Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rôle politique de la presse au Brésil

 | 
Giancarlo Summa

Chapitre 1. Presse et pouvoir d’opinion

Texte intégral

Les effets structurants des médias. La communication politique et les mécanismes de persuasion

  • 1 Les choix des citoyens, dans ce sens, se reflètent par le vote pour un candidat ou un parti, mais (...)

1La communication politique est centrale dans tous les systèmes politiques. Dans un régime autoritaire qui manque de légitimité électorale, elle fait partie de l’appareil de propagande et d’endoctrinement. Dans une démocratie, elle représente un instrument susceptible d’être utilisé pour des objectifs divers, voire opposés. D’un côté, sa vocation est de concrétiser le concept de souveraineté que les constitutions attribuent au peuple : ce n’est que si les citoyens ont suffisamment accès à des informations adéquates qu’ils peuvent, au moins en théorie, faire des choix conscients et cohérents concernant leurs intérêts matériels et l’ensemble de leurs convictions, croyances et valeurs1. D’un autre côté, il est vital pour les gouvernements comme pour les candidats, de convaincre les citoyens électeurs qu’ils œuvrent le mieux possible en faveur de leurs intérêts, afin de pouvoir conquérir et garder leur vote.

  • 2 La formule de Joseph Schumpeter souligne que la méthode démocratique est le mécanisme institutionn (...)

2Cette préoccupation d’efficacité fonctionnelle (comment faire passer le message d’un candidat ou d’un gouvernement) peut être vue comme la démonstration empirique de la théorie de la démocratie de Schumpeter, pour qui la volonté populaire est le produit, et non la force motrice, du processus politique2. La démocratie concurrentielle n’a, dans cette vision, qu’une valeur instrumentale : elle sert à produire des gouvernants légitimes et, en conséquence, réduit les méfaits de la domination politique, puisque grâce à leur vote, les gouvernés croient qu’ils expriment leur propre volonté [Miguel, 2004 : 93].

  • 3 Pour Antonio Gramsci, le pouvoir de l’État n’est pas la source de l’hégémonie, mais son résultat : (...)

3Plusieurs auteurs font une différence entre la communication politique proprement dite et la communication électorale (que Jacques Gerstlé définit comme l’articulation de la persuasion avec la délibération démocratique). Les deux communications impliquent de toute façon le recours à la persuasion, ce « processus de communication qui aboutit au changement endogène des préférences d’un interlocuteur ou d’un auditoire et sur lequel se fonde la décision » [Gerstlé, 2004 : 89]. La communication politique est donc une partie fondamentale du processus de conquête ou de maintien de l’hégémonie culturelle, au sens de Gramsci3. Parallèlement, comme le note Gerstlé, la vie politique tend actuellement à se transformer en une campagne permanente, où les professionnels de la politique cherchent à légitimer leurs actions en s’appuyant sur des stratégies de communication. L’exemple récent le plus probant en Amérique latine est celui du Président vénézuélien Hugo Chávez, qui, depuis sa première élection en 1998 n’a de cesse de maintenir son pays en campagne, notamment à travers son interminable programme télévisé hebdomadaire Aló Présidente.

4Hormis les aspects spécifiques de la compétition électorale (notamment la propagande à la télévision, à la radio et sur Internet), les types de communication sont essentiellement les mêmes – meetings, affiches, déclarations, construction de photo opportunities, préparation de phrases-choc (sound-bites) efficaces, etc. –, et font partie des outils du travail quotidien des leaders politiques et des partis, qui s’appuient de façon massive sur l’exposition médiatique et les opinions des spin doctors. La principale préoccupation de ces spécialistes de la communication, qu’ils travaillent pour des candidats ou pour des gouvernants, est d’estimer quel sera l’impact de telle ou telle initiative, en essayant de contrôler au mieux le cycle de production d’informations par les médias et leur répercussion dans le public. Ils ont pour cela recours à des sondages et à des études qualitatives qui mesurent, pratiquement en temps réel, la répercussion des actions médiatiques.

5L’attention obsessionnelle aux résultats des sondages a plusieurs conséquences tant sur l’action politique que sur la communication politique. Les hommes politiques sont de plus en plus souvent sélectionnés en fonction de leur image plutôt que de leurs idées, de leurs programmes ou même de leurs histoires politiques. Ce fut par exemple le cas de Michelle Bachelet au Chili, devenue la coqueluche des médias et de la population, en grande partie parce que c’était une femme, victime de la dictature. Quand elle apparaît dans les sondages en 2004, on ne sait rien de son éventuel programme. Le parti socialiste ne l’a choisie que parce qu’elle était la plus populaire et la plus médiatisée parmi les candidats potentiels, devenant par conséquent la plus à même de l’emporter contre la droite.

6Devenus candidats, ces politiques ne disent en général plus rien de polémique susceptible de leur faire perdre des suffrages. Une fois élus, ils préfèrent souvent suivre le courant de l’opinion publique au lieu de prendre des risques en défendant des positions impopulaires. L’enjeu principal est toujours de savoir quelle sera la réaction des médias et la répercussion en terme d’image. C’est le triomphe de la médiatisation de la vie publique et, le plus souvent, la renonciation – sans combat – à la construction d’une hégémonie culturelle antagonique aux valeurs politiques, économiques, morales et sociales dominantes.

  • 4 Pour la plupart, on utilise ici les définitions de Gerstlé [Gerstlé, 2004 : 98-108].

7Les chercheurs en communication politique identifient généralement quatre mécanismes de persuasion : la persuasion directe, l’effet de cadrage (framing), l’effet d’amorçage (priming), et l’effet d’agenda4.

8La persuasion directe a pour objectif l’ajout d’informations auprès des récepteurs pour étayer leurs croyances. Il s’agit d’ajouter de l’information (favorable ou défavorable) au stock de considérations déjà disponibles chez le récepteur. Par exemple, un discours très agressif de Hugo Chávez contre la politique étrangère des États-Unis ou une déclaration dure du Président Nicolas Sarkozy contre la criminalité : tous les deux confirment et approfondissent l’image qu’ils ont déjà, avec une répercussion qui peut être positive ou négative selon la personne qui les écoute.

9Le cadrage, c’est le transfert par les médias (ou par les politiques) au public d’une hiérarchie de préoccupations qui active des conceptions déjà présentes dans le discours, afin d’en modifier l’importance. Par exemple, comme le rappelle Gerstlé, on peut présenter la canicule de l’été 2003 en France comme un phénomène imprévisible ou au contraire insister sur l’insuffisance des moyens collectifs pour faire face à ce type de catastrophe. Les journalistes et les médias optent pour des formulations et des présentations afin de définir l’angle d’information, instituant ainsi une préférence de lecture. Dans ces termes :

« Cadrer signifie sélectionner certains aspects d’une réalité perçue et les mettre en avant dans une communication, de façon à promouvoir une définition particulière du problème, une interprétation de cause à effet, un jugement moral ou une recommandation de traitement pour la question décrite. » [Porto, 2004 : 82]

10Une autre forme de cadrage est déterminée par le langage utilisé par les acteurs politiques eux-mêmes. Lakoff explique comment, aux États-Unis, dans la seconde moitié des années 1990, les Républicains ont su imposer leur propre agenda politique et augmenter leur base électorale, grâce notamment à une utilisation efficace du cadrage conceptuel. Évoquer par exemple un tax relief (soulagement fiscal) implique qu’une baisse des impôts va soulager les citoyens d’un fardeau, et donc personne ne peut y être contraire. De la même façon, en France on a vu apparaître le concept de « charge fiscale », par définition, trop lourde. Si ceux qui s’opposent à l’avortement se disent pro-life (en faveur de la vie), toute personne qui n’est pas d’accord avec eux est en faveur de la mort. [Lakoff, 2004]. Dans le cas de la crise politique au Brésil, qui est le sujet de notre travail, les médias ont inventé ou utilisé un grand nombre d’expressions ou de néologismes qui ont formé, dès le début, un cadrage conceptuel de culpabilité. C’est le cas du mensalão (le grand mensuel) et de ses dérivés mensaleiros, « partis du mensalão », « CPI du mensalão », « porte-valise du PT », « connexion cubaine », etc. Dans le cas de ce cadrage, comme nous le verrons, soulever le moindre doute quant à la qualité de la couverture médiatique ou quant à l’agressivité des partis de l’opposition, revenait à être en faveur de la corruption et de l’impunité.

11L’effet d’amorçage consiste en une modification momentanée des critères de jugement des acteurs politiques par l’opinion publique sous l’effet d’une information temporairement plus accessible ou plus pressante. Par exemple, la conduite de la guerre en Irak est un critère central de jugement du Président George W Bush par les citoyens américains. En d’autres termes, la popularité d’un Président ou d’un gouvernement varie directement en fonction de la couverture médiatique. Cette dernière, de son côté, détermine quel angle de l’actualité doit être considéré comme essentiel pour juger le Président (ou le gouvernement, dans un système parlementaire) à un moment donné.

  • 5 C’est particulièrement vrai dans le cas de la télévision qui est, dans tous les pays, le média d’i (...)

12Pour finir, on appelle effet d’agenda la sélection et la hiérarchisation d’enjeux politiques considérés comme prioritaires. Parmi tous les problèmes que connaît une société, un petit nombre seulement est reconnu comme méritant l’attention du public et, par conséquent, appelant l’intervention des autorités. Les médias jouent un rôle central dans la détermination de cet agenda, en suivant leurs propres intérêts en termes d’information (et/ou en termes politiques), et arbitrent entre les fortes 28 pressions des spin-doctors, des groupes d’intérêt, des partis, des mouvements sociaux, des bureaux de communication5.

  • 6 Le choix de Ségolène Royal comme candidate du Parti Socialiste pour les présidentielles de 2007 es (...)
  • 7 La couverture politique ne pourrait exister sans les informations off-the record fournies par les (...)
  • 8 Niklas Luhmann définit comme autoréférentiel le « système qui produit et auto-reproduit, comme des (...)

13L’effet (et le pouvoir) d’agenda est très net dans le cas de l’information politique, qui en général ne donne pas lieu à des nouvelles particulièrement pertinentes en soi. Le rôle de décision et de médiation des médias n’en est alors que plus fort6. Hormis quelques moments spécifiques (comme les campagnes électorales ou les crises de gouvernement dans les régimes parlementaires), la couverture politique est, en général, celle qui intéresse le moins les lecteurs et spectateurs. En revanche, elle obnubile les politiques et leurs spin-doctors, qui en font un de leurs principaux outils de travail, instaurant une véritable relation de symbiose avec les journalistes couvrant le secteur7. C’est une des caractéristiques de l’auto-référentialité de la politique (et des politiques) dans les démocraties modernes, telle qu’elle est décrite par Luhmann8. Pour autant, il n’existe pas de garantie que la définition d’un agenda politique national implique la formation d’une opinion publique dominante [Lima, 2006 : 168]. Autrement dit, le contrôle des médias ne garantit pas nécessairement celui de la sphère publique.

14Selon certains auteurs, les médias auraient, durant les campagnes électorales, un pouvoir d’imposer un agenda plus faible que pendant les périodes de routine politique, dans la mesure où les partis et les candidats sont beaucoup plus actifs dans leur tentative d’influencer le public. Toutes leurs actions ont pour objectif de dominer l’agenda et les thèmes du débat. En revanche, les moments traditionnels de la vie politique, comme les travaux parlementaires et les actions de gouvernement, sont plus absents des nouvelles [Walgrave, 2004 : 11]. Ainsi, au moins en apparence, ce sont les médias qui doivent s’adapter à l’agenda fixé par les candidats (meetings, discours, initiatives). Mais ils peuvent jouer un rôle important en choisissant le terrain de la confrontation politique. Dans le cas du Brésil, pendant les élections présidentielles de 2002, par exemple, les médias ont joué un rôle fondamental dans la détermination, à la fois de l’agenda et du cadrage. Le lien étroit que la presse faisait entre l’élection et la crise économique, entre la montée des candidats de l’opposition dans les sondages, la dévaluation du real et la chute de la bourse, a moins contribué à aider le candidat du gouvernement José Serra, qu’à obtenir des candidats de l’opposition, en premier lieu Luiz Inácio Lula da Silva, des engagements, de plus en plus clairs, de continuité de la politique économique libérale. La prétendue nécessité de « rassurer » les investisseurs extérieurs s’est opposée, avec succès, à l’incertitude propre au jeu électoral, et à la démocratie [Miguel, 2003 : 306].

15En influençant de façon déterminante l’agenda politique, les médias de communication finissent par avoir un pouvoir politique réel. Ce phénomène est rendu possible par le fait que le public, de façon consciente ou non, semble reconnaître aux médias une compétence technique pour décider ce qui est une information et ce qui n’en est pas. Utilisant la catégorie d’expert system, d’après la définition de Anthony Giddins, on peut dire que le public maintient avec les médias le même type de relation qu’avec les ingénieurs qui ont conçu les avions : en général, le passager n’a pas idée de comment fonctionne le véhicule, mais il pense qu’il va le conduire jusqu’à sa destination sans danger.

16Selon Miguel, la croyance dans le journalisme déposée par le consommateur d’informations peut être analysée à partir de trois éléments. Premièrement, c’est l’aspect le plus simple, la confiance dans la véracité des faits relatés. Ensuite, la confiance que les caractéristiques les plus pertinentes de ces faits sont ceux qui sont relatés. Enfin, la confiance du bon choix de « faits journalistiques » mis en avant entre une infinité d’événements se produisant chaque jour. La presse possède ainsi le monopole de la sélection d’informations [Miguel, 2004 : 94] et, par conséquent, de la création de l’effet d’agenda, avec toutes ses implications.

17Cette situation présente une contradiction politique et théorique significative. Dans la mesure où la démocratie représentative se fonde sur l’égalité politique des citoyens, ils sont tous considérés comme également compétents dans leur capacité à prendre une décision politique, à travers leur vote. Mais cette compétence citoyenne dépend de la qualité de l’information fournie : quand, au contraire, cette dernière est manipulée ou de mauvaise qualité, elle rend les citoyens politiques incompétents. Ainsi ce droit démocratique est inséparable de l’existence d’un espace public des opinions. Par définition, un droit est toujours universel, se distinguant de l’intérêt, qui est toujours particulier. Mais dans les sociétés capitalistes les moyens de communication sont, dans leur immense majorité, des entreprises privées, qui appartiennent donc à l’espace privé des intérêts de marché et opèrent selon des impératifs privés. En d’autres termes, nous nous trouvons face à un champ public de droits régi par des intérêts privés [Chauí, 2005].

18Le Brésil est à cet égard un cas emblématique, dans la mesure où c’est le pays d’Amérique latine qui dispose du système médiatique le plus élaboré, qu’il s’agisse de presse écrite ou de télévision. Les contradictions que nous venons d’énumérer y apparaissent de façon criante, la presse ayant une histoire relativement récente, surtout dans un contexte démocratique : ce n’est qu’en 1985 que les militaires ont rendu le pouvoir aux civils.

Tirage, circulation et audience

  • 9 La revue mensuelle O Correio Braziliense a circulé du 1er juin 1808 à décembre 1822, comptant au t (...)

19Au Brésil, la presse s’est transformée tardivement en industrie, par rapport à l’Europe ou aux États-Unis. À l’époque de la colonie (le pays n’est devenu indépendant qu’en 1822), le Portugal tentait d’isoler le Brésil du reste du monde avec des politiques restrictives, comme l’interdiction, jusqu’en 1808, de l’impression de livres et de journaux sur le territoire brésilien. Les premières publications du pays ont d’ailleurs vu le jour cette année-là : le Correio Braziliense, édité et distribué à partir de Londres9, et la Gazeta do Rio de Janeiro, qui se limitait à publier les décrets de la Cour et à couvrir les activités de la famille royale exilée au Brésil. À partir de 1821, apparaissent de nouveaux journaux, liés en grande partie aux libéraux et aux francs-maçons. Après l’indépendance et jusqu’à la fin de la Monarchie (la République est proclamée en 1889), la presse brésilienne se diversifie et s’étend, avec la publication de dizaines de petites feuilles, pamphlets et satires, à l’existence généralement irrégulière et brève. Le journal le plus ancien, encore en activité de nos jours, est le Diário de Pernambuco, fondé en 1825. Ce n’est qu’à la veille du xxe siècle que la presse brésilienne commence à prendre une véritable structure entrepreneuriale, qui donne à l’époque naissance à l’expression « grande presse », dans l’axe Rio de Janeiro – São Paulo.

Les « grands » quotidiens

20C’est dans la zone de Rio et de São Paulo que se concentrent encore aujourd’hui tous les journaux et revues d’influence nationale. Le journal O Estado de S. Paulo a été créé en 1875 et O Jornal do Brasil (édité à Rio de Janeiro) en 1891. O Globo (de Rio) et la Folha de S. Paulo (qui naît d’abord sous le titre de Folha da Manhã) ont tous deux été lancés en 1925. La véritable modernisation industrielle, commerciale et graphique des journaux a lieu dans les années 1960 et 1970. À partir de la moitié des années 1990 toutefois, les investissements requis par les nouveaux processus de modernisation, (nouveau parc de machines pour l’impression en couleurs, création d’éditions Internet, etc.), conjugués à la chute progressive de la circulation, aux erreurs de gestion et aux tentatives de diversifications malheureuses de certains groupes de presse (dans la téléphonie cellulaire, la télévision par câble, etc.), ont provoqué une dégradation de la santé économique du secteur. En réponse, les groupes ont effectué d’importantes coupes budgétaires, des licenciements en masse de journalistes qui ont eu pour effet de baisser la qualité des journaux et d’affecter le cycle de production des informations comme nous allons le voir.

  • 10 Nous utiliserons au cours de ce travail les définitions suivantes : journal de référence (comme Fo (...)

21Le marché de la presse brésilienne possède des caractéristiques particulières, dont certaines constituent des obstacles à son développement. Tout comme dans d’autres pays à dimension continentale comme les États-Unis, il n’existe pas au Brésil de journaux possédant une véritable dimension nationale. Les deux principaux quotidiens de São Paulo (Folha et Estado) et le plus important de Rio (Globo) sont considérés, dans le monde politique et journalistique, comme des journaux de référence nationale, du fait de leur influence et de leur qualité éditoriale, malgré le fait que leur circulation se limite pour les trois-quarts à leur ville d’origine, comme dans le cas du New York Times et du Washington Post aux États-Unis10. D’autres quotidiens, de qualité correcte et de circulation significative (selon des critères brésiliens) tels l’Estado de Minas, publié à Belo Horizonte, Zero Hora (Porto Alegre) et le Jornal do Comércio (Recife), ont une influence et un pouvoir importants au niveau local, mais pratiquement aucun à l’échelle nationale. La seule exception est constituée par le Correio Braziliense, édité à Brasilia à partir de 1960. Bien qu’il n’ait jamais réussi à se transformer en un journal dont l’influence, comme le Washington Post, irradie tout le pays à partir de la capitale fédérale, il a un impact supérieur à celui de quotidiens d’une circulation bien plus importante, dans la mesure où il est le premier à arriver aux mains des politiques et des hauts fonctionnaires de Brasília.

Tableau 1 • Principaux journaux brésiliens en 2006 (circulation moyenne quotidienne)

Tableau 1 • Principaux journaux brésiliens en 2006 (circulation moyenne quotidienne)

Source : Associação Nacional de Jornais (ANJ).

22Neuf des dix principaux journaux quotidiens en terme de circulation se concentrent dans trois des vingt-sept États brésiliens : quatre à Rio de Janeiro, deux à São Paulo et trois dans le Rio Grande do Sul (voir tableau 1). Ces trois États concentrent pratiquement la moitié des 535 quotidiens édités dans tout le pays en 2005 : 155 à São Paulo (40 millions d’habitants), 49 dans le Rio Grande do Sul (10,5 millions) et 47 à Rio de Janeiro (14,8 millions). Les autres États où sont édités un nombre convenable de quotidiens – bien que sans influence nationale – sont le Minas Gerais (59 quotidiens), le Paraná (46) et Santa Catarina (40). Au total, les six États rassemblent près de 100 des 190 millions d’habitants du pays et 396 journaux. Dans le reste du Brésil, l’industrie éditoriale est en général faible et sans impact hors des capitales.

23Dans l’ensemble, les quotidiens brésiliens ont une faible circulation et un taux de lecture en déclin. En termes absolus, la circulation payée totale (abonnements et ventes en kiosques) n’a pas connu de changement significatif au cours des dix dernières années (voir tableau 2). Néanmoins, comme la population du Brésil a augmenté de 1,5 % par an en moyenne, le nombre d’exemplaires vendu pour 1 000 habitants a baissé de façon importante. En 1996, la circulation payée totale des quotidiens au Brésil était de 6,472 millions d’exemplaires par jour, pour une population de 150,8 millions d’habitants. Dix ans plus tard, en 2006, la population est de 184 millions d’habitants alors que les ventes ne dépassent pas les 7,23 millions d’exemplaires. En 2000, la circulation moyenne des quotidiens est de 60,6 exemplaires pour 1 000 habitants (en ne tenant compte que de la population adulte). En 2006, le ratio est tombé à 53,4 exemplaires pour 1 000 habitants. La contraction des ventes a affecté particulièrement les quotidiens de référence nationale. En 2000, la Folha de S. Paulo, O Globo et Estado de S. Paulo vendaient au total 1,16 millions d’exemplaires par jour. En 2006, leur circulation totale n’est plus que de 817 000 exemplaires par jour, une chute de 29 % en six ans. Le Jornal do Brasil, qui connaît depuis des années une crise profonde, s’est transformé en un journal local sans grande répercussion (avec une circulation de 68 200 exemplaires par jour en 2005, en recul de 10 % par rapport à 2004).

Tableau 2 • Diffusion totale des journaux au Brésil

Tableau 2 • Diffusion totale des journaux au Brésil

Source : Associação Nacional de Jornais (ANJ).

24Le taux de lecture des quotidiens au Brésil est bas, non seulement par rapport aux pays dotés d’une plus grande tradition de lecture, mais aussi par rapport à d’autres pays émergents. Toutefois la crise de la presse quotidienne est loin d’être un problème propre au Brésil. Au cours des dernières décennies, la circulation a connu une lente mais constante érosion dans la plupart des pays d’Amérique latine, aux États-Unis, dans l’Europe de l’Ouest, en Australie et en Nouvelle Zélande. En France, la circulation moyenne payante est tombée de 190 exemplaires pour 1 000 habitants adultes en 2000 à 155,8 en 2006, une chute de 18 % en six ans. Au contraire, dans plusieurs pays émergents le développement économique a été accompagné d’une augmentation de la circulation. Dans deux des autres géants que composent le groupe des BRIC (nom inventé en 2003 par la banque d’investissement Goldman Sachs pour désigner les quatre pays – Brésil, Russie, Inde et Chine – amenés à être les nouvelles puissances économiques de la deuxième moitié du xxie siècle), le panorama est différent. En Chine, la circulation est passée de 53,5 à 105,3 exemplaires pour 1 000 habitants adultes entre 2000 et 2006. En Inde, l’augmentation dans la même période a été plus significative encore, passant de 49,8 à 117,2 exemplaires pour 1 000.

  • 11 Un autre facteur important de la crise de la presse européenne a été provoqué par l’émergence des (...)
  • 12 « Who Killed the newspaper ? », The Economist, Londres, 24 août 2006.

25Des spécificités expliquent l’évolution de la situation dans chaque pays, mais il existe un consensus entre les spécialistes pour estimer que de tous les « vieux » médias de communication, les journaux sont ceux qui ont le plus souffert de l’émergence d’Internet à partir de la moitié des années 199011. Au niveau international, la perte de lecteurs la plus accentuée se trouve dans la frange des 15-24 ans (c’est-à-dire les potentiels acheteurs de journaux dans le futur) qui utilisent de plus en plus Internet comme principale source d’information. Moins de lecteurs c’est moins de ventes et moins de publicité, menaçant le difficile équilibre financier des journaux. Dans les pays les plus riches, où la diffusion par Internet atteint une grande capillarité, les conséquences sont déjà évidentes. En Suisse et dans les Pays-Bas par exemple, les journaux ont perdu la moitié des petites annonces en faveur d’Internet12. Dans les pays en voie de développement, pour d’évidentes raisons économiques, la diffusion des ordinateurs personnels, et en conséquence, de l’accès à la toile, est moindre.

  • 13 Les sites d’information enregistrent leur plus grand nombre de visites entre le lundi et le jeudi, (...)
  • 14 Enquête IBOPE/NetRatings du 5 décembre 2007, consultable sur le site www.ibope.com.br.
  • 15 Données d’une enquête IBOPE/Monitor citée sur le site de l’ANJ (www.anj.org.br/?q=node/179).

26Toutefois, Internet atteint déjà aujourd’hui au Brésil une part significative de la classe moyenne, en particulier dans les centres urbains des États les plus riches, dans le sud et le sud-est du pays. En octobre 2006, environ 32,2 millions de Brésiliens étaient connectés, à partir de la maison, du travail ou des cybercafés13, c’est-à-dire 17 % de la population totale et 32 % des personnes âgées de plus de 16 ans14. Les usagers se connectaient en moyenne 20,5 heures par mois, 10 % de plus qu’à la même période de l’année antérieure. Cela équivaut en moyenne à 41 minutes par jour, un peu moins que ce que les lecteurs consacrent à lire ou feuilleter un journal (46 minutes durant la semaine, et 51 minutes le dimanche)15. Bien sûr, le temps passé sur Internet ou à lire les journaux n’est pas nécessairement dédié à la lecture de véritables « informations » au sens fort du terme, mais à la recherche d’éléments de service et de divertissement. D’après les donnés de l’entreprise d’enquêtes IBOPE/NetRatings, les sites d’information sont visités par 57,6 % des internautes brésiliens [Juliasz, 2006].

  • 16 « Audiência da internet brasileira cresceu 13,5 % em outubro », O Globo On-Line, 23 novembre 2006.
  • 17 « Venda de PCs cresce 43 % e ilegalidade diminui », O Estado de S. Paulo, 13 septembre 2006.
  • 18 En France, 43 % des adultes disposent d’un accès Internet à domicile (dont 38% à haut débit). Quas (...)

27D’un autre côté, on calcule que 84 millions de Brésiliens (environ 44 % de la population) n’a jamais eu accès à un ordinateur16. Le gouvernement de Luiz Inácio Lula da Silva tente de réduire la « brèche digitale » avec le programme « Ordinateur pour tous » lancé en 2003 avec l’objectif de faire baisser le prix des équipements grâce à des baisses d’impôts. Au premier semestre 2006, 3,6 millions d’« ordinateurs populaires » (avec des configurations basiques) ont été vendus, soit une hausse de 43 % par rapport à la même période de l’année précédente17. On peut ainsi imaginer que, lorsque le prix des connexions à haut débit baissera et que la téléphonie par Internet se popularisera, l’usage d’Internet dans les maisons augmentera de façon significative, comme cela s’est passé dans les pays européens18.

  • 19 Au Brésil, on définit l’appartenance à une classe sociale à partir d’un certain nombre de salaires (...)

28L’augmentation des ventes d’ordinateurs reflète aussi l’importante amélioration des indicateurs macro-économiques du Brésil tout au long du premier mandat de Lula, ainsi que l’augmentation de pouvoir d’achat des classes les plus pauvres grâce à l’ensemble des programmes sociaux du gouvernement. Dans les magasins populaires où les produits sont vendus à crédit, les PC se trouvent désormais à côté des produits électrodomestiques traditionnels comme les télévisions, les réfrigérateurs ou lecteurs de DVD. À mesure que l’économie brésilienne croît, bien qu’à un rythme encore limité (en moyenne de 3,3 % entre 2003 et 2006), la consommation augmente. C’est également sensible dans la vente de journaux (voir graphique 1), même s’il est évident que l’achat régulier d’un quotidien ne fait pas partie des priorités des nouveaux consommateurs. La presse d’information n’a pas réussi à attirer, ou alors de manière marginale, les sept millions de Brésiliens pauvres qui ont réussi à passer au-dessus du seuil de pauvreté au cours du premier mandat de Lula, changeant ainsi de segment statistique et entrant dans ce qui est comptabilisé comme la classe moyenne19.

Graphique 1 • Comparaison de la croissance du PIB avec la variation de la circulation des journaux

Graphique 1 • Comparaison de la croissance du PIB avec la variation de la circulation des journaux

Source : élaboration à partir de données du Banco Central (BC) et de l’Associação al dos Jornais (ANJ).

  • 20 Le fondateur et propriétaire du journal est un politique local, Vittorio Medioli, député fédéral d (...)

29Le grand obstacle à l’expansion de la circulation des journaux au Brésil, selon l’analyse traditionnelle prédominante [Azevedo, 2006], serait le faible niveau de scolarisation. En réalité, entre 1989 et 2005, le Brésil a connu un bond dans d’éducation, avec un doublement du nombre de personnes ayant le niveau du baccalauréat et avec une hausse de plus de 50 % du nombre de titulaires d’un diplôme universitaire. Ils sont passés de six millions en 1989 à 14,1 millions en 2005 (voir tableau 3), alors que le nombre d’étudiants dans l’enseignement supérieur ne cesse de croître. Cette évolution ne s’est toutefois pas reflétée de manière significative dans les ventes de journaux de référence nationale. En revanche, les journaux populaires maintiennent ou augmentent leur circulation. Comme on peut le constater dans le tableau 1, cinq des dix journaux les plus vendus au Brésil font partie de cette catégorie. Parmi eux, le succès le plus remarquable est celui de Super Notícia, un tabloïd de Belo Horizonte, capitale de l’État du Minas Gerais créé en 200220. Vendu à très bas prix (25 centimes de real, ou dix centimes d’euro au taux de change de juin 2008, un dixième du prix du Folha de S. Paulo), le Super Noticia mélange faits divers, photos immenses de filles plus ou moins connues et beaucoup d’informations de service. Grâce à cette formule, il est devenu, en 2007, le cinquième journal du pays, avec une circulation quotidienne d’environ 240 000 exemplaires, à peine moins qu’une publication traditionnelle comme l’Estado de S. Paulo.

Tableau 3 • Niveau de scolarité de l’électorat brésilien (1989-2005)

Tableau 3 • Niveau de scolarité de l’électorat brésilien (1989-2005)

Source : IBGE, Pnad, 2005 et Carta Capital n° 425, 27.12.2006.

30Il est incontestable que les couches populaires (numériquement les plus nombreuses dans la population), même constituées de membres mieux instruits que par le passé, préfèrent, et pas seulement pour des raisons économiques, s’informer via la télévision. Mais il faut s’interroger sur les raisons de l’incapacité des journaux de référence à gagner de nouveaux lecteurs. Deux hypothèses méritent d’être considérées à ce propos.

31Les journaux de référence ont une diffusion dirigée vers les lecteurs de la classe moyenne ou moyenne haute, définis généralement comme les « formateurs d’opinion » ou le « public fort », en opposition au « public faible », selon la formule de Nancy Fraser [Fraser, 1992 : 109-142]. Le public fort est constitué par les groupes qui possèdent les ressources politiques, symboliques et économiques suffisamment importantes pour imposer les agendas et les prises de décision, et influencer l’opinion publique. Le public faible, bien qu’il fasse partie de la formation de l’opinion publique, ne dispose pas des ressources suffisantes pour la modifier en fonction de ses intérêts, tout comme il n’a pas de pouvoir de décision dans les sphères politiques et économiques [Azevedo, 2006].

  • 21 Couvrir ce type d’actualité est une source de prestige dans des cercles limités (universités, ONG) (...)
  • 22 « Renda da classe média cai 46 % em 6 anos », Folha de S. Paulo, 10 décembre 2006.

32Au Brésil, les journaux de référence nationale couvrent en priorité l’économie et la politique, et pratiquent un journalisme d’opinion, caractérisé par un nombre élevé d’éditorialistes, en majorité des défenseurs de positions conservatrices et néolibérales, comme nous le verrons plus tard. On peut supposer que les thèmes (liés de façon obsessionnelle aux coulisses du pouvoir et de la politique, loin des intérêts des classes populaires), le langage utilisé et les points de vue politiques de ces moyens de communication constituent un obstacle pour attirer de nouveaux lecteurs. La culture journalistique répandue aujourd’hui dans la plupart des rédactions privilégie la couverture des questions politiques (ou les investigations sur les scandales mêlant des politiques) au détriment des informations sur la pauvreté, le racisme et les injustices sociales21. En d’autres termes, comme les journaux de référence sont des médias destinés aux couches moyennes et supérieures (parce qu’elles sont à la fois la source, l’acteur, le producteur, et le lecteur de ces moyens de communication), ils excluent de l’espace public une part énorme de la population et en limitent la circulation potentielle. Parallèlement, le lectorat traditionnel vieillit et souffre d’une dégradation progressive de ses revenus. Entre 2000 et 2006, le revenu de la classe moyenne a chuté de 46 %, en faveur des secteurs les plus pauvres et les plus riches de la population22.

33La deuxième hypothèse mise en avant par des chercheurs de la communication est que les médias brésiliens souffrent d’une crise de crédibilité, s’expliquant par de graves erreurs journalistiques et des manipulations politiques. Quelques auteurs estiment que :

  • 23 Nous analyserons dans cette étude certains cas étayant cette affirmation.

« le traitement de certaines questions par quelques-uns de nos principaux journaux est si éloigné de pré-requis minimaux tant d’un point de vue technique que de l’éthique journalistique, que l’hypothèse de la perte de crédibilité est devenue incontournable ». [Lima et Guazina, 2005]23

  • 24 La France a récemment connu un scandale comparable à l’affaire d’Outreau, dans laquelle plusieurs (...)

34Une histoire emblématique, au Brésil, est celle de l’École Base. En 1994, les principaux médias brésiliens ont publié des reportages sur six personnes qui auraient été à l’origine de violences sexuelles perpétrées sur des petites filles scolarisées dans une école privée de São Paulo. Bien que reposant sur des sources officielles (police et médecins) et sur les dépositions de parents d’élèves, il s’agissait d’une erreur. Quand la vérité s’est imposée, l’école avait déjà été mise à sac, ses propriétaires étaient en faillite et victimes de menaces de mort24 [Ribeiro, 1995]. La crédibilité des médias en a été durement atteinte.

Les « grands » hebdomadaires d’information

  • 25 On comptait en 2005 dans tout le Brésil quelque 1 533 magazines hebdomadaires. Seuls les quatre ci (...)
  • 26 En août 2005, la diffusion totale des quatre revues a été de 1 980 086 exemplaires par semaine. Au (...)
  • 27 Le prix minimum, en octobre 2006, était de 7,5 reais, près de 2,70 euros au taux de change de l’ép (...)

35Une des caractéristiques du marché de la presse brésilienne à grande diffusion est l’influence des revues hebdomadaires d’information de diffusion nationale. On en compte quatre – Veja, Época, Istoé et CartaCapital – totalisant une diffusion (abonnements et ventes en kiosque) d’environ deux millions d’exemplaires (voir tableau 4)25. Étant donné que chaque revue est lue, en moyenne, par au moins quatre lecteurs, on estime que leur audience totale oscille entre huit et dix millions de Brésiliens, qui sont éparpillés dans tout le pays, puisque les abonnements représentent l’essentiel des ventes. Avec une circulation très supérieure à celle des quotidiens de référence, ces quatre magazines représentent les seuls moyens d’information écrits à l’échelle nationale. Pourtant, ils n’échappent pas non plus à l’érosion des ventes, avec un recul de 2,9 % entre août 2005 et août 200626. Pratiquement tous leurs lecteurs font partie des classes moyennes et hautes, ce qui s’explique par le prix de vente, prohibitif pour les travailleurs disposant d’un faible revenu27.

Tableau 4 • Diffusion des hebdomadaires nationaux d’information (par semaine, août 2006)

Tableau 4 • Diffusion des hebdomadaires nationaux d’information (par semaine, août 2006)

Source : Instituto Verificador de Circulação (IVC).

36La plus ancienne des quatre revues est Veja. Elle a été lancée en 1968, en pleine dictature, suivant l’inspiration des grands magazines américains comme Time et Newsweek. La plus récente est Época, créée en 2000. Istoé a vu le jour en 1976, et CartaCapital en 1995. Du point de vue graphique et de la formule, Veja, Época et Istoé sont assez similaires, alternant information politique et dossiers sur les questions de société, la santé, la psychologie personnelle et les célébrités. Leur objectif, suivant un schéma international est, en principe de synthétiser, à la fin de la semaine ce qui a déjà été décrit par les quotidiens. Selon des enquêtes internes, une part significative des électeurs fait du magazine sa source principale, voire unique, d’information. Les quatre revues se livrent, surtout depuis le début des années 1990, à une concurrence féroce dans la recherche de scoops, qui s’imposent généralement comme principaux thèmes aux quotidiens. C’est ainsi, entre autres, que se sont produits les faits qui ont contribué à pousser le Président Fernando Collor à démissionner en 1992. Les magazines Veja et Istoé ont publié les révélations les plus compromettantes concernant le schéma de corruption monté avec la complicité du Président, poussant le Congrès à lancer le processus de destitution, auquel Collor a préféré échapper en démissionnant.

37Politiquement, Veja est très conservatrice et néolibérale pour les questions économiques, alors qu’Época et Istoé n’ont pas d’idéologie marquée. CartaCapital est la seule des quatre revues à afficher un positionnement clairement à gauche et anti-néolibéral. Elle a par exemple déclaré son appui au candidat Lula aux élections présidentielles de 2002 et 2006. Elle a aussi un style différent des autres, privilégiant les analyses de la politique nationale, de l’actualité internationale et de l’économie aux dépens des faits divers et des questions de société. Son créateur, qui est aussi le directeur de la rédaction, le journaliste Mino Carta, a également fondé Veja et Istoé, avant d’être contraint de les abandonner du fait de divergences avec les propriétaires sur sa ligne éditoriale, source de problèmes avec le pouvoir politique et, en conséquence, avec les annonceurs [Chierici et Summa, 2005 : 145].

  • 28 Naspers est le principal acteur de la consommation de masse dans le secteur de la presse magazine (...)

38La maison d’édition Abril qui édite Veja, fait partie du Groupe Abril, l’un des principaux consortiums de communication d’Amérique latine qui contrôle également les maisons d’éditions Ática et Scipione (livres scolaires), la TVA (Télévision par câble, Internet et téléphone à haut débit) et MTV (une chaîne musicale). Le groupe emploie 6 500 personnes, et depuis mai 2006, est associé à la compagnie de média sud-africaine Naspers, qui détient 30 % de son capital, acquis pour un montant de 422 millions de dollars28. En 2005, la maison d’édition Editora Abril a publié 351 titres (neuf réguliers et 255 à tirages uniques ou numéros spéciaux), d’une diffusion totale de 161 millions d’exemplaires. La maison d’édition Editora Très, qui contrôle Istoé, publie six revues spécialisées (économie, célébrité, consommation). Época est un des onze magazines (le seul d’information) de la maison d’édition Editora Globo, qui appartient aux Organisations Globo, principal groupe de communication du Brésil, qui contrôle la télévision du même nom. Comparée à ces géants, CartaCapital (et son sous-produit Carta na Escola) est presque un nain, puisqu’elle s’avère l’unique publication de la maison d’édition Editora Confiança, fondée par Mino Carta et quelques associés afin de maintenir l’indépendance de la revue.

Les journaux télévisés

39Bien que ce travail soit centré sur le rôle de la presse écrite, il est indispensable d’analyser brièvement les journaux télévisés, étant donné que la télévision est le premier outil d’information de la majorité des Brésiliens. D’autre part, même les lecteurs de la presse écrite regardent les journaux télévisés, ce qui peut avoir un impact sur leur lecture. La télévision joue un rôle central dans le marché des médias et de l’information au Brésil. Et la Rede Globo est de loin la principale chaîne en termes d’audience (voir tableau 5).

40Ce caractère central peut être mesuré par deux indicateurs, en dehors du calcul de l’audience : le poids de la télévision dans les investissements publicitaires, et la présence d’appareils télévisés dans les foyers. L’analyse des chiffres de la distribution de la publicité démontre clairement l’importance de la télévision hertzienne, en particulier des chaînes liées à la Rede Globo. Près de 60 % des investissements publicitaires sont destinés à la télévision, et les chaînes liées à la Rede Globo en captent les trois-quarts, une proportion très supérieure à son poids dans l’audience (voir tableau 6).

41C’est une véritable anomalie dans le paysage médiatique international. En Grande-Bretagne par exemple, la télévision recueille, en moyenne, 31 % des investissements publicitaires, en Allemagne la part est de 24 %, 32 % en France, et 36 % aux États-Unis. Le seul pays développé connaissant une situation relativement comparable à celle du Brésil est l’Italie, où la télévision capte plus de la moitié de la publicité – sans toutefois disposer d’une unique chaîne en position de monopole [Garam-bois, 2006]. Pour ce qui est des appareils électroniques de médias, une enquête de 2004 souligne que la télévision est présente dans 90 % des foyers brésiliens, alors que 88 % d’entre eux ont une radio et 16 % un ordinateur (même si cette proportion, comme nous l’avons vue, est en forte progression) [Ibge, 2004]. La radio et la télévision sont par ailleurs les principales sources d’information des deux-tiers de la population. Selon Azevedo, les journaux télévisés disposent de la plus grande audience à la télévision brésilienne alors que les émissions consacrées à la politique sont celles qui attirent le moins de public dans les périodes non électorales (voir tableau 7).

Tableau 5 • Télévisions commerciales hertziennes au Brésil

Tableau 5 • Télévisions commerciales hertziennes au Brésil
  • 1 Propriété directe, associées ou affiliées.
  • 2 Au sein des dix principaux marchés.

Note 11
Note 22
Source : Lima, 2004.

Tableau 6 • Investissement publicitaire au Brésil par secteur (2005)

Tableau 6 • Investissement publicitaire au Brésil par secteur (2005)
  • 3 Au sein desquels près de 76 % vont à TV Globo.

Note 13
Source : Azevedo, 2006.

Tableau 7 • Types de programmes de télévision les plus regardés (2003)

Tableau 7 • Types de programmes de télévision les plus regardés (2003)

Source : Azevedo, 2006.

42Parmi les journaux télévisés, le leader absolu en termes d’audience et d’influence est le Jornal Nacional (JN) de la Rede Globo. Coincé entre deux épisodes de telenovela (feuilletons), le JN dure de 35 à 40 minutes et comporte les interruptions publicitaires les plus chères de la télévision brésilienne. Le JN détient pratiquement le double de l’audience de tous ses concurrents mis ensemble (voir tableau 8).

Tableau 8 • Audience des journaux télévisés de prime time

Tableau 8 • Audience des journaux télévisés de prime time

Source : Lew Lara, 2006.

43Pour des dizaines de millions de Brésiliens, une information n’a vraiment eu lieu que si elle est transmise par le JN. Pour les hommes politiques de tous les partis, le JN est un allié potentiel dont il faut prendre soin (en lui donnant des informations exclusives, de la publicité officielle et avec des décisions favorables aux intérêts commerciaux des Organisations Globo), ou un puissant et redoutable ennemi à amadouer. Dans les couloirs du pouvoir, à Brasilia et dans les capitales des États, la sagesse enseigne qu’il n’est pas possible de gouverner avec l’opposition de la Rede Globo. C’est une position évidemment exagérée, mais il est vrai que le JN est un puissant outil à toujours prendre en compte dans n’importe quelle stratégie politique.

44La situation change de façon significative pendant les périodes électorales. Les journaux télévisés continuent à avoir un rôle prédominant dans la formation de l’agenda et du cadrage – puisqu’ils continuent à déterminer quels éléments il faut mettre en avant ou au contraire ne pas mentionner dans les discours, les activités et les campagnes des candidats – mais ils ne sont plus les uniques vecteurs d’information. Selon les enquêtes réalisées en période électorale, l’intérêt pour la politique croît de façon importante à mesure qu’on se rapproche du vote : la part de Brésiliens qui se disaient « très intéressés » par les élections est passée de 19 % à 39 % entre juillet et octobre 2006, à la veille du second tour du scrutin présidentiel (certes, pour passer pour de bons citoyens, certains sondés répondent être « très intéressés par la politique » alors qu’en réalité ils ne le sont pas forcément). Au cours de la même période, ceux qui se disaient « peu ou pas du tout intéressés » sont passés de 49 % à 29 % (voir tableau 9). Ce surcroît d’intérêt entraîne généralement une recherche plus grande d’informations, en recourant souvent à des sources plus diversifiées que d’ordinaire, surtout dans les couches les plus élevées de la population (voir tableau 10).

  • 29 Les seules à échapper à l’obligation de transmettre le HGPE sont les télévisions par câble.

45Il est intéressant de noter que les conversations personnelles avec des amis, parents et collègues de travail constituent ensemble le deuxième principal moyen d’information sur la politique (32 % au total), juste derrière les journaux télévisés. Il est évident que pour beaucoup, la source d’information de ces conversations est justement la télévision. Mais on peut imaginer que d’autres « formateurs d’opinion », c’est-à-dire des personnes perçues par leurs proches comme bien informées et dignes d’être écoutées, disposent d’autres sources, que ce soit au sein des médias, du riche tissu associatif brésilien (syndicats, églises, partis, associations communautaires, ONG, etc.) ou via des activités de campagne auxquelles elles auraient participé. Les données de l’enquête présentées dans le tableau 10, d’un autre côté, ne reflètent pas l’impact de l’Horaire Gratuit de Propagande Électorale (HGPE) transmis de façon obligatoire deux fois pas jour, par toutes les radios et télévisions du pays29.

Tableau 9 • Taux d’intérêt des Brésiliens pour la politique (campagne électorale 2006)

Tableau 9 • Taux d’intérêt des Brésiliens pour la politique (campagne électorale 2006)

Source : Enquête de l’Institut Vox Populi pour la campagne de Lula.

Tableau 10 • Moyens de s’informer sur la politique (juillet 2006)

Tableau 10 • Moyens de s’informer sur la politique (juillet 2006)

Source : Enquête de l’Institut Vox Populi pour la campagne de Lula.

  • 30 Données de l’institut d’enquête Vox Populi, commandées par le comité de campagne du Président Lula

46Dans les jours précédant le vote, le pourcentage d’électeurs regardant (ou écoutant) régulièrement le HGPE augmente considérablement. En 2006, la part d’électeurs déclarant regarder toujours ou presque toujours le HGPE a bondi de 7 à 66 % entre le 12 et le 26 octobre, c’est-à-dire les deux dernières semaines de campagne avant le second tour, qui a eu lieu le 29 octobre 200630. Tout cela fait du HGPE un des principaux instruments de campagne, auquel les candidats dédient du temps, de l’énergie, et une part importante des ressources financières, en ayant recours aux services coûteux des agences de communication et des spécialistes du marketing. Il faut noter par ailleurs qu’il s’agit d’un espace de communication politique directe des candidats, sans l’intermédiaire de journalistes.

Encart A

Comment la Rede Globo a dominé la télévision au Brésil

47L’apparition de la radio au commencement des années 1920 et sa rapide popularisation dans la décennie suivante ont sonné les débuts de la communication de masse au Brésil. Toutefois, ce processus ne s’est achevé qu’avec l’arrivée postérieure de la télévision, dans les années 1950, et le développement des réseaux nationaux de radio et de télévision dans les années 1970. Ce n’est qu’à partir des années 1980 que le système médiatique brésilien peut véritablement être qualifié d’industrie de masse, la télévision occupant désormais une place centrale dans le marché national du loisir et de l’information [Azevedo, 2006]. La montée en puissance de la télévision brésilienne a donc coïncidé avec la période de la dictature militaire (1964-1985). Elle continue encore aujourd’hui à être marquée par les caractéristiques voulues par les militaires. Ces derniers ont volontairement incité à la modernisation du secteur, tout en imposant une censure, dans une stratégie reposant sur une idéologie de sécurité nationale. Au cœur d’un projet faisant de l’État le centre de toutes les activités politiques fondamentales, il était essentiel de mettre sur pied un système d’information capable d’« intégrer » tout le pays suivant la vision et la stratégie de la dictature [Abreu, 2005].

  • 31 La création d’Embratel, avec un plan d’installation de stations relais et de canaux à micro-ondes (...)
  • 32 Au Brésil, l’État détient le monopole du contrôle de toutes les transmissions de radiotélévision, (...)

48L’année 1965 constitue le moment-clef de ce processus de modernisation autoritaire. C’est en effet à cette époque que sont fondées les trois entités qui détermineront le panorama brésilien de radiotélévision : l’Embratel(Entreprise Brésilienne de Télécommunications), qui a implanté le réseau de base de télécommunications31 ; le ministère des Communications, responsable, jusqu’à aujourd’hui des concessions des stations de radios et de télévision32 ; et la TV Globo, de Rio de Janeiro, appartenant à la famille de Roberto Marinho (fils du fondateur du journal O Globo), point de départ de ce qui se révélera un des plus grands réseaux télévisés du monde, la Rede Globo. Avec un indiscutable flair dans les affaires et bénéficiant de l’aide politique et économique des militaires (lesquels furent récompensés par l’appui explicite de la télévision au régime) tout au long de la dictature, Marinho et ses managers ont transformé la Rede Globo en leader absolu de la télévision brésilienne et en principal groupe de communication du pays.

  • 33 Les chaînes peuvent être des propriétés directes, associées ou affiliées. Les Organisations Globo, (...)
  • 34 La News Corporation détient, entre beaucoup d’autres activités, le contrôle de FOX News, une des p (...)

49En 2006, les Organisations Globo contrôlaient d’une façon ou d’une autre33, 61,5 % des chaînes de télévisions UHF, 40,7 % de la diffusion totale des journaux, 31,8 % des télévisions VHF, 30,1 % des radios AM et 28 % des FM. En association avec la News Corporation du magnat de la communication Robert Murdoch, elle contrôlait en outre 77 % du marché brésilien de la télévision par câble34 [Lima, 2006 : 101]. Son principal joyau reste toutefois la Rede Globo, première chaîne de télévision en termes d’audience du Brésil, diffusée jusque dans les coins les plus reculés du pays. Théoriquement, la législation en vigueur au Brésil limite à cinq le nombre de canaux de télévision par groupe, mais les réseaux nationaux contournent cette règle en s’associant à des stations appartenant à d’autres propriétaires, qui fonctionnent comme de simples relais locaux ou régionaux reprenant la programmation nationale. Le ministère des communications n’est jamais intervenu pour faire respecter la limite de concentration dans la télévision.

  • 35 Il existe des preuves de la participation de la Rede Globo à une tentative de fraude électorale po (...)
  • 36 Roberto Marinho a déclaré dans une célèbre interview accordée avant les présidentielles de 1989 qu (...)
  • 37 Lima présente des études sur trois de ces épisodes et une bibliographie riche sur les autres [Lima (...)

50Durant toutes ces décennies, la Rede Globo a eu un rôle central dans l’élaboration de représentations sociales et culturelles dominantes (par exemple à travers des telenovelas, feuilletons très populaires et des programmes de divertissement). Sa couverture journalistique lui a permis, à maintes reprises, d’intervenir directement dans la vie politique du pays. Un petit résumé des principaux épisodes d’ingérence dans la politique inclurait son rôle de légitimation du régime militaire ; la tentative de manipuler les élections du gouvernement de Rio de Janeiro en 198235 ; le boycott de la campagne pour l’organisation d’élections présidentielles au suffrage universel en 1984 (le mouvement Direitas já) ; l’intervention dans le débat de l’Assemblée Constituante pour exclure tous les articles nuisant à ses intérêts, en 1987-1988 ; l’intervention directe dans le choix du ministre de l’économie du Président José Sarney, en 1988 ; le soutien à Fernando Collor de Mello36, exprimé surtout à travers la rediffusion d’extraits choisis du dernier débat entre les candidats au second tour de l’élection présidentielle de 1989, au détriment de Lula, et par le ralliement tardif à la campagne en faveur de sa destitution en 1992 ; le soutien à Fernando Henrique Cardoso aux élections présidentielles de 1994 et 1998 ; le rôle d’arbitre au cours de la crise politique de 200537. Au cours du scrutin présidentiel de 2006, la couverture partielle et agressive de la Rede Globo contre le Parti des Travailleurs de Lula a été un des facteurs déterminants qui a conduit à l’organisation du second tour.

La propriété des groupes de presse : une affaire de famille

51Les groupes brésiliens de communication se caractérisent par la présence dominante d’entreprises familiales et de représentants des élites politiques locales et/ou régionales, les deux catégories se croisant fréquemment. Ce phénomène est très net dans le cas des radios et des chaînes locales de télévision, qui sont souvent aux mains de politiciens locaux (voir encart B). On rencontre en effet des familles qui gèrent des intérêts importants (que ce soit ou non dans la communication) et qui constituent, parallèlement, de véritables dynasties politiques où le pouvoir se transmet de père en fils ; c’est, entre autres, le cas de l’ex-Président José Sarney, dans l’État du Maranhão. Des raisons politiques expliquent cette situation. Pendant plus de cinquante ans, les différentes Constitutions brésiliennes ont limité les droits de propriété des entreprises de presse ou audiovisuelles pour les personnes juridiques, les sociétés anonymes par actions et les étrangers. Cette restriction apparaît à différents degrés dans la Constitution de 1946 (Article 160), celle de 1967 (Article 166), celle de 1969 (Article 174) et enfin dans celle de 1988 (Article 222). L’objectif du législateur était de pouvoir identifier pleinement les propriétaires, et d’empêcher les capitaux étrangers de contrôler ce secteur. Une des conséquences indirectes de cette mesure – l’interdiction de la propriété par des personnes juridiques – a été le contrôle historique du secteur par des personnes physiques, c’est-à-dire des « entreprises » familiales [Lima, 2004 : 103].

  • 38 Jusqu’à la fin des années 1980, l’économie brésilienne restait essentiellement fermée et protectio (...)

52La situation a toutefois connu certaines modifications au cours des dernières années. De nombreux groupes familiaux, dépourvus des ressources économiques nécessaires dans une économie plus ouverte et plus compétitive38 et sans possibilité d’agrandir leur capital sur le marché boursier sont entrés en crise. Elle a été provoquée par plusieurs facteurs, notamment des gestions financières peu professionnelles, des erreurs d’investissements (par exemple la décision de la famille Mesquita, propriétaire du Grupo Estado de pénétrer le secteur de la téléphonie mobile) et la dévaluation du real au début de 1999 qui a brutalement renchéri le coût de leurs emprunts contractés en dollars (affectant fortement entre autre la famille Marinho qui s’était endettée pour l’acquisition d’un nouveau parc graphique pour le journal O Globo). La crise fut particulièrement violente pour la presse écrite qui souffrait déjà d’une érosion de sa diffusion et qui recevait la plus faible part des investissements publicitaires.

  • 39 Rappelons que la crise n’a pas atteint seulement les entreprises de communication au Brésil. Aux É (...)
  • 40 Entretien avec l’auteur par e-mail, le 21 juillet 2006. Par manque de ressources, la Fenaj ne parv (...)

53Chaque groupe familial a tenté de réagir à sa façon. Certains ont jeté l’éponge, comme les familles Nascimento Brito et Levy, propriétaires respectivement du Jornal do Brasil (avec une agence de presse, des radios, etc.) et de la Gazeta Mercantil(pendant des décennies le meilleur et le plus influent journal économique du pays, avec de nombreuses éditions locales). Les deux familles ont vendu leurs journaux à l’entrepreneur Nelson Tanure, devenu ainsi un important acteur du monde des médias. D’autres groupes ont affronté la crise en confiant le contrôle des opérations à des gestionnaires professionnels extérieurs à leurs familles. Ce fut le cas, par exemple, des Civita (Grupo Abril), des Mesquita (Grupo Estado : Estado de S. Paulo, Jornal da Tarde, Agência Estado, Radio Eldorado, etc.) et, dans une moindre mesure, des Marinho (Organizações Globo). Dans tous les cas, cela s’est traduit par une brutale réduction des coûts, qui s’est d’abord reflétée dans la réduction et l’appauvrissement des rédactions. Non seulement des milliers de postes ont été supprimés, mais l’organisation des rédactions a été profondément réformée, avec la substitution de nombreux reporters et journalistes expérimentés (plus coûteux, mais aussi dotés d’une plus grande capacité de jugement et d’indépendance), par des débutants dirigés par une poignée de chefs bien payés et totalement acquis aux propriétaires. La Fédération Nationale des Journalistes (FENAJ) estime qu’au cours de la seule année 2002, plus de 500 postes ont été éliminés, la majorité à São Paulo [Sousa, 2003]. Au cours des quatre années suivantes, le Ministère du Travail calcule que plus de 16 000 postes ont été supprimés dans tout le pays39 [Pieranti, 2006 : 113]. « Ce fut une invasion de nouveaux barbares », résume le président de la FENAJ, Sérgio Murillo de Andrade40.

  • 41 Loi 10 610 du 20 décembre 2002, découlant de l’amendement constitutionnel n° 36/2002.

54La pression de ces groupes, endettés et à la recherche de fonds frais a conduit, en 2002, à l’approbation d’un amendement constitutionnel et dans la foulée, d’une loi ad hoc41, afin de permettre à des personnes juridiques, y compris à des étrangers, de participer au capital social des entreprises journalistiques et audiovisuelles, jusqu’à un plafond de 30 %. Mais la loi ne s’est pas avérée être la panacée rêvée par quelques-uns. En particulier, on n’a pas assisté à une course d’étrangers pour acheter des parts dans les groupes médiatiques brésiliens, si l’on excepte les accords conclus par les Organizações Globo et par le Grupo Abril. La crise quasi-généralisée que connaissaient les médias dans le monde entier a eu pour effet d’inhiber les investissements dans des marchés périphériques comme le Brésil. Il est également possible que les investisseurs aient été réticents à l’idée de s’associer à des groupes familiaux qui, bien qu’ayant rendu la gestion administrative de leurs entreprises plus professionnelle, ne paraissaient pas disposés à perdre le contrôle de ces moyens de communication.

  • 42 Seulement en 2005, le montant total des dépenses publicitaires du gouvernement fédéral, entreprise (...)
  • 43 La liste est indicative, dans la mesure où il est impossible d’effectuer un relevé exhaustif des p (...)

55Cette crise aiguë a démontré à quel point la presse écrite et les médias audiovisuels dépendaient du pouvoir public. Sans fonds gouvernementaux (sous forme de publicité42), et sans prêts consentis par des banques liées au gouvernement, il est probable que beaucoup de ces entreprises auraient fait faillite [Pieranti, 2006 : 116]. Durant la dictature militaire, des journaux d’opposition (Correio da Manhã, Última Hora, etc.) ont été obligés de changer leur ligne éditoriale, ou même de fermer à la suite du retrait des avis publicitaires publics, et du poids de la censure et des intimidations. Au cours des gouvernements démocratiques, l’arme publicitaire a, en général, été utilisée de manière plus subtile, plus pour aider des groupes amis que pour créer des problèmes aux ennemis (à l’exception toutefois de la revue CartaCapital, qui n’a pratiquement reçu aucune publicité officielle pendant le gouvernement Cardoso, une mesure de rétorsion évidente face à sa position critique). Avec la justification de critères techniques liés à leur audience et à leur circulation, la Rede Globo et le Grupo Abril, ont toujours été les principaux bénéficiaires de la publicité publique. Cela n’a pas changé significativement au cours du premier mandat de Lula, en dépit du positionnement agressif de la revue Veja par rapport au gouvernement, et des manipulations de la Rede Globo durant le second tour des élections, en octobre 2006, que nous évoquerons plus tard. À la suite de leur restructuration résumée brièvement ici, les médias brésiliens sont contrôlés à 90 % par 14 groupes familiaux43 (voir tableau 11).

Tableau 11 • Entreprises familiales contrôlant le marché de la communication au Brésil

Tableau 11 • Entreprises familiales contrôlant le marché de la communication au Brésil

Source : Lima, 2004 ; Chierici et Summa, 2005.

56La seule chaîne de télévision importante qui n’appartienne pas à un groupe familial est la Record, contrôlée par l’Église Universelle du Royaume de Dieu (IURD), une formation évangélique néo-pentecôtiste. Les journaux télévisés de la Record n’ont pas de connotation religieuse, ils suivent le schéma classique du journalisme télévisé. Pour son activité de prosélytisme, l’IURD utilise les émissions nocturnes de la Record, et un système complexe qui comprend, outre de nombreuses radios éparpillées dans tout le pays, l’hebdomadaire Folha Universal, dont la diffusion déclarée dépasse les deux millions d’exemplaires.

Encart B

Les politiciens qui contrôlent radios et télévisions

57Si les médias brésiliens se caractérisent par des monopoles familiaux, les radios et télévisions sont en revanche contrôlées en grande partie par des politiques. Jusqu’en 1988, le Président de la République avait l’exclusivité de la distribution des concessions de services audiovisuels. Dans la tradition brésilienne, cette prérogative a toujours été utilisée comme une « monnaie politique » pour garantir le soutien au groupe occupant à ce moment le pouvoir exécutif. Les gouvernants civils et militaires ne se sont pas, à cet égard, comportés de manière différente. Quand en 1985, à la fin du régime militaire, le nouveau Président civil a été élu indirectement (José Sarney, vice-Président de Tancredo Neves, qu’il a remplacé à sa mort, avant même son investiture), le ministère des Communications est revenu à Antonio Carlos Magalhães, ex-gouverneur et principal cacique de l’État de Bahia, très bien introduit auprès des militaires. La famille Magalhães est propriétaire de la Rede Bahia, qui comprend six canaux télévisés (tous affiliés à la Rede Globo), l’un des principaux journaux de l’État (Correio da Bahia), des radios et d’autres entreprises.

  • 44 La durée du mandat présidentiel fut modifiée une nouvelle fois durant le gouvernement de Fernando (...)

58Magalhães a géré d’une main de fer et de façon totalement discrétionnaire les concessions de radio et de télévision, les utilisant ouvertement comme monnaie d’échange pour favoriser des alliés politiques et garantir l’approbation de l’amendement qui, au sein de l’Assemblée Constituante, a prolongé le mandat de Sarney de quatre à cinq ans44. Magalhâes fut l’unique ministre à garder son poste durant tout le mandat de Sarney. Entre 1985 et 1988, le Président de la République a cédé 1 028 concessions, pas moins de 30,9 % de l’ensemble des 3330 concessions autorisées au Brésil depuis le début de l’audiovisuel jusqu’au gouvernement Collor (1990-1992). Quelque 168 concessions ont été données à des entreprises liées à 91 députés fédéraux et à des sénateurs. Parmi eux 82 (soit 90,1 %) ont voté en faveur de l’amendement qui a rallongé le mandat de Sarney [Pieranti, 2006 : 107].

59Depuis 1988, au lendemain de la promulgation de la Constitution fédérale, le Congrès est devenu responsable de l’approbation des concessions faites par le Gouvernement fédéral. Un décret établit des limites à la cession de concessions à partir de 1995, durant le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso, rendant obligatoire l’ouverture d’appels d’offres, et imposant une série de pré-requis aux candidats. Toutefois, une brèche dans la législation permit au pouvoir discrétionnaire politique de se maintenir jusqu’à un certain point. Les canaux-relais de télévisions (RTV) ne nécessitaient pas de concessions pour fonctionner. Un décret antérieur, datant de 1978, définissait ces RTV comme de simples instruments reproducteurs de programmes télévisés, dont le fonctionnement devait être autorisé par le seul ministère des Communications. Cette exception fit des RTV des canaux très intéressants : ils pouvaient transmettre 15 % de programmation propre (par exemple les journaux télévisés) pour peu qu’ils aient un caractère éducatif ou qu’ils soient installés dans ce qu’on appelle « l’Amazonie légale » (le nord, l’État du Mato Grosso, et une partie du Maranhão). L’obtention d’une RTV est donc devenue une option plus viable pour les entrepreneurs et les politiques, dans la mesure où la réglementation était plus flexible.

60À la veille de l’approbation de l’amendement autorisant la réélection de Fernando Henrique Cardoso, le ministère des Communications distribua 1848 RTV, dont 527 à des entreprises de médias, 479 à des mairies, 472 à des entités liées aux Églises, 102 à des fondations éducatives et 268 à des entreprises ou des entités contrôlées par 87 politiques. Parmi ces derniers, 19 députés et six sénateurs votèrent en faveur de la réélection. Les autres bénéficiaires furent deux gouverneurs, 11 députés régionaux, cinq maires, huit ex-députés fédéraux, trois ex-gouverneurs, huit ex-maires et 23 autres politiques. Près de 400 RTV reçurent l’autorisation d’émettre en décembre 1996, un mois avant le vote au premier tour de l’amendement sur la réélection à l’Assemblée Nationale [Pieranti, 2006 : 109].

  • 45 On appelle traditionnellement coronelismo (« coronélisme ») le pouvoir exercé par les chefs politi (...)

61En théorie, la Constitution brésilienne interdit que députés et sénateurs puissent « signer un contrat avec [...] des concessions de service public », et la législation (Code de 1962) proscrit l’exercice de « la fonction de directeur ou de gérant de concessions de radio ou de télévision à toute personne jouissant de l’immunité parlementaire ou d’une charge spéciale ». Dans la pratique, députés et sénateurs se contentent d’installer des prête-noms ou des parents à la tête des directions formelles de leurs entreprises de communication, et c’est suffisant pour contourner les obstacles légaux. Au niveau local ou régional, il n’y a par ailleurs aucune limitation à la possession de médias par les maires ou les conseillers municipaux. Conséquence : les députés et politiques locaux contrôlent et usent de la presse pour leurs intérêts politiques et électoraux directs. Le phénomène a été baptisé « coronelismo électronique45 » [Lima, 2004 : 106].

  • 46 Antonio Carlos Magalhães est mort en juillet 2007, mais sa famille continue à avoir une forte prés (...)

62Dans certains États, la présence des politiques à la tête des entreprises de communication est notoire. On peut notamment mentionner (1) dans le Nord et dans le Nordeste, l’État de Bahia (groupe d’Antonio Carlos Magalhães46) ; le Maranhão (groupe de José Sarney) ; le Rio Grande do Norte (groupe d’Aluizio Alves) ; le Sergipe (groupes d’Albano Franco et de João Alves) ; le Pará (groupe de Jader Barbalho) ; Roraima (groupe de Rômulo Villar Furtado) ; l’Alagoas (groupe de Collor de Mello) ; le Pernambuco (groupe d’Inocêncio de Oliveira) ; et (2) dans le Sud les États de São Paulo (groupe d’Orestes Quércia) et le Parana (groupe de Paulo Pimentel). Un relevé de 1990 montre que 50 % des canaux de radios de Bahia étaient contrôlés par des politiques, 44 % dans le Pernambuco, 33 % dans le Minas Gerais et 20 % à São Paulo. Une étude postérieure indique qu’en 1995, 31,12 % des canaux télévisés et 40,19 % des radios étaient contrôlés par des politiques [Lima, 2004 : 107].

  • 47 Le PFL (en 2007 le parti a changé son nom en DEM) est le principal héritier politique de l’ARENA, (...)
  • 48 Le gouvernement Lula n’a pratiquement rien fait pour changer cette situation, hormis de destiner u (...)

63Connaissant l’évolution historique du secteur au Brésil, il n’est pas surprenant de constater que les politiques qui ont le plus bénéficié du « coronelismo électronique » soient membres des partis de droite (PFL, aujourd’hui DEM) et du centre (PMDB, PDT, PSDB) et qu’ils aient, d’une façon ou d’une autre, dominé le paysage politique brésilien depuis la réintroduction du multipartisme en 1979, toujours 62 sous la dictature47 (voir graphique 2). Il est intéressant de souligner qu’aucun politique lié au PT, une des principales forces politiques du pays, ne contrôle ou ne possède de radio ou télévision. Toutes les demandes faites par les syndicats proches du parti pour obtenir une concession, entre les années 1980 et 1990, ont été régulièrement rejetées. Aujourd’hui encore, il n’existe aucun média (presse écrite ou audiovisuel) de grande circulation et d’audience nationale lié aux partis de gauche, aux syndicats ou aux mouvements sociaux48.

64La situation décrite ci-dessus n’a pas changé de façon significative durant le premier mandat du Président Lula. Au moins un tiers des sénateurs et 10 % des députés fédéraux élus le 1er octobre 2006 pour le mandat de 2007-2010 contrôlent des radios et/ou des télévisions (plus exactement 27 sénateurs sur 81 et 53 députés fédéraux sur 513). Les deux-tiers des députés sont membres du PMDB, du PFL/DEM et du PSDB [Castilho, 2006].

Graphique 2 • Pourcentage de participation financière ou managériale dans les concessions de radio et télévision de parlementaires, maires et gouverneurs, selon les partis (2003)

Graphique 2 • Pourcentage de participation financière ou managériale dans les concessions de radio et télévision de parlementaires, maires et gouverneurs, selon les partis (2003)

Des choix politiques

La presse comme soutien partisan : de Collor à Cardoso

  • 49 Le PSD et le Parti Travailliste Brésilien (PTB) formaient le bloc gétuliste, contre lequel se posi (...)
  • 50 Ex-communiste passé à droite dans les années 1940, le sénateur Carlos Lacerda fut le plus acharné (...)

65L’absence dans le paysage médiatique brésilien de grands moyens de communication liés organiquement et ouvertement à des partis et à des mouvements sociaux organisés, a donné lieu à une participation et à une intervention importantes de la presse dans les luttes politiques. Depuis la fin de la dictature de l’Estado Novo en 1945 et jusqu’au coup d’État militaire de 1964, le principal thème de dispute divisait ceux qui étaient en faveur ou contre Getulio Vargas. Sur le terrain des formations politiques, cela se traduisait par un affrontement entre le Parti Social Démocratique (PSD) et l’Union Démocratique Nationale (UDN)49. L’Estado de S. Paulo, de la famille Mesquita, menait l’attaque contre Vargas depuis les années 1930. À Rio de Janeiro, la Tribuna da Imprensa, liée à Carlos Lacerda50, et O Globo, de la famille Marinho, s’opposaient également à Vargas et appuyaient l’UDN. En face, le quotidien aujourd’hui disparu Última Hora, fondé par le journaliste Samuel Wainer, soutenait Vargas et son gouvernement. Après le suicide de Vargas en 1954, Última Hora appuya les politiques nationalistes et, jusqu’au coup d’État, le gouvernement de Joâo Goulart. Hormis Última Hora, tous les journaux cités, en plus du Jornal do Brasil et du Correio da Manhã, aujourd’hui disparu, peuvent être définis comme des organes conservateurs, idéologiquement libéraux tant du point de vue économique que politique. Les principes autoproclamés de libéralisme politique n’ont pourtant pas empêché ces journaux de participer au renversement du gouvernement Goulart et d’appuyer la mise en place d’un gouvernement militaire en 1964 [Azevedo, 2006 : 103].

66Avec le durcissement de la répression et le « coup d’État intérieur » (golpe dentro do golpe) de 1968 – quand l’Acte Institutionnel n° 5 (AI-5) formalisa la dictature militaire, fermant le Congrès, déclarant l’État de siège, et introduisant la censure préventive sur la presse, la musique et le cinéma – la grande presse est passée d’un soutien enthousiaste à une opposition modérée, mais croissante, contre le régime militaire. Le jour suivant la promulgation de l’AI-5, le Jornal do Brasil, dédia toute sa une, en forme de protestation, aux prévisions météorologiques sous le titre « Temps obscur, température suffocante, l’air est irrespirable ». Avec le Jornal do Brasil, le Correio da Manhã, la Folha de S. Paulo et O Estado de S. Paulo ont été les principaux journaux à tester, avec prudence, les limites de l’opposition possible. Cela a été rendu possible également par la relative tolérance des militaires à leur égard, qui maintinrent au contraire pendant la période la plus dure du régime une censure rigide des médias audiovisuels, à laquelle s’ajoutaient l’autocensure et le soutien spontané de la Rede Globo au gouvernement.

  • 51 En optant pour un changement de cap ouvertement d’opposition, Otavio Firas Filho, fils du propriét (...)

67Avec l’ouverture du régime, le retour du multipartisme et les élections directes pour les gouvernements des États en 1982, la grande presse repoussa progressivement les limites de sa liberté et accrut sa capacité à transmettre les désirs de changement d’une grande partie de l’opinion publique. Le point culminant de ce processus fut la campagne des Diretas já, (« élections directes maintenant ! ») en 1983 et 1984, ouvertement appuyée par la Folha de S. Paulo51, alors que la Rede Globo cachait au public les grandes manifestations populaires et ignorait les débats sur l’élection directe du Président de la République.

  • 52 À l’époque, on appelait au Brésil marajás (maharadjahs) les hauts fonctionnaires publics qui gagna (...)

68Les élections présidentielles de 1989 furent à la fois les premières depuis 29 ans, et les premières pour lesquelles un des candidats utilisa les techniques modernes de marketing électoral et de communication politique. Élu en 1988 gouverneur d’un État pauvre et marginal sur la carte politique brésilienne, l’Alagoas, Fernando Collor de Mello est parvenu, en peu de mois, à devenir populaire, et à construire une image d’administrateur jeune, sportif, élégant, qui transmettait la confiance lors de ses passages à la télévision : une véritable antithèse de la paralysie qui caractérisa les derniers temps du gouvernement Sarney. Partant d’enquêtes qualitatives sur les attentes du public, l’équipe de Collor élabora un plan de communication sophistiqué pour « bâtir » l’image du candidat, à partir des préoccupations mise en avant par la presse à l’époque, à savoir la lutte contre l’inflation, la modernisation et l’ouverture de l’économie, et la dénonciation de la corruption. Comme l’admettra d’ailleurs plus tard Collor lui-même, il a toujours dit ce que le public voulait entendre, et fait – ou suggéré de faire – ce qu’il attendait. Il a en particulier dit et fait ce que la presse voulait entendre et voir [Lattman-Weltman, 1994 : 26]. Au cœur de cette relation circulaire, la presse brésilienne a mis tout son poids dans la construction de l’image de Collor comme administrateur novateur et « moderne », inflexible ennemi de la corruption des gaspillages – représentation qui se cristallisa dans l’expression « chasseur de maharadjahs52 » (voir illustration 1) – sans jamais s’étendre sur les aspects sombres de la vie du candidat (épisodes de violence au cours de sa jeunesse, relations avec le régime militaire, soupçons de corruption dans son entourage, etc.).

  • 53 La chaîne de télévision appartenant à la famille Collor, dans l’Alagoas, est affiliée encore aujou (...)

69Pour certains médias comme la Rede Globo53, il s’agissait d’un choix délibéré. Pour d’autres, de journalisme superficiel ou de paresse. Quoi qu’il en soit, avec plus ou moins d’enthousiasme, la quasi-totalité de la grande presse appuya Collor contre Lula au second tour des élections présidentielles. Cette décision, prise par les familles propriétaires des journaux, s’est imposée aux rédactions, composées majoritairement à l’époque de journalistes de gauche, pratiquement tous électeurs du PT. Beaucoup avaient choisi ce métier comme une poursuite naturelle de leur militance politique entamée dans les universités dans les années 1970 et 1980 [Abreu, 2000].

Illustration 1

Illustration 1

Collor de Mello
LE CHASSEUR DE MAHARADJAHS
Veja, 23.03.1988

  • 54 Le PT a été fondé en 1980 par des groupes de syndicalistes, des membres des Communautés Ecclésiast (...)
  • 55 Au second tour, Collor a rassemblé 53,03 % des votes valides, le pourcentage le plus bas enregistr (...)

70Les présidentielles de 1989 qui se tenaient, alors que de l’autre côté de la planète le mur de Berlin s’effondrait, donnèrent lieu à un combat sans quartier entre la gauche et la droite. C’est pourquoi Collor a été fortement appuyé par les « pouvoirs de fait » (patrons, banquiers, militaires, etc.), alors que Lula et le PT se transformaient en symboles de la volonté de changement et de démocratisation sociale du Brésil54. Dans un pays aux valeurs culturelles assez conservatrices, où pendant des décennies les militaires et une grande partie des journaux avaient répété une invariable propagande contre les communistes et la gauche en général, les médias jouèrent un rôle crucial pour amplifier la terreur au sein des secteurs populaires et de la classe moyenne face au « danger rouge » représenté par Lula. Ils représentèrent certainement un des facteurs décisifs de la victoire de Collor – bien qu’avec une marge réduite55.

  • 56 Tous les instruments de la guerre sale ont été utilisés à la veille du second tour. Par exemple, u (...)
  • 57 L’économiste américain John Williamson avait créé l’expression à l’origine en 1990 « pour définir (...)
  • 58 Pour reprendre des catégories gramsciennes, la grande presse agit comme un appareil privé d’hégémo (...)

71Deux types d’arguments, essentiellement, étaient répétés par les médias contre Lula. D’un côté, un message « élevé » selon lequel la victoire de Lula empêcherait la modernisation du Brésil et le plongerait dans une crise économique sans précédent, avec « 800 000 entrepreneurs qui quitteraient le pays » (déclaration de Mario Amato, alors président de la Fédération des Patrons de São Paulo, la FIESP). De l’autre côté, de la désinformation pure, en répandant par exemple l’« information » qu’avec Lula président, les familles de la classe moyenne devraient céder une chambre dans leurs appartements pour abriter les familles sans logis. Ce second type d’informations était diffusé par les radios, les journaux populaires et des pamphlets anonymes56. Si d’un point de vue politique, les grands médias avaient des positions différentes, plus ou moins engagées auprès de Collor, ils ont pratiquement tous appuyé avec enthousiasme et conviction la mise en place des réformes néolibérales dites du « Consensus de Washington57 », contribuant à créer une conviction diffuse autour de ces mesures, qui domine le paysage politique (et journalistique) brésilien encore aujourd’hui58.

72À mesure que les mois passaient, surgissaient dans la presse des dénonciations sur des épisodes de corruption et des abus administratifs dans l’entourage direct du Président. On a fini par dévoiler un système, parfaitement organisé, qui consistait à faire l’intermédiaire dans les affaires entre un entrepreneur et le gouvernement, en échange de commissions qui allaient jusqu’à 30 % de la valeur du service contracté. Parallèlement, la situation économique du Brésil ne cessait d’empirer, combinant stagnation du PIB et inflation en hausse, ce qui contribuait à refroidir l’enthousiasme des « pouvoirs de fait » à l’égard de Collor et de ses proches, venus de la périphérie, et trop avides aux yeux des élites en place, qui tenaient l’équilibre traditionnel entre la politique et le pouvoir. Début 1992, le niveau de désapprobation de la politique de Collor était déjà de 48 %, contre à peine 15 % d’approbation [Vasconcellos, 2006 : 15]. Le début de la fin eut lieu quelques mois plus tard, en mai 1992, avec l’interview accordée par un des frères du Président Pedro Collor, à la revue Veja, dans laquelle il relatait les affaires illicites de son frère avec son « opérateur » de confiance Paulo Cesar Farias. La publication provoqua l’ouverture d’une Commission Parlementaire d’Enquête (CPI) et lança une véritable course aux scoops et révélations dans la quasi-totalité de la grande presse, dans une logique qui se répétera plusieurs fois les années suivantes. La dynamique et la psychologie de la course aux scoops par les journalistes sont très bien expliquées par Bourdieu :

« Pour être le premier à voir et à faire voir quelque chose, on est prêt à peu près à n’importe quoi, et comme on se copie mutuellement en vue de devancer les autres, de faire avant les autres, ou de faire autrement que les autres, on finit par faire tous la même chose, la recherche de l’exclusivité qui, ailleurs, dans d’autres champs, produit l’originalité, la singularité, aboutit ici à l’uniformisation et à la banalisation. » [Bourdieu, 1996 : 20]

  • 59 Cette autocélébration fut la base d’un livre volumineux écrit par Mario Sérgio Conti, directeur de (...)

73Indépendamment de leurs positions et de leurs intérêts politiques stratégiques, tous les journaux suivent une histoire quand elle commence à « grandir ». Dans le cas de Collor, outre Veja, les principales révélations ont été faites par la revue Istoé. Le Jornal do Brasil et la Rede Globo furent les derniers à s’engager dans la couverture du Collorgate – ainsi baptisé, en référence explicite à l’investigation du Washington Post sur le scandale du Watergate qui avait provoqué en 1974 la démission du Président américain Richard Nixon, déjà fragilisé par la défaite au Vietnam. De fait, le Collorgate a représenté au Brésil ce que le Watergate a été aux États-Unis : la démonstration que la presse peut être un contre-pouvoir important, substantiellement indépendant, capable de faire tomber un Président59.

  • 60 La couverture de la presse fut, sans aucun doute, fondamentale pour aider à la mobilisation des gr (...)

74Cette vision idéalisée – qui ignore les intérêts matériels et politiques, et les grandes mobilisations populaires qui ont contribué à contraindre Collor à démissionner, en septembre 1992 – s’est transformée avec le temps, en une espèce de mythe fondateur du nouveau journalisme brésilien60. Cette même presse qui condamna sans nuance Collor, n’a pas fait la moindre autocritique, malgré son inconditionnel soutien antérieur, et s’est surtout préoccupée de sauver, et de relancer, le programme de modernisation néolibérale de l’économie brésilienne du Président déchu. Un éditorial de la Folha de S. Paulo, entre autres, regrette que « la réforme de la société et de l’État brésilien, que Collor a sans aucun doute contribué à inscrire en tête des priorités du pays, ait avancé timidement, à cause du poids colossal des pratiques oligarchiques » [Lattman-Weltman, 1994 : 113].

  • 61 Itamar Franco, vice-Président de Collor, est devenu Président à la démission de ce dernier. Cardos (...)

75L’adhésion au Consensus de Washington a constitué, au cours des années successives, la préoccupation majeure de la grande presse brésilienne [Fonseca, 2005], et fut l’une des principales justifications, explicites ou non, au soutien à la candidature présidentielle de Fernando Henrique Cardoso en 1994, et à sa réélection en 1998. Avec le lancement du Plan Real durant le gouvernement Itamar Franco61, la grande presse appuya avec enthousiasme les mesures économiques de stabilisation monétaire. Cette posture s’est transformée par la suite en une adhésion électorale à la candidature de Cardoso contre Lula, même si on n’était plus dans un contexte de polarisation idéologique aiguë et d’hystérie politique comme en 1989. Avec les deux principaux candidats issus du camp de gauche – bien qu’avec des trajectoires et des coalitions très différentes – l’affrontement a tourné autour du débat sur le plan de stabilisation monétaire (la nécessité de le préserver versus l’idée qu’il n’était qu’un appât électoral), et autour du contenu des projets de gouvernement, qui opposaient des conceptions étatistes et nationalistes à des réformes libérales [Azevedo, 2006 : 107].

76Alors que Collor s’est présenté en 1989 en opposition au gouvernement Sarney, en 1994 tout le gouvernement Itamar Franco appuyait (sous différentes formes) la candidature de Cardoso, qui fut ainsi choisi par les élites économiques pour être leur candidat contre Lula. Dans un contexte où les questions économiques prédominaient, la télévision présentait un cadrage de Fernando Henrique Cardoso qui l’identifiait comme un candidat capable de réunir les forces productives du pays, alors que Lula était relié aux groupes sociaux perçus comme générateurs de conflits (les syndicats, les travailleurs sans-terre, etc.) [Vasconcellos, 2006]. Mais plus que l’appui des médias, c’est la chute de l’inflation, et la croissance économique, sensibles dès les premiers mois du Plan Real, qui ont déterminé la victoire de Cardoso. Au début de mars 1994, Lula était crédité dans les principaux sondages de 42 % des intentions de vote, contre 16 % pour Cardoso. Le revirement a eu lieu en août (Cardoso 45 %, Lula 23 %), et la situation n’a plus changé jusqu’au jour de l’élection. Les électeurs les plus pauvres et les moins éduqués, qui avaient senti dans leurs portefeuilles les effets bénéfiques de la baisse initiale de l’inflation, votèrent en masse pour Cardoso.

  • 62 Pour une analyse détaillée du Plan Real, voir Filgueuras [2000], Belluzzo et Gomes de Almeida [200 (...)
  • 63 Les recettes totales des privatisations de 1995 à 1998 furent de 105,3 milliards de reais, l’équiv (...)
  • 64 Le 17 août 1998, le gouvernement russe dévalorisa le rouble, décrétant un moratoire de 90 jours su (...)
  • 65 En mai 1997, par exemple, on révéla que le député fédéral Ronivon Santiago, de l’État d’Acre, avai (...)

77En revanche, le comportement des médias a été décisif pour la réélection de Cardoso en 1998, une fois de plus contre Lula. Les défauts techniques structurels du Plan Real – une tentative échouée de stabilisation de la monnaie, associant un change surévalué à une ouverture commerciale accélérée, provoquant des déficits croissants des comptes courants, dissimulés par l’entrée de capitaux étrangers à court terme62 –, conjugués aux effets des crises financières qui frappèrent les marchés émergents en 1995 et à la décision politique de ne pas dévaluer la monnaie pour ne pas mettre en danger la réélection de Cardoso, placèrent le Brésil dans une situation économique extrêmement délicate à la veille des élections. Malgré la privatisation d’une grande partie du patrimoine public63, le Brésil souffrait d’une perte des réserves de changes, de la chute du revenu salarial moyen, du chômage, de la détérioration des services publics, de l’augmentation de la dette interne et externe, et de la forte vulnérabilité aux flux de capitaux internationaux. Au contraire de 1994, la dispute électorale de 1998 se tenait dans une atmosphère de récession, avant même l’éclosion de la crise financière qui bousculerait la campagne présidentielle à la fin d’août64. La presse, pourtant, n’a pratiquement rien relaté des problèmes structurels de l’économie brésilienne, tout en accordant relativement peu d’espace aux nombreux scandales qui avaient explosé durant les premières années du mandat65. Il y eut un accord explicite entre le gouvernement et les familles contrôlant les médias. Au début de 1998, Cardoso demanda aux principaux entrepreneurs du monde de la communication de ne pas donner trop de place aux informations défavorables au gouvernement, menaçant de ne pas se présenter à sa propre réélection [Gomes, 2006 : 14]. De nombreux travaux démontrent que la couverture des médias au cours de la période électorale (juillet à octobre 1998) fut amplement favorable au gouvernement et au candidat à la réélection [Azevedo, 2000 : 31]. L’appui à Cardoso était aussi renouvelé à travers les éditoriaux et les articles de la grande presse.

  • 66 Entre le 13 juillet et le 3 octobre, en près de 28 heures de journal télévisé, le Jornal Nacional (...)
  • 67 Une enquête de l’institut Datafolha publiée par la Folha de S. Paulo le 9 septembre 1998 montrait (...)

78La Rede Globo représente un cas à part. En 1994, elle s’était massivement investie dans l’organisation de débats entre les candidats et dans une couverture journalistique intense qui donna une grande visibilité à Cardoso et Lula, avec, du fait de l’obligation légale, une présence équilibrée des deux candidats dans les éditions de ses journaux télévisés. En revanche, en 1998, l’élection présidentielle était pratiquement invisible sur la Rede Globo, qui ignora la campagne électorale66. Il n’y a pas eu non plus le moindre débat organisé entre les candidats. Cette absence de visibilité a évidemment favorisé Cardoso, sa campagne parvenant ainsi à cacher ou à minimiser pour l’électorat de bas revenu et peu scolarisé (essentiellement atteint par les médias audiovisuels) la véritable dimension de la crise financière, tout en faisant passer auprès de l’électorat plus qualifié (qui lit le plus la presse écrite) l’idée que le Président en place était le plus compétent et le plus fiable pour faire face aux turbulences économiques et financières67.

  • 68 Une enquête de décembre 2002, par exemple, indique que 66 % des Brésiliens étaient partiellement o (...)

79L’appui monolithique des médias n’allait pas à la personne de Cardoso ou à son gouvernement, mais visait à obtenir l’accord de la population68 – majoritairement opposée aux privatisations – à un projet politique néolibéral, présenté comme le seul viable et responsable [Gomes, 2006 : 14]. Comme l’écrit l’économiste brésilien Armando Boito :

« L’apologie du marché stigmatise les services publics et légitime la mercantilisation de la santé, de l’éducation, et de la retraite. La bourgeoisie des services avait bénéficié de l’aide de la grande presse, toujours prête à exalter les services privés, dans des reportages promotionnels, et à explorer, de manière fallacieuse, la dégradation, qui est réelle, des services publics. D’où les innombrables reportages [...] sur la “faillite” des hôpitaux publics, de l’enseignement public, et de l’INSS [Sécurité sociale], etc. [.], qui paraissent, à première vue, critiquer la politique néolibérale de réduction des dépenses sociales, mais suggèrent, de façon subliminale, qu’il est inévitable et avantageux de recourir aux services privés. » [Boito, 1999 : 71]

80Pour reprendre les termes d’Aloysio Biondi, un autre analyste critique de la politique du gouvernement Cardoso, les moyens de communication ont rendu service aux réformes orientées pour le marché, appuyant de manière inconditionnelle les privatisations et en développant une « campagne de démoralisation des entreprises publiques » [Biondi, 1999 : 19]. Cet attachement aux thèses néolibérales de la presse ne repose pas nécessairement sur des intérêts matériels réels, mais surtout sur une idéologie fermement ancrée depuis la fondation du système médiatique.

La presse comme vigie et acteur moral

81Le créateur de l’expression « quatrième pouvoir » – en référence à la théorie des trois pouvoirs de Montesquieu – pour désigner l’influence de la presse sur la politique et la société fut probablement Edmund Burke, un politique et penseur britannique conservateur du xviiie siècle. C’est à lui qu’est attribuée cette définition :

  • 69 « Il y a Trois Pouvoirs au Parlement, mais là-bas, assis dans la galerie des reporters, se trouve (...)

« Three Estates in Parliament ; but in the Reporters’ Gallery yonder, there sat a Fourth Estate more important than they all. [...] Whoever can speak, speaking now to the whole nation, becomes a power, a branch of government, with inalienable weight in law-making, in all acts of authority69. »

82Quelques décennies plus tard, en 1828, un autre historien anglais d’importance, Lord Macaulay, élabora le concept. Pour lui, la presse devait jouer un rôle double. Elle serait d’abord le gardien des citoyens, « les protégeant de l’abus de pouvoir des gouvernants qui n’avaient montré jusqu’alors que le visage de la tyrannie ». Parallèlement, la presse devait être « un moyen d’information pour équiper les citoyens d’instruments vitaux pour l’exercice de leurs droits, et la voix des citoyens dans l’expression de leurs préoccupations, de leur colère, et le cas échéant, de leur révolte » [Fonseca, 2004].

  • 70 Habermas insiste sur le fait que la sphère publique a une connotation de classe, dans la mesure où (...)

83L’autre concept ayant contribué à définir l’utilisation courante de l’expression « quatrième pouvoir » est celui de sphère publique, théorisé par Habermas. Pour le sociologue allemand, la sphère publique est le lieu de médiation entre la société et l’État, où le public s’organise comme porteur/représentant de l’opinion publique70 [Habermas, 1989]. Ainsi, l’expression « quatrième pouvoir » est généralement utilisée pour se référer aux médias comme « chiens de garde » (en anglais watchdog) des démocraties libérales : ils ont théoriquement pour rôle de révéler les abus d’autorité de l’État, et de défendre les droits démocratiques des citoyens. C’est cette image, plutôt idéalisée, que la presse aime généralement s’attribuer.

84En réalité, dans un contexte de crise généralisée de la représentation politique organisée, les moyens de communication exercent aujourd’hui un rôle très similaire à celui des partis, allant jusqu’à s’y substituer, principalement dans les pays de faible tradition démocratique et dont les organisations politiques sont fragiles, comme le Brésil. Pour Venício Lima, un des plus importants chercheurs brésiliens dans le secteur de la communication, la presse prend la place des partis comme principaux médiateurs entre les candidats et les électeurs dans les campagnes électorales, mais elle assume aussi des :

« fonctions qui traditionnellement étaient attribuées aux partis politiques, telles que (a) définir les priorités à discuter dans la sphère publique ; (b) gérer et transmettre les informations politiques ; (c) surveiller l’action des administrations publiques ; (d) faire la critique des politiques publiques ; (e) canaliser les revendications de la population à l’égard du gouvernement. » [Lima, 2004 : 191]

85En ce qui concerne la surveillance du pouvoir public et le rejet par la population de la corruption, plusieurs auteurs soutiennent que la vigueur du journalisme watchdog en Amérique latine, à partir de la décennie 1980, est un des signaux de la force inédite de la presse, et du renforcement de la démocratie dans la région. De fait, en dépit des graves problèmes enregistrés dans certains pays (spécialement en Colombie et au Mexique, où plusieurs journalistes sont assassinés tous les ans), jamais la presse n’a été aussi libre en Amérique latine, ni aussi énergique dans la dénonciation d’abus et d’erreurs des pouvoirs de l’État [Waisbord, 2000]. Au Brésil, comme nous l’avons vu, la presse a eu un rôle fondamental dans la chute du Président Collor. De la même façon, ce sont les révélations du quotidien La Nación qui, en 2004, provoquèrent l’emprisonnement des ex-présidents du Costa Rica, Miguel Ângel Rodriguez (contraint de démissionner de son poste de Secrétaire Général de l’Organisation des États Américains) et Rafael Ángel Calderon, tous deux accusés de corruption.

86Le journalisme watchdog est considéré comme un synonyme du journalisme d’investigation. Pourtant en toute rigueur, les deux expressions revêtent une signification distincte. Dans la presse américaine, considérée en Amérique latine comme la référence de l’excellence journalistique, on considère en général que le journalisme d’investigation est fondé sur l’initiative des reporters qui découvrent et rassemblent des informations, jusqu’à parvenir à une révélation. C’est bien différent de la réception passive, et de la publication éventuelle d’informations répandues par une source particulière, fréquemment avec un objectif politique (atteindre des adversaires, mettre le gouvernement dans l’embarras, etc.). Sans même parler bien sûr, du mauvais journalisme, c’est-à-dire de la manipulation délibérée d’informations, ou de leur publication sans les vérifications nécessaires.

  • 71 Istoé, nº 1819, 18 août 2004.

87En politique, comme dans la vie personnelle, les réputations peuvent être – et sont – détruites en quelques jours, à la suite de la publication d’informations sans fondement. Au Brésil, certains épisodes se sont transformés en cas emblématiques. C’est le cas, par exemple, de la campagne très dure de la Rede Globo en 1991-1992 contre Alceni Guerra, alors ministre de la santé, accusé – injustement comme il sera prouvé des années plus tard – de nombreuses irrégularités. Une autre victime de dénonciations sans fondement, alimentées par la presse fut l’ex-Président de la Chambre des députés, Ibsen Pinheiro qui a été destitué en 1994 après la publication par la revue Veja d’un reportage l’accusant – lui aussi, injustement – d’avoir manipulé un million de dollars sur ses comptes bancaires. Dix années plus tard l’auteur de ce faux scoop qui coûta sa carrière politique à Pinheiro, le reporter Luis Costa Pinto, a admis publiquement son erreur, révélant que la revue s’était rendue compte de la tromperie, mais avait préféré publier l’article tel quel pour ne pas avoir à jeter tout le tirage71.

88La presse brésilienne a toutefois eu de nombreuses occasions de jouer de façon réellement efficace son rôle de « chien de garde ». Le journaliste Frederico Vasconcelos, de la Folha de S. Paulo a par exemple publié, à partir 1999, une série de reportages d’investigation démontrant l’enrichissement illicite de deux magistrats fédéraux de São Paulo, qui ont fini par être destitués de leurs fonctions. Ces reportages ont poussé le ministère public à ouvrir des procès, inaugurant une vague d’autres articles et d’actions de la justice qui ont notamment conduit à l’emprisonnement du juge Nicolau dos Santos Neto, responsable d’une surfacturation de 100 millions de reais dans la construction d’un tribunal à São Paulo ; un des plus grands scandales révélés au sein du pouvoir judiciaire brésilien.

89Face aux accusations de corruption ou de mauvaise administration, la première réaction de l’opinion publique est d’y croire. Cela donne à la presse un pouvoir considérable qui n’est pas toujours, comme nous l’avons vu, utilisé de façon responsable. Certains utilisateurs d’importance paraissent parfois plus préoccupés par la réaffirmation du pouvoir médiatique sur le pouvoir politique que par la véracité des faits. Pourtant, la profession possède des obligations qui, dans les pays démocratiques, sont universellement considérées comme des éléments constitutifs du journalisme. C’est le cas de l’obligation de relater des faits réels, la loyauté envers les citoyens et la discipline de la vérification. Cette dernière n’est pas seulement technique, elle devrait aussi impliquer la transparence quant aux sources et la révélation de leurs intérêts à fournir des informations, tout comme la résistance à faire des déductions qui ne tiennent pas debout [Lima et Guazina, 2005].

90La revue Veja s’est illustrée ces dernières années par son ignorance de ces conditions essentielles. Nous allons analyser ci-dessous, la une « Les tentacules des FARC au Brésil » (édition n° 1896, du 16 mars 2005). Sous le titre « Relations explosives », la revue déroule huit pages de texte, illustrées de photos d’une armée de « guérilleros, terroristes et narcotrafiquants », insinuant – sans rien prouver – une association criminelle entre les Forces Armées Révolutionnaires de Colombie (FARC) et le Parti des Travailleurs au cours des élections de 2002 (voir illustration 2). L’article affirme en substance que des documents secrets gardés dans les archives de l’ABIN (le service d’informations brésilien) informeraient que « la narco-guérilla colombienne » aurait donné cinq millions de dollars au candidat du PT en 2002. L’argent serait sorti de Trinidad et Tobago et entré au Brésil par l’intermédiaire de 300 entrepreneurs liés au PT, qui auraient fait des donations aux comités régionaux du parti comme s’il s’agissait de contributions propres.

91À la lecture de ces éléments, n’importe quel lecteur pense que les piliers de l’objectivité journalistique – qui n’impliquent pas l’impartialité, mais au moins la vérification indépendante des faits – ont été respectés : il y a eu vérification, des sources ont été écoutées et le journal en est arrivé à la conclusion résumée par la une et les titres. Néanmoins l’article lui-même affirme que « la donation financière est présentée comme réalisée par les documents de l’ABIN mais l’investigation de Veja n’a pas avancé d’un millimètre dans cette direction » ; « la revue n’a pas trouvé d’éléments pertinents pour pouvoir faire cette affirmation » – si la donation a vraiment eu lieu ou si ce fut une fanfaronnade d’un curé lié aux FARC vivant au Brésil – ; « En dépit de la très grande vraisemblance [...], il est vital de souligner qu’hormis les éléments rassemblés par les espions de l’ABIN, on n’a pas trouvé de preuves solides de l’aide financière de la guérilla colombienne ». En d’autres mots, l’article n’a pas le moindre fondement : comme on dit dans le jargon journalistique brésilien, il a été « réchauffé » (c’est-à-dire monté en épingle). Cela n’a pas empêché Veja de le publier à la une, ce qui a été repris par les journaux télévisés tout au long de la semaine, jusqu’à ce que l’ABIN annonce officiellement que les documents cités par la revue existaient, mais n’étaient pas dignes de crédibilité. Dans l’édition suivante, Veja a tenté de défendre la thèse en publiant une interview avec un colonel à la retraite des services de renseignements, qui admet toutefois ne pas savoir si cet argent a été versé ou non, et si oui ou non, il venait des FARC.

Illustration 2

Illustration 2

LES TENTACULES DES FARC AU BRÉSIL
Des espions de l’ABIN ont enregistré un représentant de la narco-guérilla colombienne annonçant une donation de 5 millions de dollars pour les candidats pétistes dans la campagne de 2002
Veja, 16.03.2005

Illustration 3

Illustration 3

LES DOLLARS DE CUBA POUR LA CAMPAGNE DE LULA
Veja, 2.11.2005

92La revue ne s’est jamais excusée de cette manipulation. Six mois plus tard, Veja a publié une autre une sur un financement international (et à ce titre, illégal) de la campagne électorale du PT en 2002 (voir illustration 3). Cette fois-ci, il s’agissait de trois millions de dollars, venus de Cuba, cachés par des émissaires de Castro dans des caisses de whisky et de rhum Havana Club. Une fois de plus, Veja ne présenta aucune preuve ni aucun indice solide, hormis les déclarations d’un ex-militant du PT, qui avait rompu avec le parti. Et l’homme qui aurait été capable, selon la revue, de confirmer ces faits, était mort quelques mois auparavant.

  • 72 À cette occasion, au contraire des cas précédemment mentionnés, Lula protesta publiquement contre (...)

93À la veille de l’élection présidentielle, Veja fit d’autres dénonciations explosives sur des questions d’argent, concernant cette fois-ci directement le Président Lula. Dans l’édition du 17 mai 2006, la revue publia un article avec appel à la une, fondé sur des documents d’origine douteuse, accusant Lula et d’autres dirigeants du PT de posséder des comptes bancaires illégaux. Dans son reportage, même l’auteur, Marcio Aith, l’admet : « Veja a tenté de confirmer par tous les moyens légaux la véracité de ces faits. L’article présente plusieurs incohérences ne répondant pas aux exigences de la revue, mais aucune n’était suffisamment importante pour éliminer complètement la possibilité que ces papiers contiennent des éléments véridiques ». Autrement dit, peu avant l’élection, la revue la plus vendue du pays a décidé de publier une accusation très grave contre le Président de la République, sans avoir la moindre preuve. D’ailleurs, rien ne sera jamais démontré contre Lula ni aucune des personnes citées dans l’article72.

94En général, comme le montrent, entre autres, les enquêtes annuelles de Latinobarometro, les médias jouissent en Amérique latine de niveaux de confiance plus élevés que les politiques, les partis, et les gouvernements (voir tableau 12).

Tableau 12 • Degré de confiance dans les institutions en Amérique latine (en % : somme des réponses « beaucoup de confiance » et « un peu de confiance »)

Tableau 12 • Degré de confiance dans les institutions en Amérique latine (en % : somme des réponses « beaucoup de confiance » et « un peu de confiance »)

Source : Latinobarometro, 2005.

  • 73 Ces données sont issues d’une enquête de la Fondation Perseu Abramo (FPA), liée au Parti des Trava (...)
  • 74 Données de l’enquête « Trust in Media », effectuée en 2006 par l’entreprise Globescan dans dix pay (...)

95Ce n’est pas tout à fait le cas au Brésil, où 62 % de la population déclarent avoir confiance en la presse jusqu’à un certain point, et 26 %, pas confiance du tout73 (voir tableau 13). D’autres enquêtes, plus spécifiques, indiquent que l’attitude des Brésiliens à l’égard de la presse est marquée par l’insatisfaction à l’égard du contenu. 80 % des personnes interrogées pensent que les médias couvrent trop d’histoires négatives, 64 % déclarent trouver rarement les informations qui les intéressent dans les médias de grand public. Pour 62 % la couverture des médias est trop critique du Gouvernement et 45 % rejettent l’idée que les médias rapportent les informations correctement74 (voir tableau 14). Ces chiffres, tout comme la baisse de la diffusion des journaux et la fin du monopole absolu de la Rede Globo sur l’information télévisée, semblent démontrer que la relation entre le journalisme brésilien et l’opinion publique du pays est en crise.

Tableau 13 • Degré de confiance dans les institutions au Brésil (en % de la population)

Tableau 13 • Degré de confiance dans les institutions au Brésil (en % de la population)

Source : Fundação Perseu Abrano (FPA), mars 2006.

Tableau 14 • Perception de la qualité de la couverture de la presse au Brésil (en %)

Tableau 14 • Perception de la qualité de la couverture de la presse au Brésil (en %)

Source : Globescan, 2006.

La théorie du scandale politique

  • 75 Nous faisons ici référence notamment aux travaux d’Alain Garrigou, qui fait le point sur la notion (...)

96L’image dominante que les journalistes ont d’eux-mêmes – au Brésil comme dans les autres pays de démocratie libérale – est celle de professionnels chargés de la mission de surveillance des gouvernements et de la dénonciation publique de leurs écarts. La révélation de secrets de pouvoir est perçue comme une façon d’exercer leur mission de gardiens de l’intérêt public. La publication de scandales est ainsi devenue une pratique qui renforce et alimente l’image que les journalistes ont d’eux-mêmes. Dans ce contexte le terme « scandale » signifie « révélation », via les médias, d’une action ou d’une activité auparavant occulte, mais qui impliquait la violation de certaines normes ou valeurs75. La publication et la condamnation de telles activités font alors partie du scandale lui-même. Les médias créent un fait qui, sans leur participation, n’aurait jamais existé pour le public. De cette façon, le scandale existe avant tout en tant qu’événement médiatique, ou scandale politico-médiatique d’après la définition de Lima [Lima, 2006 : 12].

97Le sociologue anglais John B. Thompson définit le scandale politique comme étant « une lutte pour le pouvoir symbolique, dans laquelle la réputation et la confiance sont en jeu » [Thompson, 2002]. Le concept de pouvoir symbolique est lié à la théorie du capital symbolique de Pierre Bourdieu. D’après Bourdieu, le capital symbolique se construit et il est basé sur la mise en place, entre autres, d’une réputation personnelle et de la confiance que les autres déposent en une personne. Le capital symbolique n’existe que dans la mesure où il est perçu par les autres comme une valeur : il n’a pas d’existence réelle, mais dépend de la reconnaissance publique [Bourdieu, 1989].

  • 76 Par exemple, le népotisme, bien que formellement interdit au Brésil, est considéré comme parfaitem (...)

98Bien sûr, accumuler et préserver leur capital symbolique est particulièrement important pour les hommes politiques disputant une élection. Une attitude de « courage » et de « fermeté » dans la lutte contre la criminalité contribue généralement à augmenter le capital symbolique d’un politique auprès des électeurs conservateurs. À l’opposé, pour un candidat, se déclarer homosexuel peut éventuellement représenter une valeur négative pour l’ensemble de la population, mais possède un capital symbolique élevé auprès des électeurs gay. D’un autre côté, si un homme politique commet une irrégularité, mais en agissant selon des normes morales ou éthiques d’une partie significative de l’électorat, sa réputation ne sera pas atteinte, et il ne sera pas sanctionné par les urnes76. Ce qui est en jeu dans un scandale politico-médiatique est justement la réputation des politiques concernés. Une forte exposition médiation négative, en général, a des effets dévastateurs sur la réputation et, en conséquence, sur la carrière d’un politique.

99Le rôle des médias dans ce processus est central. Bourdieu se réfère au journaliste comme un « détenteur de pouvoir sur les instruments de communication de masse, qui lui donne un pouvoir sur toute une espèce de capital symbolique – le pouvoir de faire ou de défaire les réputations » [Bourdieu, 1989 : 189]. Une fois que les premières révélations d’un scandale sont rendues publiques, le contrôle du processus peut être complètement transféré dans les mains des médias. Ce qui importe alors, plus que la véracité des accusations et la vérification des faits, est la logique de la concurrence : quel journaliste et/ou entreprise de communication arrive en tête, lequel révèle de nouvelles dénonciations, quels qu’en soient les fondements.

  • 77 Il faut toutefois noter que dans un pays machiste comme le Brésil, cette complaisance ne s’étend p (...)

100Thompson distingue trois types de scandales politiques : le politico-sexuel, le politico-financier et le scandale de pouvoir. Le scandale sexuel est la révélation publique d’activités de personnalités politiques donnant lieu à une transgression des normes des relations sexuelles. Le scandale financier est la mise à jour d’activités politiques impliquant l’appropriation et/ou l’utilisation de ressources financières de façon illicite. Le scandale de pouvoir, enfin, consiste en la publication de violations de règles et de conventions qui régissent la conquête ou l’exercice du pouvoir. Bien que ce type de scandale puisse concerner des transactions financières illicites, sa caractéristique fondamentale est la violation, à travers des formes occultes de pouvoir, de normes qui devraient réguler la compétition pour l’exercice du pouvoir, c’est-à-dire l’abus de pouvoir à des fins illégitimes ou illégales. Au Brésil, la majeure partie des scandales importants appartiennent à la deuxième catégorie : l’abus de pouvoir est en général lié à la recherche d’enrichissement illicite. Au contraire d’autres pays, il n’y a pratiquement pas de scandales politico-sexuels : la presse respecte généralement la vie privée dans ce domaine, y compris parce que la diffusion d’informations sur d’éventuelles aventures extraconjugales de tel ou tel politique pourrait peut-être lui provoquer des problèmes domestiques, sans véritable préjudice pour son image publique77.

101On pourrait aussi penser que l’importance qu’a prise le scandale politico-médiatique est liée au déclin du système de partis politiques. Face à la disparition de formations fondées sur la définition de classe, en tant que système de croyances bien distinctes, l’offre politique tend naturellement à la fragmentation (ou, de façon répandue, au regroupement dans des « partis omnibus »). Ce phénomène provoque la personnalisation de la politique, et l’exaltation de l’importance du capital symbolique, en particulier dans un système présidentialiste comme le Brésil.

102Dans le cas du PT, cela a été au-delà de la personnalisation. Lula a certes été attaqué, mais, étant donné l’histoire particulière du parti par rapport aux autres formations, les scandales politico-médiatiques enregistrés entre 2004 et 2006 ont atteint aussi la structure du PT. Pendant des années, le parti de Lula avait axé sa campagne sur l’honnêteté administrative : contre la corruption et le clientélisme, il se proposait de « moraliser la vie politique ». La défense de l’éthique en politique était même devenue un thème central, qui se substituait, dans le discours du PT, aux utopies révolutionnaires. Ce slogan a toujours suscité un écho très positif dans les classes moyennes et chez les électeurs apolitiques mécontents du mauvais usage des deniers publics [Rouquié, 2006 : 281]. Au Brésil, personne n’est étonné qu’un homme politique du PMDB ou du PFL soit accusé d’irrégularités financières. Pour le PT, en revanche, n’importe quel scandale représente un sérieux coup contre son capital symbolique. C’est ce qui s’est passé avec l’épisode du mensalão.

Notes

1 Les choix des citoyens, dans ce sens, se reflètent par le vote pour un candidat ou un parti, mais aussi dans la plus ou moins grande popularité d’un gouvernement durant un mandat, laquelle aura pour effet de pousser le Congrès à une attitude conciliatrice ou, au contraire, à avoir une position dure à l’égard du pouvoir exécutif.

2 La formule de Joseph Schumpeter souligne que la méthode démocratique est le mécanisme institutionnel dont l’objectif est de parvenir à des décisions politiques, à travers des individus disposant de la capacité de choisir entre des candidats en compétition pour gagner le vote du peuple [Pasquino, 1986 : 87].

3 Pour Antonio Gramsci, le pouvoir de l’État n’est pas la source de l’hégémonie, mais son résultat : la notion d’hégémonie est indispensable à tout processus de conquête du pouvoir politique.

4 Pour la plupart, on utilise ici les définitions de Gerstlé [Gerstlé, 2004 : 98-108].

5 C’est particulièrement vrai dans le cas de la télévision qui est, dans tous les pays, le média d’information qui a le plus d’audience, et, en même temps, celui qui a le moins d’espace pour relater les nouvelles. Si on laisse de côté la valeur informative des images, une édition entière du journal télévisé de 20 heures de TF1 transformée en texte écrit est l’équivalent d’une page d’un journal de format traditionnel comme Le Figaro.

6 Le choix de Ségolène Royal comme candidate du Parti Socialiste pour les présidentielles de 2007 est, par exemple, une information pertinente en soi, puisqu’elle s’est produite à l’issue d’un débat public avec les autres candidats qui a mobilisé des milliers de militants. Au contraire, la dispute entre Dominique De Villepin et Nicolas Sarkozy pour le contrôle de l’UMP n’a existé pour le public que parce que les médias en ont décidé ainsi.

7 La couverture politique ne pourrait exister sans les informations off-the record fournies par les politiques et leurs opérateurs de communication. Toutefois ces sources utilisent aussi les journalistes pour atteindre certains objectifs. Par exemple, en prenant l’information hypothétique que le Président A envisage la substitution d’un membre B de son gouvernement. Devenue publique, cette information peut se transformer, du fait de la pression médiatique, en une prophétie auto-réalisatrice favorisant les intérêts politiques de C, qui est la source du journaliste.

8 Niklas Luhmann définit comme autoréférentiel le « système qui produit et auto-reproduit, comme des procédés internes du même système, les éléments qui le constituent, et n’est donc pas le produit de relations input-output avec l’extérieur » [Luhmann, 1983 : 25].

9 La revue mensuelle O Correio Braziliense a circulé du 1er juin 1808 à décembre 1822, comptant au total 175 numéros. En 1960, année de la fondation de Brasília, le magnat de la presse brésilienne Assis Chateaubriand lança un quotidien dans la nouvelle capitale fédérale reprenant ce titre. O Correio Braziliense est aujourd’hui le principal journal de Brasília.

10 Nous utiliserons au cours de ce travail les définitions suivantes : journal de référence (comme Folha et O Globo), journal populaire (caractérisé par des textes courts et faciles d’accès, une information quasi-exclusivement locale, un accent sur les faits divers, etc.) et journal local (qui peut parfois présenter une couverture diversifiée et de qualité correcte, mais dont l’influence géographique est restreinte).

11 Un autre facteur important de la crise de la presse européenne a été provoqué par l’émergence des journaux gratuits (en 2006, ils représentaient 16 % de la circulation quotidienne dans le continent). Encore peu significative au Brésil, elle ne sera donc pas abordée dans cette étude.

12 « Who Killed the newspaper ? », The Economist, Londres, 24 août 2006.

13 Les sites d’information enregistrent leur plus grand nombre de visites entre le lundi et le jeudi, aux horaires de bureau, alors qu’en fin de semaine l’audience diminue fortement : c’est le signe que beaucoup de personnes accèdent à Internet du bureau et non de la maison.

14 Enquête IBOPE/NetRatings du 5 décembre 2007, consultable sur le site www.ibope.com.br.

15 Données d’une enquête IBOPE/Monitor citée sur le site de l’ANJ (www.anj.org.br/?q=node/179).

16 « Audiência da internet brasileira cresceu 13,5 % em outubro », O Globo On-Line, 23 novembre 2006.

17 « Venda de PCs cresce 43 % e ilegalidade diminui », O Estado de S. Paulo, 13 septembre 2006.

18 En France, 43 % des adultes disposent d’un accès Internet à domicile (dont 38% à haut débit). Quasiment toutes les personnes de 12 à 39 ans ayant une ligne fixe y ont couplé un abonnement Internet, et pourraient donc l’avoir prise rien que pour cette raison. Quelque 20 % des titulaires d’une ligne fixe téléphone l’ont d’ailleurs acquise en passant par l’ADSL ou par un système de box [Bigot, 2006].

19 Au Brésil, on définit l’appartenance à une classe sociale à partir d’un certain nombre de salaires minimaux qui constituent le revenu (le salaire minimal est de 350 reais, soit 125 euros au taux de change de décembre 2006). Les « segments » D et E (revenu inférieur à deux salaires minimaux, soit 700 reais), le segment C (de deux à quatre salaires minimaux), le segment B (de cinq à dix), et le segment A (plus de dix). Entre 2003 et 2006, sept millions de Brésiliens sont passés des segments D et E au segment C.

20 Le fondateur et propriétaire du journal est un politique local, Vittorio Medioli, député fédéral du Parti Vert.

21 Couvrir ce type d’actualité est une source de prestige dans des cercles limités (universités, ONG), mais pas auprès des hommes politiques, des collègues ou des supérieurs [Waisbord, 2000 : 96].

22 « Renda da classe média cai 46 % em 6 anos », Folha de S. Paulo, 10 décembre 2006.

23 Nous analyserons dans cette étude certains cas étayant cette affirmation.

24 La France a récemment connu un scandale comparable à l’affaire d’Outreau, dans laquelle plusieurs familles ont été accusées à tort par la justice d’abus sexuels contre les enfants, et ainsi clouées au pilori par la presse. Des années ont été nécessaires pour les innocenter.

25 On comptait en 2005 dans tout le Brésil quelque 1 533 magazines hebdomadaires. Seuls les quatre cités ont une diffusion et une influence nationale. Les autres sont des revues spécialisées (affaires, célébrités, télévision, etc.) ou sont limitées à une circulation locale, avec une existence éphémère.

26 En août 2005, la diffusion totale des quatre revues a été de 1 980 086 exemplaires par semaine. Au cours de la même période en 2006, elle était de 1 924 291 exemplaires. Source : Instituto Verificador de Circulação (IVC).

27 Le prix minimum, en octobre 2006, était de 7,5 reais, près de 2,70 euros au taux de change de l’époque. Cela signifie une dépense de 30 reais par mois, alors que le salaire minimum était de 350 reais. Au contraire de ce qui se passe en Europe et aux États-Unis, le prix par exemplaire ne diminue pas de façon significative lorsqu’il s’agit d’un abonnement.

28 Naspers est le principal acteur de la consommation de masse dans le secteur de la presse magazine en Afrique du Sud, en vendant environ deux-tiers des magazines lus dans le pays. Il a tenu un rôle important dans le soutien au régime d’apartheid.

29 Les seules à échapper à l’obligation de transmettre le HGPE sont les télévisions par câble.

30 Données de l’institut d’enquête Vox Populi, commandées par le comité de campagne du Président Lula.

31 La création d’Embratel, avec un plan d’installation de stations relais et de canaux à micro-ondes a permis le développement des réseaux de télévision dans le pays. L’entreprise a été privatisée en 1998.

32 Au Brésil, l’État détient le monopole du contrôle de toutes les transmissions de radiotélévision, et choisit de façon unilatérale qui aura droit ou non aux concessions (lesquelles sont renouvelées régulièrement) occupant telle ou telle fréquence. Dans la pratique, cela empêche des groupes économiques ou des hommes politiques de contrôler les radios et les télévisions.

33 Les chaînes peuvent être des propriétés directes, associées ou affiliées. Les Organisations Globo, comme d’ailleurs tous les autres groupes de médias, ne sont pas cotées en bourse et ne sont donc pas tenues par l’obligation légale de présenter de bilan, ni de diffuser les informations quant à la composition de la société.

34 La News Corporation détient, entre beaucoup d’autres activités, le contrôle de FOX News, une des principales chaînes de télévision d’information aux États-Unis, connue pour ses positions politiques extrêmement conservatrices. Une des conséquences de l’association des Organisations Globo avec la News Corporation a été la substitution de la chaîne en espagnol de CNN par la FOX News en anglais dans le bouquet de télévision par câble. Étant donnée la position dominante des Organisations Globo dans le secteur, l’information internationale à laquelle ont accès les Brésiliens est donc fortement orientée à droite.

35 Il existe des preuves de la participation de la Rede Globo à une tentative de fraude électorale pour empêcher, sans succès, l’élection de Leonel Brizola, un leader politique des travailleurs, adversaire des militaires.

36 Roberto Marinho a déclaré dans une célèbre interview accordée avant les présidentielles de 1989 qu’il comptait « influencer le plus possible en sa faveur [de Collor] », le considérant « plus posé, plus pondéré, et plus équilibré, avec de bonnes idées en faveur de la privatisation » [Eich, 1989].

37 Lima présente des études sur trois de ces épisodes et une bibliographie riche sur les autres [Lima, 2006 : 6591 ; Lima, 2004 : 213-250].

38 Jusqu’à la fin des années 1980, l’économie brésilienne restait essentiellement fermée et protectionniste, avec des taux d’inflation élevés, préservant les parts de marchés et garantissant d’importants gains aux grands groupes locaux. Le processus d’ouverture et de privatisation de l’économie, initié avec l’appui massif des médias par le Président F. Collor de Mello (1990-1992), s’est poursuivi au cours des deux mandats de F. H. Cardoso (1995-2002).

39 Rappelons que la crise n’a pas atteint seulement les entreprises de communication au Brésil. Aux États-Unis, le nombre de personnes travaillant dans ce secteur a chuté de 18 % entre 1990 et 2004, selon la Newspaper Association of America.

40 Entretien avec l’auteur par e-mail, le 21 juillet 2006. Par manque de ressources, la Fenaj ne parvient pas à suivre en permanence les changements de composition sociale et professionnelle des rédactions. Le phénomène décrit ne se limite pas au Brésil, il s’agit d’une tendance mondiale selon une étude de l’International Federation of Journalists (IFJ), « The Changing Nature of Work », publiée en juin 2006.

41 Loi 10 610 du 20 décembre 2002, découlant de l’amendement constitutionnel n° 36/2002.

42 Seulement en 2005, le montant total des dépenses publicitaires du gouvernement fédéral, entreprises publiques comprises, a été de 888,3 millions de reais, soit plus de 400 millions de dollars au taux de change moyen de l’époque.

43 La liste est indicative, dans la mesure où il est impossible d’effectuer un relevé exhaustif des propriétaires des moyens de communication au Brésil. Un décret de l’ex-Président José Sarney (1985-1990) a autorisé le Diário Oficial da União à se limiter à publier la raison sociale des bénéficiaires de concessions de radios et de télévisions, sans citer le nom des personnes physiques concernées. Ce n’est qu’en novembre 2003 que le ministère des Communications a révélé au public, pour la première fois, la composition du capital des radios et télévisions brésiliennes [Lima, 2004 : 104].

44 La durée du mandat présidentiel fut modifiée une nouvelle fois durant le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso, passant de cinq ans sans possibilité de réélection à quatre ans avec droit de briguer un mandat supplémentaire. Cardoso a été réélu en 1998 et Lula en 2006.

45 On appelle traditionnellement coronelismo (« coronélisme ») le pouvoir exercé par les chefs politiques locaux, après la proclamation de la République, en 1889, quand le pouvoir central n’avait pas les moyens de contrôler tout le pays. Il s’agissait d’une « structure économique et sociale inégalitaire marquée par l’hypertrophie du pouvoir privé » [Rouquié, 2006 : 84].

46 Antonio Carlos Magalhães est mort en juillet 2007, mais sa famille continue à avoir une forte présence politique à Bahia, et à contrôler le groupe de communication créé par le patriarche.

47 Le PFL (en 2007 le parti a changé son nom en DEM) est le principal héritier politique de l’ARENA, le parti proche des militaires durant la dictature. Magalhães et Sarney étaient tous deux liés à l’ARENA. Par la suite, Magalhães intégra le PFL et Sarney, le PMDB, afin de pouvoir être le vice-Président de Tancredo Neves. Le PMDB est issu du MDB, la formation qui réunissait toutes les forces d’opposition au sein du système bipartite sous la dictature.

48 Le gouvernement Lula n’a pratiquement rien fait pour changer cette situation, hormis de destiner une petite partie des publicités aux revues et portails Internet progressistes.

49 Le PSD et le Parti Travailliste Brésilien (PTB) formaient le bloc gétuliste, contre lequel se positionnait l’UDN. Identifiant le gouvernement populiste de Vargas avec les réformes sociales en faveur des travailleurs, on peut dire qu’à l’époque le PSD et le PTB représentaient les forces progressistes, en opposition au bloc conservateur mené par l’UDN.

50 Ex-communiste passé à droite dans les années 1940, le sénateur Carlos Lacerda fut le plus acharné des adversaires de Vargas, qu’il conspuait au Sénat, à la radio et dans les colonnes de la Tribuna da Imprensa. Lacerda était soutenu par les militaires anti-gétulistes, favorables à un coup d’État. Par ailleurs, la classe moyenne était sensible aux incessantes accusations de corruption contre le gouvernement Vargas, véritables ou inventées, divulguées par la Tribuna da Imprensa. Élu plus tard gouverneur de l’État de Guanabara (ancien nom de l’État de Rio de Janeiro), Lacerda s’est rendu tristement célèbre en jetant les SDF dans les eaux de la baie de Guanabara [Rouquié, 2006 : 97].

51 En optant pour un changement de cap ouvertement d’opposition, Otavio Firas Filho, fils du propriétaire et directeur de la rédaction depuis 1983, a repositionné le journal auprès d’un public plus jeune, faisant oublier son appui au coup d’État et à la dictature au cours de ses premières années, et transformant la Folha de S. Paulo en une publication de référence pour l’opinion publique urbaine progressiste. En termes d’influence et de lectorat, la Folha de S. Paulo occupa au Brésil un espace éditorial qui, en France, se situerait entre Le Monde et Libération.

52 À l’époque, on appelait au Brésil marajás (maharadjahs) les hauts fonctionnaires publics qui gagnaient beaucoup sans travailler.

53 La chaîne de télévision appartenant à la famille Collor, dans l’Alagoas, est affiliée encore aujourd’hui à la Rede Globo.

54 Le PT a été fondé en 1980 par des groupes de syndicalistes, des membres des Communautés Ecclésiastiques de base Catholique (CEBs), des intellectuels, d’ex-militants d’organisations estudiantines et de la lutte armée. Lula, ex-président du puissant syndicat des métallurgistes de São Bernardo do Campo, à la tête des grandes grèves de la fin des années 1970, fut depuis le début le principal leader et le symbole du parti. Il existe une bibliographie considérable sur la trajectoire de Lula et du PT, dont il faut au moins citer Keck [1992] et Paraná [2003].

55 Au second tour, Collor a rassemblé 53,03 % des votes valides, le pourcentage le plus bas enregistré par un Président élu au cours des cinq élections organisées de 1989 à 2006 : Fernando Henrique Cardoso a été élu au premier tour en 1994 et en 1998 avec respectivement 54,27 % et 53,06 % ; Lula a été élu au second tour en 2002 et 2006, avec respectivement, 61,27 % et 60,8 %.

56 Tous les instruments de la guerre sale ont été utilisés à la veille du second tour. Par exemple, un journal de l’État d’Acre mis en une, la veille de l’élection « Le PT a séquestré Diniz », liant, sans la moindre justification, le parti de Lula à l’enlèvement d’un important patron de São Paulo [Pomar, 1990].

57 L’économiste américain John Williamson avait créé l’expression à l’origine en 1990 « pour définir le plus petit dénominateur commun de conseils politiques adressés aux pays latino-américains à partir de 1989 par les institutions internationales installées à Washington ». Ces politiques comprenaient notamment : la discipline fiscale, la réforme fiscale, la libéralisation des taux d’intérêts, un taux de change compétitif, la libéralisation du commerce, la libéralisation des flux d’investissements étrangers, la privatisation, la dérégulation (pour abolir les barrières à l’entrée et à la sortie) [Williamson, 2000].

58 Pour reprendre des catégories gramsciennes, la grande presse agit comme un appareil privé d’hégémonie, se muant en défenseur du « capital global » et des élites brésiliennes globalisées, au détriment de la grande masse des prolétaires du pays [Fonseca, 2007].

59 Cette autocélébration fut la base d’un livre volumineux écrit par Mario Sérgio Conti, directeur de la rédaction de Veja à l’époque de la chute du Président (Notícias do Planalto – A imprensa e Fernando Collor), devenu un best-seller dans les universités de journalisme de tout le pays. Dans son livre, Conti exalte le travail de la presse et minimise l’appui décisif donné de prime abord par les familles propriétaires de médias à Collor [Conti, 1999].

60 La couverture de la presse fut, sans aucun doute, fondamentale pour aider à la mobilisation des grandes manifestations qui, dans tout le Brésil, exigeait la démission du Président ; mais seule, la presse n’y serait pas parvenue, s’il n’avait pas déjà existé dans le pays un tissu social organisé, au sein duquel les militants du PT avaient un rôle décisif. En outre, la base de soutien de Collor au Congrès était pratiquement inexistante, et s’est rapidement effilochée sous l’effet des dénonciations. Il est important de noter que le jugement contre Collor fut essentiellement politique, puisque les preuves retenues contre lui par la CPI étaient si peu solides qu’en 1994, le Tribunal Suprême Fédéral a lavé l’ex-Président de toutes les accusations [Figueiredo, Lucas, 2006 : 226].

61 Itamar Franco, vice-Président de Collor, est devenu Président à la démission de ce dernier. Cardoso était le ministre des Affaires étrangères, puis le ministre de l’Économie du Gouvernement d’Itamar Franco.

62 Pour une analyse détaillée du Plan Real, voir Filgueuras [2000], Belluzzo et Gomes de Almeida [2002].

63 Les recettes totales des privatisations de 1995 à 1998 furent de 105,3 milliards de reais, l’équivalent à l’époque de plus de 90 milliards de dollars, qui furent utilisés en grande partie pour garantir la liquidité, la réforme du système financier privé, et le maintien artificiel de la parité monétaire entre le dollar et le real [Lesbaupin et Mineiro, 2002].

64 Le 17 août 1998, le gouvernement russe dévalorisa le rouble, décrétant un moratoire de 90 jours sur sa dette et provoquant une chute généralisée des bourses dans le monde entier. Dix jours plus tard, alors que la Bourse de São Paulo avait perdu 9,94% (accumulant une perte de 38,21 % sur le mois), le Président Cardoso fit un discours sur tous les canaux de télévision et de radio reconnaissant la gravité de la crise financière et l’intention du gouvernement de défendre la monnaie et d’éviter la fuite massive de capitaux étrangers.

65 En mai 1997, par exemple, on révéla que le député fédéral Ronivon Santiago, de l’État d’Acre, avait vendu au Gouvernement son vote en faveur de l’amendement constitutionnel permettant la candidature de Cardoso à sa réélection.

66 Entre le 13 juillet et le 3 octobre, en près de 28 heures de journal télévisé, le Jornal Nacional dédia un peu plus d’une heure et 15 minutes (soit 4,6 % du total) aux élections. Dans le traitement, la priorité a été donnée aux faits divers (comme la simulation d’élections dans des tribus indigènes ou dans les écoles), ou à des informations de services (expliquant par exemple le fonctionnement de l’urne électronique), ou à la divulgation de sondages d’intentions de vote pour le choix du Président comme pour les gouverneurs d’États. Le débat électoral, compris comme un événement de campagne faisant intervenir les candidats et leurs soutiens, leurs déclarations, leurs propositions de gouvernement, la mobilisation dans la rue, les meetings, etc., n’a bénéficié que de 10 minutes et 24 secondes, soit 0,6 % du temps total des journaux télévisés [Miguel, 1999].

67 Une enquête de l’institut Datafolha publiée par la Folha de S. Paulo le 9 septembre 1998 montrait que pour 54 % des électeurs, Cardoso était mieux préparé pour faire face à la crise financière que Lula, qui n’était placé en tête que par 16 % des sondés.

68 Une enquête de décembre 2002, par exemple, indique que 66 % des Brésiliens étaient partiellement ou totalement favorables au protectionnisme économique, et que 80 % appuyaient l’aide publique aux entreprises en difficulté [Rouquié, 2006 : 258].

69 « Il y a Trois Pouvoirs au Parlement, mais là-bas, assis dans la galerie des reporters, se trouve le Quatrième, encore plus important que les autres […]. Toute personne qui peut parler, et parler maintenant à l’ensemble de la Nation, devient un pouvoir, une partie du gouvernement, avec un poids inaliénable sur l’élaboration des lois et sur tous les actes d’autorité » [Carlyle, 1996]. Traduction de l’auteur.

70 Habermas insiste sur le fait que la sphère publique a une connotation de classe, dans la mesure où elle ne concerne que les membres de la bourgeoisie et de la classe moyenne qui ont accès aux instruments (journaux, revues, romans, etc. – et Internet ajouterait-on aujourd’hui) qui permettent d’accéder au débat démocratique.

71 Istoé, nº 1819, 18 août 2004.

72 À cette occasion, au contraire des cas précédemment mentionnés, Lula protesta publiquement contre Veja : « Certains journalistes méritent depuis déjà un certain temps le prix Nobel de l’irresponsabilité. Je ne peux considérer cela que comme un crime de la part du journaliste ou de la revue. Je ne peux pas comparer cela à du journalisme […]. Cela fait longtemps que Veja est ainsi […]. Elle est arrivée aux limites de la pourriture de la presse ». Cité dans « Lula nie avoir des comptes à l’extérieur et accuse la revue de pourriture », Folha de S. Paulo, 14 mai 2006.

73 Ces données sont issues d’une enquête de la Fondation Perseu Abramo (FPA), liée au Parti des Travailleurs, conclue en mars 2006, après neuf fois d’intense couverture médiatique du scandale du mensalão.

74 Données de l’enquête « Trust in Media », effectuée en 2006 par l’entreprise Globescan dans dix pays, parmi lesquels le Brésil, à la demande de la BBC et de l’agence de presse Reuters.

75 Nous faisons ici référence notamment aux travaux d’Alain Garrigou, qui fait le point sur la notion de scandale, en analysant la construction sociale et politique [Garrigou, 1992 : 281-302].

76 Par exemple, le népotisme, bien que formellement interdit au Brésil, est considéré comme parfaitement acceptable par la majorité de la population : un politique qui embauche un parent dans son cabinet n’est pas réprouvé, puisque beaucoup, à sa place, feraient de même.

77 Il faut toutefois noter que dans un pays machiste comme le Brésil, cette complaisance ne s’étend pas nécessairement aux femmes qui font de la politique. À l’époque de la campagne électorale pour la mairie de São Paulo, en 2004, la presse a dédié beaucoup d’espace à la séparation de la maire du PT, Marta Suplicy, qui avait quitté son mari, un sénateur du parti, pour vivre avec un autre homme. Selon les enquêtes, ce fut une des causes de sa défaite au second tour, alors même que l’électorat jugeait positivement son administration.

Notes de fin

1 Propriété directe, associées ou affiliées.

2 Au sein des dix principaux marchés.

3 Au sein desquels près de 76 % vont à TV Globo.

Table des illustrations

Titre Tableau 1 • Principaux journaux brésiliens en 2006 (circulation moyenne quotidienne)
Légende Source : Associação Nacional de Jornais (ANJ).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 167k
Titre Tableau 2 • Diffusion totale des journaux au Brésil
Légende Source : Associação Nacional de Jornais (ANJ).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Titre Graphique 1 • Comparaison de la croissance du PIB avec la variation de la circulation des journaux
Légende Source : élaboration à partir de données du Banco Central (BC) et de l’Associação al dos Jornais (ANJ).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 43k
Titre Tableau 3 • Niveau de scolarité de l’électorat brésilien (1989-2005)
Légende Source : IBGE, Pnad, 2005 et Carta Capital n° 425, 27.12.2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 77k
Titre Tableau 4 • Diffusion des hebdomadaires nationaux d’information (par semaine, août 2006)
Légende Source : Instituto Verificador de Circulação (IVC).
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 5 • Télévisions commerciales hertziennes au Brésil
Légende Note 11Note 22Source : Lima, 2004.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Tableau 6 • Investissement publicitaire au Brésil par secteur (2005)
Légende Note 13Source : Azevedo, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 7 • Types de programmes de télévision les plus regardés (2003)
Légende Source : Azevedo, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Tableau 8 • Audience des journaux télévisés de prime time
Légende Source : Lew Lara, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tableau 9 • Taux d’intérêt des Brésiliens pour la politique (campagne électorale 2006)
Légende Source : Enquête de l’Institut Vox Populi pour la campagne de Lula.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Tableau 10 • Moyens de s’informer sur la politique (juillet 2006)
Légende Source : Enquête de l’Institut Vox Populi pour la campagne de Lula.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Tableau 11 • Entreprises familiales contrôlant le marché de la communication au Brésil
Légende Source : Lima, 2004 ; Chierici et Summa, 2005.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre Graphique 2 • Pourcentage de participation financière ou managériale dans les concessions de radio et télévision de parlementaires, maires et gouverneurs, selon les partis (2003)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 41k
Titre Illustration 1
Légende Collor de MelloLE CHASSEUR DE MAHARADJAHSVeja, 23.03.1988
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Titre Illustration 2
Légende LES TENTACULES DES FARC AU BRÉSILDes espions de l’ABIN ont enregistré un représentant de la narco-guérilla colombienne annonçant une donation de 5 millions de dollars pour les candidats pétistes dans la campagne de 2002Veja, 16.03.2005
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Illustration 3
Légende LES DOLLARS DE CUBA POUR LA CAMPAGNE DE LULAVeja, 2.11.2005
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 74k
Titre Tableau 12 • Degré de confiance dans les institutions en Amérique latine (en % : somme des réponses « beaucoup de confiance » et « un peu de confiance »)
Légende Source : Latinobarometro, 2005.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Titre Tableau 13 • Degré de confiance dans les institutions au Brésil (en % de la population)
Légende Source : Fundação Perseu Abrano (FPA), mars 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Tableau 14 • Perception de la qualité de la couverture de la presse au Brésil (en %)
Légende Source : Globescan, 2006.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/246/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 114k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540