Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

III. L'espace vécu

Espaces et mentalités dans une enclave pétrolière méxicaine : le cas du Tabasco

Remarques sur quelques changements

Aline Tubery

Texte intégral

1L’État du Tabasco dans le golfe du Mexique, ancienne zone d’expulsion et enclave agricole au début du siècle, ne semblait pas promis à des changements rapides.

  • 1 A. TUBERY. — L’impact de l’exploitation pétrolière dans le Sud-est du Mexique. La région du Tabasc (...)

2En 1973, la découverte d’importants gisements pétrolifères et leur mise en exploitation par le secteur public — Petróleos Mexicanos — a pour effet de modifier les structures socio-économiques d’un état au développement industriel médiocre. La création de foyers extractifs dans cette région isolée, proposée comme alternative à une promotion régionale, n’a pas produit les retombées économiques favorables, souhaitées par les organismes de l’État aménageur : l’impact de Pemex touche des secteurs étrangers à son domaine et contribue à les désorganiser au lieu de les stimuler. Le milieu rural s’est dépeuplé, et les paysans ont fui une agriculture en crise pour travailler sur les chantiers de Pemex1. L’immigration a accéléré une croissance urbaine désordonnée.

3Ces transformations contrastent avec la permanence d’un pouvoir politique et économique mis en place depuis les années cinquante, lorsque la période de « ganaderisation » a installé les grands éleveurs — ganaderos — aux leviers de commande, derrière la toile de fond d’un parti dominant.

4Nous examinerons quelques thèmes peu abordés jusqu’ici dans le contexte des effets des foyers extractifs, et relatifs aux mutations produites dans le paysage urbain, la vie sociale et familiale, l’accès à l’école et aux métiers.

5On s’attachera à analyser la conduite des acteurs sociaux, dans leur tentative d’adaptation à la ville et aux processus économiques qui perturbent le cadre social et les modèles dans lesquels ils étaient habitués à évoluer. Nous situerons généralement les acteurs dans le champ de leur espace privé, parfois en relation directe avec leur espace public, mais hors des organes de contrôle officiels (partis politiques, syndicats, organisations, etc.).

I. ASPECTS DU PAYSAGE DE VILLAHERMOSA

6Villahermosa, comme les autres villes de l’Isthme, distribue ses rues en forme de damier selon le modèle traditionnel hispano-américain. Capitale de l’État, elle a dû adapter son paysage à la modernité pétrolière et de grands ponts en béton neuf enjambent les larges avenues qui pénètrent jusqu’au centre de l’agglomération.

7Des quartiers hétérogènes prolongent, depuis le boom du pétrole, cet agencement urbain séculaire. Sur les franges de la Laguna de Las Ilusiones, des pelouses entretenues entourent les résidences des hauts cadres immigrés. Les murs de brique vernis protègent l’intimité des baigneurs dans les piscines. Quelques éleveurs sensibles à ce modèle d’habitat importé ont aussi clôturé leur espace vital. Mais certains d’entre eux, dans leur domicile urbain au cœur de la ville, laissent à la vue colonnades des salons, patios intérieurs et moulures des plafonds.

8Aux Gaviotas et à Casa Blanca, sur les terres éjidales, à la périphérie de la capitale, les barraques s’éparpillent au gré des nouveaux arrivants : l’État n’a pas pu contrôler la croissance urbaine spontanée ni la spéculation foncière. Le Plan de Développement Urbain de Villahermosa tardivement appliqué ne parvient que partiellement à résoudre le problème du logement posé par les catégories d’immigrants peu nantis.

  • 2 P. GILHODES. — Places et grands places en Grande Colombie. Quelques notes sur leur fonction socio- (...)

9Si l’espace habité se replie sur lui-même, les places s’agrandissent : « il y a par delà le débordement des automobiles une tendance à en faire des zones réservées au piéton »2. Le réaménagement de la place du palais du gouvernement lui confère plusieurs fonctions. Espace privilégié de sociabilité, la place reste surtout un centre important de la vie politique. De récents travaux, qui ont donné à la ville son aspect de ville pétrolière, ont détruit le musée et la bibliothèque municipale pour les reléguer sur les bords du fleuve Grijalva et y ériger la Chambre des Députés, symbole d’un pouvoir traditionnel que la nouvelle puissance pétrolière n’a pas réussi à usurper. Contrairement à l’état voisin du Veracruz, bastion de Pemex, les députés à la fois leaders syndicaux ne sont pas majoritaires dans le Tabasco.

10L’espace de la culture s’efface pour permettre à un pouvoir, qui se sent menacé, de se réaffirmer.

II. LA VIE SOCIALE ET FAMILIALE

1. Le marché matrimonial et la concurrence déloyale

  • 3 Les entreprises internationales sont nombreuses, américaines, françaises, mais les cadres et emplo (...)

11La concurrence qui se produit sur le marché matrimonial de la région Tabasqueña est directement liée à l’exploitation pétrolière à cause du fort courant d’immigration qu’elle suscite en provenance des anciennes zones productrices de pétrole (le Veracruz, le Tamaulipas) et des grands centres industriels du pays (México, Monterrey, Guadalajara) qui fournissent une main d’œuvre hautement qualifiée et spécialisée3.

a) L’immigration, un facteur de dérèglement du marché

12Cette immigration « étrangère » a donc un caractère très spécifique qui l’oppose à celle venue des municipes de l’état ou à la population régionale dépourvue d’expérience professionnelle dans les secteurs de pointe de l’industrie.

13Quelques traits caractérisent l’immigration « étrangère » :

  • ses premiers déplacements se font individuellement ;
  • les hommes adultes composent les contingents « mobilisés » par Pemex et ses entreprises de sous-traitance ;
  • l’installation des travailleurs n’est pas définitive et la propension à la mobilité géographique et professionnelle est fréquente ;
  • les immigrants bénéficient de salaires élevés et d’avantages économiques divers (viatiques, primes de logement, bourses, formation professionnelle, magasins de Pemex réservés aux pétroliers...) ;
  • ils sont encadrés par des syndicats puissants qui détiennent le monopole de l’emploi.

14Ces immigrants, dotés de tels avantages et se déplaçant seuls dans les premières étapes, vont perturber le fonctionnement du marché matrimonial, régi par une reproduction endogamique. La concurrence « déloyale » s’engage sur un espace physique et humain qu’il faut conquérir et maîtriser.

b) Des relations bouleversées

15Dans le cercle des interrelations de quartier où chacun connaît l’itinéraire sentimental et professionnel du voisin, la cohabitation avec les nouveaux venus provoque des réactions complexes et contradictoires. Les Tabasqueños tiennent un discours hostile envers l’envahisseur « los invasores » comme on les dénomme souvent. Si l’on s’attache uniquement à l’apparence du discours, tout n’est que rejet et agression pour cette population qui se sent « colonisée » et assiégée par des individus dont elle ignore l’état civil, l’âge exact, « l’histoire individuelle » en fait. Elle ne sait généralement du nouvel arrivant que son origine géographique et son appartenance à l’entreprise. Bref, la société Tabasqueña se trouve dépossédée de son pouvoir de contrôle social qu’elle pouvait exercer sur tous ceux de la communauté.

16Mais si le travailleur de la Protexa, de Pemex ou d’ailleurs représente un concurrent redoutable pour le jeune de Villahermosa désireux de se placer sur le marché matrimonial, il peut aussi être un partenaire intéressant pour la sœur. Le doute, le soupçon se mêlent au désir d’une meilleure connaissance de l’intrus.

17Par principe et pour ne pas rompre l’accord tacite entre vecinos, on se tient, au début, à distance des « envahisseurs », des pétroliers ou de tous ceux qui sont assimilés à l’entreprise de conquête. On refuse que les filles « fréquentent ».

18Mais bientôt, les vecinos prennent conscience des avantages qu’ils peuvent tirer de la situation. Au discours « uniforme et unificateur » succèdent diverses stratégies de compensation. S’il est difficile au jeune homme d’affronter une concurrence déloyale qui s’impose à lui, il doit, pour ne pas perdre son image sociale, manifester son intention d’« entrer » à Pemex lui aussi et par là-même, exprimer ses aspirations à superarse, c’est-à-dire à conserver son rôle et son rang dans la communauté. Il ne tolère pas d’être supplanté par des étrangers qui lui ravissent emplois et partenaires.

19Doit-il accepter un rapprochement tactique avec les envahisseurs dans la perspective d’obtenir un emploi grâce à des relations « bien placées » et pouvoir ensuite rétablir une concurrence loyale sur le marché matrimonial ?

20C’est là tout un ensemble de relations contradictoires et complexes dans lesquelles l’homme tabasqueño, en tant que travailleur et prétendant, se débat pour tenter de pénétrer le milieu hiérarchisé de la grande entreprise. Mais, pour ne pas perdre ses privilèges masculins, il n’est pas rare que le jeune homme recoure à la tradition.

c) « Le mariage par rapt », un rempart contre l’invasion ?

  • 4 Voir R. QUINTERO. — La cultura del petróleo.

21Cette culture du pétrole4 ne réussit pas toujours à mener à bien son entreprise de conquête, car si elle s’accommode des mimétismes qui l’entourent jusqu’à la parodier, elle ne prévoit pas que souvent les hommes en voie d’être conquis, peuvent utiliser « les armes de la tradition ».

22Une coutume ancienne dérivée du « mariage par rapt » et pratiquée dans d’autres régions du Mexique constitue pour les hommes prétendants de la région un moyen de préserver la femme convoitée, véritable capital symbolique et économique. Cette coutume, en milieu rural, consistait de la part du fiancé à simuler un rapt avec l’accord de la partenaire : il la conduit au domicile des futurs beaux-parents où elle est gardée et protégée selon les règles pré-matrimoniales d’hospitalité. Le lendemain, le prétendant et son père partent effectuer une visite chez les parents de la jeune fille pour les informer du « rapt ». Cette démarche a pour but de fixer la date du mariage et les conditions dans lesquelles il doit se dérouler. Chacun sait que ces procédures préliminaires sont généralement convenues à l’avance et qu’elles visent à accélérer la cérémonie civile. Elles excluent la célébration religieuse, source de longs préparatifs et de frais liés à toute manifestation ostentatoire. Le mariage par rapt en milieu rural avait pour but essentiel d’éviter des dépenses excessives que les conditions précaires des paysans n’autorisaient pas.

23Cette pratique pouvait aussi être mise en œuvre contre le père d’une jeune femme qui refusait de perdre une main d’œuvre gratuite et nécessaire à l’économie paysanne. L’élection par la jeune fille d’un gendre non désiré par le père pouvait avoir pour effet de faire jouer le droit de tacite préemption du fiancé et de sa famille. Le mariage par rapt rompait avec l’autre tradition d’un long noviazgo qui pouvait à moyen terme se solder par une rupture dans la perspective de s’allier à un partenaire plus avantageux pour la famille.

24Dans la situation nouvelle créée par le pétrole, on s’aperçoit qu’il peut être dans l’intérêt du jeune homme de réactiver cette coutume ancestrale du rapt pour neutraliser et écarter du marché matrimonial un capital symbolique que les éléments étrangers sont en mesure de s’approprier. Ce type de mariage retrouve ainsi droit de cité dans des conditions différentes de celles qui l’ont fait naître et se développer. Il tend à perpétuer une endogamie nécessaire à contrebalancer les forces puissantes de l’invasion.

25Les Tabasqueños savent aussi faire jouer les mécanismes de défense séculaires malgré les discours écrans qu’ils véhiculent et qui veulent les présenter comme des groupes démunis de moyens d’action. Il est vrai aussi que l’affluence étrangère soudaine dans la région n’a pas toujours permis de réagir avec la rapidité nécessaire.

2. Les nouveaux modèles familiaux

a) Les relations matrilocales

26Avant le boom du pétrole, la famille en milieu rural s’organisait autour du modèle de type patriarcal. Dans le cadre de l’économie paysanne où domine la division sexuelle du travail, les tâches domestiques, l’entretien de l’habitation, l’élevage des animaux de la basse-cour, la production alimentaire constituent les travaux attribués à la femme. Même si on a, parfois, recours à elle pendant les périodes de cueillette sur la parcelle familiale, son champ d’action et de décision reste circonscrit à l’espace des besognes traditionnelles. La mère qui n’est pas dépourvue d’un certain pouvoir d’influence l’exerce souvent de manière indirecte lors d’événements importants ; mais ce pouvoir caché n’est pas légitimé. Les membres masculins de la famille bien que disposant de ressources médiocres procurées par un salaire occasionnel de journalier gèrent un patrimoine modeste. Les rôles et obligations en milieu rural sont clairement définis.

27Avec l’arrivée de Pemex, les hommes — pères et fils — se déplacent fréquemment sur les grands chantiers en quête d’emploi et de nouveaux contrats et cet absentéisme paysan leur vaut souvent d’être dépossédés de leur petite propriété formée de parcelles disséminées. La spoliation de leurs terres — ils récupèrent difficilement leurs quelques hectares faute de titre de propriété — la possibilité d’obtenir un salaire que plusieurs années de labeur n’avaient pu leur fournir déclenchent le mouvement d’émigration vers la ville.

28La mobilité du travail, l’intégration de la femme au secteur productif, les services offerts par la ville et la rupture de l’interdépendance qui pesait sur la vie familiale à la campagne vont favoriser la « distanciation » des hommes par rapport au foyer. Le chef de famille investit son salaire dans une liberté qu’autorise avec plus de sécurité le pouvoir de l’argent, rare auparavant. Il élargit le champ de ses relations qu’il peut contrôler grâce aux règles de la paternité.

29La famille légitime et les familles officieuses amputées d’un père physiquement absent mais qui ne se résoud pas à abandonner ses prérogatives, s’organisent autour de la mère. Celle-ci gagne et perd tour à tour au cours des visites espacées du chef de famille légitime l’autorité conférée par les charges affectives et économiques. La relation matrilocale devient peu à peu prédominante. Elle tend à se renforcer et à s’établir dans un espace urbain et pétrolier qui favorise la mobilité des hommes et beaucoup moins celle des familles. La mère occupe la place laissée vacante par un père « mobilisable », produit de la culture du pétrole. Au patriarcat se sont substituées des relations matrilocales en extension, qui correspondent d’ailleurs au modèle répandu dans la société mexicaine affectée par les processus migratoires et la croissance rapide de quelques pôles industriels.

30Ce type de rapports familiaux, généralement mal assumé, est générateur de conflits. Bien que la relation matrilocale s’affirme, les « rôles » au début restent flous et mal délimités dans ce milieu urbain qui n’est plus le lieu de la production familiale comme en milieu rural. Le faible capital culturel des conjoints contribue souvent à détériorer des rapports devenus fragiles dans la conjoncture pétrolière.

b) L’association libre

  • 5 Claude BATAILLON. — La politique mexicaine aujourd’hui. Cahiers des Amériques Latines (24), 1981, (...)

31De nombreux ouvriers des entreprises de sous-traitance, ces travailleurs « des secteurs techniquement en pointe et qui connaissent des mouvements démocratiques propres à secouer et éliminer les bureaucraties syndicales »5 diffusent des idées nouvelles. Leur mentalité tranche souvent avec celles des pétroliers attachés théoriquement à l’image « de la famille refuge ». Les ouvriers évoquent sans ambage leurs relations en « union libre ». Ils sont conscients de l’inadéquation entre leur situation migratoire et l’exigence normative d’un projet familial stable. Ils optent volontairement pour un compagnonnage qu’ils ne considèrent pas comme une déviance dans la mesure où ils trouvent les moyens de vivre ce « modèle » grâce aux jeunes femmes du milieu rural nouvellement insérées dans la production et s’engageant temporairement dans cette association qui les valorisent.

32Les éleveurs perçoivent négativement cette alliance populaire urbaine. Malgré leur discours régionaliste qui tend à nier les différences sociales à l’intérieur de l’état, ils ne peuvent que déplorer cette absence de projet familial stable, devenu incompatible avec les rythmes économiques imposées par l’exploitation pétrolière qui échappe à leur contrôle. Certes, ce modèle existait et continue à se reproduire dans les familles rurales démunies, géographiquement isolées et moins sensibles aux phénomènes religieux. Mais ce type traditionnel d’union ne remettait pas en cause les rôles et avait un caractère permanent.

  • 6 Nous nous référons surtout aux écoles primaires, secondaires, professionnelles et aux écoles normal (...)

33On doit préciser que les grands types matrimoniaux dégagés ici sont sujets à des variations et interférences entre eux. Ils ne se reproduisent pas non plus mécaniquement6.

III. L’ÉCOLE

L’école désertée par les garçons

34Si lors des moments forts du rythme agricole, les enfants participent généralement au travail sur la parcelle familiale — pour la cueillette du cacao et du café — les jeunes garçons, pendant le boom du pétrole, préfèrent interrompre leur cycle scolaire pour s’embaucher sur les chantiers de Pemex et se libérer des tâches non rémunérées. Ce phénomène de désertion de l’école est particulièrement marqué dans les petites villes et les campagnes voisines des complexes pétrochimiques et du port de Dos Bocas dans le municipe de Paraiso.

35Les jeunes filles pratiquement exclues des activités pétrolières et peu convaincues des avantages réels procurés « par le pétrole » — les salaires ne sont pas toujours redistribués dans les familles, l’alcoolisme se développe, les pères sont moins présents — profitent de l’éclipse de leur compagnon sur les bancs de l’école pour acquérir un niveau culturel et une formation réservée auparavant aux garçons.

  • 7 Les commerçants, les artisans des villes, les petits et moyens propriétaires. Les petits agriculte (...)

36Dans les catégories sociales moyennes7, le cycle scolaire féminin se prolonge car les familles, n’ayant plus à consacrer une part de leur budget à l’éducation masculine sont plus disposées à libérer des ressources en faveur des filles. Ainsi donc, l’exploitation pétrolière a, dans le domaine de l’éducation, des effets qui précèdent les pratiques sociales généralement mises en œuvre par ces groupes en mutation et dont le processus d’ascension sociale s’accompagne d’un changement culturel plus favorable aux filles qui ont maintenant accès à l’école et voient leur promotion favorisée.

37Par contre, les jeunes du milieu rural, filles de minifundistes ou d’ejidatarios ne continuent pas leur scolarité car, pour elles, les conditions d’accès au savoir ne se sont guère modifiées. Elles se dirigent vers le tertiaire marginal composé exclusivement d’une main d’œuvre féminine sans qualification.

IV. LES MÉTIERS

1. L’adaptation à plusieurs métiers féminins de la ville pétrolière

a) Le tertiaire marginal

38La constitution d’un nouveau milieu social appartenant à la « bourgeoisie pétrolière (ingénieurs, hauts cadres...) a créé des emplois domestiques généralement réservés aux femmes migrantes. Souvent d’origine indienne, soumises à la campagne à une rude éducation patriarcale et aux travaux pénibles, elles n’ont aucune expérience de la ville. Leur insertion en milieu urbain entraîne une perte de leur identité. Les Chontales du Tabasco ont encore la possibilité de perpétuer leurs pratiques artisanales, lors de séjours intermittents dans le municipe de Nacajuca, voisin de la capitale ; par contre les Chois ou les Tzotzils du Chiapas, définitivement déracinées oublient peu à peu le savoir-faire rural de leur communauté.

  • 8 Alicia BARABAS a analysé ces conduites de « distanciation sociale » chez les Chatinos du Oaxaca. V (...)

39S’il leur arrive de renier leur langue traditionnelle dont l’usage peut leur sembler la cause de leur marginalisme, elles savent aussi s’en servir entre elles pour marquer, dans certaines circonstances, leur différence et prendre des distances vis-à-vis de la langue nationale qu’elles feignent d’apprécier et d’une culture qu’elles sont contraintes d’accepter8.

40Dans leurs tentatives d’adaptation, elles imitent parfois maladroitement la conduite de la maîtresse de maison pour se « l’approprier » à leur avantage. Bien que ne disposant pas de moyens financiers pour payer les consultations médicales, elles invoquent malaises et maladie. Cette attitude trahit une forme de résistance au travail et a pour but d’échapper aux nombreuses heures de labeur qui dépassent souvent les lois sociales en vigueur, car ces « péonnes » modernes de la ville, isolées et analphabètes ne sont pas affiliées à des syndicats.

41L’organisation de la maison les relègue dans des espaces spécifiques, exposés à la chaleur et sommairement meublés. Elles ne s’en évadent parfois que le dimanche pour rejoindre le novio dans les bals populaires au risque de prendre le service en retard le lundi matin..

42L’usage de leur langue en présence des autochtones, les diverses formes de résistance au travail, l’abandon sans préavis de l’emploi constituent des réponses individuelles aux difficultés d’insertion dans la ville.

b) Le tertiaire productif

  • 9 Ce cadre était celui de presque tous les bureaux de comptabilité privée avant le boom du pétrole q (...)

43Lorsque Pemex et son cortège d’entreprises dynamiques s’implantent dans la région, ils trouvent, sur le terrain, de petites entreprises familiales au décor vieillot. Les employées évoluent dans des espaces étroits, encombrés de cartons jaunissants. Ces femmes ont encore un aspect tropical et les habitudes d’une petite ville de province9. Les services rendus ne semblent pas faire partie de leur fonction. Elles s’en acquittent souvent par obligation en se déplaçant avec lenteur tout en échangeant des propos entre elles. Leur blouse aux couleurs vives découvrent des épaules saupoudrées de talc qui préserve de la chaleur suffocante qu’un ventilateur poussiéreux ne suffit pas à tempérer. Leur chevelure brune, ondulée et soigneusement relevée encadre des visages pleins.

44Ce décor familier où dominent les relations personnelles va disparaître : les habitudes vont se modifier, les silhouettes s’adapter aux exigences d’une nouvelle normalité productive, car l’entreprise va imposer ses modèles et ses normes. La nouvelle socialisation du travail exige un rythme accéléré et soutenu, des attitudes de disponibilité et des services exécutés avec rapidité. Le style des rapports devient essentiellement professionnel.

45Les femmes qui accèdent aux emplois mieux rémunérés doivent cultiver leurs dispositions à l’exécution rapide et leur faculté d’adaptation au changement. Souvent aussi, les chevelures lisses s’éclaircissent ; le vêtement s’uniformise et adopte des tons neutres. La sobriété vestimentaire s’harmonise avec le cadre neuf et ordonné, raffraîchi par une climatisation adéquate. Mais souvent, un faible niveau culturel ou un aspect physique peu conforme constituent des empêchements à la mobilité professionnelle. Car ces employées, hôtesses, secrétaires, comptables, qui doivent se soumettre aux nouveaux modèles et critères de l’entreprise, servent d’abord son image de marque et sa publicité.

2. L’adaptation aux métiers masculins de la ville pétrolière

a) Le tertiaire rentable

46Malgré la multiplication d’hôtels de luxe construits au cours des dernières années à Villahermosa, la capitale de l’état semble traduire une vocation quelque peu fragile de centre touristique.

47Ce « boom » de l’hôtellerie est indirectement lié à la politique sociale de Pemex, qui entend limiter ses dépenses. En effet, pour éviter de grever un budget dans des opérations peu rentables destinées à fournir une structure d’habitat à certaines catégories de travailleurs, l’alternative du logement en hôtel évite à l’entreprise publique de faire des investissements et permet d’associer la couche hégémonique régionale aux profits tirés de l’exploitation pétrolière.

  • 10 D’après une enquête réalisée par l’auteur en 1979 dans divers hôtels de la capitale de l’état du
    Ta (...)

48Les grandes familles dynamiques du Tabasco (Manzur, Diaz Merito, R. Ojeda, Bosh Lopez de Llergo), propriétaires ou actionnaires des grands complexes hôteliers où résident les « pétroliers » et les catégories hautement solvables10, ont diversifié leurs investissements généralement concentrés dans l’élevage, les cultures de plantations et le commerce traditionnel, dans ces secteurs à rentabilité immédiate, grâce à l’aide financière des organismes publics (Fonatur...).

b) Les rapports professionnels dans l’hôtellerie ou le nouvel espace public du mesero11

  • 11 Mesero : garçon de café.

49Au début du « boom pétrolier », le mesero tabasqueño repère facilement les catégories de clients. Une allure avenante, la voix haute et les intonations impératives lui désignent rapidement le petrolero. Celui-ci prend généralement ses repas à l’hôtel en compagnie de ses camarades de travail et se déplace rarement seul. Les bouteilles d’alcool qui se dressent sur la table au bout d’une demi-heure comme des trophées, constituent la panoplie la plus courante du nouveau venu. Les éclats de rires retentissent dans la salle. L’ambiance se charge d’une tonalité bruyante. Le mesero doit s’exécuter, condescendant et sans répit.

50Lors de ses après-midi de repos, le pétrolier déjeune sur la terrasse de l’hôtel et consacre ses heures de détente à la consommation abondante de boissons alcoolisées, en jouant aux cartes, en évoquant des aventures personnelles ou les derniers événements survenus au puits. Le jeu ne constitue pas uniquement un loisir de groupe, mais plutôt une conduite, qui vise à exhiber les nouveaux signes extérieurs de la richesse. Chaque partie s’effectue rapidement et les pesos s’étalent sur la table comme les cartes. Le pétrolier aime surtout jouer avec le pouvoir que lui confère l’argent. Il se risque à le perdre ou à l’augmenter.

51Le soir, à la discothèque de l’hôtel avec les compadres, il invite ses voisins et voisines. Les commandes deviennent des ordres, le ton se fait cassant. Les allées et venues incessantes du mesero collet-monté dans son habit blanc et noir de serviteur ne doivent pas trahir la lassitude.

52L’addition des fins de soirées dépasse le salaire brut mensuel perçu par l’employé. Mais le pétrolier impératif et exigeant sur le service, laisse des pourboires conséquents, à la mesure de son rôle et de son ambition. Il s’affirme en « dilapidant » ses revenus de manière ostentatoire. Plus qu’un pouvoir d’achat, les redistributions symbolisent la nouvelle puissance économique et technique qui s’installe dans une région ouvertement dénommée « sous développée ».

53Le mesero Tabasqueño est au service de ce pouvoir. Il le côtoie quotidiennement et doit se soumettre à ses moindres exigences. Le touriste séjourne peu de temps à l’hôtel, il ne fait que passer, tandis que le « parvenu-envahisseur » adopte souvent des habitudes comme en pays conquis. Mais le mesero lui doit en grande partie d’avoir pu obtenir un emploi. Même si c’est un travail de domestique... temporaire.

CONCLUSION

54Les acteurs sociaux les mieux préparés, c’est-à-dire ceux qui disposent d’un certain capital culturel et qui sont intégrés au marché du travail, s’adaptent avec plus de facilité aux structures en mutation dans leur espace privé-public. Certains, porteurs de valeurs nouvelles et bien assumées tendent à agir directement sur les anciens modèles. Ainsi les ouvriers qualifiés, généralement étrangers à la région, participent à ce processus. Les femmes employées dans le tertiaire productif, les jeunes filles des couches moyennes en cours de scolarisation sont aussi mieux prédisposées à accepter le changement sans trop de conflits.

55Au contraire, les ruraux immigrés à la ville ou les Tabasqueños sans qualification doivent surmonter des contradictions exacerbées par une dynamique sociale peu propice aux transitions. Cependant « les ressorts » contenus dans les stratégies individuelles, les mécanismes d’autodéfense collectifs mis en œuvre, constituent des facteurs non négligeables dans la préservation d’intérêts menacés. Nous l’avons vu dans le « mariage par rapt » et la recherche d’une alliance durable avec les nouveaux arrivants. Ceci se traduit souvent par un décalage entre le discours et la pratique visible dans les catégories hégémoniques comme dans celles qui attendent une promotion.

  • 12 P. HUGON. — « Robinson et Vendredi ou l’état de nature dans la littérature économique ». Notre Lib (...)

56Tous les acteurs sociaux sont implicitement influencés par les valeurs de Pemex « qui exalte les vertus du travail, la conquête de la nature et la maîtrise de soi dans un projet où progrès matériel et progrès moral sont intiment liés12. Mais s’ils sont prêts à adhérer au progrès matériel, par leur conduite, ils témoignent du refus d’être traités en subordonnés et de subir passivement les mutations, même s’ils n’agissent pas dans le cadre des organisations : ils prétendent à la qualité d’acteurs à part entière, actifs et aptes à participer au développement de leur région.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

• P. ARIES. — La famille et la ville. — Esprit (1) 1978.

• Alicia BARABAS. — Trabajo propio y trabajo de la gente. Articulation económica y etnicidad entre los Chatinos de Oaxaca.Centro Regional de Oaxaca. INAH. Estudios de Antropologia, n° 13.

• G. BECKER. — A theory of marriage. — Journal of political economy (81).

• G. BECKER, LANDES. — An economic analysis of marital instability. — Journal of political economy (85).

• P. G1LHODES. — Places et Grands places en Grande Colombie. Quelques notes sur leur fonction socio-politique. Colloque. Publications de la Casa de Velazquez. Série en sciences sociales.

• P. HUGON. — Robinson et Vendredi ou l’état de nature dans la littérature économique. — Notre Librairie. Dire le Milieu Naturel. Revue du Livre. Afrique-Océan Indien. Décembre 1981. Paris.

• R. QUINTERO. — Laculturadelpetróleo. Estudio antropológico. T. XXI.

• TROUTOT et KELLERHA1S. — Divorces et modèles matrimoniaux. — Revue Française de Sociologie. XXI11, 1982.

• A. TUBERY. — L’impact de l’exploitation pétrolière dans le sud-est du Mexique. La région du Tabasco. Thèse de 3° cycle. Paris, 1HEAL, 1981.

• S. VARESE. — Defender lo multiple. Nota al indigenismo. INAH, n° 16.

• B. VERNIER. — Émigration et dérèglement du marché matrimonial. Actes de la Recherches en Sciences Sociales (4) 1975.

• M. VINCIENNE. — Du village à la ville. — Paris, EPHE, 1972. Col. Mouton.

Notes

1 A. TUBERY. — L’impact de l’exploitation pétrolière dans le Sud-est du Mexique. La région du Tabasco. Thèse de 3° cycle. IHEAL. 1981. Paris.

2 P. GILHODES. — Places et grands places en Grande Colombie. Quelques notes sur leur fonction socio-politique. Publ. de la Casa de Velazquez. Série en Sciences Sociales. Colloque « Plazas ». Paris, 1982.

3 Les entreprises internationales sont nombreuses, américaines, françaises, mais les cadres et employés se mêlent peu à la population.

4 Voir R. QUINTERO. — La cultura del petróleo.

5 Claude BATAILLON. — La politique mexicaine aujourd’hui. Cahiers des Amériques Latines (24), 1981, p. 223.

6 Nous nous référons surtout aux écoles primaires, secondaires, professionnelles et aux écoles normales.

7 Les commerçants, les artisans des villes, les petits et moyens propriétaires. Les petits agriculteurs peuvent avoir une centaine d’hectares selon la spécialisation de leur exploitation.

8 Alicia BARABAS a analysé ces conduites de « distanciation sociale » chez les Chatinos du Oaxaca. Voir bibliographie.

9 Ce cadre était celui de presque tous les bureaux de comptabilité privée avant le boom du pétrole qui étaient fort nombreux...

10 D’après une enquête réalisée par l’auteur en 1979 dans divers hôtels de la capitale de l’état du
Tabasco :
— 17,3 % des personnes résidaient dans les hôtels à des fins touristiques (la durée moyenne du séjour ne dépassait pas 48 heures) ;
— 74 % résidaient dans le Tabasco à des fins professionnelles (les travailleurs de l’industrie pétrolière et des entreprises sous-traitantes ;
— 8,7 % de l’échantillon n’entrait pas dans ces catégories et fut considéré comme des « voyageurs de passage » pour raisons personnelles ou professionnelles mais sans être liés directement à Pemex.

11 Mesero : garçon de café.

12 P. HUGON. — « Robinson et Vendredi ou l’état de nature dans la littérature économique ». Notre Librairie. Dire le Milieu naturel. Revue du Livre. Afrique-Océan Indien. Décembre 1981. Paris.

Auteur

Casa de Velazquez, sociologue

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter