Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

III. L'espace vécu

Industrie du pétrole et transformations sociales

Les effets sur la population de la croissance du pôle industriel de Coatzacoalcos-Minatitlán

Marie Eugénie Zavala de Cosìo

Texte intégral

1L’industrie du pétrole date du début de ce siècle dans la zone Sud de l’État de Veracruz. Dès la première moitié du xxe siècle, l’activité pétrolière a dominé l’économie locale, autour de la raffinerie de Minatitlán et à proximité du port de Coatzacoalcos.

2L’étude qui suit porte sur l’impact démographique du développement récent de l’agglomération urbaine de Coatzacoalcos et Minatitlán, qui est actuellement devenue une zone économique essentielle, avec la plus forte concentration d’industries pétrochimiques du pays. Compte tenu des différentes options du Plan Global de Développement du gouvernement mexicain dans le domaine des hydrocarbures, cette région va encore connaître, au cours de la prochaine décennie, un afflux important de capitaux et de population, notamment avec l’implantation du port industriel de Laguna del Ostión.

  • 1 Julio R. Moctezuma Ciel, Programa de Puertos industriales, Revista mexicana de la Construcción, ma (...)

3La croissance démographique de Coatzacoalcos-Minatitlán est tout à fait remarquable depuis 1970. Des observations peuvent être d’ores et déjà faites sur les transformations sociales qui accompagnent les mutations économiques régionales. L’expérience, sur une dizaine d’années, d’une région devenue le point du plus fort montant d’investissements de PEMEX dans la pétrochimie, donne une idée des conséquences, subies par la population, de la politique de développement industriel au Mexique. Or, cette politique s’appuie notamment sur la création de « véritables pôles de développement, en des lieux où l’existence humaine peut atteindre un haut niveau »1.

1. Présentation de la zone

  • 2 Ramos Boyoli, La concentración geográfica del ingreso en el Estado de Veracruz, 1940-1970 ; Dualis (...)
  • 3 Dirección General de Asentamientos Humanos y Obras Públicas (DGAHOP), Departamento de Planificació (...)
  • 4 Proyecciones del Departamento de Planificación y Desarrollo Urbano, 1977.

4La carte 1 représente les municipes qui définissent la zone pétrolière du Sud de l’État de Veracruz : avec les deux pôles urbanisés de Coatzacoalcos et Minatitlán, cette zone comprend les quatorze municipes de la région X définie par l’Université de Veracruz2 auxquels il convient d’ajouter les municipes d’Acayucan, Soteapan, Sosonusco, Sayula, Oluta et Mecayapan3. Selon l’Institut National de Statistiques, la population totale de la région Coatzacoalcos-Minatitlán était estimée en 1978 à plus de 600 000 habitants (cf. tab. 1). Les trois quarts de la population sont concentrés dans les municipes de Coatzacoalcos, Minatitlán, Cosoleacaque, Las Choapas et Jaltipan. En 1990, il est prévu une population de 468 119 habitants à Coatzacoalcos, 315 715 à Minatitlân, 278 344 à Las Choapas, 100 259 à Jesus Carranza, 78 562 à Cosoleacaque et 62 581 à Jaltipan. Au total, 1 303 580 habitants4.

carte 1
MUNICIPES DE LA CONURBATION DE COATZACOALCOS — MINATITLAN

carte 1MUNICIPES DE LA CONURBATION DE COATZACOALCOS — MINATITLAN

Tableau 1. Population de la Zone Sud estimée en 1978

Tableau 1. Population de la Zone Sud estimée en 1978

Las Choapas (municipe créé le 28 XII 1961) : 39 466 habitants en 1970.
Source : données non publiées, Institut National de la Statistique.

  • 5 Enquête ICATEC, S.A. Coatzacoalcos, Veracruz. Plan del Area Metropolitana, 1976.

5Cette région se caractérise par une spécialisation croissante axée sur la pétrochimie. La zone de Coatzacoalcos est une des quatre zones industrielles portuaires prioritaires dans le Plan de Développement Industriel de février 1979, avec les zones de Salina Cruz, Tampico, Lázaro Cárdenas-Las Truchas. Elle élabore 70 % de la pétrochimie de base du pays5.

6Des ressources importantes en soufre dans la zone représentent 95 % de la production nationale, soit 10,6 millions de tonnes par an. 73 % du soufre est exporté. L’exploitation du soufre est réalisé par la Compagnie Azufrera Panamericana à Jáltipan principalement, dans une moindre mesure (15 % de la production) par la Compagnie Azufrera Veracruz à Hidagoltitlán, et à Minatitlán et Texistepec (6 %) par la Compagnie Explotadora del Istmo.

7La compagnie Sales del Istmo extrait du sel minéral, qui représente 4,4 % de la valeur des produits non métalliques de la zone, à Texistepec et Pajaritos.

  • 6 Jacques Soustelle, Les Olmèques, Arthaud, Paris, 1979.

8D’autre part, cette zone est traditionnellement et depuis les temps les plus reculés6, une zone fertile pour l’agriculture. De climat tropical et zone de fleuves et de lagunes, elle est réputée pour son abondante végétation et sa production de fruits et de légumes. Le riz est également une ressource alimentaire importante. Cependant, la commercialisation des produits agricoles est difficile en raison même de l’abondance des cours d’eau et de l’absence de routes carrossables dans une région que de fréquentes innondations isolent en saison des pluies.

9L’élevage s’y est développé, notamment au cours du xixe et xxe siècle. L’Union des Éleveurs du Sud, dont le siège est à Coatzacoalcos, regroupe 3 500 éleveurs. La part de la zone sud-est ne cesse d’augmenter dans le produit total de l’État de Veracruz en ce qui concerne les produits agropastoraux : 4,52 % en 1940, 16 % en 1960, 6,59 % en 1970 d’après les recensements. Cependant, la population manque de lait (20 % seulement de la consommation locale est produite sur place). Le bétail est vendu sur pied pour satisfaire le marché national et le lait aux usines de produits laitiers d’Acayucan (Nestlé) et de Villahermosa (Leche Tabasco S.A.).

10Malgré tout, l’agriculture, dans les régions de l’intérieur présente de bonnes conditions de développement tandis que sur les côtes, la pêche se développe peu à peu.

  • 7 Cependant la pêche est victime des projets de développement industriel, comme la construction du c (...)

11En 1963, la capture de poisson représentait 200 tonnes par an ; en 1976, son volume était 10 fois supérieur : 2 000 tonnes par ans. Les projets d’encouragement de la pêche concernent essentiellement les zones de Coatzacoalcos et de la laguna del Ostión7.

2. Développement de l’Industrie

12Pour comprendre l’évolution de l’industrie pétrochimique dans la région de Coatzacoalcos-Minatitlán, il est nécessaire de connaître les principales orientations de la politique pétrolière de l’État mexicain. En effet, les grandes lignes de l’exploitation des ressources en hydrocarbures au Mexique sont fixées au niveau national et déterminent entièrement le niveau de la production à l’échelon local. Le boom pétrolier des années 1976-1981 a eu, de ce fait, des répercussions fondamentales sur la région pétrolière du Sud de l’État de Veracruz.

  • 8 Jaime Corredor Esnaola, El significado económico del petróleo en México, Comercio exterior, vol. 3 (...)

13La production de pétrole a énormément, augmenté au Mexique depuis 1976. La production de pétrole brut a placé le pays au cinquième rang mondial. La capacité de raffinage et l’industrie pétrochimique se sont développées à un rythme rapide, couvrant jusqu’à 75 % des besoins du pays. Le taux de croissance de la pétrochimie a dépassé 15 % l’an à partir de 1977. La production de pétrole brut a atteint, en 1980, 2,4 millions de barils par jour et en 1981, 3,3 millions de barils par jour8.

14Le Plan National de Développement Industriel (février 1979) qui couvre la période 1979-1990, prévoyait une forte croissance de la production industrielle au rythme de 12 % l’an avec un accroissement de 18 à 20 % par an pour la pétrochimie et les biens de capital. Ce plan insistait sur la nécessité d’importation de technologie par l’industrie mexicaine pour la modernisation des équipements et la création d’emplois. Priorité était donnée à l’augmentation de la production.

  • 9 The Economist, 17 février 1979.

15La loi de 1974 sur les investissements étrangers a été appliquée avec souplesse afin de laisser la porte ouverte aux investisseurs étrangers, tout en réglementant la politique des prix industriels, l’accroissement des exportations, la décentralisation industrielle et la politique financière des entreprises9.

  • 10 De plus, une réduction de 30 % sur le prix des produits énergétiques est accordée dans les zones p (...)
  • 11 C’est ainsi que Celanese Mexicana, entreprise transnationale implantée à Cosoleacaque, a obtenu un (...)

16Le Plan National de Développement Industriel a concédé un crédit d’impôt de 25 % sur les investissements dans les zones prioritaires10, une subvention de 20 % sur la création de tout nouvel emploi et un crédit d’impôt de 10 à 12 % sur les nouveaux investissements, quelle que soit la taille et la nature de l’entreprise « qui a une activité d’intérêt national ou socialement nécessaire »11.

17L’exploitation du pétrole, à un moment où les énergies en général, et les hydrocarbures en particulier, ont connu de fortes augmentations de prix, a permis d’accélérer la croissance économique du Mexique : le taux d’accroissement du produit national brut est passé de 3,3 % en 1977 à 7,3 % en 1978, 9 % en 1979, 8,4 % en 1980 et 8 % en 1981, d’après les chiffres de la Comisión Económica para América Latina (CEPAL). La dépendance du pays à l’égard de ses revenus pétroliers est devenue totale. Elle s’est traduite par un taux de croissance nul en 1982 dû à la crise d’une ampleur exceptionnelle provoquée par la chute continue des prix du pétrole de juin 1981 à février 1983.

  • 12 CEPAL. — La evolución económica de América Latina en 1981. Notas sobre la economía y el desarrollo (...)
  • 13 Jaime Corredor Esnaola. op. cit.

18Avec le boom pétrolier, les exportations de marchandises ont énormément augmenté, leur valeur passant de 4 600 millions de dollars en 1977 à 16 299 millions de dollars en 1980 et 23 530 millions de dollars en 198112. En 1980, le pétrole représentait 68 % des exportations13 et 75 % en 1981.

  • 14 CEPAL. — op. cit. Importations et exportations FOB de la balance des paiements. — Handbook of Inte (...)
  • 15 En 1980, les importations de produits alimentaires ont représenté 25 % de la valeur des exportatio (...)

19Cependant, l’augmentation de l’activité pétrolière a entraîné un accroissement des importations : 5 625 millions de dollars en 1977, 19 010 millions de dollars en 1980 et 25 820 millions de dollars en 19814. Le solde négatif de la balance commerciale de biens est donc resté important : en 1981, on enregistrait un déficit de 3 329 millions de dollars. Pour développer la production de pétrole, le pays a augmenté ses importations, dont 80 % étaient des importations de biens de capital, ce qui explique, en partie, le solde négatif de la balance commerciale15.

20L’important endettement vis-à-vis de l’extérieur est devenu un problème majeur pour l’économie mexicaine. La croissance rapide de la production s’est accompagnée d’une dette extérieure croissante, le Mexique trouvant facilement accès à des capitaux grâce à l’importance de ses réserves d’hydrocarbures qui constituent, encore à l’heure actuelle, une certaine garantie financière.

  • 16 Uno más uno, 4 septembre 1979.

21PEMEX a d’ailleurs eu recours massivement aux emprunts extérieurs ; un prêt de 2 500 millions de dollars, chiffre record de l’histoire des banques privées, lui avait même été accordé en septembre 1979. La dette de PEMEX représentait, en mars 1979, 17,32 2 % de la dette publique globale à plus d’un an16.

  • 17 Martinez Ulloa. Le Mexique avait une dette de 38 milliards fin 1979. Financial Times, 29 mai 1979.
  • 18 Banque Interaméricaine de Développement. — Progrès économique et social en Amérique Latine, rappor (...)

22Le service de la dette à moyen terme ou long terme représentait en 1978 : 40,87 % du total des exportations. Pour 1980, cette proportion avait un peu diminué : 29,10 %17. Le service de la dette n’a pu être assuré en 1982 à cause de l’effet combiné de la hausse des taux d’intérêt aux États-Unis et de la baisse des prix du pétrole18.

  • 19 Petroquimica latinoamericana. — Intégración latinoamericana, août 1981, pp. 88-89.

23En ce qui concerne plus spécifiquement le développement de l’industrie pétrochimique, le Mexique avait, en 1981, 66 projets au total qui, dans leur très grande majorité, sont concentrés dans la zone sud de l’État de Veracruz. En construction, il y avait 27 projets, dont 18 à La Cangrejera ; 24 projets en voie d’organisation, tous à Morelos ; 15 projets à l’étude, pour augmenter la capacité industrielle de Laguna del Ostión19. La crise actuelle remet en cause l’achèvement de la plupart de ces projets mais ils sont maintenus, du moins, d’une façon formelle.

3. Impact régional de l’industrie pétrolière dans la zone de Coatzacoalcos-Minatitlán

24La croissance rapide des municipes du Sud de l’État de Veracruz s’explique par d’importants mouvements d’immigration. Un afflux continu de travailleurs pétroliers a été nécessaire pour couvrir les besoins en main d’œuvre des industries en expansion. Le mouvement s’est accéléré avec la mise en chantier des nouveaux complexes (1961, Cosoleacaque ; 1967-1972 Pajaritos, en deux étapes ; 1976, La Cangrejera ; 1978, Morelos ; 1980, Laguna del Ostión).

  • 20 M.L. Aguilera y F. Velásquez Ortiz, Problemática sociodemográfica de la región Coatzacoalcos-Minat (...)

25L’industrie du pétrole a certainement créé des emplois dans la zone, mais beaucoup plus indirectement que directement. La population active a triplé entre 1960 et 1978, passant de 58 068 à 171 42020. Or, les travailleurs de PEMEX du Sud de l’État de Veracruz occupent en fait 20 000 emplois tandis que les emplois industriels dépassaient, à peine en 1978, le nombre de 5 000 (voir tableaux 2 et 3).

  • 21 Prévôt-Schapira et Zavala de Cosio, Pétrole, espace régional et pouvoir syndical au Mexique, L’exe (...)

26Le développement et l’expansion des activités pétrolières n’ont entraîné la création que d’un faible volume d’emplois permanents. En effet, dans l’ancienne zone pétrolière de Minatitlán existait déjà un personnel spécialisé en surnombre, disponible donc pour occuper les emplois créés par les nouveaux établissements. Par ailleurs, seules les phases d’exploration et de construction font appel à des effectifs importants de travailleurs, et c’est précisément ces secteurs que PEMEX abandonne à la sous-traitance. PEMEX veut éviter d’avoir, comme par le passé, des effectifs pléthoriques. Or, cette politique malthusienne est acceptée et soutenue par le syndicat des travailleurs du pétrole (STPRM), tandis que ce dernier voit son contrôle s’étendre à tous les travailleurs du pétrole, quels que soient leurs status, y compris ceux des chantiers21.

27Cependant, d’importants mouvements d’immigration ont été induits par la propagande faite autour du volume grandissant des investissements dans la région. C’est ainsi qu’a été attirée une population qui n’avait que peu de chances de bénéficier du développement du secteur pétrochimique, aussi bien par son manque de qualification professionnelle que par le corporatisme dont font preuve les travailleurs pétroliers (rappelons que le STPRM bénéficie du monopole de l’embauche).

Tableau 2. Travailleurs de PEMEX : zone Coatzacoalcos-Minatitlán

Tableau 2. Travailleurs de PEMEX : zone Coatzacoalcos-Minatitlán

1 P y C. : Proyectos y Construcciones.
Source : PEMEX, service du personnel de la zone Sud, Coatzacoalcos ; état au 31 mai 1978.

Tableau 3. Emplois industriels dans la zone de Coatzacoalcos-Minatitlán

Tableau 3. Emplois industriels dans la zone de Coatzacoalcos-Minatitlán

Chiffres compilés en août 1978.

  • 22 Aguilera y Velásquez Ortiz, op. cit., pp. 10-11.

28Le sous-emploi et le chômage attendent cette catégorie de migrants, dont une forte proportion s’est établie dans les « colonies » populaires qui se développent autour de Coatzacoalcos et de Minatitlán, dans des zones insalubres faites de dunes et de marécages. En 1978, 60 % des logements de l’agglomération urbaine ne disposaient pas d’eau potable, 50 % n’avaient pas de système d’évacuation des eaux usées22.

4. Déclin de l’agriculture

29Les problèmes posés par l’exploitation des ressources pétrolières au niveau régional montrent l’opposition flagrante entre l’utilisation traditionnelle de l’espace dans le Sud de l’État de Veracruz, essentiellement agricole et d’élevage, face aux activités de PEMEX et des industries pétrochimiques, à technologie moderne, utilisant du personnel spécialisé, industries hautement polluantes par ailleurs, avec des conséquences importantes sur l’environnement.

  • 23 Garantia ante expropriaciones de PEMEX piden los indigenas, Excelsior, 25 juillet 1979.

30Le problème de la propriété de la terre et le conflit qui oppose depuis plusieurs générations les cultivateurs et les éleveurs s’aggravent du fait des expropriations opérées par PEMEX et à cause des investissement réalisés dans l’élevage par les cadres de la société nationale. Les paysans des communautés indigènes et des ejidos réclament la régularisation des titres de propriété et, en cas d’expropriation, l’attribution d’une parcelle à usage agricole, semblable à celle dont ils avaient été expropriés23.

  • 24 DGAHOP, op. cit.
  • 25 Entrevue avec Mario del Campo Martinez, Présidente Municipal de Cosoleacaque, le 22 août 1979. Le (...)

31Cependant, les activités agricoles à technologie traditionnelle résistent mal au choc provoqué par l’installation des complexes pétrochimiques modernes, les transformations radicales de l’utilisation de l’espace et de la composition de la population locale, ou les bouleversements subis par le réseau commercial et la vertigineuse ascension des prix des biens de première nécessité. Ceci explique l’abandon progressif des activités agricoles dans toute la zone Sud de l’État de Veracruz. Malgré l’augmentation rapide de la population, les terres de la zone sont exploitées seulement au quart de leur capacité24. La plupart des produits alimentaires nécessaires aux nouvelles populations urbaines de cette région proviennent d’autres états du pays. Parfois, les petits paysans et les ouvriers agricoles travaillent à PEMEX sous des contrats de 28 jours qui permettent à une famille de vivre pendant une période de 3 à 4 mois à chaque fois25. Lors de la phase de construction des complexes pétrochimiques, ils profitent également des possibilités d’embauche de main d’œuvre non qualifiée pour des travaux temporaires qui ne durent que le temps nécessaire à l’édification des centres industriels.

  • 26 DGAHOP, op. cit.
  • 27 Aguilera et V. Ortiz, op. cit., p. 20.

32Par ailleurs, on observe en permanence d’importantes migrations entre Minatitlân et Coatzacoalcos et les municipes ruraux qui les entourent26. La croissance urbaine permet de fournir aux jeunes des villages proches des deux pôles urbains des emplois dans le secteur des services, du commerce et de la vente ambulante. Dans l’ensemble, la forte demande créée par les salaires élevés des travailleurs du secteur industriel a contribué au développement du secteur tertiaire qui employait en 1978, 50 % de la population active de l’agglomération urbaine27.

  • 28 Instituto Nacional de Estadística, données non publiées pour 1978. Voir tableau 1 ci-dessus.
  • 29 DGAHOP, op. cit. ; pour l’ensemble de l’État de Veracruz l’accroissement annuel moyen de la popula (...)

33Un certain nombre de municipes ruraux connaissent un taux de croissance démographique inférieur à la moyenne de l’État de Veracruz, ce qui traduit des mouvements d’émigration nette hors de ces municipes, étant donné le niveau élevé de la natalité dans la zone28. La carte 2 illustre ce phénomène. Il s’agit de municipes restés essentiellement agricoles, où la concentration de population indigène est très importante, population bilingue qui vit très dispersée dans un grand nombre de rancherías et congregaciones de quelques centaines d’habitants29.

  • 30 Plan del Area metropolilana de Coatzacoalcos, Instituto mexicano de Desarrollo Regional, México, 1 (...)

34Les plans de l’État de Veracruz pour la sauvegarde du potentiel agricole de la zone Sud proposent la modernisation de l’agriculture et de l’élevage, en améliorant les rendements et les cricuits de commercialisation. Dans cette région de rivières, aux terres fertiles et abondamment irriguées, les ventes du produit des récoltes souffrent de la faiblesse des moyens de communication permettant d’atteindre les marchés de consommation urbains30.

  • 31 DGAHOP, op. cit.

35Le plan de l’Aire Métropolitaine de Coatzacoalcos, qui date de 1976, propose la création d’établissements agro-industriels capables de transformer et de valoriser la production locale. Il conseille la création de moulins pour le riz à Acayucan et à Las Choapas, et d’une usine d’aliments pour le bétail à Las Choapas31. L’implantation d’abattoirs est également considérée pour la zone comme une priorité. Ces projets permettraient de conserver certains emplois agricoles et d’en créer quelques-uns (une vingtaine dans chaque cas).

  • 32 M. Nolasco, Ciudades perdidas de Coatzacoalcos, Minatitlán y Cosoleacaque, Centro de Ecodesarrollo (...)

36En fait, le développement de la production agricole dans la zone est entravé par les problèmes liés à la propriété de la terre. Ceci provoque la misère des agriculteurs et petits paysans sur des parcelles dont la production est même insuffisante pour subvenir aux besoins des familles. La richesse tirée du pétrole paraît d’autant plus étrange qu’elle côtoie le dénuement d’une agriculture restée démunie dans le tourbillon des grandes luttes agraires qui secouent la région depuis le xixe siècle. Cette agriculture, vestige d’une organisation sociale du passé, recule forcément face à l’irruption d’une économie nouvelle, industrielle et urbaine. C’est ainsi que les familles rurales vont s’entasser dans les « colonies » populaires des alentours de Coatzacoalcos et Minatitlán32.

  • 33 Garantias antes las expropiaciones piden los indigenas, op. cit.

37C’est pour la même raison que la Secretaria de Educación Pública a proposé de former les jeunes indigènes à la fin de leur cycles d’études primaires pour travailler comme ouvriers de base à PEMEX33. Les intégrer à une nouvelle organisation de l’économie locale, plutôt que de maintenir à tout prix la petite exploitation.

  • 34 Le Monde, 23 février 1980.
  • 35 Th. Bouysse-Cassagne, op. cit., note 7 ci-dessus.
  • 36 Mexico’s farmers take on the power of PEMEX, Financial Times, 28 janvier 1981.

38Les tensions sont fortes et, pour implanter et développer les activités pétrolières, le pouvoir fédéral doit intervenir directement dans la vie locale. Lors des affrontements avec les paysans, l’armée garantit la paix sociale et assure la protection des installations34. Dans la pratique, les conflits sont fréquents à la suite des expropriations : en 1980, le village de Pajapan s’est révolté contre les expropriations effectuées par FONDEPORT pour le port industriel de Laguna del Ostión35. En janvier 1981, dans une autre région (celle de Cactus), les paysans ont bloqué l’accès aux installations du complexe pétrochimique36.

5. Les conditions de vie de la population

  • 37 Aguilera et V. Ortiz, op. cit., montrent que la somme des emplois de cadres supérieurs et moyens e (...)

39Les différences de revenus entre les travailleurs industriels et les autres catégories caractérisent les relations sociales dans la région de Coatzacoalcos-Minatitlán. L’arrivée d’une population étrangère à la zone, los petroleros, privilégiée par de hauts salaires, un emploi stable pour le personnel de base, des avantages sociaux considérables dans les somaines de la santé, du logement, de l’éducation, aggrave considérablement les tensions au sein de la société37.

  • 38 Encuesta sobre ingresos y gastos de las familias del Estado de Veracruze, Instituto de Inves-tigac (...)

40L’analyse de la distribution du revenu des familles démontre de fortes disparités. Dans les localités non urbaines, 50 % des familles reçoivent 10,75 % des revenus, alors que dans la partie supérieure de l’échelle, 5 % des familles reçoivent 40 % du revenu. Dans les localités urbaines, la répartition est également tout à fait inégale, puisque 68 % des familles reçoivent 34,2 % des revenus alors que 4 % des familles de l’extrémité supérieure reçoivent 22 % du revenu familial total38.

41Les plus fortes différences s’observent entre les revenus des familles qui travaillent dans le secteur agricole et les revenus des familles qui reçoivent un salaire industriel. (Le tableau 4 présente les revenus des familles selon le lieu de résidence urbain ou rural et le secteur d’activité économique.)

Tableau 4. Répartition des familles selon le secteur d’activité du Chef de famille et le revenu mensuel moyen.

Tableau 4. Répartition des familles selon le secteur d’activité du Chef de famille et le revenu mensuel moyen.

Source : Encuesta sobre ingresos y gastos de las familias del Estado de Veracruz, IIESES, Universidad Veracruzana, Zona X.1975.

Tableau 5. Part des dépenses familiales mensuelles en aliments, boissons et tabac par rapport au total des dépenses, selon la localité de résidence et les tranches de revenu

Tableau 5. Part des dépenses familiales mensuelles en aliments, boissons et tabac par rapport au total des dépenses, selon la localité de résidence et les tranches de revenu

Source : Encuesta sobre ingresos y gastos de las familias del Estado de Veracruz, 1975, Zona X.

42Le revenu familial moyen est de 2 264 pesos par mois dans les localités non urbaines et de 3 067 pesos dans les localités urbaines. Dans les localités non urbaines, 46,96 % des familles qui travaillent dans le secteur agricole reçoivent en moyenne 1 972 pesos par mois, et celles dont le chef de famille est employé dans le bâtiment reçoivent en moyenne 1 215 pesos par mois. Par contre, dans l’industrie, les revenus mensuels s’élèvent à 3 380 pesos pour l’industrie de transformation, et à 3 295 pesos dans le secteur pétrolier (5,4 % des familles). Dans les localités urbaines, le secteur « pétrole » : 3 534 pesos par mois (29 % des familles) ; le secteur « industrie de transformation » : 4 126 pesos mensuls (18 % des familles) ; c’est dans le secteur « gouvernement » (5 398 PESOS par mois) que les revenus sont les plus élevés tandis que les revenus les plus faibles se trouvent dans le bâtiment, l’industrie extractive, les transports et les services.

43Le tableau 5 présente la part des dépenses mensuelles en aliments, boissons et tabac, selon le lieu de résidence et le revenu mensuel des familles. La part élevée des dépenses en aliments, 40 % en moyenne, dénote la faiblesse du niveau général de revenus. Elle atteint 60 % pour les couches de plus bas revenus.

  • 39 Enquête directe à l’Hospital de Concentraciôn de PEMEX, Zona Sur, en août 1979. Nous remercions le (...)

44La population de la zone montre également de graves problèmes de santé. Une enquête effectuée en août 1979 à l’hôpital de Concentraciôn de PEMEX Zona Sur, concernait 77 749 ayants-droit. L’hôpital, avec 107 médecins, donne une couverture médicale gratuite à 8 016 travailleurs de planta, et à 15 073 transitorios et à leurs familles. Les statistiques de l’hôpital39 révèlent que les maladies infectieuses sont très fréquentes parmi ces ouvriers : 40,6 % des actes médicaux concernaient, en 1977, des maladies de l’appareil respiratoire, y compris la tuberculose ; 10,7 % des cas étaient des maladies de l’appareil digestif comme des entérites, colites, diarrhées. Les maladies de carence, avitaminoses, anémies représentaient 20 %. En ce qui concerne la mortalité des années 1976-1978, 21,4 % des décès étaient provoqués par des maladies de l’appareil digestif (infections, parasitoses, diabète, alcoolisme) ; 10,9 % par des maladies cardio-vasculaires et 8 % par des cancers.

45Cet hôpital reçoit donc une population dont la morbidité et la mortalité sont un reflet de mauvaises conditions de vie, en particulier le manque d’hygiène, les logements insalubres et une alimentation malsaine et insuffisante. Les nuisances directement causées par l’industrie pétrochimique sont responsables de la pollution de l’eau, donc des maladies gastro-intestinales, et de la pollution de l’air qui provoque des maladies de l’appareil respiratoire et des tuberculoses.

  • 40 DGAHOP, op. cit., 1978.
  • 41 Conférences écologiques de l’État de Veracruz, Jalapa, 6-10 août 1979.

46La dégradation du milieu physique est évidente. Dans les plantations, 20 000 cocotiers meurent chaque année40. Les pâturages en général se sont sensiblement détériorés ces dernières années. Les lagunes se couvrent d’une couche de plâtre. Le gouvernement de l’État réclame des moyens d’action pour mener contre la pollution, une lutte plus efficace que celle qui relève actuellement du pouvoir fédéral41.

  • 42 El Dictamen, 26 août 1979 ; El Dia, 25 août 1979.

47Les municipalités des zones pétrolières se plaignent des problèmes insolubles posés par l’accroissement massif de la population ; de la hausse incontrôlable des prix, face à une demande disproportionnée par rapport à l’offre, stimulée par le niveau élevé des salaires des travailleurs industriels ; de la lourde charge que représente la construction de chemins, d’écoles, de centres de santé, de réseaux d’assainissement, d’éclairage, d’adduction d’eau. En fait, ni l’État de Veracruz, ni les municipalités, ni même la Fédération ne peuvent faire face à toutes ces obligations. PEMEX et les sections locales du syndicat STPRM se chargent d’une partie de la réalisation des infrastructures. Pendant l’été 1979, le gouverneur de l’État de Veracruz a inauguré un barrage à La Cangrejera, une route Nanchital-Ixhuatlán, des marchés, des supermarchés, une école secondaire, réalisés par les sections 11 et 12 du STPRM. PEMEX a un programme de construction de 11 000 logements fin 1982, pour ses travailleurs42.

  • 43 El Dia, 24 juillet 1979.
  • 44 Excelsior, 24 et 25 juillet 1979.

48Ces réalisations dépendent, bien entendu, de la conjoncture politique locale. Lorsque PEMEX et les pouvoirs locaux s’affrontent, la situation peut devenir critique. On peut citer comme exemple le conflit ouvert entre la municipalité de Ciudad del Carmen (État de Campeche) d’une part, et PEMEX et les compagnies privées mexicaines ou étrangères de la perforation en mer d’autre part. Celles-ci ne paient pas d’impôts à la ville, sous prétexte qu’elles opèrent au large des côtes. Elles se sont aliéné la puissante Fédération des Coopératives de Pêcheurs, à cause des préjudices subis par la pêche de crevettes de Isla del Carmen (43). Pour finir, l’accident de l’Ixtoc de l’été 1979 a mis en évidence l’absence de contrôle sur la pollution maritime, la forte marge d’insécurité liée aux activités de perforation et d’exploitation des plate-formes maritimes, ce qui a provoqué inquiétude et indignation sur les lieux mêmes44.

  • 45 Aguilera et Velázquez Ortiz, op. cit., pp. 14-15.

49Les retombées économiques et politiques de l’industrie du pétrole ne sont donc pas totalement bénéfiques pour la zone où s’implantent les vastes ensembles industriels. Des revenus faibles, occasionnels, l’abandon des activités agricoles, n’assurent à une grande partie de la population qu’un niveau de vie insuffisant. En 1978, 20,6 % de la population active ne disposaient pas du salaire minimum, 20 % occupaient uniquement des emplois occasionnels et 5,4 % étaient sans emploi45. En fait, seule la population ouvrière industrielle profite en priorité des richesses tirées du pétrole.

Conclusion

50La politique de développement économique du Mexique a mis l’accent sur la nécessité d’occuper des espaces régionaux traditionnellement peu utilisés à cause de la concentration des activités les plus dynamiques autour de la ville de México. C’est ainsi que s’explique la relance de l’ancienne zone pétrolière de Minatitlán qui est devenue, depuis une dizaine d’années, le point de plus forte concentration des industries pétrochimiques nationales. Cette région est amenée à devenir un véritable pôle de développement.

51Dans la pratique, la mutation d’une économie essentiellement agricole et d’élevage en une vaste zone industrielle à la pointe de la technologie ne s’effectue pas sans de graves tensions sociales. Plus précisément, la présence d’un noyau de travailleurs permanents des complexes industriels, bénéficiant de revenus élevés et d’une série d’avantages sociaux, s’oppose à une population nombreuse, en grande partie indigène, vivant pauvrement de revenus instables ou occasionnels.

52L’afflux considérable de population migrante vers la zone de Coatzacoalcos-Minatitlán témoigne du désir de la population de bénéficier des nouvelles possibilités qui devraient être offertes dans une zone où la concentration d’investissements industriels lourds est particulièrement importante. Or, une grande partie de ces migrants sont exclus des bénéfices de l’emploi et du bien-être réservés aux seuls travailleurs industriels permanents. Jusqu’ici, le développement d’activités industrielles dans la zone de Coatzacoalcos-Minatitlán passe par le renforcement des inégalités sociales et se traduit dans la pratique par de vives tensions au sein de la population. Les effets « induits » attendus de l’installation des activités industrielles, et qui devaient se traduire par une élévation du niveau de vie général de la population régionale, tardent à se manifester.

Notes

1 Julio R. Moctezuma Ciel, Programa de Puertos industriales, Revista mexicana de la Construcción, mai 1981.

2 Ramos Boyoli, La concentración geográfica del ingreso en el Estado de Veracruz, 1940-1970 ; Dualismo, vol. 1, n° 1, septembre 1971.

3 Dirección General de Asentamientos Humanos y Obras Públicas (DGAHOP), Departamento de Planificación y Desarrollo Urbano y Rural, Región Coatzacoalcos-Minatitlán, Trabajo de Campo, Investigatión social, Jalapa, octobre 1978.

4 Proyecciones del Departamento de Planificación y Desarrollo Urbano, 1977.

5 Enquête ICATEC, S.A. Coatzacoalcos, Veracruz. Plan del Area Metropolitana, 1976.

6 Jacques Soustelle, Les Olmèques, Arthaud, Paris, 1979.

7 Cependant la pêche est victime des projets de développement industriel, comme la construction du complexe pétrochimique de Morelos qui a déplacé les pêcheurs du village d’Allende, et le port industriel del Ostión qui menace les pêcheurs de la Lagune. Voir à ce propos Th. Bouysse-Cassagne, Le bruit de la lagune, histoire de la création d’un port industriel chez les Nahuas de Veracruz, document de recherche du CREDAL, Paris, 1981.

8 Jaime Corredor Esnaola, El significado económico del petróleo en México, Comercio exterior, vol. 31, n° 11, 1981.

9 The Economist, 17 février 1979.

10 De plus, une réduction de 30 % sur le prix des produits énergétiques est accordée dans les zones prioritaires.

11 C’est ainsi que Celanese Mexicana, entreprise transnationale implantée à Cosoleacaque, a obtenu un crédit d’impôt de 70 % sur ses importations, une réduction de l’impôt sur le revenu, la patente et l’impôt sur les marges commerciales. El Día, 2 août 1979.

12 CEPAL. — La evolución económica de América Latina en 1981. Notas sobre la economía y el desarrollo de América Latina. Janvier 1982.

13 Jaime Corredor Esnaola. op. cit.

14 CEPAL. — op. cit. Importations et exportations FOB de la balance des paiements. — Handbook of International Trade and Development Statistics, ONU-ONUCED, 1980.

15 En 1980, les importations de produits alimentaires ont représenté 25 % de la valeur des exportations de pétrole. Financial Times, 17 mars 1981. En 1982, le solde de la balance commerciale devenait positif avec un superavit de 6 800 millions de dollars, étant donné la chute des importations de 50 % due à la crise financière du pays.

16 Uno más uno, 4 septembre 1979.

17 Martinez Ulloa. Le Mexique avait une dette de 38 milliards fin 1979. Financial Times, 29 mai 1979.

18 Banque Interaméricaine de Développement. — Progrès économique et social en Amérique Latine, rapport 1980-1981 ; estimations du secrétariat de la CNUCED, données non publiées, février 1980. Pour 1982, la part du service de la dette était estimée à plus de 40 % des exportations de marchandises. En fait la situation est devenue insoutenable et le Mexique a rééchelonné sa dette en 1982.

19 Petroquimica latinoamericana. — Intégración latinoamericana, août 1981, pp. 88-89.

20 M.L. Aguilera y F. Velásquez Ortiz, Problemática sociodemográfica de la región Coatzacoalcos-Minatitlán, Instituto de Investigaciones y Estudios Superiores Económicos y Sociales, Universidad Veracruzana, Jalapa, 1980.

21 Prévôt-Schapira et Zavala de Cosio, Pétrole, espace régional et pouvoir syndical au Mexique, L’exemple de Coatzacoalcos-Minatitlán, Travail et Société, vol. 6, n° 2, avril-juin 1981.

22 Aguilera y Velásquez Ortiz, op. cit., pp. 10-11.

23 Garantia ante expropriaciones de PEMEX piden los indigenas, Excelsior, 25 juillet 1979.

24 DGAHOP, op. cit.

25 Entrevue avec Mario del Campo Martinez, Présidente Municipal de Cosoleacaque, le 22 août 1979. Le syndicat STPRM contrôle l’embauche de transitorios. Voir M.F. Prévôt-Schapira, Les travailleurs du pétrole, Cahiers des Amériques Latines, n° 20, 1979.

26 DGAHOP, op. cit.

27 Aguilera et V. Ortiz, op. cit., p. 20.

28 Instituto Nacional de Estadística, données non publiées pour 1978. Voir tableau 1 ci-dessus.

29 DGAHOP, op. cit. ; pour l’ensemble de l’État de Veracruz l’accroissement annuel moyen de la population a été estimé pour 1979 à 4,7 %. La population rurale représentait 47 % du total de l’État. Chiffres présentés aux conférences écologiques, Jalapa, 6-10 août 1979.

30 Plan del Area metropolilana de Coatzacoalcos, Instituto mexicano de Desarrollo Regional, México, 1976.

31 DGAHOP, op. cit.

32 M. Nolasco, Ciudades perdidas de Coatzacoalcos, Minatitlán y Cosoleacaque, Centro de Ecodesarrollo, Mexico, Nueva Imagen-CECODES, 1980. Dans ces quartiers vivent 62,7 % migrants ; 33,4 % sont nés hors de l’État de Veracruz, 29,3 % sont nés dans l’État de veracruz. Le reste de la population enquêtée (37,3 %) est né dans les municipes de Coatzacoalcos, Minatitlán et Cosoleacaque.

33 Garantias antes las expropiaciones piden los indigenas, op. cit.

34 Le Monde, 23 février 1980.

35 Th. Bouysse-Cassagne, op. cit., note 7 ci-dessus.

36 Mexico’s farmers take on the power of PEMEX, Financial Times, 28 janvier 1981.

37 Aguilera et V. Ortiz, op. cit., montrent que la somme des emplois de cadres supérieurs et moyens et d’employés administratifs, est passée de 13,1 % de la population active en 1960, à 21,4 % en 1970 et 41 % en 1978.

38 Encuesta sobre ingresos y gastos de las familias del Estado de Veracruze, Instituto de Inves-tigaciones y Estudios Superiores Econόmicos y Sociales, Universidad Veracruzana, Jalapa, 1975.

39 Enquête directe à l’Hospital de Concentraciôn de PEMEX, Zona Sur, en août 1979. Nous remercions les autorités hospitalières et les médecins de leur accueil et des données fournies par notre travail.

40 DGAHOP, op. cit., 1978.

41 Conférences écologiques de l’État de Veracruz, Jalapa, 6-10 août 1979.

42 El Dictamen, 26 août 1979 ; El Dia, 25 août 1979.

43 El Dia, 24 juillet 1979.

44 Excelsior, 24 et 25 juillet 1979.

45 Aguilera et Velázquez Ortiz, op. cit., pp. 14-15.

Table des illustrations

Titre carte 1MUNICIPES DE LA CONURBATION DE COATZACOALCOS — MINATITLAN
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Tableau 1. Population de la Zone Sud estimée en 1978
Légende Las Choapas (municipe créé le 28 XII 1961) : 39 466 habitants en 1970.Source : données non publiées, Institut National de la Statistique.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 55k
Titre Tableau 2. Travailleurs de PEMEX : zone Coatzacoalcos-Minatitlán
Légende 1 P y C. : Proyectos y Construcciones.Source : PEMEX, service du personnel de la zone Sud, Coatzacoalcos ; état au 31 mai 1978.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Tableau 3. Emplois industriels dans la zone de Coatzacoalcos-Minatitlán
Légende Chiffres compilés en août 1978.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 87k
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 308k
Titre Tableau 4. Répartition des familles selon le secteur d’activité du Chef de famille et le revenu mensuel moyen.
Légende Source : Encuesta sobre ingresos y gastos de las familias del Estado de Veracruz, IIESES, Universidad Veracruzana, Zona X.1975.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Tableau 5. Part des dépenses familiales mensuelles en aliments, boissons et tabac par rapport au total des dépenses, selon la localité de résidence et les tranches de revenu
Légende Source : Encuesta sobre ingresos y gastos de las familias del Estado de Veracruz, 1975, Zona X.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2248/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 65k

Auteur

Chercheur au CREDAL. Assistante à Paris X, démographe

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter