Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rôle politique de la presse au Brésil

 | 
Giancarlo Summa

Introduction

Texte intégral

  • 1 Quelque 231 personnalités latino-américaines, aux différents profils, ont été interrogées ; des po (...)

1Une des révélations du rapport du Programme des Nations unies pour le Développement (PNUD) sur « La Démocratie en Amérique latine », publié en 2004, fut que plusieurs hauts responsables de la région considéraient désormais la presse comme l’un des nouveaux et l’un des plus puissants poderes facticos : c’est ainsi qu’en Amérique latine on a l’habitude de qualifier les institutions détenant un véritable « pouvoir de fait », sans disposer pour autant de la légitimité des urnes. L’armée a traditionnellement été considérée le plus fort de ces « pouvoirs de fait ». Mais aujourd’hui, deux décennies après la vague de retour à la démocratie qui a renvoyé les militaires dans leurs casernes, les dirigeants interviewés pour l’élaboration du rapport1 estiment que ceux qui exercent le pouvoir réel en Amérique latine sont les groupes économiques et financiers (79,7 %) et les médias (65,2 %). Tous les autres groupes ou institutions sont perçus comme beaucoup moins influents : le pouvoir exécutif (36,4 %), les partis politiques (29,9 %), les États-Unis (22,9 %), les armées (21,4 %), etc. Pour les leaders interrogés, les entrepreneurs du secteur financier et les médias limitent le pouvoir des gouvernements :

« De l’alliance, par ailleurs fréquente, entre les deux pouvoirs, naît la capacité de générer une opinion, de déterminer les priorités, et de modeler l’image publique des fonctionnaires, des partis politiques et des institutions. » [Caputo, 2004 : 68]

  • 2 L’article 19 dit : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique (...)
  • 3 Nous faisons référence, sur cette question, à l’analyse de Tupper [Tupper, 2003].

2Il s’agit, bien sûr, d’une situation propre aux gouvernements élus dans un contexte de démocratie politique, puisque avec un régime autoritaire, il n’y a pas d’espace pour des médias libres ou d’opposition (nous envisageons ici les médias de masse, et non des canaux d’information clandestins ou de portée limitée), en contradiction avec un des droits fondamentaux de la Déclaration universelle des droits de l’homme de l’ONU de 19482. En outre, le concept de médias comme « quatrième pouvoir » n’a pas de sens quand les trois premiers sont concentrés entre les mains d’un gouvernement militaire arrivé au pouvoir à l’aide d’un coup d’État (souvent avec le soutien explicite de secteurs influents de la presse, comme au Brésil en 1964 ou au Chili en 19733).

3À cet égard, la presse n’a jamais été aussi libre qu’aujourd’hui sur le continent, en particulier au Brésil. Elle échappe à la plupart des pressions des autorités officielles, et constitue en quelque sorte un contre-pouvoir (de puissance relative, comme nous le verrons) pour dénoncer les abus du gouvernement, notamment la corruption. Toutefois dans le contexte d’une société civile peu organisée, et alors que le système des partis est en crise et que les gouvernements ont peu de marge de manœuvre dans l’économie pour répondre aux demandes sociales, les médias – comme s’en inquiètent les leaders interrogés par le PNUD – peuvent finir par s’imposer comme les arbitres de la vie politique. Les médias « forment l’opinion publique, déterminent les enquêtes et, en conséquence, sont ceux qui influent le plus sur la gouvernabilité » [Caputo, 2004 : 69].

4Le cas du Brésil est intéressant pour plusieurs raisons, le géant latino-américain hébergeant les titres les plus puissants et les plus modernes du continent. Le groupe de télévision Rede Globo est l’un des plus importants au monde, et les grands quotidiens généralistes et économiques (Folha de S. Paulo, O Globo, Estado de S. Paulo, Valor Econômico, etc.) ont peu à envier à leurs homologues européens et américains du point de vue technique, bien que leur circulation soit très inférieure, proportionnellement à la population. En outre, ce paysage médiatique frappe par sa concentration, entre les mains d’une poignée d’entreprises familiales (les Marinho, les Frias, les Mesquita, les Civita), accentuant d’autant son poids politique et son utilisation comme instrument de lobbying et de défense ouverte de leurs intérêts politiques et économiques.

  • 4 Lattman-Weltman, 1994.

5Le Brésil a été un véritable laboratoire de communication politique entre 1989 et 1992, avec l’élection, et plus tard, la chute, du Président Fernando Collor de Mello, deux processus allant dans des directions opposées, et dans lesquels les médias ont joué un rôle crucial. Reprenant le titre efficace d’un essai brésilien, on pourrait dire que la presse a fait, puis défait, un Président4. De la même façon, les médias ont été fondamentaux pour l’élection et la réélection de Fernando Henrique Cardoso en 1994 et en 1998. Le Président Luiz Inácio Lula da Silva, élu pour la première fois en octobre 2002 avec un nombre record de voix, avait traditionnellement été la cible de la majorité des médias lors de ses trois premières campagnes électorales (1989, 1994, 1998). À la quatrième tentative, soucieuse de ne pas affronter une opinion publique massivement en faveur d’une alternance politique et donc de l’élection de Lula, la presse s’est faite plus discrète, de façon générale, tout en ne cachant pas son soutien à l’égard de son adversaire malheureux, le social-démocrate José Serra. Cette fois-ci, le rôle de la presse fut déterminant pour inciter Lula à s’engager publiquement à sauvegarder les intérêts du capital financier national et international dans la continuité de la politique néolibérale de Cardoso et au détriment des objectifs plus ambitieux de développement social traditionnellement défendus par sa formation d’origine, le Parti des Travailleurs (PT).

6La politique économique du gouvernement Lula – fondée sur les trois piliers que sont des taux d’intérêts élevés, un excédent budgétaire primaire robuste et un taux de change surévalué – fut saluée par pratiquement tous les grands médias au cours du premier mandat. Mais au plan politique, après un peu plus de deux ans de répit, la presse a repris un ton très agressif à l’égard de Lula, de son gouvernement et du PT. À vrai dire, le point de départ de ce changement de ton est déjà sensible avec l’exploitation, début 2004, d’images d’un adjoint de José Dirceu (le chef de la Maison Civile, bras droit de Lula) négociant avec du personnel des loteries clandestines. À la suite de ce premier scandale, la presse est revenue à la charge en mai 2005, à partir des accusations faites par un député de la coalition gouvernementale. Suspecté d’être impliqué dans un petit épisode de corruption du service postal, ce dernier a réagi en donnant une interview explosive au journal Folha de S. Paulo, accusant le gouvernement Lula d’avoir mis en place un gigantesque système de pots-de-vin versés mensuellement à des députés pour acheter leur vote – un montage surnommé mensalão, littéralement, « le grand mensuel ». Dans la foulée, ce même député, Roberto Jefferson, accusa José Dirceu, d’être l’organisateur de ce schéma de corruption.

  • 5 Avant d’être nommé à la Maison Civile, José Dirceu avait été élu député de São Paulo avec un nombr (...)

7Cette interview fut le point de départ d’une crise très dure, qui submergea l’agenda politique et médiatique du pays pendant des mois. Les partis d’opposition, avec un sens des proportions discutable, en arrivèrent même à affirmer que le mensalão était le « plus grand scandale de l’histoire du Brésil », et le gouvernement Lula « le plus corrompu ». La presse, dans sa majorité, jeta tout son poids dans l’exploitation du scandale, mélangeant les faits, les déclarations et les mensonges dans un déferlement quotidien. On a vu apparaître des preuves de financement non déclaré de la campagne électorale de Lula, de candidats du PT, et de partis alliés, et l’essentiel de la direction exécutive du PT a été contrainte de démissionner. Certains députés ont été destitués, parmi lesquels Dirceu5. Toutefois, malgré des mois de sessions, les Commissions Parlementaires d’Enquête (dites CPI au Brésil, sigle que nous utiliserons par la suite) n’ont pas réussi à démontrer l’existence du mensalão, et encore moins que Lula ait été mêlé de près ou de loin à des faits illicites. Plus important encore, la tentative, en août et septembre 2005, d’ouvrir un processus d’impeachment contre Lula, suggérée par des secteurs des médias et de l’opposition, a échoué.

8Entre juin et décembre 2005, parallèlement à l’énorme répercussion médiatique des accusations, la popularité de Lula et de son gouvernement plongea dans toutes les enquêtes, au point de pousser plusieurs analyses à considérer possible, voire probable, une défaite de Lula à l’élection présidentielle d’octobre 2006. Pourtant, les mois passant, la popularité du Président sortant augmenta de nouveau (elle retrouva en février 2006 son niveau d’avant les déclarations de Jefferson). Malgré l’éclatement d’un nouveau scandale impliquant des membres du PT de São Paulo à la veille du premier tour, Lula fut réélu le 29 octobre avec un suffrage (quantitativement mais pas sociologiquement) similaire à celui de 2002. Le PT, au contraire, obtint un résultat inférieur à quatre années auparavant, démontrant clairement que les scandales avaient plus affecté le capital symbolique du parti que celui de Lula.

9La crise du mensalão souligna le poids de la presse brésilienne dans la construction d’un agenda politique et dans le cadrage du discours politique. Mais en même temps, les résultats électoraux montrèrent clairement les limites du pouvoir des médias auprès des couches les plus pauvres de la population, qui ont bénéficié de l’ensemble des programmes sociaux du gouvernement (Bolsa Familia en premier lieu), de la croissance de l’économie, bien que modeste, et de celle de l’emploi. Ces électeurs, d’un niveau scolaire et de revenu plus bas, concentrés dans les zones les moins développées du pays, ont continué à faire confiance à Lula. Bien que cette étude soit centrée sur le rôle politique des médias et non sur l’analyse du vote, il nous semble qu’il y a suffisamment d’éléments pour affirmer que l’élection de Lula est due à un vote communautaire de reconnaissance beaucoup plus qu’à un vote d’opinion – ou affiché à gauche.

10Nous allons essayer dans ce travail de comprendre quel est le rôle politique de la presse, et sa capacité à imposer son agenda face à un Président élu avec une légitimité populaire sans précédent. La presse est-elle un véritable « pouvoir de fait » au Brésil ? Et si oui, quelles sont, si elles existent, les limites de ce pouvoir ?

11Nous conduirons notre analyse en trois points. Le premier présentera une description sommaire des pouvoirs d’opinion et du mode de fonctionnement des médias brésiliens. Nous allons définir quelques concepts, et une série de constats historiques, économiques et politiques, qui constituent les éléments de fond dont on a besoin pour comprendre le rôle de la presse dans la crise du mensalão.

12Le second point sera dédié à la description du modèle de communication du candidat Lula en 2002 et de l’attitude de la presse à son égard pendant la campagne électorale de cette année-là. Par la suite, après une petite description du système brésilien de partis et des raisons de sa fragmentation, seront analysées l’organisation et la stratégie de communication politique de la Présidence brésilienne, et la couverture médiatique du gouvernement jusqu’à, et pendant, la crise du mensalão.

13Le troisième point sera consacré au rôle de la presse pendant la campagne électorale de 2006. Nous nous concentrerons sur la partialité de la couverture en défaveur de Lula, sensible à travers l’épisode dit « scandale du dossier ». Dans cette partie, nous examinerons également, bien que rapidement, certaines hypothèses expliquant la réélection de Lula comme résultat d’un vote de reconnaissance.

14Nous tenterons ainsi de tirer quelques conclusions générales quant au pouvoir réel des médias au Brésil, à leur rapport avec le pouvoir politique et à leur rôle dans la politique. Nous tenons à rappeler que cette réflexion porte exclusivement sur la période qui court de 2002 à 2006, soit sur le premier mandat de Lula. Certains détails (par exemple de nouvelles nominations au gouvernement) ont pu connaître des modifications par la suite.

15La rédaction de ce travail nous a conduit à recourir à de nombreuses sources, directes ou indirectes : la littérature la plus récente, particulièrement brésilienne ; les collections de titres de presse brésiliens les plus significatifs ; des enquêtes d’opinion (nombre d’entre elles sont inédites, car non ouvertes au public) ; des entretiens avec des journalistes et des fonctionnaires du gouvernement ainsi que l’observation directe des événements. L’auteur de ce travail a couvert en tant que correspondant étranger les élections présidentielles de 1989, 1994 et 1998. Il a ensuite participé à titre professionnel aux deux campagnes victorieuses de Lula : en 2002 comme chargé de la presse internationale, et en 2006 comme un des coordinateurs de la communication.

16Il est parfois difficile de maintenir un recul critique suffisant quand on est trop proche du sujet étudié. Par conséquent, un effort incessant a été fait – dans la mesure du possible – pour séparer les opinions des faits prouvés. J’espère y être parvenu : de longues années de journalisme m’ont enseigné que l’objectivité n’existait pas, mais qu’il fallait au moins tenter d’établir la véracité des faits.

Notes

1 Quelque 231 personnalités latino-américaines, aux différents profils, ont été interrogées ; des politiques (y compris des Présidents en exercice), 51 % du total ; des hommes d’affaires, 11 % ; des intellectuels, 14 % ; des syndicalistes, 7 % ; des journalistes, 6 % ; des leaders de la société civile, 7 % ; des religieux, 2,5 % ; et des militaires, 1,5 % [Caputo, 2004 : 62].

2 L’article 19 dit : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit ».

3 Nous faisons référence, sur cette question, à l’analyse de Tupper [Tupper, 2003].

4 Lattman-Weltman, 1994.

5 Avant d’être nommé à la Maison Civile, José Dirceu avait été élu député de São Paulo avec un nombre record de votes en octobre 2002. Lors de sa démission du gouvernement, il a d’abord récupéré son mandat de député, avant d’être destitué.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540