Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

III. L'espace vécu

Les foyers industriels et la question de l’emploi

Julio Cesar Neffa

Texte intégral

1Cet article a pour objet de présenter une série de réflexions sur les problèmes créés au niveau local par l’implantation des foyers industriels ou complexes industriels dans le domaine de l’emploi et de la reproduction de la force de travail en Amérique Latine.

2Dans une première partie, nous essayerons de situer historiquement l’apparition des « enclaves », « foyers » et « pôles de développement » dans le cadre du processus d’industrialisation de l’Amérique Latine afin de proposer une méthode d’analyse des problèmes d’emploi répondant à la réalité spécifique des pays de la Région. Dans la deuxième partie, nous analyserons le cas de Las Truchas, au Mexique (Michoacán).

PREMIERE PARTIE

A) Les diverses étapes du processus de développement1

  • 1 Les diverses étapes du processus de développement en Amérique Latine ont été délimitées à partir d (...)

3L’« économie primaire d’exportation » a été le modèle de développement adopté par la plus grande partie des Etats latino-américains après la fin des guerres civiles qui ont suivi la déclaration de l’indépendance politique. Il s’agissait d’une insertion dans la division internationale du travail dessinée par les pays industrialisés du « centre » et notamment par la Grande-Bretagne. Jusqu’à la grande crise des années 1930, les systèmes productifs nationaux vont se spécialiser dans les produits destinés à l’exportation (agriculture, élevage et minerais) contenant très peu de valeur ajoutée, de manière à disposer de devises pour payer les importations des produits manufacturés de biens de consommation durables et non-durables. Pour rendre possible ce modèle, les économies nationales ont ouvert les portes aux investissements étrangers, au commerce et aux migrations internationales. La plus grande partie de ces investissements provenaient de l’Europe et des travaux d’infrastructure économique afin de favoriser l’activité d’exportation. C’est seulement à la fin du xixe siècle que les investissements nord-américains commencent à s’orienter vers les « activités directement productives » et donnent naissance aux premières enclaves (grandes plantations dont la production est destinée exclusivement à l’exportation, exploitation des gisements minéraux, établissements frigorifiques, etc.). Ces enclaves n’impliquaient pas une transformation manufacturière à l’intérieur des pays car tout « l’effet industrialisant » était exporté. L’impact sur l’économie régionale a donc été pratiquement nul. Au niveau national, le bénéfice était l’apport de devises et le paiement des impôts fixés dans les contrats (rédigés de manière à favoriser les pays du « centre »). Le nombre d’emplois créés était réduit, en partie parce que les technologies employées étaient de nature « intensives en capital ». Comme l’activité des enclaves ne s’articulait pas avec la production du reste de l’appareil productif, les effets directs, indirects et induits sur la production et sur l’emploi ont été faibles. Dans la totalité des cas, la propriété du capital des enclaves était d’origine étrangère.

4La crise des années 1930 a signifié la fin d’un modèle centré sur l’influence dynamique du commerce extérieur. La chute du volume et des prix à l’exportation, l’arrêt des investissements étrangers et des migrations internationales ont coïncidé avec la perte d’influence de la Grande-Bretagne et avec la montée de celle des Etats-Unis.

5La phase de croissance vers l’extérieur a été suivie par une autre de croissance vers le marché intérieur, l’industrialisation par substitution d’importations (ISI), qui dans les pays du Cône Sud, le Brésil et le Mexique, a été stimulée par les effets de la première guerre mondiale. L’oligarchie foncière, ou bourgeoisie agraire selon les cas, n’a pas empêché l’ISI dans la mesure où elle concernait les biens de consommation utilisant les ressources nationales d’origine primaire, et sans faire concurrence aux pays industrialisés principaux destinataires des exportations.

6La réduction de la capacité à importer, conséquence de la diminution du montant des devises produites par l’exportation, a obligé les gouvernements à protéger l’industrie nationale à travers la fixation des quotas d’importation, l’augmentation des droits de douane ou l’interdiction d’importer des biens considérés non indispensables.

  • 2 Sur la nature et la signification des entreprises transnationales (ETN), nous conseillons la lectu (...)

7Un marché intérieur se développe grâce à une demande insatisfaite de produits manufacturés accentuée par l’influence de l’« effet de démonstration » résultat de la composante migratoire de la population urbaine ; par ailleurs, l’accroissement de la population active employée dans l’industrie manufacturière a augmenté la demande solvable. De nombreuses petites et moyennes industries à capital national et des entreprises transnationales se sont implantées : les premières en direction des biens de consommation non durables et les deuxièmes pour satisfaire le marché des biens de consommation durables, mais cette « division du travail » n’était pas très rigide. Les ETN ont donc profité d’un « marché captif », de l’existence d’une force de travail abondante et bon marché, de l’accès aux ressources naturelles dans des conditions favorables et il faut ajouter que les ETN envisageaient déjà à cette époque l’exportation vers les pays de la région2.

8L’industrie des biens intermédiaires, et notamment la sidérurgie, indispensable au développement des industries de biens de consommation a été, en règle générale, installée par l’Etat. Les montants des investissements nécessaires et la longue « période de maturation » ont été acceptés comme contrepartie de la garantie pour la « sécurité nationale » qu’apportaient « les industries de base » sans lesquelles le processus de substitution serait bloqué.

  • 3 Sur le thème des complexes industriels, pôles de développement et foyers industriels, il faut se r (...)

9Les effets directs, indirects et induits par l’industrie de base ont été, sans doute, plus grands que ceux des enclaves, bien que les effets d’entraînement vers l’aval et vers l’amont n’aient pas atteint les objectifs visés : les importations des biens intermédiaires n’ont pas été intégralement substituées, l’industrie des biens de capital n’est pas totalement implantée à cette époque, les coûts de production ont été élevés par rapport au marché international et le nombre des nouveaux emplois créés a été relativement faible à cause des caractéristiques des technologies utilisées et l’indivisibilité des investissements. Comme résultat, on peut dire que l’industrie de base dans ces conditions n’a pas constitué le noyau des complexes industriels et, moins encore, celui des « pôles de développement »3.

10Au fur et à mesure que le processus de substitution avançait dans le domaine des biens de consommation et, en partie, des biens intermédiaires, la dépendance pour la création des biens de capital, des nouvelles technologies, et des capitaux devenait plus grande. Les goulets d’étranglement au niveau de la balance de paiements ont imposé des modifications dans le modèle de développement, c’est-à-dire le recours au capital étranger pour assurer sur place la production des biens de consommation durable et des biens de capital. Dans les années récentes, le montant de la dette extérieure va encourager, d’une part, les exportations manufacturées « non-traditionnelles » et, d’autre part, l’ouverture des barrières douanières pour les importations industrielles. Le résultat de tous ces changements est un processus complexe de restructuration industrielle caractérisé par la concentration de la production (et la faillite de nombreuses petites et moyennes industries où prédomine le capital national), la pénétration des entreprises transnationales dans les secteurs stratégiques et les plus rentables du système productif, la forte emprise du capital étranger sur le système financier, la concentration des revenus au détriment des salariés, et l’augmentation du chômage ouvert et du sous-emploi.

11De plus en plus, les pays les plus industrialisés de l’Amérique Latine doivent consacrer une partie croissante de leurs exportations à payer les services de la dette extérieure, dette dont le montant a atteint des chiffres jamais imaginés.

12C’est au milieu des années 1960-70 que la notion de « pôle de développement » commence à être utilisée en Amérique Latine, comme un instrument d’une politique destinée à réduire les déséquilibres régionaux. Mais cette notion avait été formulée à partir de l’expérience des pays industrialisés. Par contre, en Amérique Latine les « changements mentaux et sociaux » qui, dans la pensée de François Perroux, devaient précéder le « take-off », ne s’étaient pas toujours produits. L’objectif du développement n’était pas celui de couvrir les « coûts de l’homme » (appelés aujourd’hui besoins essentiels) mais celui de la logique de production et d’accumulation de type capitaliste. Les « industries industrialisantes » et les « industries motrices » ne pouvaient pas exercer des effets d’entraînement sur leur environnement et intensifier les échanges inter-industriels par manque d’infrastructures économiques, d’une politique économique adéquate et à cause de l’inégale répartition des revenus. Le « milieu de propagation » des effets d’entraînement n’existait que d’une manière précaire, à cause de la présence des diverses formes d’organisation des activités économiques et de la segmentation des marchés.

13Au lieu de cette notion de « pôle de développement », celle des « complexes industriels » fut alors proposée. Ces complexes industriels (notion très proche des « foyers industriels ») s’articulaient autour des industries de base composées par des capitaux d’état seuls ou en association avec les entreprises transnationales. Quand le complexe en entier est en fonctionnement, les échanges entre les diverses entreprises peuvent prendre une grande dimension, mais les effets sur les économies régionales sont généralement réduits. Les produits sont destinés aux grands centres de consommation, et les entreprises transformant ces biens intermédiaires sont situées très souvent loin du complexe. Pendant la période de la construction, les complexes exigent une forte mobilisation de la force de travail en provenance des autres régions, mais, une fois la construction finie, le nombre d’emplois directement productifs offerts par les entreprises du complexe est relativement faible, à cause des technologies employées et de l’« exportation » de sa production vers d’autres régions ou d’autres pays où se fera la transformation manufacturière.

14L’implantation des complexes industriels exige, dans un premier temps, une force de travail qualifiée dont le nombre dépasse les disponibilités locales, d’où le déclenchement d’un mouvement multiple : l’accélération des mouvements migratoires internes, les efforts considérables pour assurer la formation professionnelle, l’accroissement des salaires nominaux et une forte mobilité de la force de travail entre les entreprises du complexe. Ces complexes, en même temps qu’ils permettent d’augmenter la production industrielle nationale, peuvent créer ou approfondir des déséquilibres régionaux, et accentuer l’hétérogénéité structurelle du système productif. Ce paradoxe dérive précisément de la forte participation de l’Etat de manière directe et indirecte, au moment de la prise des décisions ou de la construction des infrastructures économiques et sociales, et à travers des entreprises d’Etat ou en association avec des entreprises transnationales dès le fonctionnement du complexe.

B) Les méthodes d’analyse des structures de l’emploi

15C’est seulement vers la fin des années 1960 que les problèmes de l’emploi ont commencé à être étudiés d’une manière systématique en Amérique Latine. Mais les notions théoriques et les méthodologies utilisées étaient le fruit d’un transfert et non pas une élaboration à partir de la réalité.

16Au cours de la décennie 1970-1980, les progrès ont été notables en ce qui concerne les connaissances sur les structures de l’emploi et le fonctionnement du marché du travail, mais l’étude ne faisait que commencer autour des implications des diverses politiques économiques en matière d’emploi. Les recherches faites par le PREALC et par le Bureau International du Travail, de même que par les Directions Nationales de l’Emploi des pays les plus dynamiques ont mis en évidence la spécificité de la réalité latinoaméricaine et ont remis en question les approches traditionnelles. Presque sans exception, l’emploi a été considéré comme une variable dépendante du fonctionnement du système productif, et non pas comme « la variable objectif ».

17Deux approches ont fortement influencé, jusqu’à la fin de la dernière décennie, les responsables des politiques de l’emploi. La première part de l’hypothèse de l’homogénéité du système productif à l’intérieur duquel existerait une nette division technique du travail et où la relation salariale constituerait le mode généralisé de mobilisation de la force de travail. Par conséquent, les structures d’emploi pouvaient être étudiées à travers une matrice « branches d’activité-professions », et les ajustements à faire au fonctionnement de concurrence pure et parfaite du marché seraient basés sur les variations des salaires. La deuxième approche est caractérisée fréquemment de « dualiste » : dans l’économie, il y aurait deux grands secteurs : l’un moderne, urbain et industriel, et l’autre traditionnel, rural et agricole. Le deuxième secteur serait largement majoritaire du point de vue de la force de travail occupée, et constituerait un « frein » au développement du pays. Cette deuxième approche nie l’existence du chômage ouvert reconnaissant seulement celle du sous-emploi, et assigne aux migrations du secteur traditionnel vers le moderne le rôle décisif pour augmenter la productivité marginale et amorcer le processus du développement.

18Mais la réalité et des recherches récentes ont mis en cause les deux approches. D’une part, le marché du travail ne fonctionne pas en conditions de concurrence pure et parfaite, et les activités de type capitaliste (employant une force de travail salariée soumise à la division technique du travail) n’emploient pas la majorité de la population active. Ces activités exercent un rôle dominant sur le reste du système productif, mais n’ont pas réussi à éliminer les activités non capitalistes. D’autre part, l’hétérogénéité structurelle n’empêche pas l’articulation entre les activités capitalistes et les non-capitalistes au profit des premières, et l’évidence du sous-emploi n’enlève pas l’importance du chômage ouvert. Finalement, il n’est pas possible d’éviter l’étude des conséquences de l’insertion dans la division internationale du travail de l’appareil productif des pays sous-développés.

  • 4 Le contenu de cette partie est développé à partir des idées exprimées par l’auteur dans : Enfoques (...)

19L’analyse de l’emploi à partir de la notion des « formes d’organisation des activités économiques » peut constituer un apport considérable, spécialement pour étudier les cas des complexes industriels. Ces formes d’organisation des activités économiques seraient le résultat de la combinaison spécifique d’un procès de travail et de la division du travail correspondante, avec les mécanismes de détermination des formes et degrés de mobilisation de la force de travail. Les auteurs qui ont le plus avancé dans cette ligne de recherche sont Paulo I. Singer et Jacques Freyssinet4.

20Nous faisons l’hypothèse que les problèmes de l’emploi dans complexes industriels peuvent être expliqués en partie sur la base de ces « formes d’organisation des activités économiques » élémentaires (les activités d’autosubsistance, la petite production marchande, l’administration publique et les entreprises) qui se combinent d’une manière durable, se complètent tout en engendrant aussi des contradictions.

DEUXIÈME PARTIE

A) La situation de l’emploi au Mexique

  • 5 Comisión Consultiva del empleo, Secretariado Técnico : Dirección del Empleo, UCECA, Secretaría de (...)

21Pour la rédaction de cette section, nous utiliserons les sources statistiques fournies par la Direction Générale de l’Emploi5 du Secrétariat d’Etat au Travail et la Prévision Sociale du Mexique.

22Entre 1950 et 1970, la population totale du Mexique est passée de 25,791 millions d’habitants à 50,694, c’est-à-dire à un rythme s’accélérant progressivement : 3,08 % entre 1950 et 1960, et 3,8 % entre 1960 et 1970). A ce rythme, l’année 2000 verra le Mexique avec 131,704 millions d’habitants.

23La population active s’accroît plus lentement. Elle passe de 8,346 millions en 1950 à 13,647 en 1970, et le taux de croissance a tendance à diminuer : 2,3 % pour 1950-60 et 2,2 % entre 1970 et 1980. Depuis 1970, la population de plus de 12 ans s’accroît plus rapidement que le reste.

24Le processus d’urbanisation s’est accéléré depuis 1950, et la population urbaine passe de 42,59 % à cette date, à 58,70 % en 1970, ce qui implique un taux annuel de 5,11 ° % pour la population urbaine et 1,75 ° % pour la population rurale.

25Les trois grands secteurs de la population active ont évolué de la manière suivante :

Source : DGE du STPS du Mexique

26A l’intérieur du secteur secondaire, l’emploi dans l’industrie manufacturière a augmenté en termes absolus et relatifs, s’élevant de 12,3 % en 1950 à 19,3 % en 1970, mais se stabilisant à partir de cette date.

27La dimension des problèmes de l’emploi dérive de la constatation de l’augmentation du chômage et du sous-emploi comme le montre ce tableau :

Source : DGE du STPS du Mexique

28La plus grande partie du sous-emploi se trouve dans le secteur rural (66,5 % du sous-emploi total), mais il existe aussi dans le secteur urbain dans la mesure où le « secteur informel urbain » est très important.

  • 6 Les données sur la structure des unités productives et sur l’emploi ont été tirées de : Fernando F (...)

29L’industrie mexicaine est fortement concentrée : 34 % du total des établissements industriels, produisant plus de 50 % de la valeur ajoutée du secteur, se trouvent dans l’Etat de Mexico et dans le District Fédéral, et emploient 43 % du personnel total. Les entreprises employant jusqu’à 5 travailleurs représentaient en 1975, 59 % des établissements, 2 % de la valeur ajoutée et 6 % du personnel rémunéré, tandis que les entreprises de plus de 500 travailleurs, assurent plus de 42 % de la valeur ajoutée par l’industrie. La presque totalité des entreprises étrangères industrielles sont de grande dimension : 1 016 d’entre elles (c’est-à-dire 0,8 % du total en 1970), représentaient 33 % des investissements, 33,4 % de la valeur ajoutée par l’industrie, 18,2 % du personnel employé et payaient 29 % du total des rémunérations. Les entreprises étrangères étant de grande dimension, l’intensité du capital et la productivité apparente du travail étaient plus fortes que pour l’ensemble. La relation entre les rémunérations salariales et la valeur ajoutée diminuait à mesure que la dimension des entreprises augmentait6.

  • 7 Secretaría de Trabajo y de Previsiόn Social. — Programa National de Empleo (1980-1982), Proyecto, (...)

30Dans ces conditions, on comprend facilement que le Programa Nacional del Empleo (1980-82) propose l’adoption de mesures de politique économique qui ne donnaient pas la priorité à la construction des complexes industriels. Pour le secteur industriel, les objectifs en matière d’emploi ont été les suivants7 :

  • promotion renforcée de la production des biens de consommation destinés à satisfaire les besoins essentiels de la population ;
  • approfondi le processus sélectif de substitution d’importations à partir d’une plus grande intégration de la production des biens intermédiaires et des biens de capital, articulés avec l’expansion des « biens de base » et l’augmentation de la productivité ;
  • rationaliser l’utilisation des ressources productives et orienter leur usage afin de promouvoir le développement des secteurs prioritaires et l’obtention d’une valeur ajoutée plus importante dans la transformation manufacturière ;
  • induire un processus de décentralisation industrielle afin d’élargir l’emploi des ressources régionales, la création de nouveaux postes de travail, la formation des ressources humaines, l’appui à la petite et moyenne industrie et l’élévation du niveau économique des régions les plus arriérées ;
  • combattre les tendances à la concentration du marché et promouvoir l’équilibre entre la grande industrie, d’une part, et la petite et moyenne industrie, d’autre part.

31Dans cette perspective, les emplois dans l’industrie devaient s’accroître au taux de 3,9 % annuel et la priorité a été donnée aux biens de capital étant donné sa forte capacité à créer des emplois.

32D’une manière indirecte, la politique d’emploi n’avait pas assigné un rôle très important à l’industrie des biens intermédiaires ou de base : c’étaient les industries de biens de consommation et les industries de biens de capital qui étaient les plus créatrices de nouveaux emplois.

B) Le complexe industriel de Lázaro Cárdenas (Etat de Michoacán)

  • 8 DIMEX. — La « Microregión del Puerto Industrial de Lázaro Cárdenas », comprend seulement deux muni (...)
  • 9 Les travaux qui ont été utilisés pour la rédaction de cette partie sont les suviants :
    Francisco Za (...)

33Les effets de ce complexe industriel sur l’emploi sont étudiés à deux niveaux : l’un plus restreint (DIMEX) et l’autre plus large (CONURBAL)8. L’évolution est plus nette si on l’inscrit dans des étapes historiques bien délimitées9.

1. La situation qui précédait l’implantation du complexe

34Deux zones peuvent être identifiées facilement au niveau du CONURBAL : la sierra et la costa. La sierra (Madre del Sur) plus abrupte dans l’Etat de Guerrero, et moins élevée dans l’Etat de Michoacán, permet l’existence de quelques vallées. Les deux activités économiques les plus importantes sont l’agriculture et l’élevage. L’élevage était extensif, et l’agriculture saisonnière (maïs, légumes, fruits tropicaux, haricots). Sur les 10 % de la surface totale utilisable, le quart était destiné à l’agriculture et le reste à l’élevage. Les terres étaient pauvres et en plus soumises à l’érosion parce que la technique utilisée pour étendre la surface cultivable est la culture sur brûlis. L’augmentation de la production agricole entre 1950 et 1960 s’explique par l’incorporation de la force de travail et non pas à cause de la mécanisation ou de l’augmentation de la productivité du travail. Dans la sierra, les formes d’organisation des activités économiques prédominantes étaient : les activités d’autosubsistance, la petite production marchande et quelques entreprises capitalistes de petite et moyenne dimension. La production agricole de « la sierra » était handicapée par les difficultés de transport vers les centres de consommation. Donc, la plus grande partie de la production était consommée sur place.

35Par contre, sur la côte, l’agriculture était aussi extensive, mais bénéficiait de meilleures terres et de la possibilité d’irrigation artificielle. L’agriculture était spécialisée : cocotiers et fruits, les deux produits destinés prioritairement à « l’exportation » hors de la région. Les formes prédominantes étaient les entreprises capitalistes, la petite production marchande et très rarement les activités d’autosubsistance.

36En 1950, 90 % de la population de CONURBAL était agricole, et jusqu’en 1970 aucune industrie d’une certaine envergure n’était enregistrée.

2. La formulation du Projet SICARTSA

37L’existence de grandes réserves de minerais de fer, a attiré l’attention des pays les plus industrialisés et notamment les Etats-Unis, depuis le début du xixe siècle. Une série d’entreprises liées à la Bethleem Steel Corporation s’est constituée dans le but de se réserver les droits à l’exploitation des mines, mais périodiquement les autorités déclaraient la caducité des concessions à cause du retard des opérations. C’est en juillet 1948 que les mines sont transférées au patrimoine de la Comisión de Fomento Minero suivant les propositions de la « Comisión Tepalcatepec » pour faire une grande aciérie. Les premières études furent commandées à l’entreprise Krupp (RFA) afin de poursuivre deux étapes : la première d’une capacité annuelle de 250 mille tonnes et la deuxième de 500 mille tonnes.

38La forte influence nationaliste du Général Lázaro Cárdenas et de ses amis a empêché des industriels privés, liés aux capitaux transnationaux, de faire des concessions. La décision prise par les autorités sera la transformation du fer par des entreprises nationales et de préférence d’Etat. La décision concernant la localisation fut prise par le Président Luis Echeverria en août 1971 ; les critères nationaux et sectoriels ont été retenus de préférence aux intérêts liés au développement régional ; par ailleurs, la construction de l’établissement près de la mer fut justifiée par la réduction des coûts de production et de transport et par une localisation favorisant les exportations éventuelles même si cela réduisait la surface des meilleures terres irrigables de la côte.

39La volonté industrialisante de l’Etat à cette époque avait fait de cette grande aciérie un symbole d’indépendance nationale et le point de départ pour l’implantation d’un vrai « pôle de développement ». En plus, la présence de l’Etat dans cette branche signifiait l’amorce d’un processus de décentralisation, de développement régional, et de contrôle sur une activité très monopolistique. Mais il faut ajouter que l’importance des facteurs « sociaux » liés à l’emploi et à la reproduction de la force de travail n’a pas été reconnue.

40Le Projet SICARTSA était conçu en 4 étapes. La première a été accomplie dans les délais prévus, tandis que la deuxième a commencé avec plusieurs années de retard ; elle est encore à l’étape de la réalisation. A la fin de la deuxième étape, la capacité installée devait s’élever jusqu’à 3 650 000 t par an, et la production devait aussi comprendre les produits plans susceptibles d’être utilisés comme inputs pour l’industrie de transformation. Si les prévisions sont accomplies, vers l’année 2000, SICARTSA aura permis au Mexique d’augmenter la production d’acier à 10 millions de tonnes.

3. Les répercussions de la première étape de SICARTSA

41Plus de 1 700 ha des meilleures terres ont été expropriées, et, comme les indemnités ont été payées généreusement, les propriétaires n’ont pas protesté. Mais le résultat a été, d’une part, la difficulté à rentabiliser les investissements faits dans le domaine de l’irrigation, et, d’autre part, une tendance à la concentration de la propriété de la terre dans la zone de la côte, et à l’augmentation du nombre des paysans pauvres.

42Dans la sierra, les activités d’autosubsistance vont continuer à exister, se combinant très souvent avec la petite production marchande pour donner lieu à des entreprises agricoles familiales permettant la mobilisation de la force de travail dans les moments difficiles. Les prévisions pour étendre la surface cultivable ont conduit à la destruction de la forêt, et, par conséquent à la détérioration et à l’érosion des terres. A cause de la destructuration de l’économie agricole, des paysans ont dû rechercher un travail salarié dans les activités de construction du complexe.

43La situation sera différente sur la côte. Les entreprises de type capitaliste se sont consolidées, se spécialisant encore plus dans la production destinée à l’extérieur de la région. Le processus des migrations vers Lázaro Cárdenas va rendre plus chère la force de travail et encouragera l’introduction du machinisme agricole, l’utilisation des engrais en même temps que l’intensification du travail pour obtenir une augmentation de la productivité.

44L’ancien équilibre démographique a été profondément bouleversé. La population de CONURBAL a évolué de la manière suivante :

Source : Comisión Conurbación del Rio Balsas, op. cit. José Azueta y Lázaro Cárdenas sont les Municipalités qui ont reçu le nombre le plus grand de migrants. La population habitant les villes de plus de 5 000 habitants va s’accroître entre 1970 et 1978 de 20 % du total jusqu’à 68,8 %. La population va se déplacer vers la mer, se concentrant sur la côte au détriment de la sierra :

Répartition de la population de CONURBAL par sous-régions

Source : Comisiόn de la Conurbación del Río Balsas, op., cit.

45Comme la plus grande proportion des migrants sont des jeunes, on constate un élargissement de la base de la pyramide démographique. Mais plus de 20 % des migrants n’habitent pas avec leur famille et 75 % de ce groupe n’envisageaient pas de la faire venir à cause des mauvaises conditions de vie.

46La majorité des migrants expliquent leur déplacement par des « facteurs d’expulsion » qui prédominaient dans les zones rurales : manque de travail, mauvaises conditions de travail et de vie, faibles rémunérations. Seulement 26,4 % des migrants avaient une offre d’emploi avant d’arriver à Lázaro Cárdenas.

47La population active par grands secteurs a évolué comme suit :

Source : Comisión Consultiva del Empleo y la Productividad, op. cit. Les migrants en provenance de la sierra ont trouvé facilement du travail dans le bâtiment mais une fois finie la construction de SICARTSA et des infrastructures directement liées à la sidérurgie, ils ont dû choisir entre plusieurs possibilités : retourner à la sierra et aux activités agricoles ou d’élevage, suivre l’entreprise de construction vers d’autres régions, chercher du travail « informel » dans la ville, ou tenter leur chance en émigrant vers les USA.

48Comme sur la côte, les cultures vivrières ont été déplacées au profit des cultures industrielles pour l’exportation ; les aliments d’origine agricole doivent être importés des autres municipes et des états voisins, provoquant une accélération du processus inflationniste.

49Les conditions de travail se sont fortement détériorées pendant la construction de SICARTSA et après sa mise en opération. Plus de 27 % des travailleurs faisaient 51 heures de travail. Seulement 55,1 % avaient accès à une forme quelconque de sécurité sociale. 48 % des « chefs de famille » n’avaient pas de contrat de travail stable, pourcentage encore plus grand (62,8 %) pour ceux qui ne sont pas « chefs de famille ». La précarisation de l’emploi est devenue la règle à travers le recours au travail temporaire et le développement de la sous-traitance.

50Les salaires payés par SICARTSA sont plus élevés que dans les autres entreprises de la région et que pour l’ensemble national de l’industrie sidérurgique. De cette manière, SICARTSA peut attirer la force de travail employée dans les autres entreprises. Mais de toutes façons, le coût de la vie est plus élevé à Lázaro Cárdenas qu’ailleurs.

51La plus grande partie des centres de santé est implantée dans les villes mais celles-ci représentent environ un tiers du total des centres urbains. Les maladies les plus fréquentes sont les parasitoses, les maladies respiratoires et gastro-intestinales, les maladies de la peau, et l’alcoolisme. Les enfants à l’âge scolaire sont fortement atteints par la malnutrition et les anémies. Les deux tiers de la population n’ont pas accès direct à l’eau potable et habitent dans des zones sans électricité, sans service de drainage des eaux ni de ramassage des ordures ménagères.

52Bien que le nombre et le pourcentage des alphabétisés aient fortement augmenté, les problèmes à résoudre sont encore énormes. L’éducation préscolaire est à ses débuts ; comme elle est concentrée à Lázaro Cárdenas, elle ne facilite pas l’entrée des femmes sur le marché du travail. L’école primaire souffre, d’une part, d’un nombre insuffisant de maîtres et de personnel auxiliaire, et, d’autre part, de la précarité des infrastructures. La désertion scolaire est très forte, et les « rendements » sont faibles à cause des problèmes mentionnés et de l’influence de la malnutrition. Au niveau de l’école secondaire, le problème s’est aggravé à cause de la forte demande de force de travail qualifiée, d’une part, et, d’autre part, parce que la population scolarisable a augmenté plus vite que les possibilités d’accueil. Il est difficile d’arrêter les courants migratoires de la force de travail qualifiée étant donné ce déficit. Au niveau de CONURBAL, les établissements d’éducation supérieure n’existent pas.

53En matière de logement, la situation n’est pas satisfaisante. INFONAVIT, le Fideicomiso Lázaro Cárdenas et SICARTSA ont construit des logements avec la particularité que ceux destinés aux cadres de SICARTSA restent en bonne partie vides, tandis que les ouvriers rencontrent encore des difficultés à en obtenir. Les logements destinés aux ouvriers présentent des problèmes de qualité, de ventilation et de dimension. Au moment de commencer la deuxième étape de SICARTSA, la plus grande proportion de ses travailleurs ont résolu le problème de logement, mais par contre les problèmes concernant les travailleurs de la construction (BTP) dépassent les disponibilités offertes par le Campamento Obrero de Guacamayas.

4. Situation actuelle et répercussions futures

54Les travaux d’infrastructure pour la construction du port et les installations pour la deuxième étape de SICARTSA sont actuellement en construction. L’ampleur des investissements dépasse largement non seulement les précédents mais aussi les prévisions réalisées avant les dévaluations.

55A court et moyen terme, un certain nombre d’entreprises vont commencer à fonctionner et à constituer vraiment le complexe industriel :

  • la deuxième étape de SICARTSA devrait commencer à opérer en 1985, produisant un million et demi de tonnes de plaques d’acier,
  • le groupe industriel NKS et l’Empresa Construcciones y Equipos Latino-americanos, consacrés à la production d’aciers spéciaux et des biens d’équipements pour les forages pétroliers,
  • la Productora Mexicana de Tuberia, avec une capacité de production annuelle de 400 000 t de tuyaux d’acier sans couture,
  • engrais, sur la base des 7 entreprises de FERTIMEX,
  • un chantier naval afin de construire des bateaux pouvant atteindre 120 m de long et plus de 80 000 t.

56Une série de grandes entreprises a prévu de s’implanter à Lázaro Cárdenas, mais les décisions définitives n’étaient pas encore prises pour ce qui concerne :

  • le ciment, les vitres, les matériaux pour la construction ;
  • les établissements pour le traitement du bois, et les agglomérés ;
  • le montage des produits électriques et électroniques ;
  • les usines pour la production de benzol, peintures, goudron ;
  • la fabrication d’explosifs.
  • 10 Les travaux qui ont été utilisés pour la rédaction de cette partie sont les suviants :
    Francisco Za (...)

57Le Comité Técnico de Planificación de Recursos Humanos dans une étude récente : « Proyecto para la Planificación de Recursos Humanos »10 a établi une série de prévisions sur l’avenir du complexe. La population, dans l’hypothèse la plus basse, devrait passer de 37 553 en 1970 à 119 420 en 1982, 537 455 en 1985, 561 863 en 1990 et 1 055 177 l’année 2000 pour le DIMEX. La population urbaine de CONURBAL évoluerait de 98 952 habitants en 1976 à 495 814 l’année 2000. Ces prévisions ont été faites afin de répondre aux besoins en matière d’emploi des entreprises du l, estimées ainsi :

Source : Comisión Consultiva del Empleo y la Productividad, op. cit.

58L’accroissement le plus fort de la demande se produirait au cours de la période 1982-1985. Les taux de croissance annuelle estimés sont de 22,9 % pour le total des catégories socioprofessionnelles mais pour les « professionnels » et des techniciens de niveau moyen, ils sont encore plus forts. Dans l’hypothèse de calcul avec productivité variable, à long terme, plus de la moitié de la population active sera constituée par du « personnel qualifié », tandis que la proportion du personnel non-qualifié se réduira de manière sensible.

59L’analyse par branches indique l’importance des activités de la construction malgré une nette diminution du nombre des emplois. Par contre, l’industrie sidérurgique, l’industrie des biens de capital et la transformation de l’acier vont accroître la demande de force de travail en termes absolus et relatifs.

60Les prévisions sur le fonctionnement du marché de travail dans le long terme doivent être très prudentes, étant donné les difficultés que traverse l’économie mexicaine, les conséquences de la crise internationale, et les répercussions du progrès technologique.

61Nos hypothèses sont les suivantes :

62— la structure de la population va changer profondément parce que la proportion des jeunes va s’accroître et que la majorité d’entre eux aura une origine migratoire. La demande de force de travail dépasse largement les disponibilités actuelles du DIMEX ; donc, le déficit devrait être couvert par les autres municipes et les états voisins ;

63— la zone de sierra va voir partir la population jeune, attirée par les offres de travail et les salaires des activités de la construction ;

64— la côte va subir les inconvénients de la réduction de la surface cultivable due à la forte urbanisation, et cela va s’accompagner d’une accélération de la mécanisation. Les différences de salaires avec les activités urbaines et les difficultés à remplacer la force de travail migrante va pousser vers la mécanisation et l’intensification du procès de travail pour augmenter la productivité et par ce biais le taux de plus-value ;

65— l’économie paysanne sera donc destructurée. Les activités du complexe industriel vont mobiliser une partie de la force de travail jusqu’alors investie dans des activités d’autosubsistance et dans la petite production marchande. Les paysans et les ejidatarios pauvres vont devenir les salariés précaires et temporaires dans les activités capitalistiques rurales ou dans les activités urbaines, notamment les BTP à cause du faible niveau de qualification requis. Étant donné le caractère temporaire de ces activités, une fois les travaux finis, ces travailleurs vont se déplacer en suivant « leur » entreprise, si celle-ci peut leur offrir du travail. Dans le cas contraire, l’alternative offerte serait : soit retourner à l’agriculture, soit s’insérer dans le « secteur informel », soit migrer vers les USA ;

66— l’intensification du travail productif sera la tendance prédominante à l’intérieur des entreprises industrielles du complexe. Le procès de travail va adopter progressivement les modalités propres du taylorisme-fordisme implicites dans la technologie transférée avec les biens d’équipement. La détérioration des conditions de travail qui en sera la conséquence, va s’ajouter aux problèmes posés par les mauvaises conditions de vie, et tout cela va mettre en cause la reproduction de la force de travail :

67— les formes d’organisation des activités économiques de type capitaliste vont essayer d’assurer le processus d’accumulation du capital et sa valorisation par divers moyens : d’une part, l’échange inégal au détriment de l’agriculture, d’autre part, la constitution d’une armée industrielle de réserve nécessaire pour les tâches de nature temporaire, et finalement la dévalorisation de la force de travail des migrants ;

68— l’hétérogénéité structurelle engendrée dans le secteur productif va se refléter à l’intérieur de la population active, en matière de stabilité dans l’emploi, salaires, œuvres sociales, etc. La segmentation du marché de l’emploi va donc se consolider. Par conséquent, les organisations syndicales de type traditionnel ne pourront pas contrôler totalement le mouvement ouvrier comme c’est la cas dans la plus grande partie des entreprises de grande dimension. Les revendications syndicales vont inclure les conditions générales de vie et déborderont donc le champ étroit des relations professionnelles pour revêtir une dimension politique.

AUGMENTATION DE LA DEMANDE DES RESSOURCES HUMAINES
Source : Comisión Consultiva de Empleo y Productividad

AUGMENTATION DE LA DEMANDE DES RESSOURCES HUMAINESSource : Comisión Consultiva de Empleo y Productividad

RÉFLEXIONS ET PERSPECTIVES

691. Dans les pays « semi-industrialisés » de l’Amérique Latine, les conditions ne sont pas réunies pour implanter de vrais « pôles de développement », les contraintes les plus fortes étant l’hétérogénéité structurelle, la coexistence de plusieurs formes d’organisation des activités économiques soumises à la domination des activités de type capitaliste qui n’ont pas réussi à se généraliser à l’ensemble de l’économie, ainsi que la nouvelle insertion dans la division internationale du travail dans la phase d’internationalisation du capital.

702. Les « enclaves » continuent à exister dans le secteur agricole et dans les mines, mais elles sont de plus en plus rares dans l’industrie manufacturière.

713. Les limites rencontrées dans le processus d’industrialisation par substitution des importations ont obligé les autorités responsables de la politique économique, d’une part, à ouvrir les portes aux capitaux et aux technologies étrangères, et, d’autre part, à assigner un rôle important à l’État dans le domaine de l’industrie de base, c’est-à-dire dans les complexes industriels articulés autour d’elles.

  • 11 Cf. F. Germe et Michon qui ont beaucoup insisté sur la façon dont le capital modèle la force de tr (...)

724. Cette action de l’État a été justifiée par plusieurs raisons : pour casser le goulet d’étranglement de la croissance industrielle, pour réduire les importations des biens nécessaires afin d’assurer la « sécurité nationale », pour déconcentrer la production manufacturière et renforcer le développement régional), pour exporter et obtenir des devises afin de faire face à l’endettement extérieur, pour diminuer le pouvoir de la bourgeoisie industrielle associée aux entreprises transnationales, pour conquérir une marge d’autonomie plus grande dans la définition de son propre « style de développement ». Mais il est encore rare que le problème de l’emploi et de la reproduction de la force de travail figure parmi les objectifs prioritaires. L’emploi est considéré simplement comme une variable « dépendante » dont le volume et la qualification doivent être assurés par la mobilisation et la mobilité de la force de travail, après avoir été soumise au processus de « modelage »11.

735. Les complexes industriels — à la différence des « pôles de développement » — répondent à une logique exclusivement nationale et sectorielle et leurs objectifs sont fixés sans tenir compte, d’une manière prioritaire, des besoins régionaux.

746. Les impacts des complexes industriels sont différents selon qu’on les considère à moyen ou à long terme. La substitution des importations de quelques produits finaux a été acquise, mais en même temps des pressions sont nées pour l’importation des biens d’équipement et des technologies, qui deviennent de plus en plus indispensables. L’intégration de la structure industrielle est, au niveau national et sectoriel, plus grande qu’avant sa mise en opération ; mais à cause de l’hétérogénéité structurelle les échanges entre branches deviennent chaque fois plus complexes. Le développement régional n’est pas un résultat automatique, acquis sans l’intervention de l’État, parce que le fonctionnement des complexes ne bénéficient pas aux municipes et aux provinces ou aux états fédérés au même niveau qu’à l’Etat national. Une bonne partie des infrastructures sociales est destinée aux migrants afin d’assurer leur reproduction, ceci en fonction des besoins du complexe. La répartition des impôts perçus a tendance à se concentrer au niveau national ou fédéral.

75Comme la production des complexes est destinée à l’exportation ou à l’industrie nationale de transformation, les « effets industrialisants » sont recueillis hors de la région pendant un certain temps.

76En conclusion, on peut dire que, au lieu de favoriser un « développement régional polarisé », on constate une « croissance déséquilibrée ». Dans les complexes, les activités des services sont chroniquement insuffisantes pour satisfaire les besoins de la population salariée. Les entreprises font très attention à différencier les services offerts, d’une part, aux travailleurs manuels et, d’autre part, aux « professionnels », c’est-à-dire titulaires d’un diplôme universitaire, et aux techniciens. Le développement du secteur informel urbain s’explique en partie par cette inadéquation entre l’offre et la demande des services.

777. Les emplois indirects et induits dérivés de l’implantation des complexes industriels varient considérablement d’un cas à l’autre, en fonction des enchaînements vers l’amont ou vers l’aval des activités centrales des complexes ; enchaînement fortement dépendant dé la politique économique de l’État. Quand l’activité de l’État est faible ou tardive, les emplois indirects et induits se créent plus tard et en petit nombre.

788. Dans le cas du Mexique, pays exportateur net de pétrole, et par rapport au complexe de Lázaro Cárdenas, les limites au développement de celui-ci sont spécifiques. Étant donné l’existence d’un marché intérieur solvable et de l’accès facile au financement extérieur, à moyen et à long terme, les problèmes les plus importants vont se poser dans le domaine de l’emploi et de la reproduction de la force de travail. Les éléments qui nous indiquent cette évolution sont les suivants :

  1. les besoins de main d’œuvre qualifiée et semi-qualifiée, dépassent largement les disponibilités de l’offre locale, ce qui implique le recours systématique aux migrations intérieures, d’une part, et un effort considérable en matière de formation professionnelle de l’autre ;
  2. le transfert des technologies modernes sans l’adaptation préalable aux ressources naturelles et humaines du pays, vont continuer à créer des disfonctionnements et à freiner la croissance de la productivité ;
  3. la rareté de la force de travail qualifiée au niveau régional crée une tendance à l’augmentation des salaires de base et des distorsions dans le marché de travail, parce que les entreprises les plus rentables essayent de recruter la force de travail sans avoir à payer les coûts d’un processus de formation professionnelle ou de sélection. Par le jeu des salaires différentiels et des bénéfices sociaux complémentaires, ils arrivent à attirer les travailleurs employés dans les entreprises les moins rentables ;
  4. les mauvaises ou déficientes conditions de vie ajoutées à la détérioration des conditions et de l’ambiance de travail, ont provoqué l’augmentation des accidents de travail ainsi que des maladies professionnelles, et provoque une certaine crise du procès de travail. Les travailleurs, de plus en plus, s’opposent de manière directe ou indirecte à l’intensification du procès de travail (conflits professionnels, sabotages, déséquilibrage de la chaîne de production, absentéisme, chute de la productivité ou de la qualité du travail, grève du zèle, etc.).
  5. l’incorporation massive de travailleurs sans expérience préalable du travail industriel et son adhésion aux organisations syndicales ouvrières existantes, ou la constitution d’autres organisations, ont créé les conditions favorisant la naissance d’un nouveau syndicalisme.

79L’isolement géographique par rapport au reste de la classe ouvrière du pays rend plus difficile son contrôle de la part des organisations confédérales fortement bureaucratisées et plus inclinées à la négociation qu’aux actions revendicatives. L’expérience indique, que les conflits sociaux déclenchés à l’intérieur des activités centrales des complexes, se caractérisent par une rare violence, un fort contenu idéologique, et la tendance à déborder rapidement le cadre de l’entreprise en question vers l’ensemble du complexe. On est ainsi en présence de grèves prolongées dans toute une série d’entreprises compromettant sérieusement les programmes de production et les exportations nationales.

80Le cas de « Las Truchas » est très riche d’enseignements. L’implantation d’un complexe industriel sans l’accompagnement d’une stratégie locale pour l’emploi engendre des contradictions ayant finalement des répercussions négatives au niveau des objectifs fixés à la production. La crise ne fait qu’accentuer ces déséquilibres.

Notes

1 Les diverses étapes du processus de développement en Amérique Latine ont été délimitées à partir de quelques recherches précédentes et des travaux de :
O. Sunkel y O. Paz. — El subdesarrollo latinoamericano y la teoria del desarrollo, Ed. Siglo xxi, México 1971.
Tavarez, M, C. — Desarrollo industrial latinoamericano, la presente crisis del transnacionalismo. — El TrimestreEconómico, México, 42 (168), 1975.

2 Sur la nature et la signification des entreprises transnationales (ETN), nous conseillons la lecture de : Fernando Fajnzylberg et Trinidad Martinez Tarragó. — Las empresas transnationales. Expansión a nivel mundial y proyección en la industria mexicana. — Fondo de Cultura Económica, México, 1976.

3 Sur le thème des complexes industriels, pôles de développement et foyers industriels, il faut se référer à :
Laboratoire Associé Nro 111 du CNRS : Foyers Industriels Nouveaux en Amérique Latine Afrique Noire et Asie. — Université de Paris III, Travaux et Mémoires de l’IHEAL, Paris 1978, et, en particulier, aux travaux de Raymond Prats, Hervé Théry, Jean Revel-Mouroz, Francisco Zapata, René Pietri, Alain Vanneph, Graciela Schneier, Claude et Anne Collin Delavaud, Hélène Rivière d’Arc.

4 Le contenu de cette partie est développé à partir des idées exprimées par l’auteur dans : Enfoques alternativos para el anâlisis del empleo en los paises en vias de desarrollo, Mimeo, ERECOTAL-CREDAL-Lab. Associé au CNRS N° 111. Les principales références bibliographiques utilisées sont :
Jacques Freyssinet. — Méthodes d’Analyse des Structures d’emploi en Pays sous-développé », IREP-Développement, Université des Sciences Sociales de Grenoble, Ronéo, 1976. Paulo I. Singer. — Economía Politica del Trabajo, Ed. Siglo xxi, México, 1980.

5 Comisión Consultiva del empleo, Secretariado Técnico : Dirección del Empleo, UCECA, Secretaría de Trabajo y Previsión Social, Julio de 1979. Programa National de empleo 1979-1982, Documento para discusión.

6 Les données sur la structure des unités productives et sur l’emploi ont été tirées de : Fernando Fajnzylberg et Trinidad Martinez Tarragó. — Las empresas transnacionales, op. cit.
PREALC : — México, la pequena empresa en una estrategia de empleo productivo, OIT, Santiago de Chile, Doc. de Travail Nro 120, janvier 1978.

7 Secretaría de Trabajo y de Previsiόn Social. — Programa National de Empleo (1980-1982), Proyecto, Programas Sectoriales, sus efectos en el empleo. Vol. III, Comisión Consultiva del Empleo, México, 1979.

8 DIMEX. — La « Microregión del Puerto Industrial de Lázaro Cárdenas », comprend seulement deux municipes : Lázaro Cárdenas (État de Michoacán) et La Union (État de Guerrero). CORNUBAL, la « Conurbación del Río Balsas », comprend les municipes de Coahuayutla, José Azueta, La Uniόn, Arteaga, et Lázaro Cárdenas.

9 Les travaux qui ont été utilisés pour la rédaction de cette partie sont les suviants :
Francisco Zapata et alii. — Las Truchas : Acero y Sociedad en México, El Colegio de México, México, 1978 (spécialement les monographies rédigées par Nelson Minello, María Teresa Rodriguez, René Pietri, Francisco Zapata.
Daniel Hiernaux Nicolas. — Evoluciόn del Mercado de Trabajo en los Focos Industriales Nuevos, Travail présenté au Séminaire « Industrialisation, Emploi et Conditions de Travail en Amérique Latine », année universitaire 1980-1981, ronéo, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine », Université de Paris III.
Consultores en Ingemeria, Planeación y Sistemas SC. — Comité Técnico de Planificación de Recursos Humanos : Análisis de los Requerimientos de Recursos Humanos para el Proyecto del Distrito Industrial Marítimo (DIMEX) en Lázaro Cárdebas, Mich ». Miméo, 1981.
Comisión de la Conurbación del Rio Balsas. — Recursos Humanos y Organización de la Comunidad en la Zona Cornurbada de la Desembocadura del Río Balsas. — México, DF, 1981, Dactylografié.
Comisión Consultiva del Empleo y la Productividad. — Subcomisión de Recursos Humanos. Proyecto para la Planificación de Recursos Humanos. Informe Final, Ciudad de México, 12 de Enero de 1982. Offset.

10 Les travaux qui ont été utilisés pour la rédaction de cette partie sont les suviants :
Francisco Zapata et alii. — Las Truchas : Acero y Sociedad en México, El Colegio de México, México, 1978 (spécialement les monographies rédigées par Nelson Minello, María Teresa Rodriguez, René Pietri, Francisco Zapata.
Daniel Hiernaux Nicolas. — Evoluciόn del Mercado de Trabajo en los Focos Industriales Nuevos, Travail présenté au Séminaire « Industrialisation, Emploi et Conditions de Travail en Amérique Latine », année universitaire 1980-1981, ronéo, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine », Université de Paris III.
Consultores en Ingemeria, Planeación y Sistemas SC. — Comité Técnico de Planificación de Recursos Humanos : Análisis de los Requerimientos de Recursos Humanos para el Proyecto del Distrito Industrial Marítimo (DIMEX) en Lázaro Cárdebas, Mich ». Miméo, 1981.
Comisión de la Conurbación del Rio Balsas. — Recursos Humanos y Organización de la Comunidad en la Zona Cornurbada de la Desembocadura del Río Balsas. — México, DF, 1981, Dactylografié.
Comisión Consultiva del Empleo y la Productividad. — Subcomisión de Recursos Humanos. Proyecto para la Planificación de Recursos Humanos. Informe Final, Ciudad de México, 12 de Enero de 1982. Offset.

11 Cf. F. Germe et Michon qui ont beaucoup insisté sur la façon dont le capital modèle la force de travail en fonction de ses besoins.

Table des illustrations

Légende Source : DGE du STPS du Mexique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Légende Source : DGE du STPS du Mexique
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Source : Comisión Conurbación del Rio Balsas, op. cit. José Azueta y Lázaro Cárdenas sont les Municipalités qui ont reçu le nombre le plus grand de migrants. La population habitant les villes de plus de 5 000 habitants va s’accroître entre 1970 et 1978 de 20 % du total jusqu’à 68,8 %. La population va se déplacer vers la mer, se concentrant sur la côte au détriment de la sierra :
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 71k
Légende Source : Comisiόn de la Conurbación del Río Balsas, op., cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 15k
Légende Source : Comisión Consultiva del Empleo y la Productividad, op. cit. Les migrants en provenance de la sierra ont trouvé facilement du travail dans le bâtiment mais une fois finie la construction de SICARTSA et des infrastructures directement liées à la sidérurgie, ils ont dû choisir entre plusieurs possibilités : retourner à la sierra et aux activités agricoles ou d’élevage, suivre l’entreprise de construction vers d’autres régions, chercher du travail « informel » dans la ville, ou tenter leur chance en émigrant vers les USA.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 31k
Légende Source : Comisión Consultiva del Empleo y la Productividad, op. cit.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 47k
Titre AUGMENTATION DE LA DEMANDE DES RESSOURCES HUMAINESSource : Comisión Consultiva de Empleo y Productividad
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2246/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 146k

Auteur

Chargé de recherche au CNRS-CREDAL, économiste

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter