Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentations de l'Europe et identité au Mexique

 | 
Guillemette Martin

Conclusion

Texte intégral

1Au service de l’étude d’un phénomène – l’européanisation – traité abondamment par l’historiographie classique, il est clair que le journal enrichit les analyses déjà menées d’éléments nouveaux venant parfois remettre en cause ces études et leurs conclusions. En termes strictement méthodologiques, l’intérêt d’organiser l’analyse en fonction des divers éléments livrés par un organe de presse réside dans le fait que le journal soit un accès privilégié, non seulement au fonctionnement de la société dans laquelle il s’insère, mais également aux différentes modalités d’un discours souvent complexe et contradictoire. Acteur, support et témoin de pratiques sociales et discursives, il rend ainsi possible, par une combinaison d’éléments divers et subtils une approche relativement complète du rapport des Mexicains à l’Europe durant le Porfiriat, relation essentielle dans la construction identitaire mexicaine au xixe siècle.

2Même si l’analyse se voit parfois limitée par les caractéristiques internes à la source journalistique, sur des points spécifiques finalement assez rares ayant demandé le recours à des sources complémentaires, le journal reste cependant une source historique privilégiée, en ce qu’il met en avant les influences multiformes, le rôle rhétorique en même temps que la présence concrète de l’Europe dans le Mexique porfirien. Les différentes modalités de la référence à l’Europe dans le journal permettent de saisir toute l’ambiguïté, toutes les contradictions d’un discours qui entraîne une nécessaire réévaluation des théories généralement diffusées dans l’historiographie du Porfiriat. Plus précisément, c’est par l’analyse de ce discours mis en œuvre dans le Juan Panadero, aux côtés d’un portrait d’une société qui est, ou plus exactement qui se veut européanisée, que l’on comprend comment se fait jour un discours d’opposition à l’Europe et à sa place dans la société mexicaine, discours dans lequel se mêlent préoccupations nationalistes et désir très net d’indépendance culturelle.

3Au-delà d’une opposition simpliste entre des positions pro ou anti-européennes, c’est la complémentarité de ce « double mouvement d’attrait et de rejet » qui fait sens et témoigne d’une instrumentalisation de la référence à l’Europe dans des enjeux politiques nationaux, et plus encore locaux.

4En ce qui concerne ces derniers, il semble important de souligner à nouveau tout le potentiel que comporte effectivement une approche locale en termes de renouvellement historiographique : au-delà d’une simple étude de cas de phénomènes nationaux, cette perspective permet de replacer l’analyse au sein d’un microcosme social et culturel, dans lequel le fonctionnement et les références internes de la société se font plus lisibles. Modulé en fonction de cet ancrage régional, le discours sur l’Europe trouve ainsi une expression originale aux enjeux spécifiques. L’intérêt méthodologique évident de l’étude régionale ou locale se voit alors relayé par de nouveaux questionnements, dont la comparaison avec les études faites à l’échelle nationale permet de renouveler des interprétations souvent « monolithiques de l’histoire mexicaine » [Covo].

5L’analyse des pratiques sociales et discursives dans un journal à la fois support et objet de l’étude, combinée à l’approche locale d’un phénomène trop souvent envisagé depuis Mexico, constitue donc une grille de lecture originale dont le principal intérêt réside dans les possibilités de remise en cause d’une idée très répandue dans l’historiographie classique, à savoir celle de la Révolution comme rupture dans l’histoire mexicaine.

6Généralement envisagée comme se dressant « avant tout contre l’ère précédente, c’est-à-dire celle de Porfirio Díaz » [Giudicelli], la Révolution mexicaine reste de façon classique dans l’historiographie le témoin d’une volonté de rupture « avec une attitude d’imitation systématique, sans aucun sens critique, et avec l’abandon jusqu’au mépris de l’identité mexicaine qui s’ensuit ».

7Or l’analyse a démontré que, quoique effectivement européanisées, les élites locales porfiriennes ne sont pas totalement dépendantes de cette admiration sans nuance pour la culture européenne, qu’elles savent d’ailleurs remettre en cause, et que cette autodenigración qui leur est si souvent prêtée n’est, en réalité, jamais exprimée dans le Juan Panadero.

8Sans nier l’originalité des apports de la Révolution mexicaine, qui voit se modifier les politiques migratoires et le discours sur l’Europe, avec une théorisation du discours sur la mexicanité et l’identité nationale, on peut néanmoins affirmer que cette période-clé de l’histoire mexicaine cristallise en grande partie des éléments déjà présents de façon importante dans le discours des élites du Porfiriat. Si le détachement de ces dernières vis à vis de l’Europe s’accentue, notamment à partir de la Première

9Guerre mondiale qui joue « un rôle déterminant dans la popularisation du discours nationaliste, et particulièrement de son aspect critique à l’égard de la référence à la supériorité du Vieux Monde dans le domaine de la “civilisation” » [Giudicelli], cette conscience d’une Europe « décadente » et guerrière se fait déjà jour dans le Juan Panadero qui, dès la fin du Porfiriat, met l’accent sur les conflits diplomatiques qui déchirent le « cœur de la civilisation ».

10Ainsi, et c’est l’un des principaux intérêts de toute étude historique qui entend réinterroger la notion de « rupture » entre une période et la suivante afin de mettre à jour certaines continuités souvent ignorées, l’étude du Juan Panadero permet de comprendre que, si la Révolution mexicaine constitue bien une rupture en ce qu’elle entraîne de grands bouleversements sociaux et politiques, elle s’inscrit néanmoins dans la continuité de certaines réflexions identitaires déjà ébauchées à la fin du xixe siècle. Et « la manière d’envisager le peuple mexicain après la Révolution ne rompt pas avec la tradition, l’ambition de modeler la population en fonction des desiderata des élites devient un véritable programme idéologique » [Bantman, 2005], de même que le discours nationaliste, qui se veut en rupture avec le Porfiriat, continue d’être pensé à partir de schémas européens. Dans cette « politique consistant à ne retenir de l’Europe que les aliments susceptibles de s’acclimater, on perçoit très clairement l’influence des pensées nationalistes européennes, en plein essor depuis la fin du siècle dernier » [Giudicelli : 10].

11La rupture qu’opérerait la Révolution dans le rapport du Mexique à l’Europe, au regard de ce qui a pu être observé, semble donc bien moindre que ce que l’on a souvent tendance à postuler. S’il y a rupture dans la pensée de l’identité mexicaine, elle semble plus s’opérer dans le rapport à l’élément indien. En effet, la Révolution marque le début des théories indigénistes, avec une revalorisation de l’Indien non plus « mythique » et idéalisé mais perçu comme une composante essentielle de la nation mexicaine et du métissage qui la caractérise. Loin des projets de « blanchiment » de la nation que sous-tend la politique de colonisation officielle de Porfirio Díaz, et dont l’européanisation des modes de vie vient constituer une sorte de complément culturel, la période révolutionnaire marque le début d’une théorisation de la place de l’Indien dans la société mexicaine.

12Pour autant, si ces théories connaissent leur apogée et leur plus forte expression dans la pensée indigéniste de José Vasconcelos dans les années 1920, elles voient le jour dès la fin du xixe siècle dans les écrits de José María Vigil (1829-1909) qui, coïncidence ou non, s’avère être l’un des plus grands penseurs tapatíos de l’époque. C’est donc sous la plume de cet écrivain et historien de Guadalajara qu’est théorisée pour la première fois la nécessité de revaloriser à la fois le passé espagnol et le passé indien dans le but de sauver « ce qui était essentiel et propre aux Mexicains » [Blancarte, 1994 : 68].

13Souvent revendiquée comme inexistante dans les réflexions identitaires et politiques porfiriennes, alors que sous la Révolution cette question deviendra centrale, la place de l’Indien dans la société occupe déjà les penseurs de la fin du xixe siècle, dans une perspective dont sont largement tributaires les penseurs post-révolutionnaires. Cette figure de l’Indien, dimension essentielle de la construction identitaire dans la deuxième moitié du Porfiriat, constitue une sorte de pendant logique à la figure de l’Européen, le deuxième volet du « diptyque identitaire » mexicain résumé dans les théories sur le métissage.

  • 1 « La imagen del indio en la prensa jalisciense : un análisis de las notas informativas », Horacio (...)

14Dans cette perspective, la référence à l’Indien dans un organe de presse du Porfiriat peut faire l’objet d’une étude selon des modalités méthodologiques et thématiques similaires à celles qui sont adoptées pour la référence européenne : c’est globalement le propos des travaux de l’historien tapatío Horacio Hernández Casillas1, qui centre ses analyses sur la façon dont l’Indien est perçu par la presse tapatía porfirienne, expliquant que « c’est à partir de 1872, quand est fondé le journal le “Juan Panadero”, qu’on observe une hausse de l’information sur ce thème [celui des Indiens], ce journal devenant par ailleurs celui offrant le plus de matière pour cette étude ».

15Parmi tous les journaux locaux dont on dispose pour le Porfiriat, le Juan Panadero apparaît donc de façon fortuite comme le plus adapté à une étude de la référence à l’Indien, étude qui n’a cependant jamais été menée à partir de ce seul journal. Si cette dernière constitue une perspective de recherche intéressante, c’est la mise en regard de la référence à l’Europe avec celle de L’Indien au sein du même journal qui permettrait réellement d’ouvrir des axes d’étude originaux, en comparant et en réconciliant deux phénomènes trop souvent dissociés dans l’historiographie du Porfiriat, à savoir celui de l’européanisation au sens large, et celui du positionnement complexe de la société vis-à-vis de l’Indien.

16Regardés à la fois dans leur dimension « mythique » comme dans les pratiques sociales et discursives qu’ils impliquent, les figures de l’Indien et de l’Européen demanderaient ainsi à être analysées non plus dans leurs spécificités, mais de façon complémentaire et ce, afin de saisir pleinement au niveau du discours l’interaction entre ces deux pans essentiels de l’identité latino-américaine.

Notes

1 « La imagen del indio en la prensa jalisciense : un análisis de las notas informativas », Horacio Hernández Casillas.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable