Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rôle politique de la presse au Brésil

 | 
Giancarlo Summa

Chapitre 3. La presse dans l’élection de 2006

Texte intégral

Une couverture partiale

1Depuis le début février 2006, les enquêtes de tous les instituts de sondages (Datafolha, Vox Populi, Ibope, etc.) indiquaient que Lula était le grand favori du scrutin présidentiel avec, à compter du mois d’avril, une forte probabilité d’être réélu dès le premier tour. Entre le début du mois d’avril et le début de septembre 2006, les intentions de vote en faveur de Lula oscillaient entre 43 et 51 %, avec une différence de 20 à 25 points par rapport à Alckmin (voir graphique 10).

Graphique 10 • Evolution des enquêtes électorales entre début avril et début septembre 2006 (Intentions de vote pour les principaux candidats, en %)

Graphique 10 • Evolution des enquêtes électorales entre début avril et début septembre 2006 (Intentions de vote pour les principaux candidats, en %)

Source : Critérium Assessoria em Pesquisas.

  • 1 Les données complètes des études sont accessibles sur les sites des deux institutions : www.observ (...)

2Après avoir passé des mois à attaquer le gouvernement pendant la crise du mensalão, la grande presse se lança dans la couverture de la campagne électorale sans dissimuler sa mauvaise volonté à l’égard de Lula. Des études faites par des instituts indépendants différents – le DOXA-IUPERJ (Laboratoire d’Enquêtes en Communication Politique et Opinion Publique de l’Université Candido Mendes, à Rio de Janeiro) et l’ONG Observatoire Brésilien de Médias (OBM) – ont montré une image très défavorable à l’encontre de Lula (comme Président et comme candidat) et en faveur du candidat du PSDB, Geraldo Alckmin, dans la couverture des principaux journaux d’influence nationale (O Globo, O Estado de S. Paulo, Folha de S. Paulo, Correio Braziliense et Jornal do Brasil), en particulier au premier tour (voir graphique 11). Un phénomène similaire s’est produit dans la couverture des hebdomadaires (Veja et Época, surtout) et pour l’immense majorité des éditorialistes, qui n’ont jamais caché leur préférence pour le candidat tucano1.

  • 2 Heloisa Helena était la candidate du PSOL (Parti Socialisme et Liberté), une dissidence gauchiste (...)

3Du point de vue quantitatif comme qualitatif, la couverture des télévisions était plus proche de celle de la campagne de 2002 que de celle de 1998. Au contraire de ce qui s’est passé pour la réélection de Cardoso, aucune chaîne n’appuya Lula. Comme les règles pour les radios et les télévisions (qui sont des concessions publiques) sont beaucoup plus rigides que celles qui s’appliquent à la presse écrite, les chaînes ont dédié approximativement la même quantité de temps à la couverture de la campagne électorale, aux interviews et aux présentations des programmes de gouvernement des quatre candidats considérés comme « principaux » (Lula, Alckmin, et les ex-pétistes Heloisa Helena et Cristóvam Buarque2). Cette logique fut défavorable à Lula, dans la mesure où tous les autres candidats concentraient leurs campagnes sur les attaques contre le gouvernement et le PT. En outre, la formule mise en place par les chaînes de télévision dans la couverture quotidienne (synthèse des activités de chaque candidat, conclue par une déclaration ou une phrase-choc issue d’un meeting ou d’une rencontre publique) plaçait les quatre candidats sur le même plan. La campagne de Lula fut la seule à organiser des dizaines de meetings, avec des dizaines de milliers de participants, mais ils ont été pratiquement invisibles, à la télévision, comme dans la presse écrite.

4Toujours au premier tour, les quatre principales chaînes de télévision ont organisé des interviews avec les quatre principaux candidats. Les questions les plus dures – tournant autour du mensalão et de la « corruption du PT » – ont toujours été adressées à Lula. Parallèlement les télévisions et en particulier la Rede Globo, décidèrent que les activités de Lula comme Président représentaient également des événements de campagne et qu’en conséquence, elles ne devaient pas être couvertes ou si elles l’étaient, venaient en remplacement de la couverture de ses véritables activités de campagne. Le discours de Lula au premier sommet des chefs d’État d’Inde et d’Afrique du Sud (IBAS) les 13 et 14 septembre 2006 – un événement qui fut amplement relayé par les médias de ces deux pays – fut par exemple, pratiquement ignoré par la Rede Globo, et minimisé par le reste des médias brésiliens.

5La grande différence par rapport au passé est que, pour la première fois en vingt ans, toute la campagne électorale a eu lieu dans un contexte économique stable, sans crise en vue, ni dévaluation de la monnaie nationale par rapport au dollar ou augmentation du risque pour le pays comme cela s’était produit au cours de toutes les précédentes élections depuis le retour de la démocratie. Cet élément, preuve de la stabilité macroéconomique à laquelle était parvenu le Brésil (le maintien d’un niveau historiquement bas de l’inflation fut un des triomphes électoraux de Lula auprès des populations à bas revenus), priva le PSDB et les médias de leur discours traditionnel qui identifiait le PT avec l’irresponsabilité dans la gestion des comptes publics.

6Jusqu’au scandale du « dossier » à la mi-septembre, que nous évoquerons dans la suite, la couverture, même partiale, n’avait pas réussi à remettre en question le statut de favori de Lula, provoquant une certaine préoccupation parmi les journalistes de renom qui semblaient perdre leur supposé pouvoir de « formateurs d’opinion ». Un éditorialiste de la Folha de S. Paulo, acide critique traditionnel de Lula et de son gouvernement, n’a pas caché son mécontentement sur le blog qu’il tenait sur Internet :

« Peu de gouvernements méritent de la part des médias une exposition si négative que celle de l’administration pétiste. Les perversions attribuées au PT et à Lula ont été exploitées à satiété [...]. Si les médias étaient pris au sérieux, Lula devrait être en train de se présenter devant les tribunaux, pas devant les électeurs [...]. Mais son statut de favori, aujourd’hui ostentatoire, est le signal le plus éloquent que les médias ne sont plus pertinents aux yeux de la majorité de la société. » [De Souza, 2006]

7Pour la première fois depuis le retour de la démocratie, on a assisté à un véritable divorce entre le discours de la presse écrite – et des médias en général – et l’opinion publique. Cela a installé un doute et une crise d’identité au sein des médias, convaincus que leur opinion était totalement en phase avec celle de la population.

Graphique 11 • Couverture des journaux au premier tour - du 6 juillet au 29 septembre 2006. Quantité d’articles positifs, négatifs et neutres (en %)

Graphique 11 • Couverture des journaux au premier tour - du 6 juillet au 29 septembre 2006. Quantité d’articles positifs, négatifs et neutres (en %)

Source : Observatório Brasileiro de Mídia.

Le scandale du dossier et le rôle de la Rede Globo

  • 3 En mai 2006, la Police Fédérale lança « l’Opération Sangsues », afin de désarticuler un montage de (...)

8Deux semaines encore avant le premier tour du scrutin présidentiel, les enquêtes indiquaient que Lula serait réélu au premier tour avec près de 55 % des votes valides. Le 15 septembre, pourtant, survint un épisode qui contribua à repousser la décision populaire au second tour – marquant une fois de plus l’intervention des médias dans le processus électoral. Ce jour-là, la Police Fédérale (PF) appréhenda dans un hôtel proche de l’aéroport de Congonhas, à São Paulo, deux émissaires du PT avec deux sacs pleins d’argent liquide (248 800 dollars et 1 168 millions de reais) qui, selon les accusations, étaient destinés à ache-154 ter à un lobbyiste des images et des informations compromettantes pour José Serra (candidat du PSDB, grand favori à l’élection de gouverneur de l’État de São Paulo) dans une affaire de surfacturation de plus de 1 000 ambulances – le scandale dit des « sangsues3 ». En quelques jours, le lien entre Serra et ce sandale devint une question secondaire, et les médias dans leur quasi-totalité – selon le principe de l’« effet de troupeau » que nous avons détaillé auparavant – se lancèrent dans une course aux informations sur les responsabilités du PT, et éventuellement celles de Lula lui-même, dans ce qui fut immédiatement baptisé le « scandale du dossier ».

  • 4 Berzoini quitta également la présidence du parti (qu’il assuma de nouveau en janvier 2007) et fut (...)
  • 5 Quand les membres du PT faits prisonniers sont arrivés au siège de la PF en São Paulo, ils ont tro (...)

9Les enquêtes de la PF sont rapidement arrivées aux noms des autres pétistes qui avaient participé à l’opération, parmi lesquels le chef de la communication du candidat du parti à l’élection du gouverneur de São Paulo, ainsi que deux membres du noyau de renseignement de la campagne (chargé de récolter les informations secrètes) et des amis personnels de Lula. On a également accusé – sans aucun fondement comme il sera démontré des semaines plus tard – un conseiller direct du Président, Freud Godoy. Lula condamna durement cette « abominable » tentative d’achat de dossier et imposa la substitution du coordinateur de la campagne, le président du PT Ricardo Berzoini qui n’avait pas su contrôler les « fous » travaillant pour lui4. Il apparut rapidement que toute l’opération avait été organisée en marge du commando national. Peut-être s’agissait-il d’une tentative désespérée de l’équipe de campagne de São Paulo de permettre au candidat du pétiste au gouvernorat de disputer un second tour contre le tucano José Serra, alors donné vainqueur du scrutin dès le premier tour. Des indices ont également surgi laissant penser à un piège dans lequel seraient tombés les émissaires du PT5.

10L’épisode eut un effet dévastateur, y compris parmi les partisans de Lula. Une fois de plus, des proches du Président semblaient impliqués dans des affaires pour le moins douteuses, et une fois de plus, Lula insistait sur son ignorance vis-à-vis de toute malversation. Pour le PT, l’affaire du dossier était plus choquante encore, la formation s’étant toujours, par le passé, refusé à recourir à l’achat d’informations contre un adversaire politique, au contraire des autres partis qui en avaient fait une pratique commune. Du coup, la dimension locale du scandale (qui concernait avant tout la campagne de São Paulo) disparut, la presse travaillant à en faire une question centrale des élections au cours des deux dernières semaines avant le premier tour. Dans ses quatorze éditions entre le 16 et le 30 septembre, la Folha de S. Paulo ne publia que deux manchettes qui n’étaient pas liées, directement ou indirectement, au « scandale du dossier ».

11Tous les autres journaux d’influence nationale eurent un comportement similaire, tout comme les principaux journaux télévisés, au point de provoquer un certain malaise au sein des rédactions. « La couverture de la crise fut la même que d’habitude : on attaque les ennemis, et on fait le mort avec les amis », relata un reporter de l’Estado de S. Paulo. « L’angle central de la couverture à cette époque était la bande qui avait acheté le dossier, mais personne ne s’est préoccupé de ce qu’il y avait derrière. On savait déjà ce qu’on voulait : le reporter arrive et on lui dit où il doit courir », expliqua un autre journaliste du même journal. « Ce n’est pas un ordre explicite. Mais quand arrive l’heure du bouclage on n’a plus qu’à se regarder dans le miroir : il y a six pages pour parler de la crise impliquant le PT, et deux colonnes pour dire qu’il y a des suspicions sur le PSDB », dit un autre journaliste [Barbosa, 2006].

  • 6 Un précédent justifiait cette mesure. Au début de 2002, le gouverneur de l’État de Maranhao, Rosea (...)
  • 7 La direction de la Rede Globo tenta de se défendre en prétendant qu’elle avait préféré ne pas diff (...)

12Pour les médias, le scandale du dossier culmina le 29 septembre, deux jours avant les élections, avec la diffusion des photos de l’argent trouvé en possession des émissaires du PT deux semaines auparavant, et dont on ne connaît toujours pas l’origine. Le commando de la Police Fédérale refusa de publier des images, pour éviter une spéculation médiatique à des fins électorales6. C’est un commissaire de la PF, Edmilson Bruno, qui prit lui-même, sans autorisation, les photos, pour les passer aux journalistes, mentant à ses supérieurs en leur déclarant qu’un CD-Rom avec les photos avait été volé dans son bureau. À la fin de cette même journée, un avion commercial s’écrasa dans le Mato Grosso après une collision avec un petit jet d’affaires, tuant 154 personnes ; un des pires accidents de l’histoire de l’aviation brésilienne. Cela n’a pas empêché les journaux (voir illustration 9) et le Jornal Nacional de la Rede Globo d’accorder plus de place à la diffusion des photos de l’argent en une, qu’à la disparition de l’avion7. Par ailleurs, la presse a omis d’informer sur la véritable origine des images. Le 30 septembre, à la veille du premier tour, les médias ont aussi pratiquement ignoré la conférence de presse donnée par Lula, dans laquelle le Président dénonçait la manipulation des informations.

Illustration 9 • Unes des principaux quotidiens de São Paulo le 30 septembre 2006

Illustration 9 • Unes des principaux quotidiens de São Paulo le 30 septembre 2006
  • 8 Dans les semaines suivant le premier tour, CartaCapital consacra deux unes à ce qu’elle définit co (...)

13Au début de la campagne électorale, poussée par la vive concurrence des autres télévisions, la Rede Globo avait placé dans les journaux et revues une publicité titrée « Je promets », garantissant « l’indépendance, la transparence, et l’engagement sur la vérité » à propos de sa couverture. La réalité, comme nous l’avons vu, fut différente. La partialité de la Rede Globo, un retour en arrière aux pires moments de l’histoire de la chaîne, a été dénoncée, de façon documentée par la revue CartaCapital8, par de nombreux sites Internet, mais aussi par des journalistes de la chaîne. Le grand reporter Rodrigo Vianna, renvoyé de la chaîne au lendemain de l’élection, après onze ans de travail dans la rédaction de São Paulo, envoya un courrier électronique à tous ses collègues, dans lequel il critiquait durement la couverture du premier tour :

  • 9 Le texte intégral de l’e-mail de Viana a été reproduit sur plusieurs sites. Voir par exemple :
    http (...)

« Ce que nous avons fait à la veille de l’élection est incroyable. Personne dans la rédaction ne voulait épargner les pétistes [...]. Ce que nous voulions, c’était l’équité [...]. Les téléspectateurs de Globo n’ont jamais vu Serra et les tucanos remettre les ambulances entourées de députés sangsues. C’est ce qui était sur la cassette du “dossier”. Les autres télévisions ont montré la vidéo, Internet aussi. La Globo, non. Était-ce une preuve contre Serra ? Non. Il n’était pas obligé de connaître les trafics des députés du bas clergé. Mais pourquoi a-t-on montré le bureau de Freud [Godoy] proche de Lula, et pas Serra avec les sangsues9 ? »

  • 10 La grande majorité des ministres et des conseillers de Lula était favorable à la participation au (...)

14La Rede Globo eut un rôle important dans un autre épisode qui fut déterminant dans l’organisation du second tour. Tout au long de la campagne du premier tour, Lula n’a accepté aucune invitation pour participer à des débats télévisés – imitant le comportement de Cardoso en 1998 – qu’il avait à l’époque vivement critiqué. La pression était néanmoins forte pour que Lula participe au dernier débat du premier tour, organisé par la Rede Globo le 28 septembre. Le Président hésita jusqu’à la dernière minute, avant de finalement décider de ne pas y aller, et de se rendre au meeting de clôture de sa campagne à São Bernardo do Campo, berceau de sa vie politique10. La réaction de la Rede Globo à cet « affront » fut dure : dans le studio, on plaça une chaise vide avec inscrit le nom de Lula, et le présentateur du débat, l’animateur du Jornal Nacional, William Bonner, ironisa à propos de la lettre envoyée « par le candidat Luiz Inàcio Lula da Silva » pour justifier son absence. Les autres candidats présents dans le studio (Gerlado Alckmin, Heloisa Helena et Cristovam Buarque) passèrent la majeure partie du temps à attaquer Lula, principalement sur les questions des scandales de corruption.

15Un autre exemple de la partialité de la couverture a été donné par un autre organe de presse de la famille Marinho, le journal O Globo. À la mi-septembre, Marco Aurélio Mello, alors Président du Tribunal Supérieur Électoral (TSE) dénonça le fait qu’une entreprise de surveillance avait trouvé des microphones sur les lignes téléphoniques utilisées par lui et les autres magistrats. Dans plusieurs interviews, Mello (cousin de l’ex-Président Collor qui le fit entrer au Tribunal Supérieur Électoral) déclara que ce supposé épisode d’espionnage serait « plus grave que le Watergate » et insinua – dans une allusion très peu voilée au gouvernement Lula – une possible implication d’autres entités publiques. O Globo, comme les autres médias, relata les accusations. Le 26 septembre, un reporter du journal eut un scoop : la conclusion de l’enquête de la PF excluait l’hypothèse des écoutes. En dépit de la concurrence féroce entre les journaux, l’article fut caché dans la page 15, sans aucun appel de une – elle-même consacrée à un nouvel épisode du scandale du dossier [Carvalho, 2006].

16Les programmes électoraux d’Alckmin et des autres candidats d’opposition relancèrent toutes les accusations et suspicions contre Lula et le PT, dans une tentative claire de connecter, dans la tête des électeurs, l’épisode du dossier au scandale du mensalão. C’est sur Internet, où la jurisprudence est encore faible, que le jeu fut le plus agressif avec une cascade de tous les types d’insultes contre « les bandits du PT ». Pour les raisons que nous avons déjà invoquées, l’impact de la « guerre sale » sur Internet a surtout eu pour conséquence de renforcer les convictions et les préjugés de ceux qui étaient déjà convaincus de ne pas voter pour Lula ni pour le PT.

17Le 1er octobre, alors que les sondages de la veille continuaient à indiquer Lula gagnant, n’était-ce que d’une petite marge, le résultat des urnes renvoya les deux candidats à un second tour quatre semaines plus tard. Alckmin obtint un résultat très supérieur aux attentes (39,9 millions de voix, soit 41,6 % des votes valides). Avec 46,6 millions de voix, soit 48,6 %, il a manqué à Lula 1,3 millions de voix pour l’emporter. Dans les jours suivants, les enquêtes réservées de la campagne de Lula montrèrent que 12 % des personnes qui avaient l’intention de voter pour le Président avaient changé d’opinion durant les dix derniers jours de la campagne. En dix jours, Lula perdit ainsi 6,3 millions de votes, soit 630 000 par jour. Ceux qui avaient changé de vote expliquèrent cette décision en indiquant comme raison le cas du dossier (au total 66 %) et l’absence de Lula au débat de la Rede Globo (34 %). La non-participation au débat a probablement été interprétée comme une preuve de la peur et en même temps de l’arrogance du Président, qui refusait de discuter avec les autres candidats (voir tableau 17). L’atmosphère s’inversa totalement dans la campagne du second tour.

Tableau 17 • Raisons expliquant le changement de décision de ceux qui voulaient voter Lula au premier tour et ne l’ont pas fait

Tableau 17 • Raisons expliquant le changement de décision de ceux qui voulaient voter Lula au premier tour et ne l’ont pas fait

Source : Enquête nationale Vox Populi (non enregistrée), octobre 2006.

La politisation du discours de Lula au deuxième tour

18Les résultats du scrutin du 1er octobre ont provoqué une frayeur autour de Lula. Même s’il ne l’avait jamais admis publiquement, toute la stratégie de sa campagne électorale était fondée sur l’hypothèse d’une victoire au premier tour – comme d’ailleurs l’indiquaient toutes les enquêtes jusqu’au désastreux épisode du dossier contre Serra. Pratiquement jusqu’à la veille du premier tour, le discours de Lula tout comme la ligne de fond de ses programmes électoraux à la télévision et à la radio, était basé sur un bilan des résultats positifs de son mandat, principalement au plan social (le programme Bolsa Familia, le programme Lumière pour Tous, le programme d’accès à l’université des jeunes pauvres Pro-Uni, etc.) et au plan économique (création de millions d’emplois formels, inflation basse, augmentation des exportations, etc.). Ne se sentant pas sérieusement menacé, le Président-candidat évita les attaques contre l’opposition ou un quelconque groupe d’intérêt, craignant que cette stratégie qui, de toute façon, n’avait pas de dividendes électoraux évidents, lui cause, plus tard, des problèmes dans la composition de sa base de soutien au Congrès.

  • 11 Durant la campagne électorale, André Singer continua à diriger le SIP. Son ex-adjoint au Planalto, (...)
  • 12 Ex-associé de Duda Mendonça, avec qui il avait travaillé pendant la campagne de Lula en 2002. Avan (...)

19Cette volonté de camoufler la dimension politique et partisane de la campagne électorale coïncida avec sa « dépétisation ». La présentation graphique des manifestes, de la propagande radiotélévisée et des scènes de meetings, ne laissait que très peu de place à l’étoile et au rouge du PT, substitués par des images de Lula en contact direct avec le peuple, caractérisées par l’usage de couleurs politiquement neutres (bleu, jaune, etc.). Tout cela eut pour conséquence un faible engagement des militants du PT dans la campagne. Parallèlement, la structure même du comité de campagne n’était pas conçue dans la perspective d’une guerre sans quartier comme c’est normalement le cas pour un scrutin de premier tour. Par exemple contrairement à 2002 quand la stratégie n’avait de « paix et d’amour » que le nom, le comité de campagne ne disposait pas en 2006 d’un service consacré au suivi en temps réel des informations à la radio et la télévision, ni d’une équipe d’avocats – instruments de base pour contrôler la campagne des adversaires et demander l’intervention de la justice électorale en cas d’abus commis par les médias. Il y avait par ailleurs une séparation totale entre les équipes de communication de la campagne et du Planalto11 d’un côté, et l’équipe de marketing chargée de préparer les programmes radiotélévisés sous la responsabilité de l’entreprise du publicitaire João Santana de l’autre, séparation qui s’est maintenue jusqu’à la fin du second tour12.

  • 13 Entre autres, le ministre Tarso Genro, les gouverneurs élus du PT à Bahia, Jaques Wagner, et du Se (...)
  • 14 Comme gouverneur de São Paulo, Alckmin se fit le champion d’un grand programme de ventes d’entrepr (...)
  • 15 Nakano a proposé une coupe de 60 milliards de reais, dès la première année de gouvernement, équiva (...)

20La contre-offensive de Lula débuta immédiatement. Le lundi 2 octobre, il commença à tisser un réseau d’alliances dans les États – déclarant par exemple son appui dans l’entre-deux tours au candidat du PMDB à Rio de Janeiro – et organisa la deuxième conférence de presse formelle de son mandat – cette fois-ci, dans sa résidence officielle à Brasilia, le Palais d’Alvorada – annonçant entre autres qu’au second tour il participerait à tous les débats. La ligne politique de la campagne de Lula au second tour fut beaucoup plus revendicative, cherchant une confrontation ouverte avec son adversaire et attaquant explicitement les idéaux néo-libéraux du PSDB. Lula, le nouveau coordinateur de la campagne, Marco Aurélio Garcia, et autres auxiliaires de campagne13 ont commencé à interpeller durement Alckmin sur la question des privatisations14 et à tirer profit de tous les dérapages des adversaires. Par exemple, les coupes budgétaires draconiennes de 3 % du PIB proposées par son principal conseiller économique Yoshiaki Nakano, que la presse annonçait comme probable ministre de l’économie si le PSDB emportait l’élection. Une telle réduction des dépenses signifierait la réduction, voire l’élimination, des programmes sociaux du gouvernement15. Confronté à la répercussion des attaques de la campagne de Lula, Alckmin fut contraint de démentir publiquement son conseiller. À partir de là, le candidat conservateur s’est toujours trouvé en position de suivre Lula sur son terrain, répétant un nombre incalculable de fois qu’il n’envisageait pas de privatisation, et qu’il comptait défendre Bolsa Familia et les autres programmes sociaux en vigueur. La campagne de Lula engrangea à fond les fruits de cet avantage, synthétisé par le slogan élaboré par l’équipe de Joao Santana : « Não troco o certo pelo duvidoso, quero Lula de novo » (« Je n’échange pas le sûr pour le douteux, je veux Lula de nouveau »).

  • 16 Selon le relevé de l’institut Criterium, effectué pour la campagne de Lula.

21L’unique argument d’Alckmin pour attaquer Lula était la question éthique, mais le terrain était périlleux. Toutes les enquêtes montrent que les électeurs n’aiment pas les campagnes négatives et trop agressives. De fait, jusqu’à la fin de la campagne, Alckmin essaya en vain de trouver un ton approprié. Son oscillation entre excès d’agressivité et absence de propositions alternatives l’empêchait d’augmenter son adhésion électorale et finit par lui aliéner une partie significative des votes reçus au premier tour : au second tour, Alckmin a eu 2,4 millions de voix de moins que quatre semaines auparavant. Au contraire, le discours anti-néolibéral de Lula captura de nouveau une partie des votes d’opinion perdus au premier tour en faveur d’Heloisa Helena et de Cristovam Buarque. Cette situation politiquement favorable, conjuguée au charisme et à la présence de Lula devant les caméras aidèrent le Président à « gagner » les quatre débats télévisés, selon l’opinion des téléspectateurs16. Lula donna aussi une interview en direct aux principales télévisions et à plusieurs radios locales, en plus des quotidiens Folha de S. Paulo et O Globo.

22La nouvelle atmosphère installa de l’enthousiasme chez les militants du PT, qui sortirent des tiroirs leurs tee-shirts et banderoles, et investirent de nouveau les rues des grandes villes. Lors du dernier meeting de campagne, dans le quartier populaire Capela do Socorro, dans la périphérie de São Paulo, le 25 octobre, Lula reconnut que le fait de ne pas avoir gagné au premier tour était positif, et revendiqua avec orgueil les résultats de son gouvernement, qui lui garantirent une forte popularité en dépit des attaques de la presse :

  • 17 Transcription de l’auteur.

« Ce deuxième tour devait être une punition, c’est finalement une bénédiction. Cela a permis de faire une différence très claire entre ceux qui n’ont rien fait d’autre que brader le patrimoine national et nous [...]. Les bonnes choses que nous faisions n’apparaissaient pas dans les journaux, et les mauvaises étaient publiées en lettres capitales. La première année, n’importe quel Président, gouverneur ou maire a 90 % d’approbation. Mais je veux en voir qui finissent le mandat avec l’approbation que nous avons aujourd’hui, après avoir tenu bon quatre ans face à la presse brésilienne17 ».

23Conscients du caractère inévitable de la victoire de Lula, les journaux se sont montrés un peu moins agressifs contre lui par rapport au premier tour, comme le montre le relevé de l’Observatoire Brésilien des médias (voir graphique 12). Mais une fois le scrutin terminé, conclu par la réélection de Lula avec 58,2 millions de votes (60,8 % des votes valides), la presse n’a pas concédé une seconde lune de miel au Président. Elle commença immédiatement ce que certains dirigeants du PT ont appelé un « troisième tour » électoral. Défaite dans les urnes à travers son soutien au candidat du PSDB, la grande presse commença aussitôt une offensive pour une nouvelle fois tenter d’empêcher un quelconque changement de fond de la politique économique, et ne pas permettre la moindre altération de la relation du gouvernement avec les grands groupes de presse. Les critiques du PT contre la partialité de la couverture de la presse – il est vrai, parfois maladroites – ont été traitées, une fois de plus, comme une position autoritaire supposée du gouvernement. Deux jours à peine après la victoire de Lula, le principal éditorialiste politique du Globo, Merval Pereira, écrivit qu’était en marche « une action gouvernementale pour faire pression sur les médias considérés comme d’opposition », citant comme preuves les déclarations de l’ex-ministre Ciro Gomes selon lequel « il est important d’aider fortement les médias alternatifs, de renforcer les coopératives de journalistes, de financer et de donner des concessions de chaînes télévisées », et les mots de Marco Aurélio Garcia qui « demanda à la presse une “autoréflexion” sur son comportement durant les élections » [Pereira Merval, 2006].

Graphique 12 • Couverture des journaux au second tour - 2 à 27 octobre 2006. Quantité d’articles positifs, négatifs et neutres (en %)

Graphique 12 • Couverture des journaux au second tour - 2 à 27 octobre 2006. Quantité d’articles positifs, négatifs et neutres (en %)

Source : Observatório Brasileiro de Mídia.

Des hypothèses sur les raisons de la victoire de Lula

24Lula a été réélu Président le 29 octobre 2006 avec approximativement le même pourcentage de votes valides qu’au second tour de 2002 (60,8 % contre 61,3 %), équivalant à 58,2 millions des voix en 2006 contre 52,8 millions en 2002, avec un taux comparable de participation (81 % des inscrits contre 79,5 %), et de votes blancs et nuls (6 % contre 5,9 %). Dans les quatre années courant entre les deux élections, le corps électoral a augmenté de plus de dix millions, passant de 115,18 à 125,82 millions de votants. Lula a réussi une nouvelle fois à dégager un vote sans précédent dans l’histoire du pays – et la légitimité conséquente – et tout cela à l’issue d’un an d’attaques incessantes des médias, d’un scandale politique à un autre.

25La composition sociale et géographique de ce vote a toutefois considérablement changé. En 2002, Lula avait battu Serra dans 26 des 27 États (l’exception était Alagoas). La différence de votes variait à l’époque entre cinq points (Acre) et 58 points (Rio de Janeiro). En 2006 en revanche, Lula n’a battu Alckmin que dans 20 États. Ce recul territorial fut compensé par une plus grande différence dans les pourcentages de votes – la plus importante, dans l’État d’Amapá, fut de 74 points en faveur de Lula. Néanmoins d’un point de vue politique, Lula a perdu dans les États les plus riches, dotés des meilleurs indices de développement humain de la fédération : São Paulo, la locomotive économique du pays et berceau du PT, Santa Catarina, et le Rio Grande do Sul, dont la capitale est Porto Alegre, la ville où sont nés le Forum Social Mondial et le budget participatif... En 2002, Lula obtint les meilleurs résultats dans les grandes villes ; en 2006, c’est plutôt dans les villes de 10 001 à 20 000 électeurs, où il reçut 54,3 % des votes valides au premier tour et 64,2 % au second.

26Les enquêtes indiquent que Lula a eu les plus hauts pourcentages de votes parmi les électeurs noirs et métis dont l’éducation se borne à l’enseignement fondamental et dont le revenu par foyer est inférieur à deux salaires minimums. Les électeurs dotés d’un important niveau d’éducation et de revenu et de peau plus claire, ont voté majoritairement pour Alckmin. Bien sûr, étant donné le vote plébiscitaire qu’il a reçu, Lula a aussi été élu par des secteurs de la classe moyenne blanche, avec une formation universitaire et un bon revenu. Le Président sortant a par exemple gagné au second tour dans le District Fédéral, l’unité fédérative aux revenus les plus élevés du pays. Mais de façon générale, comme Lula lui-même l’a reconnu dans son meeting de victoire sur l’avenue Paulista, dans le cœur de São Paulo, son élection fut d’abord « la victoire de ceux d’en bas contre ceux d’en haut ».

  • 18 Les quelques trente programmes sociaux du gouvernement Lula sont rassemblés sous le sigle de « Fai (...)

27En ce sens, il s’agit sans aucun doute d’un vote de classe : les Brésiliens des couches les plus basses contre les couches moyennes et supérieures qui sont aussi celles des lecteurs des journaux et revues qui ont, pendant des mois, appelé à l’impeachment du Président, ou au moins à sa défaite dans les urnes. Mais un vote de classe ne signifie pas nécessairement un vote d’opinion ou d’idéologie. Les premières études révèlent une corrélation incontestable entre la votation de Lula et les programmes sociaux de son gouvernement, en particulier le plus important d’entre eux, Bolsa Familia, qui atteignait en 2006 quelque 11,1 millions de foyers pauvres (dont le revenu ne dépassait pas 120 reais par personne), soit plus de 50 millions de personnes18. Cette corrélation est visible dans les villes de toutes tailles, et très accentuée dans les municipalités abritant de 10 001 à 20 000 inscrits où, en fonction du rapport allocataires de la bourse/électeurs, le vote pour Lula au premier tour a atteint 70 % des bulletins valides, contre une moyenne nationale de 48,6 % (voir graphique 13) [Monclaire, 2006], [Nicolau et Peixoto, 2007].

Graphique 13 • Moyenne de votes pour Lula au premier tour 2006 par rapport au pourcentage de la population bénéficiant de Bolsa Família

Graphique 13 • Moyenne de votes pour Lula au premier tour 2006 par rapport au pourcentage de la population bénéficiant de Bolsa Família

Base : Tranche des 1162 municipes de 10 001 à 20 000 inscrits (au total 1 434 348 inscrits).
Source : Monclaire, 2006.

28Pour la majorité des éditorialistes de la grande presse, les programmes sociaux n’étaient rien mieux que de « l’assistance », certains assimilant même Bolsa Familia à un mensalinho (« petit mensuel ») en référence au scandale du supposé mensalão. Préjugés mis à part, si Bolsa Familia a fait décoller le vote Lula partout où elle était distribuée, les programmes sociaux n’ont constitué qu’une partie de l’intervention du gouvernement en faveur des plus pauvres. Entre 2003 et 2006, le salaire minimum a augmenté de 25 % en termes réels (jusqu’à atteindre 350 reais, un peu moins de 130 euros au taux de change de décembre 2006) ce qui ne touche pas seulement les salariés qui en dépendent, mais aussi les retraités, dont les pensions sont indexées sur le salaire minimum. En outre, le prix des aliments a baissé, l’inflation est restée sous contrôle et l’emploi formel a augmenté. En conséquence, en à peine trois ans de gouvernement, la part des pauvres au Brésil a diminué de 18,18 %, passant de 28,17 à 22,77 % de la population : en termes absolus, une réduction de 8,6 millions de personnes [FGV, 2006]. En dehors des chiffres macroéconomiques, cela signifie une nette amélioration du quotidien des plus pauvres.

29Le choix des électeurs de voter pour Lula paraît être le fruit d’une décision longuement mûrie, sans ignorer les scandales (même s’ils ont été plus confusément perçus par les couches les moins instruites), mais en mettant dans la balance les réussites et les erreurs du gouvernement. L’enquête de Latinobarometro divulguée en décembre 2006 confirme qu’en Amérique latine, les Brésiliens figurent parmi les plus satisfaits de l’amélioration de la situation économique. Ils sont aussi les plus optimistes par rapport au futur : 51 % d’entre eux pensaient que leur situation économique s’était améliorée au cours de l’année précédente, et 70 % croyaient qu’elle s’améliorerait encore l’année suivante.

30Pour reprendre les termes du directeur de l’institut de sondages Vox Populi, Marcos Coimbra, les électeurs

« sont arrivés à la conclusion qu’il y avait beaucoup plus de raisons de le laisser [Lula] compléter son mandat de huit ans que de le renvoyer chez lui à la fin de la “première mi-temps”. [...] Il a gagné le vote de celui qui était satisfait de ce qu’il vivait et qui était convaincu que les péchés de Lula et du PT ne seraient résolus que quand tout le système politique changerait. Ce fut un vote concret, et informé ». [Coimbra, 2006 b]

  • 19 « A política de comunicação do segundo governo Lula (Versão 1.0) », Brasília, 16 novembre 2006.
  • 20 Au cours des seuls cinq premiers mois de 2006, avant le début de la campagne électorale, Lula a ef (...)

31Informé certes, mais de quelle façon, si l’immense majorité des médias a maintenu une posture très critique, voire ouvertement hostile à Lula et à son gouvernement ? Dans un document interne réservé, élaboré après les élections, l’équipe de communication de la campagne19 ébaucha quelques hypothèses. Malgré le « blocus » des médias commerciaux, Lula est parvenu à construire un fil plutôt cohérent à son discours et à maintenir une relation de communication directe avec la population en utilisant essentiellement cinq moyens : a) des apparitions quotidiennes sur des radios et télévisions commerciales, du fait de la couverture d’actions du gouvernement. Mêmes si elles étaient brèves et parfois manipulées par les médias, ces déclarations répétées par le Président ont affirmé de façon efficace quelques concepts (avancées graduelles de l’économie, priorité au social, dialogue avec les mouvements sociaux, etc.) ; b) la communication du gouvernement : par exemple, l’émission Café com o presidente, produite par Radiobras et retransmise par plus de mille radios, ou encore les transmissions obligatoires de radio et télévision ; c) les interviews accordées à la presse régionale, en général moins agressive ; d) Les interviews télévisées d’audience nationale, durant lesquelles Lula a toujours réussi à faire passer son message et à affirmer sa position, y compris dans des moments délicats ou face à des questions très dures ; e) la communication directe de Lula, à travers des centaines de meetings, discours et actes publics20. Il s’agit d’une communication sans l’intermédiaire des médias, définie par une importante empathie avec le public, dont les membres se transforment ainsi en formateurs d’opinion dans leurs cercles de relations.

32Si ces hypothèses sont correctes cela signifierait qu’il est possible de contourner le monopole virtuel des grands groupes de communication. Évidemment, cela ne résout pas la question de la relation avec les secteurs de la classe moyenne qui, dans des pays comme le Brésil, sont les lecteurs de la presse écrite. Mais comme ces lecteurs sont pour l’instant bien moins nombreux que les couches populaires il n’est électoralement pas indispensable pour les bénéficiaires des votes populaires de résoudre le problème. Comme l’écrit le politologue américain Bernard Cohen, « le plus souvent, la presse n’a pas de succès quand elle dit aux personnes ce qu’elles doivent penser. Mais elle a toujours du succès quand elle dit à ses lecteurs que penser » [Cohen, 1963 : 120].

33À partir d’une distinction en trois formes élémentaires de politique électorale – vote d’échange, vote communautaire, vote d’opinion [Ihl, 2000 : 24] – on peut dire que le vote pour Lula semble relever du type de vote communautaire avec une forte représentation identitaire. Fils du peuple, Lula comprend la souffrance des pauvres, puisqu’elle a fait partie de son histoire. Il est donc crédible lorsqu’il dit que la priorité de son gouvernement est d’aider les plus défavorisés. Parallèlement, c’est aussi un vote de reconnaissance, ce qui ne signifie pas un vote d’échange, y compris parce qu’il n’y a aucun caractère discrétionnaire ni d’intervention directe dans l’administration de Bolsa Família et des autres programmes sociaux. Le vote d’opinion et d’adhésion à son programme existe aussi. Mais il a un caractère beaucoup plus minoritaire, comme on peut le constater à partir des résultats électoraux du PT.

34La popularité de Lula a toujours été supérieure à celle du PT, mais les élections de 2006 ont donné lieu à une véritable séparation entre le vote pour le Président et pour son parti. Alors que Lula a gardé son niveau de votation de 2002, le PT a subi un coup rude. Si l’on se fonde sur les résultats de la Chambre des députés, le parti est passé de 16,09 millions de votes (18,4 %) en 2002, à 13,98 millions de votes (15 %) en 2006. En termes absolus, c’est une perte de 2,11 millions de votes. Mais prenant en compte l’augmentation de 10,6 millions du corps électoral entre les deux élections, la perte de terrain du PT est bien supérieure. Si le parti avait maintenu son pourcentage de votes – comme l’a fait Lula – il aurait obtenu 19,2 millions de votes, soit 5,2 millions de votes en plus de ce qu’il a eu dans les urnes.

  • 21 Le PT a eu 400 000 voix de plus que le PMDB en 2006, mais du fait du système électoral, il a élu s (...)

35Le PT continue à être le plus grand parti du Brésil en nombre de votes21 et de militants (près d’un million de membres) et il a réussi en 2006 à élire cinq gouverneurs, un résultat historique pour la formation. Mais les scandales lui ont coûté cher. Son groupe parlementaire n’a plus que 83 députés (huit de moins qu’en 2002) et le nombre de sénateurs est passé de 14 à 11. Dans les États, les pétistes n’ont conquis que 126 sièges dans les assemblées législatives (un recul de 14 %). Tout indique que le martèlement des scandales politico-médiatiques a affecté le capital symbolique du parti bien plus que celui du Président. L’explication n’est pas simple. Entre les facteurs du décalage entre Lula et le PT, on peut avancer la perte de confiance généralisée des Brésiliens à l’égard des partis, démontrée par de nombreuses enquêtes. Elle est exacerbée, dans le cas du PT, par deux éléments. D’une part le PT, par son comportement, a perdu son aura éthique, rejoignant pratiquement dans l’imaginaire la cohorte des autres partis – seul son passé lui permettant encore de se différencier légèrement. Par ailleurs, la formation des travailleurs a souffert des déclarations répétées du Président qui s’est dit « trahi » par ses compagnons.

Notes

1 Les données complètes des études sont accessibles sur les sites des deux institutions : www.observatoriodemidia.org.br;doxa.iuperj.br/eleicoes2006.htm (dernière consultation : 11 février 2006)

2 Heloisa Helena était la candidate du PSOL (Parti Socialisme et Liberté), une dissidence gauchiste du PT ; l’ex-gouverneur du District Fédéral et ex-ministre de l’éducation du gouvernement Lula, Cristovam Buarque, était le candidat du PDT.

3 En mai 2006, la Police Fédérale lança « l’Opération Sangsues », afin de désarticuler un montage de fraude dans les appels d’offre du secteur de la santé. Selon la PF, une bande délinquante négociait avec des conseillers de parlementaires la libération d’amendements au budget de l’Union selon un schéma complexe permettant l’achat d’ambulances à prix surfacturé. Le « bénéfice », supérieur à 110 millions de reais, fut distribué entre les hommes d’affaires, les intermédiaires et des dizaines de députés, appartenant principalement au PP, PTB et PL. Le montage fut mis sur pied en 2001, durant le gouvernement Cardoso, quand Serra était ministre de la santé. En juin 2006, fut créée une CPI au Congrès pour enquêter sur cet épisode.

4 Berzoini quitta également la présidence du parti (qu’il assuma de nouveau en janvier 2007) et fut remplacé aux deux postes par Marco Aurélio Garcia, vice-président du PT et principal conseiller de Lula pour la politique étrangère.

5 Quand les membres du PT faits prisonniers sont arrivés au siège de la PF en São Paulo, ils ont trouvé deux équipes de télévision de la campagne d’Alckmin et de Serra, arrivés avant tous les autres journalistes [Pereira, 2006].

6 Un précédent justifiait cette mesure. Au début de 2002, le gouverneur de l’État de Maranhao, Roseana Sarney, a vu sa campagne présidentielle abruptement avortée à la suite de la diffusion des images d’une grande quantité d’argent liquide (1,3 million de reais) trouvée dans le bureau de son mari. L’effet fut radical : elle plongea dans les sondages, et dû rapidement retirer sa candidature. Serra fut le principal bénéficiaire de cet épisode.

7 La direction de la Rede Globo tenta de se défendre en prétendant qu’elle avait préféré ne pas diffuser l’information de la chute de l’avion avant la fin du Jornal Nacional afin de ne pas alarmer la population, puisqu’on ne disposait pas encore à ce moment de détails précis sur l’accident.

8 Dans les semaines suivant le premier tour, CartaCapital consacra deux unes à ce qu’elle définit comme « le scandale de la presse » [Pereira, 2006], [Pereita et Queiroz, 2006].

9 Le texte intégral de l’e-mail de Viana a été reproduit sur plusieurs sites. Voir par exemple :
http://agenciacartamaior.uol.com.br/templates/materiaMostrar.cfm?materia_id=13171 (dernière consultation : 13 février 2007).

10 La grande majorité des ministres et des conseillers de Lula était favorable à la participation au débat, mais la décision finale ne dépendait que du Président, et ne fut annoncée à ses collaborateurs qu’au moment où l’avion présidentiel avait décollé, en fin d’après-midi, de Brasília, d’où il pouvait se rendre à Rio de Janeiro (pour le débat) ou à São Paulo (pour le meeting).

11 Durant la campagne électorale, André Singer continua à diriger le SIP. Son ex-adjoint au Planalto, le journaliste José Ramos, était le chef du secteur-presse de la campagne. Les autres coordinateurs de la communication étaient Carlos Tibúrcio et moi-même.

12 Ex-associé de Duda Mendonça, avec qui il avait travaillé pendant la campagne de Lula en 2002. Avant de passer au marketing politique, Santana a travaillé pendant des années comme journaliste. Comme chef de la rédaction de Brasilia de la revue Istoé, il eut un rôle important dans la publication des scoops de la revue dans la couverture du Collorgate, en 1992.

13 Entre autres, le ministre Tarso Genro, les gouverneurs élus du PT à Bahia, Jaques Wagner, et du Sergipe, Marcelo Deda, l’ex-ministre du PSB Ciro Gomes, etc.

14 Comme gouverneur de São Paulo, Alckmin se fit le champion d’un grand programme de ventes d’entreprises publiques. La campagne de Lula l’accusa de vouloir continuer la politique du gouvernement Cardoso et de privatiser les deux grandes entreprises publiques restantes au niveau fédéral, le Banco do Brasil et Petrobrás, comme le proposait publiquement un des économistes du PSDB, l’ex-ministre Luis Carlos Mendonça de Barros.

15 Nakano a proposé une coupe de 60 milliards de reais, dès la première année de gouvernement, équivalente à 3 % du PIB, afin de ramener à zéro le déficit public le plus rapidement possible. Or le montant prévu dans le Budget 2006 pour les coûts et les investissements de tous les ministères était équivalent à 82,7 milliards (hors les coûts fixes comme les salaires des fonctionnaires et les transferts automatiques aux États). En conséquence, selon les membres de l’équipe économique de la campagne de Lula, une coupe de 60 milliards de reais paralyserait pratiquement toutes les activités du gouvernement, à commencer par les investissements sociaux.

16 Selon le relevé de l’institut Criterium, effectué pour la campagne de Lula.

17 Transcription de l’auteur.

18 Les quelques trente programmes sociaux du gouvernement Lula sont rassemblés sous le sigle de « Faim Zéro ». Leur budget a atteint en 2006 12,8 milliards de reais (4,7 milliards d’euros, au taux de change de l’époque). Le programme Bolsa Família distribue à chaque foyer éligible entre 15 et 95 reais par mois. En contrepartie, la famille doit garantir la scolarisation des enfants de 6 à 15 ans, ainsi que leur vaccination. Entre 2003 et août 2006 le programme Bolsa Família a représenté un investissement de 20,3 milliards de reais (près de 7,4 milliards d’euros).

19 « A política de comunicação do segundo governo Lula (Versão 1.0) », Brasília, 16 novembre 2006.

20 Au cours des seuls cinq premiers mois de 2006, avant le début de la campagne électorale, Lula a effectué 65 voyages au Brésil, visitant ainsi 333 villes différentes, et participant, selon ses dires, à 396 activités. [Bucci, 2008 : 118].

21 Le PT a eu 400 000 voix de plus que le PMDB en 2006, mais du fait du système électoral, il a élu six députés de moins que ce dernier, qui est aujourd’hui le premier à la Chambre.

Table des illustrations

Titre Graphique 10 • Evolution des enquêtes électorales entre début avril et début septembre 2006 (Intentions de vote pour les principaux candidats, en %)
Légende Source : Critérium Assessoria em Pesquisas.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre Graphique 11 • Couverture des journaux au premier tour - du 6 juillet au 29 septembre 2006. Quantité d’articles positifs, négatifs et neutres (en %)
Légende Source : Observatório Brasileiro de Mídia.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Titre Illustration 9 • Unes des principaux quotidiens de São Paulo le 30 septembre 2006
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Titre Tableau 17 • Raisons expliquant le changement de décision de ceux qui voulaient voter Lula au premier tour et ne l’ont pas fait
Légende Source : Enquête nationale Vox Populi (non enregistrée), octobre 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique 12 • Couverture des journaux au second tour - 2 à 27 octobre 2006. Quantité d’articles positifs, négatifs et neutres (en %)
Légende Source : Observatório Brasileiro de Mídia.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Graphique 13 • Moyenne de votes pour Lula au premier tour 2006 par rapport au pourcentage de la population bénéficiant de Bolsa Família
Légende Base : Tranche des 1162 municipes de 10 001 à 20 000 inscrits (au total 1 434 348 inscrits).Source : Monclaire, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 60k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540