Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouvelle insertion internationale et intégration des territoires

Chapitre 14. L'intégration économique Argentine-Brésil : vers un marché commun en 1995 ?

Brigitte Jensen

Texte intégral

  • * Chercheur au CREDAL

1Note portant sur l'auteur*

2Après les rapprochements “diplomatiques” de la fin des années soixante-dix, le Brésil et l'Argentine, ces deux “frères ennemis” du continent latino-américain, signent les premiers accords du Programme d'Intégration et de Coopération Économique en juillet 1986, alors que les démocraties s'installent au pouvoir.

  • 1 Pour les relations bilatérales voir Hirst Monica (1990).

3La nouvelle politique extérieure argentine veut d'une part obtenir une plus large autonomie vis-à-vis des États-Unis et d'autre part retrouver sa place perdue au sein de l'économie internationale dans les possibilités offertes par la nouvelle configuration mondiale. C'est dans ce sens qu'est envisagée l'intégration avec le Brésil. Du côté brésilien, un rapprochement économique avec son voisin pourra lui servir en quelque sorte de “tremplin” vers une ouverture plus large de son économie à plus long terme1.

4Lors des premières négociations, 12 protocoles sont signés dans le but d'intégrer progressivement les deux économies et d'augmenter leur coopération tous azimuts. A l'origine la date prévue pour arriver à la constitution d'un marché commun est l'an 2000 ; lors des négociations de juillet 90 l'échéance est avancée au premier janvier 1995. En décembre de la même année, l'Uruguay et le Paraguay viendront s'y adjoindre et à cette date sera créé le Mercosur (Marché commun de l'Amérique du Sud) avec la même échéance.

5On peut faire le rapprochement entre cette accélération du processus entamé entre les deux pays, et l'Initiative pour les Amériques, lancée par Bush en juin 1990. En effet, les problèmes internes de l'économie des USA, en plus de la perte de vitesse affichée au sein de l'économie internationale, et la mise à l'écart de ce pays dans la nouvelle configuration des “blocs commerciaux” dans le monde, ne laissent pas d'autre choix que de se faire maître d'œuvre des différents processus d'intégration dans le continent, pour ne pas rester en marge et en pâtir. Quoique l'enjeu ne soit pas de la même taille qu'avec le Mexique ou le Canada, le Cône Sud ne reste pas moins inintéressant pour les États-Unis.

6Les quatre pays se sont donc engagés à créer un Marché Commun, ce qui implique que les barrières douanières seront totalement supprimées pour toutes les marchandises et les facteurs de production (hommes et capitaux). Si ce cadre fonctionne à partir de 1995, il est certain que des spécialisations auront lieu au sein du marché intégré.

7Dans un cadre plus restreint, il est utile de préciser quelques éléments quant à la nature du processus entamé entre l'Argentine et le Brésil, sa portée dans les deux économies et les premiers effets qu'il a déjà produits, notamment au niveau des échanges commerciaux dans le secteur des biens d'équipement et celui agro-alimentaire.

8En particulier, peut-on entrevoir, à partir de ces accords, un renforcement ou au contraire, une nouvelle orientation de la spécialisation argentine vis-à-vis du Brésil ? Les accords, permettent-ils de tirer profit des avantages relatifs des deux économies et, dans ce sens, quel est le rôle joué par la politique nationale pour orienter les spécialisations de nature dynamique qui pourraient se dégager ?

PORTÉE ET NATURE DU PROGRAMME

Nature du commerce bilatéral

  • 2 D'après les données de la BID in : Progreso Economico y Social en América Latina, Informe 1990, pp (...)

9On peut penser, étant donné l'importance des deux économies au sein de l'Amérique latine (50,2 % du PNB total et 42,4 % de la population en 19892), qu'un succès du programme pourrait avoir des effets d'entraînement non négligeables pour tout le sous-continent. Les accords avec le Paraguay et l'Uruguay en sont déjà une preuve.

10Pour ce qui est de la portée des accords dans les deux économies concernées, un bref examen du commerce bilatéral nous apportera quelques réponses.

11Alors que la balance commerciale de l'Argentine est globalement excédentaire, ce pays affiche un déficit constant dans son commerce avec le Brésil depuis 1980, à l'exception de 1986 où un faible excédent est enregistré. Cette tendance est renversée en 1989 (tableau 1).

TABLEAU 1. COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL (1980-1990)
(en millions de $US)

TABLEAU 1. COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL (1980-1990)(en millions de $US)
  • neuf premiers mois. Country Report. N° 1 Argentina

Source : Boletin de Comercio Exterior. SICE.
Note *

12En ce qui concerne la nature du commerce bilatéral, à partir des années soixante-dix, le Brésil devient essentiellement exportateur de produits manufacturés d'origine industrielle (MOI) et en 1989 près des trois quarts du total des exportations vers l'Argentine sont de cette nature. A la même période, l'Argentine devient exportateur de produits primaires ou manufacturés d'origine agricole (MOA). Ces produits composent plus de la moitié des exportations argentines vers le Brésil en 1989, (malgré l'évolution récente, cf. tableau 2) alors que dans les années cinquante, les trois quarts de celles-ci étaient des produits industriels.

TABLEAU 2. STRUCTURE DU COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL (en %)

TABLEAU 2. STRUCTURE DU COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL (en %)

Source : SICE, in Chudnovsky D. y Porta F. (1990)

13Tous ces chiffres ne disent rien sur ce qui constitue peut-être le déséquilibre plus important entre les deux pays, lorsqu'on s'intéresse au programme d'intégration : l'importance relative du commerce bilatéral. En effet, alors que pour l'Argentine, le Brésil est son deuxième client et fournisseur, l'Argentine ne représente qu'une part très marginale dans le total du commerce brésilien (tableau 3).

TABLEAU 3. IMPORTANCE RELATIVE DU COMMERCE BILATÉRAL(en %)

TABLEAU 3. IMPORTANCE RELATIVE DU COMMERCE BILATÉRAL(en %)

Source : SICE, in Chudnovsky D. y Porta F. (1990), p. 40.

14D'après ces derniers chiffres, il ne fait aucun doute que l'importance qui sera donnée au programme d'intégration ne sera pas du tout de la même ampleur dans les deux pays, puisque les retombées sur l'économie sont très infimes dans un cas et de premier ordre dans l'autre.

LE PROGRAMME D'INTÉGRATION ET DE COOPÉRATION ÉCONOMIQUE

  • 3 On pourra consulter les textes dans la revue INTAL qui les publie régulièrement.

15Jusqu'aux négociations de juillet 1990, 24 protocoles étaient signés dans différents domaines de la vie économique, politique ou culturelle des deux pays3.

16Dans le domaine économique, il existe des protocoles concernant des produits spécifiques, comme celui du blé, qui prévoit la valeur des exportations argentines pour les années suivantes ; d'autres protocoles sont sectoriels et prévoient, soit la mise en place de listes communes pour la libéralisation des échanges, soit des accords plus globaux.

17En ce qui concerne les protocoles par secteur, des négociations sont prévues avec les acteurs privés pour mettre en place une proposition de liste de produits pour lesquels les droits de douane et autres restrictions douanières seront totalement supprimés. Lors des négociations semestrielles, chaque partie propose sa liste et il en sort une “liste commune”, qui doit augmenter régulièrement, par référence à un univers de biens du secteur prédéfini. Pour cela, une active participation des secteurs privés concernés est requise.

18Un certain nombre de principes doivent régir ces échanges. D'une part, le commerce doit être équilibré et d'autre part, cet équilibre doit être effectif à des niveaux sectoriels fins. On prévoit donc une spécialisation intra-sectorielle des économies.

19Parmi ces protocoles par secteur, on s'intéressera au fonctionnement et aux avances du protocole sur les biens d'équipement, puis à celui sur l'agro-alimentaire. Ce choix, outre le fait qu'il soit significatif quant aux progrès enregistrés par le programme, nous donne un aperçu général sur les tendances que l'on peut déjà donner quant aux spécialisations relatives entre les deux pays.

20En effet, d'après les échanges bilatéraux, on peut dire que l'Argentine est spécialisée dans l'agro-alimentaire et le Brésil dans le secteur industriel. Il sera donc intéressant de voir quelle a été jusque là, la répercussion des accords sur les échanges dans ces deux secteurs et si éventuellement on peut dégager de nouvelles tendances de spécialisation et leur nature.

PREMIERS EFFETS DES ACCORDS SECTORIELS

Le secteur des biens d'équipement

21C'est le protocole N° 1, signé lors des premières négociations qui contient les mécanismes devant régir le commerce bilatéral des biens d'équipement. Une liste commune (LC) est alors signée, qui correspond d'assez près à la liste proposée par l'Argentine. Elle reflète donc les inquiétudes du secteur de ce pays, face à une meilleure compétitivité brésilienne.

  • 4 Etudes du Sice, par le Programa de Asistencia Técnica-Bienes de Capital, cf. Bibliographie.
  • 5 Asociación de Fabricantes de Maquinas, Herramientas, Accesorios y Afines, “Efectos actuales del ac (...)

22C'est grâce à la participation du secteur privé argentin que les produits inclus favorisent en général le secteur argentin, s'agissant de produits pour lesquels on peut relever des avantages dans ce pays. En effet, d'après quelques études réalisées après les accords4, le coefficient d'exportation des entreprises concernées par la liste commune est plus élevé que la moyenne. Les accords vont donc permettre d'augmenter ce coefficient encore davantage, tirant ainsi profit d'un avantage “révélé” du secteur en Argentine. Les réactions des entreprises concernées seront dans ce sens plus positives. On remarquera après une enquête, que ces entreprises liste commune ont des perspectives d'investissement, production et emploi plus importantes que la moyenne. On peut d'ailleurs confirmer que l'investissement et la production ont augmenté, grâce principalement aux exportations réalisées vers le Brésil, ce qui a permis de plus que compenser la chute de la demande interne argentine5.

  • 6 Les principaux produits étant : bateaux, machines outils pour le travail des métaux, les moissonne (...)

23En ce qui concerne la nature de ces entreprises, bénéficiant des avantages de la liste commune, nous pouvons en donner les principales caractéristiques : il s'agit essentiellement de petites et moyennes entreprises, à capital national majoritairement et dont la production se fait généralement en séries courtes et à petites échelles6.

24Ces premières remarques peuvent être confirmées par l'évolution des échanges des produits liste commune entre les deux pays. En premier lieu, on remarque que le déficit argentin pour les MOI diminue sensiblement avec en même temps une augmentation très importante des exportations argentines mais aussi des importations en provenance du Brésil (tableau 4).

TABLEAU 4. NATURE DU COMMERCE BILATÉRAL (en millions $ US)

TABLEAU 4. NATURE DU COMMERCE BILATÉRAL (en millions $ US)

Source : SICE, in Chudnovsky D. y Porta F. (1990)

25En ce qui concerne l'échange commercial pour les produits liste commune, l'Argentine affiche une position excédentaire en 1989, ceci étant principalement dû à l'augmentation des exportations argentines (multipliées par 24 entre 1985 et 1989) mais là encore, avec une augmentation du Brésil (tableau 5).

TABLEAU 5. COMMERCE PROTOCOLE N° 1 : LES BIENS D'ÉQUIPEMENT
(en millions de $ US)

TABLEAU 5. COMMERCE PROTOCOLE N° 1 : LES BIENS D'ÉQUIPEMENT(en millions de $ US)

Source : SICE, in Chudvonsky D. y Porta F. (1990)

26En ce qui concerne la nature de ces échanges, nous devons remarquer que les exportations argentines restent très concentrées en quelques produits (les machines-outils représentent près de la moitié des exportations) alors que celles brésiliennes sont beaucoup plus diversifiées.

27On peut donc affirmer que les accords ont favorisé la croissance de ce secteur en Argentine, tout en permettant de profiter des avantages comparatifs entre les deux pays. Mais, comme on l'a vu, il s'agit d'une croissance exclusivement tirée de l'extérieur. En outre, quelques éléments viennent nuancer ces propos trop optimistes.

  • 7 Il s'agit de la résolution MEN. 324/87, concernant la suppression unilatérale des droits de douane (...)

28En effet, les différences des législations sur le commerce font que, alors que le producteur argentin de biens d'équipement ne peut accéder au marché brésilien sans restrictions que par le biais des accords d'intégration, le producteur brésilien peut rentrer sur le marché argentin grâce à la suppression des droits de douane pour tous les produits que ce pays ne produit pas, sans avoir besoin de négociations préliminaires7. Ainsi, l'égalité de traitement qui devrait s'établir ne fonctionne pas, et le producteur argentin se trouve pénalisé face à son concurrent brésilien.

29De manière plus générale, la tendance à une ouverture frontale en Argentine, sans entrevoir de politique sectorielle définie visant à orienter le secteur industriel, défavorise le producteur argentin. Au Brésil, apparemment, on met en place une politique d'ouverture plus graduelle, accompagnée d'une certaine restructuration.

30Les accords prévoient la mise en place d'un mécanisme de financement des déficits commerciaux pour favoriser l'investissement dans les productions déficitaires (protocole N° 7 : Fonds d'Investissement). Dans le cas où ce protocole fonctionne, il devient indispensable d'orienter ces flux vers ces productions, ce qui implique la mise en place d'une politique sectorielle. En Argentine, une telle politique ne semble pas être à l'ordre du jour.

LE SECTEUR AGRO-ALIMENTAIRE

31Plusieurs protocoles concernent soit directement soit indirectement le secteur agro-alimentaire. Mais c'est seulement lors des accords d'avril 1988, avec le protocole N° 22 sur les Industries alimentaires que le secteur sera réellement pris en compte.

32Là encore, comme dans le cas des biens d'équipement, une Liste Commune est négociée, avec suppression des droits de douane et autres restrictions pour les produits inclus. Pour le protocole sur le blé ( N° 2), il est prévu des volumes d'achat de blé argentin par le Brésil, sur une période déterminée, ce qui a été remis en cause d'une part après les pressions des producteurs brésiliens et actuellement avec l'achat par le Brésil de blé subventionné des USA.

33Le secteur des produits agricoles et de l'industrie alimentaire est à l'avantage de l'Argentine, d'où les réticences des Brésiliens et le retard avec lequel sera signé l'accord. Finalement, on pourra aboutir à la constitution d'une liste commune grâce à deux facteurs essentiellement : d'une part une politique d'ouverture plus forte du côté brésilien, avec un désengagement général de l'État et la remise en cause des politiques protectionnistes ; d'autre part, une volonté de réduire le déficit commercial argentin dans ses échanges avec le Brésil, étant donné les accords d'équilibre commercial.

  • 8 C'est le cas du blé dans les provinces du sud du Brésil et des pommes avec le programme “Fruticult (...)

34S'il est vrai qu'il existe une certaine complémentarité dans le secteur, due aux climats différents des deux pays (produits tropicaux au Brésil et de climat tempéré en Argentine), le Brésil a néanmoins développé une politique volontariste dans le secteur, notamment pour les produits traditionnellement importés d'Argentine, ce qui a réduit considérablement les possibilités d'échanges8. Actuellement, cette politique est remise en cause et le programme d'intégration avec l'Argentine va tout à fait dans ce sens, ce qui provoque chez les producteurs brésiliens de fortes oppositions aux accords.

35Comme prévu, les produits argentins des liste commune ont pu bénéficier des accords et pénétrer le marché brésilien de manière très significative. Les échanges du secteur nous donnent une idée de l'ampleur de l'effet : les exportations argentines des produits manufacturés d'origine agricole (MOA) augmentent de 117,3 % de 1988 à 1989 (la mise en vigueur du protocole N° 22 est de novembre 1988), ceci grâce essentiellement aux exportations liste commune qui constituent la quasi totalité des exportations MOA de l'Argentine, dont la croissance est de 253 % pour la même période (tableaux 4 et 6).

TABLEAU 6. COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL DU PROTOCOLE N° 22 (en millions de $ US)

TABLEAU 6. COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL DU PROTOCOLE N° 22 (en millions de $ US)

Source : INDEC.

36Après les négociations de juillet 1990, la liste commune concernait plus du tiers de la production agro-alimentaire argentine, ce qui donne une idée de l'importance pour ce pays des accords avec le Brésil.

  • 9 Cf. Huici Néstor et Jacobs Eduardo, Cisea, (1989), pp. 171-177.

37Au niveau des entreprises, le rapprochement entre les deux pays a permis quelques accords. On peut remarquer l'installation de Sancor à São Paulo avec des prévisions d'installation d'une usine pour l'approvisionnement du marché brésilien et une autre pour la vente vers les États-Unis. Dans la brasserie, on peut signaler des accords entre deux entreprises des deux pays pour vendre au Brésil9.

38Aussi bien dans ce secteur que pour celui des biens d'équipement, les principales réussites se situent au niveau des échanges commerciaux. Le danger de cette vision “commercialiste” du programme est d'aboutir à une spécialisation intersectorielle des économies, ce qui va à rencontre des textes signés.

  • 10 On pourra consulter Huici Néstor et Jacobs Eduardo, Cisea (1989) pour le secteur et les autres acc (...)

39D'autres secteurs sont inclus dans le programme, notamment celui sur l'Industrie automobile qui a pris de l'ampleur lors des dernières négociations et où les accords d'entreprise semblent être les plus importants, étant donné qu'il s'agit souvent de firmes multinationales avec des filiales dans les deux pays, ce qui facilite les accords10.

40Pour l'instant, comme nous l'avons signalé plus haut, on est en présence d'un programme qui a pris une nette tendance “commercialiste”. L'accélération donnée au programme récemment met en cause les accords “produit par produit”, qui avaient jusque là permis à l'Argentine de diminuer son déficit dans le secteur des biens d'équipement. En l'absence d'une politique sectorielle d'accompagnement, visant à une restructuration du secteur, face à ce qu'implique l'ouverture aux produits brésiliens ou autres, avec la politique d'ouverture frontale, on ne peut que prévoir une spécialisation intersectorielle des deux économies, ce qui ne favorise pas l'Argentine.

41Il faut signaler qu'on est en présence d'une zone de libre-échange sélective et que la constitution d'un Marché Commun est prévue pour 1995. Ceci implique la libre circulation des marchandises et des facteurs de production, dans un laps de temps très court si l'on considère le temps mis par la CEE pour arriver au même stade. L'échéance très rapprochée pose de graves problèmes d'adaptation des différents marchés aux nouvelles conditions. Ceci est surtout préoccupant pour le secteur industriel argentin, où l'absence de mesures visant à l'orientation de la restructuration du secteur face à l'ouverture du marché est remarquée.

42On pourrait prévoir quelque chose de semblable pour le secteur agro-alimentaire au Brésil, mais la tradition étatiste et l'importance des groupes de pression de certains producteurs laissent prévoir plutôt le maintien de l'exclusivité du marché, au moins pendant un certain temps. Dans ce sens, on assistera probablement à un mélange entre une zone de libre échange sélective élargie et un marché commun, avec le rapprochement des politiques commerciales face au reste du monde (l'ouverture qui caractérise ces pays va d'ailleurs inévitablement réduire les bénéfices de l'intégration).

43Les problèmes liés à l'instabilité chronique qui caractérise la région faussent les résultats du programme, notamment en ce qui concerne les échanges commerciaux. La volatilité des taux de change ne donne aucune stabilité quant à la bonne marche du processus. L'extraordinaire augmentation des exportations argentines en 1989 étant due en très grande partie à des taux de change favorables à ce pays. Aussi, le rétrécissement de la demande interne dans ce même pays risque de voir dans l'intégration un substitut au marché national.

44Nous pensons au contraire que le programme d'intégration apportera des réponses favorables à la région dans la mesure où le “marché intérieur commun” sera l'une des priorités dans sa construction. Or, pour cela, il est nécessaire et même indispensable que les politiques économiques mises en place au niveau national soient cohérentes avec cet objectif, ce qui ne semble pas être le cas actuellement.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Asociación de Fabricantes de Maquinas, Herramientas, Accesorios y Afines, “Efectos actuales del acuerdo”, Informe semestral, 2do. trim., 1987, in : Política, Economía y Sociedad, N° 1 1/12, Insututo de Economía Aplicada y Sociedad, Buenos Aires, juillet-décembre 1987, pp. 51-54.

BID-INTAL, Camara de Comercio Arg. Bras., Fundación Banco de Boston, Mercado Común entre Argentina y Brasil. Tratado, Actas, Protocolos y Anexos. Periodo 1985-1990, Buenos Aires, septembre de 1990.621 p.

CAMPBELL Jorge, “Argentina-Brasil : la actividad empresaria”, in : Política, Economía y Sociedad, N° 11/12, Buenos Aires, juillet-décembre 1987, pp. 18-50.

CEPAL (Jorge BISANG y Bernardo KOSACOFF), Acuerdo de Integración entre Argentina y Brasil : la industria de Bienes de Capital, Buenos Aires, avril de 1987, miméo, 54 p.

CHUDNOVSKY Daniel y PORTA Fernando, La Trayectoria del proceso de integración argentino brasileño. Tendencias e Incertidumbres, septembre 1990, Centro de Estudios e Investigación de Postgrado, Universidad de la República, Uruguay, 44 p.

GREEN R. H. (éd.), L'intégration Argentine-Brésil dans le secteur agro-alimentaire, Colloque réalisé à Paris le 23 juin 1988. IHEAL-INRA, 245 p.

HIRST Monica, El Programa de Integración Argentina-Brasil : Balance y Perspectivas, FLACSO, Serie de Doc. e Informes de Investigación N° 94, 1990, 85 p. HUICI Néstor y JACOB S Eduardo, Primeros pasos de la integración Argentina-Brasil-Uruguay, Cisea, 1989, 229 p.

LE MOCI, Hebdo. N° 962, 4 mars 1991. Dossier de la semaine : “L'Amérique latine” (plusieurs articles sur l'intégration), pp. 27-91.

QUENAN Carlos, Principales tendencias de la especialización internacional de América Latina, Paris, avril 1991, 78 p.

SICE, Programa de Asistencia Técnica-Bienes de Capital. Différentes études sur le secteur des biens d'équipement en Argentine et l'impact de l'intégration avec le Brésil.

Notes

1 Pour les relations bilatérales voir Hirst Monica (1990).

2 D'après les données de la BID in : Progreso Economico y Social en América Latina, Informe 1990, pp. 275 et 279.

3 On pourra consulter les textes dans la revue INTAL qui les publie régulièrement.

4 Etudes du Sice, par le Programa de Asistencia Técnica-Bienes de Capital, cf. Bibliographie.

5 Asociación de Fabricantes de Maquinas, Herramientas, Accesorios y Afines, “Efectos actuales del acuerdo”, in Politica, Economia y Sociedad, N°  l1/12, Instituto de Economía Aplicada y Sociedad, Buenos Aires., juillet-décembre de 1987, pp. 51-54.

6 Les principaux produits étant : bateaux, machines outils pour le travail des métaux, les moissonneuses et paqueteuses, les trépans, quelques machines pour l'industrie alimentaire et l'emballage, quelques équipements d'élévation et de chargement, certains fours industriels et certaines pompes et soupapes. Cf. Sice, PAT-BC, (F. Porta et J. Fontanals), août 1987.

7 Il s'agit de la résolution MEN. 324/87, concernant la suppression unilatérale des droits de douane pour les biens d'équipement non produits en Argentine.

8 C'est le cas du blé dans les provinces du sud du Brésil et des pommes avec le programme “Fruticulture”, mais aussi de l'ail. Pour tous ces produits importés de l'Argentine auparavant, ces politiques volontaristes ont permis d'atteindre presque l'autosuffisance vers la fin des années quatre-vingt Cf. les différents travaux in : Green R.H. éd., (1988).

9 Cf. Huici Néstor et Jacobs Eduardo, Cisea, (1989), pp. 171-177.

10 On pourra consulter Huici Néstor et Jacobs Eduardo, Cisea (1989) pour le secteur et les autres accords, ainsi que Hirst Monica, Flacso (1990).

Notes de fin

* Chercheur au CREDAL

neuf premiers mois. Country Report. N° 1 Argentina

Table des illustrations

Titre TABLEAU 1. COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL (1980-1990)(en millions de $US)
Légende Source : Boletin de Comercio Exterior. SICE.Note *
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2208/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre TABLEAU 2. STRUCTURE DU COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL (en %)
Légende Source : SICE, in Chudnovsky D. y Porta F. (1990)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2208/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre TABLEAU 3. IMPORTANCE RELATIVE DU COMMERCE BILATÉRAL(en %)
Légende Source : SICE, in Chudnovsky D. y Porta F. (1990), p. 40.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2208/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre TABLEAU 4. NATURE DU COMMERCE BILATÉRAL (en millions $ US)
Légende Source : SICE, in Chudnovsky D. y Porta F. (1990)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2208/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre TABLEAU 5. COMMERCE PROTOCOLE N° 1 : LES BIENS D'ÉQUIPEMENT(en millions de $ US)
Légende Source : SICE, in Chudvonsky D. y Porta F. (1990)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2208/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Titre TABLEAU 6. COMMERCE ARGENTINE-BRÉSIL DU PROTOCOLE N° 22 (en millions de $ US)
Légende Source : INDEC.
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/2208/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 26k

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540