Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Nouveaux défis et perspectives économiques

Chapitre 9. Argentine : fragilité de l'accumulation et options de la régulation

Egidio Luis Miotti

Texte intégral

1La décomposition du mode de développement en vigueur jusqu'en 1975 a ouvert une période d'instabilité croissante - au moins jusqu'en 1991 -caractérisée toutefois par l'émergence d'un certain nombre de tendances lourdes : flexibilité du marché de travail, rupture des rapports entre sections productives, désengagement de l'État et rôle accru des profits en tant que déterminant des investissements. Or ces bouleversements dans les mécanismes de la régulation et les changements structurels dont on a fait état dans les articles précédents seront ici intégrés dans une analyse plus générale en termes de régime de croissance. Le but en est de discerner les ruptures par rapport au régime d'accumulation antérieur et de dégager quelques éléments prospectifs.

2Plus précisément, les questions auxquelles on va essayer de répondre sont : Est-ce qu'un nouveau mode de développement est en train de s'Imposer ? Si oui, quelles sont les caractéristiques dynamiques de ce régime de croissance ?

3Cette démarche a l'avantage de permettre l'étude des conséquences possibles à moyen terme des bouleversements sur le plan de l'accumulation, du partage des revenus et de l'emploi. Elle présente cependant le désavantage de perdre de vue l'analyse des enchaînements conjoncturels. Pourtant, elle peut permettre le cadrage de ces enchaînements car la conjoncture va trouver son explication au sein des tendances lourdes en pleine émergence, en voie de consolidation ou de disparition. De même, cette démarche nous permettra d'analyser le degré de cohérence ou adéquation entre d'une part, les hypothèses et résultats délivrés par une étude formalisée en termes de mode de développement et, d'autre part, l'évolution historique constatée. A l'aide d'une maquette intégrant des relations fonctionnelles supposées cerner les changements dans le mode de régulation global, on essaiera de trouver une explication du fonctionnement du système.

4A partir des enseignements déduits des simulations, on construira différents scénarios pour examiner l'éventualité d'une croissance stable à moyen terme, compte tenu des tendances actuelles en matière de régulation et du poids de la contrainte extérieure. Ainsi, la tendance à l'approfondissement des orientations libérales (variante la plus vraisemblable) et une hypothèse qui fait de la ré-industrialisation de l'économie l'axe central d'une nouvelle stratégie constitueront les fondements de notre analyse prospective. Dès lors, il sera question d'analyser les conditions de viabilité des différents scénarios à partir de l'étude des hypothèses initiales et les conditions de stabilité tant d'un point de vue statique que dynamique.

UNE MAQUETTE DE L'ACCUMULATION

5A partir des mécanismes induits par les changements dans la régulation et des inerties résultant du maintien de certains processus de la régulation antérieure, on a construit une maquette pour essayer d'analyser le comportement dynamique du régime d'accumulation. Ainsi, compte tenu d'une flexibilité accrue des salaires, des modifications observées dans les déterminants de la fonction d'investissements ainsi que dans la relation productivité-croissance, la maquette à estimer est composée des équations suivantes :

6Où,

7Π : productivité du travail

8Qi : production industrielle

9S1 :industries de moyens de production

10FBME : investissements en machines et équipements

11Qε : production totale

12PROF : part des profits dans la Valeur Ajoutée

13S2 :industries de biens de consommation

14DUR : industries de biens durables de consommation

15CONS : consommation globale

16N : emploi industriel

17W : salaire réel dans l'industrie

18CND : industries de biens non durables de consommation

19Xag : exportation agricoles

20Les variables expriment des variations annuelles en pourcentage. L'équation (1) décrit l'évolution de la productivité en fonction de la mobilisation des rendements d'échelle croissants. Dans ce sens on reprend les intuitions kaldoriennes en matière de croissance endogène du progrès technique.

21La croissance de la production industrielle (2) est une moyenne pondérée des croissances des industries appartenant aux sections 1 et 2. Il s'agit donc d'une équation de type comptable.

22La croissance de la production de biens de capital (3) est une fonction de la dynamique des investissements en machines et équipements.

  • 1 Voir notre thèse Accumulation, régulation et crises en Argentine. Thèse de Doctorat. Université de (...)

23Les investissements (4) dépendent de la dynamique global et de l'évolution de la part des profits dans la valeur ajoutée. On reprend ici les enseignements tirés d'un modèle estimé pour la période 1973-19891.

24Compte tenu du poids et de l'importance de l'industrie dans l'accumulation et de la spécialisation internationale de l'économie argentine, la dynamique de la production globale (5) est une fonction de la croissance industrielle et des exportations agricoles.

  • 2 Il faut rappeler que pendant la période d'accumulation intensive (1955-1975), la faible dynamique (...)

25Par conséquence, tout en gardant les hypothèses kaldoriennes en ce qui concerne le rôle de l'industrie dans la croissance, on a ajouté un terme représentatif de la spécialisation citée, qui peut exprimer autant une limitation2 qu'un facteur d'accélération de la dynamique globale.

26La part des profits dans la valeur ajoutée (6) est déterminée de manière approximative par la différence entre la croissance du taux de salaire et celle de la productivité.

27La croissance de la production de biens de consommation (7) s'exprime comme une moyenne pondérée de la croissance de la production de biens durables et non durables de consommation.

28La production de biens durables de consommation (8) dépend de la dynamique de la consommation globale. Ceci exprime la diffusion de ces biens dans la norme de consommation des salariés (ou tout ou moins à certaines couches), compte tenu des variations de la consommation globale (9) qui sont déterminées par celles de la masse salariale.

29Les variations de l'emploi (10) sont la résultante d'une fonction comptable qui prend en compte la croissance industrielle, déduction faite des gains de productivité de moyen terme. Enfin, la formation de salaires (11) est le résultat de la combinaison d'une clause de partage des gains de productivité ainsi que d'un terme qui exprime la pression exercée par le marché du travail sur les augmentations du taux de salaire, terme qui incorpore d'une manière approximative le phénomène de la flexibilité salariale. En outre, l'on suppose exogènes les dynamiques des exportations agricoles (et donc dépendantes de la demande mondiale et de facteurs d'offre) et la consommation de biens non durables (pour éviter d'alourdir la maquette sans pour autant réussir à ajouterdes enseignements significatifs).

LES ENSEIGNEMENTS DU MODELE

30Les estimations sur l'ensemble de la période 1975-1987 sont de bonne qualité et retracent bien l'évolution des variables en question (voir schéma N° 2). Cependant, les résultats doivent être pris avec beaucoup de précaution car ils cachent en effet des évolutions fort contrastées, surtout en ce qui concerne la dynamique des investissements dont l'évolution se trouve lissée.

31Cependant, puisque il ne s'agit pas ici de reproduire la conjoncture sinon de comprendre l'évolution macro-économique à moyen terme, ces bouleversements à court terme ne sont pas trop gênants pour notre analyse.

  • 3 Ceci est d'autant plus évident que la nouvelle législation concernant le travail (rémunération, co (...)

32Lors de la résolution du modèle on peut constater une certaine instabilité des paramètres, lorsque on affine l'estimation de l'équation de salaires. En particulier, l'inclusion ou l'exclusion de variables binaires pour les années 1983 et/ou 1984 (fortes hausses de salaires en raison de la pression des syndicats), ou en 1985 (gel des augmentations lors de l'application du Plan Austral) entraînent des modifications sensibles des résultats. Ceci montre bien l'importance des enjeux qui sont derrière la formation de salaires, et révèlent en quelque sorte la recherche d'un nouveau rapport salarial encore non trouvé3.

  • 4 Voir chapitre 4 de notre thèse pour une discussion sur la formation de salaires et pour une analys (...)

33On a donc décidé d'utiliser l'équation la plus pure possible, en y incluant des variables dummy seulement dans le cas des forts gels de salaires qui ont été décidés par les autorités économiques pour les années 1976 et 19774.

34Les résultats de l'estimation du modèle ainsi que l'estimation des équations réduites permettent de conclure à une instabilité du régime d'accumulation :

  1. - le taux de croissance de la production industrielle est négatif, et celle de l'économie faiblement positif, effet de la forte poussée des exportations agricoles.
  2. - les mécanismes agissant sur la productivité et sur la croissance industrielle font que l'emploi dans l'industrie chute en permanence.
  3. - compte tenu de la faiblesse des augmentations du taux de salaire, il y a une tendance au déséquilibre permanent en ce qui concerne le partage du revenu : le résultat en est une augmentation importante de la part des profits dans la valeur ajoutée.

35En outre, les résultats économétriques confirment les évolutions constatées en ce qui concerne les changements opérés dans la structure industrielle : la production de la section 1 (moyens de production) baisse, tandis que la section 2 a une dynamique positive (quoique faible) ce qui montre bien la rupture des rapports entre sections productives qui caractérisaient le mode de développement antérieur (1955-1975).

36On sait que ces évolutions sont allées de pair avec le développement des tendances au désengagement de l'État et à l'affaiblissement des interventions de type keynésien, apparues en 1976.

37Cependant, compte tenu des inerties du mode de régulation antérieur, ces tendances opèrent dans un schéma hybride qui conjugue des comportements et des mécanismes anciens, avec l'émergence - mais pas pour autant la prédominance absolue - des relations de marché (surtout en ce qui concerne l'accumulation et le rapport salarial).

38La simulation est réalisée en considérant que les autres variables de l'environnement économique restent celles de la fin des années quatre-vingt. Cette esquisse correspond donc, à la situation de l'économie argentine au début des années quatre-vingt-dix.

39C'est pourquoi elle met l'accent, sur le maintien de certaines tendances lourdes en matière d'insertion internationale, de la structure industrielle et du rapport salarial, de même que des déterminants des investissements.

40D'un point de vue économétrique cela se traduit par la conservation des paramètres clef et des relations fondamentales vérifiées dans la période 1976/87.

41Or, pour rétablir la croissance, sans arriver pourtant à réussir la stabilité du régime d'accumulation, il est nécessaire qu'un certain nombre de mécanismes et de dynamiques exogènes soient assurés :

  1. Le marché mondial doit être largement réceptif en matière d'importation de commodities tout en assurant une forte progression des exportations agricoles. Des tendances à l'oeuvre il ressort qu'une insertion internationale tout à fait passive et par conséquent une faible - voire nulle - recherche d'avantages dynamiques apparaît comme probable.
  2. Un certain dynamisme des investissements publics doit être mis en place pour entraîner les investissements privés, lorsque ceux-ci ont une faible vigueur. Cet attentisme des investissements privés est la conséquence de la persistance d'un effet accélérateur qui modère leur dynamique lorsque la demande globale demeure stagnante5.
  3. Un affaiblissement des tendances à la hausse exogène de la productivité s'avère nécessaire pour permettre une certaine progression de l'emploi et avec celle-ci une augmentation de salaires pour contrecarrer ou tempérer les effets négatifs d'une majeure flexibilité du marché du travail sur le partage des revenus.

42Il s'agit vraisemblablement d'un modèle dont la dynamique de l'accumulation est largement dépendante de la demande autonome, telle que les dépenses publiques (investissements) et les débouchés sur le marché mondial (exportations agricoles).

43Les résultats des simulations reproduisent d'une manière assez proche les tendances actuelles :

44pertes d'emploi dans l'industrie,

45croissance nulle ou négative de l'industrie, avec une dynamique inégale en ce qui concerne les sections productives, faible croissance de l'accumulation, partage des revenus nettement défavorable aux salariés.

46La faiblesse de l'accumulation découle de sa propre fragilité dynamique :

  1. Tout choc technologique exogène est déstabilisateur puisqu'il affaiblit durablement la demande de travail.
  2. Un ralentissement durable du marché de commodities est déstabilisateur. Ainsi par exemple, l'éventualité d'une “guerre commerciale” entre les grands producteurs agricoles (États-Unis-Communauté Économique Européenne) ainsi que le maintien des mesures protectionnistes et des mécanismes de subventions agricoles auraient un effet déstabilisateur sur l'accumulation, dans le sens qu'ils ralentiraient fortement la croissance globale, en approfondissant ainsi la désindustrialisation.
  3. Une extrême modération budgétaire peut encore déstabiliser la croissance, car la demande autonome serait stagnante. Dans ce sens, le fort poids de la contrainte financière extérieure est fortement déstabilisateur puisqu'il pèse sur les possibilités de soutien d'un programme de relance à partir des dépenses publiques. De même, toute politique visant la surévaluation de la monnaie dans un cadre de transfert financier net négatif peut entraîner des tensions fortement inflationnistes (voire des dérapages hyperinflationnistes).
  4. La persistance d'une formation de salaires plus concurrentielle que par le passé, risque de déstabiliser le partage des revenus aux dépens des salariés. Ceci peut entraîner le déséquilibre dynamique du système par manque de débouchés et enfoncer davantage l'accumulation.

47Du phénomène antérieur il risque de découler une perte de cohésion sociale lors d'une stagnation durable de la masse salariale (emploi et salaires réels).

48D'un point de vue dynamique on peut envisager un processus dépressif caractérisé par une faible croissance entraînant une remise en cause du partage des revenus et donc poussant vers une précarisation encore majeure du rapport salarial. Compte tenu des inerties concernant les investissements (la dépendance encore importante de l'effet accélérateur), ceux-ci pourraient être réduits à des niveaux beaucoup plus faibles, à la suite de l'atonie de la consommation. Cette diminution additionnelle de la demande peut enfoncer davantage la croissance globale et donc réduire ainsi les possibilités déjà minces en ce qui concerne la progression de l'emploi. Le bouclage entre emploi et salaires peut enfin, diminuer encore plus les possibilités de croissance industrielle.

  • 6 Ceci repose sur l'idée selon laquelle “les profils d'aujourd'hui sont les investissements de demai (...)

49Deux conclusions peuvent en être déduites. Premièrement, il s'agit d'un modèle dont le régime d'accumulation n'arrive pas à se stabiliser d'une manière endogène et ceci sans pour autant ajouter des contraintes majeures découlant de l'endettement extérieur. C'est sa propre dynamique, émanant des relations fonctionnelles et résultant des mécanismes de la régulation, qui ne permet pas un redressement durable de la croissance et de l'emploi tout en induisant un partage des revenus favorable au capital. Deuxièmement, à partir de l'extrême faiblesse des possibilités de croissance stable résultant des tendances à l'œuvre, le glissement vers une version beaucoup plus "fondamentaliste" apparaîtrait comme une suite logique : la faiblesse de l'accumulation pourrait être écartée au moyen d'une augmentation de la flexibilité du marché du travail et de la modification des déterminants de l'investissement aux dépens des effets keynésiens6.

LES SCÉNARIOS : UNE ESQUISSE DES POSSIBILITÉS DE LA RÉGULATION

50Il est donc temps de mener une réflexion prospective permettant de dépasser l'analyse en termes historiques.

51Sans négliger les limites qu'une réflexion de ce type comporte en tant que schéma réducteur de la réalité, il convient de confronter les options sur l'avenir dans le cadre de cohérence de notre modèle. Cet exercice sera conduit par le truchement de scénarios qui auront pour objet d'illustrer le choix des options possibles et de chiffrer la consistance des différentes politiques.

  • 7 Le tableau N° 2 présente également les traits marquants du régime de crise en vigueur à présent.

52Les débats sur la gestion et les stratégies de dépassement des déséquilibres actuels nous conduisent à envisager deux scénarios « polaires » différents : Un scénario libéral-fondamentaliste, et un scénario industrialiste. Les caractéristiques de ces deux scénarios, qui sont présentées d'une manière synthétique dans le tableau N° 27, sont développées par la suite.

Le scénario libéral-fondamentaliste

53Ce scénario peut être qualifié de fondamentaliste en ce qu'il suppose une “victoire” des principes libéraux de régulation des rapports marchands, complétée par une réduction structurelle et massive des interventions de l'État, y compris un fort processus de privatisation et donc de perte absolue de la présence de l'État dans la sphère productive. Ainsi, le caractère hybride de la situation actuelle (reproduite par le modèle) est délaissé au profit d'un schéma classique plus pur.

54Ce scénario a été évalué en suivant deux démarches : la première en modifiant radicalement les paramètres associés à l'accumulation pour rendre positif l'ensemble de résultats ; compte tenu des valeurs qu'on peut qualifier de peu réalistes, une deuxième démarche est envisagée, consistant en l'exploration d'un ensemble de valeurs des paramètres plus vraisemblable.

55Les analyses quantitatives montrent bien que la disparition absolue de l'effet accélérateur parmi les déterminants de l'investissement et un marché du travail résolument concurrentiel permettent le retour à la croissance – voire même à une très forte croissance. Toutefois, pour atteindre ce résultat il faut que l'élasticité des investissements aux variations de la part des profits soit très élevée, d'environ 3 ou 4 (des valeurs des paramètres tout à fait invraisemblables !), et que la formation des salaires n'inclut aucune clause de partage des gains de productivité.

56Contrairement aux tendances actuelles caractérisées par le fait que la structure industrielle montre un déséquilibre manifeste au détriment de la section 1, la croissance dans ce scénario est fondée sur le développement de cette section.

57Un choix de paramètres plus vraisemblable en ce qui concerne les investissements (élasticité unitaire par rapport aux variations de la part des profits dans la valeur ajoutée) montre bien les limites sur lesquelles bute une stratégie du tout marché :

  1. il n'y a pas de redressement de l'emploi et tout relèvement exogène de la productivité ne fait qu'aggraver les tendances en madère de chômage et de partage des revenus.
  2. Une diminution des investissements publics engendre des chutes supplémentaires de l'emploi. En outre, toute diminution autonome des investissements aggrave les tendances dépressives de l'emploi et se traduit par une chute de la production de biens de consommation durable, et à terme, par un ralentissement de la production industrielle dans son ensemble.
  3. La présence de salaires purement concurrentiels et l'éclatement des formes collectives de négociation salariale font que le régime d'accumulation soit instable : la forte croissance de la part des profits, qui conduit d'abord à une expansion très rapide peut déboucher ensuite sur une dépression cumulative, sans résolution de la crise structurelle.
  4. En outre, un ensemble de problèmes sociaux découlant des incompatibilités potentielles et réelles en matière du partage des revenus, particulièrement défavorable aux travailleurs, peut bousculer le système politique et social.
  • 8 Il est intéressant de signaler que ces incohérences empiriquement constatées ici ont été repérées (...)

58Paradoxalement, on constate que pour pouvoir maintenir la viabilité du scénario fondamentaliste il faut l'intervention de l'État d'une manière forte et soutenue pour arriver à accroître l'emploi (résultat tout à fait contradictoire avec l'hypothèse du départ8). En même temps, aucune augmentation autonome de la productivité (innovation) devrait se produire. Or cette intervention bute encore une fois sur la nécessité d'assurer le transfert financier à l'extérieur et sur la dépendance étroite du régime vis-à-vis des exportations pour assurer au moins la disponibilité de devises.

59D'un point de vue dynamique, on peut envisager que le choix en matière de politique économique débouche sur le cheminement suivant :

  1. la diminution des investissements publics débouche sur une chute majeure de l'emploi et des salaires réels.
  2. la chute de la masse salariale entraîne une diminution de la consommation et par conséquent une récession industrielle.
  3. comme conséquence de ces mécanismes, les entreprises réussissent à relever l'élasticité des salaires par rapport à un taux de chômage élevé, donnant lieu à une formation de plus en plus concurrentielle des salaires.
  4. ceci entraîne enfin, un processus cumulatif à la baisse de la production industrielle.

60Les limites endogènes sur lesquelles bute le scénario « fondamentaliste » (même relativisé par une puissante intervention de l'État) nous amènent à étudier un scénario alternatif, celui qu'on a appelé « industrialiste ».

Le scénario industrialiste

61A l'instar du scénario précédent on suppose une modification structurelle des paramètres de l'accumulation. Les modifications envisagées portent dans ce cas sur les tendances autonomes des dynamiques industrielles, ce qui permet d'inscrire ce scénario dans le cadre du modèle d'origine. Il ne s'agit donc pas d'une modification volontariste des relations fondamentales issues des évolutions constatées pendant la période 1976/1989. Dès lors, on va supposer invariants les déterminants de l'accumulation.

62Ainsi, les hypothèses de base sont les suivantes :

  1. Un processus de ré-industrialisation au niveau de la section 1, exprimant donc la tentative de retrouver une certaine articulation entre sections. Cela suppose, en effet, la mise en place d'une politique industrielle explicite.
  2. Le maintien d'une certaine flexibilité du marché du travail, évitant que celle-ci prenne une ampleur suffisante pour déstabiliser le partage du revenu et permette un basculement vers l'augmentation de la part des profits dans la valeur ajoutée
  3. Un certain partage des fruits du progrès technique tout en évitant une surindexation du taux de salaire qui puisse à terme étrangler les profits
  • 9 Dans la simulation quantitative réalisée et toutes choses égales par ailleurs, la valeur limite po (...)

63Au-delà des limites imposées par la flexibilité du marché du travail et le partage des gains de productivité, la valeur autonome de ceux-ci ne doit pas être extrêmement forte9 car cela aboutirait à stopper la progression de l'emploi. Toutefois, il faut remarquer que la hausse de la productivité (autonome et endogène) s'avère favorable à l'accumulation et à la croissance, en opposition aux résultats des simulations sur les hypothèses fondatrices du scénario précédent.

  • 10 Ceci doit prendre en compte, bien sûr, les tendances du commerce mondial (sujet qui, par son ample (...)

64Une diminution forte et soutenue de la demande autonome (par exemple une baisse importante des dépenses de l'État) peut entraver l'expansion industrielle et la progression de l'emploi en contrecarrant ainsi l'amorce d'un cercle vertueux d'expansion. Enfin, une chute des exportations ne deviendrait gênante pour la croissance globale que dans la mesure où les efforts d'assainissement des déséquilibres externes pouvaient déboucher sur un ralentissement important de la croissance. Il faut tenir compte du fait qu'une croissance soutenue de la productivité (autonome et induite) peut engendrer des débouchés externes pour des produits industriels et déplacer à terme le secteur agricole en tant qu'élément dynamisant de la croissance globale10 et comme fournisseur exclusif de devises.

65Les résultats des simulations montrent que la mise en place d'une politique industrielle visant la reconstitution de la section 1 - tout en respectant certaines limites pour le partage des revenus - aurait des effets stabilisateurs sur l'accumulation assurant par conséquent la progression de l'emploi, de la production industrielle et de l'accumulation.

66On pourrait objecter à ce scénario la ressemblance avec une politique de substitution d'importations et le possible retour en arrière en matière d'ouverture externe.

67Pourtant, les conditions en matière d'insertion internationale et de rapport salarial sur lesquels il est fondé ne sont point les mêmes que celles qui existaient pendant la période de croissance intensive et autocentrée :

  1. premièrement, la nature de la contrainte extérieure se trouve radicalement modifiée par l'internationalisation financière irréversible qui fait qu'il y ait un rapport entre taux d'intérêt, taux de change et taux de profit auparavant inexistant11 et une spécialisation différente (par rapport aux années cinquante et soixante) en matière d'exportations agricoles et industrielles. Dès lors, notre analyse s'avère concordante avec la vision prospective de Schvarzer, pour qui : Si le phénomène de chute tendancielle des prix agricoles se consolide, il y aura deux effets vis-à-vis les politiques internes. En premier lieu, lorsque l'excédent engendré par la rente différentielle à l'échelle internationale disparaît, les possibilités d'un conflit autour de son partage s'épuise. En deuxième lieu, il est possible que le secteur industriel exportateur coïncide avec les producteurs agricoles dans la défense d'un taux de change unique et élevé pour soutenir ses activités. Ce bloc composé d'industriels et propriétaires terriens, très puissant, se verra renforcé par la pression des secteurs financiers qui ont besoin de consolider sa liaison avec le marché mondial à travers un taux de change unique. La présence économique, politique et sociale de ces trois secteurs, liés par fois au sein groupes économiques de grande taille, permet de supposer qu'il y aura une pression interne pour consolider un modèle exportateur qui modifie les conditions de fonctionnement de l'économie argentine.12
  2. deuxièmement, ce scénario requiert un nouveau compromis capital-travail puisque le poids de la concurrence du marché mondial ne peut pas être négligé (surtout par une économie qui a priori est price taker) :
    Le biais exportateur du leadership industriel, combiné avec une ouverture à l'importation de biens semblables à ceux produits à l'intérieur de l'économie nationale pourrait engendrer un dynamisme nouveau entre les industriels.... Dans ce cas, le secteur industriel devra contrôler les salaires en fonction des rapports coût/productivité de la main d'œuvre locale vis-à-vis l'internationale.13
  • 14 Dans ce sens, une progression vers une régulation beaucoup plus concurrentielle que par le passé s (...)

68Ce modèle est encore loin de faire l'unanimité, car sa viabilité bute sur des difficultés et contraintes importantes. Les difficultés de ce scénario découlent des effets d'hystérésis qui ont marqué les stratégies des firmes et groupes, des syndicats et des gouvernements pendant plus d'une décennie de stagnation (voire de net recul productif) et d'inflation (et dérapages hyperinflationnistes). Le cadre macro-économique est fortement défini et caractérisé par la pression du court terme qui favorise ou plutôt induit les adaptations défensives et opère comme un frein pour l'accumulation et l'embauche. Ces stratégies défensives éloignent ou rendent difficiles les possibilités d'un compromis stabilisateur. Ainsi, si les possibilités de transfert des majeurs coûts salariaux vers d'autres secteurs à l'intérieur de l'économie nationale étaient épuisées, une alliance implicite ou explicite qui pourrait servir de facteur de cohésion entre patrons et salariés dans l'industrie se verrait rompue. Par conséquent, le conflit entre eux sera plus dur et on peut s'attendre à qu'une des réponses des premiers soit l'accélération des investissements de productivité, et une diminution structurelle à l'embauche14.

69Enfin, la tentation de choisir des scénarios plus idéologiques (semblables à celui qu'on a appelé libéral-fondamentaliste) dominants au sein des institutions multilatérales (tels que le Fonds monétaire international, le Club de Paris et la Banque mondiale) ou favorables aux entreprises d'un strict point de vue micro-économique peut faire apparaître ce dernier scénario particulièrement irréaliste.

70Il faut reconnaître que la viabilité du scénario défini par un nouveau industrialisme formel est fortement compromise non seulement par des inerties et idéologies dominantes au sein des stratégies des agents et institutions, mais aussi et surtout par le poids de la contrainte structurelle définie par la dette externe (qui leur sert de base de soutien).

71Celle-ci n'est pas sans rapport avec les mécanismes de régulation à l'échelle internationale en voie de formation, dont les rapports non stabilisés semblent aller dans le sens de l'affrontement et non de la coopération, au sein d'une économie mondiale morcelée en blocs où il faut trouver une place.

***

72La combinaison complexe d'inerties, résultat de plus de vingt années d'accumulation intensive, et l'adoption d'une stratégie visant l'internationalisation du système financier et l'ouverture du marché interne à la concurrence internationale s'avère déstabilisatrice de l'accumulation.

73Ceci a par conséquence un régime d'accumulation instable, fragile et inflationniste : il s'agit donc d'un régime de crise. Sa fragilité, aggravée par les effets directs et indirects de la dette externe se traduit par le non redressement stable de l'accumulation de capital et par la faiblesse extrême de la croissance industrielle.

74Les effets directs de la dette externe découlent de l'ampleur du transfert financier (et réel) auquel doit faire face l'économie ; les effets indirects sont liés à la nature des politiques et stratégies envisagées pour l'assurer.

75En effet, la mise en œuvre de stratégies visant à approfondir la flexibilité totale du marché du travail, alors que l'État renforce sa politique de désengagement et réduit ses interventions sur la demande globale, vont dans le sens d'une amélioration du transfert des revenus vers le capital mais aux dépens de l'emploi et des salaires qui se trouvent durablement réduits.

76Une conséquence directe de la marche forcée vers un schéma libéral de régulation est un changement qualitatif du mode d'insertion internationale. Celui-ci se caractérise par une re-spécialisation de l'économie vers la production et l'exportation de biens de faible contenu technologique et par conséquent à faible valeur ajoutée.

77Au plan interne, il est possible d'envisager une reprise de l'industrialisation des branches produisant des biens intermédiaires mais il ne semble pas y avoir un développement simultané des sections productives. Au contraire, selon l'intensité du transfert des revenus vers le capital et la vitesse de réponse des investissements, soit la section 1 s'autodéveloppe et la section 2 (surtout en ce qui concerne les biens durables de consommation) disparaît au profit des importations, soit la croissance industrielle d'ensemble se trouve ralentie et la dynamique des investissements n'entraîne pas la croissance globale.

78Les risques d'un tel scénario sont doubles : d'une part, la réédition d'une crise majeure du style de celle de 1982, dans la mesure où la accumulation résultant du transfert des revenus ne trouve pas des marchés internes suffisamment dynamiques ; d'autre part, des problèmes graves de cohésion sociale peuvent apparaître.

79Il semble que les possibilités de recherche d'un mode de régulation alternatif soient minces : les pressions internationales exprimées à travers les organismes multilatéraux de crédit, la recherche d'une austérité accrue et d'une diminution drastique des interventions de l'État, très limité dans sa capacité de gestion du court terme, bloquent la recherche d'un nouveau compromis.

80Pourtant, ce n'est qu'à partir de ce nouveau compromis capital-travail qu'un processus d'industrialisation peut être envisagé. Il ne s'agirait pas de la réédition du vieux modèle de substitution d'importations, dans la mesure où certaines modifications internes et à l'échelle internationale sont irréversibles. Il s'agirait plutôt d'une nouvelle recherche de gains de productivité basés sur une dynamique endogène permettant le partage des fruits du progrès technique, tout en explorant de nouvelles voies de spécialisation internationale plus dynamiques.

81Pour ce faire il faudrait éviter des dérapages dans le partage des revenus. Une certaine dose de flexibilité du marché du travail, permettant une gestion plus souple des effectifs tout en évitant un basculement du partage dans un sens ou dans l'autre assurerait la stabilité dynamique du système.

82Bien sûr, cela suppose la persistance du transfert financier net positif dont l'économie argentine bénéficie depuis 1991. Dans un tel cadre, le rétablissement progressif des finances publiques pourrait permettre des interventions plus offensives de la part de l'État en matière d'accumulation.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ARGENTINE. MINISTÈRE DU TRAVAIL : Ocupación y producto en la industria manufacturera argentina, 1976-1983 : un estudio de la recomposición del aparato productivo y su capacidad de generación de empleo. PNDU-OIT-MT. Projet ARG/81/008. Buenos Aires, 1983.

BOYER R. : Flexibilités des marchés du travail... et/ou recherche d'un nouveau rapport salarial ?. CEPREMAP N° 8522. Paris, 1985.

BOYER R. : Forecasting the Impact of Technical Change on Employment : Methodological Reflections and Proposais for Research. CEPREMAP. Série des tirés à part N° 110. Paris, 1981.

BOYER R. : Formalizing Growth within a Regulation Approach. A Method for Assessing the Economic Consequences of Technological Change. Ronéotypé CEPREMAP. Paris, 1987.

BOYER R. : La théorie de la régulation : une analyse critique. Agalma-La Découverte. Paris, 1986.

BOYER R. : Labour Flexibility and Employement : Market or Cooperation ? Simple models with varying degrees on conflit and centralisation. Venise, 1988.

BOYER R. et CORIAT B. : Tehcnical Flexibility and Macro Stabilisation. Contribution à la “Conference on Innovation Diffusion". Venise, 1986.

BOYER R et PETIT P. : Technical Change, Cumulative Causation and Growth : an exploration of some post keynesian theories. Contribution au OCDE International Seminar on Science, Tehcnology and Growth. Paris, 1989.

BOYER R. et PETIT P. : The Cumulative Growth Model Revisited. Polycopié CEPREMAP. Paris, 1987.

CANITROT A. : “La disciplina como objetivo de la politica económica. Un ensayo sobre el programa económico del gobierno argentino desde 1976”. In Desarrollo Económico Vol. 19. N° 76. Buenos Aires, 1980.

CANITROT A. : “Teoría y práctica del liberalismo. Política antiinflacionaira y apertura económica en la Argentina. 1976-1981”. In Desarrollo Económico Vol. 21, N° 82. Buenos Aires, 1981.

FANELLI J. M. et FRENKEL R. : Políticas de estabilizatión e hiperinflación en Argentina. CEDES- Ed. Tesis. Buenos Aires, 1990.

FRENKEL R : “La dinámica de los precios industriales en la Argentina 1966-1982. Un estudio econométrico”. In Estudios CEDES. Buenos Aires, 1983.

FRENKEL R. : “Salarios industriales e inflación. El período 1976-82”. In Desarrollo Económico Vol. 24. N° 65. Buenos Aires, 1984.

GREEN R. H. : “Intercambios agroalimentarios con Brasil y ciclos económicos largos en Argentina”. In L'integration Argentine & Brésil dans le secteur agroalimentaire. INRA-IHEAL-Université de Paris III. 1988.

HEYMANN D. : From sharp disinflation to hyper and back : the Argentine experience, 1985-1989. Contribution à la Conférence “Lessons of Economie Stabilisation and its Aftermath”. Israël, janvier-fevrier 1990.

HILLCOAT G. : “L'évolution du rapport salarial en accumulation intensive. L'expérience argentine”. In Problèmes d'Amérique Latine N° 95. 1er trimestre. Paris, 1990.

HILLCOAT G. : La crise des modèles de développement en Amérique Latine. De la suistitution d'importations à l'économie tournée vers l'extérieur. Thèse de Doctorat de 3e cycle. Université de Paris VIII. Paris, 1986.

HILLCOAT G. et LANZAROTTI M. : Políticas de ajuste y regímenes de acumulación : enfoques y experiencias. Los casos de Argentina y Corea del Sur. CRE-IEDES -Université de Paris I. Buenos Aires, 1989.

HILLCOAT G. et QUENAN C. : L'hyperinflation : exemples historiques et expériences récentes en Amérique Latine. In Notes et Etudes. Division des Etudes Générales de la CCCE. Paris, 1991.

KALDOR N. : “Economie Growth and the Verdoom Law : a comment on Mr. Rowthom's article”. In The Economic Journal N° 85. 1975.

KATZ J. : “Desarrollo industrial y cambios en la organización y división social del trabajo en el sector manufacturero argentino en la década de 1980”. In CHUDNOVSKY D. et DEL BELLO J.C. (Compilateurs) : Las economías de Argentina e Italia. Situación actual y perspectivas de asociación. Fondo de Cultura Económica-Centro de Economía Internacional. Buenos Aires, 1989.

KATZ J. : “Estrategia industrial y ventajas comparativas dinámicas”. In Cuadernos de la Fundación Dr. Eugenio Blanco N° 1. Buenos Aires, 1983.

KATZ J. et KOSACOFF B : El proceso de industrialización en la Argentina : evolución, retroceso y prospectiva. Centro Editor de América Latina-CEPAL. Buenos Aires, 1989.

KIGUEL M. et LIVIATAN N. : The inflation-stabilisation cycles in Argentina and Brazil. Contribution à la Conférence “Lessons of Economie Stabilisation and ils Aftermath”. Israël, janvier-fevrier 1990.

LIPIETZ A. : Le fordisme périphérique étranglé par le monétarisme central. CEPREMAP N° 8322. Paris, 1983.

MARSHALL A. : Políticas sociales : el modelo neoliberal. Ed. Legasa. Buenos Aires, 1988.

MIOTTI E. L. : Accumulation, régulation et crises en Argentina. Thèse de Doctorat Université de Paris VII. 1991.

MOURELLE J. : De la croissance à la crise : le rôle des finances dans l'accumulation en Argentine. 1958-1982. Memoire de DEA. Université de Paris VIII. Paris, 1989.

NOCHTEFF H. : Desindustrialización y retroceso tecnológico en Argentina 1976-1982. La industria electrónica de consumo. FLACSO-GEL. Buenos Aires, 1984.

OMINAMI C. : El tercer mundo en la crisis. Grupo Editor Latinoamericano. Buenos Aires, 1987.

SCHVARZER J. : Un modelo sin retorno. Dificultades y perspectivas de la economía argentina. CISEA. Buenos Aires, 1990.

Notes

1 Voir notre thèse Accumulation, régulation et crises en Argentine. Thèse de Doctorat. Université de Paris VII. Paris 1991.

2 Il faut rappeler que pendant la période d'accumulation intensive (1955-1975), la faible dynamique des exportations a fait que celles-ci jouent plutôt le rôle de frein à une croissance globale plus rapide. Tel qu'on le verra par la suite, la période 1976-1989 se caractérise par une dynamique forte et soutenue des exportations agricoles.

3 Ceci est d'autant plus évident que la nouvelle législation concernant le travail (rémunération, conditions de travail et droit de grève) dont les discussions (politiques, législatives et entre acteurs) avaient commencé en 1984, n'étaient pas encore achevées au début de 1992.

4 Voir chapitre 4 de notre thèse pour une discussion sur la formation de salaires et pour une analyse en détail de la politique gouvernementale à cet égard.

5 L'effet accélérateur implique que l'ampleur des fluctuations de l'investissement est plus importante que celle de la demande dont elle résulte. Autrement dit, il s'agit du principe selon lequel une variation de la demande globale entraîne une variation plus que proportionnelle de la demande de biens d'équipement.

6 Ceci repose sur l'idée selon laquelle “les profils d'aujourd'hui sont les investissements de demain et les emplois d'après demain”.

7 Le tableau N° 2 présente également les traits marquants du régime de crise en vigueur à présent.

8 Il est intéressant de signaler que ces incohérences empiriquement constatées ici ont été repérées théoriquement dans les analyses de R. Boyer : Les économies au milieu du gué. Changements techniques et interventions publiques depuis une décennie. Aspects de la Crise. tome III. CGP-CEPREMAP. Paris, Février 1987.

9 Dans la simulation quantitative réalisée et toutes choses égales par ailleurs, la valeur limite pour l'augmentation autonome de la productivité (environ 3.5 %) est, en effet, assez forte à moyen terme.

10 Ceci doit prendre en compte, bien sûr, les tendances du commerce mondial (sujet qui, par son ampleur, échappe à notre analyse). En outre, la maquette ne permet pas d'étudier un changement de spécialisation internationale du régime d'accumulation.

11 Rapports qui se trouvent implicites dans l'importance accrue du rôle des profits dans les déterminants de l'accumulation.

12 Schvarzer : Un modelo sin retorno. Dificultades y perspectivas de la economía argentina. CISEA. Buenos Aires, 1990. Pages 109/110.

13 Schvarzer : op. cit. Page 109.

14 Dans ce sens, une progression vers une régulation beaucoup plus concurrentielle que par le passé s'avère très coûteuse en matière d'emploi.

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540