Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villa-Lobos

 | 
Marcel Beaufils

Heitor Villa-Lobos. Repères biographiques et Oeuvres principales

Pierre Vidal

Texte intégral

11887 5 mars : Naissance d’Heitor Villa-Lobos à Rio de Janeiro. Son père, Raul, historien, était d’origine espagnole ; sa mère, Noêmia, d’ascendance indienne.

21891-1899 Apprend le violoncelle et la clarinette avec son père ; est attiré par Bach et la musique carioca (de Rio). Écoute les chants des seresteiros (musiciens populaires donneurs de sérénades).

31901 Se mêle, comme guitariste, aux musiciens des « choroes », improvisant dans les rues.

41905 Première exploration musicale du pays : Bahia, le Nordeste, le Sud. « Mon premier traité d’harmonie fut la carte du Brésil ».

51907-1910 Cours à l’Institut National de Musique. Nouveaux voyages à travers le Brésil, au cours desquels il recueille des thèmes folkloriques. Donne des concerts de piano, violoncelle, guitare, avec son compagnon de voyage Donizetti. Entend la musique de Debussy à Bahia. Compose des pièces pour guitare dont la Suite Populaire Brésilienne. De retour à Rio, écrit les opéras Aglaia et Élisa.

61912 Compose l’opéra en quatre actes « Izaht », fusion des deux précédents. Étudie à fond les auteurs classiques. Subit l’influence de Wagner, Puccini, d’Indy.

71913 Épouse la pianiste Lucilia Guimaraes, qui fera partie de ses premiers interprètes. Trio numéro 1 avec piano ; Petite Suite pour violoncelle et piano ; Grand Concerto (numéro 1) pour violoncelle et orchestre.

81915 Premiers concerts à Friburgo et Rio. Divise la critique. Quatuors à Cordes numéros 1 et 2.

91916 Danses Africaines - Myremis ; le Naufrage de Kleonicos (poèmes symphoniques) ; Symphonie numéro 1 « L’Imprévue » ; Quatuor à Cordes numéro 3 ; Trio numéro 2 avec piano.

101917 Rencontre Darius Milhaud, lui fait connaître la musique typique de Rio. Amazonas, Uirapuru, (ballets) ; Symphonie numéro 2, « l’Ascension » ; Quatuor à cordes numéro 4 ; Sextuor mystique.

111918 Rencontre avec Arthur Rubinstein qui l’aidera financièrement. Lui dédie sa première suite de « La Famille du Bébé » ; Symphonie numéro 4 « La Victoire ».

121920 Chôros numéro 1 pour guitare ; Symphonie numéro 5.

131921 Épigrammes ironiques et sentimentaux ; La Famille du Bébé numéro 2. Commence « Rudepoema », portrait de Rubinstein.

141922 13 au 7 février, Semaine d’Art de Sao Paulo. En butte aux quolibets, les modernistes proclament leur droit d’exister, contre le conservatisme et les influences venues d’Europe. Villa-Lobos est raillé, Debussy et Satie sont également inscrits aux programmes. Villa-Lobos reçoit une subvention gouvernementale pour effectuer un séjour en Europe.

15Le 8 juillet, au Théâtre Municipal de Rio, création de la Famille du Bébé numéro 1 par Rubinstein. Fantaisie sur des Mouvements Mixtes, pour violon et orchestre.

161923 Le compositeur arrive à Paris, où ses amis lui viennent en aide. Rejoint les artistes d’avant-garde, est soutenu par Florent Schmitt et Paul le Flem. Rubinstein le présente à l’éditeur Max Eschig. Concert à la Salle des Agriculteurs. Commence à vivre de son art. Noneto ; Suite pour chant et violon ; Poème de l’enfant et de sa mère.

171923-1943 « Serestas » pour chant et piano.

181924 30 mai, création du Noneto à la Salle des Agriculteurs. Chôros numéros 2 et 7.

191925 Concerts au Brésil et en Argentine. Chôros numéros 3, 5 et 8 ; Le Martyre des Insectes, pour violon et piano.

201926 Chôros numéros 4, 6 et 10 ; Cirandas ; Trois poèmes indigènes ; la Famille du Bébé numéro 3 (égaré).

211927 24 octobre et 5 décembre. Concerts historiques à la Salle Gaveau avec une pléiade d’artistes dont Arthur Rubinstein, Vera Janacopoulos et Elsie Houston. Les aspects les plus variés de l’œuvre sont présentés : Chôros numéros 2, 3, 4, 7, 8 et 10 ; Rudepoema, Serestas, Trois Poèmes Indigènes, Noneto. Aline van Barentzen crée la seconde fuite de la Famille du Bébé, qui lui est dédiée. « Il ne faudra pas s’étonner si Villa-Lobos, dans ses œuvres caractéristiques, aboutit au bruitisme, témoin cet effarant Noneto ou le Chôros numéro 10 où la batterie devient le fonds essentiel de l’orchestre et s’enrichit d’un nombre d’instruments indigènes de l’effet le plus inattendu ». (L. Chevalier, Le Monde Musical, 31.12.1927).

22Concerts au Brésil où Villa-Lobos présente des musiciens français : Honegger, Roussel, Poulenc, Schmitt. Est nommé directeur du Conservatoire International de Paris par Roger Ducasse. Rencontre avec d’Indy ; une admiration réciproque naît entre les deux musiciens. Projets avec Diaghilev, bientôt interrompus par la mort de ce dernier.

231928 Chôros numéro 11 ; Chôros numéro 14 (égaré) ; Chôros bis ; Quintette en forme de Chôros.

241929 Création d’Amazonas, le 30 mai, aux concerts Poulet, au même programme qu’Amériques de Varèse. Selon Mario de Andrade, l’rochestre d’Amazonas « avance en se traînant péniblement, cassant des branches et mettant à bas des arbres, des tonalités et des traités d’harmonie ». Création à Amsterdam de Momoprecoce (le carnaval des enfants brésiliens), par sa dédicataire Magda Tagliaferro. Chôros numéros 9 et 12 ; numéro 13 (égaré). Introduction aux Chôros ; Francette et Pia ; Suite suggestive ; Douze études pour piano.

251930 Retour à Rio. Une révolution l’empêchera de revenir à Paris. Le nouveau régime lui offre la possibilité d’organiser la vie musicale du pays. Effectue une tournée artistique dans les états de Sao Paulo, Minas Gerais et Parana. Donne des conférences et stigmatise le goût du peuple pour le football : « le football a fait dévier l’intelligence de la tête aux pieds ». Bachianas Brasileiras numéros 1 et 2, numéro 4 dans sa version pianistique.

261931 Quatuor à cordes numéro 5.

271932 Prend la direction de la S.E.M.A., « Superintendance de l’Éducation Musicale et Artistique ». Amorce un mouvement en faveur du chant choral. Rencontre avec Arminda Neves d’Almeida, qui deviendra la seconde compagne de son existence. Le Guide Pratique, pour piano, recueils numéros 1 à 10 (existe également pour chœurs). Transcription d’Amazonas pour piano, de Rudepoema pour orchestre : Le Cerf-volant du gamin.

281933 Création de l’Orchestre Villa-Lobos, à buts éducatifs. Organise la première audition brésilienne de la Missa Solemnis de Beethoven.

291933-1936 Composition de nombreuses pages chorales.

301933-1943 Modinhas e cançoes (chant et piano ou orchestre).

311934 Dirige le ballet « Jurupary », sur la musique du Chôros numéro 10, avec Serge Lifar. Spectacle repris l’année suivante à la Salle Pleyel.

321935 Crée la Messe en si, pour le 250e anniversaire de Bach. Dirige trois concerts au Théâtre Colon au cours de la visite du Président Vargas à Buenos-Aires. Création du ballet Uirapuru.

331936 Se rend au congrès d’Education Musicale de Prague - Cycle Brésilien (piano).

341937 Écrit la Découverte du Brésil, pour le film d’Humberto Mauro, dont il tire quatre suites symphoniques. Messe de Saint-Sébastien, dédiée au saint patron de Rio.

351938 Dirige, jusqu’en 1941, des ensembles d’élèves des écoles primaires (jusqu’à 40 000 participants à la fois), Bachianas Brasileiras numéros 3 et 5 (aria) ; numéro 6 ; Quatuor à cordes numéro 6.

361940 Visite de Leopold Stokowski à Rio. Mandu Çarara (cantate) ; Cinq Préludes pour guitare.

371941 Bachianas Brasileiras numéro 4 dans la version orchestrale.

381942 Création du Conservatoire de Chant Orphéonique. Quatuor à cordes numéro 7 ; Poema de Itabira ; Bachianas Brasileiras numéro 7. Dirige en première audition au Brésil les Bachianas Brasileiras numéro 4, les Chôros numéros 6, 9 et 11, une partie de la « Découverte du Brésil ».

391943 Invocation pour la Défense de la Patrie (entrée en guerre du Brésil). Nommé Docteur Honoris Causa de l’Université de New-York.

401944 Voyage aux États-Unis. Dirige à Los Angeles. Bachianas Brasileiras numéro 8 ; Symphonie numéro 6 « Montagnes du Brésil » ; Quatuor à cordes numéro 8.

411945 Dirige pour la première fois à New-York (Chôros numéros 8 et 9), Chicago et Boston, où il donne la première mondiale du Chôros numéro 12. La dimension internationale du compositeur est consacrée. Fonde l’Académie Brésilienne de Musique, dont il devient le premier président. Bachianas Brasileiras numéro 5 (second mouvement) ; Bachianas Brasileiras numéro 9 pour orchestre à cordes ou orchestre de voix ; Concerto numéro 1 pour piano ; Symphonie numéro 7 ; Madona (poème symphonique) ; Quatuor à cordes numéro 9 ; Trio pour violon, alto et violoncelle.

421946 Quatuor à cordes numéro 10.

431947 Élabore, aux États-Unis, « Magdalena », « aventure musicale » en collaboration avec les librettistes Forrest et Wright. Quatuor à cordes numéro 11.

441948 Après dix-huit ans d’absence, retrouve Paris et ses plus fidèles amis. Élu membre correspondant de l’Institut de France, en remplacement de Manuel de Falla. A la suite d’une grave maladie subit une opération aux États-Unis et ne peut assister à la première de « Magdalena », à Los Angeles. Période de difficultés financières. Concerto numéro 2 pour piano.

451949 Nombreux concerts aux États-Unis, en Israël et en Europe. Reprend une place prépondérante dans la vie musicale parisienne. Hommage à Chopin.

461950 Symphonie numéro 8 ; « Erosion ou l’Origine de l’Amazone » (poème symphonique) ; Quatuor à cordes numéro 12.

471951 Symphonie numéro 9 ; Ruda, Dieu d’amour (ballet) ; Concerto pour guitare ; Quatuor à cordes numéro 13.

481952 Le 28 février, avec l’Orchestre National de la R.T.F., donne la première audition intégrale, au Théâtre des Champs-Élysées, de La Découverte du Brésil. Jusqu’à sa mort, le compositeur séjournera chaque année à Paris, donnant des concerts, enregistrant ses œuvres et composant, à l’hôtel Bedford. Concertos numéros 3 et 4 pour piano ; Symphonie numéro 10, « Sume Pater Patrium », dédiée à la ville de Sao Paulo pour le quatrième centenaire de sa fondation. (Première à Paris le 4 avril 1957).

491953 L’Odyssée d’une race (poème symphonique). Concerto numéro 2 pour violoncelle ; Quatuor à cordes numéro 14.

501954 Genesis (ballet) ; Concerto pour piano numéro 5 ; Quatuor à cordes numéro 15.

511955 La renommée du compositeur ne cesse de croître en Europe. « ... Il est peu de compositeurs qui puissent, sans courir de risques, occuper tout un programme. Une fois de plus, Heitor Villa-Lobos reçut cet honneur de l’Orchestre National et subit l’épreuve à son avantage ». (René Dumesnil). Symphonie numéro 11 ; Quatuor à cordes numéro 16.

521956 « Yerma », opéra (F. Garcia-Lorca) ; Emperor Jones (ballet) ; Symphonie numéro 12.

531957 Nombreux hommages du 70e anniversaire. La ville de New-York honore le musicien ; une semaine lui est consacrée à Sao Paulo. « Son pouvoir créateur continue, avec toute son intensité » (New-York Times). « La Petite Fille des Nuages » (aventure musicale). Symphonie numéro 12 ; Quatuor à cordes numéro 17.

541958 Compose, aux États-Unis, la musique du film « Green Mansions » (Vertes Demeures), complètement dénaturée par le producteur. Mais Villa-Lobos la destine au concert sous forme d’une fresque pour soprano, chœurs et orchestre, sous le titre de « Forêts de l’Amazone », Bendita Sabedoria (chœurs) ; Fantaisie Concertante pour Orchestre de violoncelles ; Magnificat-Alleluia (commande du Vatican). Reçoit le Grand Prix du Disque de France pour la « Découverte du Brésil ».

551959 Fait partie du jury du Concours International Pablo Casals à Mexico. Voyage en Europe et aux États-Unis. Sa santé se détériore à partir du mois de juillet. Meurt à Rio de Janeiro le 17 novembre.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1988

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable