Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentations de l'Europe et identité au Mexique

 | 
Guillemette Martin

Chapitre 2. Le Juan Panadero, miroir d’une société en quête d’identité

Texte intégral

1Le Juan Panadero, s’il se fait l’écho de la pénétration des influences européennes à Guadalajara, tant au niveau des modes de consommation, des divertissements, que de l’organisation de la ville, offre également une chronique régulière et détaillée de la vie de la « haute société » européenne et tapatía, que ce soit à Guadalajara ou en Europe.

2De nombreux articles relatent les divers banquets, cérémonies et autres mondanités auxquels participent tout à la fois les élites mexicaines de la ville et les immigrés européens ayant fait fortune à Guadalajara. De la même façon, les événements auxquels participent immigrés mexicains et élites européennes dans les capitales du Vieux Continent font l’objet de chroniques régulières. Se tisse alors sous les yeux du lecteur une vaste toile sociale dans laquelle interagissent Européens et Tapatíos dont les relations, ici ou là-bas, sont révélatrices de représentations sociales complexes.

3Il ne s’agit donc plus de s’intéresser ici à la dimension « matérielle », concrète, de la présence européenne à Guadalajara, mais plutôt aux différentes modalités de sa dimension humaine et relationnelle. Cette perspective strictement sociale de l’européanisation comprend non seulement la mise en place de sociabilités européennes à Guadalajara, mais également la participation de Tapatíos aux sociétés européennes, sur le Vieux Continent.

4On assiste à une sorte d’aller-retour des individus, des regards et des perceptions, mouvement qui est au fondement de la façon dont la société tapatía se perçoit elle-même. Le journal constitue une source privilégiée pour analyser la mise en place des représentations sociales locales au travers de ces échanges humains entre deux « mondes », entre deux sociétés qui se retrouvent autour d’une même référence à la culture européenne.

5Miroir de la société qu’il décrit et à laquelle il renvoie une image qu’il contribue à former, le Juan Panadero est également un acteur important de la cohésion des élites autour de référents culturels communs, dont il se fait à la fois l’écho et le diffuseur.

6La présentation dans le journal d’un « monde commun » auquel appartiendraient Européens et élites locales s’articule selon différentes modalités, différents niveaux dont l’analyse permet de saisir de façon plus précise et complète la structure de cette « société commune » idéalisée, à la fois postulée comme existante et constamment remise en cause.

7Le niveau le plus simple et le plus évident de manifestation de cette société « euro-tapatía » dont le Juan Panadero se prétend un reflet fidèle se lit dans les diverses « chroniques mondaines » locales régulièrement publiées dans le journal. Ces articles, au delà de leur dimension anecdotique, permettent d’appréhender la place des immigrés européens dans la société locale, la façon dont ceux-ci étaient perçus par cette même société, donnant accès à une modalité privilégiée du phénomène d’européanisation des modes de vie et de penser à Guadalajara.

8De nombreuses études ont déjà mis en lumière le rôle des immigrés européens dans les transformations des divers aspects de la vie quotidienne mexicaine durant le Porfiriat, adoptant parfois une perspective régionale ou locale, mais avec la particularité de se centrer sur un secteur d’activité en particulier. On peut citer l’étude sur « Les Barcelonnettes dans la ville de Puebla » de Pérez Siller ou encore, dans le même ouvrage, celle sur les « Contributions des précepteurs français à l’éducation dans le Chihuahua » [Pérez Siller, 2004], qui abordent la question de la présence européenne au Mexique sous l’angle d’un domaine spécifique d’influence (économie, éducation, etc.) sans réellement poser le problème des relations entretenues par ces immigrés avec la population locale, ou seulement de façon rapide et indirecte.

9Or c’est bien cette perspective partiellement négligée par l’historiographie qui nous intéresse ici, à savoir comment les immigrés européens s’intègrent aux élites locales jusqu’à en devenir les membres les plus éminents, et comment cette européanisation de la « haute société » tapatía est perçue par ses membres ou ceux qui gravitent dans son entourage immédiat, comme c’est le cas des journalistes du Juan Panadero.

10Par ailleurs, et au-delà de ces deux modes du rapport à l’Européen que constituent le regard sur les immigrés installés dans la capitale tapatía et les relations entretenues avec eux, un troisième niveau de représentation se trouve dans le regard sur une Europe « lointaine », rapportée à la fois dans les récits des voyageurs mexicains sur le Vieux Continent et surtout véhiculée dans un ensemble de « mythes », de visions idéalisées et littéraires.

11C’est donc l’interaction des regards sur l’Europe « côtoyée » et l’Europe imaginée ou idéalisée qui nous intéresse tout particulièrement.

12Il s’agit de saisir comment « les références extérieures constituent des ferments d’unification pour une large part des élites » [Queiros Mattoso, Rolland, Musart Fonseca Dos Santos, 2003], qui permettent non seulement le fonctionnement de la société locale autour de ces références, mais qui, plus encore, révèlent la façon dont cette société se présente dans le journal – miroir déformant d’une société en construction et animée d’un fort désir d’européanisation.

13D’un point de vue strictement méthodologique, précisons que les articles étudiés ici sont essentiellement ceux publiés dans les sections Gacetilla et Noticias diversas du journal, sections qui présentent indistinctement un ensemble d’articles courts et extrêmement variés, allant des « faits divers » locaux, nationaux, voire européens, jusqu’à des informations internationales d’ordre politique ou économique, en passant par des articles relevant plus du commérage que de la véritable information. Si le caractère hétéroclite de ces sections rend donc difficile toute approche quantitative et statistique, l’originalité du ton employé et la volontaire subjectivité de ces articles nous invitent à une analyse cette fois plus centrée sur le discours, sa structure et ses références.

Un microcosme européen en terre mexicaine

14L’historiographie traitant de l’immigration européenne au Mexique durant le Porfiriat est abondante et variée : sans revenir en détail sur celle-ci, précisons néanmoins que ces divers ouvrages permettent d’établir quelques grandes caractéristiques de la présence étrangère au Mexique durant cette période, caractéristiques nécessaires pour contextualiser avec plus de précision la perspective régionale qui nous intéresse ici.

15Déjà mentionné dans le bilan historiographique de la question, l’ouvrage de Moisés González Navarro résume clairement le phénomène de l’immigration européenne durant le Porfiriat, qui s’articule selon deux grands processus : celui dit de la « colonisation officielle » puis celui de la « colonisation privée » ou particulière :

« Une population peu nombreuse et inefficace, une terre abondante, fertile et non exploitée, étaient les deux prémisses sur lesquelles reposait la nécessité d’attirer l’immigration étrangère pour faire passer du potentiel à l’exploitation les légendaires richesses du pays. Pour impulser la colonisation on pensa attirer des colons pour le compte du gouvernement, les doter de terres tout d’abord achetées à des particuliers puis prises sur les jachères, leur payer le transport et leur fournir le matériel nécessaire. Plus tard et devant les échecs de la colonisation officielle et la prospérité de celle des particuliers […] le gouvernement assura que la colonisation officielle avait seulement cherché à donner l’exemple et à stimuler les entreprises privées […]. Pour finir le gouvernement renonça à la colonisation officielle, reconnut son échec et affirma qu’il aiderait la colonisation privée en aplanissant les principaux obstacles, c’est-à-dire par des mesures indirectes qui la faciliteraient » [González Navarro, 1993 : 82].

16Cela étant, et comme le souligne cet auteur, ce sont les mouvements d’immigration particulière qui, après l’échec de la colonisation officielle, comprennent le plus grand nombre d’immigrés et se développent le plus dans l’ensemble du territoire. La plupart d’entre eux s’installent non plus dans des zones délimitées par le gouvernement mexicain, mais dans les diverses capitales des États, les ports et les frontières où ils développent une activité économique très dynamique.

17En ce qui concerne plus particulièrement la présence et l’activité économique des immigrés européens dans la ville de Guadalajara, l’ouvrage de référence reste celui de Sergio M. Valerio Ulloa « Empresarios extranjeros en Guadalajara durante el Porfiriato » [Guadalajara, UDG, 2002], qui offre une description détaillée des grandes familles françaises, allemandes et espagnoles ayant joué un rôle économique déterminant dans la capitale tapatía sous le Porfiriat. Ce dernier ouvrage est d’importance pour notre étude puisque, si le Juan Panadero permet de comprendre la nature des relations entre Européens et élites locales, il ne fournit cependant pas d’informations sur la biographie exacte et détaillée des immigrés qu’il mentionne, à laquelle seule la bibliographie nous donne accès. Notons à ce sujet, et dans une perspective plus strictement méthodologique, que l’intérêt de cette confrontation des sources bibliographiques et du journal réside également dans le décalage qu’elle met en valeur entre la présence réelle des immigrés européens (présentée par les travaux d’historiens comme S. M. Valerio Ulloa) et la façon dont elle est relayée et perçue dans le journal. Ainsi le recours aux sources bibliographiques permet de mieux saisir les choix effectués par le journal, de comprendre ses relations avec les colonies européennes, ainsi que le regard qu’il porte sur elles.

Les Européens à Guadalajara, des parcours exemplaires

  • 1 Souvent négligée, cette mesure oblige par exemple le gouverneur du Jalisco, au nom de la « Cancill (...)

18Quoique bien documentée dans l’ouvrage de S.M. Valerio Ulloa, la présence des immigrés européens à Guadalajara durant le Porfiriat reste néanmoins difficile à chiffrer avec exactitude. En effet, les rapports mensuels sur l’état civil et les biens fonciers des Européens devant être transmis chaque mois à la chancellerie ne sont apparemment pas envoyés avec beaucoup de régularité1. Malgré cet obstacle, il est possible d’établir une liste approximative des immigrés européens résidant à Guadalajara à partir des rapports établis non pas pour le gouvernement mexicain, mais à la demande des gouvernements européens. Un recensement des étrangers de Guadalajara est ainsi effectué en 1881, entre autres à la demande du gouvernement espagnol. Jointe à cette circulaire figure une liste des Espagnols recensés à Guadalajara, à partir de laquelle Sergio M. Valerio Ulloa a pu établir un tableau des Espagnols présents à Guadalajara en 1881, complétée par une liste du même type pour les Français et les Allemands.

19Quoique approximatifs, ces documents mettent en évidence la présence à Guadalajara de 42 Français, 39 Allemands, 5 Suisses ou Autrichiens assimilés à des Allemands et 21 Espagnols pour l’année 1881 à Guadalajara. Ce bilan augmente nettement par la suite, à Guadalajara comme dans l’ensemble du pays. Notons que si les flux migratoires à Guadalajara reproduisent globalement les mêmes tendances qu’à l’échelle nationale, ils s’en démarquent néanmoins en ce qu’ils comprennent un nombre beaucoup plus restreint d’Espagnols.

20En effet, alors que ceux-ci sont les étrangers les plus nombreux sur le territoire mexicain, majoritaires à Veracruz et Mexico, ils sont moins nombreux que les Allemands et les Français à Guadalajara. Ces derniers constituent d’ailleurs la colonie étrangère la plus importante de la ville à partir de 1890, et passent ainsi devant la communauté allemande en termes d’importance numérique et d’influence économique.

  • 2 J.P., section « Editorial », 29 septembre 1899, n° 3357, p. 1.

21Quoique peu propice à l’établissement de statistiques exactes sur l’évolution de la population étrangère à Guadalajara, le Juan Panadero publie néanmoins un article qui témoigne clairement de sa préoccupation pour ce phénomène d’immigration croissante, consacrant à la question un éditorial en 1899. L’intérêt de cet article, dont les chiffres sont en total décalage avec les sources officielles, n’est pas tant de nous renseigner sur le nombre d’Européens à Guadalajara, mais bien de souligner comment était perçue cette présence croissante d’étrangers dans le pays, évaluée ici bien au-delà de la réalité2.

« Les Nord-Américains des deux sexes et de tous âges résidants dans cette ville doivent être plus ou moins quatre cent cinquante. Les Anglais confondus avec les Nord-Américains résidants ici sont bien cinquante.
Les individus de ces deux nationalités, en les additionnant, puisque le public confond les Anglais et les Nord-Américains, étant données les similitudes de langue, d’aptitude et de caractère, sont cinq cents personnes.
Les Français qui habitent parmi nous sont environ trois cents. Ces Européens sont ceux qui fraternisent le plus avec notre société ; ils monopolisent la plus grande partie du commerce de lingerie, des jouets et de chapellerie, et un peu celui de la confiserie ; contribuant d’une manière admirable à l’embellissement de cette ville avec la construction de magnifiques édifices comme La Ciudad de México et Las Fábricas de Francia. Les Français en général sont des Grecs des plus beaux jours de la Grèce, c’est pour cette raison que l’on a appelé la France la « Grèce moderne ». Les Allemands, Norvégiens et Danois inclus, doivent être deux cents. Ces Européens possèdent le commerce de la mercerie, de la ferraillerie et de la quincaillerie. Ils sont peu communicatifs avec nous, et il y a parmi ces étrangers des hommes très instruits et corrects dans leurs mœurs. Certains se lient avec des dames du pays sans chercher la richesse dans le mariage. Quand ils s’enrichissent ils rentrent dans leur pays sans revenir ici. Les Espagnols doivent être environ cent en incluant certains d’origine tapatía, qui ont une carte de nationalité espagnole. Le capital accumulé par ce petit nombre de péninsulaires doit être de vingt millions de duros. La banque et les meilleures propriétés rurales sont entre leurs mains.
Les péninsulaires exercent une tutelle manifeste sur les hommes de pouvoir. Énumérer les défauts dont souffrent les Espagnols, c’est se rappeler les défauts de nos pères. Les Italiens, vingt, les arabes appelés moros par le peuple, quinze, Chinois et Japonais, dix. Cela fait un total de mille cent quarante-cinq, nombre qui démontre que l’immigration étrangère a commencé à s’introduire parmi nous ».

22Cet éditorial permet de comprendre dans quelle mesure la vision qu’ont alors les journalistes de la présence européenne est déformée, largement surévaluée. La conclusion de l’article est à ce sujet éloquente, le journaliste achevant son article sur ce constat : « Cela fait un total de mille cent quarante-cinq, nombre qui démontre que l’immigration étrangère a commencé à s’introduire parmi nous. »

23Ainsi l’importance numérique des Européens dans la ville est, de toute évidence, inversement proportionnelle à son influence sur la vie économique et sociale locale et plus encore, sur les représentations sociales telles qu’elles sont véhiculées dans le Juan Panadero. En effet, quoique peu nombreux, ces Européens font l’objet de références constantes dans le journal, qui relatent régulièrement les divers événements, privés ou professionnels, des quelques immigrés les plus riches et influents de la ville. L’activité économique, politique et sociale des immigrés européens à Guadalajara témoigne ainsi clairement d’une prédominance croissante des étrangers dans la vie locale, prédominance qu’il convient, à présent, d’analyser plus en détail.

Une domination économique

24Tout d’abord, précisons que cette immigration européenne à Guadalajara se fait selon un schéma que l’on retrouve dans l’ensemble du pays, avec l’arrivée d’hommes jeunes et célibataires, « les poches vides et la tête pleine de projets de travail et de soif de fortune » [Lida, 1981 : 135], prêts à développer un réseau de relations économiques et sociales garantissant leur réussite.

25Particulièrement vraies pour les immigrés espagnols, ces origines modestes sont également attestées, quoique dans une moindre mesure, pour les Allemands et les Français venant s’installer à Guadalajara. En effet, alors que dans d’autres régions du pays les immigrés arrivent avec des capitaux mis à disposition par l’entreprise européenne qui les envoie, la plupart des immigrés « arrivèrent à Guadalajara sans capitaux ou avec des capitaux très modestes, mais ils profitèrent de leur expérience, de leurs connaissances et relations » [Valerio Ulloa, 2002, p. 9] pour s’insérer dans l’économie locale. Il s’agit là d’un élément essentiel pour comprendre l’organisation des réseaux socio-économiques entre immigrés et élites locales : ainsi, « jusqu’à la dernière décennie du xixe siècle, les puissantes entreprises étrangères ne se sont pas installées dans le Jalisco comme elles l’ont fait dans d’autres États. Il s’agit plutôt d’entrepreneurs individuels qui s’associèrent ensuite avec d’autres entrepreneurs locaux ou d’ailleurs pour intégrer de nouvelles compagnies » [Olveda, 1996]. Clairement illustrées par les associations économiques établies entre la famille Martinez Negrete et les Fernández del Valle, entre les Français Fortoul et Chapuy, ou encore dans l’ascension économique des frères Collignon, ces grandes tendances concernent l’ensemble des immigrés européens, même si leurs activités économiques s’exercent dans des secteurs très différents.

26Chaque nationalité européenne se spécialise dans un ou plusieurs secteurs commerciaux qui contribuent largement aux représentations que la population mexicaine se fait alors des Européens, rapidement assimilés à leur activité commerciale principale. Ainsi, « les firmes commerciales de vêtements et “novedades” constituaient le patrimoine des Français, les ferrailleries, quincailleries et merceries, celui des Allemands et des Anglais, et les “abarrotes” […] celui des Espagnols » [Lida, 1981], tendances que l’on retrouve globalement à Guadalajara.

27La façon dont ces caractéristiques commerciales structurent la vision que se font les Tapatíos des Européens est également perceptible dans l’éditorial déjà cité du Juan Panadero notant que les Français « monopolisent la plus grande partie du commerce de lingerie, des jouets et de la chapellerie, et un peu celui de la confiserie », tandis que les Allemands « possèdent le commerce de la mercerie, de la ferraillerie et de la quincaillerie », et que les Espagnols disposent de « la banque et [des] meilleures propriétés rurales ».

28Cette dernière remarque fait sans nul doute référence aux nombreuses haciendas appartenant à la famille Martinez Negrete, ainsi qu’aux activités immobilières de la famille Fernández del Valle. Cet éditorial, s’il nous permet de voir comment s’expriment les grandes tendances nationales à l’échelle de Guadalajara, souligne surtout le fait que la population tapatía de l’époque a parfaitement conscience de la place croissante qu’occupent les Européens dans l’économie locale.

29Contrôlant l’essentiel des importations et exportations à Guadalajara, Allemands, Français et Espagnols sont également à l’origine de la création des principales compagnies commerciales de la ville, au travers desquelles se manifeste cette incontestable domination commerciale et économique européenne, de plus en plus marquée durant le Porfiriat. Sans entrer dans les détails de toutes ces compagnies, notons « pour résumer que la majeure partie des capitaux investis dans le Jalisco et principalement à Guadalajara durant le xixe siècle est constituée par ceux des Européens » [Olveda, 1996].

30Précisons cependant que cette domination des capitaux européens connaît quelques nuances selon les nationalités des immigrés concernés, dont l’influence à Guadalajara évolue sensiblement durant toute la période. Ainsi, alors que les entrepreneurs allemands sont particulièrement dynamiques dans le Jalisco durant toute la première partie du Porfiriat notamment dans le domaine industriel, leur domination économique se voit progressivement supplantée par celle des Français à partir de 1880, et de façon plus nette dans les dernières années du xixe siècle. La création et le développement des activités économiques des Fortoul et Chapuy, les « Crésus tapatíos » [Muria, 1991], constituent la parfaite illustration de cette « ascension vertigineuse » [Valerio Ulloa, 2002] des Français à la fin du Porfiriat, et plus encore de la contribution de ceux-ci aux profondes transformations économiques que subit Guadalajara durant cette période.

  • 3 J.P., 9 avril 1885, n° 1318, p. 4.

31En effet, et c’est là une conséquence majeure de la présence européenne à Guadalajara, comme dans l’ensemble du pays à la fin du xixe siècle, l’organisation économique traditionnelle se voit totalement bouleversée par les nouveaux modes d’association économique progressivement mis en place par les Européens, qui se font alors les principaux acteurs de l’évolution économique locale vers le libéralisme. Ces transformations économiques ont pour conséquence directe un développement des « formes de crédit et [des] mécanismes du prêt […] en fonction du développement du commerce et de la production » [Valerio Ulloa, 2002], entraînant ainsi des transformations dépassant les seuls secteurs du commerce et de l’industrie pour s’étendre à ceux de la finance et de la banque, voire de l’assurance3. La plupart des banques sont ainsi progressivement contrôlées par les Français et les Espagnols, qui sont d’ailleurs en grande partie à l’origine du Banco de Jalisco, créé en 1898 avec un capital social de 500 000 pesos et la participation de dix entrepreneurs.

32L’influence des immigrés européens s’étend à l’ensemble des secteurs économiques locaux, dont ils contrôlent les principaux mécanismes : la compagnie de chemin de fer « Guadalajara-San Pedro Tlaquepaque » créée à la fin des années 1870 fonctionne ainsi essentiellement grâce à des capitaux espagnols (ceux de Fernandez del Valle, de Ramón Somellera ou encore de Martinez Negrete qui en devient le président en 1889) et allemands (notamment ceux de Théodore Kunhardt), tandis qu’une chambre du commerce est créée en 1888 à l’initiative, entre autres, d’Édouard Collignon et des Français Chapuy et Barrière.

33Cette dernière initiative, qui regroupe les principaux investisseurs locaux et étrangers de la ville, vise de toute évidence à protéger et à favoriser les intérêts commerciaux des entrepreneurs de la ville pour la plupart européens, dans une perspective d’ailleurs soutenue par le gouvernement local de Ramón Corona (1887-1889) qui s’est efforcé plus que n’importe quel autre de mettre en place une législation favorable à l’activité économique des étrangers dans le Jalisco, par des mesures venant compléter les lois déjà prises dans ce sens au niveau national.

34Cette modernisation économique favorise non seulement une domination des grandes familles européennes, à laquelle « la bourgeoisie locale se voit subordonnée » [Olveda, 1996], mais également la mise en place de nouvelles formes de sociabilité autour de ces grands investisseurs européens. Ces derniers se retrouvent ainsi au centre d’une société locale à laquelle ils assurent un rayonnement national en étendant leurs activités économiques à toute la République, et qu’ils contribuent à profondément modifier avec la création de liens sociaux et matrimoniaux mêlant élites locales et étrangers.

Entre intégration et repli identitaire : les relations avec les élites locales

35Maintes fois interrogé par les historiens, le degré d’intégration des populations européennes à la société mexicaine reste souvent difficile à évaluer en ce qu’il fait intervenir différents facteurs et modalités, et parce qu’il articule généralement la mise en place de relations étroites avec les élites locales en même temps qu’un certain repli communautaire.

36Il est en effet important de noter que le tissu social dans lequel se trouvent intégrés les immigrés se crée dans un premier temps, et de façon logique, autour d’un réseau de solidarités et de relations avec les Européens d’une même nationalité déjà installés à Guadalajara. On sait par exemple que l’Allemand Carlos Behn « avait encouragé plusieurs de ses compatriotes à venir à Guadalajara » [Valerio Ulloa, 2002], et que de la même façon l’immigration des « Barcelonnettes » se faisait grâce à des relations tissées entre ces Français installés au Mexique et leurs compatriotes issus de la même région, qu’ils font venir pour travailler dans les entreprises récemment montées à Guadalajara. Las Fábricas de Francia engagent par exemple régulièrement les jeunes Français qui arrivent à Guadalajara, selon un schéma récurrent de l’immigration au Mexique durant cette période [González Navarro, 1993]. Les réseaux de solidarité entre ressortissants d’un même pays jouent donc un rôle essentiel dans l’organisation des flux migratoires, mais également dans l’installation des migrants récemment arrivés.

37La famille Martinez Negrete participe, elle aussi, activement à l’installation des Espagnols à Guadalajara en leur prêtant les fonds nécessaires à la mise en place d’activités commerciales. Les frères Fernandez del Valle bénéficient ainsi de cette aide dès leur arrivée, renforçant par ailleurs leur intégration aux élites locales en épousant des filles de la famille Negrete. Ce dernier élément est d’importance, le mariage constituant un élément majeur de consolidation des alliances commerciales et économiques, tout d’abord au sein d’une même nationalité. On constate en effet dans un premier temps une certaine tendance à l’endogamie, plus ou moins marquée selon les nationalités : la moitié des mariages contractés par les Allemands le sont avec des compatriotes, tandis que les Français, quoique généralement perçus comme s’intégrant parfaitement à la société tapatía, restent le plus souvent célibataires ou se marient aussi au sein de leur communauté. Ce « contraste entre ce qui semble avoir été la facile acceptation des Français dans le monde des affaires au Mexique et, en même temps, leur manque d’intégration au travers du mariage qui est, comme chacun sait, le principal mécanisme d’intégration des immigrés à la nouvelle société » est souligné par l’historien tapatío Jaime Olveda qui

« a constaté la rareté des mariages entre les membres de la colonie française de Guadalajara et les femmes de l’oligarchie tapatía. Les mariages mixtes, quant il y en avait, se formaient avec des hommes ou des femmes ne figurant pas dans la liste des notables. En réalité, la colonie française de Guadalajara se caractérisait jusqu’à très récemment par une endogamie rigoureusement conservatrice » [Pérez Siller, 2004 : 94].

  • 4 AHJ, G-8-886. « Extranjeros residentes en esta ciudad solicitan conservar su nacionalidad conforme (...)
  • 5 J.P., 1er janvier 1886, p. 3, « Interesante a los españoles. Consulado de España en Guadalajara ».

38Outre les diverses alliances commerciales et matrimoniales établies entre membres d’une même nationalité européenne, certaines pratiques témoignent également d’un certain « repli communautaire » des Européens qui manifestent dans un premier temps un attachement très marqué à leur pays d’origine. Le fait que la plupart des immigrés européens de la ville souhaitent conserver leur nationalité d’origine4, quoique répondant principalement à des préoccupations administratives, témoigne d’un certain refus de se détacher de son pays natal, de même que l’organisation de ces immigrés dans les diverses colonias de Guadalajara. Déjà évoqués dans leur dimension architecturale, ces quartiers possèdent leur organisation propre, et sont représentés par un consul dont le rôle est de défendre activement les intérêts de ses compatriotes, essentiellement dans le domaine économique. Ces postes diplomatiques assurent le lien entre les immigrés et les Tapatíos, et voient pour cette raison leurs activités relayées dans le Juan Panadero5. Chaque consul se fait le porte-parole de sa communauté auprès de l’administration locale, avec laquelle il entretient généralement des relations étroites. Les divers groupes européens à Guadalajara mènent ainsi une existence souvent communautaire, reproduisant le plus souvent les modes de vie qu’ils avaient en Europe.

  • 6 La Gaceta Jalisciense, 2 mai 1886, n° 191.

39Enfin, cet attachement très fort à l’Europe se voit illustré par le fait qu’au début du Porfiriat, la plupart des Européens ayant fait fortune à Guadalajara rentrent dans leur pays d’origine pour y finir leurs jours, après avoir préalablement vendu ou transmis la gestion de leur entreprise à des compatriotes restés dans le Jalisco. C’est le cas notamment de Carlos Behn, qui quitte définitivement Guadalajara en 1891 après avoir vendu son entreprise à son compatriote et ancien associé Ernest Paulsen, ou encore du Français Louis Fortoul qui rentre investir la fortune amassée à Guadalajara dans la construction d’un château à Jausier, dans sa région d’origine. Réprouvé de façon à peine masquée dans la presse, qui voit là une marque d’ingratitude6, ce retour des Européens dans leur pays natal se fait cependant plus rare dans la deuxième moitié du Porfiriat, l’intégration de ceux-ci à la société tapatía ayant tendance à se renforcer :

« dans un premier temps les immigrés qui gagnent de l’argent rentrent dans leur pays d’origine profiter de leur fortune, vendent leur commerce à des compatriotes, qui dans certaines occasions ont été associés ou employés de l’entreprise. Ils se marient aussi avec des personnes de la même nationalité et font en sorte que leurs enfants conservent la langue et la façon de vivre de leur pays d’origine. Par la suite, ils commencent à se marier avec des Mexicains ayant généralement un bon statut socio-économique […]. Les nouvelles familles s’établissent définitivement à Guadalajara et leurs enfants acquièrent les coutumes tapatías » [Martinez Réding, 1987 : 207].

40Ainsi, à l’endogamie précédemment évoquée se substitue progressivement une intégration de plus en plus forte des immigrés européens aux élites tapatías par le biais de mariages avec des membres de la haute société locale. Ces pratiques matrimoniales jouent un rôle essentiel dans l’établissement et le renforcement des liens économiques et politiques mis en place entre Européens et Tapatíos, contribuant ainsi à la mise en place d’« un vaste réseau, qui inclut l’articulation entre les autorités gouvernementales et les groupes économiques les plus importants du Jalisco » [Riojas Lopez, 1999 : 269].

41La défense d’intérêts communs sur les plans économiques et politiques a non seulement pour corollaire l’établissement d’alliances matrimoniales, mais également l’apparition de liens d’amitié entre ces riches entrepreneurs européens et les personnalités politiques et économiques locales. C’est le cas par exemple de Carlos Behn, devenu ami avec le Général et gouverneur de l’État Ramón Corona, ou encore de l’Allemand Kunhardt, membre éminent de la haute société ayant su

« gagner l’estime et le respect de la société tapatía par la réalisation de nombreuses œuvres caritatives et vécu en étroite relation avec le cercle de l’oligarchie locale, parce qu’il adopta très vite les coutumes et modes de vie de l’élite. Sa réputation s’améliora encore plus durant la lutte décisive entre libéraux et conservateurs dans laquelle il joua le rôle de médiateur entre les parties belligérantes. Kunhardt apparaissait comme un symbole de fraternité et de paix, comme un lien de conciliation entre mille intérêts contradictoires » [Valerio Ulloa, 2002 : 12].

42Ce rapide portrait de Théodore Kunhardt et de sa place dans la société locale illustre parfaitement l’importance du rôle joué par les Européens à Guadalajara durant le Porfiriat : au-delà de la domination économique s’exerce une véritable influence morale et politique européenne sur la société tapatía.

  • 7 J.P., novembre 1899, n° 3372, p. 2.

43Cela étant, c’est incontestablement dans le domaine politique que cette influence se révèle la plus décisive. Les relations d’amitié entretenues entre certains dignitaires politiques locales et les Européens ou encore le rôle de médiateur politique joué parfois par ces derniers, se voient complétés par des prises de position qui peuvent être très marquées, des Européens dans la vie politique locale ou nationale. Un article publié en 1899 nous renseigne par exemple sur le fait que la plupart des étrangers de la ville se mobilisent dans la « junta reeleccionista de Mexicains, semi-mexicains et étrangers » en faveur de la réélection de Porfirio Diaz7, auquel ils avaient manifesté leur soutien deux ans auparavant en organisant à son intention un grand banquet à Guadalajara. Quoique interdite par la Constitution de 1857 et la Ley Juárez de 1862, l’ingérence des étrangers dans les affaires intérieures mexicaines reste une constante durant la période et « la participation extra officielle espagnole dans le domaine politique est continue » [Bonfil Batalla, 1993 : 448].

44Ainsi, déjà démontrée dans le domaine économique, l’influence des Européens est donc également majeure au niveau politique et social, allant jusqu’à introduire dans la société locale ses modes de sociabilité au travers de pratiques mondaines visant à entretenir et mettre en scène ces réseaux de relations, pratiques dont le Juan Panadero rend compte de façon détaillée, à la fois en tant que témoin souvent critique mais aussi en tant qu’acteur.

Vers la mise en place d’une société « euro-tapatía » ?

45Vecteur essentiel de diffusion de modes de consommation et produits européens, la présence des étrangers à Guadalajara inaugure également de nouvelles formes de sociabilité, qui s’expriment dans l’organisation de manifestations sociales, de pratiques mondaines abondamment relayées par le Juan Panadero.

46Ces pratiques, si elles constituent une modalité essentielle de l’intégration des Européens à la société locale, sont aussi un vecteur important de l’européanisation des mœurs de l’élite tapatía qui intègre progressivement les normes sociales européennes comme expression et instrument de la modernité à Guadalajara. Essentiellement composée de descendants d’Espagnols, l’élite locale qui « incluait à la fois une élite intellectuelle se distinguant par sa participation à la vie sociale et politique de Guadalajara, et qui était à la tête de l’organisation des gouvernements libéraux de l’État du Jalisco » a en effet un impact majeur sur l’ensemble de la société tapatía en ce qu’elle « imposa des modèles qui prétendaient diffuser sa vision du monde et défendre les transformations qu’elle désirait pour son milieu. L’une de ces transformations concernait directement l’aspect social ; il s’agissait d’établir des formes modernes de sociabilité tirées des civilisations modernes, notamment la française » [Cortes Cuesta, 1999 : 116].

47Ainsi, l’exercice conscient et volontaire de formes modernes de sociabilité et européanisées par les élites locales entraîne progressivement la « formation d’une partie de la culture urbaine contemporaine » [Gomboa Ojeda], dont les journalistes se font les principaux promoteurs et porte-parole.

48En effet, comme en témoigne très clairement le Juan Panadero, en tant que membres de l’élite cultivée de la ville, en contact permanent avec diverses formes de la culture européenne, les journalistes jouent un rôle essentiel dans la diffusion d’une vision du monde, de la société, marquée par l’importance des modèles européens de sociabilités. En mettant l’accent sur les diverses festivités, banquets et autres réunions culturelles et mondaines auxquels participent Européens et Tapatíos, les journalistes se font ainsi l’écho et le miroir d’une société européanisée, dans laquelle ils se trouvent eux-mêmes intégrés par un réseau de relations personnelles aisément identifiables dans les articles du journal.

49Se voit alors exprimée la dimension très élitiste du journal, au sens cette fois non plus culturel mais social du terme, en ce que journalistes et notables de la ville semblent appartenir à un même « cercle » dont la cohésion est assurée par une même référence à l’Europe, autour de pratiques culturelles et mondaines qu’il convient d’analyser plus précisément.

Les journalistes du Juan Panadero, « vecteurs de l’Europe imaginée » [Martinez, 1997]

50S’il est essentiel de comprendre qui étaient les journalistes du Juan Panadero et quelles pouvaient être leurs relations avec l’Europe et sa culture, pour comprendre le discours produit sur cette même Europe, précisons d’emblée que cela reste assez difficile à définir dans la mesure où l’identité même de ces journalistes n’est pas toujours claire. En effet, comme il est d’usage à l’époque, les articles ne sont pas signés et sont généralement présentés comme étant tous issus de la plume de « Juan Panadero », personnage fictif derrière lequel s’exprime l’ensemble de la rédaction. Il n’est donc pas toujours aisé de retracer le parcours personnel de chaque journaliste, et moins encore ses relations avec les élites locales et européennes.

51Sans entrer ici dans les détails du parcours de chaque rédacteur du journal, il est cependant intéressant de relever certaines tendances permettant en quelque sorte de dresser un « portrait type » du journaliste du Juan Panadero.

  • 8 Au cœur du système politique mexicain, le Congreso de la Unión regroupe dans chaque État la Chambr (...)

52Notons tout d’abord que celui-ci, de façon classique au xixe siècle et en raison d’une professionnalisation tardive du journalisme, « exerce une activité multiforme, d’avocat, de professeur ou de politique, en ajoutant souvent à tout cela l’exercice de la littérature » [Covo, 1993 : 699]. Ainsi, nombreux sont les rédacteurs du Juan Panadero à bénéficier d’une formation d’avocat, parfois abandonnée au profit d’une carrière littéraire ou qui exercent une charge officielle, généralement comme député au Congreso de la Unión8.

53Par ailleurs, et à l’instar du fondateur du journal Remigio Carrillo, ces journalistes se distinguent par un ancrage politique très libéral et une opposition permanente au gouvernement local. Juan B. Iguiñiz affirme ainsi que « rares furent les journalistes indépendants, particulièrement de tendance libérale, qui ne contribuèrent pas d’une façon ou d’une autre à faire vivre cette publication, certains de façon anonyme, d’autres sous un pseudonyme » [Iguiñiz, 1950], ce qui nous permet de classer le Juan Panadero parmi les journaux d’opposition de l’époque.

  • 9 La Bohemia Jalisciense, ou La Alianza Literaria, deux des associations littéraires les plus presti (...)

54Au-delà de ces orientations politiques reste l’activité littéraire intense exercée par l’ensemble des rédacteurs, qui sont à la fois membres des associations littéraires les plus prestigieuses de la ville9, romanciers ou poètes. Cette alliance des préoccupations politiques et littéraires explique les choix éditoriaux effectués par les rédacteurs, qui consacrent l’intégralité d’une section – la section « Variedades » – à la publication d’extraits de romans ou de poèmes. Dans la mesure où le domaine littéraire reste incontestablement l’une des principales modalités du rapport de ces journalistes à l’Europe, le choix des œuvres publiées constitue un moyen intéressant pour comprendre la relation qu’ils entretenaient avec la littérature européenne et locale. Ainsi, le Juan Panadero cherche manifestement à valoriser la production littéraire locale en publiant régulièrement des poèmes et extraits de romans d’écrivains locaux, tels que Manuel Puga y Acal, José Lopez Portillo y Rojas, etc., écrivains qui collaboraient régulièrement à la rédaction du Juan Panadero.

  • 10 Parmi de très nombreux exemples, on peut citer celui-ci : Juan Panadero, section « Variedades », s (...)
  • 11 J.P., Editorial, 22 mai 1885, n° 1332, p. 1.

55Pour autant l’attachement à la littérature européenne reste très visible, comme en témoigne le fait que soient régulièrement publiés des auteurs français et britanniques10. Dans ce domaine les journalistes du Juan Panadero ont une nette prédilection pour les œuvres de Victor Hugo, ce « génie qui a empli le monde de son nom11 » auquel ils consacrent un grand nombre d’articles, mais également pour Daudet, Balzac, Baudelaire, Goethe, etc.

  • 12 J.P., s.d. [1898], p. 1, « Una predicción de Julio Verne ».
  • 13 J.P., section « Variedades », 30 décembre 1877, n° 562, p. 3, « Un beso de Byron ».

56La référence constante faite à ces mêmes auteurs ou à certaines de leurs œuvres dans des articles n’ayant pourtant aucun lien direct avec la littérature constitue une autre illustration de cette formation culturelle des journalistes du Juan Panadero : en 1898 est par exemple publié un article sur les éventualités d’une guerre opposant Britanniques et Russes, guerre présentée comme ayant été indirectement prédite par Jules Verne dans ses romans12. Ce genre de référence récurrente montre à quel point la vision que les journalistes ont de l’Europe, et du monde en général, est largement structurée par la lecture d’œuvres littéraires européennes. F. Martinez l’observe très clairement lorsqu’il analyse les récits des voyageurs colombiens : « une fois en Europe, les impressions visuelles ressenties par les voyageurs colombiens ne sont qu’un écho, animé, des images qui peuplaient déjà leur imagination » [Martinez, 1997 : 223], observation également vérifiable dans le Juan Panadero, qui publie en 1877 le récit de voyage du Mexicain N. Azcarate, récit organisé autour de la référence aux œuvres de Byron13.

57On se trouve donc ici en présence d’un phénomène qui, à première vue, peut sembler contradictoire : les mêmes journalistes, qui œuvrent pour la valorisation d’une production littéraire et artistique locale, au travers de la publication de textes écrits par des Tapatíos, sont totalement tributaires d’une formation culturelle européanisée. Cette double position, au-delà de la contradiction, fait de ces journalistes des vecteurs nationaux essentiels de la diffusion de la culture et des mœurs européennes dans la société tapatía. Ainsi, le journal, en assurant « la diffusion d’un imaginaire européen au-delà des strictes frontières du monde lettré reflète l’intense activité de vulgarisation menée par les intermédiaires nationaux : publicistes, ecclésiastiques, enseignants, hommes politiques » [Martinez, 1997], qui pour la plupart écrivent dans les journaux locaux.

  • 14 J.P., 29 novembre 1877, n° 553, p. 4.

58Cette entreprise de vulgarisation mérite d’être nuancée, dans la mesure où le Juan Panadero, dont le ton pourtant souvent léger, se voulant parfois même « populaire », masque à peine l’élitisme des références et du propos. S’opère alors une seconde contradiction, entre la volonté de diffuser des normes culturelles européanisées dans l’ensemble de la société et la dimension nécessairement excluante de ces références qui impliquent une culture littéraire et linguistique dont le lecteur ne dispose que rarement. Le fond comme la forme de cet article publié en 1877 témoignent parfaitement de cette exigence intellectuelle du Juan Panadero, en reproduisant en allemand un vers de Goethe, introduit par ces mots : « De Goethe, l’auteur de Faust, nous est arrivée cette inimitable balade de Mignon et que tous les amoureux de la poésie inspirée connaissent par cœur : kennst du das Land wo die Citronen Bluhn14 […] ».

59Ainsi, le Juan Panadero se fait l’expression de préoccupations intellectuelles et culturelles élitistes qui, à défaut de réellement prétendre à une diffusion large dans la société, favorisent néanmoins la cohésion de l’élite à laquelle les journalistes appartiennent.

Divertissements et mondanités, ciments du cosmopolitisme

60Si le Juan Panadero témoigne incontestablement de préoccupations élitistes dans ses articles artistiques et littéraires, il se fait également l’écho, à défaut d’en être toujours acteur, d’un certain élitisme social véhiculé dans les nombreuses « chroniques mondaines » publiées dans la section « Gacetilla ». Ces chroniques, au-delà de leur seule dimension anecdotique, se révèlent particulièrement instructives lorsqu’il s’agit d’analyser les relations et réseaux de sociabilités tissés entre les Européens, les élites tapatías et les journalistes.

61L’intérêt d’une telle analyse réside dans le fait que ces « réseaux de sociabilité culturelle et politique constituent un premier forum de diffusion des idées, des textes et des débats européens » [Martinez, 1997 : 128], et sont pour cette raison un vecteur essentiel de l’européanisation de la société tapatía, en intégrant élites locales et Européens dans un cercle social soumis aux mêmes normes européennes.

  • 15 J.P., 18 juillet 1889, n° 2045, p. 3.

62La presse joue de cette façon un rôle majeur dans la diffusion de « modèles » de sociabilités européanisées en assurant la mise en scène des élites dans ces pratiques mondaines. « La presse peut être le lieu où une élite se donne à voir à un public qui lui restera toujours étranger, mais qui pourra ainsi assouvir son besoin de rêve » [Aubert, Desvois, 2001 : 14], notamment grâce aux descriptions du faste des banquets, de l’élégance des convives, etc. dont les journalistes font part à leurs lecteurs15. Ces descriptions contribuent incontestablement à diffuser l’image d’une Europe riche, élégante et cultivée, dont les pratiques mondaines gagnent jusqu’à la société mexicaine.

  • 16 J.P., s.d. [1887], p. 2.
  • 17 Rappelons que la plupart des journalistes étaient d’origine modeste, et que leurs activités dans l (...)

63Ces mondanités auxquelles seules participent les élites de la ville a, au même titre que la référence littéraire à l’Europe, un caractère excluant, dans la mesure où « nombre de ces sociabilités révèlent une composition sociale restreinte » [Martinez, 1997 : 128], à tel point que les journalistes du Juan Panadero eux-mêmes en sont parfois exclus16. Ces sociabilités européanisées créent donc incontestablement un clivage social fort, entre les élites européennes ou européanisées ayant accès aux festivités organisées par leurs pairs, et le reste de la population à laquelle les journalistes s’assimilent au travers du personnage du « Juan Panadero », pauvre mais plein d’humour et d’autodérision17. Pour autant, la chronique de ces diverses festivités réunissant toute la haute société tapatía est faite régulièrement, festivités que l’on peut classer en trois catégories en fonction des raisons qui les motivent.

64Le type de festivités le plus relaté par le Juan Panadero, comme par l’ensemble de la presse locale, reste sans conteste celui qui regroupe les diverses manifestations patriotiques et politiques organisées, soit par les autorités locales, soit par les colonies étrangères, le plus souvent à l’occasion de leur fête nationale, et qui rassemble élites tapatías et Européens.

  • 18 J.P., 29 août 1889, n° 2058, p. 3, « Tenemos fiesta ». Fête organisée en l’honneur du général Coro (...)
  • 19 El Porvenir, 6 mars 1910, n° 25.

65En ce qui concerne les premières, elles ont généralement lieu en l’honneur du gouverneur de l’État18 et sont organisées à l’Européenne, avec un banquet préparé par les traiteurs français Lyons, Peletingeas, ou par l’Italien Rolleri, et rassemblent toutes les élites de la ville. S’il serait fastidieux d’établir ici une liste de tous les articles relatant les banquets organisés durant le Porfiriat à l’occasion de la fête de l’Indépendance mexicaine ou en l’honneur des gouverneurs s’étant succédé à la tête du Jalisco, il est cependant intéressant d’en donner un exemple, afin de saisir comment la presse de l’époque met en scène ces mondanités réunissant Tapatíos et Européens : en 1910, le journal El Porvenir consacre par exemple trois colonnes au banquet organisé en l’honneur du gouverneur Miguel Ahumada, dans lesquelles sont relatés en détail les préparatifs, la décoration des lieux et le menu, français et servi par le propriétaire de La Fama italiana José Rolleri, « le seul capable dans cette capitale de servir un banquet de cette taille19 ». La liste des convives témoigne de l’importance de ce banquet qui réunit une centaine de personnes dont un grand nombre d’Européens (notamment les Espagnols Somellera et Navarrete, ou encore les Allemands Paulsen, Collignon, Kunhardt, et Schnaider), lesquels ont même le privilège de siéger à la table du gouverneur (c’est le cas notamment des deux frères Fernandez del Valle).

66La composition sociale du banquet illustre parfaitement la façon dont les réseaux de sociabilité se tissent autour de mondanités nettement européanisées, et dans lesquelles les étrangers de Guadalajara jouent un rôle essentiel, parfois en tant que simples invités de marque, mais souvent en tant qu’organisateurs de fêtes au propos pourtant résolument mexicain.

67En effet, et c’est un élément rarement évoqué dans les études sur les réseaux de sociabilités européens au Mexique, il semble que les immigrés de la ville soient à l’origine de nombreux banquets et manifestations à teneur politique, illustration de leur rôle dans la vie politique locale et nationale mexicaine.

  • 20 La raison d’une telle absence de source, durant une année pour laquelle on possède pourtant des do (...)

68Les Européens de Guadalajara organisent ainsi un somptueux banquet en décembre 1897 en l’honneur de Porfirio Díaz. Malheureusement absent des archives du Juan Panadero20, ce banquet est néanmoins parfaitement documenté dans un article de Leopoldo Orendáin [Muria, 1991 : 357-364], et présente l’intérêt de nous permettre d’évaluer avec plus d’exactitude le rôle des Européens parmi les élites locales.

69Organisé sous l’administration du gouverneur Luis C. Curiel, ce banquet est le résultat de deux années de négociations menées par de « hautes personnalités métropolitaines pour obtenir du général Díaz qu’il vienne à Guadalajara » [Muria, 1991 : 357- 364], où il n’était jamais venu depuis son élection à la présidence de la République.

70Cet événement, qui « manquait de signification culturelle, caritative ou d’amélioration collective » a, de toute évidence, pour principal objectif une mise en valeur du prestige tapatío autour de l’organisation de luxueuses et coûteuses mondanités pour lesquelles se mobilisent l’Ayuntamiento, le gouvernement local, et surtout les plus grandes fortunes tapatías, à savoir les Européens : parmi les 125 personnes qui contribuent à financer ces festivités figurent en première place les Espagnols Fernandez del Valle et Negrete, les Allemands Behn et Paulsen, et les Français Louis Gas, Fortoul et Chapuy. Outre ces contributions financières, les Européens mettent également leurs compétences au service de l’organisation, Ernest Paulsen en organisant la décoration, José Rolleri et Gédéon Lions le repas, l’Allemand Édouard Collignon et le Français Jules Rose en choisissant le programme musical. Quoiqu’organisée au nom du Jalisco dans son ensemble, cette manifestation se fait donc surtout l’expression de l’influence des Européens à Guadalajara, aussi bien économique, sociale que politique. L’illustration la plus éclatante en est sans nul doute le fait que ce banquet, « qui fut plus qu’un simple dîner, fut inauguré par Don Justo Fernández del Valle, en tant que président du comité directeur de la chambre de commerce » [Muria, 1991 : 357-364].

71Les Européens impriment donc incontestablement leur marque dans l’organisation et le déroulement de la vie locale, non seulement en intervenant dans les manifestations sociales, mais plus encore en organisant les leurs, le plus souvent à l’occasion de la fête nationale de leurs pays respectifs.

72Les chroniques mondaines mettent en jeu non seulement une description de ces festivités en elles-mêmes, mais également un ensemble de dénominations, de « clichés » propres à chaque nationalité qui se voient comme vérifiés par ces manifestations sociales, dans lesquelles l’Europe se donne à voir au travers de ses citoyens installés au Mexique.

  • 21 J.P., 26 septembre 1889, n° 2066, p. 2, « Banquete ».
  • 22 J.P., s.d. [1899], p. 3, « De fiesta ».

73Le Juan Panadero évoque ainsi la « laborieuse colonie italienne », commémorant à grands renforts de Marsala et de Lachrima Christi la prise de Rome par les troupes de Victor Emmanuel21, tandis que la colonie espagnole orne de drapeaux espagnols les balcons des rues San Francisco et Palacio « habitées en majeure partie par cette colonie », lors de l’anniversaire du roi d’Espagne Alphonse XIII22.

  • 23 J.P., 26 septembre… Idem.

74Généralement présentées de façon élogieuse et avec de nombreuses marques d’amitié par le Juan Panadero, ces festivités se voient encouragées par les journalistes, non pas tellement parce qu’elles contribuent à une européanisation des mœurs et sociabilités locales, mais bien parce qu’elles incarnent une valeur considérée alors comme essentielle : le patriotisme. Dans l’article déjà cité le journaliste espère ainsi que « pour fortifier les liens qui les unissent, [les membres de la colonie italienne], célèbrent souvent des réunions de ce type23 ».

75C’est dans cette perspective qu’il faut comprendre la très grande importance accordée par le Juan Panadero aux festivités du 14 juillet organisées par la colonie française, festivités qui articulent de façon très claire symbole politique et mondanités « à la française ».

Entre luxe « à la française » et symbole politique : les festivités du 14 juillet à Guadalajara

76Parmi les diverses festivités organisées par les étrangers au Mexique, celles du 14 juillet restent sans conteste les plus traitées par la presse porfirienne dans son ensemble, comme l’illustre l’exemple du Juan Panadero, et par conséquent par les historiens, qui leur ont également consacré plusieurs articles.

77L’existence d’une production historiographique sur ce point précis appelle cependant une précision, à savoir que la commémoration de la Révolution française au Mexique est, de façon classique, traitée essentiellement depuis Mexico : si la célébration du 14 juillet est ainsi un événement « qui chaque année défrayait la chronique mondaine de la capitale » [Dumas], elle est cependant rarement, voire jamais analysée dans ses manifestations régionales.

78Il semble donc particulièrement intéressant de voir comment ces festivités du 14 juillet peuvent être traitées par un journal local, non seulement en tant qu’elles constituent un exemple concret et significatif de l’européanisation des pratiques mondaines locales, mais aussi parce qu’elles véhiculent des enjeux politiques et identitaires majeurs.

  • 24 J.P., 18 juillet 1886, n° 1451, p. 2, « El 14 de julio en Guadalajara ».

79Le premier article recensé dans le Juan Panadero à traiter des festivités du 14 juillet organisées par la colonie française de Guadalajara est publié en 1886, date à laquelle les Français de la ville commencent à être plus nombreux et influents. Le ton de l’article est résolument critique, le journaliste fustigeant tout à la fois le mauvais comportement des Français pour n’avoir « invité qu’un nombre réduit de compatriotes [du journaliste, c’est-à-dire de Mexicains], parmi lesquels on ne pouvait compter aucun qui puisse être considéré comme une personne distinguée24 », et les Mexicains ayant également déshonoré cette « grande fête de la Démocratie ». À l’opposé des articles élogieux sur le raffinement des Français et la grandeur de la Révolution française que l’on trouve dans l’ensemble de la presse à l’époque, y compris de nombreuses fois dans le Juan Panadero lui-même, cet article est véritablement original, soulignant très nettement le regard critique et la distance dont sont capables les journalistes face au fameux afrancesamiento de la société porfirienne.

  • 25 J.P., s.d. [1887], p. 2.

80L’article publié l’année suivante n’est guère plus élogieux, le Juan Panadero ne faisant pas démentir sa réputation de journal satirique : les Français y sont dépeints de façon caricaturale, d’une élégance exagérée avec leurs « longues redingotes leur arrivant jusqu’aux talons25 », et se comportant de façon prétentieuse, notamment en omettant d’inviter le journaliste, « pauvre panadero » indigne de fréquenter les élégants Français. Une fois encore le Juan Panadero semble se refuser à l’admiration sans nuances dont font preuve ses collègues lorsqu’ils traitent ce sujet. Ce n’est qu’en 1889, à l’occasion du centenaire de la Révolution française, que le journal laisse de côté l’ironie et le sarcasme pour consacrer pas moins de trois longs articles et un éditorial aux festivités du 14 juillet organisées par la colonie française de Guadalajara.

81Cette imposante production journalistique sur un événement étranger au Mexique et à la société tapatía est chargée de sens, et souligne l’importance qu’occupe progressivement le 14 juillet dans l’imaginaire mexicain, jusqu’à devenir une fête nationale à part entière, réveillant l’enthousiasme et la plume des journalistes.

  • 26 J.P., 11 juillet 1889, n° 2043, p. 3, « 14 de julio ».

82Dès le 11 juillet 1889 est annoncée l’organisation de festivités par « l’honorable et nombreuse colonie française26 » de Guadalajara, festivités auxquelles se voit convié le journaliste du Juan Panadero, ce qui ne semble pas étranger à l’amélioration du ton sur lequel est décliné l’article, beaucoup plus amical et élogieux : « Mes camarades français se réuniront chez Pelletingeas, pour s’adonner aux plaisirs d’un banquet somptueux auquel ils m’ont fait l’honneur de m’inviter. » Cet article illustre parfaitement, par ces expressions soulignant l’élégance des mondanités organisées par les Français, comment est véhiculée l’image d’une Europe riche, raffinée, se consacrant presque exclusivement aux divertissements et aux plaisirs.

  • 27 J.P.

83Pour autant, le faste de ces réunions mondaines, apparemment plus belles d’année en année, ne fait pas oublier le symbole fort que représente le 14 juillet pour les Mexicains, rappelé en des termes caractéristiques du discours journalistique de l’époque. La Révolution française est ainsi qualifiée de « glorieux événement dont la commémoration symbolise la sublime étape de la plus grande et bienfaitrice révolution sociale et politique que les siècles aient jamais connue27 ».

84À la fois occasion de festivités somptueuses, de manifestations élégantes, et symbole de la victoire de la démocratie sur la tyrannie, le 14 juillet occupe une place importante dans l’imaginaire mexicain, la vision qu’il a de la France, en conjuguant ce qui, selon l’historien Claude Dumas, constitue les deux pans du « mythe » de la France au Mexique [Dumas].

85Étudié en détail dans son article sur le mythe français au Mexique, le 14 juillet célèbre ainsi à la fois la « France berceau de la démocratie républicaine et garante des grandes options de la liberté » et « le second volet du diptyque, celui d’une France berceau de la culture universelle et qui marche à l’avant-garde de la civilisation » [Dumas].

  • 28 J.P., Editorial, 14 juillet 1889, n° 2044, p. 1, « 14 de Julio ».
  • 29 J.P., 8 février 1877, n° 469, p. 1.
  • 30 J.P., 11 février 1877, n° 470, p. 3.
  • 31 J.P., Editorial, s.d. [1898], p. 1.
  • 32 J.P., 7 avril 1878, n° 590, p. 2, « Barbaridades ».

86Les pratiques mondaines et le tissu social tapatío tels qu’ils s’expriment au travers de ces festivités du 14 juillet revêtent ainsi un enjeu incontestablement politique, comme l’illustre cet éditorial publié le 14 juillet 1889, dans lequel un ami de « Juan Panadero » explique le sens politique de la prise de la Bastille et la signification de ce symbole28. Ce traitement pédagogique du thème de la Révolution française, sensiblement différent des articles « mondains » évoqués précédemment, souligne l’importance accordée par les journalistes à cet événement, auquel il est parfois fait référence dans d’autres contextes. Le journaliste salue ainsi par exemple l’éloquence de Mirabeau et l’esprit révolutionnaire français qui ferait tant défaut au Mexique29, évoque Marat30, et l’ensemble des acteurs de la Révolution française pour lesquels le journaliste ne cache pas son admiration : « Moi j’admire les hommes de la Révolution française, parce que menacés toujours par la guillotine, ils n’ont pas peur d’exprimer leurs idées : Vergniaud, Danton, Chénier, génies qui brillent dans l’Histoire, je vous salue31 ! » Cette fervente admiration pour la Révolution française amène le Juan Panadero à s’en faire même le défenseur, notamment dans cette polémique l’opposant au journal La Unión Mercantil, dans lequel l’un des journalistes qualifie cet événement d’« orgie sanglante », opinion contre laquelle s’élève farouchement le Juan Panadero32.

87L’argumentation déployée à cette occasion par le journaliste illustre la place qu’occupe la Révolution française dans l’imaginaire forgé par les intellectuels mexicains sur la France et son histoire, histoire défendue vigoureusement car considérée comme étroitement liée à celle du Mexique. C’est en effet dans une perspective de « filiation » des histoires mexicaines et françaises que la référence à la France, et plus largement à l’Europe, se voit utilisée, dans l’idée d’une communauté de pensée, de culture et donc de civilisation autour de références qui se veulent communes.

Le Mexique sous le regard de l’Europe

88La présence d’immigrés européens à Guadalajara, et plus encore la mise en place d’une série de relations personnelles et professionnelles avec eux, si elles constituent des vecteurs incontestables de l’européanisation de la société tapatía, témoignent surtout du fait que les élites concernées par ces modes de sociabilités se pensent elles-mêmes, et avec elles l’ensemble du Mexique, comme s’inscrivant dans la sphère culturelle européenne.

89En ce sens le regard porté par le Juan Panadero sur les Européens présents à Guadalajara et sur les relations qu’ils entretiennent avec la société locale interagit avec la façon dont les élites se pensent par rapport à l’Europe « lointaine », une Europe idéalisée et réduite à un ensemble de caractéristiques historiques et culturelles auxquelles le Mexique tente de s’identifier. Sans entrer pour le moment dans le détail des contradictions qu’entraîne la comparaison entre le discours sur l’image de l’Européen véhiculée par les immigrés présents au Mexique, et celui développé sur l’Europe idéalisée, « mythique », il est nécessaire d’analyser ce dernier plus précisément, afin d’en saisir les véritables enjeux et modalités.

90La façon dont les élites mexicaines se pensent par rapport à l’Europe durant le Porfiriat, et ce au même titre que l’ensemble des élites latino-américaines à la même époque, est très clairement résumée dans l’introduction de François-Xavier Guerra à l’ouvrage L’Amérique latine et les modèles européens [Lempérière, Martinez, Rolland, Lomné, 1998], dans laquelle il apparaît clairement qu’elles se pensent à la fois comme « américaines par leur naissance et leur appartenance nationale, et européennes par leur origine et leur culture ».

91Le discours et les préoccupations présentés dans le Juan Panadero témoignent pleinement, de ce sentiment de « parenté » intellectuelle, culturelle et historique des élites mexicaines avec l’Europe, et du fait que celles-ci se pensent constamment en fonction non seulement de schémas culturels occidentaux, mais également en fonction d’un regard européen venant « valider » cette conformité du Mexique aux « normes de la civilisation ».

92Pour autant, et il est essentiel de le préciser, « nous sommes bien loin d’une quelconque imitation aveugle de ce qui vient de l’extérieur » [Lempérière, Martinez, Rolland, Lomné, 1998] : les analyses précédentes ont démontré cette adaptation complexe et originale des éléments européens à la vie quotidienne tapatía.

93La relation Europe-Mexique telle qu’elle est pensée par les élites mexicaines au xixe siècle s’inscrit plutôt dans « l’affermissement de la perception de l’Amérique latine comme une périphérie », l’Europe devenant alors « l’idéal à atteindre », la mesure même de la civilisation.

94Notons que ce prétendu « sentiment d’infériorité », voire cette « haine de soi » dont parle Samuel Ramos pour le Mexique porfirien, semblent à première vue pratiquement absents du Juan Panadero. L’accent est en effet toujours mis sur la parenté historique entre le Mexique et la France, deux nations également démocratiques et indépendantes, et sur le fait que le Mexique peut et doit être considéré comme l’égal des puissances européennes tant au niveau culturel que politique.

95Pour autant cette préoccupation constante pour le regard que portent les Européens sur le Mexique et sa population témoigne indirectement, quoique très clairement, de ce sentiment d’être une périphérie qui doit d’une certaine façon, faire ses preuves auprès des « pays phares de la civilisation » afin d’intégrer la sphère culturelle occidentale et moderne.

96Précisons que ce désir des élites mexicaines d’appartenir à la « civilisation » ou à ce qu’elles considèrent comme telle, s’il constitue un thème récurrent de l’historiographie « classique » du Porfiriat, est cependant rarement étudié dans son expression discursive et journalistique, ce qui nous intéresse précisément ici. Il s’agit en effet, après avoir analysé les marques « concrètes » de l’intégration des élites tapatías aux sociabilités européennes, de voir comment s’exprime alors au niveau du discours cette volonté d’intégrer la sphère culturelle européenne, perçue à la fois comme berceau de la culture mexicaine et centre lointain dont le Mexique ne serait qu’une périphérie.

Un discours historique au service d’une analogie culturelle

  • 33 J.P., 5 mars 1899, n° 3387, p. 1, « Algo sobre las monarquías ».
  • 34 On peut citer cet article dans lequel il est fait référence à la puissance de l’opinion publique, (...)

97Témoin du degré d’érudition de ses journalistes et des personnalités intellectuelles y collaborant, le Juan Panadero fait référence de façon régulière à l’histoire politique des nations européennes, que ce soit dans des articles spécifiquement consacrés à cette question33, ou plus souvent sous forme de références extérieures, dans des articles ne traitant pas directement de l’Europe mais où celle-ci sert en quelque sorte d’exemple justifiant le bienfondé des actions auxquelles on la compare34. Dans ce domaine, et comme en témoignait déjà l’intérêt porté aux commémorations du 14 juillet, c’est la France qui très nettement fait l’objet du plus grand nombre de références, de comparaisons.

« Bien que celles-ci [les élites hispano-américaines] regardent également vers l’Angleterre, l’Allemagne, l’Italie, ou plus tardivement vers l’Espagne, la référence à la France est générale quel que soit le domaine considéré. […] Les raisons de cette prépondérance française ne se limitent pas à l’admiration pour l’éclat de la culture de la France du xixe siècle, mais à l’appartenance à un même type de modernité. Au-delà des emprunts volontaires et des influences éphémères, il s’agit bien plutôt d’une similitude de phénomènes, de problèmes et de rythmes qui renvoie à une profonde parenté sociale et politique se manifestant, par exemple, par la concordance des conjonctures culturelles et politiques » [Lempérière, Lomné, Martinez, Rolland, 1998].

  • 35 J.P., s.d. [1904], p. 2.

98Cette relation privilégiée entretenue par les élites mexicaines avec la France, ce sentiment d’une parenté politique et historique, est parfaitement perceptible dans le Juan Panadero qui, outre les nombreuses mentions qu’il fait de ces « influences éphémères » françaises dans la société tapatía, met aussi en avant un discours politique profondément marqué par la référence française. La France reste ainsi incontestablement le pays de la modernité politique, la « mère prévoyante dans le sein de laquelle ont pris corps les grands idéaux, se sont enflammées toutes les gloires, affirmées toutes les utopies, ont été engendrées les apothéoses des plus grands génies et ont vécu la vie éternelle de la renommée les hommes supérieurs35 », mais également une nation amie, avec laquelle on partage une même évolution politique.

99En effet, pour les élites mexicaines, « l’adoption de la forme républicaine […] place les nouveaux États dans le droit fil de la Révolution française et dans la logique libérale » la France apparaissant alors comme « le dénominateur culturel commun » [Queiros Mattoso : 76], l’incarnation même de la modernité politique à laquelle le Mexique aspire et s’identifie depuis qu’il accède lui-même à l’indépendance par voie de rupture, au début du xixe siècle.

  • 36 Parmi les divers ouvrages qui traitent de la question, on retiendra celui-ci : Denis Rolland, La c (...)

100Cet « héritage de chronologies concordantes » [Queiros Mattoso : 76] de la France et du Mexique a fait l’objet de nombreux commentaires de la part des historiens36, non seulement parce qu’elle éclaire la façon dont le Mexique du xixe siècle se pense politiquement mais aussi, et surtout, parce que ce sentiment de parenté politique et historique explique en grande partie l’afrancesamiento de la société porfirienne :

« La France a attiré l’attention des Mexicains par ses idées politiques, au travers desquelles l’intérêt se généralise à l’ensemble de la culture française. La passion politique a joué un rôle dans l’assimilation de cette culture, de la même façon qu’auparavant la passion religieuse dans l’assimilation de la culture espagnole » [Ramos : 17].

101Si cette analyse de Samuel Ramos peut sembler discutable à certains égards, elle n’en éclaire pas moins le fait que les idées politiques françaises structurent l’imaginaire national mexicain via l’histoire.

  • 37 J.P., 5 février 1885, n° 1300, p. 1.
  • 38 J.P., 3 octobre 1880, n° 849, p. 1.

102La parenté historique et politique de la France et du Mexique est exprimée de façon récurrente dans le Juan Panadero qui établit souvent des parallèles entre la politique des deux pays37 et dont pratiquement chaque référence à la grandeur politique de la France est accompagnée d’une remarque identique pour le Mexique comme dans cet article publié en 1880 lors de la reprise des relations diplomatiques avec la France et qui se réjouit de cette « amicale réconciliation entre deux nations ; l’une grande par ses antécédents et sa renommée, l’autre appelée à figurer dans une échelle, sinon plus élevée et grandiose, au moins également magnifique et colossale38 ». La référence à la grandeur politique française, si elle correspond à une incontestable admiration des élites mexicaines pour le modèle politique et historique français, fonctionne ainsi comme un processus rhétorique efficace visant à valoriser la grandeur nationale.

103Notons que, au-delà des deux « pans » de l’influence française, la distinction se fait clairement entre l’Europe telle que les Tapatíos la côtoient, au travers des immigrés français présents à Guadalajara au comportement parfois douteux, et l’Europe « idéalisée », celle de la Révolution française et de la modernité politique. Cette dichotomie résume l’une des contradictions du discours sur l’Europe, forgée selon deux modalités sensiblement différentes, d’un côté l’approche « littéraire », cultivée, et de l’autre celle de la présence européenne humaine et matérielle au Mexique.

  • 39 J.P., 8 août 1880, n° 833, p. 3, « Las relaciones con Francia ».

104Cette image d’une France à la fois modèle historique et incarnation du progrès politique et social, parfaitement intégrée parle Juan Panadero, « fonctionne comme un phénomène indépendant, non impressionné par la ou les réalités de type historique » [Dumas], notamment celle de l’Intervention française dans les années 1860. Cet épisode douloureux des relations entre la France et le Mexique, s’il est parfois évoqué pour valoriser l’indépendance mexicaine, n’a pourtant pas d’effet modificateur sur l’image positive que véhicule la France. Au contraire, il semble même dans certains articles du Juan Panadero que le souvenir de cet événement ne fasse paradoxalement que renforcer la fraternité entre les deux peuples, tous deux victimes de « la folie mégalomane de “Napoléon le Petit” » et dont « les os gisent ensemble dans les fosses des champs de bataille39 ». Le sens du conflit franco-mexicain se voit donc ici totalement inversé, en transformant l’opposition entre les deux nations en une forme de solidarité entre les peuples sacrifiés par la folie des dirigeants.

105Au-delà de l’intérêt rhétorique que représente un tel procédé, une telle reconstitution du passé au service d’un discours plus favorable à la France a donc indirectement une portée politique contemporaine, dans un discours libéral et républicain. En effet, et c’est bien dans cette perspective qu’il faut lire ces références à la France et à son glorieux passé : le Juan Panadero est un journal libéral, dans lequel s’exprime une vision du monde et de la politique très attachée aux idéaux républicains émanant de la Révolution française. Les journalistes « panadériens » ont une culture littéraire et politique forgée par la lecture de théories européennes sur le progrès et la modernité politique.

  • 40 J.P., 7 avril 1878, n° 590, p. 2, « Barbaridades » et J.-P., 14 avril 1878, n° 592, p. 2, « Por úl (...)

106Le débat qui se fait jour en 1878 entre le Juan Panadero et ses collègues de la Unión mercantil40 sur la Révolution française illustre l’intérêt des journalistes pour l’histoire politique française : le Juan Panadero fustige ainsi l’ignorance de son adversaire, les inexactitudes historiques qu’il avance, en le priant d’étudier réellement l’histoire de la Révolution française. Le développement de cette dimension du « mythe » français républicain tend à faire de la France la mesure même de la civilisation, à laquelle s’efforce d’appartenir le Mexique porfirien en tâchant de « s’approprier le mythe, le faire sien, s’y confondre » [Dumas].

107Le parallèle constant établi avec l’histoire française dans les pratiques discursives dépasse donc largement tout phénomène de mimétisme, ou d’admiration sans nuance, pour atteindre un rapport plus complexe de jeux de regards, dans lequel le Mexique semble voir son propre reflet dans ce qu’il voit de l’Europe, tout en espérant de celle-ci le regard inverse qui viendra lui reconnaître son statut de « nation civilisée ».

« Les préjugés européens, moteurs du sentiment américain »41

  • 41 Frédéric Martinez, Le nationalisme…, op. cit.

108Dans ce jeu de regards entre l’Europe et le Mexique, le rôle des voyageurs mexicains pour l’Europe est essentiel, et pour cette raison occupe une place privilégiée dans l’économie générale du journal, qui leur consacre un grand nombre d’articles.

109La façon dont ces articles sont présentés dans le Juan Panadero nous renseigne à la fois sur la façon dont l’expérience de ces voyageurs vient enrichir le regard que portent les Mexicains sur l’Europe, dans quelle mesure ils sont eux aussi des vecteurs nationaux de l’européanisation, mais également, et surtout, sur l’importance accordée par les Mexicains au regard que porte sur eux l’Europe. Sont alors parfaitement perceptibles dans le journal les deux « objectifs » du voyage en Europe, résumés très clairement par Frédéric Martinez dans son étude sur la Colombie : « D’un côté, donc, la promotion nationale : défendre le rang, la place de la patrie sur l’échelle de la civilisation, face à un public européen qui n’est guère disposé à l’y voir. De l’autre, “l’observation civilisatrice” : la recherche de modèles applicables en Colombie [c’est parfaitement valable pour le Mexique] pour la faire avancer sur la voie de la civilisation » [Martinez : 277].

110Analysé en détail au travers de l’exemple colombien, le voyage des Latino-américains en Europe, et à Paris plus précisément, constitue un lieu commun de l’historiographie du xixe siècle, le voyage vers l’Europe restant une modalité essentielle de la construction des nations latino-américaines et de leur rapport à l’Europe.

111Sans entrer dans les détails de cette historiographie, précisons simplement que celle-ci s’élabore le plus souvent à partir des récits de voyages produits par ces Latino-Américains, récits qui restent finalement peu accessibles dans le Juan Panadero, qui n’en publie qu’un seul, sous la forme d’une chronique hebdomadaire d’une page entière, de 1897 à 1898. Ce carnet de voyage, organisé chaque semaine autour de grands thèmes tels que les beaux-arts à Paris, la mode, la littérature, etc., est l’œuvre d’un certain Antonio Ambroa, Mexicain installé dans la capitale française depuis laquelle il commente ce qu’il observe de la société parisienne. Nettement orienté autour de sujets plutôt littéraires et cultivés, ce récit de voyage est le seul de ce type qui ait été conservé dans les archives du Juan Panadero. Sans négliger l’importance de ce récit à la fois dans le discours sur l’Europe tel qu’il est mis en place dans le journal, ainsi que dans l’organisation générale de celui-ci, ce ne sont cependant pas ces articles qui nous intéressent ici en premier lieu, dans la mesure où ils ne sont publiés que durant deux ans, et restent donc relativement « exceptionnels ».

112Il semble plus instructif d’analyser la chronique régulière qui est faite durant toute la période des Mexicains partant pour l’Europe et de leur « prestation » auprès des sociétés du « Vieux monde », chronique présentée sous la forme d’articles souvent courts, au travers desquels il est possible de saisir la diversité des raisons motivant ces voyages et leur impact sur le rapport de l’ensemble de la société à l’Europe.

  • 42 El Litigante, 16 août 1883, n° 62. « El General Treviño ha partido para Europa : va comisionado po (...)
  • 43 La Gaceta Jalisciense, section « Gacetilla », 1er janvier 1886, n° 176 ou encore El Occidental, 5 (...)
  • 44 J.P., 17 juin 1888, n° 1671, p. 3, « Vida de artista ».
  • 45 La Religión y la Sociedad, section « Noticias nacionales y extranjeras », 23 octobre 1887.
  • 46 El Porvenir, 3 juillet 1910, n° 34, « Limantour estudiante y catedrático ». Voyage de Limantour en (...)

113Perçu par les Latino-américains comme ayant « une importance cruciale dans le processus de construction nationale » [Martinez : 276] en ce qu’il fait progresser le pays sur la voie de la civilisation, le voyage en Europe est l’occasion très souvent d’acquérir des savoirs considérés comme nécessaires au progrès national. Les journaux annoncent ainsi régulièrement le départ de Mexicains allant en Europe analyser les techniques militaires européennes42, perfectionner leurs connaissances scientifiques et médicales43, artistiques44, voire archéologiques45 ou tout simplement « pour la consolidation intellectuelle » en général46.

  • 47 El Occidental, s.d.

114Sont également évoqués les déplacements diplomatiques, autre modalité du voyage vers l’Europe47, lors desquels les Mexicains semblent se distinguer auprès des sociétés européennes.

115En effet et cela constitue en quelque sorte le cœur du voyage en Europe quand ces voyages ont pour but « une activité d’observation » visant à « participer au progrès national en reproduisant des modèles d’organisation déjà éprouvés dans les “nations avancées” » [Martinez : 324] et la pratique de relations diplomatiques ; la façon dont sont présentés ces articles témoigne nettement de l’importance accordée au regard que porte l’Europe sur ces voyageurs, représentants de leur nation à l’étranger.

  • 48 On peut également mentionner cet autre exemple : J.P., 10 mai 1877, n° 495, p. 3.

116L’un des exemples les plus significatifs de ce double intérêt du voyage en Europe reste celui de la participation des Mexicains aux divers congrès médicaux et scientifiques organisés en Europe, qui restent « une des modalités les plus recherchées d’acquisition d’un prestige intellectuel européen, sous le signe de la publicité patriotique » [Martinez : 305]. La présence de Mexicains dans les divers congrès scientifiques est de cette façon régulièrement rapportée48, valorisant de façon éclatante le Mexique en le montrant comme un pays moderne, à la fois avide d’apprendre en observant les modèles européens, et capable de les égaler dans la marche vers le progrès.

  • 49 J.P., 17 février 1884, n° 199, p. 4.

117Notons que cette volonté de diffuser une image progressiste et moderne du Mexique au travers de la collaboration scientifique, mais aussi des arts en général49, correspond à l’un des principaux objectifs de la politique porfirienne qui, à l’image de la politique menée par l’ensemble des pays latino-américains à la même époque, compte agir « sur l’opinion publique européenne et nord-américaine pour que l’image de [leur] pays s’accorde avec celle que l’on se fait des pays civilisés » [Lempérière, Lomné, Martinez, Rolland : 13].

118Cela étant, il semble que les pays européens aient parfaitement conscience de l’importance accordée par les Mexicains à leur opinion, comme en témoigne cette lettre du Français Ernest Burdel, ancien consul chargé des archives de la légation française au Mexique, au ministre des affaires étrangères, reproduite par Javier Pérez Siller dans l’ouvrage L’Amérique latine et les modèles européens :

« Les journaux français ont beaucoup de lecteurs au Mexique, ils y sont traduits et commentés, et le blâme, l’éloge qu’ils distribuent n’y sont point chose indifférente. Qu’un de nos écrivains, de nos savants, de nos économistes, écrive quelque lettre à un Mexicain distingué, il en résulte des manifestations dont l’éclat et la durée montrent tout le prix qu’on y attache » [Lempérière, Lomné, Martinez, Rolland : 315].

  • 50 J.P., 7 novembre 1886, n° 1483, p. 2, « La Marina ».

119En effet la presse locale reproduit à plusieurs reprises des articles de journaux étrangers dans lesquels il est fait l’éloge du peuple mexicain : on peut citer à titre d’exemple cet article publié en 1886 dans le Juan Panadero, qui reproduit un extrait de « l’un des meilleurs journaux qui soient publiés à Madrid » et dans lequel le journaliste espagnol fait l’éloge des diplomates mexicains venus en Espagne50.

120La volonté porfirienne de donner une certaine image du Mexique à l’étranger, et le fait que les Européens fassent l’éloge de ces mêmes Mexicains, sont donc l’expression d’intérêts politiques bien compris : les deux gouvernements, français et mexicain, œuvrent de cette façon pour rapprocher les deux populations dans une affection réciproque, dans le cadre de la reprise de relations diplomatiques destinées à refermer la blessure de l’Intervention. Cette dimension politique, voire stratégique des regards échangés entre la France et le Mexique se voit clairement exprimée dans la suite de la lettre d’Ernest Burdel, qui explique que « des articles bienveillants pour le Mexique et pour son chef publiés de temps à autre dans nos journaux importants de Paris produiraient ici [au Mexique] le meilleur effet », et affirme son désir de « voir le Mexique entouré par nous, pour ainsi dire d’une atmosphère dont la douceur pénétrante ferait plus pour effacer les dernières inimitiés que n’a fait la violence de l’Intervention pour les créer » [Lempérière, Lomné, Martinez, Rolland : 315].

121Le voyage en Europe véhicule donc avant tout le besoin de se faire reconnaître comme appartenant au monde des « nations civilisées », modernes et progressistes, dont le regard est nécessaire pour valider ce degré de modernité, évalué à l’aune de l’Europe.

Entre représentation internationale et conscience de soi : l’Exposition universelle

122Vitrines technologiques, industrielles et plus largement culturelles des nations y participant, les Expositions universelles sont l’occasion pour les pays latino-américains de se montrer aux yeux du monde occidental comme des peuples modernes et industrialisés, en marche vers le progrès au même titre que les pays-phares de la Révolution industrielle.

123Par ailleurs, en tant que « lieux privilégiés d’observation des produits de la civilisation moderne, les Expositions universelles recueillent bien évidemment l’enthousiasme des voyageurs » [Martinez : 314], et constituent en ce sens une parfaite illustration de ces deux « objectifs » du voyage en Europe, l’observation des nations dites « avancées » et la représentation du Mexique à l’étranger. Pour cette raison, « les témoignages de visite d’Exposition sont nombreux dans les récits de voyages et les correspondances de journaux » [Martinez : 314], comme en témoigne le Juan Panadero qui consacre lui-même un grand nombre d’articles à cette question.

  • 51 Alors que le Mexique participe également à d’autres Expositions universelles durant le Porfiriat, (...)

124Précisons dès à présent que les seules Expositions universelles évoquées dans ce journal sont celles qui se déroulent à Paris51 en 1878, 1889 et 1900.

  • 52 J.P., 18 avril 1878, n° 593, p. 2, « México en la Exposición ».
  • 53 J.P., 21 avril 1878, n° 594, p. 3, « Paris ».

125Les Expositions universelles de 1889 et 1900 suscitent déjà un certain nombre d’articles l’année qui les précède, ce qui montre l’intérêt que portent les journalistes à cette manifestation. L’Exposition de 1878, quant à elle, intéresse surtout en ce que la participation du Mexique y semble incertaine : annoncée le 18 avril 187852, elle est officiellement démentie la semaine suivante53 pour des raisons diplomatiques.

126Ce n’est donc qu’à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 que la presse s’empare réellement de l’événement, en lui accordant une place de choix dans ses colonnes : dès 1888 est officiellement annoncée la participation du Mexique, dans un article qui résume à lui seul l’importance accordée par les Mexicains à cet événement : le journaliste critique ici le fait que la commission chargée

  • 54 J.P., 4 août 1889, n° 2050, p. 2, « Honor a México ».

« d’encourager les agriculteurs, les industriels et les commerçants, afin qu’ils présentent à Paris tout ce qui puisse donner à connaître l’état d’avancée atteint par notre Patrie dans le petit laps de temps durant lequel elle a été en paix » ne fasse pas réellement son travail et « n’ait développé aucune activité », alors que « si dans quelque coin du monde il importe de donner à connaître notre avancée dans le domaine scientifique et dans les arts, c’est bien en Europe. Parce que non seulement la France connaîtra ainsi notre pays, mais également des milliers d’étrangers qui viendront dans la capitale française, avides de voir la multitude de merveilles que présenteront sans aucun doute les nations des deux continents. Notre exposition à Paris requiert beaucoup de travail et notre gouvernement doit fournir tous les efforts possibles, pour qu’elle soit digne et splendide : en mettant le Mexique à la hauteur des autres nations, il en gagnera l’estime, l’immigration sera triplée54 […] ».

127Malheureusement incomplet, cet article nous indique cependant en quelques lignes toute la portée accordée à l’Exposition universelle : est exprimé très clairement ici à la fois ce désir déjà évoqué de gagner la reconnaissance des pays européens, mais également l’intérêt plus pragmatique d’une telle reconnaissance, à savoir le fait que celle-ci permettrait d’encourager l’immigration européenne au Mexique. Sans revenir sur les raisons politiques et économiques de cette politique migratoire porfirienne, notons simplement que le journaliste a ici bien conscience de tous les enjeux que représente pour l’ensemble du pays la participation du Mexique à l’Exposition universelle.

  • 55 J.P., 26 février 1888, n° 1619, p. 2.

128La préparation, dès 1888, de l’Exposition universelle de Paris est donc l’occasion de projeter l’image que le Mexique compte donner de lui-même, et surtout de critiquer le gouvernement qui semble se désintéresser de la question. Déjà perceptible dans cet article, les griefs contre les dirigeants mexicains se font plus vifs encore dans cet autre article publié la même année, dans lequel le journaliste déplore le fait que, alors que « la majorité des nations américaines se pressent avec enthousiasme pour participer dignement à la future exposition des créations de l’intelligence humaine », le gouvernement mexicain « fasse peu de cas de l’invitation dont nous a honorés le gouvernement de la République européenne ». La principale inquiétude étant donc que « la France, qui est l’une des nations les plus avancées dans les sciences et les arts, qui est celle qui sympathise le plus avec notre Patrie, par les habitudes, l’origine et la forme du gouvernement, va croire que nous sommes toujours dans un état de barbarie, digne seulement des habitants d’Afrique »55. La préoccupation du journaliste est ici très claire, il s’agit de se montrer lors de cette Exposition comme étant pleinement intégrés à la « civilisation », préoccupation qui peut servir d’éclairage à la lecture des articles consacrés à l’événement, et explique également leur importance quantitative.

  • 56 J.P., 3 mars 1878, n° 580, p. 3, « Para Europa ».

129Certes l’Exposition universelle intéresse également d’un point de vue que l’on peut qualifier de « touristique », comme en témoignent ces articles évoquant le départ de Mexicains pour Paris56, mais la principale préoccupation reste incontestablement la façon dont les Mexicains peuvent y valoriser leur pays, et les travaux entrepris dans ce but.

130Après une préparation suivie de très près par la presse, l’Exposition universelle de 1889 fait, dès son inauguration, l’objet d’un traitement hebdomadaire conséquent dans le Juan Panadero, qui lui consacre une chronique entière en quatre chapitres, publiés du 11 juillet 1889 au 6 octobre de la même année sous le titre : « La Exposición universal en París ».

  • 57 J.P., 11 juillet 1889, n° 2043, p. 2.

131Organisée en fonction des principales attractions de l’exposition (depuis le Palais des Beaux Arts, à celui des industries, en passant par la Tour Eiffel construite à cette occasion), cette chronique est l’œuvre d’un certain Mariano Coronado, « envoyé spécial » tapatío à Paris, et travaillant pour le journal local « La República Literaria ». Sa collaboration au Juan Panadero est annoncée dans un article du 11 juillet 1889, qui explique que « notre distingué compatriote Don Mariano Coronado, résidant maintenant dans la capitale française, a commencé à envoyer des chroniques du grand Concours au journal de cette ville “La República Literaria” […]. Le Juan Panadero informe alors ses lecteurs qu’il compte reproduire ses chroniques « au fur et à mesure que les publiera le journal qui en bénéficie directement57. »

  • 58 J.P., 11 juillet 1889, n° 2043, p. 2.

132Sans entrer dans le détail des informations délivrées par ces chroniques, qui restent très descriptives, précisons que la façon dont celles-ci sont présentées témoigne d’une incontestable modernisation du travail journalistique. La transmission de l’information se fait ici par le biais d’un correspondant envoyé directement en Europe, procédé qui se généralise à la fin du xixe siècle grâce au développement des voyages, et sur un ton résolument « moderne » en ce qu’il tente de créer une proximité entre l’événement décrit et le lecteur sur un mode assez proche de celui de l’outil audiovisuel. Mariano Coronado ouvre ainsi sa première chronique sur ces mots : « J’écris ces lignes au milieu même de l’Exposition, entre le tapage confus des visiteurs, le bruit strident des machines en mouvement, le claquement des bouteilles qu’on débouche dans les restaurants voisins et un effroyable tohu-bohu composé de tous les bruits possibles et imaginables58. »

133Il est donné au lecteur de « vivre » l’Exposition universelle au travers de la presse, et d’en partager tout l’enthousiasme, la portée modernisatrice, ainsi que l’orgueil patriotique que suscite cette participation du Mexique aux côtés des nations européennes. La presse n’a de cesse de valoriser non seulement les bonnes prestations du Mexique lors de cet événement, mais plus encore le fait que celles-ci soient reconnues par les pays européens, dont l’éloge est alors la principale source de fierté nationale.

Notes

1 Souvent négligée, cette mesure oblige par exemple le gouverneur du Jalisco, au nom de la « Cancillería », à rappeler lui-même à l’ordre les notaires de la ville, comme dans cette circulaire rédigée le 20 juillet 1877, illustration de l’importance qu’attache le gouvernement porfirien au suivi de l’immigration dans le pays. AHJ. G-8-877.

2 J.P., section « Editorial », 29 septembre 1899, n° 3357, p. 1.

3 J.P., 9 avril 1885, n° 1318, p. 4.

4 AHJ, G-8-886. « Extranjeros residentes en esta ciudad solicitan conservar su nacionalidad conforme a la ley ».

5 J.P., 1er janvier 1886, p. 3, « Interesante a los españoles. Consulado de España en Guadalajara ».

6 La Gaceta Jalisciense, 2 mai 1886, n° 191.

7 J.P., novembre 1899, n° 3372, p. 2.

8 Au cœur du système politique mexicain, le Congreso de la Unión regroupe dans chaque État la Chambre des sénateurs et la Chambre des députés.

9 La Bohemia Jalisciense, ou La Alianza Literaria, deux des associations littéraires les plus prestigieuses de la ville.

10 Parmi de très nombreux exemples, on peut citer celui-ci : Juan Panadero, section « Variedades », s.d. [1890], n° 2210, p. 2, « Religion » (poème de Victor Hugo).

11 J.P., Editorial, 22 mai 1885, n° 1332, p. 1.

12 J.P., s.d. [1898], p. 1, « Una predicción de Julio Verne ».

13 J.P., section « Variedades », 30 décembre 1877, n° 562, p. 3, « Un beso de Byron ».

14 J.P., 29 novembre 1877, n° 553, p. 4.

15 J.P., 18 juillet 1889, n° 2045, p. 3.

16 J.P., s.d. [1887], p. 2.

17 Rappelons que la plupart des journalistes étaient d’origine modeste, et que leurs activités dans la presse ne leur assuraient certainement pas un rang social plus élevé. Ce titre de « Juan Panadero » se veut d’ailleurs l’expression d’un rattachement, d’une identification aux classes populaires.

18 J.P., 29 août 1889, n° 2058, p. 3, « Tenemos fiesta ». Fête organisée en l’honneur du général Corona.

19 El Porvenir, 6 mars 1910, n° 25.

20 La raison d’une telle absence de source, durant une année pour laquelle on possède pourtant des documents, reste assez mystérieuse, l’opposition du Juan Panadero à la politique porfirienne ne pouvant à elle seule expliquer un tel silence.

21 J.P., 26 septembre 1889, n° 2066, p. 2, « Banquete ».

22 J.P., s.d. [1899], p. 3, « De fiesta ».

23 J.P., 26 septembre… Idem.

24 J.P., 18 juillet 1886, n° 1451, p. 2, « El 14 de julio en Guadalajara ».

25 J.P., s.d. [1887], p. 2.

26 J.P., 11 juillet 1889, n° 2043, p. 3, « 14 de julio ».

27 J.P.

28 J.P., Editorial, 14 juillet 1889, n° 2044, p. 1, « 14 de Julio ».

29 J.P., 8 février 1877, n° 469, p. 1.

30 J.P., 11 février 1877, n° 470, p. 3.

31 J.P., Editorial, s.d. [1898], p. 1.

32 J.P., 7 avril 1878, n° 590, p. 2, « Barbaridades ».

33 J.P., 5 mars 1899, n° 3387, p. 1, « Algo sobre las monarquías ».

34 On peut citer cet article dans lequel il est fait référence à la puissance de l’opinion publique, capable de renverser les tyrans : J.-P., s.d. [1885], p. 2.

35 J.P., s.d. [1904], p. 2.

36 Parmi les divers ouvrages qui traitent de la question, on retiendra celui-ci : Denis Rolland, La crise du modèle français : Marianne et l’Amérique latine : culture, politique et identité. PUR, 2000.

37 J.P., 5 février 1885, n° 1300, p. 1.

38 J.P., 3 octobre 1880, n° 849, p. 1.

39 J.P., 8 août 1880, n° 833, p. 3, « Las relaciones con Francia ».

40 J.P., 7 avril 1878, n° 590, p. 2, « Barbaridades » et J.-P., 14 avril 1878, n° 592, p. 2, « Por última vez al Pabellón ».

41 Frédéric Martinez, Le nationalisme…, op. cit.

42 El Litigante, 16 août 1883, n° 62. « El General Treviño ha partido para Europa : va comisionado por el Gobierno para estudiar la organización militar prusiana », ou encore J.- P., 2 mars 1884, n° 1203, p. 4.

43 La Gaceta Jalisciense, section « Gacetilla », 1er janvier 1886, n° 176 ou encore El Occidental, 5 décembre 1886, n° 34.

44 J.P., 17 juin 1888, n° 1671, p. 3, « Vida de artista ».

45 La Religión y la Sociedad, section « Noticias nacionales y extranjeras », 23 octobre 1887.

46 El Porvenir, 3 juillet 1910, n° 34, « Limantour estudiante y catedrático ». Voyage de Limantour en Europe, « para la definitiva consolidación de su intelectualidad ».

47 El Occidental, s.d.

48 On peut également mentionner cet autre exemple : J.P., 10 mai 1877, n° 495, p. 3.

49 J.P., 17 février 1884, n° 199, p. 4.

50 J.P., 7 novembre 1886, n° 1483, p. 2, « La Marina ».

51 Alors que le Mexique participe également à d’autres Expositions universelles durant le Porfiriat, comme celle organisée à la Nouvelle-Orléans en 1884.

52 J.P., 18 avril 1878, n° 593, p. 2, « México en la Exposición ».

53 J.P., 21 avril 1878, n° 594, p. 3, « Paris ».

54 J.P., 4 août 1889, n° 2050, p. 2, « Honor a México ».

55 J.P., 26 février 1888, n° 1619, p. 2.

56 J.P., 3 mars 1878, n° 580, p. 3, « Para Europa ».

57 J.P., 11 juillet 1889, n° 2043, p. 2.

58 J.P., 11 juillet 1889, n° 2043, p. 2.

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540