Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 13. Mutations agro-pastorales en région pampéenne

Ruben Devoto

Texte intégral

  • * Rubén DEVOTO est ingénieur agronome et, depuis 1983, chercheur au sein du Département d'économie e (...)

1Note portant sur l’auteur*

2Pendant la période de maturation et d'éclipse du modèle d'industrialisation par substitution des importations que nous pouvons situer grosso modo entre le début des années quarante et la moitié des années soixante-dix, on a vu le secteur agricole pampéen occuper le centre des débats et des préoccupations. Le rôle de la Pampa était considéré comme stratégique puisque l'on appliquait une taxe sur ses exportations que l'État redistribuait ensuite intersectoriellement et les devises que ces exportations engendraient assuraient l'approvisionnement et la croissance de l'industrie locale.

3Pourtant, le secteur agricole décevra ceux qui comptaient sur lui pour un développement industriel dynamique et durable. Lors des premières années de cette période, il connaîtra un transfert rapide et significatif des terres vers une activité bovine extensive. C'est seulement vers la fin des années cinquante que se produira un mouvement continu de retour aux cultures mais celui-ci restera trop lent pour combler les demandes de l'industrie.

LES CATÉGORIES SOCIALES AGRICOLES DU MODELE D'INDUSTRIALISATION SUBSTITUTIVE

4A la fois pour des raisons historiques et du fait des tensions propres à l'époque, les propriétaires terriens et les fermiers seront les figures presque exclusives jusqu'au début des années soixante. Les premiers se caractérisaient par leur condition de grands propriétaires terriens spécialisés dans une production bovine extensive et par la location d'une partie de leurs propriétés à des producteurs fermiers. Ceux-ci, à la différence des précédents, se consacraient à des productions végétales, avaient une organisation du travail à base familiale et n'étaient pas propriétaires de terre.

5A partir des années soixante, cette perception se transformera en une autre tout aussi stéréotypée exaltant la présence d'un propriétaire terrien aux activités productives mixtes (cultures et élevage bovin). Une partie des fermiers devient propriétaire (ainsi disparaît la figure du fermage dans la région) et on découvre à l'ancien propriétaire terrien et rentier un brin de style capitaliste.

6La transformation qualitative des sujets sociaux pampéens trouve une partie de son explication dans les changements du contexte international. La désorganisation du commerce mondial survenue au cours de la guerre de 1939-1945 et les accords postérieurs à celle-ci entre les pays industrialisés contrariaient l'insertion des exportations argentines. Les difficultés de la Pampa commencent dès l'instant qu'elle exporte les mêmes produits agricoles que les États-Unis. La consolidation du rôle américain comme patron du commerce mondial d'aliments de l'après-guerre est dès lors indiscutable. Elles continuent avec la création de la CEE et le déploiement de la politique agricole commune d'autosuffisance en céréales et viandes.

7Il faut cependant relever que le partage équitable des marchés mondiaux des aliments et la protection que la CEE négocie avec les États-Unis et qu'elle consolide au niveau du Gatt en 1967, a comme contrepartie un régime d'importations en franchise de droit pour les aliments de base utilisés dans l'alimentation animale (à cette époque, le soja essentiellement), ce qui aura une répercussion positive sur les exportations pampéennes mais dix ou douze ans après.

8La transformation des acteurs sociaux de la pampa s'explique également par le mode d'intervention de “l'État du modèle d'industrialisation substitutive”. Ses objectifs et priorités le conduisaient à renforcer le développement du marché interne et de l'industrie locale. Le secteur agricole pampéen ne devait pas seulement exporter mais aussi jouer un rôle moteur dans l'ensemble de l'économie à partir de l'achat de machines, de produits agro-chimiques et de graines améliorées.

9Face aux difficultés externes, l'État décidera de prendre une série de mesures légales empêchant les futures expulsions de fermiers et toute nouvelle augmentation de la redevance de fermage.

  • 1 L'Institut national de technologie agricole jouera un rôle important dans la mise au point et la d (...)
  • 2 Par exemple, l'autorisation de réaliser des “contrats accidentels” qui faciliteront l'augmentation (...)

10Les crédits à taux réels largement négatifs pour l'achat de terres et de machines, l'exonération de certains impôts sur les produits agricoles d'une part, la création de l'Inta1 et les nouvelles modifications sur la loi de fermage2 d'autre part, ne feront qu'approfondir les tentatives de l'État pour préserver ce fonds social de petits et moyens producteurs, stimuler la production des cultures et les exportations, pour accélérer l'innovation technologique et, en somme, pour induire une plus forte consommation du secteur agricole pampéen afin de dynamiser le reste de l'économie nationale.

AGRICULTURIZACION ET CONTRATISTAS

11Paradoxalement, au moment où le modèle d'industrialisation par substitution des importations était déjà à l'agonie, le secteur agricole pampéen montrera à nouveau son caractère exceptionnel en connaissant une hausse spectaculaire dans la production de ses cultures et le volume de ses exportations. Cette période que l'on a appelée d'agriculturización et qui se manifeste à partir de 1977, a aussi consisté en une augmentation significative de la productivité de la terre (grâce à la double culture blé/soja sur environ 2 millions d'hectares.) et en une diminution d'environ 15 % du nombre de têtes de bovins.

12Contrairement à ce que l'on pourrait croire, ce n'était pas le propriétaire terrien qui apparaissait comme l'agent dynamisant le développement des cultures, mais le contratista auquel revenait la gloire du réveil capitaliste pampéen tant désiré.

  • 3 Voir Cepa (1988) ; Cittadini (1988) ; Cloquell (1989) et Inta/Conicet (1988)

13Ainsi, dans ce contexte, nous avons entrepris une série de recherches3 qui avaient pour but, entre autres, d'identifier ce nouvel acteur et de le situer dans le contexte de l'histoire de la région.

14Les observations réalisées, exposées plus loin, ont le mérite de nous montrer un secteur agricole différent et socialement plus complexe mais qui conserve de profonds traits de ressemblance avec celui de la période de l'industrialisation substitutive.

15La première constatation faite révélait l'existence d'une part considérable de terre cédée en fermage, avec une tendance plus marquée à la location dans les petites et moyennes propriétés. Voilà une première différence importante avec la vision traditionnelle des fermages et métayages ruraux : dans les années quatre-vingt, les petits et moyens propriétaires semblaient eux aussi occuper une place de “rentiers”, place qui était considérée jusqu'alors comme privilège des grands propriétaires.

  • 4 On peut supposer qu'au milieu des années quatre-vingt (époque durant laquelle nous avons effectué (...)

16On observait en outre que la cession de terres n'était pas l'unique lien unissant les propriétaires du sol aux producteurs agricoles. Ainsi, les propriétaires terriens avaient-ils coutume d'employer les services de ces derniers, par contrats, lors de la récolte et/ou celui de la préparation du sol ainsi que pour les semailles elles-mêmes. Cette modalité d'arrangement contractuel, à la différence de ce qui se produisait lors de la cession de terre, était beaucoup plus répandue dans les grandes propriétés que dans les petites ou moyennes4. Elle nous ramenait, avec quand même des nuances, aux stéréotypes des sujets sociaux définis au cours de la première période d'industrialisation substitutive, c'est-à-dire ceux qui nous montraient de grands propriétaires éloignés de la production de grains (ce qui signifiait ne disposer que d'une dotation minimum en machines et d'une organisation du travail adaptée à l'élevage) et de petits et moyens producteurs spécialisés dans les cultures.

17Par ailleurs, les deux constatations suivantes s'imposent : premièrement, l'élevage dans les grandes propriétés pouvait occuper entre 40 et 50 % de la terre disponible, alors que dans les petites ou moyennes les productions végétales approchaient généralement 100 %. Deuxièmement, plus de 70 % des machines existantes et de la force de travail employée était dans les petites et moyennes propriétés. C'est-à-dire que les stéréotypes du passé planaient encore lors des années de “splendeur productive” des années quatre-vingt.

18Mais, qui étaient les contratistas ? On peut déduire la réponse des constatations antérieures. Il s'agissait de petits et moyens propriétaires terriens spécialisés dans les productions végétales, qui prenaient des terres en fermage et qui travaillaient en plus par contrats sur les terres de petits, moyens et grands propriétaires, occupant l'espace laissé vide par le fermage traditionnel.

LE MODELE SOCIAL DU FERMAGE, RÉSISTANCE ET HÉTÉROGÉNÉITÉ SOCIALE

  • 5 Voir Cloquell, S. et Devoto, R. (1989)

19Les constatations précédentes nous ont conduits à penser5, que la région pampéenne avait su préserver au long de tous ses conflits le modèle social du fermage. L'organisation familiale qui facilite une meilleure adaptation aux circonstances économiques difficiles et à la mécanisation qui permet d'accroître les superficies, constituent deux facteurs importants de résistance de ce modèle.

20Nous soulignons aussi un autre élément central dans la stratégie de résistance des petites et moyennes unités de production : les relations contractuelles. En effet, celles-ci étaient des instances complexes d'adaptation à une réalité changeante et assez oppressive : les relations contractuelles de travail à l'intérieur des unités productives des contratistas ne prenaient pratiquement jamais la forme de salaires fixes mais, au contraire, la rétribution était liée au résultat économique de la production. D'autre part, les relations contractuelles entre contratistas et propriétaires terriens, pendant les périodes de prospérité économique, tendaient vers des formes plus capitalistes ; en revanche dans les moments de crise le propriétaire terrien garantissait la continuité du processus productif et du modèle social du fermage avec apport d'intrants, de financements, etc.

21Nous avons constaté de surcroît que le modèle social du fermage et le travail par contrats maintenaient et accentuaient l'hétérogénéité sociale de la région puisqu'ils permettaient la coexistence de grands et petits propriétaires, de fermiers, de rentiers, de contratistas, etc.. Nous avons ainsi la conviction que la région pampéenne a toujours été plus riche et hétérogène en acteurs sociaux et que nous avions, donc, excessivement simplifié l'histoire de notre réalité agricole.

  • 6 Voir aussi Inta/Conicet (1988).

22On a aussi mis l'accent à ce sujet sur l'importance du travail par contrat, non seulement comme une stratégie de résistance ou d'accès à la propriété de la terre mais encore comme une fonction clef dans l'expansion des grandes cultures et dans la restructuration du modèle social du fermage.6

AUTRES PARADOXES AU MOMENT DE L'AGRICULTURIZACION

  • 7 Le retrait de l'État, concrétisé par la disparition du crédit, l'ouverture extérieure de l'économi (...)

23Paradoxe de “l'État du modèle d'industrialisation substitutive”, celui-ci s'est préoccupé de consolider un fonds social de petits et moyens propriétaires de terres dans le but d'accélérer l'augmentation des productions et des exportations pampéennes ; finalement, ces propriétaires furent les catégories sociales de l'agriculturización... mais avec dix ou quinze ans de retard lorsque ce modèle-là était déjà moribond.7

24Paradoxe aussi des histoires commerciales des pays : c'est l'accord européo-américain sur la libre importation d'oléo-protéagineux (soja principalement) et un changement dans les stratégies d'importation de la CEE (après l'embargo américain de 1973) qui uniront à nouveau les productions pampéennes au commerce mondial d'aliments. Mais le marché européen pour la viande bovine et le blé était déjà perdu !

VERS LE TROISIÈME MILLÉNAIRE

25L'État, très engagé dans de fortes dépenses publiques, avec des moyens et des capacités concrètes pour s'interposer dans les conflits intersectoriels ou les diriger, n'existe plus. La conception étatiste de la politique, celle de l'État-agent principal du développement, étant largement remise en question et stigmatisée, ce dernier n'aura plus la responsabilité de gérer les problèmes sociaux. Il s'agit actuellement de démonter, à tous les niveaux de l'économie et de la société, les mécanismes anciens et d'établir ensuite les nouvelles règles du fonctionnement dans lequel, on le sait, il y aura beaucoup moins d'État et beaucoup plus de marché.

  • 8 Marché commun du Sud initié par l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay.

26Dans certains domaines, l'Argentine ne ressemble plus à ce qu'elle était deux ou trois ans auparavant. Les privatisations vont marquer de leur sceau les années 1990-1991, mais parallèlement à ce processus, on peut encore souligner des mesures importantes de politique économique : un abaissement significatif des tarifs douaniers, la convertibilité de l'austral en dollars, l'accélération de l'intégration régionale, dont le Mercosur8 est la manifestation institutionnelle et, en ce qui concerne le secteur agricole, la suppression des taxes sur les exportations. De même, on doit aussi insister sur la chute significative du taux d'inflation jusqu'à des niveaux plus ou moins contrôlables.

  • 9 C’est à dire, au niveau de la politique fiscale l'élimination des rétentions et à celui de la poli (...)

27Dans ce nouveau contexte et si les sujets historiques de dispute avec l'État se résorbent9, peut-on envisager l'hypothèse que les organisations des entrepreneurs ruraux jouiront de la tranquillité nécessaire pour se forger une vision plus élargie et conciliatrice dans le but d'esquisser les traits d'une véritable politique agricole ? En tout état de cause, avec ou sans ces transformations, deux thèmes surgiront très probablement parmi les demandes rurales : le caractère obsolète de l'infrastructure des ports, des routes et du stockage et les inefficacités dans le système de commercialisation des produits agricoles.

UN AUTRE THÈME DE LA POLITIQUE AGRICOLE : LA VIANDE BOVINE FACE AUX VIANDES SUBSTITUTIVES

28La condition de “bien-salaire” de la viande bovine est un thème qui illustre, comme les précédents, une partie des conflits inter et intra sectoriels. Dans un pays inflationniste où la viande bovine occupe un rôle central dans l'alimentation de la population, il semble assez logique qu'on ait largement donné la priorité à la fourniture à bas prix du marché interne au moyen d'un impôt sur les exportations et d'autres mécanismes.

29Au niveau mondial et au cours des dernières années, la production, les exportations et la consommation de la viande de volaille tout d'abord, et de la viande de porc ensuite, ont enregistré les plus grands taux de croissance. Leurs prix, en étant beaucoup plus bas que ceux de la viande bovine, sont en soi une cause importante pour comprendre cette croissance.

30Avec le retrait de l'État national et sa non intervention en matière de régulation des prix peut-on s'attendre à un alignement des prix intérieurs de la viande bovine avec les prix mondiaux et en conséquence à un renchérissement de celle-ci à moyen terme ? Y aura-t-il, alors, de la place pour une montée en puissance des productions nationales de l'élevage avicole et porcin ?

31Il faudrait rappeler ici que le coût de l'alimentation représente plus de 70 % du coût de revient de ces deux productions et que l'Argentine, gros producteur de céréales et d'oléo-protéagineux se trouve, donc, dans une position privilégiée. D'ailleurs, un développement des productions de viande blanche permettrait, tout d'abord, aux producteurs agricoles et aux agro-industriels de diversifier davantage les débouchés de ces matières riches en protéines et des céréales, ensuite, de mieux articuler les filières des cultures à celles des élevages et des industries des aliments composés, et enfin, d'accroître la densité du tissu des relations économiques et sociales au sein de la branche agro-industrielle.

32Aussi s'ouvrirait une voie pour la réactivation de la recherche publique et privée qui ne se développe pas suffisamment depuis la fin des années soixante-dix. Une croissance des productions des produits de substitution suppose un développement des recherches au niveau, par exemple, des formules d'alimentation animale, de la génétique animale, des technologies de préparation et de conservation d'aliments, des outils de production, etc., car cette production industrielle de viandes est en retard face aux rendements atteints dans les pays développés ou au Brésil, et il devient indispensable dans le marché interne d'être compétitifs en prix et qualité face à une production extensive à coût réduit comme la viande bovine.

33Le Mercosur sera-t-il alors un espace qui incitera lui aussi aux productions nationales de viandes blanches ou, au contraire, sera-t-il l'espace économique qui permettra de recourir assez librement aux importations pour un approvisionnement bon marché des besoins de la population et pour réussir dans la maîtrise de l'inflation ? Allons-nous vers une époque où les viandes blanches à bas prix feront la conquête d'une part importante du marché intérieur, depuis toujours réservé à la viande bovine ?

34Une diversification des produits (en ce moment très banalisés) qui vise les possibilités économiques et les goûts (même en les faisant évoluer) des différentes couches sociales, tout en rapprochant les partenaires et en organisant leurs rapports, serait-elle une réponse valable de la part de la filière bovine toute entière pour éviter de se voir grignoter des parts importantes de marché ?

NOUVEAUX ÉLÉMENTS DE RÉSISTANCE POUR LA PRODUCTION AGRICOLE

35Que s'est-il passé avec la production de la région dans les années qui ont suivi l'agriculturización ? La superficie agricole totale entre 1982/1983 et 1989/1990 a diminué d'environ 2,8 millions d'hectares. L'impulsion de l'agriculturización semble bel et bien s'être arrêtée. Pourtant, la culture du soja continue à augmenter : de 10,3 % du total de la superficie semée elle passe à 25 %. Cela signifie, en termes généraux et en schématisant, que les contratistas et le système social du fermage résistent toujours.

36Le désengagement de l'État (surtout au niveau du crédit, devenu rare et cher) et l'aggravation de la crise économique accentuent la décomposition de la catégorie des petits et moyens propriétaires terriens. Si d'un côté, les contratistas sont touchés eux-aussi par ce processus d'abandon de la terre, d'un autre côté, les plus fortunés en profitent pour accroître leurs exploitations puisque la terre n'est que rarement vendue mais plutôt louée, ce qui consolide encore le modèle social du fermage.

37D'autre part, la région pampéenne manque actuellement d'un nouvel apport de technologies susceptibles d'entraîner des ruptures pouvant donner lieu à une restructuration comme cela s'est produit à partir des années cinquante. Mais si dans les pays développés le rôle dynamisant de l'économie que jouait le tandem mécanisation/agrochimie a laissé la place à l'industrie agro-alimentaire, dans le cas pampéen, il y a encore de la marge en raison d'au moins une décennie de retard. Cependant l'utilisation des technologies disponibles dépend, de plus en plus, des enchaînements qui devraient se produire à l'aval de la filière.

38En fait, le développement de l'industrie de l'alimentation, de l'ensemble de ses techniques, produits et spécificités, présente l'avantage d'augmenter le degré d'intégration des différents niveaux de la chaîne agro-alimentaire, et ce de façon inédite, en laissant la place, d'un autre côté, à la constitution d'économies de relation où les exigences sur la matière première, quant à sa qualité et stabilité, font disparaître de la sphère primaire certains modes de production plutôt “fordistes” dans lesquels le but est de produire plus à moindre coût

39Le développement des industries agro-alimentaires se prolonge avec la recherche d'options non alimentaires pour les productions agricoles. L'utilisation des huiles pour l'élaboration de carburants (le diester), la voie que ces recherches ouvrent vers une lipochimie à base naturelle et l'utilisation de cellulose des céréales dans l'industrie papetière sont quelques exemples parmi les plus répandus.

40La nouvelle hypothèse à poser est la suivante : la diversification des marchés et les nouveaux produits offriraient au secteur agricole pampéen des possibilités de prix meilleurs et un développement des relations contractuelles dans le complexe agro-industriel ; ils ouvriraient à l'Inta d'autres espaces de recherche et de développement. Cet ensemble devrait apporter des éléments de résistance supplémentaires qui contribueraient à éviter la décomposition de la base de production rurale et le dépeuplement des campagnes.

41Une dernière hypothèse, liée à la précédente, serait que le développement des relations contractuelles entre producteurs agricoles et entreprises agroindustrielles pourrait renforcer et approfondir les spécificités régionales en rapprochant, dans leur intérêt, les instances d'information, de négociation et de décision des acteurs locaux.

42La continuité des sujets sociaux pampéens existe bien, sans nier, par ailleurs ni les changements ni la richesse d'une hétérogénéité croissante. Le contratista pampéen fait alors partie de cette large catégorie sociale de petits et moyens producteurs agricoles qui couvrent toute l'histoire de la région et qui se consolident comme propriétaires terriens grâce aux politiques de l'État entre les années quarante et soixante-dix.

43De plus, ces recherches ont montré la persistance, même en pleine époque de l’agriculturización, de vieilles habitudes productives représentées par le modèle social du fermage et la préservation d'une zone importante dans les grandes propriétés réservée à la production bovine extensive.

44D'autre part, les remarques et questions concernant les événements actuels traduisent la conviction qu'au centre de la violence, de la dureté sociale de la crise, la recherche d'une nouvelle cohérence de fonctionnement, d'une nouvelle organisation économique existe bien de la part de l'État et des groupes économiques dominants.

45Les institutions de recherche comme l'Inta par exemple, subissent à leur tour les effets de la désintégration de l'État qui les a fait naître. Elles se voient confrontées à des défis de restructuration pour pouvoir s'adapter à la nouvelle réalité, faute de quoi elles courent le risque d'être sérieusement remises en question.

46Une conviction s'impose que le secteur agricole pampéen sera à nouveau un protagoniste central sur la scène économique nationale. Ses produits ont la double valeur stratégique de franchir les distances vers les marchés externes en échange de devises et d'alimenter en “bien-salaire” un marché interne socialement appauvri, dans un pays où l'État s'occupera beaucoup moins, désormais, de protéger les plus démunis. De son côté, le secteur industriel exige un approvisionnement suffisant à des prix raisonnables de ces bien-salaire, car il n'est plus protégé actuellement par des taxes élevées aux frontières. C'est dans ce contexte que le débat sur les viandes blanches de substitution à la viande bovine risque de se présenter.

47Le Mercosur, par ailleurs, s'il met en contact d'importantes zones agricoles concurrentes provoque aussi des incertitudes sur cette union régionale.

48Enfin, à l'aube du troisième millénaire il faudrait se demander, si entre l'ancien mirage de la protection irréfléchie du développement industriel autonome et le drame présent d'“exporter ou mourir”, il est possible de trouver un espace différent, celui au moins de l'espoir...

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

CEPA, 1988. “Impacto socio-económico del proceso de modernización del agro pampeano en la última década”. Informe PIA/86-Conicet Buenos Aires. Miméo.

CITTADINI, R., 1988. Structure agraire et contraintes au développement dans la pampa argentine. Le cas de la pampa déprimée. Mémoire DEA Géographie. Université Toulouse-Le Mirail.

CLOQUELL, S., 1989. Evaluación de las transformaciones ocurridas en la pampa santafesina y sus repercusiones en la estructura social del sector. Consejo de Investigaciones de la UNR. Rosario. Miméo.

CLOQUELL, S. et DEVOTO, R., 1989. El arrendamiento en la región pampeana. UNR Rosario. Miméo.

INTA/CONICET (CEIL), 1988. Caracterización de las unidades productivas : operationalización de la tierra, la maquinaria y la fuerza de trabajo. (Partidos de Colón y Pergamino). Inta/Conicet. Buenos Aires.

Notes

1 L'Institut national de technologie agricole jouera un rôle important dans la mise au point et la diffusion de techniques agronomiques et l'amélioration génétique végétale.

2 Par exemple, l'autorisation de réaliser des “contrats accidentels” qui faciliteront l'augmentation des superficies ensemencées. Voir Cloquell, S. et Devoto, R. (1989 : 11 et 12)

3 Voir Cepa (1988) ; Cittadini (1988) ; Cloquell (1989) et Inta/Conicet (1988)

4 On peut supposer qu'au milieu des années quatre-vingt (époque durant laquelle nous avons effectué nos enquêtes), grosso modo, SX) % de la surface cultivée l'était soit par fermage, soit par contrats. En ce qui concerne les récoltes, ce pourcentage s'élevait environ à 70 %. Voir Inta/Conicet (1988 : 18)

5 Voir Cloquell, S. et Devoto, R. (1989)

6 Voir aussi Inta/Conicet (1988).

7 Le retrait de l'État, concrétisé par la disparition du crédit, l'ouverture extérieure de l'économie et une surévaluation excessive de la monnaie locale, à la fin des années soixante-dix, accélérera la décomposition au sein des petits et moyens propriétaires terriens. Ce phénomène se manifestera par la cession de la terre en fermage à des producteurs plus fortunés, appartenant, à leur tour, à ce même fonds social de propriétaires terriens.

8 Marché commun du Sud initié par l'Argentine, le Brésil, le Paraguay et l'Uruguay.

9 C’est à dire, au niveau de la politique fiscale l'élimination des rétentions et à celui de la politique monétaire la fixation d'un type de change considéré comme raisonnable.

Notes de fin

* Rubén DEVOTO est ingénieur agronome et, depuis 1983, chercheur au sein du Département d'économie et de sociologie rurales de l'Institut national de technologie agricole argentin (Inta), à Pergamino, province de Buenos Aires.

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

Chargement

Unavailable