Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le rôle politique de la presse au Brésil

 | 
Giancarlo Summa

Remerciements

Texte intégral

1Ce travail n’aurait pu être réalisé sans l’aide des amis et collègues que j’ai eu la chance de connaître, et avec qui j’ai eu le plaisir de travailler durant toutes ces années.

2Sans pouvoir les citer tous ici, je tiens à remercier particulièrement André Singer, Carlos Tiburcio, Denise Mantovani, José Ramos, Bernardo Kucinski et Liziane Guazina, qui ont affronté (et pour certains continuent) le quotidien de la communication au Palais du Planalto, et qui ont pris le temps de m’apporter des idées et des informations.

3Les professeurs Venicio Lima (Université Nationale de Brasilia), Alessandra Aldé (DOXA-IUPERJ, Rio de Janeiro), Francisco Fonseca (FGV, Sâo Paulo), Maria Helena Weber (UFRS, Porto Alegre), Mauro Porto (Tulane University, New Orleans) et Sallie Hughes (Université de Miami) ont eu l’amabilité de m’aider avec leurs textes, contacts et idées, tout comme l’ont fait les étudiants Karina Hermesindo (IHEAL) et Fábio Vasconcellos (UERJ, Rio de Janeiro). Je remercie spécialement le professeur Stéphane Monclaire (Paris I-Sorbonne) de m’avoir incité à m’inscrire à l’IHEAL, et d’avoir constamment partagé avec moi des idées, des livres, et son amitié.

4Les cours du professeur Georges Couffignal m’ont aidé à systématiser et à approfondir les connaissances empiriques que j’avais accumulées pendant des années de travail en Amérique latine. En tant que directeur de recherche, sa disponibilité fut essentielle pour que je puisse terminer ce travail, en dépit des empêchements de ma vie professionnelle. Je voudrais également remercier l’économiste brésilien Ricardo Santiago. Directeur, entre 2005 et 2007, du bureau de la Banque interaméricaine de développement à Paris, où je travaillais, il a fait preuve de compréhension quand je devais m’absenter pour ce travail.

5Je pense toutefois que je ne serais jamais retourné à l’université, et n’aurais jamais été au bout de ce travail, sans l’aimable insistance, et le soutien total, de ma compagne Lamia Oualalou. Pour elle, mes remerciements vont au-delà de tous les mots.

6À eux tous, et aux nombreux autres que je n’ai pas mentionnés ici, je dis: merci beaucoup.

7Ce travail académique a été effectué entre la mi-2006 et le début 2007 et révisé au cours du premier semestre 2008. Il n’a aucun lien avec mon travail actuel au sein de l’Organisation des Nations unies.

8Toutes les éventuelles erreurs et imprécisions sont, naturellement, de ma responsabilité exclusive.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540