Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

II. Ambition bureaucratique et réalité de la gestion urbaine

Camaçari croissance industrielle et déconvenues de l’aménagement urbain

Hélène Rivière d’Arc

Texte intégral

LES « PÔLES » : UN CONSTAT DÉCEVANT

  • 1 Entre 1960 et 1973, sont apparus Ciudad Guyana, Las Truchas, Esmeraldas, Camaçari etc.

1Ce n’est pas par hasard si plusieurs pays d’Amérique latine ont, au cours des années 60, tenté de mettre en pratique une théorie élaborée entre 1950 et 1960, celle des pôles de développement1. Deux économistes français, Perroux et Boudeville, suivis par plusieurs anglo-saxons, avaient alors formalisé les résultats d’observations préalables en pays industrialisés concernant l’un, un espace économique (Perroux), l’autre un espace géographique concret (Boude-ville). L’harmonisation entre ces deux catégories d’observations devait aboutir à une méthode susceptible de contribuer au rééquilibrage régional, en pays industrialisés et au développement régional, en pays en voie de développement.

  • 2 H. Théry. — Le coût social d’un pôle pétrochimique. — Économie et Humanisme (260) juil. août 1981, (...)

2Avant même que de véritables bilans sur l’impact régional de ces pôles n’aient été faits, la méthode était remise en cause notamment par certains auteurs latino-américains (Corragio par exemple). Hervé Théry, pour sa part, résume très clairement les confusions auxquelles n’ont pas échappé les théoriciens, mais plus encore les décideurs des pôles, qui ont pris des éventualités pour des certitudes et ont escamoté dans leur analyse nombre de dimensions de caractère national ou régional2 : « il faut noter que même sur le plan très abstrait (de la théorie), quand on se donne la peine de l’examiner de près, on peut repérer un certain nombre de glissements de sens qui ont amené à des confusions dangereuses, car porteuses d’espoirs injustifiés. La plus importante est que les observations initiales de F. Perroux et de la plupart de ses successeurs ne visaient au départ qu’à décrire les processus de polarisation tels qu’ils s’étaient déroulés dans le passé, dans les pays industriels, et non à fixer une méthode d’action pour les planificateurs de l’avenir dans les pays en voie de développement : ce qui avait été dans le passé les conditions nécessaires de la croissance n’était en aucune manière à retenir comme les conditions suffisantes du développement. De la même façon, une assimilation injustifiée a transformé ce qui était une réflexion sur un espace économique abstrait en un raisonnement sur l’espace géographique concret et les bénéfices à attendre des « ondes d’innovation », si elles devaient transformer les industries liées à elles, en amont et en aval, n’étaient pas forcément confinées dans un petit espace autour de ces industries. C’est donc abusivement que l’on a transformé la « théorie des pôles » en une méthode de développement régional : de là découlent un certain nombre de mécomptes actuels.

  • 3 Voir par exemple, le cas de Fos/Mer, dans le sud de la France dans La Damnation de Fos, par Bernard (...)
  • 4 Cf. Fernando Henrique Cardoso. — The originality of a copy: CEPAL and the idea of development, CEPA (...)

3Ainsi, au-delà d’une confusion de termes, existe un problème réel : les pôles industriels, issus de politiques de déconcentration géographique par rapport aux métropoles nationales, n’ont pas eu les effets attendus ; croissance et développement ne signifiant pas la même chose. Force est cependant de souligner que la théorie des pôles était déjà mise en cause, lorsque la plupart des grands complexes commençaient de fonctionner. Il y a toujours dans le temps un profond décalage entre la réflexion théorique et les réalisations, qui permet aujourd’hui de se poser les questions suivantes : faut-il attribuer les infortunes de ces dernières à « la crise » ; faut-il suivre les partisans du small is beautiful, dont la démarche se répand parallèlement au développement des entreprises gigantesques3 ? Ou faut-il, lorsqu’il s’agit des pays en cours d’industrialisation reprendre les critiques déjà anciennes de certains experts de la CEPAL elle-même, qui, dès le début des années 70, déçus par les effets de l’industrialisation, tentaient d’en mesurer les blocages par la difficulté d’accumulation dans les régions les plus pauvres, et par l’absence d’analyse sur les effets sociaux de la croissance ? Vers la fin des années 50 en effet, on concluait simplement que cette croissance devait obligatoirement permettre l’augmentation du niveau de vie de tous, et on émettait un certain nombre de considérations sur la supériorité de la vie urbaine sur la vie rurale4.

1 — Camaçari : la décision

4Dans le cas précis qui nous occupe ici, le complexe pétrochimique de Camaçari dans l’État de Bahia au Brésil (33 entreprises doivent fonctionner en 1981), plusieurs éléments ont convergé pour aboutir à la décision de construire ce vaste ensemble. La réflexion théorique sur les pôles a légèrement précédé celle de la CEPAL (fin des années 50, jusqu’à 1965). La CEPAL, et notamment Prebisch, envisageait comme conséquence logique de la politique de substitution d’importation, et pour que celle-ci bénéficie à tout le continent sud-américain, une politique de décentralisation industrielle, sous l’initiative de l’État. Elle donnait donc un rôle essentiel à la programmation par ce dernier, même si elle acceptait à des conditions bien définies, la participation de capitaux étrangers pour pallier dans une première étape, l’absence de capitaux nationaux et surtout régionaux.

  • 5 SUDENE-GTDN, Uma político de desenvolvimento economico para o Nordeste, Recife. 1978, 3° édition.

5Ce programme, comme on l’a dit, a été critiqué comme étant trop technocratique. Il avait pourtant fait école au Brésil et été l’objet d’une tentative d’application pratique par la SUDENE (Superintendance de Développement du Nord-Est) en 1959. La SUDENE, et notamment le GTDN (Groupe de travail pour le Développement du Nord-Est), sous la direction de Celso Furtado, avait proposé une série de mesures reprenant, en les adaptant au contexte local, les grandes lignes de la CEPAL, et en englobant plusieurs recommandations susceptibles de lier la croissance industrielle au développement régional. Le GTDN5 avait réalisé une typologie des entreprises capables de transformer les matières premières locales et de créer des emplois. Parallèlement, il envisageait une politique agraire de grands travaux d’irrigation et d’élargissement de la frontière agricole, destinée à augmenter la productivité de l’agriculture et à retenir les paysans à la campagne. En effet, le GTDN, était conscient que l’industrialisation n’était pas capable d’absorber l’excédent de main-d’œuvre rurale nordestine. Il voyait plus dans la création d’usines un moyen d’absorber la force de travail urbaine sous-employée qui se pressait comme aujourd’hui encore dans la périphérie des grandes villes, Récife, Salvador... Sans faire pour autant de l’industrie le seul moyen de développement, il était donc résolument industrialiste.

  • 6 Robert Linhart. — Camaçari, pôle de développement ou de sous-développement ? Repères pour le social (...)

6Le pôle pétrochimique de Camaçari, inauguré le 29 juin 1978 par le Président Geisel, mais commencé en 1972, est donc « l’héritage dégénéré des projets de la CEPAL, de l’ambition primitive de la SUDENE et d’une théorie - déjà contestable - des pôles de développement »6.

  • 7 Sa politique initiale a été démantelée en 1964.

7Voyons brièvement comment s’est passé l’histoire de ce glissement : si la SUDENE elle-même n’a guère fait mention de l’intérêt de créer à Bahia un pôle pétrochimique, peut-être parce qu’on ne lui en a pas laissé le temps7, mais sans doute aussi parce que cette perspective ne réunissait pas le consensus des États du Nord-Est, il se trouvait à Bahia, un groupe d’économistes, travaillant dans le cadre du gouvernement de l’État, la CPR (Commissão de Planificação regional) qui se prétendait partisan de la ligne de la SUDENE et qui prit l’affaire en main. La présence locale de pétrole, les grandes installations déjà mises en places par la PETROBRAS (Petróleos do Brasil, société d’état), depuis 1955, et le montage sur le site de Camaçari, à 46 km de Salvador, de plusieurs usines pétrochimiques, justifiaient amplement, pour ce groupe d’études, l’implantation d’un second pôle pétrochimique brésilien à Bahia.

8L’intense propagande à laquelle s’est livré le groupe, dont certains membres ont créé un bureau d’études privé, le CLAN, auprès des milieux d’affaires bahianais, a réussi à faire obtenir l’accord de tous les responsables au niveau de l’état. Une forte pression sur le gouvernement militaire a, à son tour, eu raison des réticences des industriels de São Paulo, jusque là fortement hostiles au projet.

9L’argument décisif en faveur de la construction du pôle a été l’étude confiée au BEICIP (Bureau d’études de l’Institut Français du Pétrole) et le document qui en est issu. Ce dernier conclut à la viabilité du projet dans la région de Bahia.

10C’est pourtant à partir de l’examen approfondi de ce document et des conversations avec les leaders régionaux des différentes instances, sur les perspectives d’avenir du pôle que, lorsque l’on tente de suivre leurs logiques, on aboutit à de graves confusions, ou mieux contradictions, qui éclairent les problèmes d’aujourd’hui.

2 — Le projet du BEICIP, les perspectives du CLAN, les plans d’aménagement

11Selon les différents organismes de consultation, les bureaux d’études, et les instances étatales, le futur de Camaçari n’était pas exactement le même. Dans un travail purement technique, le Beicip avait confirmé la faisabilité du pôle, moyennant un investissement énorme (il est aujourd’hui de près de 3 milliards de dollars), et avait justifié la rentabilité d’une concentration géographique des entreprises dites de première et deuxième générations (productrice de biens intermédiaires). Mais il avait estimé à 3 000 seulement, les emplois directs créés dans le pôle, dans une première étape. Une deuxième étude, en 1973, estimait que tous les produits intermédiaires pouvaient être transformés au Brésil, et même plus précisément dans la Nord-Est, mais pas forcément dans l’espace de Camaçari, la concentration géographique ne se justifiant plus. 28 000 nouveaux emplois seraient ainsi créés.

  • 8 Aux dires des techniciens du BEICIP, il n’existe aucune étude convaincante sur ce plan. Même si cer (...)
  • 9 Près de 100 000 dollards par emploi direct créé.

12Il était difficile en 1973, de se faire trop d’illusions sur le nombre d’emplois créés par cette industrie de pointe, dont toutes les expériences antérieures montraient déjà que le rapport investissement/emploi était un des plus faible qui soit8. Mais les organismes brésiliens avaient espéré (et cette espérance, par une sorte de glissement était devenue une certitude, une donnée de base...) que chaque emploi direct en créerait trois indirects9. Cette espérance trop abstraite n’était pas exactement celle du CLAN qui, de son côté, avait envisagé que que les biens intermédiaires produits dans une première étape, seraient transformés localement. Il comptait que, dès 1974, les industries dites de 3e génération (produits finis), créatrices d’emplois, seraient à Camaçari même, l’aboutissement de « l’intégration. Or ces industries ne sont pas venues. On explique souvent ce blocage par la convergence de deux facteurs : d’une part, les efforts de l’état de Bahia n’ont pas été menés jusqu’au bout pour attirer ces industries, la politique des années 72-74 ayant été plus orientée vers l’édification prestigieuse d’un gigantesque centre administratif à 20 km de la ville ; d’autre part, le pôle a commencé à fonctionner à une grande échelle en 1974, alors que les premiers symptômes de la récession économique n’incitaient guère les industriels du Sud à mobiliser leurs capitaux dans le Nord-Est, malgré les incitations.

13Quoiqu’il en soit, la confusion que nous venons de décrire est directement à l’origine des distorsions entre croissance industrielle et développement urbain, qui est ici notre principale préoccupation. D’une part, parce que, quelles qu’aient été les études théoriques ou de faisabilité réalisées, le coût social de l’opération a été négligé et pose aujourd’hui de graves problèmes ; d’autre part, parce que des confusions difficilement compréhensibles ont conduit à des résultats contraires aux prévisions.

14Nous terminerons cette petite rétrospective sur les différentes visions d’avenir du pôle par les « précisions » données par le schéma directeur issu en 1974, de la réflexion des experts des Secrétariats de l’état de Bahia, qui devait être la ligne de conduite des aménageurs : industries de transformations et emplois indirects devraient faire de Camaçari, petite localité située à 6 km du complexe, une ville de 250 000 habitants en 1981 ! En conséquence, un programme d’urbanisme devait être confié à la Préfecture de Camaçari, dans le but de réaliser une ville harmonieuse où se côtoieraient, cadres, ouvriers, détenteurs des services, professions libérales... Plus tard, des révisions sectorielles de ce schéma directeur seront réalisées, mais le document reste aujourd’hui encore, la trame conductrice des aménageurs. Son aspect le plus intéressant est qu’il tient compte de la nécessité d’une planification des effets induits par la présence du pôle. Toute spontanéité parait exclue. On verra, cependant, que le diagnostic qui repose sur des bases incertaines se trouvera vite faussé.

3 — Croissance industrielle et blocages urbains

15Nous ne sommes pas en mesure de faire ici un bilan économique du complexe, ni de nous prononcer sur sa réussite ou son échec. Notre propos est d’analyser les effets sociaux et spatiaux de son installation sur ses environs proches. Car son impact économique est plutôt mesurable à l’échelle nationale parce que les industries qui le composent sont de portée nationale ou internationale. On sait que l’État fédéral, par le biais d’un système de stimulants fiscaux, est le principal investisseur. La COPENE, filiale de la PETROQUISA qui appartient elle-même à la PETROBRAS, fournit toutes les matières premières aux industries constituées sous forme de joint-ventures (état - capitaux étrangers - capitaux nationaux, paulistes en général). L’infrastructure et la gestion des terrains sont à la charge du COPEC (Complexo petroquimico de Camaçari, dépendant du Secrétariat de l’Industrie de Bahia). L’urbanisation revient à la Préfecture de Camaçari, comme on l’a dit.

16Ainsi, la production industrielle (18 unités en opération en 1978, 15 000 ouvriers en 1980, 2 500 000 000 dollars investis en 1979) a permis au plan national, l’économie d’un milliard de dollars en devises en 1980.

  • 10 Certaines entreprises sont cependant en difficulté et ne travaillent pas au maximum de leurs capaci (...)

17Au niveau de l’état de Bahia, et malgré les dégrèvements d’impôts, 300 millions de dollars, soit plus de 20 % du budget, ont été payés par les entreprises jusqu’à 197910. Ces quelques chiffres sont toujours donnés à tout curieux, inquiet de la réussite du pôle.

18Mais il est temps d’aborder les retombées du pôle au niveau micro-régional, celui du municipe de Camaçari, au cœur duquel est édifié le complexe.

  • 11 Jusqu’à une date récente, la part des charges sociales dans l’entreprise ne représentait pas plus d (...)
  • 12 Le coût des transports et la propagande de la Préfecture poussent aujourd’hui les chefs d’entrepris (...)

19Comme on l’a dit, il existait un plan d’urbanisme depuis 1974. Des problèmes d’ordre politique et de longues négociations entre la Préfecture de Camaçari et le gouvernement de Bahia, concernant le partage des responsabilités, ont retardé les débuts de mise à exécution. Celle-ci commença en 1977 seulement, alors que la physionomie sociale de la zone de Camaçari avait déjà commencé à se structurer spontanément en fonction de plusieurs éléments : 1 — les industries de transformations ne suivaient pas, donc les emplois seraient moins nombreux. 2 — On pouvait au moins espérer recevoir les 12 000 à 15 000 travailleurs du pôle dont la présence dans les usines était une réalité ; or, recrutés à Salvador, en milieu urbain après une sélection sévère, ils n’envisagent pas de venir s’installer à Camaçari. Et ceci d’autant moins que les chefs d’entreprise, ne considérant pas les problèmes d’urbanisme comme de leur ressort, affrétèrent, dès la mise en marche des usines, des autobus pour transporter quotidiennement leurs ouvriers11. L’habitude des allées et venues était donc déjà prise lorsqu’un certain nombre de maisons apparurent dans les lotissements de la Préfecture de Camaçari12.

20Symptôme de l’absence d’intérêt des ouvriers pour les résidences mises à leur disposition : le syndicat des pétro-chimistes revendique le paiement des heures de transport en autobus. Il est, par ailleurs, à peine nécessaire de parler des aspirations des cadres, aucun n’a l’idée d’aller s’installer à Camaçari ni même dans son « élégant faubourg », Dias d’Avila, quartier à l’origine destiné aux salaires élevés. 3 — En revanche, la population dont on souhaitait le moins la présence est arrivée assez massivement ; les migrants pauvres des campagnes du Recôncavo surtout, mais aussi du sertão et de tous les états du Nord-Est. Dans une première phase, une partie de ces migrants a été occupée dans la construction qui employait jusqu’à 25 000 travailleurs temporaires. Depuis 1977, leur nombre diminue. Dans la seule année 1978, 8 000 d’entre eux ont été licenciés. Sans doute, l’image un peu clichée du nordestin est-elle celle de l’éternel migrant. Mais force est de constater qu’aujourd’hui, l’essentiel de la population de Camaçari (à peu près 90 000 habitants pour le municipe, d’après le recensement de 1980) est composée d’une masse d’immigrés sans travail, sous-employée, de très bas revenus ou sans revenu, vis-à-vis de laquelle la Préfecture de Camaçari a dû envisager un programme d’assistance.

21Nous nous trouvons donc à Camaçari face à deux groupes de population qui n’ont guère d’intérêts communs : les travailleurs de la pétrochimie et les habitants de Camaçari.

  • 13 Les salaires vont de 3 (soit 9 000 Cruzeiros 1980) à 30 ou 40 salaires minimum : 50 % des travaille (...)
  • 14 L’installation de l’eau et des égoûts dépend de l’état de Bahia. Les problèmes de pollution et la p (...)

221 — Les premiers représentent une catégorie salariée, d’origine urbaine, dont la profession est bien structurée. La formation professionnelle de la plupart d’entre eux fait qu’ils ont assez de poids pour peser sur les décisions qui se rapportent à l’organisation de leur vie. Bien qu’il s’agisse d’un groupe très hiérarchisé13 il existe un certain nombre de similitudes dans leurs aspirations : même goût pour la vie urbaine, même désir d’une scolarisation convenable pour leurs enfants, même préoccupation pour que les loisirs aient une place dans la vie quotidienne (cinéma, plage...). Leurs réticences pour venir s’installer à Camaçari viennent aussi bien de la crainte de la pollution, que de l’absence d’infrastructures et de la qualité médiocre des maisons qui sont mises à leur disposition. On notera d’ailleurs, depuis le début de la mise en chantier des zones de lotissement, une certaine dégradation des logements proposés par rapport à ce que pourrait être la demande. Construits, selon l’entreprise, pour des familles dont le salaire va de trois à dix salaires minimum, ces quartiers n’ont le plus souvent ni eau, ni égouts14. Par ailleurs, l’ensemble des retards accumulés fait que les entreprises de construction voient leur coût augmenter considérablement : l’inflation est aujourd’hui de plus de 100 % au Brésil et celui du matériel de construction dépasse souvent très largement ce chiffre. Ainsi, les mensualités que doivent verser les acquéreurs ne cessent d’augmenter, alors que leurs salaires ne sont ajustés que tous les six mois. Par ailleurs, le grand nombre de maisons invendues ou pour lesquelles les prestations ne sont pas versées, rendent très difficile la position des sociétés décentralisées de gestion de l’urbanisme qui sous-traitent avec des entreprises de construction privées. En effet, celles-ci voient avec réticence diminuer leur marge de profit. Or, ce problème se pose exactement au moment où les ressources de la Préfecture diminuent ; cette dernière avait à l’origine contracté de lourds emprunts qu’elle doit aujourd’hui rembourser tout en tentant de faire face à la question de l’assistance aux immigrés pauvres, sur laquelle on reviendra.

  • 15 Il faut remarquer que le BNH (Banco Nacional de Habitação) donne les mêmes facilités d’accession à (...)

23Le résultat actuel est que l’on tente par tous les moyens de vendre les maisons déjà construites ou en cours de construction à toute personne susceptible de s’y intéresser : qu’elle soit employée dans le pôle ou non. L’objectif des acheteurs est donc le plus souvent la spéculation, effet contraire à ce qui était envisagé. Les acquéreurs de 1980, dont les revenus ne sont en réalité plus tellement contrôlés, achètent les logements dans le but de les louer ou peuvent se permettre d’attendre que l’opération soit un jour rentable. Ainsi, il ne s’agit plus vraiment de planifier le logement des ouvriers du pôle, mais de résoudre d’urgence le problème du déficit accéléré du budget de la Préfecture, par la politique d’habitation et d’infrastructure15.

242 — Les habitants de Camaçari : ce sont les immigrés récents et les anciens habitants de la petite préfecture du municipe. Qu’il s’agisse des uns ou des autres, leurs revenus sont très bas. D’après le Département des Affaires Sociales de la Préfecture (CEDROS), 70 % d’entre eux ne jouiraient que de revenus inférieurs à 2 salaires minimum, soit moins de 6 000 cruzeiros 1980 par mois (moins de 100 dollars, pour des familles de quatre à cinq membres), et beaucoup n’ont aucun revenu déclaré. Lorsqu’ils avaient élaboré le schéma directeur, les experts avaient pris en compte l’éventualité d’une arrivée assez massive de migrants et de la formation de bidonvilles qui en découlerait. Mais ils pensaient que cette spontanéité serait rapidement contrôlée par un phénomène de croissance urbaine dont le moteur serait à la fois la multiplication des emplois indirects et le niveau de consommation des travailleurs du pôle, résidant à Camaçari. Comme on l’a vu, aucune de ces conditions ne s’est trouvée réalisée. En revanche, l’afflux de migrants a connu son apogée entre 1973 et 1977, avant même que le plan d’urbanisme n’entre dans sa phase opératoire. Des bidonvilles occupés par des familles d’origine rurale sont apparus à proximité des chantiers où les pères et les fils avaient trouvé provisoirement à s’embaucher.

  • 16 Voir Hélène Rivière d’Arc : Aux environs du pôle pétrochimique, la difficile croissance de la ville (...)

25Afin d’éviter la spéculation et une ségrégation trop criante, les responsables de la Préfecture avaient envisagé de répartir l’espace de l’ancienne ville en zones de lotissements relativement réduites (jamais plus de 1 000 lots) où les terrains destinés aux différentes catégories (0,5 - 3 salaires minimum ; 3 - 5 ; 5- 10 etc.) s’imbriquaient les uns dans les autres. Pour mener à bien ce projet, on dut expulser massivement les anciens habitants de Camaçari, le plus souvent de tout petits agriculteurs qui s’adonnaient aux cultures de subsistance. Très mal indemnisés - et ces expulsions ont causé beaucoup de drame, - ceux-ci devaient être relogés dans les espaces qui correspondaient à leur niveau de revenus. Le plus souvent incapables de se recycler dans une industrie de pointe pour laquelle ils n’avaient aucune préparation et qui ne s’est d’ailleurs pas tournée vers eux, ils se retrouvent aujourd’hui dans les zones d’habitat populaire (appelées PHOC), dans des situations souvent pires que celle des immigrants transférés des bidonvilles avec lesquels ils voisinent16.

26En effet, afin de répondre aux besoins les plus sommaires de cette population, immigrée ou non, la Préfecture a développé un programme de distribution des lots, où la famille de bas revenus peut accéder à un terrain moyennant une participation financière mensuelle symbolique (de 20 cruzeiros par mois en 1975, elle s’élève cependant aujourd’hui à 350). L’acquéreur construit ensuite sa maison lui-même en bénéficiant de l’aide technique de la Préfecture : de l’utilisation, à l’origine, des matériaux abandonnés sur les chantiers du pôle, on tente de passer actuellement à un programme de construction en bois et ciment, dont la matière première est préparée collectivement.

27Une sorte de coopérative d’élaboration de matériaux de construction, employant les chômeurs, avait été lancée par le curé de la paroisse. Cette idée a été partiellement reprise par l’organisme responsable du logement de bas revenus à la Préfecture, la DECOM. Cependant, les difficultés financières de cette dernière qui ne bénéficie que d’un budget minime, retarde le programme. Des milliers de personnes sont aujourd’hui en attente d’un lot et des « invasions » ont lieu périodiquement dans les zones prévues par le schéma directeur pour leur hébergement. Or les invasions ne sont pas autorisées, et ce sont souvent les curés de la paroisse, animateurs des associations de quartiers, qui prennent en main la défense des « envahisseurs », en faisant intervenir des avocats. Malgré la bonne volonté de nombre de techniciens des organismes à but social de la Préfecture, cette politique d’assistance appuyée sur un financement infime par rapport aux besoins, et en regard des erreurs commises dans les autres secteurs, ne laisse pas de créer une frustration à la fois chez les fonctionnaires et chez les habitants, souvent plus enclins à faire confiance aux curés qu’à la Préfecture.

CONCLUSION

  • 17 Un nouveau commerce s’installe, paraît-il, tous les quinze jours dans la ville, mais combien dispar (...)

28Vie chère, spéculation sur les terrains, gonflement urbain sans développement17, une quantité de fonctionnaires déçus, recrutés pour accomplir le grand projet d’urbanisme mais qui n’ont jamais accepté de s’installer eux-mêmes à Camaçari, une masse de pauvres sans perspective d’emploi... Voilà en résumé la situation à laquelle doit faire face aujourd’hui la ville de Camaçari.

29L’organigramme extrêmement compliqué des organismes créés chaque fois qu’un nouveau problème surgit, montre à quel point les compétences ont été sectorialisées, tout en s’interférant, ce qui amène les responsables à sans cesse se renvoyer la balle, à se réunir pour faire le point... Ils n’ont plus guère aujourd’hui la même vision du problème, ce qui crée de nouveaux blocages : car si certains d’entre eux estiment qu’il faut arrêter là les frais (tel l’organisme de consultation de la zone métropolitaine de Salvador dont dépend Camaçari), et simplement consolider ce qui existe, d’autres, frustrés d’un mirage qu’ils avaient eu voici cinq ans, le Secrétariat de Planification de la Préfecture notamment, tente envers et contre tout de présenter le schéma initial comme l’objectif vers lequel il convient toujours de tendre. Ceci, malgré les glissements et réévaluations de toutes sortes qu’ils sont obligés de faire. Ils ne parviennent pas, en effet, et cela est fort compréhensible, à se résoudre à l’idée que la Préfecture doit devenir un organisme d’assistance, destiné à gérer un municipe marginal où le problème de l’emploi est particulièrement crucial. Quel paradoxe d’ailleurs, de penser qu’à 6 km de Camaçari, s’élève un complexe industriel impressionnant « hérissé de colonnes et traversé de tubulures »..., qui a coûté près de trois milliards de dollards (beaucoup plus que Fos/Mer, près de Marseille...) et que près de 60 000 personnes vivent à Camaçari dans l’incertitude totale du lendemain !

30De fait, la Préfecture s’est rendue compte, dès 1978, que la difficulté de trouver du travail était devenue le problème numéro 1 des habitants de Camaçari. Le marché de détail, principal source d’emplois, est aujourd’hui saturé, de même l’administration (la Préfecture elle-même employait 1 600 personnes dont la plupart ne vit pas à Camaçari, mais a dû débaucher à partir de 1979). La petite industrie locale de la céramique ne recrute plus guère. Seules, quelques activités temporaires sont actuellement proposées dans la construction d’une usine de traitement du cuivre, sur le site du pôle.

31Dans ce contexte, et ultime espoir, la Préfecture a créé un nouvel organisme, la DECASA (Desenvolvimento de Camaçari SA) destiné à réimaginer un « développement global » du municipe. Incitations à l’installation d’une petite zone industrielle à l’intérieur même de l’espace urbain, développement touristique de la zone côtière du municipe, mais surtout propagande intensive auprès des chefs d’entreprise et des employés du pôle, pour que ces derniers viennent s’installer à Camaçari, sont actuellement les actions que développe la DECASA, pour tenter de remettre sur les rails la croissance urbaine et le développement du municipe.

  • 18 Cf. Fernando Henrique Cardoso. — Leçons au Collège de France sur l’émergence d’une nouvelle société (...)

32Mais au fond, de quel poids pèsent ces organismes locaux, aux budgets réduits, face aux agents financiers et technologiques, souvent internationaux, en tout cas les plus puissants du Brésil ? Le fossé entre l’échelle nationale et l’échelle locale ou régionale est-il une étape provisoire et nécessaire ? Ceci n’est pas évident, à l’époque où la plupart des branches de l’industrie ne crée plus qu’un nombre restreint d’emplois dans la production par rapport à l’accumulation et à la concentration du capital, tandis que se développe un important secteur tertiaire de gestion, localisé plutôt dans les grandes métropoles18.

Notes

1 Entre 1960 et 1973, sont apparus Ciudad Guyana, Las Truchas, Esmeraldas, Camaçari etc.

2 H. Théry. — Le coût social d’un pôle pétrochimique. — Économie et Humanisme (260) juil. août 1981, pp. 26-35.

3 Voir par exemple, le cas de Fos/Mer, dans le sud de la France dans La Damnation de Fos, par Bernard Paillard, le Seuil, Paris, 1981.

4 Cf. Fernando Henrique Cardoso. — The originality of a copy: CEPAL and the idea of development, CEPAL Review, seconde moitié du 1977, pp. 7-40.

5 SUDENE-GTDN, Uma político de desenvolvimento economico para o Nordeste, Recife. 1978, 3° édition.

6 Robert Linhart. — Camaçari, pôle de développement ou de sous-développement ? Repères pour le socialisme, n° 7, mai-juin 1981.

7 Sa politique initiale a été démantelée en 1964.

8 Aux dires des techniciens du BEICIP, il n’existe aucune étude convaincante sur ce plan. Même si certains travaux, réalisés à postériori, ont montré que la pétrochimie avait été à l’origine de la création de X emplois indirects, dans une région ou un pays donné, rien ne prouvait qu’elle aurait les mêmes effets dans un contexte différent. Par ailleurs, la technologie ne cesse d’évoluer et ne va pas dans le sens de la multiplication des emplois. Ainsi une étude vieille de dix ans n’est plus aujourd’hui convaincante.

9 Près de 100 000 dollards par emploi direct créé.

10 Certaines entreprises sont cependant en difficulté et ne travaillent pas au maximum de leurs capacité ; d’autres ont des problèmes de débouché ; cependant, près de 70 % de la production est vendue dans les états du Nord-Est.

11 Jusqu’à une date récente, la part des charges sociales dans l’entreprise ne représentait pas plus de 4 % du coût d’investissement.

12 Le coût des transports et la propagande de la Préfecture poussent aujourd’hui les chefs d’entreprise à donner des facilités à leur personnel pour qu’il se loge à Camaçari. Mais l’opération est aujourd’hui risquée et entreprises de construction et patrons de la pétrochimie se renvoient la balle des risques.

13 Les salaires vont de 3 (soit 9 000 Cruzeiros 1980) à 30 ou 40 salaires minimum : 50 % des travailleurs du pôle gagneraient de 5 à 10 salaires minimum.

14 L’installation de l’eau et des égoûts dépend de l’état de Bahia. Les problèmes de pollution et la priorité donnée aux besoins des entreprises l’ont retardé jusqu’à 1980. Mais de nouveaux problèmes apparaissent aujourd’hui...

15 Il faut remarquer que le BNH (Banco Nacional de Habitação) donne les mêmes facilités d’accession à la propriété pour les salariés compris dans les tranches de salaires pratiqués dans le pôle, à Salvador qu’à Camaçari.

16 Voir Hélène Rivière d’Arc : Aux environs du pôle pétrochimique, la difficile croissance de la ville des Camaçari ; et Hélène Rivière d’Arc et Hervé Théry : Analyse de la population de bas revenus dans Documents de recherche du CREDAL, Institut des Hautes Études de l’Amérique Latine, mars 1981.

17 Un nouveau commerce s’installe, paraît-il, tous les quinze jours dans la ville, mais combien disparaissent... Aucun siège social ou service afférent à la présence du complexe (banque, hôtel etc.) ne s’est jusqu’à aujourd’hui établi à Camaçari.

18 Cf. Fernando Henrique Cardoso. — Leçons au Collège de France sur l’émergence d’une nouvelle société dans le Tiers-Monde. Paris, 1er trimestre 1981.

Auteur

Chargée de recherche au CNRS-CREDAL, géographe

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter