Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’État aménageur en Amérique latine

 | 
Jean Revel-Mouroz

I. Pouvoir et espace

L’impact urbain et industriel des raffineries intérieures mexicaines

Alain Vanneph

Texte intégral

1Dans l’étude de la géographie industrielle du Mexique, seconde puissance d’Amérique Latine après le Brésil, l’examen des activités pétrolières et de leur impact occupe une place prépondérante et grandissante : prépondérante, grâce à un parti pris précoce et continu de développement économique national fondé sur la richesse pétrolière, symbolisé par la nationalisation de 1938 ; grandissante, grâce à l’ampleur des nouvelles découvertes qui permettent de situer les réserves mexicaines certifiées au 4e rang mondial (70 milliards de barils au 1er septembre 1981). Le Mexique est devenu le cinquième producteur de pétrole (2,7 millions de barils par jour, soit 135 millions de tonnes par an, prévus pour 1982).

2A l’intérieur de cet ensemble, les raffineries occupent une place décisive avec leur rôle polarisateur ; ce sont des relais indispensables entre la production d’hydrocarbures bruts et la consommation énergétique d’une part, et leur usage comme « matière première » de la pétrochimie, d’autre part.

3Il ne sera pas question ici de traiter en détail de l’ensemble des raffineries mexicaines (1 173 000 barils par jour, 58 millions de tonnes par an) ; laissant de côté au maximum les aspects trop techniques et les « raffineries classiques » d’implantation dans les districts pétroliers, l’étude portera sur les raffineries intérieures, avec leurs caractéristiques propres et leur impact particulier, en ne citant que pour mémoire le cas différent d’Azcapotzalco, la raffinerie de la banlieue de Mexico, pour insister sur la spécificité des raffineries de la génération actuelle : Salamanca, Tula, Cadereyta.

A) LES STRATÉGIES PÉTROLIÈRES

I) Distribution géographique des raffineries : héritages et contraintes

1) Les héritages

4L’histoire du raffinage remonte à 1903, avec l’installation à Ebano (San Luis Potosi), par la Mexican Petroleum de l’américain Doheny, d’une usine quasi artisanale ayant 2 000 barils de capacité, par an... Créée avant même la mise en activité du premier puits commercialement rentable (1 500 barils/jour), celui de La Paz (3 avril 1904), elle fermera dès 1913. En fait, la première raffinerie véritable date de 1906, à Minatitlán-San Cristobal (Veracruz) sous l’égide de Pearson, et avec une capacité de 80 barils/jour. La faiblesse du raffinage en ces temps héroïques tenait à l’étroitesse du marché de consommation local limité au seul usage des compagnies pétrolières, et à l’existence d’utilisations directes de brut (par exemple dans les locomotives de la ligne Tampico-San Luis Potosi).

5Puis vinrent les raffineries de Ciudad Madero, en 1914, avec 20 000 barils par jour ; Mata Redonda, en 1915, avec 75 000 barils par jour ; et quelques unités plus petites, toutes construites par les compagnies pétrolières étrangères sur les principaux gisements pétroliers. La capacité de raffinage restait très inférieure à la production, en liaison avec une exportation presque systématique (2e ou 3e rang mondial entre 1921 et 1930).

6Il faut attendre 1932 pour que la première raffinerie destinée véritablement à une consommation locale — en pleine croissance à cette époque — se crée à Azcapotzalco, dans la banlieue nord-ouest de Mexico, avec 50 000 barils/jour destinés au marché de la capitale. Pour la construction de cette première raffinerie intérieure, 124 millions de pesos furent nécessaires, non pas tellement pour l’usine elle-même, mais pour l’installation de l’oléoduc de la compagnie El Aguila, sur plus de 300 km et 2 200 m de dénivellation, entre la côte du Golfe (Papantla) et l’Altipiano (Mexico).

7Puis Poza Rica se met en route en 1943, et Reynosa dans les années cinquante. A ce moment, l’essor de la consommation du centre-ouest mexicain suscite l’implantation de la seconde raffinerie de marché ou raffinerie intérieure, à Salamanca (Etat de Guanajuato), près d’Irapuato : 30 000 barils par jour au départ, 700 millions d’investissements, avec un oléoduc direct depuis Poza Rica. Cette création est assortie de la fermeture d’un certain nombre de petites raffineries anciennes, telle Mata Redonda.

8Puis vint une longue période où l’effort de PEMEX porte seulement sur le développement des capacités quantitatives et qualitatives des raffineries existantes, en corollaire de l’effritement du dynamisme de la production pétrolière.

9Les années 1972-1975 voient une reprise se concrétiser avec trois décisions importantes :

  • établissement d’une raffinerie à Tula (Etat d’Hidalgo), opérationnelle aujourd’hui, pour un investissement de 4 milliards de pesos ; l’objectif est ici de compléter Azcapotzalco, devenue insuffisante pour la desserte du District Fédéral ;
  • autre implantation à Salina Cruz (Etat d’Oaxaca), qui doit atteindre 170 000 barils par jour, pour la desserte de la côte pacifique et pour l’exportation ;
  • enfin la raffinerie de Cadereyta (Etat de Nuevo León), dont la construction vient de s’achever ; 235 000 barils par jour pour pallier l’insuffisance de l’approvisionnement de Monterrey.

10Ces trois décisions confirment l’évolution favorable aux raffineries intérieures, ou plutôt aux raffineries de marché, puisque la position de Salina Cruz, sur le littoral pacifique de l’Isthme de Tehuantepec, permet difficilement de lui appliquer l’épithète d’intérieure, même si, de facto, ses fonctions l’opposent aussi bien aux raffineries littorales classiques qu’aux raffineries de gisement.

11En tenant compte de ces dernières, et de plusieurs usines de traitement du gaz, le bilan actuel du raffinage s’exprime sous forme d’un équilibre raffinage-consommation intérieure, équilibre rétabli au prix de gros investissements, et doublement de la capacité en 10 ans. Au moment de l’achèvement de toutes les tranches prévues, c’est-à-dire actuellement, la capacité de production a atteint 500 000 barils par jour.

12Mais face à l’accroissement des réserves et de la production, et face aux perspectives d’exportation, un autre objectif se dessine aujourd’hui, visant non seulement à favoriser le marché national, mais à dépasser la demande, de manière à permettre l’exportation de surplus raffiné, et donc de valeur ajoutée.

13Il reste à forcer les barrages de la technologie et du financement, avant de trouver les localisations qui, dans la logique marché-gisements, devraient concerner la région de Puebla, entre le Sud-Est et Mexico, et la région de Dos Bocas, débouché naturel du Chiapas oriental et du Campeche.

2) Les contraintes

14Cette évolution, en faveur des localisations intérieures, auprès des marchés de consommation, correspond à une tendance générale, observée tant en ce qui concerne l’ensemble des raffineries de marché — au détriment des raffineries de source ou des raffineries intermédiaires — qu’en ce qui concerne, au sein de ce premier groupe, le sous-ensemble des localisations intérieures par rapport aux localisations portuaires (7 raffineries intérieures en Europe occidentale en 1959, 34 en 1969).

  • 1 J. Massonneau. — Economie des hydrocarbures. — Paris, Technip, 1969.

15« Il s’agit de chercher l’emplacement qui, compte tenu des moyens de transport possibles et de leur coût, stockage compris, conduit au coût total d’approvisionnement en produits minimal. Il s’agit ainsi d’un problème de recherche opérationnelle. »1

16D’où une progression des raffineries de marché, en fonction des surcoûts de transport infligés aux produits raffinés par rapport au brut.

17D’où une localisation des raffineries intérieures au centre de gravité des marchés, grâce aux économies réalisées par l’oléoduc de brut, au détriment d’un transport, sur la même distance, de produits raffinés.

18L’évolution conduit à rapprocher au maximum la raffinerie de la moyenne pondérée des consommateurs finaux, même si cela entraîne un allongement des parcours maritimes ou terrestres de brut.

19Une évolution qui peut être remise en cause par les fluctuations économiques ou politiques, et de toutes façons limitée par l’intervention d’une autre donnée : la taille de la raffinerie. En effet, celle-ci conditionne l’aire d’influence de la raffinerie, donc les coûts moyens de transport des produits finis. De sorte que ces coûts augmentent proportionnellement au gigantisme de l’usine.

20Mais comme, inversement, le prix de revient à la tonne, au départ se trouve diminué, par économie d’échelle, la localisation optimale intègre ces deux variables.

21Il reste ensuite au niveau de la production quotidienne à intégrer cette fois sept paramètres :

  1. les débouchés (la demande) ;
  2. les types de bruts (l’offre) ;
  3. les prix des bruts ;
  4. les zones de marché ;
  5. l’équilibre entre ces éléments ;
  6. le temps (variations saisonnières) ;
  7. les implications économiques.

22Ceci appartient de plus en plus au domaine de l’ordinateur. En est-il de même, tout au moins au Mexique, quant au choix précis des localisations ?

II) Les sites des raffineries

1) Les critères techniques

23La localisation de Salamanca se doit à la volonté du Président Cárdenas. Les critères objectifs retenus furent les bonnes ressources en eau, le climat tempéré, et surtout le marché potentiel représenté par la région du Bajío, centre historique du Mexique colonial, minier et rural, bien urbanisé avec Guanajuato, Irapuato, León, Celaya, Aguascalientes et Guadalajara, et « grenier » traditionnel du Mexique, appelé par la révolution verte à développer considérablement sa consommation de carburants et d’engrais.

24Il semble que, dans l’idée de Lázaro Cárdenas, ce dernier critère, celui des liaisons réciproques entre pétrole et agriculture, ait été particulièrement important. Mais d’autres facteurs, moins nettement visibles, moins classiques, ont joué leur rôle :

  1. la proximité du Michoacán (Morelia, la capitale, est d’ailleurs desservie par un tronçon d’oléoduc depuis Salamanca), cher à Cárdenas et, plus précisément, la position de Salamanca sur le tracé d’un axe transversal Tampico-Michoacán dont la réalisation a longtemps été rêvée par le président ;
  2. la volonté politique de « noyauter », ou du moins de contrebalancer par une « colonie » pétrolière, formée d’une population par excellence « révolutionnaire », une population du Bajío en général, et de Salamanca en particulier, réputée pour son catholicisme et son traditionnalisme, naguère proche du mouvement cristero... Une réussite au-delà des espérances, dont les conséquences apparaîtront sous la forme d’une situation conflictuelle (cf. deuxième partie), non encore apaisée, un quart de siècle après l’installation de la raffinerie... Quant au lieu précis d’implantation, par rachat de l’hacienda « El Baúl », son choix demeure un mystère d’autant plus absolu qu’il aboutit à rabattre les fumées industrielles directement sur... la ville !

25Cadereyta, à proximité de Monterrey, doit son existence à la crise énergétique qui a gravement frappé la capitale du Nord-Est, le deuxième centre industriel mexicain, dans les années 1972-1973. Les régiomontains ont eux-mêmes revendiqué une installation de PEMEX apte à assurer l’autonomie et la sécurité de la fourniture régionale de combustible et de gaz. Le problème, c’est qu’ils avaient demandé une usine, et qu’on leur a octroyé toute une raffinerie, de très vaste capacité, élément d’un ensemble national interconnecté, tout autant qu’article régional...

26Les éléments constituants du choix précis de localisation restent, là encore, difficiles à évaluer, d’autant qu’il existe une volonté systématique de la part de PEMEX de ne dévoiler ses projets qu’au dernier moment, après les achats de terrain, pour éviter toute spéculation... et par là même la concertation avec les autorités locales, ainsi que toute contestation éventuelle. Il semble que les ressources en eau, discrètement estimées antérieurement par PEMEX, aient joué un rôle prépondérant, encore qu’on se soit aperçu seulement à l’usage que si la quantité existait, la qualité faisait défaut, avec des eaux chaudes et chargées de sels corrosifs ; un idéal pour les circuits de refroidissement !

27Quant à Tula, son intérêt réside notamment dans la qualité des informations disponibles grâce à des études précises de PEMEX. La décision à la base de la naissance de la raffinerie se dégage peu à peu, au fur et à mesure que s’accroît le décalage entre l’offre, fournie par la vieille raffinerie d’Azcapot-zalco, et la demande croissante du District Fédéral. En 1975, on constate un déficit de 55 000 barils par jour en produits raffinés, 23 000 barils par jour en fuel et 25 000 barils par jour de gaz, déficit qui doit être compensé, de manière coûteuse et peu fiable, par les surplus de raffineries lointaines, telles Minatitlán ou Poza Rica ; le déficit devait attendre 240 000 barils par jour en 1980 ! Dans ces conditions, le seuil de rentabilité d’une nouvelle installation apparaît dès 1976 et justifie la décision de « doubler » Azcapotzalco d’urgence.

28Trois critères de localisation s’imposent alors, au niveau de la situation :

  1. implantation extérieure à la zone suburbaine ;
  2. proximité du District Fédéral ;
  3. orientation intermédiaire entre les zones de production et le marché de consommation.

29Le premier critère répond à de multiples facteurs répulsifs : le prix élevé des terrains, leur rareté, compte tenu de l’espace nécessaire (environ 500 ha) pour les installations d’une raffinerie de bonne capacité, et surtout la pollution. Même si, officiellement Azcapotzalco ne compte que pour 0,6 % du total de la pollution atmosphérique de l’agglomération de Mexico, le niveau atteint ne permet plus le moindre risque supplémentaire.

30Le second et le troisième critère répondent à une logique simple fondée sur les coûts de transport des produits raffinés, et du brut. Ils conduisent à sélectionner des emplacements dans les secteurs orientés au nord ou à l’est de la capitale.

31Quant au site précis, son choix devra tenir compte de 9 paramètres :

  1. densité du peuplement ;
  2. relief et climat ;
  3. sismologie ;
  4. sous-sol ;
  5. voies de communication ;
  6. desserte de brut ;
  7. disponibilité en eau ;
  8. force électrique ;
  9. drainage ;
  10. marché foncier ;
  11. climat socio-politique.

32Ce filtrage aboutit à une première sélection de neuf sites, dont Tulancingo, Pachuca, San Martin Texmelucan, Tepeji et Tula.

33Enfin, un arbitrage final désigne Tula (Etat d’Hidalgo), ville de 20 000 habitants, à 2 100 m d’altitude, en climat semi-aride, à 93 km au Nord-Nord-Ouest de Mexico. Sept cents hectares de terres éjidales, sur un glacis en faible pente, sur un sous-sol volcanique stable, sont achetés à 7 km à l’Est de la ville. Il faut alors construire une liaison de 3 km avec le chemin de fer Mexico-Nuevo Laredo, une route de 7 km vers Tula, et une route de 29 km pour assurer un bon raccordement avec l’autoroute Mexico-Querétaro. Neuf puits sont forés, débitant 700 barils d’eau par jour. Un oléoduc de 633 km et de 24 pouces de diamètre, apporte le brut de Poza Rica et même de l’Isthme, initialement après transbordement maritime entre Minatitlán et Tuxpan, puis par oléoduc. Deux conduits de 100 km, ou polyducs, assurent l’interdépendance entre Azcapotzalco et sa « jumelle ». Au total 5 milliards de pesos devront être investis, pour une raffinerie qui assure la desserte de tout le nord de la région de Mexico.

2) Les décalages avec la réalité

34Ce choix, apparemment objectif et rationnel, appelle toutefois quelques remarques :

  1. le Nord a été choisi, pour faciliter les relations avec Azcapotzalco, elle-même dans la banlieue septentrionale de Mexico. L’hypothèse inverse, un contre-poids méridional, aurait pu s’admettre aussi bien. D’autant plus que l’importance des gisements du Sud-Est était reconnue au moment de la décision.
  2. dans aucun des neuf paramètres, Tula ne figure en bonne position. Et comme en témoignent les travaux routiers et les forages aquifères, elle se trouvait parfois assez défavorisée. Quant à la pollution, déjà impressionnante avec trois cimenteries autour de la ville, elle ne semblait pas avoir besoin de ce renfort ;
  3. si l’on compare Tula à San Martin Texmelucan, à proximité de Puebla, on peut s’étonner du choix :
  4. eau difficile à trouver, et limitée, imposant un recyclage poussé d’un côté ; richesses hydrauliques de la Sierra Nevada de l’autre côté ;
  5. problèmes spécifiques de Tula, où existe une pollution des eaux liée aux rejets des eaux usées de Mexico dans le rio Tula, et où un important site archéologique devait être protégé ;
  6. qualités particulières de San Martin, où existe déjà un corridor industriel partiellement spécialisé dans la pétrochimie2.

35Comment expliquer, alors, le choix de Tula ? Tout simplement parce que, en fait, le choix n’a pas eu lieu, PEMEX n’a pas décidé librement, rationnellement, mais a dû s’installer à Tula. A la suite d’une décision antérieure et tout à fait indépendante de la C.F.E. (Commission Fédérale d’Electricité) — pourtant organisme d’Etat également — d’installer une centrale thermoélectrique de 1,2 milliards de kW à Tula. Le fait que cette centrale devait utiliser 32 000 barils par jour de résidus de distillation, dont le transport à distance aurait été aussi inutilement que fortement onéreux, marginalisait évidemment l’importance des autres critères. Cette liaison inversée permet de poser le problème des filières techniques, des relations inter-industrielles à l’amont et à l’aval de la raffinerie, et par là même de l’insertion régionale de la raffinerie.

3) L’importance régionale des filières techniques

36Parmi les divers paramètres intervenant dans les choix des caractéristiques des raffineries, la notion de spécificité régionale est apparue à plusieurs degrés.

37Quantitativement, la demande, dans sa modulation globale, justifie le nombre de raffineries. Dans sa modulation régionale, elle justifie les choix de localisation (au plus près du centre de gravité de la moyenne pondérée des utilisateurs), et les limites de desserte : Côte Pacifique pour Salina Cruz, Nord-Est pour Cadereyta, centre-ouest pour Salamanca, nord de la région de Mexico pour Tula, sud de la région pour Azcapotzalco, couvrant ainsi d’un réseau de plus en plus dense un Mexique continental, urbanisé et industrialisé, au fur et à mesure que son développement rendait inadaptée la fourniture par les raffineries de source de la côte du Golfe.

38Compte tenu du compartimentage et de l’échelle nationale, cette soumission de la localisation des raffineries aux critères objectifs de consommation, et à leur répartition en taches de densité discontinue, aboutit à une convergence de facto avec les découpages régionaux, constitués autour des trois foyers urbains et industriels (donc foyers de consommation) du Mexique : Mexico, Monterray (Nord) et Guadalajara (Centre ouest).

39Le rôle du réseau d’oléoducs et gazoducs secondaires, le rôle global de redistribution régionale de la raffinerie, conforte ensuite par une fonction nouvelle l’autonomie régionale, c’est notamment le cas à Salamanca, encore qu’ici, le décalage par rapport à Guadalajara implique plutôt une animation sous-régionale, au niveau du Bajio, mais avec, saisonnièrement, une influence, et donc des liens, remontant jusqu’au nord-ouest mexicain.

  • 3 Le développement du port industriel de Lázaro Cárdenas, alimenté en hydrocarbures grâce à Salina C (...)

40Le cas de Salina Cruz est différent, avec une implantation non pas liée à une tache de densité de consommation, mais à une facilité de desserte, par cabotage, sur une longue bande linéaire de consommation, le long du littoral Pacifique, c’est-à-dire en dehors d’un cadre régional existant. Seule, cette fonction de desserte serait insuffisante pour créer une virtualité régionale ; mais associée à une fonction touristique, qui se développe désormais sur toute la côte, et non plus sur le seul pôle d’Acapulco, et à une valorisation agricole en progression, grâce à l’irrigation au Nord et aux progrès des cultures tropicales un peu partout, et apportant par elle-même grâce à la sécurité d’approvisionnement énergétique et à l’abaissement des coûts, un élément d’ouverture à l’activité industrielle, peut-être cette raffinerie pourra-t-elle concourir à la gestation d’une nouvelle réalité régionale3.

41Mais cette vocation régionale potentielle dépend aussi d’éléments qualitatifs, à savoir le type de raffinerie ; en effet, le pouvoir « régionalisant » d’une raffinerie tournée essentiellement vers la production de carburants (Tula, Cadereyta...) sera beaucoup moins évident que celui d’une raffinerie tournée vers l’approvisionnement d’une plate-forme pétrochimique. D’une part, parce que cela implique un rôle de desserte régionale pour une variété de produits et d’usages, tels les engrais pour Salamanca d’autre part, parce que cela implique un effet d’entraînement industriel, générateur potentiel de relations inter-industrielles régionales.

B) L’EFFET D’ENTRAINEMENT : LA RELATIVE REUSSITE DE SALAMANCA4

1) Une croissance locale quantitativement indéniable

42La cité de Salamanca, qui comptait 20 000 habitants en 1946, passe à 140 000 habitants en 1978, avec un secteur secondaire progressant de 13 % à 35 % des actifs.

43L’agriculture subit une mutation brutale : elle se mécanise à 80 % et s’oriente vers des pratiques spéculatives grâce à l’irrigation des terres (50 %) et un taux élevé d’utilisation d’engrais. En dix ans, le parc des tracteurs a été multiplié par quatre, le parc des camions par deux.

44Cinq milliards de pesos investis dans l’industrie assurent 3 000 emplois fixes, et 1 800 temporaires ; 35 millions de pesos sont versés au municipe et à l’Etat.

45A partir de la raffinerie, l’essor industriel s’est partagé suivant :

461) un effet de polarisation

47Effet direct avec installation d’une centrale thermoélectrique utilisant le fuel produit (500 emplois) ; effet direct grâce aux bases pétrochimiques, avec neuf industries (caoutchouc artificiel, engrais, notamment...) dont sept entreprises du secteur privé.

48Effet secondaire avec une entreprise liée à la pétrochimie utilisant des produits de la génération précédente, pour l’industrie de la chaussure.

492) un effet multiplicateur

50avec une entreprise fournissant du matériel à PEMEX (bidons d’huile) et trois entreprises fournissant du matériel à la pétrochimie. Au total, un bilan quantitativement limité mais une réussite, en comparaison avec les autres foyers pétroliers liés aux raffineries de source (Poza Rica, Reynosa) où seules les entreprises publiques voisinent avec l’installation de base, ou très exceptionnellement des établissements privés en liaison aval, quasiment sans effets indirects, et où n’apparaissent jamais de fournisseurs de PEMEX, c’est-à-dire d’éléments multiplicateurs fondamentaux à l’amont d’un pôle industriel.

51Il est caractéristique de constater que l’entreprise implantée à Salamanca pour approvisionner PEMEX, ne dessert pas seulement RIAMA (Raffinerie Miguel Amores) mais l’ensemble du marché national. Elle a choisi Salamanca, puisque, fondée au départ sur le créneau de vente des bidons pour lubrifiants, elle tirait une double économie dans les coûts de transport de la conjonction avec RIAMA, pendant longtemps unique centre de fabrication des lubrifiants mexicains, et de la proximité du District Fédéral, premier marché de consommation.

52D’une manière générale, seule une entreprise de dimension nationale peut approvisionner PEMEX, ce qui explique le défaut d’effets multiplicateurs, pour trois raisons :

  1. prises de décision d’offres d’achat ayant lieu uniquement à l’échelon central, à Mexico, sans aucune autonomie locale ;
  2. d’où l’importance des quantités demandées, supérieures à la capacité d’une petite entreprise locale ou régionale ;
  3. lenteur des paiements de PEMEX (plus de six mois...) ce qui implique une trésorerie forte.

53Comment expliquer ensuite l’efficacité relative de l’effet aval ?

  1. par la situation de monopole dont jouit, ou jouissait RIAMA pour certaines productions, compte tenu de la spécialisation pétrochimique attribuée dès le départ à la raffinerie (base de production d’engrais pour le Bajío notamment) ;
  2. lorsque ce facteur disparaît (comme pour le caoutchouc artificiel, avec l’entrée en concurrence de Tampico), cela ne crée aucun préjudice pour l’industrie salmantine, puisque PEMEX pratique un prix unique de vente des produits pétrochimiques, prix livré, sans altération due aux coûts de transport ;
  3. par trois critères positifs, spécifiquement salmantins cités par les industriels :
  4. la qualité de la main-d’œuvre ; la réponse est paradoxale, quand on connaît les critiques adressées ailleurs à la main-d’œuvre issue de PEMEX, ou « contaminée » par elle (absentéisme, indifférence, féodalité syndicale...). Mais ces problèmes seraient moins déterminants, dans le cas d’une raffinerie neuve hors du véritable milieu syndicalo-pétrolier du Golfe, donc pour une main-d’œuvre « moins viciée »5, d’autant qu’au départ la population du Bajío est, au contraire, très honnête et travailleuse. « Il suffit donc de ne pas recruter des gens qui ont travaillé chez PEMEX. »
  5. la qualité du climat de l’altipiano, à 1 700 m, attractif pour les cadres, et favorable à la productivité, en opposition avec les chaleurs du Golfe ;
  6. surtout l’excellente situation dans le Bajío, sur le plan de l’environnement humain et économique, à proximité d’une vraie ville (Irapuato), à équi-distance de Guadalajara et de Mexico. Double aspect donc qui nous conduit à étudier, après la filière technique, la « filière humaine ».

2) UN IMPACT HUMAIN PLUS CONTESTABLE

a) Limites quantitatives

54La croissance salamantine, si elle s’oppose à celle beaucoup plus lente des municipes ruraux du Bajío, ne diffère pas fondamentalement de celle des villes comme Irapuato, Celaya ou León. Au contraire, l’emploi tertiaire, et notamment le commerce, est en retard à Salamanca par rapport à sa voisine, Irapuato (à 20 km) ; Salamanca, à population égale, compte deux fois moins d’épiceries, de magasins de vente d’automobiles, de restaurants, d’avocats, de médecins... Il n’existe qu’une seule branche, les quincailleries-ferronneries, où Salamanca vienne en tête, signe d’une activité plus en rapport avec les besoins ruraux qu’avec l’activité pétrolière.

55Le succès industriel ne se complète pas par un effet indirect sur le développement urbain, via les progrès tertiaires, ce que confirme une enquête directe auprès de la population pétrolière qui a tendance à acheter davantage à Irapuato qu’à Salamanca, l’inflation locale étant supérieure de 180 % à la moyenne nationale, à cause justement de la masse salariale pétrolière : le même article, dans la même chaîne de magasins, coûte 930 pesos à Salamanca, et 530 à Irapuato.

56Notons que le même phénomène s’est reproduit à Tula, au point que le principal centre d’achat des pétroliers s’est reporté sur les hypermarchés de Ciudad Satelite, dans la banlieue nord de Mexico, à 100 km de Tula ; de même une proportion non négligeable de résidences se sont établies à Ciudad Satelite, il est vrai, en raison des facilités données par l’autoroute (une heure de trajet).

57Ces difficultés de symbiose entre le milieu pétrolier et la ville d’accueil se reflètent directement dans le paysage urbain, et la ségrégation géographique est d’autant plus frappante à Salamanca que les deux milieux se trouvent physiquement séparés par la voie de chemin de fer, frontière entre la ville pétrolière (industries et logements des lotissements) au nord, et la ville ancienne au sud.

58Finalement, en dépit des autres industries, l’activité PEMEX continue à écraser, économiquement et socialement, la ville. RIAMA représentait : 52 % de la main-d’œuvre industrielle, 15 % de la population active, 81 % des investissements, 81 % de la valeur de la production, 73 % des salaires. Le quart des habitants dépend de PEMEX, et le tiers de la surface du municipe appartient à PEMEX.

b) Limites qualitatives : la filière pétrolière en marge de la ville

59Alors que l’implantation de la raffinerie remonte à 1950, une enquête récente, menée auprès de ses ouvriers par PEMEX même, a démontré que moins d’une famille sur deux parmi les pétroliers, entretenait, hors de motifs commerciaux, des relations avec des gens de Salamanca. Ce qui, paradoxalement, apparaît presque comme un progrès, dans la mesure où, jusqu’aux années 60, il était impossible à des individus solitaires, non armés, de franchir, dans un sens ou un autre, la voie ferrée, sans risque d’agression, avec certaines phases de tension aboutissant à des meurtres fréquents.

60L’explication, la même pour tous les foyers pétroliers, réside dans la filière de recrutement PEMEX, avec un monopole syndical de l’embauche, aboutissant par le refus du recrutement local, à la consolidation d’un milieu fermé. D’où, à chaque création, déplacement ou importation de personnel déjà syndiqué, choisi de préférence parmi la famille ou les protégés du personnel, dans la mesure où chaque titulaire dispose, de par les statuts même de PEMEX, de l’usage d’un droit prioritaire d’embauche pour l’un de ses familiers. Cela aboutit à Salamanca, à constituer une proportion de personnel de 55 % pour les titulaires, et 40 % pour les auxiliaires, issus des zones pétrolières anciennes, en premier lieu Tampico. Seulement 14 % des titulaires et 25 % des auxiliaires sont originaires de Salamanca et de sa région. Encore faut-il prendre en compte que, entre le tiers et la moitié de ces Salmantins, sont en fait des fils de pétroliers, nés dans les premiers temps de l’installation et embauchés jeunes.

61D’où un sentiment de frustration, et d’hostilité des populations locales écartées d’emplois potentiels, sur leur propre sol... Ce qui ne saurait contribuer à atténuer une ségrégation, instaurée concrètement dès l’origine par la construction des « colonies pétrolières » habitat réservé, souvent éloigné de la ville pour coller à la raffinerie, ou, ici, installé entre la ville et la raffinerie. La séparation se perpétue ensuite par le biais de services propres à PEMEX ou au syndicat (coopératives de consommation, centres de loisirs, écoles réservées — de facto — aux pétroliers) diminuant d’autant les occasions d’échange, et entretenant la frustration locale. D’autant plus que le clivage se complique d’une incidence économique, dans la mesure où le salaire, très supérieur, des pétroliers les met en marge des milieux populaires locaux, sans que leur éducation, sauf exception, puisse les assimiler à la bourgeoisie.

62Rien n’intervient donc, au contraire, pour effacer les inévitables conflits de la première étape, liés à l’arrivée d’une population migrante essentiellement masculine, jeune et célibataire, en fait, sinon toujours en droit... mais ces traits généraux justifiant les difficultés d’assimilation de la population pétrolière se sont trouvés portés à l’extrême, presque caricaturés, en même temps que renforcés par d’autres éléments, dans le cas de Salamanca :

  • ségrégation géographique cristallisée de part et d’autre d’une réalité physique : la voie de chemin de fer ;
  • antagonismes de mentalités exacerbées entre ces pétroliers jeunes, déracinés, célibataires, « athées », « révolutionnaires », et une population du Bajío rurale, traditionnaliste et fervente catholique ;
  • différences presque ethniques, opposant ces gens du sud-est, métissés, populations du tropique habituées à la chaleur, à la sieste, à un rythme différent... face aux Salamantins de l’Altiplano, créoles réputés actifs et laborieux ;
  • inégalités économiques, encore accrues dans un milieu au coût de la vie moins élevé que dans le Golfe pétrolier, avec donc davantage de disponibilités pour les pétroliers, alors que la ville de Salamanca apparaît particulièrement chiche — c’est aussi l’opinion de l’auteur — en possibilités de divertissement et de dépenses.

63Etonnante situation, qui débouche au point de vue psycho-sociologique, sur une véritable déstabilisation de la personnalité du pétrolier, ce qui se traduit par des pulsions agressives, ne favorisant guère l’intégration (l’indice de criminalité de Salamanca — particulièrement pour les délits sexuels — d’après l’étude des jugements du Tribunal de Guanajuato, surpasse de très loin celui des autres cités du Bajío).

64En ce qui concerne le travail, cela s’exprime, selon la direction de RIAMA, par une nonchalance, voire un absentéisme concrètement ressentis au niveau de la productivité, au point que cela a justifié une des premières et des rares enquêtes de PEMEX sur son impact local.

65Un bilan humain négatif donc, qui a finalement contribué à une prise de conscience des problèmes impliqués par de telles installations, en milieu non pétrolier, et qui, associé aux expériences également malheureuses de l’Isthme, a amené les autorités de Monterrey à réfléchir sur ces questions, et à tenter une expérience de planification apte à diminuer préventivement ou à contrôler ce genre de difficultés, dans le cas de l’installation d’une raffinerie à Cadereyta, qui est ainsi un cas original.

CONCLUSION

66Au total, la capacité de raffinage du Mexique couvrant la moitié de la production nationale, s’inscrit en conformité avec la planification sexennale 1976-1982 qui visait, dans une première phase de développement à assurer prioritairement la satisfaction des besoins nationaux, en carburants comme en bases pétrochimiques, dont la disponibilité et le bon marché devaient constituer les garants de la politique de croissance industrielle mexicaine.

67Mais cette expansion exceptionnellement rapide du secteur raffinage, avec plus de 50 % en 6 ans, entraîne certaines difficultés. Le moindre retard, dans les chantiers (comme à Salina Cruz et surtout à Cadereyta) risque de remettre rapidement en cause l’ensemble du programme, sinon l’ensemble de la planification industrielle, par une réaction en chaîne : réagissant sur le fonctionnement des autres raffineries opérationnelles, ces retards risquent, en poussant trop les machines au maximum de leur capacité, de déclencher à leur tour des pannes ou des accidents (cf. Salamanca) générateurs d’autres délais en cascade.

68La pétrochimie est la première à en subir les conséquences. Mais, indirectement, cette situation-limite influe également sur d’autres aspects, tels les problèmes d’environnement, dans la mesure où l’amélioration des dépollutions (cf. Azcapotzalco) se trouve ajournée au profit de priorités quantitatives. De même, la politique de « mexicanisation » technologique, grâce nota-ment aux travaux de PI.M.P. (Institut Mexicain du Pétrole), inévitablement responsable de retards à court terme, risque d’être remise en cause, malgré les avantages à plus long terme.

69Quant à la troisième phase, visant à l’extension de la capacité des raffineries au-delà des seuls besoins nationaux, vers l’exportation des produits raffinés, et un gain substantiel en valeur ajoutée, ne se trouve-t-elle pas comprise par ces difficultés ?

70Dans ce domaine, le développement des accords du même type que ceux passés en 1981 avec l’Espagne, basés sur la formation, dans le pays consommateur même, de capacités de raffinage nouvelles destinées, à traiter le brut mexicain, et le distribuer, semble constituer une alternative particulièrement intéressante pour l’avenir.

Notes

1 J. Massonneau. — Economie des hydrocarbures. — Paris, Technip, 1969.

2 Alain Vanneph. — Evolution des espaces urbanisés de la région de Mexico. Thèse de 3e cycle, Nanterre 1974.

3 Le développement du port industriel de Lázaro Cárdenas, alimenté en hydrocarbures grâce à Salina Cruz, semble d'autant mieux illustrer cette tendance, qu'il s'assortit d'une implantation de pétrochimie avec l'usine d'engrais Fertimex.

4 Seul exemple à retenir, compte tenu de l'inachèvement ou de l'implantation trop récente des autres raffineries de marché.

5 Selon la Chambre de Commerce locale.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2239/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 600k

Auteur

Chercheur au CREDAL. Maître Assistant à Paris X, géographe

© Éditions de l’IHEAL, 1984

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter