions en fait cautionné une approche de type médical. Cette approche aurait facilement pu passer pour un parti pris. En effet, nous y reviendrons, elle aurait contribué à tourner en ridicule les affirmations de certains acteurs qui dénoncent le caractère abortif de la pilule puisque, si l’on parle de « contraception » cela signifie qu’il n’y a pas avortement. Notre étude n’étant pas portée sur la réalité ou non du caractère abortif de la pilule, mais bien sur la manière dont elle s’est imposée sur la scène publique puis politique, il ne nous était d’aucune utilité d’utiliser ce vocabulaire médical. Nous avons ainsi préféré la désignation « ordinaire » de pilule du lendemain, plus générale et, du fait qu’elle est reprise par tous les acteurs au moins discursivement, comportant le moins de préjugés.

Sources

  • 11 Nom imaginaire, l’entretenue souhaitant garder l’anonymat.

21Notre étude se fonde sur des sources primaires diversifiées. L’analyse portant précisément sur le champ politique, nous avons procédé à des entretiens individuels avec deux sénateurs membres de la coalition gouvernante et de la commission de santé du Sénat [Carlos Ominami Pascual, Parti socialiste (PS), et Guido Girardi Lavín, Parti pour la démocratie (PPD)], l’ancienne ministre de la Santé en poste entre 2006 et 2008 (María Soledad Barría) une conseillère en genre du ministère de la Santé (María Isabel Matamala), un conseiller politique du sénateur Jorge Arancibia [Union démocratique indépendante (UDI)] également membre de la commission de santé du Sénat (Manuel Millones), une sage-femme (Delia Veragua). Nous nous sommes également entretenues avec la présidente de l’Institut chilien de médecine reproductive (Soledad Díaz), la présidente de l’association Catholiques pour le droit de décider (Verónica Díaz), une anthropologue membre du Réseau chilien contre la violence envers les femmes (Paula Santana Nazarit), ainsi qu’avec une bénévole du vicaire de la solidarité de Valparaíso (« Yasmina »11).

22D’autre part, cette recherche s’est alimentée et inspirée de notre expérience de cinq mois en tant que stagiaire au Service national des femmes d’octobre 2009 à février 2010, nous permettant d’observer le ministère et le gouvernement de l’intérieur. Grâce à cette expérience, nous avons également pu suivre les élections présidentielles 2009-2010 de très près.

23Enfin, la recherche s’appuie sur des textes officiels fondamentaux, comme la loi 20 418 du 28 janvier 2010, ainsi que sur une série de propositions de lois portant (directement ou indirectement – nous y reviendrons) sur l’avortement et présentées entre 1990 et 2010.

Angle(s) d’approche et problématisation

  • 12 Dans la mesure du possible, bien entendu.

24Il existe un grand nombre de travaux qui traitent de l’avortement et de la pilule du lendemain, au Chili ou ailleurs. Il n’est alors pas vain de se poser la question de l’intérêt d’un autre travail sur le sujet. Au Chili, beaucoup de recherches qui s’intéressent à ces questions s’avèrent être militants et/ou directement orientés vers l’amélioration et l’influence sur l’action publique, c’est-à-dire proposant une vision « d’expert » (en sociologie, médecine, droit, morale, etc.) pour valider un type d’action et en condamner un autre. Entendons-nous bien : nous ne nous engageons pas ici à critiquer ou nier l’utilité sociale et politique de ces travaux. Nos buts étant différents, nous n’adopterons12 pas une démarche qui tente de montrer pourquoi tel ou tel acteur est dans « le faux ». Notre démarche tente de s’insérer dans le champ de la recherche scientifique qui vise à comprendre le monde bien plus qu’à le juger.

  • 13 Pour approfondir ces notions, se référer à Ch. O. Jones, An Introduction to the Study of Public Pol (...)

25L’excellente analyse que réalise Claudia Dides Castillo à propos des discours conservateurs sur la pilule du lendemain nous semble ainsi un apport fondamental mais ne nous paraît pas suffisant pour expliquer les blocages et les déblocages du champ politique confronté à cette pilule dans la mesure où il focalise son attention sur certains acteurs. Notre but ici est de donner à voir l’imbrication des multiples tensions qui pèsent sur la décision politique en matière de droits sexuels et reproductifs. L’étude de la politisation (« l’émergence » et la « mise à l’agenda » pour reprendre les termes des séquences de politiques publiques analysées par Jones13) constitue pour cela un processus exemplaire dont les avancées et les revirements, les blocages et les sauts sont autant d’indices qui tendent à mettre en valeur les déterminants de l’action publique et politique.

26Si notre analyse se porte sur la politisation de la pilule du lendemain elle ne se focalise pas pour autant sur une analyse en termes de politiques publiques. Nous partons de l’étude d’un exemple d’action publique d’État pour chercher à comprendre les relations de pouvoir qui s’y jouent et ainsi, comprendre – au moins en partie – le fonctionnement du système politique chilien. La plupart des travaux qui s’intéressent aux politiques publiques lient bien souvent la compréhension de l’action publique à la seule question de l’État. Lorsque les analystes des Politiques publiques (PP) s’interrogent sur la démocratie (donc le régime politique), c’est pour comprendre comment le citoyen est intégré ou non dans le processus décisionnel. Puisque le pouvoir démocratique appartient au peuple, il semble en effet légitime de se demander si ce dernier a son mot à dire dans l’action engagée par l’État et dont il constitue (en partie ou dans son intégralité, directement ou indirectement) le « public » ou la « cible » [Muller, Surel, 1998  :14]. Cette approche est extrêmement enrichissante et stimulante puisqu’elle permet de penser et de repenser perpétuellement le lien entre le citoyen et la démocratie.

  • 14 Au sens de produire des normes.

27Cependant ce qui nous intéresse ici n’est pas le lien entre l’action publique et le citoyen dans le cadre du régime démocratique mais précisément le fonctionnement du cadre ou plus spécifiquement, le fonctionnement du jeu politique de la nouvelle démocratie. Analyser comment l’espace politique agit lorsqu’il doit « normaliser »14 un objet devenu problème politique nous conduira de la sorte à tenter de déchiffrer les grandes tensions politiques et, par-là, les grands enjeux du régime politique actuel. L’angle d’analyse adopté a ainsi l’ambition de ne pas s’arrêter aux conclusions sur le fonctionnement général de l’action publique, mais bien de comprendre comment cette action publique peut servir de révélateur du régime politique.

28Cette démarche croisée permet par ailleurs de ne pas tomber dans un effet inverse qui consisterait à n’étudier que le système politique pour en tirer des conclusions – sans nécessairement en vérifier la réelle adéquation – sur l’action publique. Les politiques publiques et les régimes politiques constituent deux grands domaines de recherche en science politique. Les articuler permet de mettre en perspective la complexité du politique.

29Cette conjugaison est bien entendu également la conséquence du choix du thème étudié : la pilule du lendemain dans l’espace politique. Traiter ce thème sans s’inquiéter de la façon dont il s’intègre dans l’espace politique en temps qu’action publique (puisqu’il en fait l’objet) constitue un exercice complexe. On se priverait alors d’une étude très importante sur les acteurs en présence dans la problématisation/publicisation/politisation de ces thèmes. Or ces acteurs, et leurs manières d’agir, sont des clés de compréhension des grands enjeux du régime politique en même temps qu’elles nous renseignent sur les enjeux politiques de la sexualité et des rapports sociaux de sexe.

30À l’image du numéro de la revue Politique européenne sur les politiques de genre, nous analyserons le cas de la pilule du lendemain et, a fortiori, de l’avortement au Chili. Dans cet ouvrage, les auteurs se donnent pour but de comprendre les logiques de l’Union européenne en étudiant ses politiques publiques de genre, ils se demandent ce que l’étude de cette action publique révèle à la fois de l’objet étudié et de la gouvernance européenne. C’est bien dans cette optique à double niveau que nous inscrivons notre démarche. Avec Jean-Michel Eymeri, nous considérons que par le terme de politisation.

« On entend ici un phénomène social à la fois objectif et subjectif : la politisation désigne, au plan de l’objectivité des pratiques, le fait que les professionnels de la politique se saisissent de tels ou tels aspects de la réalité sociale pour en faire des objets d’action politique et, au plan de la subjectivité des représentations, le fait que les professionnels de la politique accréditent parmi les membres de la société la croyance que l’état présent et à venir de la réalité sociale est pour l’essentiel imputable, en positif comme en négatif, à cette action ou inaction politique. » [Eymeri in Lagroye, 2003  : 64]

31Étudier la politisation de la pilule du lendemain c’est donc mettre en lumière le mouvement par lequel celle-ci acquiert progressivement, par à-coups ou de manière diffuse, une existence dans le champ politique en tant qu’elle est investie comme objet de concurrence par et entre les acteurs de ce champ. Comment la pilule du lendemain intègre-t-elle le champ politique ? Quels sont les liens entre le système politique post-dictatorial et les blocages et déblocages de la pilule du lendemain comme outil d’action publique ? Dans quelle mesure l’entrée en politique de la pilule du lendemain révèle-t-elle les tensions et les tendances du système politique (post-dictatorial) chilien ?

Cheminement

32Nous nous attaquerons à cette problématique à travers trois volets de réflexion qui auront tous pour ambition de répondre à des questions spécifiques en même temps qu’ils permettront de vérifier notre double hypothèse : c’est le passage par une dictature nataliste qui explique les difficultés du champ politique à intégrer la pilule du lendemain. En conséquence, ce qui rend possible la politisation de la pilule du lendemain, c’est la normalisation du jeu politique chilien. Autrement dit, à mesure que le régime politique militaire s’éloignerait, la démocratie se consoliderait jusqu’à retrouver des clivages et des pratiques politiques ordinaires, permettant de la sorte que l’on puisse discuter d’enjeux divers et variés, y compris la sexualité. Étudier la politisation de la pilule du lendemain reviendrait alors à pister les symptômes et les évolutions de cette normalisation.

33Les deux premiers volets, plutôt portés sur l’étude du processus de politisation de la pilule du lendemain en tant que tel se découpent sur une charnière : l’année 2001.

34La première partie cherchera donc à élucider l’émergence de la pilule du lendemain dans l’espace public (1990-2001) : comment a-t-elle été introduite comme outil d’action publique ? Comment est-elle devenue un problème public ? Quels sont les méthodes et les moyens mobilisés par les acteurs en présence pour susciter ou empêcher la politisation de cette pilule ? Quels sont les enjeux politiques qui fondent le (non) positionnement du champ politique ? À l’aide de tous ces questionnements nous montrerons que l’investissement politique (la politisation) de la pilule du lendemain par les acteurs concertationnistes est alors peu envisageable car elle ne se fond pas dans les codes en vigueur dans un champ politique largement dominé par des clivages et des enclaves hérités de la dictature et de la transition à la démocratie.

35Or puisque notre deuxième partie est consacrée à l’étude de la politisation de la pilule du lendemain à proprement parler (2001-2010), il s’agira alors de comprendre, à partir de l’analyse­ détaillée de ce processus, ce qui a changé depuis la première période et qui explique que les acteurs politiques se saisissent de cette question et s’affrontent à son sujet. Comment le conflit autrefois éclipsé par l’exigence du consensus devient-il possible ? Nous nous proposerons d’analyser cette entrée en conflit comme un symptôme de la normalisation du jeu politique par rapport au paysage des lendemains de la dictature.

36Nous ne pouvions cependant pas terminer cette étude sans élargir le point de vue pour observer le Chili et la manière dont son champ politique intègre les questions ayant trait aux droits sexuels et reproductifs et, a fortiori, à l’organisation de la famille et des rapports sociaux de sexe, au-delà de la dictature de Pinochet. Il s’agira donc dans la troisième et dernière partie de réfléchir aux autres déterminants qui pèsent sur l’action publique en matière de sexualité. Déterminants transnationaux ou genrés, voilà des objets qui ne dépendent pas du passage par une dictature et qui façonnent pourtant fortement le traitement politique de la pilule du lendemain, entre autres objets.

Notes

1 Encyclique Humanae Vitae, Paul VI, 1968.

2 Voir lexique.

3 Au sens de Patricio Guzmán dont les idées ont fortement influencé la Constitution de 1980.

4 Concept développé par le sociologue Manuel Antonio Garretón, Del post-pinochetismo a la sociedad democrática. Globalización y Política en el bicentenario, Arena Abierta, Debate, Random House Mondadori, Santiago, 2007.

5 L. A. Kabusacki Raima, « Derechos sexuales y reproductivos. Autonomía de las mujeres sobre su propio cuerpo », in Democracia en el país, democracia en la casa, demo­cra­cia paritaria, informe regional 2007  : precepciones de las mujeres sobre su situación y condiciones de vida en Argentina, Bolivia, Chile, Ecuador y Perú, Santiago de Chile, Corporación Humanas, 2007.

6 El País, « Miles de personas se manifiestan en Madrid contra la ley del aborto », 17/10/2009.

7 Le Monde, « Non ma fille, tu n’iras pas avorter à l’hôpital public », 15/10/2009.

8 http://www.senat.fr/questions/base/2009/qSEQ090207327.html.

9 Le Monde, « Non ma fille, tu n’iras pas avorter à l’hôpital public », 15/10/2009.

10 Le Monde, « À Paris, des milliers de personnes pour défendre les droits des femmes », 17/10/2009.

11 Nom imaginaire, l’entretenue souhaitant garder l’anonymat.

12 Dans la mesure du possible, bien entendu.

13 Pour approfondir ces notions, se référer à Ch. O. Jones, An Introduction to the Study of Public Policy, Monterrey, Brooks & Cole Publishing, 1984.

14 Au sens de produire des normes.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. La dépénalisation de l’avortement dans quelques pays d’Amérique du Sud
Crédits Source. Corporación Humanas, 20075.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2507/img-1.png
Fichier image/png, 16k

© Éditions de l’IHEAL, 2013

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable