Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentations de l'Europe et identité au Mexique

 | 
Guillemette Martin

Chapitre 3. Le Juan Panadero, observatoire des contradictions identitaires et idéologiques

Texte intégral

1Présente de façon concrète au travers des produits de consommation, des modes de vie ou des immigrés et de façon plus immatérielle dans l’imaginaire mexicain et les pratiques sociales, l’Europe occupe à Guadalajara, comme dans le reste du Mexique porfirien, une place prépondérante à la fois dans la vie quotidienne locale telle qu’elle nous est présentée dans le Juan Panadero, et plus encore dans le discours qu’il met en œuvre.

2S’inscrivant de façon logique dans une société avide d’européanisation et de marques de reconnaissance de l’Europe, l’abondance de ces références au Vieux Continent demande cependant à être remarquée et évaluée dans ses principaux enjeux, dans l’idée qu’« il n’y a diffusion culturelle que lorsqu’elle est nécessaire politiquement » [Martinez : 128]. En effet, « la référence à l’Europe, pratique, pragmatique, relève [donc] plus d’un intérêt bien compris que d’une aveugle volonté d’imiter. Le « génie imitateur » n’existe pas plus qu’une hypothétique « influence » directe de tel ou tel débat public à puiser à leur gré dans l’arsenal de normes et de discours qu’offrent alors les pays européens » [Martinez : 636]. Si le Juan Panadero ne nous met pas en présence des divers acteurs du débat public mexicain, il constitue cependant lui même un médiateur important de la référence à l’Europe, référence de toute évidence instrumentalisée par les journalistes avec un objectif politique bien défini : celui de la consolidation de l’identité nationale.

3Le panorama que nous offre le Juan Panadero de la vie quotidienne de Guadalajara est en effet incontestablement mis en regard d’un discours qui se fait souvent plus politique, parfois même revendicateur. Il ne faut pas oublier ici qu’un organe de presse, dans le xixe siècle latino-américain tout particulièrement, vise principalement à diffuser le système de valeurs de ceux qui l’écrivent, à former l’opinion en exerçant « une fonction didactique dans les aspirations nationales. Dans les journaux politiques, religieux, scientifiques ou littéraires s’observe un dénominateur commun : contribuer à l’éducation du peuple, marcher vers le progrès et modeler la conscience nationale » [Pineda Soto, 2003], et ce dès l’accès du Mexique à l’indépendance.

4La référence à l’Europe ne saurait donc, dans cette perspective, être pensée indépendamment de ses finalités « éducatives », didactiques, dans un discours politique et identitaire qui véhicule un grand nombre de contradictions. En effet, et c’est là sans doute la principale modalité selon laquelle se décline la référence à l’Europe : le Juan Panadero se fait l’expression d’une tension constante entre admiration et rejet de l’Europe, préoccupations nationales et désir de reconnaissance internationale, ou plus simplement xénophilie et xénophobie, tension que l’on retrouve d’ailleurs sur l’ensemble du continent à la même époque. Quand les nations américaines deviennent indépendantes, elles ressentent en effet le besoin de s’affirmer non seulement aux yeux de l’Europe, mais aussi souvent contre l’Europe, perçue à la fois comme ancien colonisateur dont il faut se détacher, et comme « métropole culturelle de fait » [Queiros Mattoso, Rolland, Muzart-Fonseca Dos Santos] au rayonnement de laquelle on ne saurait se soustraire. De là le caractère éminemment polémique, voire contradictoire du discours sur l’Europe, que Frédéric Martinez explique par une nationalisation croissante de la référence européenne par les acteurs nationaux, contradiction qui est au cœur du discours sur l’Europe durant le Porfiriat.

5La première de ces contradictions réside dans le fait que, tandis que Guadalajara est une ville très fortement marquée par l’européanisation, dont les journalistes sont une parfaite illustration aussi bien dans leur formation intellectuelle que dans leurs préoccupations, ces derniers expriment parfois un rejet virulent de l’Europe et de son influence, dans une perspective qui va à l’encontre des idées généralement diffusées dans l’historiographie.

6En effet, le Juan Panadero ne se place jamais dans une admiration sans nuances de l’Europe mais adopte plutôt une position critique qui vient nuancer l’idée communément admise que la Révolution mexicaine marque une rupture complète dans le rapport avec l’Europe : le Juan Panadero témoigne ainsi clairement du fait que, dès le Porfiriat, des élites adoptent un discours remettant déjà en cause l’hégémonie européenne au Mexique et ses conséquences négatives sur la formation d’une identité proprement nationale. Ce « rejet » de l’Europe tel qu’il s’exprime ici à plusieurs reprises revêt des enjeux politiques complexes allant bien au-delà d’une simple remise en cause de l’européanisation, enjeux à comprendre à la fois dans le cadre de la construction nationale, mais également en fonction de rapports de pouvoir locaux et nationaux. Ces derniers occupent une place essentielle dans le discours sur l’Europe en ce qu’ils justifient le plus souvent son utilisation : référence récurrente du pouvoir porfirien, l’Europe focalise ainsi également la vindicte de ses opposants, dans une argumentation complexe et souvent ambiguë.

7Alors même qu’il se fait prérévolutionnaire, ce discours véhicule un ensemble de représentations locales passéistes, dans une instrumentalisation régionaliste de la référence à l’Europe. Cette dernière focalise donc un discours à saisir dans toute sa complexité, entre l’admiration, le rejet, les revendications subversives et la vision passéiste d’une grandeur locale perdue, enjeux qui sont autant de points d’ancrage pour réinterroger cet afrancesamiento sans nuances si souvent défendu dans l’historiographie mexicaine, tout en saisissant comment l’analyse de celui-ci constitue un mode d’accès privilégié à des tensions et des phénomènes proprement mexicains. Dans une analyse qui se veut rigoureusement complémentaire de celle qui a précédé, il s’agit de voir comment « les réactions ponctuelles de rejet sont souvent liées à la recherche d’une identité nationale » [Queiros Mattoso, Rolland, Muzart-Fonseca Dos Santos].

L’Europe, ennemie de l’identité nationale ?

8Incontestablement tournées vers l’Europe dans laquelle elles voient le modèle de la civilisation par excellence, les élites porfiriennes sont généralement perçues exclusivement dans cette relation admirative, voire affective qu’elles entretiennent avec le Vieux Continent, dans une attitude que l’on a tendance à opposer à celle des couches populaires considérées, elles, comme farouchement xénophobes.

  • 1 Moisés González Navarro, Historia de México. El Porfiriato, la vida social, t. IV, Éd. Hermes, 195 (...)

9Cette division de la population mexicaine du Porfiriat en deux « clans » marqués respectivement par la xénophilie et l’opposition aux étrangers est étudiée par l’historien Moisés González Navarro dans son ouvrage sur la société porfirienne1, qui explique que « tandis que l’élite offrait un traitement de faveur à l’étranger, le peuple ne lui montrait qu’aversion et mépris, attitude d’autant plus regrettable que les peuples progressistes se distinguaient “par un certain esprit de cosmopolitisme et d’amour pour l’étranger” ».

  • 2 Frédéric Martinez, op. cit.
  • 3 Katia Queiros Mattoso, Denis Rolland, Idelette Dos Santos Muzart-Fonseca (dir.), op. cit., se réfé (...)

10Les prises de position xénophiles semblent donc faire l’unanimité parmi les élites cultivées, qu’elles soutiennent – ou non – le gouvernement de Porfirio Díaz, ce qui explique un certain « vide historiographique » concernant une éventuelle opposition de ces mêmes élites à l’européanisation du Mexique. En effet, alors que pour la même époque des études évoquent les réactions xénophobes de certaines élites colombiennes2 ou brésiliennes3, le Mexique porfirien fait figure d’admirateur inconditionnel de l’Europe, sans nuances ni remise en cause.

11Pourtant, et à contre-courant de l’historiographie classique mexicaine, la lecture du Juan Panadero nous met en présence d’un grand nombre de remises en cause de l’Europe, de critiques virulentes de l’européanisation, ou tout simplement de traits d’humour visant à déconstruire le « mythe européen ». Ce « rejet » de l’Europe se fait alors sur un mode très proche de celui des classes populaires, qui substituent au mythe de l’Europe cultivée et civilisée, cet autre mythe tout aussi caricatural d’une Europe cruelle et débauchée.

12Cependant aux côtés de la caricature est également mis en œuvre un discours plus nuancé et dont les arguments sont assez proches cette fois de ceux avancés par certains penseurs de la Révolution, tels que Manuel Gamio. Analysé en détail par Christophe Giudicelli, l’ouvrage Forjando Patria postule un rejet de l’européanisme porfirien dont on trouve paradoxalement quelques prémisses dans le Juan Panadero, journal pourtant publié par des élites porfiriennes et européanisées.

13Sans remettre en cause de façon catégorique l’historiographie classique de l’afrancesamiento, il nous faut analyser cette tension permanente du discours mis en place dans le journal, entre européanisation, xénophobie caricaturale et prise de distance progressive et nuancée vis-à-vis d’une culture porfirienne dont on réinterroge les bases européennes dans une perspective nationaliste.

14L’étude de cette remise en cause progressive du modèle européen et de sa place dans la société mexicaine reste néanmoins une entreprise délicate dans la mesure où les élites écrivant dans le Juan Panadero sont elles-mêmes totalement dépendantes de ce modèle, européanisé et porfirien. Une telle étude doit donc être menée dans cette perspective complexe d’un discours souvent contradictoire, dont le ton généralement sarcastique et humoristique donne accès à certains éléments d’analyse, tout en en complexifiant parfois la compréhension. Si le Juan Panadero ne permet certes pas d’avoir un accès direct aux débats « officiels » menés par les intellectuels de l’époque sur la nécessité de l’immigration ou les dangers de l’européanisation, il nous permet cependant de comprendre comment s’expriment dans la société à la fois l’attrait et le rejet de l’Europe, mais également comment se font jour dès le Porfiriat des idées proprement révolutionnaires dans leur remise en cause du modèle établi. Il s’agit donc ici de nuancer non seulement les études tendant à considérer le Porfiriat comme la période xénophile par excellence, mais également celles qui présentent la Révolution mexicaine comme une rupture brutale avec le système porfirien qui l’a précédé.

Un cliché en négatif

15Journal satirique et humoristique, le Juan Panadero, décline souvent sa vision de l’Europe sur le mode comique, en faisant appel à des images le plus souvent caricaturales qui s’assemblent aux yeux des tapatíos pour former des sortes de « portraits-types » du Français, de l’Anglais, de l’Espagnol ou de l’Allemand. Quoique légère, la critique n’en est pas moins significative d’un ensemble de représentations derrière lesquelles se dessine « en négatif » le mythe européen, véhiculé par un ensemble de « clichés » dans les deux sens du terme. Au travers des divers articles satiriques du Juan Panadero s’ébauche ainsi l’image d’un Européen frivole, cruel, et immoral ; pendant négatif et complémentaire de l’image d’une Europe cultivée et brillante véhiculée par le même journal.

16Avant d’analyser en détail la signification et les enjeux d’un tel discours de la part d’élites européanisées, et donc en partie dépendantes de cette civilisation qu’elles critiquent, il est intéressant de dresser un panorama des clichés véhiculés par chaque pays, permettant de saisir des différences de traitement d’une nationalité à l’autre, et de cette façon le rapport des tapatíos avec ces mêmes nations européennes. L’organisation d’un tel panorama peut se faire de façon géographique, à l’image des clichés structurant cette « cartographie imaginaire » des vices européens telle qu’elle se dessine dans le Juan Panadero.

Paris, « capitale du vice et de l’immoralité »4

  • 4 Frédéric Martinez, Le nationalisme cosmopolite…, op. cit., p. 402

17Pays de la modernité politique et des idéaux humanistes, la France est aussi, pour les Mexicains du Porfiriat, le « tabernacle de la culture [qui] s’identifie avec le lieu privilégié où celle-ci se manifeste, c’est-à-dire Paris. La représentation de Paris-ville lumière, phare de la civilisation et de tous les plaisirs – sans exception –, pourrait donner lieu à une vaste fresque par exemple, à travers les chroniques que depuis la capitale française envoyaient à leur pays » [Dumas : 333] les voyageurs dont le Juan Panadero reproduit parfois certains écrits mais aussi, et c’est ce qui nous intéresse plus particulièrement ici, grâce à une série d’articles, de remarques quasi proverbiales qui en disent long sur la façon dont les Tapatíos perçoivent la France. En effet, si celle-ci est généralement réduite à sa capitale et à la culture qui s’y développe, la vie parisienne et les « vices » qu’on lui prête deviennent alors logiquement une caractéristique française par excellence.

  • 5 El Litigante, 7 juillet 1882, n° 14 ; La Religión y la Sociedad, 25 mai 1890 ; J.-P.,

18Généralement sujettes à plaisanterie, les mœurs françaises se voient décrites dans le Juan Panadero sur un ton volontairement humoristique et léger, comme dans cet article illustrant de façon indirecte, quoique très clairement les clichés véhiculés par la France : lors d’une discussion de la Cámara au sujet de la Ley Lumbrera en 1877, l’un des députés dont on se moque de la réputation de séducteur en vient à narrer à l’assemblée ses aventures avec « les Cocottes à Paris » qui deviennent le sujet central de la conversation. Malheureusement très incomplet, cet article offre cependant un aperçu assez précis de la place occupée dans l’imaginaire mexicain par Paris et ses plaisirs, qui vont jusqu’à être évoqués dans une réunion politique que le Juan Panadero cherche, de toute évidence, à ridiculiser. La légèreté des mœurs françaises est indirectement décriée dans d’autres articles, cette fois plus sérieux, concernant par exemple l’adoption de la loi sur le divorce, qui choque visiblement l’ensemble de la presse de l’époque5.

  • 6 J.P., s.d. [1898]. « El Lujo ».
  • 7 J.P., s.d. [1885], p. 2, « Trajes chistosos ».
  • 8 .P., s.d. [1890], p. 2, « Pecheros de color ». « La juventud dorada de París ha iniciado una moda e (...)

19Par ailleurs, la France est également présentée comme la patrie du luxe et des modes souvent extravagantes, comme en témoigne cet article sur « l’économie du luxe » en France6, ou ces autres sur les dernières modes vestimentaires à Paris, tournées ici en ridicule7, au même titre que la « jeunesse dorée » qui les plébiscite8. Sans insister sur l’évidente contradiction qui réside dans la présentation, au sein du même journal, de la publicité pour les divers cajones de ropa français de Guadalajara et de la critique de la mode française qui constitue pourtant le fonds de commerce de ces établissements, notons que cette dimension du « mythe français » semble incontestablement exercer une forme de fascination sur ces élites tapatías, dont les critiques envers la France ne sont jamais dénuées d’un certain amusement presque « affectueux » envers cette Patrie amie.

L’Angleterre

  • 9 J.P., s.d. [1901], p. 1, « Armas de mala ley - La crueldad del Ejérecito Inglés en la guerra del Á (...)
  • 10 J.P., 22 mars 1888, n° 1626, p. 3.
  • 11 J.P., 15 août 1901, p. 1, « La perfidia del gobierno inglés ».

20Si les Français suscitent la sympathie même dans les vices qu’on leur prête, l’Angleterre, elle, est immanquablement présentée de façon négative, avec un manque d’humour qui contraste singulièrement avec le traitement qui est fait de la France. La Grande-Bretagne est en effet généralement évoquée pour la cruauté de son armée9, comme de son gouvernement qui laisse mourir de faim ses sujets10. Dans l’ensemble de la presse locale porfirienne se voit ainsi clairement exprimé un fort rejet de l’Angleterre, qui s’explique probablement par son assimilation aux États-Unis si décriés, mais plus encore par sa politique internationale, jugée injuste et brutale, comme dans cet éditorial au titre éloquent : « La perfidie du gouvernement anglais », dans lequel est menée une analyse de la politique britannique en Inde, en Chine et en Afrique du Sud11.

  • 12 J.P., 20 octobre 1885, p. 1 et 2, « Un Inglés en Guadalajara ».
  • 13 J.P., s.d. [1888], p. 1.
  • 14 J.P., 31 mars 1878, n° 588, p. 3.
  • 15 J.P., 2 avril 1885, n° 1316, p. 3.

21Certes l’image véhiculée par l’Angleterre possède au même titre que la France une dimension plus souriante quoique tout aussi caricaturale, notamment à travers cette figure de l’aristocrate britannique, élégant et un peu naïf, auquel « Mister Panadero » fait visiter Guadalajara12. Pour autant, le sentiment qui domine reste une haine quasiment proverbiale envers les Britanniques, « plus obstinés et exigeants que les juifs13 » et contre lesquels le Juan Panadero se mobilise en toute occasion14. Quoique exprimée sur un ton se voulant parfois léger, la haine des Britanniques est donc très nette et non dissimulée, comme dans cet article où le journaliste, après avoir évoqué une loi londonienne condamnant à une amende tout ménage ayant plus de trois enfants, s’exclame : « Ah, Anglais ! Ah Anglais ! Avec raison je vous hais, et je n’irai jamais vivre sur vos terres brumeuses parce que le peu que je gagne ne suffirait pas pour payer les amendes15. » La plaisanterie est ici évidente, la haine proverbiale des Anglais ne l’est pas moins.

L’Espagne

  • 16 El Litigante, 8 octobre 1883, n° 69.
  • 17 J.P., s.d. [1888], p. 2.
  • 18 J.P., 16 février 1888, n° 1616, p. 2, « El Diario de Jalisco ».

22L’Espagne, quant à elle, suscite un autre type de critiques, cette fois toutes orientées autour de l’obscurantisme et de la ferveur religieuse déraisonnable qui, selon la presse tapatía, la caractérisent. En effet, le passé colonialiste de l’Espagne reste finalement assez peu évoqué, tandis que ses positions contemporaines sur la religion font régulièrement l’objet de remarques ironiques, voire franchement scandalisées : El Litigante rapporte ainsi qu’en Espagne, 1 300 livres jugés pernicieux ont été brûlés, concluant son article par ces mots : « Seul en Espagne peuvent encore avoir lieu ce genre de choses16. » De la même façon, le Juan Panadero s’étonne de ce qu’un prêtre espagnol ayant hérité d’une forte somme en ait fait don au Vatican : « Il n’y a donc pas de pauvres en Espagne ?17 », comportement qui illustre une culture, selon le journal, encore dangereusement obscurantiste : « À Madrid deux protestants ont été condamnés à six mois de prison pour ne pas avoir voulu s’agenouiller au passage du Viatique. Et ça se passe en Espagne !18 » Si ces remarques sont sans doute en partie dues aux tendances anticléricales du journal, elles n’en restent pas moins significatives de la façon dont est perçue l’Espagne dans l’imaginaire mexicain du Porfiriat.

  • 19 J.P., s.d. [1884], p. 3.
  • 20 J.P., 13 janvier 1884, n° 1189, p. 2.

23Les autres pays européens ne semblent pas susciter de caricature particulière, les critiques émises à leur égard se trouvant intégrées dans une vision globale de l’Europe. C’est le cas notamment des nombreux articles publiés chaque année, statistiques à l’appui sur l’alcoolisme en Europe. Thème récurrent dans les « informations » données sur le Vieux Continent, la consommation d’alcool des divers pays européens semble particulièrement intéresser l’ensemble de la presse : le Juan Panadero explique ainsi en 1884 que dans le courant de l’année précédente, l’Allemagne a consommé 53 millions de galons de bière19, allant jusqu’à donner une évaluation chiffrée de ce que coûte une telle boisson20. À grand renfort de statistiques, la presse tapatía souligne ainsi ce qui constitue, selon elle, un vice proprement occidental, au travers duquel « on peut voir que la moralité dans certains pays étrangers […] n’est pas la principale vertu ».

24Sans insister sur la dimension paradoxale de ces articles, qui côtoient un discours valorisant la production nationale de bière ou la qualité des importations d’alcool à Guadalajara, notons que cette vision caricaturale de l’Europe telle qu’elle est véhiculée dans le Juan Panadero, si elle se fait acteur de la diffusion de ces clichés dans l’ensemble de la société tapatía, en est également l’écho. Autrement dit, cette dimension caricaturale de la critique de l’Europe, ce « pan négatif » du mythe européen tel qu’il est présenté dans la presse locale, constitue un premier niveau de remise en cause de l’Europe selon une modalité assez proche de la xénophobie populaire.

25Cela étant, le Juan Panadero ne se contente pas uniquement de ce premier niveau de représentations sur l’Europe, puisque ses griefs contre le Vieux Continent s’expriment aussi vis-à-vis d’une Europe plus « proche », côtoyée au travers des immigrés et du comportement des puissances européennes sur le territoire mexicain. C’est dans la confrontation de ces deux degrés du rapport à l’Europe – Europe imaginée, « littéraire » et Europe « côtoyée » – que s’expriment réellement le décalage entre les deux types de représentations que ces rapports impliquent et la complexité du discours mis en œuvre par le Juan Panadero, moins xénophobe et plus politisé que ne le laissent supposer les caricatures dont il s’amuse.

Immigration européenne et puissances impérialistes : une remise en cause plus politique

  • 21 J.P., 29 janvier 1882, n° 988, p. 3.

26Si l’Europe « mythique » ainsi que les Mexicains l’imaginent au travers de leurs lectures, ou plus souvent des représentations populaires, fait l’objet d’un grand nombre de critiques et de moqueries, la présence européenne au Mexique est, elle, paradoxalement peu remise en cause durant toute la période. Ce n’est que vers la fin du Porfiriat que le Juan Panadero qui jusqu’alors « avait manifesté l’urgence de favoriser l’immigration européenne21 » commence à émettre un certain nombre de réserves sur la question.

27Durant toute la période, les critiques directes envers les immigrés ou les pays européens se font rares, mais n’en sont pas pour autant totalement absentes du journal, et s’expriment selon une modalité particulièrement instructive pour comprendre les positions réelles du Juan Panadero vis-à-vis de l’immigration européenne.

  • 22 Cette idée que la remise en cause de l’Europe par les pays latino-américains au xixe siècle ne por (...)

28Le fait que cette immigration soit remise en cause sur certains points bien précis, dans un journal a priori favorable aux politiques de colonisation du pays, et qui plus est fortement européanisé, en dit long sur la façon dont cette même immigration est intégrée dans la conception que se font les Mexicains, non seulement de l’Europe, mais plus encore de leur propre identité nationale. Dans cette perspective, la remise en cause de l’Europe se fait plus subtile qu’il n’y paraît et répond à des enjeux politiques et nationaux qui dépassent une simple critique des aspects les plus « superficiels » de l’influence européenne22.

  • 23 J.P., 9 septembre 1886, n° 1466, p. 1.

29Ainsi, et alors que se multiplient dans le journal les articles glorifiant l’amitié entre le Mexique et les puissances européennes, le Juan Panadero émet parfois une critique très sévère de l’impérialisme de ces mêmes puissances lorsque leurs ambitions menacent l’intégrité, notamment économique, du pays. Si les questions économiques ne sont certes pas au centre des préoccupations du journal qui, pour traiter ce thème, reproduit le plus souvent des articles tirés d’autres journaux, le Juan Panadero évoque néanmoins à plusieurs reprises, et sur un ton accusateur, l’impérialisme européen dans ce domaine, lorsque celui-ci menace directement le Mexique. C’est notamment le cas lors de la dévaluation du peso mexicain par les puissances occidentales, qui suscite un grand nombre d’articles en 1886. Le Juan Panadero reproche ainsi aux États-Unis et à l’Angleterre de spéculer sur l’argent mexicain en « l’achetant 67 centimes pour le revendre sur les marchés asiatiques 11423 ». Par la suite interdit de circulation en Asie par les gouvernements espagnol et français, le peso mexicain est à nouveau défendu par le Juan Panadero en 1889, qui résume la question en ces termes :

  • 24 J.P., 20 juin 1889, n° 2037, p. 3.

« Le gouvernement espagnol a tout d’abord pris des mesures pour interdire la circulation du “peso de águila” aux Philippines, puis le gouvernement français a commencé à frapper une monnaie asiatique pour le Tonkin, mesure directement contraire aux intérêts de la monnaie mexicaine. Nous laissons à nos lecteurs sensés le soin d’évaluer les bons résultats pour le Mexique du verbiage sentimental sur « les affinités de la race latine24. »

30Cela étant, si l’immigration en elle-même est peu remise en cause, la façon dont les immigrés se comportent vis-à-vis des Mexicains fait l’objet de plusieurs articles derrière lesquels se dessine surtout un sentiment nationaliste très marqué. La meilleure illustration en est sans nul doute « l’affaire Llanos y Alcaraz » qui défraie la chronique de 1877 à 1879, à la suite de la publication par ce journaliste espagnol d’un livre intitulé « No vengaís a América » dans lequel il exprime tout le mal qu’il pense du Mexique, où il réside.

31Ayant déclenché la colère patriotique de l’ensemble de la presse nationale, Llanos y Alcaraz est condamné à être expulsé par Porfirio Díaz en 1879, « mesure exceptionnelle » dans cette société « qui manifeste un respect exagéré à l’égard de l’étranger » [González Navarro : 153]. L’expulsion d’étrangers est en effet une mesure extrêmement rare, généralement adoptée avec la plus grande discrétion par le gouvernement afin de ne pas décourager les candidats européens à l’immigration.

  • 25 J.P., 17 mai 1877, n° 497, p. 3, « Echenle un garbanzo en la olla ».
  • 26 J.P., 8 juillet 1877, n° 512, p. 3, « A Adolfo Llanos y Alcaraz y a los españoles residentes en Gu (...)

32Cependant dans ce cas précis la presse s’empare rapidement de l’affaire, qui semble alors cristalliser un grand nombre de griefs envers les étrangers, au travers desquels se dessinent les principaux reproches formulés contre les immigrés à cette époque. Le Juan Panadero publie ainsi un premier article le 17 juillet 1886, dans lequel il fustige sans retenue l’ingratitude du journaliste espagnol qui « oublie sans doute qu’il est venu dans ce pays une main devant une main derrière et que c’est ici qu’il s’est enrichi en exploitant la partie malsaine des Espagnols résidants sur cette terre25 ». Le comportement de cet Espagnol ayant « sacrifié la gratitude en échange des quelques pesos » rapportés par « les controverses que devait naturellement susciter cet ouvrage et qui lui donneraient un intérêt qu’il est en lui-même loin d’avoir26 », est critiqué parce qu’il illustre l’ingratitude qui est souvent reprochée aux immigrés européens, principal grief exprimé par l’ensemble de la presse à cette époque : l’immigration en elle-même n’est donc pas remise en cause, mais le manque de reconnaissance de ces Européens arrivés pauvres dans le pays, et s’étant enrichis grâce au Mexique qu’ils méprisent.

33La rédaction du Juan Panadero « ne pouvant rester indifférente quand un parvenu [ou un étranger ? Le terme utilisé ici est d’une ambiguïté significative] a l’audace de rejeter le Mexique » elle demande alors aux Espagnols présents à Guadalajara de s’exprimer sur le sujet en envoyant un courrier à l’imprimerie de Remigio Carrillo.

34Cette initiative est particulièrement intéressante en ce qu’elle mêle, pour la première fois, une colonie européenne de Guadalajara à des polémiques nationales sur l’immigration généralement considérées indépendamment de la présence européenne dans la capitale tapatía.

  • 27 J.P., 12 juillet 1877, n° 513, p. 1-2, « Cartas españolas ».
  • 28 Idem.

35Le Juan Panadero publie la semaine suivante en première page une longue lettre envoyée par un certain Pedro Sanchez de Arrioja, Espagnol résidant à Guadalajara, dans laquelle est fait l’éloge du Mexique et de l’amitié liant « ces deux peuples frères, unis par la tendresse et le souvenir, par le progrès et l’espérance27 ». Cette lettre, que la rédaction du Juan Panadero décide de publier dans l’éditorial sous prétexte que « la défense de la dignité des Mexicains doit passer avant les potins locaux28 », montre tout l’empressement que met le Juan Panadero, non pas à lutter contre l’immigration, mais bien plutôt à faire que celle-ci se déroule en bonne entente.

  • 29 J.P., 19 janvier 1888, n° 1608, p. 3, « No lo merecen ».
  • 30 Dans l’ouvrage déjà cité, Sergio M. Valerio Ulloa relate par exemple comment Justo Fernandez del V (...)

36C’est de toute évidence pour cette raison que le journal évite le plus possible de critiquer les immigrés présents à Guadalajara, n’exprimant ses reproches que dans les cas d’atteinte grave à l’orgueil national, comme lors de cette corrida durant laquelle deux Espagnols ivres « proférèrent des remarques injurieuses envers le Mexique et les Mexicains », affront vu comme une preuve d’ingratitude envers « la franche hospitalité qu’on leur offre dans [mon] le pays29 ». Les articles de ce genre sur les Européens vivant à Guadalajara restent cependant très rares, à la fois pour des raisons de courtoisie, mais aussi probablement du fait des liens étroits unissant les représentants de chaque colonie au gouvernement local, en mesure de censurer tout article déplaisant pour les Européens30.

  • 31 J.P., 6 juin 1901, n° 3629, p. 3. Dans cette lettre envoyée par un lecteur au Juan Panadero, un Ta (...)

37Les griefs exprimés contre ces derniers sont donc formulés sur un mode qui diffère sensiblement de cette vision déformée d’une Europe immorale et frivole. En effet, si quelques journaux de la capitale se scandalisent parfois du comportement désinvolte, voire indécent des Français installés à Mexico [Dumas : 263] les reproches formulés par les journaux de Guadalajara portent plus sur l’ingratitude des immigrés européens en général et des Espagnols en particulier, rejoignant en cela « l’hispanophobie populaire » [Lida : 110] ainsi que sur le mépris avec lequel ces étrangers traitent les Mexicains, comme en témoigne cette lettre de lecteur publiée en 1901 et qui illustre avec éloquence cette lassitude des Tapatíos face à l’européanisation croissante d’un pays dont ils se sentent dépossédés31.

38Ainsi, « l’opposition ne visait pas l’étranger en tant que tel, mais le fait que ce dernier vienne gagner de l’argent dans un pays qu’il méprise » [González Navarro : 157], attitude qui s’accroît très nettement vers la fin du Porfiriat et à laquelle vient alors s’ajouter une remise en cause non plus seulement du comportement des immigrés européens mais de l’européanisation de la société mexicaine, vue comme une menace pour l’identité nationale dans son essence même.

L’européanisation de la société, menace de l’identité mexicaine ?

39Si l’impérialisme des puissances européennes et le mauvais comportement de certains immigrés apparaissent comme une menace au bien-être des Mexicains, et pour cette raison violemment critiqués, la remise en cause se fait plus profonde et subtile lorsqu’elle porte sur l’enracinement des modes de vie européens au Mexique, sur ce phénomène d’européanisation qui est perçu comme menaçant le pays non plus seulement dans son fonctionnement mais dans son identité même. On assiste alors dans la presse locale à une argumentation dépassant ce premier degré de « xénophobie populaire » pour se mettre au service d’une réflexion identitaire plus subtile et qui porte en germes le principal cheval de bataille des révolutionnaires, à savoir « un rejet de l’européanisme à tout crin qui définissait la doctrine officielle du dictateur et de son entourage, et caractérisait dans le même temps les classes de culture, beaucoup plus enclines à se pencher sur les fluctuations de la mode européenne dans tous les domaines que sur leur immédiate réalité nationale » [Giudicelli : 2].

40Cette remise en cause de l’européanisation correspond en fait à une évolution subtile du rapport à l’Europe à partir de la fin des années 1880. À partir de cette période le Juan Panadero commence en effet à critiquer plus régulièrement l’invasion des modes vestimentaires, culinaires, ou artistiques européennes dans la société mexicaine, alors même qu’il continue à publier des annonces vantant la qualité des « cajuns de ropa », Français installés à Guadalajara, des restaurants tenus par les frères Lions ou José Rolleri, ou encore des œuvres de Victor Hugo.

41Précisons néanmoins que ces articles restent peu nombreux et ne sauraient par conséquent être considérés comme absolument représentatifs des opinions du Juan Panadero qui, comme on l’a démontré, reste un journal porfirien marqué par la référence à l’Europe. L’intérêt n’est donc pas ici de voir en quoi ces articles seraient caractéristiques d’une quelconque prise de position anti-européenne, qui reste assez marginale dans le journal, mais bien plutôt d’analyser au travers de quelques articles-clés comment ceux-ci mettent en œuvre un discours prérévolutionnaire organisé autour d’une même valorisation de la « grandeur nationale », motivation ultime de ces diatribes contre l’européanisation, dont la contradiction n’est ainsi qu’apparente.

  • 32 J.P., s.d. 1890, p. 3, « Las costumbres nacionales ».

42Une illustration très claire de cette tension entre l’européanisation et son rejet nous est fournie par ce long article publié en 1890, sur « les coutumes nationales32 » : il s’agit en réalité d’une reproduction d’un article publié dans The Mexican Financier, « journal très sensé et très utile publié dans la capitale de la République » qui remet en cause l’adoption des modes vestimentaires européennes comme menaçant le « genre pittoresque » des costumes traditionnels mexicains. Quoique non issu directement de la plume de « Juan Panadero », cet article est intéressant à plusieurs titres. Tout d’abord parce qu’il met en valeur le rôle de l’argument conservateur et passéiste dans le rejet de l’européanisation : très clairement, cette dernière est vue comme néfaste car propre à faire disparaître « de la face de la terre ce qui pendant des siècles a été justement considéré comme le plus intéressant et le plus séduisant des types nationaux ». Ensuite, cet article fait l’objet d’une introduction et d’une conclusion rédigées, elles, par le Juan Panadero, qui en disent aussi long que l’article lui-même sur les opinions de ceux qui ont choisi de le publier : dès les premières lignes le journaliste déplore ainsi le fait que les coutumes nationales « se dénaturalisent chaque jour un peu plus dans ce désir immodéré qui nous rend avides de nous “étrangériser” ». L’expression comme le néologisme ici utilisés illustrent sans ambiguïté les opinions du Juan Panadero quant à cette européanisation de la société mexicaine. La conclusion de l’article va plus loin encore, en expliquant sans détours le principal danger qui guette le Mexique s’il s’éloigne de sa « mexicanité » : « plus nous nous américaniserons et nous nous franciserons, plus nous laisserons dans l’oubli les coutumes que nous ont léguées nos pères, moins nous aurons de caractère en tant que nation libre et notre patriotisme diminuera de plus en plus ». L’enjeu de cette lutte contre l’européanisation est donc clair : il est patriotique et politique.

43Si, comme l’explique généralement l’historiographie mexicaine, « l’altérité radicale à l’égard de l’Europe est une construction identitaire récente dont on ne trouve que de très faibles traces chez les élites latino-américaines du xixe siècle » [Guerra, 2001 : 184], on se trouve néanmoins bien en présence d’une de ces « traces », qui témoigne d’un désir de construction identitaire indépendante de l’Europe et qui repose exclusivement sur les « particularités » mexicaines.

  • 33 J.P., 8 février 1877, n° 469, p. 2, « Exposición de Bellas Artes ».

44La remise en cause de l’européanisation est donc ici nettement identitaire et se retrouve de la même façon, quoique dans un domaine un peu différent, dans un article traitant cette fois des beaux-arts au Mexique. Publié dès 1877, cet article profite de la formation d’une « Société jaliscienne des Beaux-Arts » et de l’organisation d’une exposition à Guadalajara pour évoquer la nécessité de promouvoir « un art proprement national33 », ne traitant que de « sujets nationaux ». Justifiant tout d’abord cette importance d’abandonner « les sujets d’histoire européenne ou biblique » par le fait que les œuvres véritablement mexicaines attirent plus l’attention des Européens, le journaliste achève son article en soulignant toute l’importance de valoriser le caractère national dans « l’un des domaines qui constituent aussi l’honneur et la gloire des Mexicains ».

45Répondant en partie à cette exigence de promotion de l’art national, voire local, illustrée par la publication d’œuvres d’auteurs nationaux, le Juan Panadero met l’accent sur ce qui constitue l’une des préoccupations-phares du penseur révolutionnaire Manuel Gamio, qui considère l’histoire et les arts comme « les deux piliers de l’identité nationale » [Giudicelli : 7]. En effet, comme il le déplore dans Forjando Patria, « le Mexique ne produit pas d’œuvre d’art légitime, parce que l’art légitime devrait être propre, national », expliquant de ce fait que « la tâche des promoteurs de l’identité nationale, c’est-à-dire du pouvoir révolutionnaire, sera donc d’œuvrer en vue de la définition – et l’application – d’un critère esthétique “national” » [Giudicelli : 8].

46Sans aller, il est vrai, jusqu’à une remise en cause totale des critères esthétiques européanisés tels qu’ils structurent le Mexique porfirien, le Juan Panadero énonce pourtant le même projet que Manuel Gamio, à savoir la promotion d’un art qui soit proprement national.

  • 34 Cette bataille remportée le 28 janvier 1873 par les troupes tapatías de Ramón Corona sur la « Band (...)
  • 35 J.P., 31 janvier 1884, numéro 1194, p. 2, « Menu a la Mojonera ».

47Dans un tout autre domaine, culinaire cette fois, le Juan Panadero publie un article qui, bien que portant sur une question apparemment anodine, est également révélateur de ce rejet de l’européanisation lorsqu’il va à l’encontre du patriotisme et de l’orgueil national ; à l’occasion de la commémoration de la bataille de la « Mojonera34 », un grand banquet est organisé à Guadalajara et servi comme à l’habitude par les traiteurs français de la ville. Après avoir énuméré les divers plats composant le menu de ces festivités, menu intégralement rédigé en français, le journaliste s’insurge : « Vous savez ce que cela signifie ? […] mais il s’agissait de la bataille de la Mojonera, là, dans ce lieu où la civilisation mit en pièces les barbares, et il était là nécessaire de parler “gringo”, bien que personne ne le comprenne, et seulement parce que ça faisait plaisir au cuisinier35. » Pour le journaliste ce banquet français organisé pour une fête locale est une insulte au patriotisme, dont il se fait alors un fervent défenseur, en se référant à ses compatriotes européanisés dans des termes qui restent difficilement traduisibles : « ¡Qué tiempos estos ! Se conoce que son los de la “gringacha”, es decir, de los “ayankados” Yo amo como nadie a mis hermanos, y a mi Pátria. ¿Encuéntrele Usted “madre” ? ». De toute évidence les griefs du journaliste ne portent pas ici réellement sur la gastronomie française, qu’il défend à d’autres moments, « l’impérialisme gastronomique français » ne provoquant d’ailleurs pas au Mexique autant de rejets qu’en Colombie à la même époque, mais plutôt sur le non-respect d’un symbole patriotique d’autant plus fort qu’il est local.

  • 36 J.P., s.d. [1887], p. 2, « Un afrancesado ».

48Cette critique de l’européanisation excessive de ses concitoyens par le Juan Panadero est mise en avant dans un autre article, encore plus explicite, qui relate l’acte « furibond et antipatriotique » d’un Tapatío afrancesado convié par la colonie française à un banquet organisé pour le 14 juillet, durant lequel il aurait « piétiné le drapeau mexicain, en même temps qu’il proférait des insultes envers notre patrie et brandissait l’étendard français36 ». Bien que se refusant à accorder « une importance excessive à un fait qui, s’il déshonore quelqu’un, c’est justement son auteur minable », le journaliste se montre néanmoins profondément scandalisé non seulement par le fait que l’individu en question « ait fini par “afrancesarse” au point de prétendre imiter dans l’expression, dans le rythme et dans la prononciation la langue des Barcelonnettes », mais parce qu’il méprise tout patriotisme pour rendre hommage aux Français. Il est intéressant de noter au passage le fait que le terme d’« afrancesado », nettement péjoratif à partir de la Révolution, connaît déjà dans ce cas précis un glissement de sens : de synonyme de cultivé, l’adjectif « afrancesado » témoigne ici clairement de la stupidité et du manque de personnalité de celui qu’il qualifie.

49Ce qui est donc alors en cause, ce n’est plus tellement les conséquences concrètes de l’européanisation de tel ou tel secteur des arts ou de la société en général mais plutôt le phénomène même d’imitation, décrié par exemple dans cet article publié en 1886 au sujet de l’éventuelle adoption par le

  • 37 J.P., 5 décembre 1886, n° 1491, p. 2.

50Congrès mexicain d’une loi autorisant le divorce, similaire à celle adoptée en France : « Et voilà qu’on cherche à faire comme les singes, en imitant les autres pays même dans ce qu’ils ont de plus mauvais, alors qu’on arrive rarement à suivre leur exemple dans ce qu’ils ont de bon37 ! » Cette métaphore du singe, si elle est régulièrement employée par les élites brésiliennes du xixe siècle, par exemple, pour remettre en cause l’imitation sans nuances de la culture française, semble être beaucoup moins courante au Mexique à la même époque. Ce n’est en effet qu’à partir de la Révolution qu’est réellement théorisé ce rejet du mimétisme, dans l’idée d’une réappropriation de leurs origines européennes par les Mexicains épurée de toute imitation inconditionnelle.

51Pour autant, les articles analysés ici indiquent bien que, dès le Porfiriat, on assiste aux prémisses de ce qui constitue le phénomène révolutionnaire de distanciation par rapport aux « catégories importées des pays européens » [Giudicelli : 3] à savoir cette « rupture » qui se fait « non pas avec l’Europe, mais avec une attitude d’imitation systématique, sans aucun sens critique et avec l’abandon jusqu’au mépris de l’identité mexicaine qui s’ensuit » [Giudicelli : 1].

52Dès la fin du xixe siècle, l’imitation de l’Europe est ainsi critiquée, non pas encore dans l’idée qu’elle conduirait à cette « autodenigración » dont parle Samuel Ramos, mais plutôt en ce qu’elle menace directement l’identité nationale, et les valeurs culturelles mexicaines, valeurs dont la défense se fait plus forte encore à l’échelle locale.

L’Europe, un argument international au service de l’autonomie locale

53Si le Jalisco « témoigne à sa façon de la consolidation par Díaz du processus de construction de cet état national libéral, bâti au long du xixe siècle, qui adopte le système fédéral mais se méfie du fédéralisme et s’emploie à affaiblir les pouvoirs régionaux » [Cardenas Ayala : 418], il illustre surtout comment ce système engendre des réactions de défense identitaire et culturelle au niveau régional.

54En effet, alors que l’opposition politique des élites tapatías se réduit progressivement vers la fin du Porfiriat, en raison notamment de la soumission des gouverneurs locaux, l’attachement des élites locales à l’indépendance du Jalisco se fait essentiellement au niveau culturel, et se trouve exacerbé face à un système politique dans lequel la revendication culturelle reste la seule arme pour exister en tant qu’État. Le Juan Panadero se fait clairement l’écho de ces tentatives répétées de valorisation de la culture et du raffinement locaux, adoptant alors une position vaguement contradictoire : dans le temps même où sont exprimées avec force la grandeur nationale et la nécessité d’un patriotisme unificateur, le journal fait entendre une voix régionale prenant la défense des particularismes locaux face au centralisme politique mais aussi culturel de Mexico.

  • 38 « El Despertador Americano », premier journal « insurgente » du continent, a notamment été étudié (...)
  • 39 J.P., 27 décembre 1900, n° 3484, p. 2, « El maestro sabe lo que hace ».

55Cette défense de l’originalité locale se fait incontestablement sur un mode nostalgique, puisque, à partir du Porfiriat, les élites locales ont bien conscience que « l’avenir du Jalisco sera intimement lié à celui de la nation tout entière. Ses prétentions de souveraineté et d’autodétermination seront sacrifiées au nom de l’hégémonie porfirienne. Le Jalisco, qui avait eu jusqu’alors une vie sociale, politique et culturelle originale, fera dorénavant partie d’un vaste et unique projet national » [Dart : 240], projet que ces élites défendent, sans pour autant négliger la mise en valeur d’une grandeur régionale perdue. Précisons que cette remise en cause d’un centralisme, cette fois culturel, s’inscrit dans une longue tradition tapatía de défense de l’autonomie locale dont la presse a toujours été le fidèle relais : l’installation de l’imprimerie à Guadalajara et la publication des premiers journaux locaux témoignent dès le xviiie siècle de ce désir d’indépendance culturelle, tandis que la ville voit naître le premier journal insurgente de toute l’Amérique latine en 181038. Le Juan Panadero s’inscrit pleinement dans cette tradition d’une presse portant les revendications indépendantistes du Jalisco, dans une perspective passéiste ; « le centralisme punissait le Jalisco précisément par là où il avait péché : cet état qui avait pu s’enorgueillir, en d’autres temps, d’être l’un des chefs de file du fédéralisme, voyait ses lois ridiculisées, les garanties individuelles bafouées, et assistait, impuissant, à la “mise aux fers” de la pensée39 ». C’est cette dernière qui constitue alors le principal cheval de bataille des élites locales qui comptent défendre ce qui reste de la grandeur tapatía par le biais de la culture et du développement intellectuel sur un mode que l’on veut européaniser.

56En effet, et c’est sans doute là l’un des enjeux les plus originaux et contradictoires de la référence à l’Europe, les élites tapatías tentent de valoriser la culture locale en soulignant leur degré d’européanisation et la reconnaissance par l’Europe. Sur des modalités similaires à ce qui a pu être observé à l’échelle nationale, le Jalisco joue la carte de l’européanisation pour sortir de la « périphérie » de Mexico et retrouver son statut de capitale de l’ouest mexicain.

57La référence à l’Europe est alors chargée d’enjeux locaux qui se superposent de façon complexe et parfois contradictoire aux enjeux nationaux : en trouvant une application discursive à l’échelle locale, elle se voit intégrée dans une relation centre-périphérie, se jouant non plus seulement entre l’Europe et le Mexique mais entre Mexico et Guadalajara, nous amenant ainsi à envisager cette référence à l’Europe dans la mise en place du fédéralisme durant le Porfiriat. Cette tension entre un discours d’homogénéisation nationale et la défense de l’autonomie régionale se double par ailleurs d’une seconde contradiction également discursive, entre la portée révolutionnaire de cette référence à l’Europe, argument essentiel de la remise en cause du pouvoir central, et la revendication d’un ordre passé, d’une grandeur locale perdue.

Renversement de la référence à l’Europe : la lutte contre le centralisme culturel

58Dans cette volonté de valoriser la culture locale par l’européanisation s’exprime une double préoccupation, dont il faut bien avoir conscience pour comprendre les enjeux de la référence à l’Europe dans le discours local, à savoir l’inquiétude de voir Guadalajara se détériorer sur le plan culturel en raison des négligences du gouvernement local et de la municipalité, inquiétude plus forte encore étant donné le centralisme croissant de Mexico.

  • 40 J.P., 29 octobre 1885, n° 1376, p. 1 et 2, « Un inglés en Guadalajara ».
  • 41 J.P., 23 mars 1890, n° 2152, p. 1.

59Cette remise en cause des défaillances de la municipalité est évidente dans l’éditorial déjà cité « Un Inglés en Guadalajara40 », municipalité à laquelle on attribue à la fois la détérioration des monuments, de la voie publique, et la désorganisation générale de la ville. L’accusation se fait encore plus claire dans cet article sur le budget municipal, dans lequel il est reproché à la municipalité de ne pas assez investir pour embellir la ville, ce qui a des conséquences directes sur la venue des étrangers à Guadalajara : « Personne ne doute de ce que quand les villes sont belles, propres et bien organisées, l’immigration arrive en apportant avec elle des capitaux immenses. Combien de personnes se seront éloignées de nous du fait des mauvaises conditions de Guadalajara41 ? » Le propos est intéressant, mêlant remise en cause du gouvernement local, préoccupation pour la venue des étrangers et justification économique de celle-ci.

  • 42 J.P., s.d. [1887], p. 4, « Fábrica de camisas de Paul y Marnat. […] México, 2a de Plateros Número (...)

60Le point central de l’inquiétude des élites locales, au-delà de la politique de leur gouvernement, reste sans conteste le fait que le Jalisco, autrefois capitale culturelle brillante et admirée, soit reléguée au statut de simple périphérie de Mexico. Ce centralisme de la capitale, quoique jamais évoqué de façon explicite dans le Juan Panadero, se dessine néanmoins de façon subtile dans des articles très divers : la section « Avisos » déjà longuement analysée présente ainsi un certain nombre de publicités pour des magasins européens situés à Mexico42. Cela étant, la proximité des ports du Pacifique garantissant une certaine autonomie des relations commerciales entre l’Europe et Guadalajara, c’est surtout au niveau culturel que s’exprime cette dépendance par rapport à la capitale. Ainsi, la façon dont est obtenue l’information par le journal est également révélatrice de cette situation de Guadalajara en périphérie, une périphérie dont le rapport à l’Europe est donc médiatisé par la capitale Mexico.

  • 43 J.P., 12 avril 1877, n° 487, p. 2.
  • 44 François-Xavier Guerra, « L’Euroamérique : constitution et perceptions d’un espace culturel commun (...)

61En effet, nombreux sont les articles reproduits dans le Juan Panadero qui sont tirés d’un « journal de la capitale43 », qui est le centre par lequel passe nécessairement toute information. Dans son contenu comme dans l’obtention de l’information, le Juan Panadero est donc une illustration de cette relation différée entre Guadalajara et l’Europe. Si ce sentiment de faire partie d’une périphérie est souvent évoqué à l’échelle nationale pour l’ensemble des pays latino-américains au xixe siècle44, c’est cependant au niveau local que s’exprime le plus clairement cette relation. La préoccupation constante pour moderniser et embellir la ville de Guadalajara est à comprendre dans ce désir de retrouver une place à l’échelle nationale. Ainsi, de même que dans les discours officiels mexicains du xixe siècle est constamment exprimée la nécessité de se moderniser pour intégrer le « concert des nations civilisées », les élites tapatías accordent également une place prépondérante au développement culturel, économique et social de Guadalajara, à la fois pour s’intégrer dans une perspective nationale de modernisation, mais également pour retrouver un rayonnement passé.

  • 45 J.P., s.d. [1898], p. 1, « ¡Viva Jauja ! »
  • 46 J.P., 26 septembre 1880, n° 847, p. 1, « El Olimpo municipal ».

62Sur ce point élites politiques locales et journalistes du Juan Panadero partagent ce même objectif idéalisé de « faire de Guadalajara un Paris, un Berlin ou un Londres45 », c’est-à-dire de développer la ville sur un modèle nécessairement européen. Passant donc forcément par l’européanisation, la modernisation de la ville de Guadalajara est pensée par les journalistes comme nécessaire certes, mais plus encore comme s’inscrivant dans une sorte de « tradition historique ». Considérée « parmi les capitales du Nouveau Monde à une échelle supérieure à celle qu’occupent Londres et Paris sur le continent européen46 »,

63Guadalajara demeure dans l’esprit des journalistes toujours aussi brillante, cultivée, et se doit de le rester. Dans cette perspective le recours à la référence européenne n’est pas à proprement parler progressiste mais vise bien à revenir à un passé idéalisé, dans lequel Guadalajara, cette « Reine de l’Occident » [Iguiñiz] se distingue déjà des autres villes mexicaines par sa forte européanisation et un charme semblable à celui de la Toscane, de l’Andalousie ou de Florence [Iguiñiz]. Les comparaisons entre la capitale tapatía et les villes européennes ne manquent pas dans les récits des voyageurs de l’époque, qui n’ont de cesse de saluer cette ville « intelligente et noble », ce « grandiose Eden ignoré même de ses propres habitants », ces « Andalous d’Amérique » qui « ont une grande quantité de sang européen dans les veines » [Gibbon].

64Le développement de la ville sur un modèle européen prétend donc perpétuer ce qui, aux dires des voyageurs de l’époque, constitue paradoxalement une « caractéristique tapatía », sa capa cité à se conformer à des schémas européens. La contradiction que constitue parfois la référence à l’Europe atteint ici une sorte de paroxysme : alors que l’imitation du Vieux continent est progressivement décriée par le Juan Panadero, celui-ci considère pourtant cette capacité d’imitation comme une véritable qualité lorsqu’elle concerne exclusivement l’échelle locale. Cet éditorial publié en 1890, à une période où l’européanisation est déjà critiquée, est à ce sujet éloquent ; intitulé « Arriba Jalisco », il commence son éloge de la modernité tapatía par une remarque très explicite :

  • 47 J.P., 13 février 1890, n° 2141, p. 1, « ¡Arriba Jalisco ! »

« l’un des traits les plus caractéristiques de notre État est la facilité qu’il a pour assimiler tout ce qu’il observe de bien. À peine fixe-t-il les yeux sur quelque chose de supérieur à ce qu’il connaît qu’il essaye de l’imiter et de le faire sien, de telle sorte qu’il suffit qu’on lui présente de bons exemples pour qu’il améliore sa condition sociale. De cela, nous les « jaliscienses » devons nous enorgueillir47 ».

65Suivie d’une liste des améliorations survenues à Guadalajara dans les dernières décennies du xixe siècle, comme le développement du chemin de fer, de l’industrie, des modes vestimentaires européennes ou encore de l’architecture, cette brève introduction en dit long sur la façon dont le journaliste envisage le développement local, perçu comme devant nécessairement se faire à l’aune du modèle européen. Cette vision du progrès est d’ailleurs totalement partagée par les gouverneurs se succédant à la tête de l’État au début du Porfiriat, avant que les élites politiques locales ne soient complètement soumises au pouvoir central.

  • 48 José María Muria (Comp.), Jalisco en la Conciencia Nacional, t. II, Mexico, 1987.

66Des mesures importantes sont ainsi prises à partir du gouvernement de Ramón Corona (1888-1889) afin de développer l’éducation sur un modèle européen. Pendant son bref mandat séjourne à Guadalajara le pédagogue allemand Henri Laubscher, « dans le but de diffuser les procédés éducatifs suivis dans son École modèle de Jalapa48 », puis le Suisse Henri Rebsamen, qui conseille la formation des maîtres à Guadalajara.

  • 49 J.P., 31 mai 1900, n° 3424, p. 1, « Los tiranos ilustrados ».

67Étudié en détail par Christine Dart dans sa thèse sur « [l’] éducation et [la] société dans le Jalisco (1821-1910) », le développement de l’éducation à Guadalajara sur des modes européens s’inscrit à la fois dans un mouvement national de développement des écoles et de l’enseignement, mais correspond aussi à une volonté de préserver une certaine autonomie culturelle. En effet, au-delà de la centralisation politique, le système porfirien est à l’origine d’un véritable assujettissement de « l’Instruction publique jaliscienne et, par là, du talent de ses promoteurs et des intellectuels de l’État aux lois centralisatrices du gouvernement de Porfirio Díaz » [Dart]. Au-delà du simple domaine de l’instruction, c’est toute la vie intellectuelle du Jalisco qui se voit victime du centralisme, comme le déplore non sans lyrisme le Juan Panadero : « … il est arrivé un jour où le Jalisco a été très savant et l’on a craint sa pensée, son savoir et sa grandeur et l’on a dit, peu importe où : tuons cette hydre [couronnée] d’étoiles […], étouffons dans ses langes cet Hercule de l’esprit qui combattit l’absolutisme, l’intrigue […], le favoritisme […], et le crime fut perpétré49 ». L’anéantissement progressif et volontaire de l’instruction supérieure du Jalisco a donc pour première conséquence une destruction du mouvement culturel à Guadalajara, dont les intellectuels locaux se font alors les ardents défenseurs en diffusant des articles valorisant l’éducation. Essentielle pour que le Jalisco continue à jouer son « rôle de phare dans la production intellectuelle et culturelle du pays » [Dart], l’éducation constitue logiquement le principal cheval de bataille des élites politiques et intellectuelles locales.

  • 50 J.P., 23 janvier 1887, n° 1504, p. 3.

68Cette promotion de la culture locale sur des modèles qui restent européens trouve également son expression dans la mise en valeur d’artistes locaux, comme cette compagnie italienne tapatía d’opéra, dirigée par l’Italien Cornazzani50, ou encore avec la publication de poètes et écrivains locaux. Les journalistes du Juan Panadero, à l’instar de la plupart de leurs collègues à la même époque, tentent de « favoriser la vie culturelle de la région » [Pineda Soto : 4], mais également son poids industriel à l’échelle nationale.

  • 51 J.P., s.d. [1884], p. 4, « Industria Nacional ».

69Sans revenir sur le rôle des immigrés européens dans le processus de développement économique local, soulignons simplement que le Juan Panadero entend également jouer un rôle dans la mise en valeur de l’industrie tapatía, en en assurant la publicité comme dans cette annonce pour les productions de textile de l’usine « La Escoba », dans laquelle le principal argument de vente est qu’il s’agit d’une industrie nationale, imitant « à la perfection » les productions étrangères et ce à des prix moins élevés51. Vecteur incontestable de fierté locale, l’industrie tapatía est également mise en valeur lors d’expositions nationales, comme celle qui est organisée en 1880, et dont le Juan Panadero rend compte en des termes illustrant à eux seuls l’attachement du journaliste au Jalisco :

« Je ne serais pas aussi amoureux du progrès et de la prospérité de mon cher Jalisco, et de la République en général, comme je me targue de l’être, si je ne laissais pas aujourd’hui de côté la politique et toutes ses contrariétés, pour m’intéresser à un évé- nement aussi solennel que celui de la clôture de la Seconde Exposition organisée par les “Clases productoras” afin de mettre en valeur nos dernières avancées dans les sciences, les arts et l’industrie ».

70Illustrant parfaitement l’importance accordée par les intellectuels de l’époque au progrès dans ses diverses manifestations, cette introduction est suivie de la liste des diverses créations présentées par le Jalisco parmi lesquelles « les objets de tannerie présentés par M. Spiero dont l’établissement a été installé et développé grâce à l’entrepreneur M. Kunhardt, il atteint un tel degré de perfection dans ses productions comme les cuirs anglais, […] qu’il n’a rien, absolument rien à envier aux meilleurs des étrangers ». Outre l’utilisation classique de la comparaison avec l’Europe pour mettre en valeur ces productions locales, il est intéressant de noter que, bien que tapatía, cette production est établie grâce aux capitaux de l’Allemand T. Kunhardt. Par ailleurs, cette entreprise locale semble être réputée pour sa production de produits étrangers, ici les cuirs anglais, dont les modes de fabrication sont nécessairement importés d’Europe. L’européanisation constitue donc incontestablement un facteur de développement de l’industrie locale, dont la fierté réside dans sa capacité à égaler l’Europe.

  • 52 J.P., 10 juin 1880, n° 817, p. 1, « Clausura de la Exposición ».

71Déjà latente ici, la contradiction se fait encore plus marquée à la fin de cet article, qui s’étonne de la présence de « quelques objets de l’industrie étrangère, comme quelques télégraphes de Digney qui, je ne sais pour quelle raison, figuraient dans une compétition de l’industrie nationale52 ».

Les « illustres Tapatíos53 », ambassadeurs de la fierté locale à l’étranger

  • 53 Référence à la « Rotonda de los hombres ilustres », monument tapatío élevé à la gloire des personn (...)

72Si l’européanisation de la ville de Guadalajara et sa modernisation sur des modèles venus d’Europe constituent un motif de fierté locale dans le discours des journalistes, la mise en valeur de la capitale tapatía et de sa culture passe incontestablement par une diffusion de cette image locale, non seulement à l’échelle nationale mais également en Europe. Il s’agit ainsi pour les Tapatíos d’être reconnus par ces mêmes pays européens dont le regard vient valider non seulement le « degré de culture » du Jalisco mais aussi lui conférer une place plus importante à l’échelle nationale.

73C’est bien dans cette double perspective qu’il faut lire les nombreux articles du Juan Panadero portant sur les « illustres Tapatíos » ayant fait honneur à leur région, et donc à l’ensemble de leur pays auprès des nations européennes. Si les voyageurs mexicains s’étant illustrés en Europe sont régulièrement évoqués dans le journal, celui-ci accorde une attention toute particulière aux voyageurs tapatíos, pour lesquels il consacre des articles encore plus élogieux et organisés autour de cette référence à la grandeur locale.

  • 54 J.P., 12 avril 1885, n° 1319, p. 3, « ¡Magnífico ! ».

74Parmi les personnalités tapatías en « représentation » à l’étranger, on compte tout d’abord les hommes politiques locaux, dont plusieurs se voient investis de charges nationales et diplomatiques jusque dans les années 1890. C’est le cas notamment de Ramón Corona, dont les prestations auprès de la couronne espagnole sont évoquées à plusieurs reprises. Sans entrer ici dans les détails de sa biographie, rappelons simplement que ce Tapatío, célèbre dans le Jalisco pour avoir vaincu les troupes du rebelle Manuel Lozada à la bataille de la Mojonera en 1873, est nommé ambassadeur du Mexique en Espagne en 1874. Il semble y faire honneur à son pays, comme en témoigne cet article publié en 1885 dans le Juan Panadero à l’occasion du retour au pays du héros local54 :

« Con motivo de la salida para México del general Corona, ministro de dicha Repúbica, se han cambiado notas cordialísimas entre el ministro de España y dicho diplomático, en que se hacen constar las excelentes relaciones que median entre ambos paises, y lo satisfecho que está el gobierno español de la gestion de dicho general Corona. Es probable, además, que en breve conceda el rey algunas altas distinciones al presidente de México y a su representante en Madrid. […]
Una pérdida va a sufrir la buena sociedad madrileña con la ausencia, quiza para siempre, de una dama perteneciente al cuerpo diplomático extranjero que ha brillado en todos los salones. La señora del general Corona, ministro de México, se ausenta el lunes con su esposo, dejando los dos muy grata memoria de su estancia en esta corte. La sociedad madrileña recuerda, recordará siempre con gusto, las agradables fiestas a que ha concurrido en la elegante morada de la calle de Atocha y la amabilidad y relevantes dotes de los señores de Corona ». Mi general Corona, en nombre de Jalisco, a quien Usted salvó de las garras de Lozada ; en nombre de Jalisco, que tanto le quiere y cuyo suelo, el suelo en que nació, ha Usted ido a levantar tan alto demostrando la diplomacia y el talento de sus hijos, yo le saludo ».

75Outre le fait que, de façon on l’a vu classique, le Juan Panadero mette en valeur le jugement élogieux émis par des journaux européens sur ses compatriotes, il convient de noter qu’après un bref rappel du rôle politique du général Corona, c’est surtout la dimension mondaine de sa présence qui est soulignée. Le Juan Panadero se réjouit ainsi de la bonne intégration du couple Corona aux « salons » européens, preuve de la distinction des Mexicains. En quelques lignes sont donc évoqués les principaux motifs de fierté attachés à la présence de Corona en Espagne : plus que son rôle politique, c’est son statut de représentant « mondain » du Mexique qui est ici salué comme valorisant l’ensemble de la nation, et plus particulièrement encore le Jalisco, comme en témoigne l’avant-dernier paragraphe.

76L’accent y est mis sur les origines tapatías du général Corona, qui, par son action, « a su élever [le Jalisco] en démontrant la diplomatie et le talent de ses fils ».

77L’argument est ici très clair : lorsqu’un Tapatío s’illustre à l’étranger, c’est tout le Jalisco qui s’en trouve valorisé, honoré, dans un discours régionaliste généralement rappelé en fin d’article. Si le général Corona incarne par son rôle de diplomate, la « fierté locale » à l’étranger, cette dernière est surtout défendue par les divers artistes et intellectuels tapatíos se rendant en Europe, et qui entretiennent des relations cette fois plus proches avec les journalistes du Juan Panadero.

  • 55 J.P., 28 novembre 1889, n° 2111, p. 2, « Los mexicanos en Paris ».
  • 56 J.P., s.d. [1890], p. 3, « Manuel Puga y Acal ».

78C’est le cas notamment du poète Manuel Puga y Acal, collaborateur du journal et auteur reconnu aussi bien au Mexique qu’en Europe. S’il participe à la rédaction du Juan Panadero en tant que « référent culturel » sûr, c’est en Europe qu’il fait véritablement honneur à son pays, et plus encore au Jalisco. Arrivé à Paris en 1889, à l’occasion de l’Exposition Universelle, il participe à des réunions mondaines dans lesquelles il semble s’illustrer tout particulièrement : « Dans divers journaux étrangers j’ai lu le rapport du banquet que les journalistes hispano-américains ont organisé à Paris, dans le pavillon de la presse du Champ de Mars, le 2 novembre dernier. Dans ce banquet s’est illustré avec beaucoup d’honneur notre intelligent compatriote Manuel Puga y Acal55 ». À la suite de cette introduction est évoqué un débat ayant opposé le poète tapatío aux journalistes espagnols sur la question de l’indépendance des nations latino-américaines, au sujet de laquelle Manuel Puga y Acal prononce un discours retranscrit ici dans son intégralité à partir de journaux français s’étant emparés de l’affaire. Le Tapatío semble s’être particulièrement illustré, à la grande satisfaction du Juan Panadero qui lui consacre un article plein d’amitié et de gratitude lors de son retour « à sa terre natale » en 189056. Au-delà de l’expression de l’amitié du journaliste pour le poète, l’accent est mis sur la participation de ce dernier à des journaux français dans lesquels il s’est distingué par « la pureté de sa diction et l’abondance de ses informations », et surtout sur le fait qu’il « a fait connaître en ces terres lointaines la nôtre, ses ressources et ses productions ».

  • 57 J.P., s.d. [1884], p. 3, « Salvador Quevedo y Zubieta ».
  • 58 J.P., 28 novembre 1889, n° 2111, p. 2, « Jalisco nunca pierde ».

79Véritable ambassadeur culturel du Jalisco à Paris, Manuel Puga y Acal répond parfaitement à l’une des principales préoccupations des intellectuels locaux de l’époque, faire connaître le Jalisco à l’étranger. Plusieurs intellectuels tapatíos, à l’instar de Manuel Puga y Acal, semblent jouer ce rôle de représentant de la vie intellectuelle de Guadalajara en Europe : on peut, par exemple, citer également Salvador Quevedo Y Zubieta57, ou encore « l’illustre poétesse » Esther Tapia de Castellanos, qui envoie depuis Paris des lettres dans lesquelles elle relate le bon comportement des Tapatíos dans « la capitale du monde58 ».

  • 59 J.P., s.d. [1890], p. 1, « Completa ovación ».
  • 60 El Porvenir, 20 mars 1910, n° 26, « El artista Roberto Montenegro ».
  • 61 Idem.

80En effet, et c’est là l’un des plus grands motifs de fierté locale exprimé dans le Juan Panadero, il est fait une chronique assez régulière des jeunes Tapatíos se rendant en Europe pour étudier et dont le comportement sage et studieux fait honneur au Jalisco. Par exemple, dans cette lettre « élégante et discrète » envoyée par Esther Tapia de Castellanos on loue un certain Enrique Morelos, « fils de Guadalajara », qui après avoir passé de « consciencieux et méticuleux examens dans lesquels sont intervenus les professeurs les plus compétents, a été admis comme élève au conservatoire de musique de Paris ». Après des félicitations au père du jeune musicien, le journaliste conclut l’article par l’habituel renvoi à l’honneur du Jalisco « qui compte avec un génie de plus pour le faire briller et le distinguer ». De la même façon, il est fait l’éloge du pianiste tapatío D. Benigno de la Torre, qui « a obtenu un triomphe magistral làbas, […] à Barcelone, où on lui a attribué le premier prix pour son menuet, jolie composition s’il en est, et qu’il a présenté au concours musical organisé en ces terres59 ». Le fait que cet honneur rejaillisse sur l’ensemble du Jalisco est ici évoqué en début d’article, avec les termes habituels que l’on préfère retransmettre ici dans leur version originale : « Jalisco nunca pierde, y sus hijos nunca o casi nunca tienen que arrebatar, porque de buen grado se les tributan los honores que merecen », termes que l’on retrouve d’ailleurs de façon similaire dans les autres journaux locaux de l’époque, qui accordent la même importance à cette valorisation des Tapatíos par l’Europe. El Porvenir publie par exemple un article sur l’artiste local Roberto Montenegro, « pensionné par le gouvernement de l’État pour qu’il aille en Europe perfectionner ses études dans l’art de la peinture60 », s’achevant sur l’annonce d’un prochain article sur le jeune peintre « qui a donné éclat et renommée au Jalisco et mérite bien un article spécial61 ».

  • 62 J.P., 13 octobre 1889, n° 2089, p. 3, « Jalisco nunca pierde ».

81La présence de Tapatíos talentueux en Europe, et plus particulièrement à Paris, déclenche ainsi une fierté locale intarissable, toutes les occasions étant propices à valoriser ces fils du Jalisco. C’est le cas par exemple lors des festivités organisées le 15 septembre à Paris par « les Mexicains résidants dans cette capitale » […] « pour célébrer le plus grand jour de l’absente et lointaine patrie » : le journal ayant pris connaissance d’un compte-rendu de cet événement, il se réjouit d’y avoir lu « les noms de deux jeunes Jalisciens qui font honneur à leur terre62 ».

82Cette fierté attachée à la représentation de Tapatíos est telle qu’elle semble même parfois « racheter » le mauvais comportement de beaucoup de Mexicains allant à Paris mener une vie dissolue :

  • 63 J.P., s.d. [1890], p. 3, « Futura gloria de Jalisco ».

« On sait que le jeune et intelligent D. Luis Galván, fils du Général du même nom, se trouve à Paris en qualité d’attaché militaire à la légation mexicaine en France. Eh bien le Sr. Galván, au lieu de vagabonder dans le quartier latin comme la majeure partie de nos compatriotes qui vont là-bas, pour revenir seulement avec plus de suffisance et de pédantisme, s’est consacré avec application à l’étude du chant63 […]. »

83Dans ce cas précis il semble que le Tapatío se distingue des autres Mexicains par son sérieux et sa bonne éducation, valorisant de cette façon le Jalisco tout entier, comme en témoigne d’ailleurs le titre de l’article : « Future gloire du Jalisco ». Si ces talentueux Tapatíos permettent de réaffirmer régulièrement la grandeur du Jalisco, il est intéressant de noter que les intellectuels locaux collaborant au Juan Panadero s’impliquent également dans la défense de cette autonomie culturelle locale, dont le journal se fait l’écho. On peut citer notamment les écrits de l’historien Luis Pérez Verdía qui défend ardemment la vie intellectuelle de Guadalajara en déplorant le fait qu’elle ne soit plus « ce centre intellectuel qui a fleuri indépendant et lumineux à une autre époque ; la centralisation opérée par la ville de Mexico dans l’orbite des affaires financières et de la politique, agit aussi dans ce domaine, et nombre d’artistes de valeur, en quête de gloire ou de fortune, émigrent vers la capitale et s’y établissent » [Dart].

84Quoique rarement exprimé de façon aussi directe dans les colonnes du Juan Panadero, ce sentiment de n’être qu’une périphérie de Mexico au niveau culturel, sentiment d’autant plus inacceptable qu’il fait suite à un passé culturel brillant, est récurrent chez les intellectuels tapatíos de l’époque. Exprimé également à plusieurs reprises par Agustín de la Rosa, il sous-tend bon nombre des articles publiés dans le Juan Panadero, dont les rédacteurs sont eux-mêmes des intellectuels pour la plupart décidés à rester dans le Jalisco, pour y développer la vie culturelle. Dans cette perspective, le journal se fait l’écho de prétentions que l’on peut qualifier de conservatrices, en ce qu’elles visent à maintenir une grandeur culturelle et une reconnaissance nationale totalement oubliées sous le Porfiriat, vues comme une rupture avec un passé idéalisé. Pour autant ce désir de reconnaissance empreint de nostalgie s’ancre dans une mise en valeur très porfirienne de Guadalajara : en effet, si la modernisation de la ville et la « représentation » de Tapatíos à l’étranger contribuent à cette valorisation, c’est le regard des Européens sur la capitale tapatía qui vient lui conférer un certain statut, dans un discours articulant la référence à l’Europe selon une modalité régionaliste.

« Jalisco nunca pierde y cuando pierde arrebata64 » : Guadalajara sous le regard de l’Europe

  • 64 Vieux dicton local, censé illustrer l’ardeur des tapatíos à défendre leur réputation. Régulièremen (...)

85Capitale politique, économique, et surtout culturelle de l’ouest mexicain, Guadalajara entend maintenir cette image d’une ville cultivée non tant aux yeux d’un Mexique définitivement centralisé par Mexico qu’aux yeux des Européens. « Les élites “tapatías” ont le regard posé sur l’Europe et, en ce sens, elles sont profondément porfiriennes » [Cardenas Ayala : 45], non seulement parce qu’elles prétendent s’inspirer des sociétés européennes, mais plus encore parce que l’image que leur renvoient ces dernières est essentielle dans la façon dont les élites locales appréhendent leur propre société. Autrement dit : « les élites du Jalisco vivent en perpétuelle pose pour une caméra étrangère imaginaire » [Cardenas Ayala : 45].

86De façon classique sous le Porfiriat, les élites locales ont donc pour principale préoccupation de diffuser une bonne image de Guadalajara et de sa société. Le Juan Panadero illustre par de nombreux articles cette préoccupation, en intégrant le regard, non pas tellement de cette « caméra étrangère imaginaire » que celui des voyageurs, artistes et diplomates étrangers se rendant dans la capitale du Jalisco, témoins directs de la grandeur tapatía. En s’incarnant dans ces étrangers de passage à Guadalajara, le regard de l’Europe sur la ville se fait ainsi plus concret, plus précis, et véhicule de façon plus nette des enjeux propres aux ambitions locales.

  • 65 J.P., 18 juillet 1889, n° 2045, p. 2, « La Compañía Italiana ».

87Le Juan Panadero offre une illustration très claire de ce phénomène au travers des nombreux articles sur la venue de compagnies de théâtre et d’opéra étrangères à Guadalajara. S’il est, à cette occasion, parfois déploré le manque de vitalité de la vie culturelle locale, le journaliste tient paradoxalement à souligner régulièrement la qualité du public tapatío. On peut citer entre autres exemples la conclusion de cet article de 1889 sur une Compagnie italienne d’opéras : après avoir résumé les diverses représentations de cette Compagnie s’apprêtant à quitter Guadalajara, le journaliste salue les artistes avec un hommage caractéristique du public local : « que la gloire et la fortune les accompagnent [les artistes] partout et qu’ils n’oublient jamais cette ville qui a si bien su les estimer65 ».

  • 66 J.P., s.d. [1885], p. 3, « Gran concierto ».

88Sur le même modèle, dans un article de 1885 annonçant l’organisation prochaine d’un grand concert au Teatro Degollado pour une œuvre de charité, le journaliste conclut de la façon suivante : « à Mexico s’est déroulé, il y a peu, un magnifique concert avec le même objectif et a fait de très nombreuses entrées. La société de Guadalajara, qui n’est en reste ni pour le bon goût ni pour le sentiment caritatif, viendra en masse au théâtre, je n’en doute pas66 ». Outre l’expression du sentiment de n’être qu’une périphérie de Mexico se voit surtout soulignée ici une valorisation de la société tapatía, valorisation que le journaliste sait être idéalisée. Le discours mis en place par le Juan Panadero est clair : si le journaliste tient toujours à faire l’éloge du public local, ce n’est pas parce qu’il trouve qu’effectivement ce public est cultivé et nombreux, mais au contraire pour l’encourager à le devenir, tenter de susciter chez ses lecteurs un intérêt pour des représentations théâtrales et musicales souvent négligées. On est ici pleinement dans cette caractéristique du discours journalistique qui renseigne sur la société idéalisée que projettent les journalistes plutôt que sur la réalité même qui ne se lit qu’en filigrane dans ce type de discours.

  • 67 J.P., 30 juin 1889, n° 2040, p. 2 et 3, « Teatro ».
  • 68 Idem.

89Ce phénomène est parfaitement observable dans cet article de 1889 sur la Compagnie Emmanuel, dont le Juan Panadero semble être un fervent admirateur. Pour autant, le journal doute que le public tapatío soit aussi enthousiaste, tout en assurant la Compagnie du bon accueil qui lui sera fait : « Je ne sais pas si le public de Guadalajara mérite, selon les critères d’Emmanuel, les considérations dues aux gens de bon goût, mais l’éminent acteur peut être sûr qu’il ne manquera pas avec nous d’applaudissements dignes de sa réputation et de critères capables de juger avec clairvoyance de son mérite67. » Sont donc à la fois émises des réserves quant à la qualité du public tapatío, tout en assurant les artistes d’un succès à Guadalajara. Il n’y a pas ici véritablement contradiction, quand on sait que la venue des artistes dépend des retombées économiques de leurs déplacements, et donc de l’importance du public. La valorisation de ce dernier par le Juan Panadero, si elle a pour objectif de donner une bonne image de la vie culturelle locale, vise surtout à attirer les compagnies de théâtre et d’opéra à Guadalajara, de leur assurer un public nombreux et régulier. La suite de cet article est à ce sujet éloquente : après avoir fait l’éloge de l’actrice Virginia Reiter et annoncé son ultime spectacle à Guadalajara, le journaliste conclut sur ces mots : « pourvu que la représentation ait un succès digne des mérites de l’illustre artiste afin que celle-ci quitte Guadalajara sur une impression agréable68 ».

  • 69 J.P., 14 juillet 1889, n° 2044, p. 3, « Despedida ».

90La principale préoccupation est donc bien que ces artistes européens, incarnation du bon goût et de la culture européenne, gardent une image positive de Guadalajara et de ses habitants, ce qui explique d’ailleurs que, à l’instar des articles publiés pour le Mexique dans son ensemble, les propos tenus par ces mêmes Européens sur la capitale tapatía fassent l’objet d’une grande fierté. Après le départ de la Compagnie Emmanuel est publiée une lettre envoyée par le directeur de la troupe à la rédaction du Juan Panadero, dans laquelle il remercie le public tapatío pour son assiduité et son hospitalité, en des termes qui ne peuvent que flatter l’orgueil local : « dans cette ville sincèrement hospitalière, toute ma compagnie a été généreusement, cordialement et chaleureusement accueillie, que ce soit par l’homme illustre qui la gouverne ou par le plus humble des citoyens. Ici tout est courtois : ville, tempérament, presse et public. Tous, tous, tous nous ont bien traités et nous emportons pour toujours dans notre cœur le souvenir le plus agréable de Guadalajara69 ».

  • 70 Idem.

91L’importance accordée par le Juan Panadero à ce type de compliment est évidente, et la lettre reproduite « avec plaisir70 ».

92Cette reconnaissance de la part d’une troupe européenne admirée des intellectuels tapatíos est d’autant plus importante que ces mêmes intellectuels ont le sentiment très net d’une décadence culturelle de la ville. Déjà énoncé au travers des critiques émises par les journalistes envers le public local, ce sentiment se voit plus clairement exprimé dans ces propos du « chroniqueur théâtral » du journal, qui évoque avec tristesse et nostalgie les représentations sous « les voûtes de notre incomplet Teatro Degollado, dénonciateur muet de l’impuissante décadence de notre État auparavant puissant » [Muria : 311]. Incontes tablement tournés vers la grandeur culturelle passée, les intellectuels tapatíos voient dans ce manque d’intérêt du public local pour les représentations théâtrales le témoignage d’une décadence globale du Jalisco, auparavant cultivé, puissant, influent, décadence à laquelle ils tentent de remédier en redoublant d’enthousiasme.

  • 71 J.P., 25 mars 1880, n° 795, p. 3.

93Face à cet irrépressible déclin culturel il ne semble rester que l’hospitalité et le folklore locaux pour redorer une image bien ternie. C’est ainsi que dans un article publié en 1880 à l’occasion de la visite du général Grant au Mexique, le journaliste, généralisant ce « complexe d’infériorité culturelle » à l’ensemble du pays, explique que « s’il [le général Grant] n’a pas trouvé au Mexique le vaste champ d’observation que lui ont offert les grandes villes très peuplées d’Europe, en matière de monuments antiques, de commerce, d’industrie, de sciences et d’arts, les choses dignes d’intérêt n’ont pas manqué ici non plus. Surtout, cette “couleur locale” que le touriste recherche avidement, il l’aura trouvée dans nos rues71 ». Ainsi, sans totalement dénigrer la capacité nationale à égaler les puissances européennes en matière de commerce et d’industrie, ce qui est surtout valorisé pour le Mexique reste sa dimension « folklorique », cette « couleur locale » qui n’est d’ailleurs pas véritablement définie par le journaliste. contradiction avec le désir d’européanisation dont témoigne dans le même temps le journal, et rappelle à sa façon cette autodenigración de la culture mexicaine évoquée par Samuel Ramos. Bien que se voulant positive, cette valorisation de l’originalité mexicaine ne s’effectue en effet pas encore sur la modalité identitaire qu’elle prend sous la Révolution, mais bien dans une forme de mépris pour une culture incapable de se faire valoir autrement que par son folklore, à une époque où le progrès et la modernité restent l’objectif premier des nations « civilisées ».

94Quand elle s’exprime à l’échelle régionale, cette mise en valeur de la « couleur locale » et du tourisme se fait cependant moins amère, plus tournée vers ce qui est considéré comme les caractéristiques « traditionnelles » du Jalisco, à savoir son hospitalité. Ainsi c’est fondamentalement cette image que le Juan Panadero s’attache à développer, celle d’une ville accueillante, ouverte à l’étranger et ce, dans le but évident de préserver une réputation également évoquée par les voyageurs de l’époque : « bien que les coutumes de cette ville [Guadalajara] soient plus ou moins les mêmes que dans la capitale je préfère le caractère des habitants de Guadalajara ; l’étranger y est mieux vu que dans n’importe quel autre lieu de la République. Cette ville est le lieu de villégiature le plus agréable du Mexique. Ici le voyageur est accueilli d’une façon affable et franche, qui donne une impression favorable et une opinion des plus avantageuses sur cette société » [Iguiñiz].

  • 72 J.P., 10 février 1887, n° 1509, p. 4, « Hotel Humboldt ».
  • 73 J.P., 13 novembre 1898, n° 3257, p. 2, « Nuevo Hotel ».

95Décrite avec force détails et éloges par les voyageurs venus séjourner à Guadalajara, cette hospitalité tapatía se manifeste de diverses façons dans le journal, par exemple dans les nombreuses annonces vantant le service « à l’européenne » des hôtels locaux (le plus souvent tenus par des immigrés européens), dans une argumentation où l’on mêle originalité de la vie locale et confort moderne. Il est ainsi fait publicité de l’hôtel Humboldt72 situé au numéro 5 de la Calle de la Maestranza, hôtel tenu par Victor Huber qui propose à ses clients « un élégant cabinet de lecture, où l’on trouve des publications périodiques d’Europe, des États- Unis, du Mexique et de cette Capitale », ou encore l’hôtel Roma tenu par les Italiens Rolleri et Conte et présenté comme « l’un des meilleurs que compte Guadalajara, tant pour sa situation que pour ses conditions d’hygiène et son service73 ».

  • 74 J.P., 15 décembre 1881, n° 974, p. 3, « A los tartamudos ».

96Ces hôtels jouent dans la vie locale un rôle important, dans la mesure où ils constituent des endroits privilégiés pour avoir accès à la presse étrangère, comme c’est le cas de l’Hôtel Humboldt, ou à des produits et services européens très divers, les voyageurs étrangers venus de Mexico séjournant logiquement dans ces hôtels où ils établissent leurs affaires74.

97Particulièrement nombreux à partir de la mise en place de la ligne de chemin de fer entre Guadalajara et Mexico en 1888, qui fait venir un nombre croissant de voyageurs dans la capitale tapatía, ces hôtels constituent donc de véritables plates-formes d’échange entre l’Europe et la société locale, de même qu’ils véhiculent une certaine image de marque de la ville. La capacité d’accueillir dans les meilleures conditions qui soient est donc incontestablement considérée comme une marque de « civilisation », de modernité, ce qui explique que le Juan Panadero s’efforce de se faire l’écho de l’hospitalité tapatía.

  • 75 J.P., s.d. [1905], « Europeos de visita ».
  • 76 J.P., s.d. [1885], p. 3, « Bienvenida ».

98C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre les nombreux articles souhaitant la bienvenue aux visiteurs étrangers illustres, parmi lesquels on compte des ambassadeurs75, auxquels on souhaite de garder « un souvenir agréable de cette terre », mais également des journalistes européens : dans un article publié en 1885 le journaliste du Juan Panadero souhaite ainsi la bienvenue à cet « hôte aimable et distingué l’écrivain Don Emilio Ruhland, rédacteur du Deutsche “Zeitung”, journal allemand publié dans la capitale de la République. Je prédis au Sr. Ruhland, dont les élégantes manières lui ont déjà attiré la sympathie de ceux qui l’ont rencontré, un séjour aussi heureux parmi nous, que celui que je lui ai souhaité lorsque j’ai eu le plaisir de le connaître76 ». Illustrant les relations entre Mexico et Guadalajara, qui accueillent de temps à autre les Européens travaillant dans la capitale du pays, la venue de ce collègue allemand est donc évoquée avec beaucoup de courtoisie et de sympathie de la part du Juan Panadero, en des termes que l’on retrouve régulièrement pour ce type d’article.

  • 77 J.P., s.d. [1890], p. 3, « He recibido ».

99L’importance accordée par le Juan Panadero à l’accueil fait aux étrangers témoigne non seulement de cette dimension très touristique de Guadalajara, qui publie dès 1890 un guide en anglais destiné « aux gringos qui [nous] visitent77 », mais surtout des enjeux que représente la visite d’Européens dans le Jalisco. En effet, « elles attendent [les élites locales] que ce regard étranger se pose sur elles, regard qui témoignera de leur appartenance de plein droit au « monde civilisé » [Cardenas Ayala : 45], la référence à l’Europe jouant dès lors pour Guadalajara un rôle similaire à celui qu’elle joue pour le Mexique face aux « nations civilisées », à savoir la validation de son degré de culture, la reconnaissance de sa place dans le cercle des « sociétés modernes », par conséquent le bien-fondé de sa prétention à jouer un plus grand rôle dans le pays.

Notes

1 Moisés González Navarro, Historia de México. El Porfiriato, la vida social, t. IV, Éd. Hermes, 1957.

2 Frédéric Martinez, op. cit.

3 Katia Queiros Mattoso, Denis Rolland, Idelette Dos Santos Muzart-Fonseca (dir.), op. cit., se référer notamment au chapitre intitulé « Gallophilie et gallophobie dans la culture brésilienne (xixe-xxe) » par Leyla Perrone Moises.

4 Frédéric Martinez, Le nationalisme cosmopolite…, op. cit., p. 402

5 El Litigante, 7 juillet 1882, n° 14 ; La Religión y la Sociedad, 25 mai 1890 ; J.-P.,

6 J.P., s.d. [1898]. « El Lujo ».

7 J.P., s.d. [1885], p. 2, « Trajes chistosos ».

8 .P., s.d. [1890], p. 2, « Pecheros de color ». « La juventud dorada de París ha iniciado una moda extravagante » […].

9 J.P., s.d. [1901], p. 1, « Armas de mala ley - La crueldad del Ejérecito Inglés en la guerra del África del Sur ».

10 J.P., 22 mars 1888, n° 1626, p. 3.

11 J.P., 15 août 1901, p. 1, « La perfidia del gobierno inglés ».

12 J.P., 20 octobre 1885, p. 1 et 2, « Un Inglés en Guadalajara ».

13 J.P., s.d. [1888], p. 1.

14 J.P., 31 mars 1878, n° 588, p. 3.

15 J.P., 2 avril 1885, n° 1316, p. 3.

16 El Litigante, 8 octobre 1883, n° 69.

17 J.P., s.d. [1888], p. 2.

18 J.P., 16 février 1888, n° 1616, p. 2, « El Diario de Jalisco ».

19 J.P., s.d. [1884], p. 3.

20 J.P., 13 janvier 1884, n° 1189, p. 2.

21 J.P., 29 janvier 1882, n° 988, p. 3.

22 Cette idée que la remise en cause de l’Europe par les pays latino-américains au xixe siècle ne porte que sur les aspects les plus superficiels de l’influence européenne est développée dans l’ouvrage déjà évoqué sur les Modèles politiques et culturels au Brésil, Katia Queiros Mattoso, Denis Rolland, Idelette Muzart-Fonseca Dos Santos, Collection Civilisations, Presse Sorbonne, 2003. L’analyse menée ici se propose de nuancer cette idée.

23 J.P., 9 septembre 1886, n° 1466, p. 1.

24 J.P., 20 juin 1889, n° 2037, p. 3.

25 J.P., 17 mai 1877, n° 497, p. 3, « Echenle un garbanzo en la olla ».

26 J.P., 8 juillet 1877, n° 512, p. 3, « A Adolfo Llanos y Alcaraz y a los españoles residentes en Guadalajara ».

27 J.P., 12 juillet 1877, n° 513, p. 1-2, « Cartas españolas ».

28 Idem.

29 J.P., 19 janvier 1888, n° 1608, p. 3, « No lo merecen ».

30 Dans l’ouvrage déjà cité, Sergio M. Valerio Ulloa relate par exemple comment Justo Fernandez del Valle s’est fait le porte-parole de la colonie espagnole de Guadalajara critiquée par le journal El Insurgente, et comment « le gouvernement local a fait emprisonner les éditeurs et principaux collaborateurs du journal », après avoir assuré de son amitié les Espagnols présents à Guadalajara.

31 J.P., 6 juin 1901, n° 3629, p. 3. Dans cette lettre envoyée par un lecteur au Juan Panadero, un Tapatío s’insurge du mépris avec lequel les commerçants étrangers de Guadalajara traitent les acheteurs mexicains

32 J.P., s.d. 1890, p. 3, « Las costumbres nacionales ».

33 J.P., 8 février 1877, n° 469, p. 2, « Exposición de Bellas Artes ».

34 Cette bataille remportée le 28 janvier 1873 par les troupes tapatías de Ramón Corona sur la « Bande d’Alica », groupe de rebelles basé dans les montagnes du Nayarit et luttant pour l’indépendance du Canton de Tepic, est une date-clé dans l’histoire du Jalisco et le motif d’une fierté locale alors commémorée chaque année.

35 J.P., 31 janvier 1884, numéro 1194, p. 2, « Menu a la Mojonera ».

36 J.P., s.d. [1887], p. 2, « Un afrancesado ».

37 J.P., 5 décembre 1886, n° 1491, p. 2.

38 « El Despertador Americano », premier journal « insurgente » du continent, a notamment été étudié par Fregso Gennis, « Las ideas insurgentes y su difusión en la prensa del occidente mexicano : estudio de caso El Despertador Americano », UDG, Guadalajara.

39 J.P., 27 décembre 1900, n° 3484, p. 2, « El maestro sabe lo que hace ».

40 J.P., 29 octobre 1885, n° 1376, p. 1 et 2, « Un inglés en Guadalajara ».

41 J.P., 23 mars 1890, n° 2152, p. 1.

42 J.P., s.d. [1887], p. 4, « Fábrica de camisas de Paul y Marnat. […] México, 2a de Plateros Número 2 ».

43 J.P., 12 avril 1877, n° 487, p. 2.

44 François-Xavier Guerra, « L’Euroamérique : constitution et perceptions d’un espace culturel commun », in Actes du colloque international, Paris 13 et 14 décembre 2001 « les civilisations dans le regard de l’autre ».

45 J.P., s.d. [1898], p. 1, « ¡Viva Jauja ! »

46 J.P., 26 septembre 1880, n° 847, p. 1, « El Olimpo municipal ».

47 J.P., 13 février 1890, n° 2141, p. 1, « ¡Arriba Jalisco ! »

48 José María Muria (Comp.), Jalisco en la Conciencia Nacional, t. II, Mexico, 1987.

49 J.P., 31 mai 1900, n° 3424, p. 1, « Los tiranos ilustrados ».

50 J.P., 23 janvier 1887, n° 1504, p. 3.

51 J.P., s.d. [1884], p. 4, « Industria Nacional ».

52 J.P., 10 juin 1880, n° 817, p. 1, « Clausura de la Exposición ».

53 Référence à la « Rotonda de los hombres ilustres », monument tapatío élevé à la gloire des personnalités locales ayant fait honneur à Guadalajara, et érigé sur le modèle d’un monument de la capitale.

54 J.P., 12 avril 1885, n° 1319, p. 3, « ¡Magnífico ! ».

55 J.P., 28 novembre 1889, n° 2111, p. 2, « Los mexicanos en Paris ».

56 J.P., s.d. [1890], p. 3, « Manuel Puga y Acal ».

57 J.P., s.d. [1884], p. 3, « Salvador Quevedo y Zubieta ».

58 J.P., 28 novembre 1889, n° 2111, p. 2, « Jalisco nunca pierde ».

59 J.P., s.d. [1890], p. 1, « Completa ovación ».

60 El Porvenir, 20 mars 1910, n° 26, « El artista Roberto Montenegro ».

61 Idem.

62 J.P., 13 octobre 1889, n° 2089, p. 3, « Jalisco nunca pierde ».

63 J.P., s.d. [1890], p. 3, « Futura gloria de Jalisco ».

64 Vieux dicton local, censé illustrer l’ardeur des tapatíos à défendre leur réputation. Régulièrement utilisé dans le Juan Panadero, cet adage qui a parfois servi de cri de guerre aux habitants du Jalisco est largement diffusé dans le folklore local, notamment par les mariachis.

65 J.P., 18 juillet 1889, n° 2045, p. 2, « La Compañía Italiana ».

66 J.P., s.d. [1885], p. 3, « Gran concierto ».

67 J.P., 30 juin 1889, n° 2040, p. 2 et 3, « Teatro ».

68 Idem.

69 J.P., 14 juillet 1889, n° 2044, p. 3, « Despedida ».

70 Idem.

71 J.P., 25 mars 1880, n° 795, p. 3.

72 J.P., 10 février 1887, n° 1509, p. 4, « Hotel Humboldt ».

73 J.P., 13 novembre 1898, n° 3257, p. 2, « Nuevo Hotel ».

74 J.P., 15 décembre 1881, n° 974, p. 3, « A los tartamudos ».

75 J.P., s.d. [1905], « Europeos de visita ».

76 J.P., s.d. [1885], p. 3, « Bienvenida ».

77 J.P., s.d. [1890], p. 3, « He recibido ».

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540