Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

II. Ambition bureaucratique et réalité de la gestion urbaine

Gestion de l’espace, système de pouvoir et croissance urbaine industrielle

Le cas de Ciudad Lázaro Cárdenas

Daniel Hiernaux Nicolas

Texte intégral

  • 1 Pour une histoire plus détaillée du projet, consulter le livre collectif publié sous la direction (...)
  • 2 On considère généralement que la région de Lázaro Cárdenas est très étudiée, à cause de l’existenc (...)

1La ville de Lázaro Cárdenas est un foyer industriel en bordure de la côte du Pacifique au Mexique dont la construction remonte aux années soixante1. C’est donc une expérience récente ; néanmoins, la vitesse des processus de transformation de l’espace régional est telle qu’à l’heure actuelle on peut déjà évaluer partiellement son fonctionnement2.

2Le développement de ce foyer industriel a connu plusieurs étapes successives d’essor et de récession au long desquelles se sont établies et consolidées les composantes les plus importantes du projet : l’infrastructure économique, la base industrielle et les structures urbaines régionales.

3Comme on le décrira dans ce travail, il y eut une articulation évidente entre les étapes de développement et la façon dont se sont combinées les composantes du projet, ceci à cause de l’évolution des politiques de développement et de la nécessité d’ajuster un projet dont les résultats divergeaient fréquemment des buts.

  • 3 A ce sujet, dans ce travail, nous avons volontairement éliminé l’usage du terme « pôle de développ (...)
  • 4 Pour une description des institutions en présence, consulter notre travail antérieur : « la struct (...)

4La structure administrative qui fut créée pour prendre en charge le développement de notre zone d’étude a dû s’adapter aux diverses étapes de façon à traduire les buts centraux du projet. A ce sujet, il faut affirmer qu’il y a une notable différence entre les buts réels du projet et les résultats des programmes des institutions d’une part et d’autre part les exposés officiels dont l’idéologie est beaucoup plus optimiste que la réalité3. De ce fait, l’objectif de ce travail est d’analyser les modèles administratifs de gestion de l’espace sur la base de l’évolution dans le temps de la croissance urbaine-industrielle de la région4.

5Notre hypothèse de travail fondamentale est qu’au cours des diverses étapes du projet général qui se sont développées jusqu’à présent, la structure administrative a dû s’adapter pour mettre en œuvre des politiques de gestion de l’espace correspondant aux buts réels de l’intervention économico-spatiale et non pas aux idéologies diffusées.

I - LA FORMULATION DU PROJET

  • 5 Consulter Nelson Minello : L’histoire sociale du projet in Zapata, op. cit.

6Bien que le début des travaux remonte seulement aux années soixante, en ce qui concerne l’infrastructure économique et aux années soixante-dix quant à la base industrielle, la formulation du projet a des antécédents beaucoup plus lointains5. Tout d’abord, il faut signaler que la présence de gisements de minerai de fer était connue depuis l’époque pré-hispanique qui commença l’exploitation minière de la région de l’embouchure du fleuve Balsas avec création d’établissements humains d’une certaine importance, comme Zacatula (voir cartes en annexe).

7La zone fut, néanmoins, maintenue en marge des processus de transformation et sa participation à la vie économique et sociale du pays restait très réduite. Au début de ce siècle, un projet de développement agricole et d’exploitation du fer de Las Truchas avait été élaboré par une compagnie française : elle pensait établir une enclave dont la fonction d’exportation serait favorisée par d’avantageuses conditions naturelles permettant l’installation d’un port en haute mer.

8La Révolution mexicaine de 1910 fit avorter cette idée et pendant plusieurs décennies, le futur de la région resta incertain ; les gisements furent donnés en concession plusieurs fois à des compagnies étrangères qui utilisaient des prête-noms jusqu’à ce que, grâce à la volonté nationaliste du Président Lázaro Cárdenas, ils furent définitivement intégrés au patrimoine du pays. Il faut mettre en évidence que la première étape de formulation du projet qui donne lieu à la construction des travaux d’infrastructure doit être attribuée moins à l’intervention d’une institution gouvernementale qu’à l’action d’un homme qui, à la présidence du pays ou à la tête d’organismes officiels, lutta pour une exploitation nationale des ressources du pays.

9Le premier pas vers l’intégration nationale de la région a consisté à doter de terres les paysans organisés en ejidos ; cette mesure provoqua, au cours des années trente, des mouvements migratoires vers une région jusqu’alors peu peuplée et un développement agricole, limité certes, dans ce milieu aux activités économiques réduites. La seconde phase fut l’annulation définitive des concessions aux compagnies étrangères dont le seul intérêt était de « geler » les ressources pour en tirer profit postérieurement dans des circonstances économiques et politiques favorables.

  • 6 L’analyse du rôle des commissions a été faite par Barkin, David, Timothy King : « Desarrollo econó (...)

10Retiré déjà de la Présidence, Cárdenas promut alors l’étude du potentiel de développement de la zone en s’appuyant sur la Commission du Fleuve Balsas (Comisión del Rio Balsas-CRB) qu’il dirigea (cette commission correspondait à l’optique de développement par bassins hydrauliques6). Cárdenas utilisa la commission comme l’instrument financier et de gestion dont il avait besoin pour promouvoir sa politique : un important développement agricole à partir de la création d’un district d’irrigation rendu possible par la construction d’un barrage sur la Balsas ; de plus, on pensait exploiter les gisements de de fer et créer, dans la région, une entreprise sidérurgique qui, à son tour, permettrait l’industrialisation locale. L’étude de la faisabilité fut confiée à l’entreprise allemande Krupp au cours des années cinquante.

11La formulation initiale du projet révèle la volonté manifeste de rechercher un développement relativement équilibré entre la ville et la campagne ; au cours de la préparation du projet, on voit apparaître des institutions à vocation régionale tandis que se maintiennent les orientations retenues grâce à la présence continue du général Cárdenas dans les cercles de pouvoir.

2 — La construction de l’infrastructure

12L’époque de la construction de l’infrastructure économique de base se situe entre 1964 et 1970. Tout commença par la construction du barrage de la Villita et d’une centrale hydro-électrique de 300 000 kW. Ces travaux furent réalisés par la C.R.B. et la Commission fédérale de l’électricité (C.F.E.). En l’absence d’autres institutions officielles et grâce à son caractère multifonctionnel, la C.R.B. prit la direction administrative de tout le processus.

13L’espace subit de profondes modifications, moins évidentes, toutefois, que par la suite. D’ailleurs, il ne semble pas que la C.R.B. ait eu une politique propre en ce qui concerne la gestion de l’espace : elle se limite, en effet, aux actions strictement nécessaires ; à cause des flux de migrants, des quartiers illégaux sont apparus à Guacamayas autour des barraques construites pour les techniciens de la construction du barrage. Outre Guacamayas, la localité la plus proche du barrage, d’autres villages furent touchés par l’immigration : Melchior Campo del Balsas, la future Ciudad Lázaro Cârdenas, et Zacatula qui se trouve sur l’autre berge du fleuve, du côté de l’état de Guerrero (voir tableau en annexe).

14Au fur et à mesure de la croissance de Guacamayas, la C.R.B. qui était propriétaire du site, distribua des titres de propriété sur les parcelles sans prendre en compte l’organisation de l’espace urbain ni les questions de droit. Dans les villages des alentours, la C.R.B. se contente de rectifier le tracé des rues et éventuellement de faire des travaux d’urbanisation sans toutefois concevoir de plan ou élaborer des orientations pour un développement futur. La commission décida de construire des campements isolés (la Orilla), reprenant ainsi à son compte les politiques de campements appliquées par toutes les compagnies réalisant de grands travaux d’infrastructure.

  • 7 L’impact socioéconomique de la construction des grands travaux d’infrastructure, a été étudié par (...)

15Les travaux furent terminés fin 19687 et la zone connut une période de récession à peine compensée par la construction des canaux d’irrigation : la population diminua fortement et l’activité économique commença à stagner.

3 — L’étape de la construction de la sidérurgie

16En 1970, le gouvernement créa avec la participation majoritaire de l’État, SITSA (Sidérurgie de Las Truchas, S.A.) ensuite appelée SICARTSA (Siderúrgica Lázaro Cárdenas - Las Truchas) en hommage à son principal promoteur et premier président du Conseil d’administration qui décéda en 1971.

17La fonction principale de SICARTSA était de construire et d’administrer l’usine sidérurgique qui transformera en acier la matière première qu’elle contrôle et exploite directement. L’amplitude du projet avait changé : le projet initial de la Krupp prévoyait une production de 500 000 tonnes par an. Le projet mis en œuvre fut de 1.3 million de tonnes annuelles, seulement pour la première étape qui permet d’obtenir des produits non plats ; comme on a eu recours aux fours à coke au lieu du système de réduction électrique, le barrage produit un excédent d’énergie électrique utilisée jusqu’à présent pour les besoins de la ville de Mexico et du plateau central.

18De 1971 à 1976, la construction de la première étape de la sidérurgie provoqua dans la zone une série de transformations radicales : une forte croissance démographique, une extension démesurée des zones urbaines, le développement intensif du secteur tertiaire, de nombreux problèmes économiques et sociaux, bref, toutes les caractéristiques d’un processus de croissance accélérée à la suite de l’implantation d’un foyer industriel dans un pays sous-développé.

19La C.R.B. qui, pendant de longues années, fut le seul organisme réellement puissant dans la région dut partager son pouvoir avec de nombreuses autres institutions gouvernementales. Dans la pratique, entre 1971 et 1976, presque tous les ministères, sans compter de nombreuses entreprises parapubliques, eurent un rôle à jouer dans la région. Pour ce qui est du gouvernement de l’État du Michoacan et de la Municipalité, leur rôle fut très restreint. Nous pensons pouvoir affirmer que pratiquement cette région fut « assiégée » administrativement : les pouvoirs administratifs locaux furent réduits à néant ainsi que les réseaux de domination politique et sociale qui y jouaient un rôle auparavant.

20Parmi les institutions fédérales en activité dans la région, certaines eurent plus de poids que d’autres dans l’orientation du processus de développement. De toutes façons, le bilan global ne permet pas de conclure à l’efficacité de la bureaucratie ; au contraire, les interventions se produisaient dans un désordre proche du chaos. Si certains problèmes purent trouver une solution, ce fut davantage grâce à la bonne volonté de fonctionnaires individuels qu’au fonctionnement correct de la bureaucratie.

  • 8 On a estimé qu’en 1976, point haut de la construction, autour de 18.000 personnes travaillaient da (...)

21SICARTSA et le Fideicomiso para el Desarrollo Urbano de Ciudad Lázaro Cárdenas (connu sous le nom de FIDELAC) ont joué un rôle de premier plan de par le pouvoir que leur donnait le volume de leurs investissements. SICARTSA ne se limite pas à construire son usine : elle intervient de façon décisive dans la gestion de l’espace en se mettant à construire des logements ! l’entreprise achète le campement de la Orilla à la C.R.B. pour ses techniciens de haut niveau et l’agrandit. Elle achète aussi un terrain à la Mira et y construisit 1 100 logements ; enfin, elle commença à construire un lotissement de 600 logements sur les terrains de Fidelac à Lázaro Cárdenas. Mais son action sur l’espace doit aussi être analysée par rapport aux effets indirects de certaines de ses politiques ; la politique de campement est un exemple intéressant ; SICARTSA construisit des barraques dont la capacité était de 5 300 lits mais elle y entassa près de 10 000 ouvriers. Or, en 1976, près de 18 000 ouvriers étaient embauchés par le chantier de SICARSA. Ainsi donc, près de 8 000 personnes sans logement8 durent se disperser dans les localités des alentours en « envahissant » des terrains ou en louant à des prix exhorbitants de minuscules chambres sans service.

22Pour analyser le rôle de SICARTSA ou même celui de Fidelac, il faut donc prendre en compte ce que les institutions ont fait et aussi ce qu’elles n’ont pu ou voulu accomplir, sans oublier les impacts indirects issus de la position d’oligopole prise par ces deux organismes dans le processus de décision.

23Quant à Fidelac, elle fut créée en 1973 recevant en patrimoine 695 ha expropriés aux ejidatarios et situés à côté de l’ancien village de Lázaro Cárdenas et de la sidérurgie. A cette époque, sa création avait pour objectif le développement d’une ville nouvelle destinée aux travailleurs de SICARTSA. Fin 1976, après trois ans seulement de travail les résultats étaient surprenants : 300 ha étaient dotés de services urbains et 1903 logements étaient construits. Néanmoins, Fidelac n’avait pas pris la mesure des besoins en logement des énormes contingents de migrants qui étaient employés dans le secteur des services ou qui, tout simplement, cherchaient du travail. Pour les anciens habitants de la région, pas grand chose ne fut fait non plus : fin 1975, les villages des alentours restaient inchangés malgré l’augmentation notable du nombre de leurs habitants.

24En conséquence, à la fin de l’année 1976, l’espace était très différencié et les tensions sociales multiples. Ceci doit être attribué en premier lieu aux règles de fonctionnement du système social mexicain qui continue à privilégier certains groupes au détriment des grandes masses. Néanmoins, il aurait été possible d’améliorer ce système en appliquant des programmes et des politiques plus favorables aux groupes de bas revenus. Mais un organisme capable de contrôler la mise en place de ces programmes faisait défaut, capable d’intégrer des orientations multisectorielles et une dimension régionale. Fidelac n’avait pas autorité pour travailler à Guacamayas à cause des restrictions imposées par son décret de constitution et aussi parce que c’était la C.R.B. qui était propriétaire des terrains. Cet organisme ne pouvait pas non plus lancer des programmes dans la vieille ville ou orienter son action au bénéfice des villages des alentours. De plus, la coordination entre les institutions fit défaut, ce qui empêcha de contrôler des problèmes sérieux comme le déficit alimentaire, la spéculation etc.

25Il ne fait pas l’ombre d’un doute qu’il y eut des efforts individuels de la part de fonctionnaires honnêtes qui ont cherché à éviter les tensions croissantes mais les failles de la structure administrative ont limité la possibilité de modifier sensiblement le processus en cours.

26En 1975, les tensions sociales étaient telles que le président de la République lui-même intervint en ordonnant d’accorder des fonds spéciaux à la région et en créant un Groupe de Coordination de la Programmation de Lázaro Cárdenas. Plusieurs ministères en firent partie ainsi que des organismes décentralisés dont SICARTSA, à la notable exception de Fidelac.

27Les actions tardives, les plans et les programmes (derniers efforts d’un sexennat proche de sa fin) ne résolvèrent pas grand chose car la réforme des fonctions des institutions ne fut pas prise sérieusement en compte et de nouveaux acteurs administratifs firent même leur apparition.

28Au moment de l’inauguration de l’usine en novembre 1976, la situation dans la région continuait à être critique tandis que la passation des pouvoirs était proche.

4 — La récession économique : réorganisation administrative et nouvelles orientations

29De notre point de vue, ce qui « sauva » la région du chaos antérieur fut la « pause » de trois ans, conséquence de la crise économique. Affaibli par la dévaluation de la monnaie et la fuite des capitaux, le pays dut suspendre un projet qui avait reçu une partie importante du budget national au cours du sexennat d’Echeverria.

  • 9 Après de longues négociations, Fidelac obtint finalement en 1979 que les logements attribués à Sic (...)

30La réforme administrative lancée au début du sexennat de José Lopez Portillo divise l’administration publique en grands secteurs fonctionnels d’activité. C’est ainsi que SICARTSA fait à présent partie du secteur « industriel » et Fidelac de celui des « établissements humains et travaux publics ». Cette réforme a une signification importante pour la région : SICARTSA n’a plus la liberté de construire des logements, ce qui n’est pas sans faciliter l’action de Fidelac9.

31Par ailleurs, le point de vue régional a disparu des préoccupations du Gouvernement et de fait les commissions de développement par bassins hydrauliques, comme celle du Balsas, furent supprimées. La nouvelle administration de Fidelac qui commence à travailler dans les premiers mois de 1977 profite de l’occasion pour demander que les terrains de Guacamayas lui reviennent et que ses fonctions comme institution soient étendues à toute la région. Grâce à la suppression des limites qui restreignaient son champ d’intervention, Fidelac peut enfin s’occuper des autres localités de la microrégion et surtout de Guacamayas. Malgré un maigre budget, l’organisme se charge de légaliser la possession de la terre à Guacamayas, d’introduire les services urbains, de construire des centres de développement de la communauté et de lancer un vaste programme de logements par auto-construction.

32On voit donc apparaître un premier changement d’importance : la manifestation d’une préoccupation réelle pour la population de bas revenus à travers le lancement de programmes concernant la localité la plus abandonnée : Guacamayas.

  • 10 Le budget 1977 de Fidelac à prix constants, représenta seulement 57,8 % du premier budget de cette (...)

33Second changement important : la majeure partie des institutions qui travaillaient dans la région se retirent : à cause des problèmes budgétaires à l’échelle nationale et de la stagnation démographique et économique de la région, leur intervention n’est plus nécessaire. Cette situation a permis à Fidelac, malgré ses maigres ressources, de s’imposer dans la région : toute action d’un ministère ou d’une entreprise parapublique était souvent le résultat d’une concertation, au moins informelle, avec Fidelac qui avait le personnel, les données statistiques et les critères pour orienter leurs interventions10

  • 11 Selon la Constitution mexicaine, la municipalité a à sa charge le développement urbain du territoi (...)

34Quant au gouvernement de l’état de Michoacan, son intervention déjà minime par le passé se réduit à rien mais la Municipalité qui en avait la faculté de par la constitution, commence à jouer un rôle plus important11. Il faut souligner que Fidelac a fait des efforts pour que la municipalité occupe la place à laquelle elle avait droit malgré, il est vrai, son inefficacité manifeste pour n’avoir pas été suffisamment appuyée dans le passé, il faut le reconnaître.

35D’autres événements liés à la structure administrative ont eu lieu : en 1978, SICARTSA fut mise sous la tutelle de SIDERMEX, une nouvelle institution publique chargée de chapeauter l’industrie sidérurgique à capital public. A partir de 1976, la Commission de Conurbation de l’Embouchure du Fleuve Balsas commence à fonctionner ; elle est chargée de la planification et de la définition des programmes de développement pour 5 municipalités (2 du Michoacan et 3 du Guerrero) que l’on considère comme la région d’influence du nouveau foyer industriel.

  • 12 Voir « La structure administrative... » op. cit.

36A cause des limites de ce travail, nous ne pouvons décrire ici toutes les institutions qui ont travaillé dans la région à partir ou dès avant 197712. Ce qui est notable, au cours de ces années, c’est la séparation des fonctions en secteurs d’activité, l’importance croissante de Fidelac, premier gestionnaire de l’espace, la perte de pouvoir relative de SICARTSA et la consolidation progressive de la municipalité de Lázaro Cárdenas.

37Mais le facteur le plus important des dernières années est, sans contexte, la préparation dans les cercles proches du Président d’un projet qui va modifier radicalement l’orientation du développement de la région.

  • 13 UNAM. Sustituto de Geografia - CNRS. Centro de investigaciones y documentation sobre América Latin (...)

38En 1978, fut créée la Coordination des Projets de Développement qui relève directement du Président afin de préparer, entre autres actions, un programme de construction de nouveaux ports industriels dans 4 localités prédéterminées dont Lázaro Cárdenas. Il n’est pas possible de décrire ici ce projet : nous signalerons, néanmoins, qu’il s’agit de construire de grandes infrastructures portuaires adaptées aux besoins d’un transport moderne par mer et entourées de vastes zones industrielles destinées à recevoir l’industrie de base liée en bonne part à l’exportation, ceci afin de modifier la position du Mexique dans l’économie mondiale et de favoriser l’industrialisation interne13. La greffe d’une nouvelle dimension économique au projet constitue le facteur le plus important et c’est cela, à notre avis, qui oblige, une fois encore, à modifier la structure administrative.

5 — Le réajustement de la structure administrative et les perspectives

39En 1979, commença la construction d’une usine d’engrais (FERTIMEX, entreprise parapublique) et en 1980-81, c’est le début de la deuxième étape de SICARTSA. Ces deux nouveaux programmes d’investissements garantissent la relance économique de la région et en même temps provoquent la dilution du pouvoir économique jusqu’alors exclusif de SICARTSA, phénomène encore accentué par l’installation de nouvelles industries dans le port industriel.

40Il est intéressant de noter que la nouvelle Coordination(14) a pris les rênes du pouvoir de décision au point de contrôler les budgets des institutions les plus importantes de la région. Cela ne se passe pas sans créer des conflits dans la mesure où la coordination s’entend directement avec le Ministère de la Programmation et du Budget afin d’orienter ou de mettre son veto, si nécessaire, aux actions et aux programmes prévus par les institutions. De plus, à cause de son caractère prioritaire, le programme des ports industriels a des ressources moins limitées que les budgets normaux des institutions dans le cadre de ce qui leur est attribué par le ministère dont elles dépendent. On sent que la fonction de « tête » de secteur que le Ministère des Établissements Humains et Travaux Publics possédait face à Fidelac est sur le point de disparaître puisque l’organisme qui dirige réellement le processus est maintenant la Coordination avec la collaboration de la S.P.P (Ministère de la Programmation et du Budget).

41Cette tendance est inquiétante : ce qui est en jeu, c’est moins les réajustements fonctionnels dans l’administration publique que l’orientation même du processus de développement de la région. Le nouveau gouvernement de l’état du Michoacan l’a très bien compris et de fait, a commencé à appuyer les paysans de la zone pour qu’ils obtiennent, pour les expropriations, des indemnités plus correctes que les sommes misérables offertes par le gouvernement fédéral. Néanmoins, le jeu politique est inégal car il fait se confronter des intérêts locaux et des objectifs ou des pouvoirs nationaux appuyés par la Fédération. La Commission de Conurbation a dû, elle aussi, plier l’échine : ainsi le point de vue qu’elle défendait de maintenir une des îles de l’embouchure dans son usage agricole fut repoussé sans appel : cette île fera partie du futur port industriel.

42Les enjeux du programme des ports industriels ne sont pas ceux d’un développement régional. Malgré l’idéologie qu’il claironne, ce programme appuiera avant tout les intérêts des grands groupes capitalistes nationaux en liaison avec des intérêts étrangers dont les japonais qui sont présents à Lázaro Cárdenas.

43La gestion de l’espace s’en verra donc transformée ; l’injection de fonds pour l’amélioration des zones marginalisées afin de compenser les déséquilibres antérieurs ne sera sans doute pas supprimée dans le futur mais elle n’aura plus la priorité qui lui fut accordée de 1977 à 1980. Mettre Fidelac au service des entreprises industrielles est un vieil objectif qui recommence à poindre ; cela signifie que tout le système de pouvoir lié au contrôle de l’appareil administratif est en train de se modifier.

44Finalement, il faut se demander ce qu’on fera devant les manifestations de mécontentement des masses de migrants quand ils verront, comme entre 1974 et 1976, mais dans des proportions cent fois supérieurs, qu’ils subissent toutes les retombées sociales négatives des nouvelles orientations. Il est probable, et c’est une hypothèse exploratoire que nous proposons, que dans le futur, les autorités locales (état et municipalités) pourraient se renforcer et défendre les intérêts populaires sous couvert d’une formule politique d’opposition dans la municipalité. C’est, peut-être, la seule façon d’empêcher les visées d’un pouvoir exogène du point de vue économique, spatial et politique.

MICROREGION LAZARO CARDENAS 1931-2000
(Croissance Démographique)

MICROREGION LAZARO CARDENAS 1931-2000(Croissance Démographique)
  • * Estimation

45Note**

MICROREGION DE L’EMBOUCHURE DU RIO BALSAS

Notes

1 Pour une histoire plus détaillée du projet, consulter le livre collectif publié sous la direction de Francisco Zapata : « Las Truchas, acero y sociedad en México ». El Colegio de México, México D.F., 1978.

2 On considère généralement que la région de Lázaro Cárdenas est très étudiée, à cause de l’existence d’un très grand nombre de travaux officiels, et aussi du grand intérêt que cette expérience a provoqué dans les milieux scientifiques. Néanmoins, nous pensons pouvoir affirmer que tous ces travaux n’apportent que des éclairages partiels sur le processus en cours. C’est, à notre avis, un des défauts du livre du Colegio de México, qui, de plus, utilise une information déjà dépassée.

3 A ce sujet, dans ce travail, nous avons volontairement éliminé l’usage du terme « pôle de développement » qui fut amplement utilisé au cours du sexennat d’Echeverria (1970-1976) pour qualifier l’expérience de Lázaro Cárdenas. Quant à l’adéquation de ce terme pour cette situation, nous l’avons analysée dans notre travail : Los nuevos focos industriales, polos de desarrollo o enclaves ? (en espagnol), travail présenté pour l’obtention du D.E.A., I.H.E.A.L. 94 pages.

4 Pour une description des institutions en présence, consulter notre travail antérieur : « la structure administrative du foyer industriel de Lázaro Cárdenas ». Doc. de Recherche du CREDAL 1981.

5 Consulter Nelson Minello : L’histoire sociale du projet in Zapata, op. cit.

6 L’analyse du rôle des commissions a été faite par Barkin, David, Timothy King : « Desarrollo económico régional ; enfoque par cuencas hidrológicas en México » Siglo xxi, México, 1970.

7 L’impact socioéconomique de la construction des grands travaux d’infrastructure, a été étudié par Bartra, Roger : Ensayo sobre el desarrollo socioeconόmico en la zona de la desembocadura del Rio Balsas » thèse de licence, école nationale d’anthropologie et d’histoire, Mexico, 1967.

8 On a estimé qu’en 1976, point haut de la construction, autour de 18.000 personnes travaillaient dans l’enceinte de l’usine ; sans compter les travailleurs consacrés à la construction de logements, des infrastructures ou aux travaux d’urbanisation, etc.

9 Après de longues négociations, Fidelac obtint finalement en 1979 que les logements attribués à Sicartsa pour ses travailleurs, reviennent à Fidelac pour son administration.

10 Le budget 1977 de Fidelac à prix constants, représenta seulement 57,8 % du premier budget de cette institution en 1973.

11 Selon la Constitution mexicaine, la municipalité a à sa charge le développement urbain du territoire qu’elle administre. Néanmoins, dans la pratique, cette fonction comme beaucoup d’autres lui sont interdites, à cause de la faiblesse de son budget et du centralisme qui caractérise l’Etat mexicain. En conséquence, la municipalité représente un niveau de pouvoir qui a de grandes facultés mais pas les moyens de les exercer.

12 Voir « La structure administrative... » op. cit.

13 UNAM. Sustituto de Geografia - CNRS. Centro de investigaciones y documentation sobre América Latina (CREDAL). — Los grandes complejos industriales y su impacto en el espacio latinoamericano. México, 1982, 440 p. (Coloquio Franco - Mexicano, 1981).

Notes de fin

* Estimation

Table des illustrations

Titre MICROREGION LAZARO CARDENAS 1931-2000(Croissance Démographique)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2244/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Légende MICROREGION DE L’EMBOUCHURE DU RIO BALSAS
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2244/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 136k

Auteur

Institut de Géographie. UNAM. México, architecte-urbaniste

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter