Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rôle politique de la presse au Brésil

 | 
Giancarlo Summa

Conclusion

Texte intégral

Un pouvoir « de fait » aux limites claires

« Une campagne, ça ne se gagne pas seulement dans la presse, à la télévision et dans les débats. Ça se gagne avec la capacité à convaincre des militants dans la rue ». Lula, Brasilia, 7 octobre 2006

1Après avoir analysé la structure du système médiatique brésilien et son comportement à l’égard du gouvernement Lula, on peut dire qu’au moins dans le cas du Brésil, les médias ne sont pas seulement un pouvoir « de fait », mais aussi un acteur politique. On appelle généralement acteurs politiques les protagonistes du processus politique, comme le Congrès/Parlement, le Président, les partis, la Cour Suprême, les groupes d’intérêts organisés, les syndicats, etc. Le concept « d’acteur politique » appliqué par extension aux médias, implique qu’ils soient responsables d’actions concrètes, dont on peut observer l’impact sur la situation politique générale. Elles doivent être suffisamment unifiées pour qu’on puisse parler d’un acteur unique [Page, 1996], puisque le système médiatique est composé par des milliers d’éléments (journaux, radios, revues, etc.). Du fait de cette fragmentation, il n’y a pas un pays démocratique où la grande presse se comporte de façon monolithique. Mais en général, il existe une unité d’action sur les thèmes de fonds, comme le rappellent Chomsky et Hermaan dans leur classique Manufacturing Consent :

« Quand les puissants sont en désaccord, il y a une certaine diversité des jugements tactiques sur comment atteindre les objectifs généralement communs, qui se reflète dans le débat médiatique. Mais les points de vue remettant en question les prémisses fondamentaux [...] seront exclus des médias de masse, même quand la controverse de l’élite sur les tactiques à choisir fait rage. » [Chomsky et Hermaan, 1988 : XII]

2Dans le cas du mensalão, la principale divergence tactique était l’opportunité ou non de tenter d’obtenir un impeachment de Lula. Mais l’objectif de fond – battre Lula et le PT, et rétablir les équilibres politiques traditionnels – continua à s’imposer aux patrons de la presse et aux « patrons du pouvoir » (donos do poder), dans le sens décrit par Raymundo Faoro. Pour autant, au contraire des autres groupes d’intérêts, la presse se refuse à admettre que ses opinions puissent reposer sur des intérêts particuliers, ou qu’elle défende des préférences politiques ou partisanes. En clair, la presse refuse d’assumer de façon explicite son rôle d’appareil privé d’hégémonie, dans le sens gramscien. Au contraire, elle a l’habitude d’invoquer les grands principes (« le quatrième pouvoir », « l’intérêt public ») pour échapper aux critiques, ou pire encore, pour empêcher la création d’un système de règles qui limiterait le caractère arbitraire de son action. En réalité, les médias constituent le pouvoir techniquement le plus irresponsable – dans la mesure où il n’a pas de comptes à rendre – parmi les institutions démocratiques. Personne n’élit les patrons de journaux, ni les directeurs de rédaction ; et comme la majorité des groupes de presse ne sont pas cotés en bourse, même leur situation économique réelle est obscure, tout comme leurs accords et affaires. En tant qu’acteur politique au Brésil, la grande presse a perdu dans les urnes aux côtés d’Alckmin, et cette perception est claire pour les militants du PT. La nuit de la victoire, sur l’avenue Paulista, à Sao Paulo, une banderole énorme disait : « Le peuple a vaincu les médias ». La question est donc de savoir quelle est la force réelle des médias aujourd’hui au Brésil.

3À l’issue de l’analyse faite dans la première partie de ce travail on peut dire, en résumé que le système médiatique brésilien se caractérise dans son ensemble par : une faible diffusion des quotidiens ; l’absence de quotidiens de véritable audience nationale ; la prédominance de la télévision (d’abord) et de la radio (ensuite) comme médias de masse ; la fragilité économique de la majorité des entreprises du secteur ; leur concentration entre les mains de quelques familles, fréquemment avec des intérêts politiques directs ; la propriété croisée des principaux moyens de communication ; et finalement, par l’absence d’une presse de poids national liée à des intérêts sociaux progressistes ou de gauche.

  • 1 Par exemple, à partir de la seconde moitié de 2007, Luis Nassif, un journaliste économique influen (...)

4La diffusion croissante d’Internet au Brésil représente une menace contre le statu quo dont jouissent les groupes de communication, et pas seulement sur le terrain commercial. Auparavant, la « critique des médias » était limitée à de petits cercles politiques ou académiques par définition très peu influents. Aujourd’hui grâce à Internet, les dénonciations des manipulations (comme dans le cas des photos du « dossier » à la veille du premier tour de l’élection) ou des signes de la partialité des médias dans leur couverture parviennent rapidement à des millions de personnes. Cela ne menace pas (encore) la circulation et l’audience des canaux d’information traditionnels, mais remet en question leur patrimoine le plus précieux : la crédibilité1.

  • 2 Selon le modèle du « two-steps flow of communication », cité pour la première fois par Paul Lazars (...)

5Le résultat de l’élection a battu en brèche de nombreuses conceptions relatives aux médias qu’on considérait jusqu’alors comme intouchables. Par exemple, l’idée que les journaux nationaux de référence (Folha de S. Paulo, Estado de S. Paulo, O Globo, etc.), en dépit de leur circulation réduite, imposaient leurs visions au reste des médias et qu’ainsi, grâce à leur influence auprès des « formateurs d’opinion », ils finissaient par peser sur l’ensemble de la population, selon le modèle théorique classique du flux de communication en deux étapes2. Ces formateurs d’opinion seraient évidemment l’expression des élites du sud et du sud-est du pays, les zones les plus développées. Quand, avec le temps, leur influence arriverait aux zones les plus pauvres (nord et nord-est), la popularité de Lula devrait commencer à baisser. C’est à ce processus qu’on a plus ou moins assisté à l’époque de la campagne des Direitas Já ou du mouvement en faveur de l’impeachment de Collor.

6Hormis les différences évidentes de contexte politique, il y a eu une profonde mutation de la composition sociale du Brésil, avec une diminution importante de la subordination de la périphérie du pays par rapport au centre. Les Brésiliens de 2006 sont beaucoup plus nombreux, plus instruits, plus âgés, et dotés de plus d’expérience du jeu démocratique, que les Brésiliens qui ont élu Collor en 1989. En d’autres termes, de façon générale ils sont plus mûrs politiquement, et moins facilement influençables, ou manipulables. C’est peut-être une des principales raisons expliquant pourquoi la campagne des médias n’a pas réussi à empêcher la réélection de Lula.

  • 3 D’après Mejia, cela signifie également que « le pouvoir est en train de revenir au citoyen, au tra (...)

7La victoire de Lula a démontré qu’un leader charismatique, qui gouverne pour les intérêts (matériels et symboliques) de la majorité défavorisée de la population, peut rompre le blocus des médias. Le Brésil n’est pas à cet égard une exception. Entre 2005 et 2006, des élections ont été célébrées dans douze pays d’Amérique latine. Dans la majorité des cas, ce sont des candidats de gauche et centre-gauche qui l’ont emporté. Dans six pays notamment (le Brésil, le Chili, la Bolivie, le Venezuela, l’Équateur et le Nicaragua) la victoire a eu lieu malgré l’hostilité plus ou moins ouverte des médias nationaux. Dans des contextes sociaux, politiques et économiques très différents, c’est la communication directe (meetings, Internet, recours à la presse locale et aux radios communautaires, etc.) qui a prévalu contre l’influence des médias traditionnels [Mejia, 2007 : 8]3. Cela ne signifie pas que ces derniers n’ont plus de pouvoir. Au contraire, pour revenir au cas du Brésil, ils ont réussi à placer le gouvernement Lula sur la défensive. En tant qu’acteur politique, ce fut un puissant et permanent élément d’instabilité.

  • 4 En août 2005, au pire moment de la crise du mensalão, Lula nomma comme ministre des communications (...)

8La question est plus profonde encore. À aucun moment, Lula et son gouvernement n’ont réussi à attaquer sérieusement le pouvoir d’agenda de la grande presse. Indépendamment de ses succès, le gouvernement est resté otage des unes des journaux et revues et des titres du Jornal Nacional de la Rede Globo. Malgré quelques efforts individuels, la politique de communication de Lula au cours de son premier mandat fut globalement un échec, oscillant entre des préjugés contre « la presse bourgeoise » (et ce qui est pire contre sa main-d’œuvre salariée, les reporters) et la reddition sans combat face aux intérêts des plus forts (en général, la Rede Globo, qui n’a jamais vu ni sa primauté, ni ses intérêts économiques menacés)4.

  • 5 Fin juillet 2008, les taux d’intérêts fixés par la Banque Centrale étaient de 13 % par an, soit pr (...)

9Le pouvoir d’agenda des médias, qui se comportent aussi comme des porte-parole des marchés financiers, est un des éléments qui ont empêché, jusqu’à maintenant, des changements de fond dans la conduite de la politique macro-économique brésilienne, qui adopta, comme sous Cardoso, les intérêts du capital financier, interne et externe. Ce choix, tactique au début du mandat, et progressivement élevé au rang de stratégie, s’explique essentiellement par la crainte de Lula de prendre des risques. Les investissements dans le champ social de son gouvernement, inédits dans l’histoire du Brésil, continuent à ne représenter qu’une fraction de ce que le pays paie tous les ans en taux d’intérêts de la dette interne, à des niveaux excessivement élevés5. Mais neuf éditorialistes sur dix appuient la politique « responsable » de la Banque Centrale, et publient des articles attaquant le gouvernement à chaque fois qu’il semble tenté par le moindre changement.

  • 6 Une grève des contrôleurs de vol, qui pénalise quelques milliers de passagers, a toujours droit à (...)

10Le pouvoir de cadrage des médias contribue par ailleurs à creuser le fossé entre la classe moyenne des grandes capitales du sud et sud-est et la partie majoritaire, mais pauvre, de la population. Deux Brésils coexistent, côte à côte : un plus riche, blanc et globalisé, qui regarde avec dédain son Président sans formation académique qui ne parle aucune langue étrangère ; l’autre, plus pauvre, noir ou métis, qui s’identifie à un Président qui lui ressemble et qui parle comme lui (au moins dans les meetings). Ce second Brésil n’a droit à aucun espace dans les journaux en dehors, bien entendu, des pages consacrées aux faits divers, aux sports, et à la musique. En conséquence, les exigences des classes populaires ne font aucunement partie de l’agenda des médias, qui se maintiennent dans le cercle vicieux que nous avons décrit préalablement : les protagonistes des informations sont également leurs sources et leurs lecteurs6.

11En somme, le pouvoir « de fait » des médias continue à être fort, même s’il n’est pas absolu, et il n’y a pas de raison qu’il diminue à court terme. Pour le gouvernement Lula, ou n’importe quel autre ayant l’ambition de remettre en cause le statu quo social et économique, il serait nécessaire et urgent de lancer une bataille dans le champ de la communication afin de constituer une contre-hégémonie face à la grande presse. Cela représente bien sûr, un objectif beaucoup plus complexe et ambitieux que le travail des spin-doctors et des spécialistes du marketing politique – les grands papes de la nouvelle religion politique – auxquels s’adonnent les politiciens du monde entier, d’un point à l’autre du spectre politique.

Notes

1 Par exemple, à partir de la seconde moitié de 2007, Luis Nassif, un journaliste économique influent, a commencé à écrire dans son blog une série d’articles portant sur les manipulations journalistiques de la revue Veja, exposant au grand public des informations normalement limitées aux spécialistes du secteur. Veja a dû commencer à se défendre publiquement de ces accusations, son image ayant été sérieusement ternie. Les articles de Nassif peuvent être consultés sur le site http://luis.nassif.googlepages.com/home (dernière consultation ; 13 juin 2008).

2 Selon le modèle du « two-steps flow of communication », cité pour la première fois par Paul Lazarsfeld, Bernard Berelso et Hazel Gaudet dans leur ouvrage The People’s Choice (1948), les médias n’influencent pas directement toute l’opinion publique ; l’information est acheminée vers les masses par des leaders d’opinion. Les personnes ayant le plus accès aux médias et qui ont une plus grande compréhension de leur contenu, expliquent et diffusent les informations aux autres.

3 D’après Mejia, cela signifie également que « le pouvoir est en train de revenir au citoyen, au travailleur social et communautaire et à une communication de contact direct » [Mejia, 2007 ; 8]. Dans le cas du Brésil toutefois, cette affirmation n’est pas démontrée.

4 En août 2005, au pire moment de la crise du mensalão, Lula nomma comme ministre des communications le sénateur PMDB Helio Costa, un ex-journaliste de la Rede Globo, connu pour ses étroites relations avec son ancien employeur. Une fois au ministère, Costa fit tout pour que le gouvernement choisisse le système de TV digital préféré par la Rede Globo, en dépit de l’opposition des autres chaînes et de la communauté scientifique brésilienne ; c’est d’ailleurs ce qui s’est finalement produit quelques mois avant les élections présidentielles. Même cet élément n’a pas été suffisant pour garantir la neutralité de la Rede Globo dans la couverture de la campagne.

5 Fin juillet 2008, les taux d’intérêts fixés par la Banque Centrale étaient de 13 % par an, soit près de 8 % en termes réels, les plus élevés du monde.

6 Une grève des contrôleurs de vol, qui pénalise quelques milliers de passagers, a toujours droit à une plus ample couverture (les lecteurs et les journalistes étant des usagers de l’avion) qu’une grève de bus ou de métro, qui affecte des millions de personnes. Sous la pression des médias, le gouvernement est contraint d’agir rapidement dans le premier cas, pas dans le second. Cet exemple n’est pas choisi au hasard: c’est ce qui s’est produit au Brésil juste après la réélection de Lula. Autre exemple, à la Folha de S. Paulo, une règle interne détermine clairement que les événements dans les quartiers pauvres des villes doivent bénéficier de moins d’espace dans la couverture du journal que ceux qui ont eu lieu dans les quartiers les plus riches, où se concentrent ses lecteurs [Entretien avec un reporter de la Folha de S. Paulo, 20 juillet 2008].

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540