Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rôle politique de la presse au Brésil

 | 
Giancarlo Summa

Chapitre 2. Lula, le PT et les médias (2002-2005)

Texte intégral

Nouvelle image et défis politiques

L’élection de « Lula paz e amor »

  • 1 Pour un compte rendu plus approfondi de la campagne de 2002, nous nous référons à [Monclaire, 2003 (...)
  • 2 Le taux de chômage augmenta de 50 % pendant les huit années de gouvernement Cardoso, passant de 6, (...)

1En 2002, Lula est candidat pour la quatrième fois à l’élection présidentielle1. Cette fois-ci, les conditions lui sont clairement favorables. Depuis le début de l’année, les enquêtes indiquent un profond désir de changement de la part de l’électorat, désormais mécontent du gouvernement Cardoso et de la situation économique du pays. L’enthousiasme initial à l’égard du Plan Real n’avait pas survécu à la dévaluation de janvier 1999 et à la crise énergétique de 2001. La faible croissance économique, la hausse des prix et celle des impôts, avaient entamé le pouvoir d’achat de la population. Le chômage de masse2 et l’augmentation de la violence et de la criminalité préoccupaient les Brésiliens. Le mot-clef de l’élection du successeur de Cardoso se devait d’être le changement, et la priorité du futur gouvernement, la politique sociale et l’aide aux défavorisés.

2Une situation compliquée pour José Serra, ex-ministre du gouvernement Cardoso, candidat du PSDB. Dans ce contexte, beaucoup plus propice qu’au cours des trois précédentes tentatives, Lula n’était pas disposé à entrer en campagne pour perdre sur la dernière ligne droite. Avant d’accepter d’être candidat, l’ex-métallurgiste a dicté à son parti des conditions précises. Il voulait avoir les mains libres pour construire la coalition la plus ample possible, au-delà des alliances traditionnelles du PT avec la gauche, afin d’élaborer une plate-forme politique et économique qui n’effrayât pas la classe moyenne modérée. L’objectif était de bâtir une alliance tactique avec les secteurs les moins conservateurs du monde des affaires et, si possible, du monde financier. Lula revendiquait aussi une campagne électorale gérée professionnellement, avec une certaine autonomie par rapport au parti, et des ressources économiques suffisantes pour batailler dans des conditions équivalentes à celles des autres candidats.

  • 3 Les autres principaux conseillers de presse de la campagne étaient : Carlos Tibúrcio (chef de la r (...)

3Le président du PT, José Dirceu, nommé par Lula coordinateur de la campagne, a été décisif pour faire plier les résistances de la gauche interne du parti, et élaborer, au début de l’année 2002, une alliance avec le Parti Libéral (PL), une formation modérée liée aux églises évangéliques, sans profil idéologique défini, auquel appartenait le candidat au poste de vice Président de Lula, le sénateur José Alencar, un des plus grands entrepreneurs du secteur textile du pays, connu pour ses positions nationalistes. Parti de rien, Alencar, est avant tout un self-made man, et en cela, il a un lien personnel très fort avec Lula. Il est par ailleurs issu du Minas Gerais, l’État disposant du deuxième plus important collège électoral du pays. C’est aussi un membre d’une église évangéliste, ce qui a permis à Lula d’établir une relation avec les tenants d’une religion que le PT n’avait jamais réussi à séduire au cours des précédents scrutins. En plus d’avoir choisi lui-même Alencar, Lula a indiqué le chef de marketing de la campagne ; le publicitaire Duda Mendonça, un des grands noms de la propagande politique brésilienne (qui n’avait, auparavant, travaillé que pour des politiques conservateurs, comme Paulo Maluf), et le chef de presse, le journaliste Ricardo Kotscho, un vieil ami du candidat, chargé de la même fonction au cours des campagnes de 1989 et 19943. Pour la première fois, le PT fit une campagne véritablement professionnelle, basée sur l’utilisation intensive d’enquêtes d’opinion, et, partiellement, sur le travail d’une équipe non liée au parti. Duda Mendonça a été à l’origine de la stratégie de communication dirigée vers le centre du spectre politique, à partir de laquelle il élabora ce qu’il appela la « règle des trois tiers » : un tiers des électeurs vote Lula, un tiers ne votera jamais pour lui ; pour gagner les élections, il faut conquérir le tiers restant.

  • 4 La modération de la politique du PT et de l’image de Lula fut un processus longuement construit et (...)
  • 5 En plus d’une note officielle du PT, l’invasion fut condamnée personnellement par Lula dans une in (...)

4Le résultat de cette stratégie, qui confirma le glissement progressif du PT vers le centre, et plus encore, celui de son candidat, fut la transformation de celui qui était un syndicaliste métallurgiste combatif en « Lula paz e amor » (Lula paix et amour) – il se plaisait lui-même parfois à s’en moquer – qui n’attaquait plus ses adversaires, mais tentait de convaincre le Brésil qu’il était le leader avec les compétences et le caractère appropriés pour promouvoir un changement sans rupture et sans radicalisme4. Lula et le PT ont par exemple pris leurs distances avec le Mouvement des paysans sans terre (MST), et condamné l’occupation d’une ferme, propriété du Président Cardoso5. Mais le changement de cap le plus important a eu lieu sur le terrain économique. Confronté à l’ampleur de la crise économique (inflation en hausse, envolée du risque-pays, chute quotidienne du real face au dollar), Lula abandonna son traditionnel discours de condamnation de l’ingérence du Fonds Monétaire International, et à la fin du mois de juin lança une « Lettre au peuple brésilien » qui symbolisa cette métamorphose, écartant toute hypothèse de moratoire sur la dette externe et interne, et s’engageant au contraire à respecter tous les accords et contrats en vigueur. Évoquant la politique économique de son éventuel gouvernement, Lula affirmait dans la « Lettre » :

« Le nouveau modèle ne pourra pas être le produit de décisions unilatérales du gouvernement [...] et ne sera pas mis en place par décret, de façon volontariste. Il sera le fruit d’une ample négociation nationale, qui doit conduire à une authentique alliance pour le pays, un nouveau contrat social capable d’assurer la croissance avec la stabilité La condition de cette transition sera naturellement le respect des contrats et des obligations du pays. » [Lula, 2002]

  • 6 À l’époque, la Rede Globo et les autres grands groupes étaient très endettés et par conséquent par (...)
  • 7 Le patriarche Roberto Marinho est mort en août 2003 (le gouvernement Lula déclara pour l’occasion (...)
  • 8 L’un des auteurs de la « Lettre » fut Luiz Dulci, qui était en 2002 secrétaire général du PT, resp (...)

5La relation du candidat du PT avec la presse fut déterminée en 2002 par ce nouveau contexte politique. Dans les mois précédents le début de la campagne, Lula s’était entretenu avec les propriétaires des médias les plus importants, pour tenter de sceller une sorte de pacte de non-agression. S’il était traité correctement – ce fut son message – et qu’il était élu, il n’y aurait pas de représailles contre les groupes de communication6. Les échanges les plus délicats eurent lieu avec la famille Marinho7 pour laquelle les dirigeants de la campagne eurent des attentions spéciales. Le coordinateur de l’équipe chargée d’élaborer le plan du gouvernement Lula, Antonio Palocci, alors maire de Ribeirão Preto, une riche ville agricole de l’État de Sao Paulo, fut un des inspirateurs de la « Lettre au peuple brésilien8 ». Alors que le document était encore en pleine élaboration, Palocci a téléphoné à plusieurs reprises à João Roberto Marinho pour le tenir au courant et lui demander son opinion sur le ton à adopter pour réussir à apaiser les marchés financiers. Par la suite, avant même sa publication, Palocci lut le document final à l’entrepreneur, qui l’approuva : « C’est bon. Je crois que ça marche » [Palocci, 2007 : 31-32]. Nommé ministre de l’économie, Palocci maintint une relation très proche avec la Rede Globo, jusqu’à sa chute en mars 2006.

  • 9 Frías, qui ne cachait pas sa préférence pour José Serra, demanda plusieurs fois à Lula s’il pensai (...)

6De façon générale, la stratégie de rapprochement avec les patrons des médias fonctionna. Seul le directeur de la Folha de S. Paulo, Otavo Frias Filho, fit montre d’hostilité ouverte contre Lula. Au cours d’un déjeuner, il parvint à le provoquer tant de fois que Lula quitta la table et s’en alla9. Même ainsi, la Folha n’a pas été particulièrement agressive dans la couverture de la campagne de Lula. Au contraire, pratiquement tous les grands journaux ont traité de façon plutôt équilibrée les deux principaux candidats Lula et Serra [Aldé, 2003], probablement convaincus, d’une part, que le pays demandait un changement à la tête de l’État, et d’autre part, que la victoire du PT était, cette fois-ci, inéluctable. Parmi les hebdomadaires, seul Veja s’est engagé dans la campagne du représentant du PSDB, alors que CartaCapital appuyait ouvertement Lula ; Época et Istoé sont restés relativement neutres [Azevedo, 2006 : 108]. En ce qui concerne les grands quotidiens, l’Estado de S. Paulo a soutenu explicitement Serra, alors que la Folha de S. Paulo et O Globo ont adopté une position formellement neutre. D’un point de vue journalistique, cela s’est traduit par une majorité d’articles au caractère négatif dans l’Estado de S. Paulo, alors que la couverture des autres quotidiens fut majoritairement neutre (voir graphique 3).

Graphique 3 • Caractère plus ou moins positif des articles publiés sur le candidat Lula (du 20 février au 6 octobre 2002)

Graphique 3 • Caractère plus ou moins positif des articles publiés sur le candidat Lula (du 20 février au 6 octobre 2002)

Source : DOXA - IUPERJ.

7Toute la presse a donné plus de visibilité à l’élection présidentielle de 2002 qu’à celles de 1994 et 1998, se disputant avec frénésie les interventions des candidats sur les thèmes électoraux. Déjà, au premier tour, les principaux candidats participèrent à quatre discussions organisées par les journaux O Globo, Folha de S. Paulo, O Estado de S. Paulo et le Jornal do Brasil. Ils assistèrent aussi à quatre débats et à 63 interviews à la télévision et à des événements coordonnés par diverses entités de la société civile. La quantité de débats est en soi le signe d’une mutation radicale dans le comportement des médias : en 1998, aucun organe de presse n’était disposé à en organiser [Gomes, 2006].

8La grande nouveauté de la campagne de 2002 fut toutefois l’ample couverture réalisée par les chaînes de télévision, notamment la Rede Globo, qui coordonna des débats, fit des reportages thématiques sur le scrutin, et plaça la compétition électorale au centre de son journal télévisé, obéissant à des normes strictes d’équilibre dans la couverture des candidatures. Entre le 1er juin et le 6 octobre, le Jornal Nacional dédia à la couverture de la campagne électorale rien moins que 51,8 % de son temps total, un revirement total par rapport à 1998. Cette « découverte de la politique » de la Rede Globo, pour reprendre l’expression de Miguel [2003], reposait sur une stratégie d’entreprise. Face à la concurrence et souffrant d’un endettement croissant, le groupe télévisé se devait de démontrer qu’il était capable de maintenir son excellence technique et la crédibilité de son journalisme, très affaiblies auprès des formateurs d’opinion. D’autre part, il ne pouvait se permettre d’entrer en conflit frontal avec le probable futur Président du pays.

9La grande exposition médiatique du processus électoral ne fut pas neutre d’un point de vue politique : plus d’espace dédié à la couverture de la campagne ne garantit pas nécessairement de fournir aux citoyens une information de meilleure qualité. De même, un traitement équitable des candidats ne signifie pas la neutralité. La presse a eu un rôle fondamental dans la définition du « cadrage », reliant l’élection à la crise économique. L’avancée de Lula dans les enquêtes devenait un cauchemar pour les acteurs des marchés financiers – nationaux et internationaux – qui ne cachaient pas leur préférence pour Serra. Les cris d’alarme lancés par les investisseurs et les économistes des agences de notation à propos des risques que Lula représenterait donnèrent lieu à une couverture « terroriste » de la part de certains secteurs de la presse [Aldé, 2003]. Le super-investisseur George Soros, par exemple, prédisait que le Brésil plongerait dans le chaos si Lula était élu [Rossi, 2002]. Parallèlement, ils forcèrent le candidat du PT à s’engager toujours plus à maintenir les principaux éléments de la politique économique du gouvernement Cardoso (excédents budgétaires primaires élevés, objectif d’inflation basse grâce à des taux d’intérêts élevés, indépendance fonctionnelle de la Banque Centrale, etc.). Progressivement, ces choix d’abord tactiques devinrent stratégiques comme le signifia clairement Lula en nommant, une fois élu, l’ex-président de la banque Fleet Boston, Henrique Meirelles, à la tête de la Banque Centrale, alors même qu’il venait d’être élu député fédéral du PSDB.

10L’exigence d’un comportement « responsable » et « fiable » répondait à la formation et à la psychologie de Lula. Imposée par le « cadrage » de la presse et par les pressions des « pouvoirs forts », elle contribua néanmoins à réduire la marge de manœuvre politique de son gouvernement. Le désir de « changement » qui porta Lula à la présidence avec 52,8 millions de voix (61,3 % des votes valides) – un plébiscite inédit dans l’histoire du Brésil – avait ainsi, dès le début, des limites claires. C’était aussi le cas dans les relations avec la presse. Les premières interviews accordées la nuit même de la victoire et le jour suivant le furent à la Rede Globo ; les premiers entretiens à la presse internationale furent concédés à des médias américains : la télévision CNN et le magazine Newsweek.

Organisation et stratégie de la communication de la Présidence

  • 10 O Globo, 2 janvier 2003.
  • 11 O Dia, 2 janvier 2003.

11L’arrivée de Lula au Planalto, le palais présidentiel à Brasilia conçu par l’architecte Oscar Niemeyer, soulevait d’énormes expectatives. À la veille de son investiture, l’institut d’enquête Datafolha révélait que 76 % de la population (soit 15 points de plus que les votes reçus) pensaient que le nouveau Président ferait un bon ou un excellent travail. En dépit des dures polémiques de la campagne électorale, seulement 3 % prévoyaient que son mandat serait mauvais ou très mauvais. Un optimisme qui, au début, s’étendit aussi à une partie de la presse. Par exemple, la manchette du numéro d’O Globo dédié à la fête populaire de l’investiture était : « Le peuple suit Lula et témoigne de son engagement au changement10 ». Encore plus emphatique O Dia, autre journal de grande circulation à Rio de Janeiro : « Un jour pour rester dans l’histoire11 ». Pourtant, le gouvernement Lula démontra par la suite ne pas être prêt à tirer profit des bonnes dispositions initiales des médias, ni à gérer sa communication politique de façon efficace et professionnelle.

  • 12 Ex-leader du syndicat des employés bancaires de São Paulo, ex-secrétaire général du PT, Gushiken f (...)
  • 13 Pendant les huit années du gouvernement Cardoso, le SID était dirigé d’une main de fer et de façon (...)

12Pendant le premier mandat de Lula la communication de la Présidence de la République a été gérée à travers une division rigide entre deux structures, dotées d’attributions différentes : le Secrétariat de Presse et de Divulgation (SID) chargé des journalistes couvrant la présidence, et le Secrétariat de Communication du Gouvernement et la Gestion Stratégique (SECOM), dont la mission est de ventiler les dépenses publicitaires et de coordonner la divulgation des actions du gouvernement. Lula nomma deux vieux amis à ces postes : Ricardo Kotscho au SID et Luiz Gushiken12 au SECOM. Kotscho, qui n’avait pas de très bonnes relations avec Gushiken et ne voulait pas être son subordonné, demanda et obtint de dépendre directement du Président. Il n’y eut ainsi aucune coordination formelle du travail des deux secrétariats. Une des conséquences fut que le secrétariat de presse n’avait pas de pouvoir pour intervenir dans le choix des équipes de conseillers de communication des différents ministères et des entreprises publiques, au contraire de ce qui se passait à l’époque du gouvernement Cardoso13. Le ministre de l’économie Antonio Palocci, par exemple, choisit comme chef de son service de presse un journaliste très lié à la Rede Globo, Marcelo Neto, qui n’a jamais accepté de coordonner, et encore moins de subordonner, son travail à celui du SID. Par ailleurs, Kotscho – un grand reporter très respecté parmi ses collègues, mais doté de peu d’expérience du journalisme politique et qui n’avait jamais travaillé à Brasilia avant – n’a jamais élaboré de stratégie précise de communication, ne connaissait pas le milieu des journalistes de Brasilia, et n’avait pas d’affinité avec la majorité des conseillers de communication qui avaient travaillé avec Lula durant la campagne. Dans les premiers temps, Kotscho n’a pratiquement pas retouché la structure et les méthodes de travail du SID, laissant même en place la majorité des fonctionnaires, qui n’avaient pas de lien avec le PT. Pourtant, les personnes et les habitudes de travail ne sont pas interchangeables, principalement quand, pour la première fois de l’histoire du pays, arrive au pouvoir un parti de gauche, jusqu’alors non intégré dans les relations traditionnelles de pouvoir [Hermesindo, 2006 : 43 ; Kotscho, 2006 : 242-251 ; Unidade, 2005].

13Cette situation témoigne du fait que le PT, qui s’était préparé pendant des années au pouvoir en élaborant des programmes de gouvernement, ne s’est en revanche jamais vraiment préoccupé d’avoir une stratégie de communication. Lula comme Kotscho semblent avoir été convaincus qu’il leur suffisait d’établir une relation cordiale avec les patrons de la presse pour en obtenir les bons offices. Pourtant, de nombreuses personnes (professeurs, journalistes, etc.) dans l’entourage du PT, étaient conscientes du rôle politique des médias, et faisaient des suggestions de plans de communication en conséquence. Elles n’ont jamais été écoutées.

  • 14 Le taux de change, qui avait chuté à pratiquement quatre reais pour un dollar à la fin 2002, n’a c (...)

14De la même façon, ont été maintenus au SECOM nombre de techniciens chargés depuis des années de gérer la répartition des dépenses publicitaires du gouvernement. La principale innovation du gouvernement Lula dans le secteur fut de réussir à baisser de 30 % le coût des annonces (diminuant le montant total, mais préservant la propagande publique, en quantité et en qualité), en échange d’une modification de la loi, sous la direction du ministre Gushiken, qui allégea la charge fiscale des agences de publicité. Dans la mesure où il n’y a pas eu de refonte profonde des critères de placement des publicités, les Organizações Globo ont continué à absorber une part encore plus grande du gâteau publicitaire. Les données des premières années du gouvernement Lula montrent que les journaux, les radios, les revues et les télévisions de Globo, ont accru leur participation par rapport aux deux dernières années du gouvernement Cardoso (voir tableau 15). En 2004, la Rede Globo a reçu du gouvernement fédéral l’équivalent de 285,7 millions de reais, soit 3,9 fois plus que la deuxième plus grande chaîne, la SBT, même si l’audience de la Globo n’est que de 2,9 fois supérieure à celle de la concurrente. De même, le journal O Globo a capté 10,6 millions, alors que sa circulation est de 20 % inférieure à celle de la Folha de São Paulo, qui a reçu 10,2 millions14 [Rodrigues, 2005 a].

Tableau 15 • Investissements publicitaires du gouvernement fédéral destinés aux Organizações Globo (en valeur absolue, en millions de reais, et en %)

Tableau 15 • Investissements publicitaires du gouvernement fédéral destinés aux Organizações Globo (en valeur absolue, en millions de reais, et en %)

Source : Rodrigues, 2005a.

15Les critères utilisés par les entreprises publiques n’ont pas non plus été modifiés. Par exemple, en décembre 2003, l’entreprise d’hydrocarbures Petrobras dépensa 47 millions de reais dans une campagne publicitaire pour fêter ses 50 ans. Les Organizações Globo en reçurent 30,8 millions, dont 28,2 millions pour des annonces sur la Rede Globo, alors que la SBT et la Rede Record n’ont eu droit qu’à respectivement 3,9 millions et 1,4 million. Pour ce qui concerne les journaux, la Folha de S. Paulo a reçu 1,5 million de reais, O Estado de S. Paulo 1,3 million et O Globo 1,2 million. L’unique nouveauté est à relever entre les revues : derrière Veja (1,2 million de reais), le plus grand bénéficiaire a été CartaCapital (468 000), suivie par Época (445 000) et Istoé (411 000) [Souza, 2004].

  • 15 En novembre 2006, un éditorialiste de Veja, Diogo Mainardi, fut condamné pour diffamation pour avo (...)
  • 16 C’est ainsi que, durant le gouvernement Vargas, naquit le journal Última Hora, dirigé par Samuel W (...)

16En huit ans de gouvernement Cardoso, CartaCapital n’avait pratiquement rien reçu ; sous Lula, elle commença à faire partie du plan de communication du gouvernement. En 2004, Carta-Capital capta 2,9 millions de dépenses publicitaires fédérales, c’est-à-dire moins que Veja (5,7 millions), Época et Istoé (3,5 millions chacune). Toutefois la correction de la distorsion antérieure fut durement critiquée par le reste de la presse brésilienne, qui finit par accuser le gouvernement de privilégier CartaCapital, puisque ce fut la seule revue qui, en 2002 et 2006, appuya publiquement la candidature de Lula15. En réalité, au contraire de ce qui se passait pendant l’administration Cardoso, la gestion de la publicité ne reposait que sur une politisation extrêmement faible. La revue Veja, par exemple, continua à faire partie des campagnes publicitaires fédérales, en dépit de ses virulentes attaques contre le gouvernement [Hermesindo, 2006 : 61-62]. La décision d’adopter des critères « techniques » pour la distribution de la publicité, liés en priorité à l’audience et à la circulation – favorisant ainsi les grands groupes familiaux de la presse commerciale – a impliqué l’abandon d’un quelconque projet sérieux pour aider à la création ou au renforcement d’organes alternatifs de grand public, plus proches du programme de changements sociaux du gouvernement16. La seule chose que le gouvernement fit, fut de remettre à CartaCapital ce à quoi elle avait droit, selon des critères techniques, et d’aider, avec parcimonie, quelques petits canaux d’information comme le site Internet Agência Carta Maior, lié à l’expérience du Forum Social Mondial.

  • 17 Sans considérer les aspects financiers, ces campagnes publicitaires – financées par le gouvernemen (...)
  • 18 À travers une autre structure, le gouvernement fédéral contrôlait aussi des chaînes de télévision (...)
  • 19 Bucci a démissionné en avril 2007.
  • 20 En 1988, alors qu’il distribuait des concessions de télévision pour garantir le rallongement du ma (...)

17Les instruments de communication à la disposition du gouvernement Lula étaient assez limités. Hormis les campagnes publicitaires17, il avait la possibilité d’imposer des transmissions nationales aux radios et télévisions (un outil dont Lula, comme ses prédécesseurs, a peu usé), et pouvait recourir à l’entreprise de communication de l’État Radiobras. Chargés de la transmission audiovisuelle des discours du Président de la République et de la production d’informations sur les activités du gouvernement, les 1 300 fonctionnaires de Radiobras gèrent une agence d’informations on-line (Agência Brasil), cinq stations de radios et deux chaînes de télévision à Brasilia18. Le président de Radiobras nommé par Lula19, Eugênio Bucci, est un journaliste lié au PT avec une longue carrière de dirigeant du Grupo Abril. Sous sa direction, la Radiobras a tenté de créer un modèle de « journalisme public » indépendant du gouvernement, mais qui n’a jamais eu l’objectif d’offrir un point de vue alternatif à la couverture des événements politiques et économiques faite par les médias commerciaux. En revanche, l’amélioration de la qualité de son agence d’informations a permis à Radiobras de devenir une des premières sources des médias locaux, en particulier de la presse écrite locale, qui repose essentiellement sur des dépêches. D’un autre côté, le gouvernement n’a jamais donné à Radiobras les moyens suffisants pour être véritablement compétitive, comme il n’a pas autorisé les concessions de radio qu’elle demandait pour regagner de l’audience sur le territoire national20.

18En somme, pendant le premier mandat le gouvernement Lula a fait très peu pour garantir une possibilité de communication indépendante avec la population, qui échapperait à la médiation de la presse commerciale. L’unique mesure dans cette direction fut la production par Radiobras d’un programme d’interviews informelles avec Lula, intitulé Café com o presidente (« Un café avec le Président »), retransmis par choix délibéré par 1 400 radios dans tout le pays. Bimensuel au début, à la fin de 2003, hebdomadaire par la suite, le programme durait seulement six minutes et était transmis le lundi matin tôt ; une façon très efficace d’influencer l’agenda des informations de la semaine. Dans les moments politiques les plus délicats, comme pendant la crise du mensalão, le Café a été pour Lula un espace très important pour maintenir un lien direct avec la population. Il répondait aux questions posées sur l’actualité la plus brûlante, y compris les scandales qui frappaient son gouvernement. « Plus le climat politique était pesant, plus [Lula] voulait parler au pays », rappelle Bucci [Bucci, 2008 : 51].

19Au début, le gouvernement ne paraissait pas vraiment préoccupé par l’inadéquation des instruments de communication à sa disposition. La majorité du « noyau dur » autour de Lula (José Dirceu, Antonio Palocci, Luiz Dulci, Luiz Gushiken) espérait que, du fait de leurs problèmes financiers, les grands groupes de médias finiraient par soutenir le gouvernement, ou qu’ils resteraient au moins neutres. Quand la presse a commencé à attaquer Lula, à partir de la mi-2005, il était déjà trop tard pour intervenir. « Une de nos grandes erreurs a été de sous-estimer le rôle des médias conservateurs dans le gouvernement Lula et dans le processus politique brésilien. Les médias ont toujours pris parti », reconnut plus tard Dirceu [Naldoni, 2006].

  • 21 Après le départ de Gushiken, en juillet 2005, le ministre Luiz Dulci cumula la direction du Secrét (...)

20Aux côtés du SID et du SECOM, le troisième élément de l’organisation de la communication présidentielle est constitué par une équipe, subordonnée au Secrétariat général de la présidence, dirigée par Luiz Dulci, et coordonnée depuis le début par le journaliste Carlos Tiburcio, responsable de la préparation des discours du Président Lula21. Au jour le jour, la communication du gouvernement obéissait généralement à la routine suivante :

  • À 7 heures, tous les ministres et leurs principaux conseillers recevaient à leur domicile le résumé des principales informations du jour, élaboré et distribué par Radiobras22  ;
  • À 8 heures, une équipe du SID rédigeait une liste, qui pouvait aller jusqu’à deux pages, des principaux thèmes traités pas la presse, y compris étrangère, indiquant quelles affaires pourraient « croître » durant la journée ;
  • À la même heure, le Président et une poignée de ses conseillers directs recevaient une lecture politique de la couverture de la presse préparée par l’équipe de Bernardo Kucinski, un spécialiste de la communication qui avait la confiance de Lula23 ;
  • À 9 heures, le Secrétariat de presse se réunissait avec le responsable du SECOM, le chef de cabinet du Président, Gilberto Carvalho, et quelques ministres, ou leurs remplaçants, pour analyser les informations et suggérer les réponses ou les mesures à prendre.

21À partir de ce moment, chaque journée suivait son cours. L’événement médiatique majeur de la journée était souvent un discours de Lula ou un acte public. Dans la plupart des cas toutefois, le Président préférait improviser que lire son discours, ce qui rendait impossible toute préparation de la communication en amont, à travers par exemple le calibrage de messages, de mots-clefs ou de phrases-chocs pour les journaux télévisés. N’importe quelle boutade de Lula serait inévitablement la manchette du jour suivant, rayant de la couverture l’effet désiré. L’équipe de communication de Lula ignorait par ailleurs une autre technique de la routine des communications présidentielles : les briefings quotidiens. L’idée de fond de cette méthode, perfectionnée par le « bureau de communication » de la Maison Blanche depuis l’époque de Tom Griscom (directeur de la communication du Président Ronald Reagan), est résumée par sa formule : « nourrir la bête ou être mordu par elle ». En clair, il vaut mieux alimenter constamment la presse avec des informations, et la forcer ainsi à orienter sa couverture dans une certaine direction, plutôt qu’attendre qu’elle choisisse ses propres angles. À la Maison Blanche, il y a au moins deux briefings par jour pour les journalistes accrédités [Maltese, 1994]. Au début du gouvernement Lula, les briefings étaient rares, ils ont par la suite totalement disparu.

  • 24 Par opposition à la manipulation constante et délibérée des médias effectuée par exemple par le go (...)

22On peut certes penser que l’absence de spinning dans la communication du gouvernement Lula – c’est-à-dire, au fond, l’absence de tentative de manipulation de la presse – est un choix démocratique24. Mais plusieurs facteurs indiquent que cette situation a plus été le fruit du hasard qu’un choix délibéré. Selon Kotscho,

« Dès le début, on trouvait deux types de comportements au sein du gouvernement : il y avait d’un côté ceux qui alternaient confrontation et cooptation de la presse, et de l’autre, ceux qui comprenaient que la relation avec la presse est un travail qui se construit au jour le jour, avec patience, fondé sur le respect mutuel et l’acceptation que le gouvernement et les médias ont des natures, des objectifs et même des temps différents. » [Kotscho, 2006 : 255]

  • 25 Kotscho remit sa démission, officiellement pour des raisons personnelles, en novembre 2004. Avec l (...)
  • 26 Ce fut l’unique conférence de presse concédée par Lula durant le premier mandat. Il y en eut une a (...)

23Quand le porte-parole de Lula, André Singer, prit en charge le Secrétariat de la Presse en mars 200525 il essaya de professionnaliser les relations avec la presse. En avril, Singer réussit ainsi à persuader Lula de donner une conférence de presse formelle au Palais du Planalto, demandée par les journalistes depuis l’investiture du Président26. Mais quelques semaines plus tard éclata le scandale du mensalão, contraignant le Secrétariat à limiter ses activités à la gestion de la crise.

24Dans son ensemble, le bilan de la communication du premier mandat du gouvernement Lula est négatif. Comme l’a écrit plus tard Bernardo Kucinski : « la politique de communication du gouvernement était erronée, d’abord parce qu’il n’a pas attribué le même poids stratégique à la communication et aux relations avec les médias qu’avec le secteur financier international. Il n’y avait même pas de commandement unique de la communication, qui souffrit un processus de féodalisation. À la seule présidence, trois acteurs se disputaient l’espace : le SECOM, le cabinet du porte-parole, et le conseiller de presse » [Kucinski, 2008].

Les médias et Lula : une lune de miel de courte durée

25Pour les journalistes de Brasília, la nouvelle présidence représentait à la fois une opportunité et un défi. Lula n’était pas un nouveau venu, et n’importe quel reporter expérimenté avait eu l’occasion de l’interviewer à un moment ou à un autre. En outre, les cadres du PT ont été pendant des années d’excellentes sources d’information pour beaucoup de journalistes, quand explosait un scandale ou quand ils avaient besoin d’accéder à la base de données du Congrès pour remettre en question les dépenses du gouvernement, de Sarney à Cardoso. Enfin, l’équipe de Lula représentait une nouveauté historique, qui éveillait la curiosité de la population, et exigeait des médias un effort d’adaptation pour informer dans ce contexte et avec de nouveaux protagonistes. Pour toutes ces raisons, la majorité des rédactions étaient convaincues qu’elles auraient une relation plus ouverte avec Lula qu’avec Cardoso.

  • 27 La liste complète des interviews concédées par Lula et de ses discours se trouve sur le site du Se (...)

26La « lune de miel », pourtant, n’a pas duré. Contrairement à ce qu’il faisait en tant que leader de l’opposition Lula, une fois devenu Président, a réduit le plus possible les contacts avec la presse. Entre janvier et juin 2003, alors que des centaines de demandes d’interviews s’accumulaient inutilement dans les tiroirs du Secrétariat de Presse, il a seulement discuté rapidement avec les journalistes à une douzaine de reprises, pratiquement toujours à l’occasion de voyages internationaux. Hormis une conversation avec le rédacteur en chef de CartaCapital à l’époque, Bob Fernandes, en avril, Lula n’a concédé sa première interview que huit mois après son investiture : en août, à la revue Veja27. En dépit de l’insistance de Kotscho, et par la suite, de Singer, qui l’exhortaient à parler plus avec la presse, Lula a préféré adopter un style de communication directe avec la population, à travers de fréquents discours et annonces (en moyenne, pratiquement un par jour) relayés par les médias. Parallèlement il évitait le plus possible de répondre aux questions des journalistes, contournant ouvertement la médiation de la presse dans sa communication avec la population. Ce comportement n’a pas changé tout au long du premier mandat, s’accentuant même pendant les moments de crises, au cours desquels Lula a évité tout contact avec les journalistes. Ses collaborateurs n’étaient pas d’accord avec cette attitude. Mais d’un autre côté, il n’était pas non plus urgent, au début du mandat, d’en adopter une autre, étant donnés les indices élevés de popularité du Président, comme l’écrit Kotscho :

« Le manque d’assurance n’était certainement pas le motif de refus de Lula. Après tout, il s’était toujours bien tiré de toutes les conversations avec les journalistes, avant comme après être arrivé à la présidence. C’était tout simplement de l’entêtement et de la méfiance. “Pour l’instant, c’est bien comme ça”, se bornait-t-il à répéter en réponse à mes propositions successives d’organiser une interview collective ou d’autres rencontres avec la presse. Même si je n’étais pas d’accord, j’étais obligé d’admettre que tant que l’indice d’approbation du Président se maintenait au-dessus de 60 %, il serait très difficile de le faire changer d’idée. » [Kotscho, 2006 : 262]

27L’analyse d’un autre étroit collaborateur du Président, Bernardo Kucinski est plus dure. Il affirme que la résistance de Lula à des contacts avec des journalistes a des racines anciennes, puisque, « hormis quelques périodes, il a toujours été maltraité par la presse », et qu’il existe un préjugé généralisé parmi les professionnels de l’information :

« Les journalistes n’acceptent pas un leader politique sans diplôme [...] Il y a toujours l’idée qu’il va dire des énormités, qu’il va se tromper, qu’il ne connaît rien, en considérant que le concept de savoir doit être académique [...]. Interprétant Lula, je crois qu’il n’a pas une vision très positive des journalistes, à cause de tout cela. »

28Kucinski ajoute par ailleurs que Lula s’est trompé dès le début de sa relation avec la presse, niant son importance dans une société démocratique :

« Lula n’a pas su faire une dissociation entre lui comme personne, le politique qui avait été poursuivi pendant des années, et la figure du Président. Le Président a pour obligation de recevoir la presse […] et, à travers elle, parler à la nation. Je pense que Lula et le gouvernement n’ont pas perçu cette obligation. Le gouvernement commença à maltraiter la presse, pas en reproduisant la façon avec laquelle la presse maltraitait Lula – avec des offenses, des insultes, de la discrimination – mais de façon différente, bien pire. Il a éliminé la nécessité de la presse, et commença à communiquer directement à travers […] les discours présidentiels, qui sont toujours des discours verticaux. Il parle, et ne se soumet pas aux questions ». [Sosnowski, 2006]

  • 28 Dans la presse brésilienne, il y a pléthore de journalistes chargés de rédiger des colonnes quotid (...)
  • 29 Communication présentée au Colloque international Presse & Médias au Brésil organisé par le profes (...)

29Pour les journalistes chargés de couvrir la présidence, le quotidien professionnel devenait très compliqué. Avec le changement de gouvernement, tous avaient perdu leurs anciennes sources, et, notamment à la présidence, ils avaient du mal à en trouver de nouvelles. Les éditorialistes en particulier, traditionnellement considérés comme très influents dans la couverture politique28, vivaient mal l’absence d’accès direct à Lula. Cardoso adorait parler avec la presse et était aimé par elle. Séducteur, depuis toujours proche des journalistes, il avait créé une relation d’amitié avec les plus importants reporters, éditeurs et directeurs de presse écrite et de télévision. Pour ces professionnels, il était plus qu’un Président : Cardoso était presque un ami, « qui appelait pendant le week-end à la maison du journaliste juste pour demander s’il allait bien », comme rappelle l’ancien directeur de rédaction de Veja, Mario Sérgio Conti29.

30Cette proximité avec les journalistes les plus influents a contribué à ce que l’ex-Président reçoive leur appui pendant ses huit ans au pouvoir [Hermesindo, 2006 : 65]. Certes, Cardoso jouissait du soutien explicite des propriétaires des grands médias, mais lui et sa secrétaire de presse, Ana Tavares, comprenaient l’importance de cultiver de bonnes relations personnelles avec les journalistes, et de les aider dans leur travail quotidien.

« La gestion de Cardoso fut un cas de la communication. Il parvenait à convaincre la population du plan Real tout seul, en parlant. Et Ana Tavares était extraordinaire, elle ne laissait jamais un journaliste sans réponse. Elle savait exactement quels étaient les délais de chacun »,

31dit Mônica Waldvogel, présentatrice du Jornal das Dez, le plus important journal télévisé de la GloboNews, un canal d’informations en continu appartenant aux Organizações Globo [Naldoni, 2006].

  • 30 Entretien effectué à Brasilia en avril 2006.

32Au contraire, les difficultés d’accès à Lula et à son entourage, ont fini par provoquer des frictions y compris avec les journalistes politiquement proches du PT. « Lula nous ignore, et nous traite tous comme si nous étions des ennemis. Notre vie est devenue un enfer. Je ne voterai plus jamais pour lui », se plaint une journaliste qui couvre depuis des années le Palais du Planalto et fait partie de tous les voyages présidentiels30. Une autre journaliste connue pour ses positions de gauche, l’éditorialiste du Globo Tereza Cruvinel, juge que :

« le PT a beaucoup de problèmes avec la presse. Il ne comprend pas son rôle dans une démocratie. Depuis le début du mandat, il maintient une politique de communication avec les journalistes totalement erronée. » [Naldoni, 2006]

33Cette hostilité fit passer au second plan une caractéristique positive de la relation de Lula avec la presse, que les reporters reconnaissaient :

« Le gouvernement pétiste représente une période de liberté pour les journalistes. Au contraire de l’époque des tucanos [du PSDB], les reporters n’ont pas peur de voir leur têtes demandées, tôt ou tard, aux patrons des médias. » [Scolese et Nossa, 2006 : 197]

34Sans accès direct, la presse a commencé à se concentrer sur les discours du Président. À l’époque où il était dirigeant syndical, Lula aimait parler, improviser devant des multitudes ou au cours de cérémonies officielles, avec un style très personnel. Son langage est simple, plein de métaphores qui placent sur le même plan le fait de gouverner, le football ou le maintien d’une famille. Lula a comparé à de nombreuses reprises le travail de Président à celui d’un entraîneur de football, chargé de définir la stratégie de jeu et les fonctions de chaque joueur/ministre. Parlant de la nécessité de réduire la dette publique grâce à une augmentation de l’excédent budgétaire primaire, Lula l’a mise en parallèle avec l’impératif pour un « chef de famille » de ne pas laisser son foyer dépenser plus que ce qu’il gagne. De la même façon, afin d’expliquer pourquoi son gouvernement avait décidé de financer en priorité les programmes sociaux en faveur des plus pauvres, Lula s’est assimilé à une mère aimant tous ses enfants, mais prêtant plus d’attention à celui qui, parmi eux, est faible ou malade. Et quand on lui a reproché d’être trop lent dans la mise en place de sa politique économique, Lula a comparé le travail d’un gouvernement à celui d’un agriculteur, exigeant de la patience pour attendre le temps nécessaire avant de recueillir les fruits de son labeur.

  • 31 On peut dire que Lula a tenté d’adopter une pratique politique populiste, qui cherche, sur un fond (...)

35Martelant tel ou tel concept dans des centaines de discours au cours des quatre années de son premier mandat, Lula a construit une narration cohérente avec un fil logique bien défini (prudence dans l’action du gouvernement, priorité aux dépenses sociales, autorité du Président, primauté de la production et de la création d’emplois), à travers une communication directe avec la population, dans laquelle les médias n’avaient pour rôle que de retransmettre les mots du Président31. Dans ce cadre, le Secrétariat de Presse s’est mis à accorder une attention inédite aux médias régionaux, principalement à l’occasion des voyages du Président hors des grandes villes du centre et du sud du pays. Cette presse, qui possède une influence importante au niveau local, a pour coutume de couvrir de façon positive les déplacements du Président dans ces régions, sans les biais critiques, voire ouvertement agressifs, de la presse de Sao Paulo et de Rio de Janeiro.

36Cette stratégie de communication, fruit du tempérament et de l’intuition de Lula plus que d’une planification, s’est avérée extrêmement efficace pour consolider le lien et l’empathie entre Lula et les secteurs populaires. Elle a néanmoins renforcé les préjugés négatifs de la classe moyenne, et l’hostilité de la presse, surtout des grands médias de l’axe São Paulo-Rio. Les origines humbles de Lula et son absence de formation académique ont toujours été un motif de moquerie pour une partie de l’opinion publique qui le compare à Cardoso, un intellectuel raffiné et polyglotte. Durant la campagne électorale de 1994, pour ne citer qu’un exemple, une propriétaire de théâtre bien connue de Sao Paulo a déclaré que, pour les Brésiliens, voter pour Cardoso ou Lula, revenait à choisir entre « Sartre et un plombier ».

37Les grands médias commencèrent à mettre encore plus l’accent sur les maladresses de Lula, ses fautes de grammaire et ses gaffes, principalement au cours des voyages internationaux. Comme l’ont reconnu des journalistes :

« Dans les rédactions, l’ordre pour les reporters envoyés [couvrir les voyages] était de redoubler d’attention sur les éventuelles gaffes du Président devant les autorités étrangères. N’importe quel maladresse ou erreur d’un Président peu coutumier de ces formalités aurait plus de poids qu’un discours économique ou la signature d’un accord bilatéral avec un pays » [Scolese et Nossa, 2006 : 114]

38Les bavures de Lula, en particulier au début du gouvernement, étaient souvent purement protocolaires, mais elles pouvaient s’avérer plus embarrassantes. En novembre 2003 par exemple, au cours d’un voyage en Namibie, le Président a provoqué un véritable malaise lorsqu’il a fait remarquer que la capitale du pays, Windhoek, était si belle et propre qu’elle ne semblait pas être en Afrique. Reste que la volonté obsessionnelle de la presse brésilienne de tenter de ridiculiser le Président a privé les lecteurs d’informations de fonds sur le nouveau rôle du Brésil sur la scène internationale [Rouquié, 2006 : 357-379]. La politique extérieure du gouvernement Lula – qui a privilégié l’intégration latino-américaine, les relations avec les pays du sud et imposé des négociations commerciales difficiles à l’Europe et aux États-Unis – était perçue avec méfiance et n’a pas été traitée de façon sérieuse par la majorité des journaux. Veja, par exemple jugeait que cette politique n’avait « pas de cap » et reposait sur des projets douteux. La proposition de faire alliance avec les pays en voie de développement est présentée comme anachronique, et la distance explicite du gouvernement à l’égard de l’ALCA (la Zone de Libre Échange des Amériques désirée par Washington), comme une « stupidité » (voir illustration 4). Comme le rappelle Kucinski, cette attitude s’explique par la position idéologique des grands médias brésiliens, qui ont toujours fait opposition aux gouvernements qui avaient des projets d’autonomie nationale par rapport aux États-Unis et à l’Europe, comme c’était le cas pour Getúlio Vargas, Juscelino Kubitschek (qui dans les années 1950 rompit les relations avec le FMI), João Goulart (renversé par la coup d’État militaire de 1964) et Lula [Kucinski, 2008].

  • 32 La majorité des médias a critiqué les programmes du gouvernement comme «Faim Zéro » sans donner d’ (...)

39Juste après le début du mandat ont également surgi des critiques généralisées des politiques sociales (traitées, en général, comme de l’assistance, ignorant leur profond impact positif sur les conditions de vie de millions de Brésiliens)32. La presse s’est aussi attaquée aux tentatives des « radicaux du PT » et de la « gauche délirante » du MST de pousser Lula plus à gauche (voir illustration 5).

Illustration 4

Illustration 4

Le Brésil tient tête aux États-Unis dans l’ALCA
COURAGE OU STUPIDITÉ ?
Veja, 15.10.2003

Illustration 5

Illustration 5

LA GAUCHE DÉLIRANTE
Pour sauver les misérables des inconforts du capitalisme, le leader sans-terre, José Rainha, menace de créer un campement gigantesque dans l’État de Sâo Paulo... Veja, 18.06.2003

40Parallèlement, la « grande presse », cohérente avec son agenda et le cadrage imposé lors de la campagne électorale de 2002, appuyait avec enthousiasme la politique économique restrictive du gouvernement Lula, incarnée par le ministre de l’économie Antonio Palocci, et qui était en substance la continuité de celle de Cardoso [Cortes et Santa Cruz, 2005]. Cette apparente schizophrénie des médias s’est poursuivie jusqu’à la fin du premier mandat de Lula. Très violents sur le plan politique à l’égard du gouvernement, ils sont simultanément très élogieux de sa conduite macroéconomique du pays, un alignement avec peu de nuances sur les recettes traditionnelles du FMI (taux d’intérêts assez élevés pour contenir l’inflation et rigueur budgétaire pour dégager un excédent primaire substantiel afin d’assurer le remboursement de la dette publique). Quand, en mars 2006, Palocci a été contraint de remettre sa démission, et que le gouvernement a commencé à changer son cap pour augmenter les investissements publics et accélérer la croissance, la presse a inutilement bataillé pour tenter d’empêcher une modification réelle de la politique économique. Un sondage de l’institut Macroplan, réalisé en août 2006 auprès de 100 journalistes en position de chefs dans la presse – éditeurs, directeurs de rédaction, éditorialistes, et reporters spéciaux – confirme l’approbation par les journalistes de la politique économique du gouvernement, considérée comme positive à 59 %. En revanche, les autres aires d’intervention (la politique extérieure, la lutte contre la corruption, la gestion politique) étaient perçues de façon négative (voir graphique 4).

  • 33 Cette discussion a divisé le gouvernement. Hormis Lula, son porte-parole Singer et le chef du Secr (...)
  • 34 Avant de faire marche arrière, Lula expliqua les raisons de l’expulsion à la revue Istoé : « J’ai (...)

41Déjà tendues en 2003, les relations entre le gouvernement et les journalistes ont empiré l’année suivante. En mai 2004, le New York Times publia un article de son correspondant au Brésil, Larry Rohter, intitulé « Brazilian Leader’s Tippling Becomes National Concern » (« Le goût pour la boisson du leader brésilien est une préoccupation nationale »), insinuant que Lula buvait trop et que cela menaçait sa capacité à diriger le pays [Rohter, 2004]. D’un point de vue journalistique, le travail était de mauvaise qualité, sans preuve, ni le moindre témoignage direct qui justifie ce titre ni même sa simple publication. Hormis quelques sites conservateurs, toute la presse brésilienne l’a critiqué, se solidarisant avec le Président, tout comme d’ailleurs l’opposition au Congrès. Mais quand le gouvernement brésilien a émis un dur communiqué de protestation, un porte-parole du New York Times a riposté en revendiquant l’article, provoquant la colère de Lula. Celui-ci ordonna au ministère de la Justice d’annuler le permis de travail du journaliste33, « suite au reportage inconsistant et mensonger, offensant pour l’honneur du Président [...], très préjudiciable pour l’image du pays à l’étranger ». L’impact de cette décision, à l’intérieur comme à l’extérieur du Brésil, ne pouvait être plus dommageable. Le dernier journaliste expulsé du pays avait été, en 1970, le chef du bureau AFP à Rio de Janeiro, accusé d’avoir diffusé un document interdit par la dictature militaire. Le jour suivant, le gouvernement fit marche arrière, en échange d’une lettre du correspondant dans laquelle il affirmait n’avoir jamais eu l’intention d’offenser le Président34. Mais le mal était fait.

Graphique 4 • Évaluation par des journalistes des points positifs et négatifs de la gestion du président Lula (août 2006)

Graphique 4 • Évaluation par des journalistes des points positifs et négatifs de la gestion du président Lula (août 2006)

Source : Macroplan.

  • 35 L’objectif du CFJ serait d’orienter, de discipliner, et de suivre l’activité professionnelle des j (...)

42Quelques mois plus tard, en août 2004, le gouvernement envoya au Congrès un projet de loi pour la création d’un Conseil Fédéral du Journalisme (CFJ), à la demande de la FENAJ. En cas d’approbation, ce texte aurait introduit quelques mécanismes d’auto-réglementation dans la profession pouvant conduire à la radiation du registre professionnel dans des cas de violations graves de l’éthique35, comme cela existe déjà pour les médecins ou les avocats. Le gouvernement pensait ainsi répondre au désir de la majorité de la profession, représentée par ses organisations syndicales. Il fut toutefois surpris par la dureté de la réaction aussi bien des propriétaires de médias que de leurs salariés. La presse se mit à attaquer durement le gouvernement, l’accusant de vouloir limiter la liberté de la presse et d’alimenter des tentations autoritaires dignes d’Orwell (voir illustration 6).

Illustration 6

Illustration 6

LA TENTATION AUTORITAIRE
Les tentatives du gouvernement PT de surveiller et de contrôler la presse, la télévision et la culture, Veja, 18.08.2004

43Pour la revue Veja, « la genèse du projet est basée sur l’ADN de certains pétistes de premier cru, sur laquelle est encore inscrit le mot d’ordre des bolcheviques russes “Tout le pouvoir aux soviets”. Pour qui ne le saurait pas, soviet, en russe, veut dire Conseil ». Dans le même article, la légende d’une photo comparait le chef du Secrétariat de Communication à Goebbles [Gaspar, 2004]. Les autres journaux furent à peine plus élégants.

44Après ce bombardement de critiques, le projet du CFJ a été écarté par le Congrès sans même être discuté, comme le rappelle Kotscho :

« [Ce fut] un véritable massacre. Cela rappelait une guerre d’extermination : dans les éditoriaux et les colonnes des journalistes connus, personne ne voulait même admettre que l’on discute du projet. Face aux attaques généralisées contre le projet, les parlementaires qui ne s’étaient jamais intéressés à la question se sont mués en défenseurs de la liberté de la presse. Ce n’est qu’alors que je me suis rendu compte à quel point les rédactions s’étaient éloignées des entités syndicales des journalistes ces dernières années. J’ai été effrayé par la convergence de point de vue 118 entre les propriétaires de journaux et leurs employés journalistes, en particulier ceux qui recevaient des salaires plus élevés pour occuper des postes de confiance ». [Kotscho, 2006 : 286]

  • 36 L’enquête a été réalisée auprès de 407 journalistes dans tout le Brésil, à partir d’une liste de 1 (...)

45De fait, en tant que groupe social, les journalistes avaient changé, et beaucoup. Le PT n’était plus depuis longtemps hégémonique dans les rédactions, profondément transformées et rajeunies suite aux départs massifs du début de la décennie. Beaucoup des reporters n’avaient évolué que dans une atmosphère de « pensée unique » néolibérale, qui semble également avoir déteint sur leurs inclinations politiques. Une enquête commandée par la revue Imprensa, spécialisée dans la couverture de la presse brésilienne, sur les attentes des journalistes à la veille des élections de 2006 révéla que la majorité d’entre eux voteraient pour le candidat du PSDB, Geraldo Alckmin36. Auprès des journalistes, Lula n’obtiendrait au premier tour que 21 % des voix, soit bien en dessous de sa performance auprès de l’ensemble de la population (voir graphique 5).

Graphique 5 • Intentions de vote des journalistes pour le premier tour des élections présidentielles 2006

Graphique 5 • Intentions de vote des journalistes pour le premier tour des élections présidentielles 2006

Sources : Franceschini, août 2006.

  • 37 La performance générale de l’économie, bien qu’importante, ne semble pas avoir été l’unique facteu (...)

46Ce décalage entre les journalistes et l’opinion publique était déjà évident à mi-mandat de Lula. Pour les médias, le gouvernement était autoritaire, démagogique, maladroit et inefficace. La population, au contraire, le jugeait de façon très positive : depuis l’investiture de Lula jusqu’à la fin de 2004, la somme des opinions « bonne/très bonne » et « normale » oscillait entre 80 et 87 %37 (voir graphique 6). C’est avec ce capital de crédibilité, et dans un contexte de frictions permanentes avec la presse, que Lula a affronté la plus grave crise politique de son premier mandat.

Graphique 6 • Opinion de la population sur le président Lula d’avril 2003 à décembre 2004 (Réponse stimulée et unique, en %)

Graphique 6 • Opinion de la population sur le président Lula d’avril 2003 à décembre 2004 (Réponse stimulée et unique, en %)

Source : Datafolha.

La crise du mensalão

Un système de partis structurellement fragmenté

47Le scandale politique qui est connu à travers le néologisme mensalão (« le grand mensuel ») surgit dans le contexte d’un système politique structurellement fragmenté, issu des cendres du bipartisme imposé de force par la dictature (1964-1985), constitué par un parti proche des militaires (Alliance Rénovatrice Nationale - ARENA) et par un autre réunissant toutes les forces d’opposition modérée (Mouvement Démocratique Brésilien - MDB).

  • 38 Nous utilisons ici la définition d’Otto Kircheimer, bien qu’en dehors de son contexte original.
  • 39 Le PDT, dont Leonel Brizola, pendant longtemps un des vice-présidents de l’Internationale Socialis (...)
  • 40 Le PFL a changé de nom une fois de plus le 8 février 2007, et maintenant s’appelle Democratas (DEM (...)

48L’ARENA a donné naissance au PDS (Parti Démocratique Social) et du MDB surgit le PMDB (Parti du Mouvement Démocratique Brésilien, qui se transforma rapidement en un catch-all party, sans idéologie clairement définie, dirigé par des leaders locaux38). À partir de l’ouverture partielle de 1979, naquirent deux partis qui se proclament héritiers du travaillisme de Getulio Vargas – le PDT (Parti Démocratique Travailliste) et le PTB (Parti Travailliste Brésilien39). En 1980, est fondé le PT, qui réunit des groupes et courants d’inspirations diverses à gauche, sous le leadership de Lula. Ces cinq partis participent aux élections législatives et de gouverneurs en 1982 et représentent, à partir de ce moment et à l’issue de multiples transformations (du PDS ont surgi le PP et le PFL40, une scission du PMDB a donné naissance au PSDB de Cardoso, etc.), l’ossature du système politique brésilien. Ces partis ont donné tous les Présidents de la République élus depuis le retour de la démocratie (l’exception étant Collor de Mello, en 1989), tout comme la grande majorité des gouverneurs et sénateurs [Monclaire, 2005].

49La flexibilité introduite par une loi électorale de 1985, a permis la multiplication des partis politiques. Entre 1982 et 2002, pas moins de 76 partis (y compris les cinq déjà évoqués, et sans compter les huit qui ont changé de nom ou fusionné) ont présenté au moins un candidat à une des élections réalisées. La majeure partie n’a connu qu’une existence éphémère : seuls 27 d’entre eux ont disputé plus de trois élections consécutives. Mais à partir de 1985, la multiplication de l’offre et l’absence de tout plancher minimum de voix pour accéder à une représentation nationale a contribué à l’explosion du nombre de partis au Congrès, sans qu’aucun ne puisse obtenir une majorité relative significative (voir tableau 16).

Tableau 16 • Chambre des députés : partis en lice et partis représentés

Tableau 16 • Chambre des députés : partis en lice et partis représentés

Source : Monclaire, 2005.

  • 41 Les 513 sièges de la Chambre des Députés se distribuent entre les 26 États et le District Fédéral (...)

50Il y a au moins trois autres éléments qui caractérisent le système politique brésilien. D’abord, l’absence d’un quelconque financement public des campagnes, avec une législation rendant difficile la surveillance des dons des entreprises, favorisant ce qu’on appelle la caixa dois, (« caisse numéro deux »), constituée par des fonds non déclarés et non imposés, une pratique théoriquement illégale mais utilisée par tous les grands partis. Ensuite, un système électoral grossissant la représentativité des petits États, augmentant la compétition entre les candidats d’une même étiquette, et réduisant l’influence des partis dans la sélection du personnel politique41. Enfin, l’absence de lien légal entre les élus et leurs partis : les parlementaires peuvent changer d’étiquette aussi souvent qu’ils le désirent.

  • 42 Pour une analyse et une comparaison des problèmes de gouvernabilité dans l’Amérique latine des vin (...)
  • 43 Le Président de la République dispose de trois instruments principaux pour construite et maintenir (...)

51Évidemment cette fragmentation pose des problèmes de gouvernabilité42. La conséquence concrète de cette situation est que, même s’il est élu avec un mandat populaire fort, le Président se trouve en général démuni d’une solide base parlementaire, et forcé à des négociations continuelles et exténuantes pour composer une majorité et la maintenir. Ces discussions se font en général avec les leaders des différents partis au Congrès (qui ont la possibilité de choisir quels députés et sénateurs siégeront dans les commissions et autres postes importants, conditionnant ainsi leur possibilité de réélection, et donc leur carrière), ce qui implique une certaine fidélité aux décisions du parti. Mais un député mécontent peut décider de changer de parti ou, dans le cas de votes délicats, de traiter directement avec le gouvernement43.

52Dans le cas de Lula, la coalition qui a soutenu officiellement sa campagne électorale en 2002 (PT, PL, PMN, PCDB, PCB) a obtenu à peine 129 députés sur 513 (le PT est devenu le premier parti du pays, avec près de 24 % des voix, mais, du fait du système électoral, a obtenu seulement 91 sièges à la Chambre, soit 17,7 % du total). Le gouvernement Lula a donc amplifié, en l’orientant vers le centre-droit, sa politique d’alliance, attirant au sein de la majorité parlementaire des partis comme le PP ou le PTB, et d’importants secteurs du PMDB. En février 2003, le gouvernement pouvait compter sur le soutien de 252 députés et 31 sénateurs ; en juin, le chiffre monta jusqu’à 370 députés [Fleischer, 2006 : 4]. Il s’agissait, comme il serait évident plus tard, d’une base parlementaire hétérogène et trop fragile.

53Pour faire marcher la machine, les Présidents ont recours aux Mesures Provisoires (MP). Créée par la Constitution de 1988 afin d’être appliquée dans les situations « graves et urgentes », la MP a en effet servi d’instrument de gouvernement, les équipes au pouvoir rééditant les MP indéfiniment face aux difficultés à avoir un appui au Congrès. Le Plan Real, par exemple, est entré en vigueur à la suite d’une MP qui a été reconduite 73 fois, en six ans, par le Président Cardoso. La pratique politique des MP est toujours intense. Le Président Lula avait atteint, à la fin de 2004, la plus grande moyenne historique d’édition de MP, 5,4 par mois [Vasconcellos, 2004].

De Waldomiro Diniz au valérioduto

  • 44 Les bicheiros sont les gérants du jogo do bicho (littéralement « jeu des animaux »), une loterie i (...)
  • 45 Dans la suite des investigations, Diniz fut aussi accusé d’avoir demandé des pots-devin à GTech (u (...)
  • 46 La création de cette CPI (la CPI des bingos) a été décidée, en juin 2005, par le Tribunal Suprême (...)
  • 47 Un des principaux leaders étudiant en 1968, jeté en prison, puis exilé à Cuba à la suite de sa lib (...)

54Deux événements impliquant le PT ont ouvert le chemin à la pire crise politique du premier mandat de Lula. Le premier concerna un collaborateur de José Dirceu, au sein de la Maison Civile de la Présidence, le chef-adjoint des affaires parlementaires, Waldomiro Diniz. En février 2004, apparurent deux cassettes vidéo – divulguées amplement par la revue Época et par le Jornal Nacional de la Globo – enregistrées par le bicheiro44. Car-124 los Augusto Ramos. On y voyait Diniz en train d’extorquer de l’argent à Augusto Ramos, pour rassembler des fonds pour la campagne électorale du PT et du PSB à Rio de Janeiro, en 2002. En échange, Diniz promettait d’aider Augusto Ramos pour une licitation publique. Diniz fut immédiatement renvoyé du gouvernement, et soumis à une investigation de la part du ministère public. Apparemment, l’argent réclamé au bicheiro était destiné à son propre compte bancaire et non aux caisses du parti, mais l’épisode a eu des conséquences importantes. D’abord, ce fut le premier scandale de corruption du gouvernement Lula, et ainsi la première véritable atteinte au capital symbolique du PT, et dans une moindre mesure, du Président lui-même45. Deuxièmement, il provoqua un problème politique pour le gouvernement, qui ne parvint à éviter la mise en place d’une CPI que grâce à une manœuvre de celui qui était alors le Président du Sénat, l’ex-Président de la République Sarney, allié du gouvernement Lula46. Il donna aussi lieu à une détérioration importante de l’image de Dirceu, dont la force auprès de Lula diminua. Finalement, le ton de la couverture du scandale démontra que la lune de miel du gouvernement avec la presse – et particulièrement avec les Organizações Globo – était terminée, et qu’à partir de là, il n’y aurait pas de quartiers. On peut supposer, bien qu’une étude spécifique serait nécessaire pour prouver cette hypothèse, que l’attitude agressive de la presse dans la couverture de cet épisode était une façon d’atteindre Dirceu, identifié comme le principal représentant de la gauche au gouvernement, un contrepoids permanent face aux positions économiques néolibérales défendues par le ministre de l’économie Palocci47 et par le président de la Banque Centrale Meirelles, avec le soutien de toute la « grande presse ».

55Quelques mois après l’épisode Diniz, les élections municipales d’octobre 2004 donnèrent l’occasion à la presse de prendre le parti du PSDB contre le PT. Les études faites par l’institut universitaire DOXA-IUPERJ et par l’Observatoire Brésilien des Médias, démontrent clairement la partialité de la couverture, en particulier à Sao Paulo, où la campagne de la presse fut un des éléments déterminants de la défaite de Marta Suplicy, en faveur de José Serra, le candidat du PSDB battu par Lula en 2002.

  • 48 Le mandat des Présidents de la Chambre et du Sénat dure deux ans, sans rénovation immédiate possib (...)
  • 49 Vieux routier de l’ARENA pendant la dictature, Cavalcanti était passé au PP (Parti Progressiste ; (...)

56Le deuxième épisode symptomatique des problèmes du gouvernement Lula a eu lieu au Congrès. À l’occasion de l’élection du Président de la Chambre des Députés, traditionnellement issu du parti le plus représenté48, deux candidats du PT, Luiz Eduardo Greenhalgh (São Paulo) et Virgilio Guimarães (Minas Gerais) se sont affrontés. La division permit l’élection d’un député relativement obscur et médiocre, de l’État de Pernam-buco, Severino Cavalcanti, connu pour ses positions conservatrices et ses gaffes calamiteuses, qui firent tout de suite la joie des caricaturistes49. Accusé de demander des pots-de-vin au propriétaire du restaurant interne de la Chambre en échange de la rénovation de la licence de fonctionnement, Cavalcanti fut contraint à démissionner huit mois plus tard. Mais durant pratiquement toute l’année 2005, le gouvernement perdit la maîtrise de l’ordre du jour de la Chambre, quand il en avait le plus besoin.

  • 50 Une chronologie complète de la crise est disponible sur le site du Grupo Folha : noticias.uol.com. (...)
  • 51 Avocat de Rio de Janeiro, Jefferson fut un des politiques les plus proches de l’ex-Président Collo (...)

57C’est dans ce contexte qu’explosa la « bombe » Jefferson. La première phase de la crise survint le 14 mai, quand Veja publia un reportage montrant un directeur de la Poste recevant de l’argent pour faciliter des licitations pour des entreprises50. Il se défendait en disant être à peine un exécutant, et que le chef du schéma de corruption était le député Roberto Jefferson, alors président du PTB, un allié du gouvernement51. Cette semaine fut marquée par le débat sur l’ouverture ou non d’une CPI pour vérifier cette dénonciation. En dépit des tentatives du gouvernement de l’éviter, la CPI de la Poste a été créée à la fin mai. Le mois suivant, ont également été mises en place la CPI des bingos et celle du mensalão. Pendant les neuf mois suivants, l’activité du Congrès s’est pratiquement limitée au travail des trois CPI.

  • 52 Pour cette interview, le journaliste Renata Lo Prete gagna le Prêmio Esso, le plus grand prix de l (...)

58Le 28 mai, Veja publia une interview du député Roberto Jefferson, dans laquelle il menaçait, s’il était mené sur le banc des accusé, d’y conduire aussi Dirceu, Delubio Soares, alors trésorier du PT, et Silvio Pereira, alors secrétaire général du parti. Le 6 juin, Jefferson mit sa menace à exécution. Dans un entretien à la Folha de S. Paulo, il affirma que le PT avait garanti sa base alliée au Congrès en versant tous les mois aux députés 30 000 reais (près de 10 000 euros, au taux de change de l’époque), suivant un montage commandé, selon lui, par Dirceu et Delubio Soares [Lo Prete, 2005]52. Ce fut au cours de cette interview que Jefferson créa l’efficace néologisme mensalão (« le grand mensuel »), qui deviendra le nom du scandale, et, en même temps, un exemple de l’utilisation d’un langage doté d’un puissant instrument de cadrage. L’accusation de Jefferson, qui n’a jamais été prouvée, devenait une évidence en soi, et les simples tentatives d’analyser la vraisemblance de l’existence du mensalão se transformaient en volonté de garantir l’impunité aux mensaleiros qui auraient reçu ce pot-de-vin mensuel. Au cours de la même interview, Jefferson déclara que les paiements mensuels n’auraient disparu après qu’il ait informé le Président Lula de l’existence de cette pratique.

59Dans une autre interview à la Folha de S. Paulo, six jours plus tard, Jefferson fit de nouvelles accusations : le pot-de-vin des députés aurait été versé en argent liquide, provenant d’entreprises publiques et privées, apporté dans des valises par deux opérateurs, parmi lesquels le publicitaire Marcos Valério, patron de deux entreprises de publicité à Belo Horizonte. En quelques jours, surgit un nouveau néologisme contribuant au cadrage de culpabilité des médias : le valerioduto, le viaduc d’argent illégal. Le 14 juin, lors de sa déposition au Conseil d’Éthique de la Chambre – transmis en direct sur toutes les chaînes d’informations sur câble – Jefferson admit ne pas avoir de preuve soutenant ses allégations, mais accusa de nouveau Dirceu. Deux jours plus tard, ce dernier démissionna de son poste de chef de la Maison Civile afin de préserver le gouvernement du Président Lula, et reprit son poste de député, qu’il perdra cinq mois plus tard, quand il sera destitué par ses pairs (cassado) et privé de ses droits politiques pour huit ans. La destitution – approuvée par 293 voix contre 192 – fut justifiée par une prétendue « rupture de l’éthique parlementaire », mais fut surtout une décision politique, puisque, hormis les déclarations de Jefferson, il n’y avait pas la moindre preuve ni le moindre indice de la participation de Dirceu au mensalão. Jefferson fut également destitué pour avoir fait des dénonciations sans fournir aucune preuve.

  • 53 Le but de ce travail n’est pas de reconstruire de façon détaillée les étapes de la crise ; c’est p (...)
  • 54 Ce fut le cas, par exemple, du député du PFL du Minas Gerais Roberto Brant, qui n’a jamais voté en (...)

60Le départ de Dirceu du gouvernement fut le point de départ d’une frénésie politique et médiatique incontrôlable qui dura 128 plusieurs mois et conduisit, dans les moments les plus aigus de la crise, l’opposition et une partie des médias à envisager la possibilité d’un impeachment de Lula53. La crise du mensalão se développa à travers une relation d’alimentation réciproque entre le Congrès et les médias : les travaux de la CPI fournissaient en permanence une matière première pour la presse (qu’il s’agisse d’informations publiques ou de fuites de documents secrets), qui, à son tour, alimentait les CPI en publiant des « révélations » pas toujours fondées ni vérifiées, devenant immédiatement l’objet et la source d’investigations. Dans ce cercle vicieux, le plus important est d’arriver avant les concurrents, dans une course aux scoops les plus explosifs possibles. La véracité, ou même la vraisemblance des accusations ne sont plus que des détails. Des extraits bancaires révélèrent que des parlementaires du PT, PL, PTB et PP ainsi que d’autres partis de la base alliée du gouvernement auraient retiré de l’argent liquide des comptes des entreprises de Valério. La présence d’un nom sur une de ces listes était transformée en preuve suffisante et irréfutable de la participation d’un politique au schéma du mensalão, même quand cela n’avait pas le moindre sens54.

61La première interview avec Marcos Valério, niant son implication dans le scandale, fut accordée au Jornal Nacional de la Rede Globo, le 23 juin. Le 2 juillet, Veja révéla l’existence d’un prêt de 2,4 millions de reais fait par une entreprise de Valério au PT. Dans une nouvelle interview exclusive au Jornal Nacional, le 15 juillet, Valério admit avoir monté un schéma de financement de plusieurs millions pour le PT, affirmant avoir exécuté les ordres de Delubio Soares, le trésorier du parti. Le jour suivant, Soares se rendit aussi au Jornal Nacional, où il confirma que les prêts faits par Valério relevaient d’une opération de financement illégal du parti via une caixa dois. Soares exempta de toute responsabilité les autres dirigeants du parti et le Président Lula. Le 17, au cours d’une autre émission de la Rede Globo, Fantastico, fut diffusée une interview du Président Lula, concédée à une journaliste free-lance durant un voyage à Paris. Le Président reconnaissait que le PT avait monté une caixa dois comme tous les partis le faisaient systématiquement au Brésil. L’interview a été enregistrée avant que Valério et Soares ne présentent cette version.

62Le scandale provoqua la décapitation de la direction du PT, avec les démissions du président du parti, José Genoino, de Delubio Soares et de Silvio Pereira. Au sein du gouvernement, le départ de Dirceu fut suivi par celui du chef du SECOM, Luiz Gushiken, accusé par un ex-directeur du Banco do Brasil, la plus grande banque publique brésilienne, d’avoir ordonné la signature d’un contrat avec une des entreprises de Valério. Les révélations atteignirent aussi Duda Mendonça, le responsable marketing de la campagne de Lula en 2002. Interrogé par une CPI, il admit avoir reçu de Valério plus de dix millions de reais sur un compte off-shore non déclaré au fisc, comme partie du paiement de ses services.

63Dans ce contexte, Lula a été contraint d’intervenir personnellement pour prendre ses distances par rapport aux irrégularités commises par le PT, et pour tenter de préserver son capital symbolique. Le Président réduisit encore plus ses contacts avec la presse, qui cherchait à démontrer de façon agressive que « Lula savait » et qu’il était complice du mensalão. Il eut recours encore une fois à la communication directe avec la population, dans laquelle il pouvait présenter une perception plus favorable de sa personne. Au cœur de la crise, Lula insistait sur la construction de son image personnelle, faisant appel à son histoire d’émigré du Nordeste, d’homme simple qui avait lutté pour arriver là où il était arrivé et, qui donc ne pouvait être impliqué par les dénonciations de la presse [Vasconcellos, 2006 b : 26].

64En 2005, le Président fit cinq discours sur le réseau national de radiotélévision dont trois pendant la crise. En outre, il chercha à s’exprimer plus encore dans des réunions publiques à travers le pays : au mois de juin, il fit 18 discours officiels, 29 en juillet, et 26 en août. Durant la crise, la première intervention sur le réseau national eut lieu le 23 juin 2005, 17 jours après les premières accusations de Jefferson, et le même jour que le Jornal Nacional présentait la première interview de Marcos Valério. Pendant dix minutes, Lula s’exprima sur la crise, promettant de punir toutes les personnes impliquées dans l’affaire et revendiquant le travail de son gouvernement dans le combat contre la corruption :

« [...] Le corrompu doit toujours être puni, et toujours de façon exemplaire. Quel qu’il soit, d’où qu’il vienne, qu’il soit un adversaire ou un allié [...]. S’il y a bien un gouvernement qui se soit montré implacable dans le combat contre la corruption, depuis le premier jour, c’est le mien. Jamais le Brésil n’a vu autant de personnes puissantes être emprisonnées pour corruption et pour fraude à l’égard des caisses publiques comme aujourd’hui : des hommes d’affaires, des juges, des commissaires, des politiques, des policiers et des fonctionnaires publics de haut niveau qui depuis des années, parfois des décennies, agissaient en toute impunité. Cela peut même donner l’impression fausse que la corruption a augmenté quand, en vérité, ce qui a augmenté, et beaucoup, c’est le combat contre la corruption [...]. Une investigation profonde, comme celle qui est faite par la Police Fédérale, et aujourd’hui renforcée par une CPI, bientôt, pour le bien du Brésil, va séparer le bon grain de l’ivraie, le bien du mal, la vérité du mensonge ». [Lula, 2005 a]

65Le deuxième discours diffusé par le réseau national, Lula le fit le jour suivant l’aveu par Duda Mendonça qu’il avait été payé sur un compte extérieur, pratique que la législation brésilienne interdit. Dans sa déclaration, Lula a lu un texte debout, aux côtés de tous ses ministres, pour une réunion plénière dans la Granja do Torto, une des résidences présidentielles. Lula revendiqua une fois de plus son parcours politique, son honorabilité personnelle et prit ouvertement ses distances à l’égard de son parti, qu’il accusa de trahison :

« [...] En 1980, avec le retour de la démocratie, j’ai décidé de créer un nouveau parti qui viendrait changer les pratiques politiques, les moraliser, et rendre de plus en plus propre la dispute électorale dans notre pays. J’ai aidé à créer ce parti, et, vous le savez, j’ai perdu trois élections présidentielles, et gagné la quatrième, en restant toujours fidèle à ces idées, aussi fidèle que je le suis aujourd’hui. Je veux vous dire, en toute franchise, je me sens trahi. Trahi par des pratiques inacceptables dont je niai rien su. Je suis indigné par les révélations qui apparaissent tous les jours et qui choquent le pays. Le PT ajustement été créé pour renforcer l’éthique en politique et lutter aux côtés du peuple pauvre et des couches moyennes de notre pays. Je niai pas changé et j’en suis certain, l’indignation que je sens est partagée par la grande majorité de tous ceux qui nous ont accompagnés sur cette trajectoire ». [Lula, 2005 b]

  • 55 En septembre, la presse a consacré l’essentiel de l’espace au cas du Président de la Chambre des d (...)

66La troisième et dernière déclaration durant la crise fut donnée à l’occasion de la fête d’indépendance, le 7 septembre. Sans grandes nouvelles révélations, le scandale du mensalão commençait lentement à s’essouffler dans les journaux télévisés – mais pas dans la presse écrite, comme nous le verrons –, et la crise paraissait commencer à ne plus avoir d’intérêt55. Dans son discours, Lula souligna l’importance de l’indépendance du Brésil, comme une référence aux turbulences par lesquelles le pays et lui-même étaient passés :

« [...] En ce jour, il y a 183 ans, nous avons commencé à être une nation indépendante, un moment historique dans une lutte initiée bien avant et qui continue jusqu’à aujourd’hui. Oui, parce que la lutte pour l’indépendance continuera tant qu’il y aura un intérêt national à défendre et un unique Brésilien à être libéré de la misère [...]. En ce jour de la Patrie, je veux réfléchir avec chacun d’entre vous sur l’extraordinaire capacité que nous avons, peuple et gouvernement, à affronter et à dépasser les défis. S’il y a une caractéristique marquante du peuple brésilien, c’est sa capacité à lutter contre l’adversité, et à la vaincre ». [Lula, 2005 c]

  • 56 Des 19 députés, sept étaient du PT ; quatre du PL ; deux du PTB ; quatre du PP ; un du PMDB ; un d (...)
  • 57 Une des clauses de l’alliance du PT avec le PL en 2002, par exemple, fut une contribution de dix m (...)
  • 58 Un schéma analogue, impliquant là encore la participation de Valério, avait été utilisé pendant la (...)

67Avec le passage des semaines et des mois, le scandale du mensalão se vidait progressivement de son contenu. Des 19 députés dont on avait demandé la destitution56, seulement trois le furent (Dirceu, Jefferson et un obscur député du PP) ; quatre ont démissionné (pour ne pas perdre leurs droits politiques) et 12 autres ont été absous par leurs pairs. Il a finalement été prouvé que par le valérioduto étaient passés 55 millions de reais (environ 20 millions d’euros au taux de change de l’époque) et que, de cette somme, des parlementaires du PT, PL, PP, PTB et du PMDB avaient reçu 27 millions de reais. Selon les déclarations à la CPI de l’ex-trésorier du PT, ces transferts concernaient le remboursement de frais de campagne, selon des accords politiques précis57. L’explication du parti est que le restant a été utilisé par le PT pour couvrir des frais de campagne non enregistrés dans la comptabilité officielle et pour le fonctionnement du parti après les élections. D’ailleurs, jamais l’existence du mensalão n’a été prouvée ; c’est-à-dire l’achat de voix à la Chambre en échange de pots-de-vin [Figueiredo Lucas, 2006 : 212]. Il n’y a jusqu’à aujourd’hui aucune preuve que cet argent provienne de fonds publics ou soit lié à une corruption du gouvernement. Une des explications serait qu’une partie significative des dépenses du PT – et de tous les autres partis – pour les campagnes électorales de 2002 et 2004 (élections municipales) proviennent d’une caixa dois alimentée par des entreprises privées [Lirio, 2005] et que le valérioduto ait été l’instrument utilisé pour légaliser l’argent58. Le rapport final de la CPI du mensalão présenté le 29 mars 2006, continue à affirmer que l’origine des ressources du valérioduto serait les caisses publiques et certaines sources privées, mais sans en fournir de preuve.

  • 59 Enquête nationale Datafolha du 13-14 décembre 2005, avec une marge d’erreur de plus ou moins 2 %.

68Le véritable impact de ce scandale politico-médiatique, pour reprendre la définition de Lima, fut sensible en termes de popularité pour Lula et pour son gouvernement, atteignant le capital symbolique du Parti des Travailleurs. À la fin de mai 2005, quand éclata la crise du mensalão, le Président avait un taux d’approbation de 35 %, et un taux de réprobation de 18 %. En sept mois – des centaines d’heures de télévision et des milliers de pages de journaux dédiées au mensalão – la popularité de Lula plongeait à son minimum historique durant la présidence : 28 %, contre un taux de réprobation de 29 %. À ce moment, pour la première fois, une enquête donna Lula en seconde position dans les intentions de vote du premier tour des élections présidentielles, avec 29 % contre 36 % pour une éventuelle candidature de Serra59.

69À partir de janvier 2006, avec la diminution des nouvelles négatives liées au mensalão, et une forte campagne d’image du gouvernement – un bombardement de publicités dans tous les médias exaltant les bons résultats économiques et sociaux du pays –, les courbes commencèrent à s’inverser. Fin mai 2006, à la veille du début de la campagne électorale, Lula avait récupéré un niveau d’approbation légèrement inférieur à celui dont il jouissait à l’époque de son investiture (voir graphique 7). Les enquêtes indiquaient que l’argument de Lula – on parle plus de corruption au cours de son mandat parce que les investigations avaient augmenté et qu’on ne cachait rien – fonctionnait. Selon un sondage de la Fondation Perseu Abramo, liée au PT, effectué en mars 2006, pour 44 % des Brésiliens « il y a aujourd’hui plus de dénonciations parce que le gouvernement est dirigé par Lula mais la corruption la même qu’avant », alors que pour 31 %, « il y a aujourd’hui plus de dénonciations parce que le gouvernement de Lula est celui qui a le plus combattu la corruption ». Ils n’étaient que 19 % à estimer que la « corruption avait augmenté ». Les choses furent moins simples pour le PT. La même enquête indiqua une profonde mutation de la perception publique de l’image du parti. Sur la question de la corruption, comparée à un sondage analogue fait en 1997, la part de Brésiliens estimant que le PT était le parti avec le plus de politiques corrompus bondit de 4 % à 27 %, dépassant le PSDB (qui passa de 26 % à 21 %). En même temps, le parti améliora son image de bonne capacité administrative (de 10 à 23 %), maintint son identification avec la défense des plus pauvres (de 40 à 41 %), et apparut avoir modernisé ses idées (de 14 à 23 %). En résumé, ces chiffres suggéraient que l’atteinte au capital symbolique du PT dans le scandale du mensalão avait été plus profonde que celle dont avait souffert le Président Lula [Fundação Perseu Abramo, 2006]. Cinq mois plus tard, les urnes confirmèrent ce diagnostic.

Graphique 7 • Opinion de la population sur le président Lula, de mai 2005 à mai 2006 (réponse stimulée et unique, en %)

Graphique 7 • Opinion de la population sur le président Lula, de mai 2005 à mai 2006 (réponse stimulée et unique, en %)

Source : Datafolha.

Journalisme d’investigation ou chasse à l’homme ?

  • 60 Même l’enregistrement du paiement de pots-de-vin au sein de la Poste qui conduisit Jefferson à dén (...)

70Au contraire de ce qui s’est passé à l’époque du collorgate en 1992, pour le scandale du mensalão, la presse n’a pas été à l’origine des investigations, son rôle se limitant la plupart du temps à amplifier – souvent, sans même les vérifier – des dénonciations et des accusations60. Pour revenir à la distinction faite par Waisbord, on peut dire que la presse joua son rôle de « chien de garde » – et peut-être aussi son rôle politique – mais sans apport majeur du point de vue du journalisme d’investigation. Les articles étaient pleins d’adjectifs mais manquaient les faits. Dans ce sens, comme s’en inquiétait le politologue Wanderley Guilherme dos Santos au tout début de la crise, la position de la presse rappelait plutôt des crises antérieures, à la fin dramatique, de l’histoire moderne du Brésil :

« La grande presse poussa Getúlio [Vargas] au suicide [en 1954] sans aucun fondement ; elle empêcha pratiquement l’investiture de Juscelino [Kubitschek] [en 1955], sans aucun fondement ; elle poussa Jânio [Quadros] à démissionner [...] sans aucun fondement ; elle tenta de compromettre l’investiture de [João] Goulart sans aucun fondement. […]. Et elle soutint le coup d’État de 1964. Il y a deux ans, la presse essaya d’imposer à Lula son propre agenda : elle a réussi aujourd’hui ». [Dias, 2005]

71Politiquement, toutes les crises citées par Santos ont donné lieu à une participation active de l’armée, un « pouvoir de fait » progressivement marginal à partir de 1985 et totalement hors de la scène en 1992 comme en 2005. L’autre grande différence entre la crise du mensalão et le processus d’impeachment de Collor fut le rôle central des nouvelles technologies de l’information (Internet et les télévisions par câble), qui permirent le suivi en direct des événements, attisant encore un peu plus la compétition entre les médias et opérant la transformation du scandale politique en un gigantesque spectacle. C’est un cas parfait de scandale politico-médiatique, selon la terminologie de Thompson et Lima : la crise n’aurait pas eu lieu en dehors des médias et sans leur participation.

  • 61 La CPI de la Poste ; la CPI du mensalão ; la CPI des bingos.

72Le clou du spectacle était constitué par les sessions des trois Commissions Parlementaires d’Investigations (CPI) en marche simultanément au Congrès, qui avaient parfois le même agenda et les mêmes personnes invitées à comparaître61. Pendant des mois – de juin 2005 à mars 2006 – à partir de 10 heures du matin, le menu du jour incluait des témoignages, des confrontations, des disputes, des larmes, des discours enflammés : tout en direct. Le pays s’arrêta pour contempler les viscères du pouvoir exposés sur toutes les chaînes. Les mères au foyer qui n’avaient jamais montré d’intérêt pour la politique ne quittaient plus des yeux leur écran jusqu’à des heures tardives de la nuit. Des étudiants qui avaient regardé des sessions de CPI organisaient le jour suivant des discussions passionnées. Les indices de la bourse montaient ou descendaient selon les dépositions du jour. Les services publics et les bureaux gardaient les télévisions allumées toute la journée. La TV Senado jusqu’alors marginale, mais qui transmettait pratiquement toutes les sessions des CPI, vit son audience s’envoler. Avant mai 2005, quand éclata la crise, la chaîne n’avait que 9 heures de programmes. Elle est passée à 13 heures de direct et pour les besoins de la couverture de certaines CPI, alla jusqu’à 17 heures. Durant quelques jours de juillet, 16 % des téléviseurs restèrent connectés à la même chaîne. Avec une telle audience, on a rapidement vu apparaître ce que les journalistes appellent les « parlementaires du flash » (a bancada do flash), un groupe de députés, parmi lesquels la sénatrice dissidente du PT et future candidate présidentielle Heloísa Helena qui :

« profitait des transmissions comme des meetings audiovisuels, avec des déclarations calculées et pensées, toutes prêtes à être éditées pour remplir les programmes électoraux de TV quelques mois plus tard. Il n’était pas rare qu’un député ou un sénateur s’adresse aux caméras avec des phrases du type “vous qui regardez cette CPI de chez vous en ce moment”... ». [Figueiredo Lucas, 2006 : 216]

73La crise domina totalement les informations des médias pendant des mois. Entre juin et octobre 2005, la Folha de S. Paulo dédia au mensalão 76 des 151 titres principaux de sa une ; 58 autres furent destinés à des questions liées d’une façon ou d’une autre au scandale (déclarations du Président, impact sur l’économie, nouvelles dénonciations, etc.). Pendant cinq mois, seulement 17 des manchettes ont été consacrées à d’autres thèmes (les attentats de Londres et l’assassinat consécutif d’un jeune Brésilien par la police britannique, la destruction de la Nouvelle-Orléans par l’ouragan Katrina, les résultats du championnat brésilien de football). Même dans ces cas, le deuxième titre était lié au mensalão (voir graphique 8). Selon le relevé fait par le quotidien lui-même, au premier semestre 2005, le thème le plus traité était le gouvernement Lula (une moyenne de 742 textes par mois), suivi de près par le football (725 par mois). En juillet, la question du gouvernement Lula, incluant le mensalão fut le sujet de 1 397 textes ; le football restant deuxième, mais distancié, avec 740 textes. Ce même mois, les informations politiques de la Folha de Sâo Paulo occupèrent, en moyenne pratiquement sept pages par jour [Beraba, 2005 a], soit presque tout le premier cahier du journal. O Globo et O Estado de S. Paulo affichèrent des comportements similaires. Après la crise de diffusion dont 138 ils souffraient depuis des années, les journaux d’influence investirent toutes leurs énergies dans la couverture du mensalão.

Graphique 8 • Titres de unes de la Folha de S. Paulo de juin à octobre 2005

Graphique 8 • Titres de unes de la Folha de S. Paulo de juin à octobre 2005
  • * Les autres scandales ont concerné l’affaire de corruption de l’ex-président de la chambre des dépu (...)

Note **
Source : calcul de l’auteur.

  • 62 Les critiques internes du médiateur peuvent être consultées sur le site : www1.folha.uol.com.br/fo (...)

74Dans le journalisme, quantité ne rime pas toujours avec qualité. Le médiateur et ex-secrétaire de la rédaction de la Folha de S. Paulo lui-même, Marcelo Beraba, fit tout au long de la crise de nombreuses remarques sur la couverture de son journal, critiquant notamment la pratique consistant à publier toutes les accusations et à « associer des noms de personnes ou d’entreprises au scandale sans vérification préalable des faits et sans les écouter62 ». Comme il l’écrivit :

« Il y eut, dans cette couverture, une inversion du questionnement qui doit présider à toutes les décisions journalistiques. La question “et si tout était un mensonge ?”, fut remplacée par une autre “et si tout était vrai ?”. Ce dernier point est capital pour comprendre le comportement de la presse dans le scandale du mensalão. Ce qui donna un sens à la couverture et, d’une certaine façon, à la perception même de la population est l’idée que, dans ce cas, tout est possible. » [Beraba, 2005 b]

75De fait, la couverture de la crise par la Folha de S. Paulo et par les autres journaux fut excessive dans la critique à l’égard du gouvernement et du PT. L’exemple le plus évident est probablement un des éditoriaux de Clovis Rossi, la principale plume du journal, publié, comme toujours, en haut de la page 2, le 26 juillet 2005. Quatre jours plus tôt, la police de Londres avait exécuté de plusieurs tirs dans la tête un électricien brésilien, Jean Charles de Menezes, le suspectant, sans aucune raison, d’être lié aux attentats du métro du 7 juillet. Dans son éditorial, intitulé « Les empreintes digitales du PT à Londres », Rossi attribua indirectement la responsabilité de la mort du jeune homme à la corruption du parti de Lula et à l’incapacité du gouvernement à faire croître le pays. Selon les mots du journaliste :

« Il est juste de dire que sur le revolver qui tua Jean Charles se trouvent aussi les empreintes digitales du PT et de son gouvernement, incapables de créer l’espérance que le garçon de Minas Gerais est allé chercher si loin. Par ricochet, les balles atteignirent également le slogan “l’espérance a vaincu la peur”, une autre tromperie du PT et de son gouvernement. » [Rossi, 2005]

76Une thèse pour le moins hardie, et surtout sans fondement : quelques jours plus tard, un communiqué officiel du ministère de l’Intérieur britannique révélait que Menezes était arrivé en Grande-Bretagne en mai 2002, c’est-à-dire à l’époque du gouvernement Cardoso. Ni Rossi, ni la Folha de S. Paulo ne présentèrent jamais d’excuses au PT.

77La Rede Globo, en général extrêmement prudente dans ses attaques contre le gouvernement – quel qu’il soit – se lança également à fond dans la couverture du scandale et de ses développements. À partir de la mi-juin, le Jornal Nacional, le journal télévisé disposant de la plus importante audience du pays, augmenta progressivement l’espace consacré au mensalão, jusqu’à atteindre, au cours de la troisième semaine de juillet, l’incroyable pourcentage de 86 % des reportages de chacune de ses éditions consacrés à ce thème ou à une question lui étant liée (voir graphique 9).

78Cette même semaine, deux leaders du PFL sont allés rencontrer Joâo Roberto Marinho, fils du patriarche défunt Roberto, et nouveau principal dirigeant des Organizações Globo. Dans la conversation, Marinho assura à ses interlocuteurs qu’il n’épargnerait pas le gouvernement : « Nous n’allons blanchir personne. Nous ferons un relevé factuel et fidèle de tout, absolument tout ce qui sera découvert, vous pouvez en être certains ». Marinho ajouta qu’il était convaincu qu’un second mandat de Lula « pourrait conduire le pays à une situation chaotique », et expliqua qu’il préférait Geraldo Alckmin à José Serra comme candidat de l’opposition [Scolese et Nossa, 2006 : 214-215].

Graphique 9 • Espace consacré par le Jornal Nacional de la Rede Globo à la crise du mensalão

Graphique 9 • Espace consacré par le Jornal Nacional de la Rede Globo à la crise du mensalão

Source : Vasconcellos, 2006 b.

  • 63 Venício Lima fit une analyse précise sur un grand nombre de ces cas ; nous renvoyons à son travail (...)
  • 64 Selon une enquête de l’institut Qualibest, le Jornal Nacional fut la principale source d’informati (...)

79En de nombreuses occasions, au cours des mois suivants, la Rede Globo omit de mentionner des informations défavorables au PSDB (particulièrement les connexions avec le pivot du scandale, Marcos Valério, avec le financement des campagnes électorales des tucanos), alors qu’elle s’étendait sur celles qui atteignaient le PT, sans être confirmées63. Cela contribua de façon importante à détériorer le capital symbolique du parti et du Président, dans la mesure où les journaux télévisés de la Rede Globo étaient les principales sources d’information du public sur la crise64. Cela n’a pas empêché, comme l’estime le Secrétariat de Presse de la Présidence, la Rede Globo de maintenir inchangé son soutien à la politique économique du gouvernement. Selon Liziane Guazina, alors chef du noyau de suivi et de réponse du SIP :

  • 65 Entretien avec l’auteur réalisé à Brasilia, le 28 mars 2006.

« À partir de juin, ils commencèrent à faire une couverture plus critique de la politique du gouvernement, concernant principalement le mensalão et les politiques sociales, mais l’appui économique ne s’est jamais démenti. Ils n’avaient pas intérêt à déstabiliser l’économie65. »

  • 66 Un des députés ayant démissionné pour ne pas prendre le risque d’être destitué.

80Un autre organe des Organizações Globo, la revue Época, contribua également à la désinformation avec une couverture insinuant que Lula avait connaissance des détails des transactions financières illégales opérées par le trésorier du parti. La une se fondait sur une interview du président du Parti Libéral en 2002, l’ex-député Valdemar Costa Neto66, et arriva dans les kiosques le jour même – vendredi 12 août 2005 – du discours de Lula sur toutes les chaînes nationales dans lequel il affirmait se sentir « trahi par des pratiques inacceptables dont [il] ne savait rien ». Ce serait un scoop, et un vrai, si Costa Neto avait confirmé cette accusation. Mais dans son interview, l’ex-député se contente de raconter les détails d’un accord politique scellé à l’époque de la campagne électorale, qui prévoyait un financement du PT de dix millions de reais pour le PL, et d’affirmer que Lula savait que les négociations autour de cet accord incluaient des questions d’argent. À aucun moment Costa Neto n’a affirmé que le Président Lula savait ce qu’il en était de l’origine et de la destination de l’argent qui financerait cet accord. Et ce dernier n’était pas en soi un secret. La revue CartaCapital l’avait déjà révélé, sans jamais être démentie, en octobre 2002. En dépit de tout cela, l’article fut mis en avant par tous les journaux télévisés de la Rede Globo, en particulier le Jornal Nacional, dont un des titres fut : « le Président et le Vice-Président José Alencar étaient au courant des négociations ». Des mois plus tard, Lula condamna ouvertement cet accord conclu en 2002 : « Les accords entre partis ont constitué une erreur. S’engager à donner de l’argent n’est pas ce qu’il y a de plus correct, car chaque parti doit faire sa campagne. » [Carta, 2005]

  • 67 « O sujeito oculto », in Veja, 19 avril 2006.
  • 68 92 % des 400 journalistes interrogés dans le cadre de l’enquête réalisée en août 2005 par la revue (...)

81La question de la connaissance par Lula des transactions illégales était, de fait, centrale. Comme l’écrivit la revue Veja avec sa modération coutumière : « la question était : ou il savait et il était dans la connivence, ou il ne savait pas et c’était un imbécile tournant un rond dans un palais où ses proches planifiaient les façons les plus créatives de voler l’argent du peuple67 ». Les journalistes, dans leur immense majorité, étaient convaincus que Lula savait, et que toutes ses dénégations n’étaient qu’un rideau de fumée68. Dans l’analyse de Bernardo Kucinski, à l’époque un des conseillers du Président déclare :

« Tous [les journalistes] pensent que tout le gouvernement Lula est corrompu, que tout ce que font tous les ministres est suspect, et que quoi qu’on fasse, il y a quelque chose derrière. [...]. Ils font cela parce qu’ils sont possédés par un sentiment sincère d’indignation. [...] Le mot d’ordre est accuser et lyncher. Je crois que d’ici dix ans, nous assisterons à un mea culpa. » [Sosnowski, 2006]

  • 69 Au cours de cette même période, furent publiées quatre autres couvertures dédiées à Lula au conten (...)

82L’organe de presse le plus ouvertement agressif contre Lula et le PT fut Veja. Contrairement aux autres médias, la revue tenta, pratiquement dès le début de la crise, de transformer le mensalão en un nouveau collorgate avec, si possible, la même conclusion, l’impeachment du Président. Dès les premiers jours, Veja adopta un langage affirmatif, plein de substantifs et d’adjectifs forts (bande, délinquants, océan de boue, corruption) et, construisit à travers ses unes et ses articles, une narration fondée de façon explicite sur une tentative de tracer un parallèle étroit entre les deux épisodes (voir illustration 7). Veja n’a pas hésité à comparer ouvertement la situation des deux Présidents en une de son édition du 10 août 2005, écrivant le nom de Lula avec deux L avec les couleurs du drapeau présidentiel, symbole graphique de la campagne électorale de Collor en 1989 (voir illustration 8). Ce ne fut pas le seul épisode, le comportement de la revue dans la couverture du mensalão était une constante. Entre 2003 et 2006, Veja a publié rien moins que 50 couvertures contre Lula, dont 18 consécutives69. Même le directeur de la rédaction Euripides Alcântara, a admis qu’il s’agissait d’une position politique : « comme l’opposition était désarticulée au Congrès [...], Veja s’est trouvée dans la situation inconfortable d’être l’unique opposition réelle au gouvernement Lula » [Lima Daniela, 2008].

Illustration 7 • Comparaison des unes de la revue Veja des crises politiques de 1992 et 2005. Collorgate

Illustration 7 • Comparaison des unes de la revue Veja des crises politiques de 1992 et 2005. Collorgate

PEDRO COLLOR RACONTE TOUT
La vidéo et l’interview avec les attaques du frère du président, 27.05.1992

« COLLOR SAVAIT » L’ex-leader du gouvernement assure qu’il a dénoncé à plusieurs reprises au président les actions illicites de PC, 25.06.1992

LE CERCLE SE FERME
Les chèques du montage PC, 29.07.1992

Mensalão

Mensalão

L’HOMME BOMBE
S’il était accusé par la CPI de la Poste, Jefferson menace d’y amener aussi Dirceu, Sílvio et Délubio, du PT, 1.06.2005

QUAND ET COMMENT LULA FUT ALERTÉ, 20.07.2005

L’ANNEAU SE FERME
Le document est la pièce qui manquait pour prouver que Marcos Valério et le PT ne font qu’un en ce qui concerne l’argent. Il fit un prêt millionnaire au parti, dont il paya même une parcelle, 6.07.2005

Illustration 8

Illustration 8

LULLA (sic)
Immobile face au scandale qui dévora son parti et paralysa son gouvernement, Lula est dans une situation qui rappelle l’agonie de l’ère Collor Veja, 10.08.2005

  • 70 Au pire moment de la crise, celui qui était alors président du PFL, le sénateur Jorge Bornhausen, (...)

83L’idée d’une campagne visant à obtenir l’impeachment de Lula, pourtant, fut rapidement abandonnée par l’opposition, et principalement par le PSDB. Il y avait une différence évidente dans le contexte politique des deux crises. Collor était un outsider pratiquement inconnu avant de lancer sa candidature, sans base sociale organisée, ni parti et il gouverna un pays dans une situation économique précaire. Lula, au contraire, possédait une importante crédibilité personnelle accumulée en trente ans de vie publique, et il était le leader du plus grand parti du pays, même si le PT était atteint. Il pouvait donc compter sur le soutien d’un nombre considérable de mouvements sociaux qui – des syndicats de la CUT au MST – ne resteraient pas les bras croisés à assister à l’expulsion de « leur » Président par la droite70. En outre, et sans même prendre en compte la difficulté objective de réunir les deux-tiers des votes nécessaires au Congrès pour lancer un processus d’impeachment, un départ anticipé du pouvoir de Lula laisserait place à son vice-Président José Alencar, connu pour ses positions économiques nationalistes et en faveur d’une brutale baisse des taux d’intérêts, susceptible de menacer les marchés financiers. Dans ce contexte, les forces d’opposition abandonnèrent le slogan de l’impeachment, convaincues que, soumis au feu incessant des médias, Lula arriverait affaibli aux présidentielles de 2006, ouvrant la possibilité à un retour du PSDB au Palais du Planalto.

  • 71 Coordinateur du Noyau des Études de Médias et de Politique de l’Université de Brasília (UNB).

84Tout au long de la crise, comme l’écrivit justement le politologue Luiz Gonzaga Motta71, se consolida

« le rôle des médias comme un acteur politique actif, bien au-delà de sa fonction de médiation des conflits. […] Les médias anticipèrent les jugements, induisirent et précipitèrent les décisions [...], choisirent et décidèrent eux-mêmes les axes du bien et du mal. Ils créèrent leurs héros et leurs vilains [...], orientant, beaucoup plus qu’il n’est permis, la libre création de l’opinion. » [Motta, 2005]

Notes

1 Pour un compte rendu plus approfondi de la campagne de 2002, nous nous référons à [Monclaire, 2003 : 1959], [Rouquié, 2006 : 255-268] et [Summa, 2005 : 47-67].

2 Le taux de chômage augmenta de 50 % pendant les huit années de gouvernement Cardoso, passant de 6,1 % en 1995 à 9,2 % en 2002.

3 Les autres principaux conseillers de presse de la campagne étaient : Carlos Tibúrcio (chef de la rédaction), Bernardo Kucinski (analyse de la presse), Spensy Pimentel (adjoint de Kotscho), André Singer (porte-parole de la campagne), et moi-même (presse internationale).

4 La modération de la politique du PT et de l’image de Lula fut un processus longuement construit et formulé, en termes politiques et médiatiques, par le groupe hégémonique du parti. Ce n’est pas une simple invention électorale ou un produit marketing de Duda Mendonça [Rubim, 2004 : 24].

5 En plus d’une note officielle du PT, l’invasion fut condamnée personnellement par Lula dans une interview concédée, significativement, à la Rede Globo, dans laquelle il défendit la propriété privée et se montra solidaire de Cardoso.

6 À l’époque, la Rede Globo et les autres grands groupes étaient très endettés et par conséquent particulièrement dépendants des contrats publicitaires publics. Ils bataillaient aussi pour obtenir un refinancement de leurs dettes avec l’aide de la banque publique BNDES. Ce financement n’a pas eu lieu du fait de problèmes techniques et de l’amélioration de la situation financière de plusieurs groupes.

7 Le patriarche Roberto Marinho est mort en août 2003 (le gouvernement Lula déclara pour l’occasion trois jours de deuil national), mais il avait déjà abandonné en 2002 la gestion des Organizações Globo à ses fils, parmi lesquels João Roberto Marinho, et à un management professionnel.

8 L’un des auteurs de la « Lettre » fut Luiz Dulci, qui était en 2002 secrétaire général du PT, responsable de l’équipe de ghost-writers de Lula. Dans le gouvernement il a été nommé secrétaire général de la Présidence, poste qu’il occupait encore en juin 2008.

9 Frías, qui ne cachait pas sa préférence pour José Serra, demanda plusieurs fois à Lula s’il pensait être en condition de gouverner le Brésil malgré le fait qu’il n’avait pas été à l’université et qu’il ne parlait pas anglais [Kotscho, 2006 : 225].

10 O Globo, 2 janvier 2003.

11 O Dia, 2 janvier 2003.

12 Ex-leader du syndicat des employés bancaires de São Paulo, ex-secrétaire général du PT, Gushiken fut le coordinateur de la campagne de Lula en 1998 et le coordinateur adjoint en 2002. Il avait un statut de ministre jusqu’à ce qu’il soit contraint d’abandonner le SECOM. Avec José Dirceu, Antonio Palocci et Luiz Dulci, Gushiken faisait partie de ce qu’on qualifiait « le noyau dur» du gouvernement Lula, défait durant la crise du mensalão.

13 Pendant les huit années du gouvernement Cardoso, le SID était dirigé d’une main de fer et de façon très compétente par la journaliste Ana Tavares, qui, de fait, coordonnait toute la communication du gouvernement.

14 Le taux de change, qui avait chuté à pratiquement quatre reais pour un dollar à la fin 2002, n’a cessé de se valoriser depuis. En décembre 2003, un dollar valait 2,82 reais ; en décembre 2004, 2,66 reais ; en décembre 2005, 2,33 ; en décembre 2006, 2,13. Cette valorisation du real face au dollar, très supérieure à la moyenne internationale, a eu comme effet positif de réduire les pressions inflationnistes, mais fit baisser la compétitivité des exportations brésiliennes de produits manufacturés ou semi-manufacturés.

15 En novembre 2006, un éditorialiste de Veja, Diogo Mainardi, fut condamné pour diffamation pour avoir écrit que CartaCapital recevait un mensalão du gouvernement Lula.

16 C’est ainsi que, durant le gouvernement Vargas, naquit le journal Última Hora, dirigé par Samuel Wainer.

17 Sans considérer les aspects financiers, ces campagnes publicitaires – financées par le gouvernement ou par les grandes entreprises publiques – ont contribué à diffuser l’idée que le Brésil allait bien, de mieux en mieux, grâce au gouvernement et aux sociétés publiques. À titre d’exemple, une publicité de la Poste brésilienne exaltait en 2005 le boom des exportations du pays avec ce slogan : « 100 milliards de dollars d’exportations. Le Brésil est arrivé jusque là. La Poste aussi ».

18 À travers une autre structure, le gouvernement fédéral contrôlait aussi des chaînes de télévision dans les villes de Rio de Janeiro et Sao Luis, capitale de l’État du Maranhão, dans le nord-est du pays.

19 Bucci a démissionné en avril 2007.

20 En 1988, alors qu’il distribuait des concessions de télévision pour garantir le rallongement du mandat du Président Sarney à cinq ans, le gouvernement vendit 33 des 42 radios qui constituaient à l’époque le réseau de Radiobras dans le pays. Des neuf restantes, quatre furent fermées dans les années suivantes. [Bucci, 2008 : 94].

21 Après le départ de Gushiken, en juillet 2005, le ministre Luiz Dulci cumula la direction du Secrétariat général de la présidence et du SECOM.

22 Le résumé quotidien, d’une couverture bleu marine, contient des extraits des journaux Folha de S. Paulo, Estado de S. Paulo, O Globo, Jornal do Brasil, Valor, Gazeta Mercantil et Correio Braziliense (plus, parfois, la une de quelques journaux locaux). Le résumé hebdomadaire, de couverture rouge, distribué samedi ou dimanche, contient des extraits de Veja, Época, Istoé, CartaCapital et des revues économiques Istoé-Dinheiro et Exame. Il est intéressant de noter que la circulation ne détermine pas la liste des journaux concernés, le résumé excluant tous les journaux populaires. Il n’inclut pas non plus de site internet. Plusieurs ministères réalisent leurs propres résumés.

23 Professeur de journalisme à l’Université de Sao Paulo, Kucinski écrivit pendant des années cette « lettre critique » quotidienne destinée spécialement à Lula. Adversaire de la politique économique orthodoxe et de l’absence d’une stratégie de communication cohérente, Kucinski quitta le gouvernement en mai 2006.

24 Par opposition à la manipulation constante et délibérée des médias effectuée par exemple par le gouvernement Blair en Grande-Bretagne [Ali, 2005].

25 Kotscho remit sa démission, officiellement pour des raisons personnelles, en novembre 2004. Avec l’arrivée de Singer, le SID se transforma en Secrétariat de Presse et Porteparole (SIP). Entre les deux, le poste revint temporairement à Fabio Kerche, un politologue qui avait été l’adjoint de Kotscho.

26 Ce fut l’unique conférence de presse concédée par Lula durant le premier mandat. Il y en eut une autre, donnée dans le Palais d’Alvorada (la résidence privée du Président) le 2 octobre 2006, mais ce fut dans le contexte de la campagne électorale.

27 La liste complète des interviews concédées par Lula et de ses discours se trouve sur le site du Secrétariat de Presse de la présidence : www.info.planalto.gov.br. Il y a toutefois un élément méthodologique important à prendre en compte : dans la comptabilité du Secrétariat, les conversations informelles et les déclarations rapides à des journalistes sont également considérées comme des interviews, alors que les professionnels de la presse estiment que les interviews ne sont constituées que par les conversations exclusives ou collectives organisées, au cours desquelles il est possible de relancer le Président avec de nouvelles questions.

28 Dans la presse brésilienne, il y a pléthore de journalistes chargés de rédiger des colonnes quotidiennes sur les thèmes les plus variés (politique, économie, sport, télévision, etc.). Une petite minorité d’entre eux – environ une douzaine – ont une grande influence sur la couverture politique et économique de Brasília, et leurs articles donnent le ton au reste de la presse.

29 Communication présentée au Colloque international Presse & Médias au Brésil organisé par le professeur Stéphane Monclaire de l’IHEAL, Paris, 12 et 13 avril 2005.

30 Entretien effectué à Brasilia en avril 2006.

31 On peut dire que Lula a tenté d’adopter une pratique politique populiste, qui cherche, sur un fond charismatique, à établir un contact direct entre le gouvernement et les gouvernés [Couffignal et Ramirez Roa, 2002].

32 La majorité des médias a critiqué les programmes du gouvernement comme «Faim Zéro » sans donner d’éléments historiques de comparaison suffisants, ou des exemples de ce que les pays développés font pour distribuer les revenus, supprimant le droit des gouvernés de confronter les idées et de débattre de façon informée des choix de politique publique [Hermesindo, 2006 : 32].

33 Cette discussion a divisé le gouvernement. Hormis Lula, son porte-parole Singer et le chef du Secrétariat de Communication (SECOM) Gushiken étaient en faveur de l’expulsion du journaliste. Le secrétaire de presse de Kotscho et le ministre Palocci étaient contre [Kotscho, 2006 : 278].

34 Avant de faire marche arrière, Lula expliqua les raisons de l’expulsion à la revue Istoé : « J’ai appris depuis tout petit [...] à me respecter, à avoir de l’estime pour moi-même. Si je ne me défends pas, personne ne va me défendre. C’est ce qui explique mon indignation. Ce citoyen n’a pas fait de critique politique, ou une critique au gouvernement, il s’est attaqué, de la façon la plus diffamatoire possible, à l’institution de la présidence de la République » [Campos Mello, 2004].

35 L’objectif du CFJ serait d’orienter, de discipliner, et de suivre l’activité professionnelle des journalistes, sur le modèle par exemple de l’Ordre des Journalistes Italiens.

36 L’enquête a été réalisée auprès de 407 journalistes dans tout le Brésil, à partir d’une liste de 16 713 noms faisant partie d’un registre appelé MaxPress. La marge d’erreur est de plus ou moins 5 % [Franceschini, 2006].

37 La performance générale de l’économie, bien qu’importante, ne semble pas avoir été l’unique facteur de popularité du gouvernement : cette dernière s’est maintenue de la même façon en 2003, quand la croissance piétinait (seulement 0,5 %), qu’en 2004, quand le PIB s’est envolé (une hausse de 5,2 %, jamais atteinte sous le gouvernement Cardoso).

38 Nous utilisons ici la définition d’Otto Kircheimer, bien qu’en dehors de son contexte original.

39 Le PDT, dont Leonel Brizola, pendant longtemps un des vice-présidents de l’Internationale Socialiste, a été le leader jusqu’à sa mort en juin 2004, est le plus progressiste ; le PTB étant plus marqué de centre-droit.

40 Le PFL a changé de nom une fois de plus le 8 février 2007, et maintenant s’appelle Democratas (DEM).

41 Les 513 sièges de la Chambre des Députés se distribuent entre les 26 États et le District Fédéral (Brasília) proportionnellement à la population, mais aucune unité de la Fédération ne peut compter moins de huit députés, ni plus de 70. Chaque unité fédérative forme une circonscription électorale, dans laquelle les partis politiques et les coalitions de deux formations ou plus présentent des listes de candidats. Les électeurs peuvent choisir un candidat et un parti. Les sièges de la Chambre se répartissent dans chaque circonscription selon un quotient électoral, qui s’obtient en divisant le total de votes valides par le nombre de sièges de la circonscription. Ensuite, le nombre de votes de chaque parti ou coalition est divisé par le quotient électoral. Le résultat de cette division, sans prendre en compte les chiffres après la virgule, est le quotient de parti, qui indique le nombre de députés élus par chaque parti ou coalition. Au sein de chaque parti, les sièges sont assignés aux candidats en fonction de leurs nombres de votes. Les 81 membres du Sénat Fédéral sont élus de manière directe pour un mandat de huit ans. Chaque État, et le District Fédéral, choisit trois sénateurs à la majorité simple.

42 Pour une analyse et une comparaison des problèmes de gouvernabilité dans l’Amérique latine des vingt dernières années, voir Couffignal, 2003.

43 Le Président de la République dispose de trois instruments principaux pour construite et maintenir le soutien du Congrès : 1) Un pouvoir discrétionnaire sur le financement des amendements parlementaires proposés par les membres du Congrès et approuvés par la loi de finances. Bien que votés par le Congrès, les amendements au budget (par exemple la construction d’une route ou d’un centre médical dans une ville) sont dans les faits financés par une décision du gouvernement ; 2) Le pouvoir de distribuer des postes au sein du gouvernement fédéral ; 3) Le pouvoir de nommer des ministres appartenant aux partis soutenant le gouvernement [Stein et Tommasi, 2005 : 170- 71]. Dans le cas des partis (comme le PMDB) reposant sur des bases locales souvent en compétition entre elles, la nomination d’un ministre déterminé peut contenter une aile du parti, et déplaire à une autre.

44 Les bicheiros sont les gérants du jogo do bicho (littéralement « jeu des animaux »), une loterie illégale et extrêmement populaire, en particulier à Rio de Janeiro.

45 Dans la suite des investigations, Diniz fut aussi accusé d’avoir demandé des pots-devin à GTech (un des plus grands opérateurs de loterie au monde, dont le siège est aux États-Unis) pour favoriser la rénovation d’un contrat avec la banque publique Caixa Econômica Federal. L’accusation a aussi englobé certains anciens collaborateurs du ministre Palocci, à l’époque où il était maire de Ribeirão Preto.

46 La création de cette CPI (la CPI des bingos) a été décidée, en juin 2005, par le Tribunal Suprême Fédéral. La CPI des bingos s’est déroulée parallèlement à la CPI de la Poste, créée à l’occasion du scandale du « mensalão ».

47 Un des principaux leaders étudiant en 1968, jeté en prison, puis exilé à Cuba à la suite de sa libération (dans un échange de prisonniers politiques contre la vie de l’ambassadeur américain Elbrick, séquestré par la guérilla en 1969), Dirceu fut la principale référence des courants de formation marxiste et communiste du PT.

48 Le mandat des Présidents de la Chambre et du Sénat dure deux ans, sans rénovation immédiate possible. De 2003 à 2005, le Président de la Chambre fut le député du PT de São Paulo, João Paulo Cunha.

49 Vieux routier de l’ARENA pendant la dictature, Cavalcanti était passé au PP (Parti Progressiste ; en réalité, une des principales forces conservatrices du pays) et était aussi, en théorie, un allié de Lula.

50 Une chronologie complète de la crise est disponible sur le site du Grupo Folha : noticias.uol.com.br/ultnot/crise/cronologiadacrise6.jhtm (dernière consultation : 10 décembre 2006).

51 Avocat de Rio de Janeiro, Jefferson fut un des politiques les plus proches de l’ex-Président Collor, auprès duquel il resta jusqu’à la fin.

52 Pour cette interview, le journaliste Renata Lo Prete gagna le Prêmio Esso, le plus grand prix de la presse brésilienne.

53 Le but de ce travail n’est pas de reconstruire de façon détaillée les étapes de la crise ; c’est pourquoi nous nous limiterons à souligner le rôle joué par les médias de communication et ses conséquences sur le plan politique. Pour une reconstruction précise des faits, nous renvoyons à [Figueiredo, 2006] et, dans une moindre mesure, étant donné le caractère plus immédiat de cette étude, à [Camarotti et De La Peña, 2005].

54 Ce fut le cas, par exemple, du député du PFL du Minas Gerais Roberto Brant, qui n’a jamais voté en faveur du gouvernement, et qui fut bruyamment accusé d’être un mensaleiro, en dépit de ses dénégations.

55 En septembre, la presse a consacré l’essentiel de l’espace au cas du Président de la Chambre des députés, Severino Cavalcanti, accusé d’extorquer le patron du restaurant de l’institution.

56 Des 19 députés, sept étaient du PT ; quatre du PL ; deux du PTB ; quatre du PP ; un du PMDB ; un du PFL.

57 Une des clauses de l’alliance du PT avec le PL en 2002, par exemple, fut une contribution de dix millions de reais à la campagne électorale du Parti Libéral.

58 Un schéma analogue, impliquant là encore la participation de Valério, avait été utilisé pendant la campagne électorale de 1998 par le candidat du PSDB au gouvernement du Minas Gerais, Eduardo Azeredo, qui sera élu plus tard sénateur et président national du parti. Le montant de cette opération fut de neuf millions de reais. La presse ne s’est jamais vraiment penchée sur la question.

59 Enquête nationale Datafolha du 13-14 décembre 2005, avec une marge d’erreur de plus ou moins 2 %.

60 Même l’enregistrement du paiement de pots-de-vin au sein de la Poste qui conduisit Jefferson à dénoncer sans preuve, l’existence d’un mensalão, fut fait par des lobbyistes qui le passèrent à Veja et au Jornal Nacional, lesquels se sont limités à les diffuser.

61 La CPI de la Poste ; la CPI du mensalão ; la CPI des bingos.

62 Les critiques internes du médiateur peuvent être consultées sur le site : www1.folha.uol.com.br/folha/ombudsman/(dernière consultation : 14 janvier 2007).

63 Venício Lima fit une analyse précise sur un grand nombre de ces cas ; nous renvoyons à son travail [Lima, 2006 : 2529].

64 Selon une enquête de l’institut Qualibest, le Jornal Nacional fut la principale source d’information de 74 % du public, suivi par le Jornal da Globo (53 %) et Fantástico (40 %). L’enquête, publiée par le quotidien Estado de S. Paulo, le 28 juillet 2005, fut réalisée auprès de 1 000 personnes, entre le 16 et le 26 juillet.

65 Entretien avec l’auteur réalisé à Brasilia, le 28 mars 2006.

66 Un des députés ayant démissionné pour ne pas prendre le risque d’être destitué.

67 « O sujeito oculto », in Veja, 19 avril 2006.

68 92 % des 400 journalistes interrogés dans le cadre de l’enquête réalisée en août 2005 par la revue Imprensa répondirent que « le Président Lula était au courant des prêts contractés par le PT » [Bergamo, 2005].

69 Au cours de cette même période, furent publiées quatre autres couvertures dédiées à Lula au contenu neutre, et aucune en sa faveur [Kucinski, 2008].

70 Au pire moment de la crise, celui qui était alors président du PFL, le sénateur Jorge Bornhausen, ex-ARENA et ex-ministre de Collor, prédit qu’il serait bientôt possible de se « débarrasser de cette race [du PT] pour les trente prochaines années ».

71 Coordinateur du Noyau des Études de Médias et de Politique de l’Université de Brasília (UNB).

Notes de fin

* Les autres scandales ont concerné l’affaire de corruption de l’ex-président de la chambre des députés, Severino Cavalcanti (14 unes) et les accusations contre l’ex-ministre de l’économie Antônio Palocci (6).

Table des illustrations

Titre Graphique 3 • Caractère plus ou moins positif des articles publiés sur le candidat Lula (du 20 février au 6 octobre 2002)
Légende Source : DOXA - IUPERJ.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 115k
Titre Tableau 15 • Investissements publicitaires du gouvernement fédéral destinés aux Organizações Globo (en valeur absolue, en millions de reais, et en %)
Légende Source : Rodrigues, 2005a.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 23k
Titre Illustration 4
Légende Le Brésil tient tête aux États-Unis dans l’ALCACOURAGE OU STUPIDITÉ ?Veja, 15.10.2003
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 42k
Titre Illustration 5
Légende LA GAUCHE DÉLIRANTEPour sauver les misérables des inconforts du capitalisme, le leader sans-terre, José Rainha, menace de créer un campement gigantesque dans l’État de Sâo Paulo... Veja, 18.06.2003
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Graphique 4 • Évaluation par des journalistes des points positifs et négatifs de la gestion du président Lula (août 2006)
Légende Source : Macroplan.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Illustration 6
Légende LA TENTATION AUTORITAIRELes tentatives du gouvernement PT de surveiller et de contrôler la presse, la télévision et la culture, Veja, 18.08.2004
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Titre Graphique 5 • Intentions de vote des journalistes pour le premier tour des élections présidentielles 2006
Légende Sources : Franceschini, août 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Graphique 6 • Opinion de la population sur le président Lula d’avril 2003 à décembre 2004 (Réponse stimulée et unique, en %)
Légende Source : Datafolha.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 38k
Titre Tableau 16 • Chambre des députés : partis en lice et partis représentés
Légende Source : Monclaire, 2005.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 82k
Titre Graphique 7 • Opinion de la population sur le président Lula, de mai 2005 à mai 2006 (réponse stimulée et unique, en %)
Légende Source : Datafolha.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Graphique 8 • Titres de unes de la Folha de S. Paulo de juin à octobre 2005
Légende Note **Source : calcul de l’auteur.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 45k
Titre Graphique 9 • Espace consacré par le Jornal Nacional de la Rede Globo à la crise du mensalão
Légende Source : Vasconcellos, 2006 b.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Illustration 7 • Comparaison des unes de la revue Veja des crises politiques de 1992 et 2005. Collorgate
Légende PEDRO COLLOR RACONTE TOUTLa vidéo et l’interview avec les attaques du frère du président, 27.05.1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende « COLLOR SAVAIT » L’ex-leader du gouvernement assure qu’il a dénoncé à plusieurs reprises au président les actions illicites de PC, 25.06.1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 35k
Légende LE CERCLE SE FERMELes chèques du montage PC, 29.07.1992
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Mensalão
Légende L’HOMME BOMBES’il était accusé par la CPI de la Poste, Jefferson menace d’y amener aussi Dirceu, Sílvio et Délubio, du PT, 1.06.2005
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende QUAND ET COMMENT LULA FUT ALERTÉ, 20.07.2005
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 27k
Légende L’ANNEAU SE FERMELe document est la pièce qui manquait pour prouver que Marcos Valério et le PT ne font qu’un en ce qui concerne l’argent. Il fit un prêt millionnaire au parti, dont il paya même une parcelle, 6.07.2005
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Titre Illustration 8
Légende LULLA (sic)Immobile face au scandale qui dévora son parti et paralysa son gouvernement, Lula est dans une situation qui rappelle l’agonie de l’ère Collor Veja, 10.08.2005
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/247/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540