Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’Argentine à l'aube du troisième millénaire

 | 
Anne Collin Delavaud
, 
Julio Cesar Neffa

Les nouvelles dimensions politiques

Chapitre 5. Apogée et déclin du corporatisme politique. Syndicalisme péroniste et libéralisme ménémiste

Jean Bunel

Texte intégral

  • * Université de Lyon m, GLYSI-CNRS

1Note portant sur l’auteur*

2D’octobre 1983, date des élections présidentielles au cours desquelles le candidat radical R. Alfonsín a triomphé de son principal adversaire, le candidat péroniste I. Luder jusqu’en juillet 1989, c’est-à-dire lors de l’investiture du nouveau président C. Menem qui, cette fois, est péroniste, le syndicalisme argentin fut un acteur politique décisif. Les manifestations de son influence ont été nombreuses. La CGT est tout d’abord à l’origine du premier échec politique du gouvernement de R. Alfonsín. La loi que le ministre du Travail, Mucci, avait présentée, devant le Congrès et qui prétendait démocratiser la vie syndicale ne fut pas adoptée par les sénateurs après une intense mobilisation des syndicats qui avaient refait leur unité après plusieurs années de division pendant la dictature militaire. C’était en avril 1984. R. Alfonsín avait été élu en octobre 1983, il avait officiellement pris ses fonctions en décembre 1983 et jouissait alors d’une grande popularité dans le pays. Ce premier succès politique précède de quelques mois la première grève générale de la CGT contre la politique économique du gouvernement radical accusée d’excessive dépendance à l’égard du Fonds monétaire international. Il y aura treize grèves générales décidées par la CGT jusqu’en octobre 1988, qui seront toutes très largement suivies et qui seront accompagnées par des manifestations de rue, celles-ci plus ou moins réussies. Les grèves sectorielles ont été aussi très fréquentes, particulièrement dans le secteur public. En 1987, le ministère du Travail enregistrait dix millions de journées perdues pour cause de grèves. Même si la collecte statistique n’est pas au-dessus de tout soupçon et si les méthodes de recueil de l’information ne sont pas les mêmes, la comparaison avec la situation française est éclairante. Cette même année 1987, les services administratifs français avaient enregistré un peu moins d’un million de journées perdues pour cause de grèves dans un pays dont la population active salariée est plus du double de l’Argentine.

3Le taux de syndicalisation est aussi à la mesure de cette capacité de mobilisation. Il y a près d’un salarié sur deux syndiqué en Argentine. Dans les grandes et moyennes entreprises, presque tous les salariés sont syndiqués. Si l’affiliation moyenne est inférieure à 50 %, c’est en raison de l’importance du secteur informel et des petites entreprises où la syndicalisation est plus restreinte. Mais on doit aussi nuancer cette observation car le syndicat qui a les effectifs les plus nombreux est celui du commerce, secteur d’activité qui n’est pas caractérisé par la concentration des entreprises.

4Fort de cette syndicalisation et de cette mobilisation, le syndicalisme argentin a contraint le président R. Alfonsín à nommer un syndicaliste, C. Alderete, comme ministre du Travail afin d’obtenir une pause sociale avant les élections de septembre 1987. Au cours de cette gestion ministérielle par un syndicaliste, la législation sur les relations de travail fut adoptée, satisfaisant ainsi toutes les exigences de la CGT, ce qui a signifié la réimplantation, à quelques modifications près, des cadres légaux et institutionnels de l’âge d’or du péronisme, c’est-à-dire entre 1945 et 1955.

5Le syndicalisme péroniste a ainsi récupéré tout son pouvoir politique dès le retour des institutions républicaines en 1984 alors même que la crise économique aurait dû l’affaiblir et bien qu’il ait particulièrement souffert de la répression mise en œuvre par les généraux au pouvoir entre 1976 et 1983.

6De fait, pendant tout le gouvernement de R. Alfonsín, la force du syndicalisme péroniste s’est concrétisée sur le terrain politique et les résultats économiques et sociaux de l’action syndicale ont été faibles. Au cours des années quatre vingts, le pouvoir d’achat des salaires a baissé au moins de 25 %, le système de protection sociale s’est détérioré et le chômage a augmenté. Le taux de chômage s’élève à 8,6 % en 1989, mais surtout sur une population active totale évaluée en 1990 à 12 370 000 personnes, 35,3 % ont un emploi précaire, à temps partiel, qui n’est souvent qu’un chômage déguisé.

7Malgré cette absence de résultats dans la sphère propre de l’action syndicale, les travailleurs ont maintenu leur affiliation et leur fidélité à la CGT. On ne peut donner une explication économique et sociale à la force du syndicalisme argentin. C’est le contexte politique qui est déterminant.

LE CORPORATISME POLITIQUE

  • 1 A. Touraine, La parole et le sang, Paris, O. Jacob, 1985, p. 283.

8Le modèle de la politisation syndicale sous la forme de la courroie de transmission et de la dépendance idéologique et stratégique du syndicat à l’égard du parti n’est pas adéquat pour rendre compte de la politisation du syndicalisme argentin. De même lorsque A. Touraine souligne que les syndicats en Amérique latine “se définissent plus par rapport à l’État que par rapport au patronat et que leur action est presque toujours subordonnée à des partis politiques qu’ils ne contrôlent pas”1 la première proposition s’applique bien au syndicalisme argentin, mais la seconde ne lui correspondait pas pendant le gouvernement de R. Alfonsín. On ne comprendait pas en effet pourquoi la défaite et la division du parti justicialiste aient pu donner une telle influence et un si grand pouvoir politique à la CGT. En fait, c’est bien l’autonomie du mouvement syndical qui est la cause de son influence politique, autonomie qui prend forme dans un contexte d’affaiblissement de la branche politique du mouvement péroniste. Dans le passé, c’est en jouant le rôle de substitution du péronisme proscrit que la CGT était devenue un acteur politique fondamental pendant le gouvernement radical. Cette même fonction de substitution lui est dévolue dans les années quatre-vingt parce que le parti justicialiste est divisé et désemparé par sa première défaite électorale, aux termes d’un scrutin libre et honnête, depuis sa fondation au début des années quarante.

9Cette indéterminantion des fonctions syndicales et politiques, cette fonction de substitution du syndicat au parti politique jouit d’une réelle légitimité parmi les travailleurs salariés, malgré les critiques souvent vives qu’ils peuvent adresser à la bureaucratie et à l’oligarchie syndicales et leur insatisfaction vis-à-vis de l’absence de participation et de démocratie à l’intérieur des syndicats, voire du manque d’intérêts des dirigeants à l’égard des problèmes concrets de la vie de travail.

10Cette légitimité de la fonction politique du syndicalisme repose sur l’évènement fondateur que fut le 17 octobre 1945, sur la référence à l’âge d’or qu’a signifié dans les représentations les dix années au cours desquelles Perón était au pouvoir, enfin sur le rôle de la répression comme de la proscription du péronisme lorsque les militaires étaient au pouvoir. C’est pourquoi les composantes politiques et symboliques de la conscience ouvrière ont bien plus d’importance que les composantes sociales, c’est-à-dire la situation de travail et les modes de vie.

  • 2 J.C. Torre, Los sindicatos en el gobierno, Buenos Aires, Ceal, 1983 R. Gaudio et A. Thompson, Sind (...)

11L’identité politique des travailleurs a recouvert leur identité sociale. Aussi ne nous semble-t-il pas pertinent d’expliquer le pouvoir syndical en Argentine en ayant recours à l’infrastructure économique, sociale et technologique de la société. C’est pourquoi nous nous opposons aux analyses de J.C. Torre comme plus récemment à celles de R. Gaudio et A. Thompson2 qui font reposer le pouvoir syndical sur les caractéristiques du marché du travail en Argentine et sur la conscience de classe.

12Si le chômage fut bien plus limité que dans d’autres pays d’Amérique latine, ce qui explique l’importance de l’immigration uruguayenne, bolivienne, chilienne et paraguayenne, on ne peut pas oublier la très faible croisssance du pays (1 % par an en moyenne entre 1939 et 1983), la productivité très basse des secteurs secondaire et tertiaire, l’importance des fluctuations de l’activité globale de telle sorte que l’action syndicale n’a pas pu s’appuyer sur ce marché du travail favorable pour améliorer vraiment la situation économique des salariés. En outre, la négociation collective fut suspendue pendant de longues périodes de telle sorte que c’est l’État qui déterminait directement le niveau des salaires et les conditions d’emploi.

  • 3 Cf. Tout le chapitre V, L’expérience ouvrière, de notre ouvrage Pactes et agressions. Syndicalisme (...)

13Il n’y a pas non plus une conscience de classe qui naîtrait d’une appartenance individuelle et familiale à la condition ouvrière pendant deux ou trois générations. Le fait central de la structure sociale argentine c’est la mobilité, qu’elle soit géographique, professionnelle ou sociale. Et la situation favorable du marché du travail a justement favorisé cette mobilité qui a produit un renouvellement constant des classes populaires. De fortes identités collectives ou la conscience de classe sont le plus souvent la conséquence du fait qu’il n’y a pas de futur et d’amélioration par la voie individuelle et que tout progrès personnel va dépendre du progrès général et collectif du groupe ou de la classe d’appartenance. A la fin des années quatre-vingt, cette conscience de classe est encore absente, comme nous avons pu le vérifier empiriquement3 : 30 % des ouvriers avaient eu un père ouvrier et la majorité d’entre eux souhaitaient et espéraient que leurs fils puissent sortir de la classe ouvrière, surtout pour devenir indépendant et cuentapropista. 2,5 % considéraient que l’action syndicale pouvait améliorer leur niveau de vie alors que 54 % pensaient que cette amélioration dépendrait de leur effort individuel, 13 % du développement de l’entreprise et 28,5 % de la croissance générale du pays.

14Il n’y a donc guère de déterminations sociales et économiques au pouvoir syndical qui est davantage le résultat de la légitimité historique du syndicalisme péroniste et de l’identité péroniste des travailleurs.

  • 4 Nous nous référons ici à l’analyse de M. Oison qui a montré que l’action collective se heurte aux (...)

15Le pouvoir syndical est aussi construit à partir de la législation héritée de la décennie péroniste, comme de sa consolidation dans des conjonctures historiques favorables. Les règles et les institutions qui régissent les relations professionnelles sont conçues pour structurer l’interdépendance entre l’État et le syndicalisme. D’une part, ces règles apparaissent comme une mise en forme du contrôle étatique sur l’action des travailleurs. D’autre part, ces règles ont non seulement permis le développement de la syndicalisation, elles ont aussi garanti la permanence du syndicalisme en dépit de l’instabilité politique de la répression et des régimes militaires. Ces règles ont été à la fois contraignantes et habilitantes. C’est l’État qui confère à un syndicat le monopole de la représentation d’un groupe de salariés qui lui donne tous les instruments de la syndicalisation et de l’action syndicale. En effet, la personeria gremial octroie au syndicat qui en bénéficie le droit de faire grève, de négocier la convention collective, d’élire les délégués dans les entreprises, de percevoir les cotisations syndicales sous la forme d’un prélèvement direct par l’employeur sur le salarié, de gérer la protection sociale (santé) et l’activité culturelle au bénéfice des seuls adhérents. Cette législation permet aux syndicats de capter l’adhésion et d’offrir à ses membres des biens inviduels et non seulement des biens collectifs toujours susceptibles de favoriser le développement du nombre des passagers clandestins.4

  • 5 A. Vasquez Vialard, Derecho de trabajo y seguridad social, Buenos Aires, Astrea, 1986, p. 232

16Mais si le syndicat qui jouit de la personeria gremial a l’exclusivité des instruments de l’action syndicale, toute action gréviste peut être soumise à une décision administrative de conciliation obligatoire, de même qu’une convention collective n’est valide que dans la mesure où elle a été homologuée administrativement. Cette situation faisait dire à un juriste argentin, A. Vasquez Vialard, que “lorsque les syndicats et les employeurs se mettent d’accord, leur accord n’est pas véritablement un contrat collectif, c’est un projet qu’ils soumettent à l’administration pour son application”5

17C’est cette interdépendance entre l’État et le syndicalisme qui a paradoxalement assuré la permanence de l’influence du syndicalisme péroniste. En effet, elle embarrasse les gouvernements anti-péronistes et/ou anti-populaires. Ou bien ils en appellent à l’autonomie syndicale, au pluralisme et à la démocratie que leur pratique politique contredit ; ou bien les institutions léguées par le péronisme sont utilisées pour contrôler l’action des salariés et des syndicats - au moyen de l’intervention administrative sur les institutions syndicales - mais ils en assurent du même coup la survie et la pérennité. Aussi a-t-on assisté à ce paradoxe d’une mobilisation renouvelée des travailleurs et des syndicats pour la préservation des institutions et des règles qui maintiennent le contrôle étatique sur l’action collective.

18Le corporatisme politique, c’est ce qui définit le syndicalisme argentin parce que ses dirigeants, ses militants et même ses adhérents croient que leur survie et leur influence dépendent de leur accès à l’État et de leur présence organique dans le parti justicialiste et le système politique. Toutefois, le corporatisme syndical ne vise pas à la suppression de l’indépendance syndicale. Il s’agit plutôt d’une soumission de l’action spécifiquement syndicale au champ politique, c’est-à-dire qu’il n’y a plus de place pour une autonomie des relations professionnelles et des problèmes de travail. La CGT donne ainsi peu de signification au social et à l’économique dans son action.

19Dans l’apport permanent des syndicats pour recomposer leur relation à l’État et pour maintenir leur rôle dans le système politique - et ainsi est définie la participation - les préoccupations démocratiques ne sont pas centrales. C’est vrai de la démocratie interne des syndicats dont on a souvent montré qu’ils étaient dirigés par une bureaucratie, soucieuse de la préservation de ses espaces de pouvoir et de ses privilèges. Les décisions, les tactiques et les stratégies des dirigeants syndicaux ne sont presque jamais débattus et contrôlés par la base et ont perdu presque tout lien avec les problèmes sociaux et économiques.

20Le pouvoir pur est le seul enjeu des luttes politiques qui divisent les dirigeants syndicaux, les conduisent à tisser des alliances toujours éphémères, à former des coalitions et des noyaux qui se fragmentent et se défont. On ne peut donner aucune signification idéologique ou doctrinale à la plupart des divisions internes, et même aux scissions de la CGT. En témoigne, l’incessant déplacement des dirigeants d’une alliance ou d’une tendance à d’autres sans qu’on puisse relever d’autres logiques à leur décision que la conquête du pouvoir et d’une influence, la recherche provisoire d’amis pour l’obtenir, la lutte contre des ennemis qui vous écartent.

21La scission de la CGT intervenue en octobre 1989 en est une bonne illustration. La CGT d’Ubaldini dite plus contestatrice de la politique libérale du gouvernement de C. Menem n’a pas des composantes sociales et professionnelles distinctes de la CGT d’Andreoni qui est apparue plus soumise au gouvernement. Dans l’une, on trouve les métallurgistes, les postiers, les camionneurs, les employés du textile, les pétroliers, un syndicat de l’administration, dans l’autre des cheminots, les verriers, les ouvriers du textile, les employés du commerce, un autre syndicat de l’administration. Lors de la scission, tous les noyaux syndicaux antérieurs ont éclaté. C’est ainsi que 90 % des syndicats qui faisaient partie du groupe des 15 et qui avaient plaidé pour une politique de compromis avec le gouvernement d’Alfonsín se sont retrouvés dans la CGT ménémiste d’Andreoni. Il en est de même de 75 % des syndicats qui se considéraient comme rénovateurs et qui prétendaient défendre une plus grande autonomie du syndicat par rapport au parti et à l’État, mais aussi de 40 % des syndicats qui appartenaient aux 62 défenseurs de l’orthodoxie péroniste ; de 50 % de ceux qui étaient sous Alfonsín les plus proches de S. Ubaldini ou encore de 30 % des syndicats dits neutres.

22L’absence de démocratie interne dans le syndicat ne désigne pas seulement une modalité de fonctionnement. Elle signifie que l’action syndicale tend à perdre ses références économiques, sociales, idéologiques, qu’elle n’est plus une instance de médiation entre l’économique et le politique. C’est la disparition même de cette fonction de médiation qui a conduit le syndicalisme péroniste à ne pas pouvoir penser aussi la construction d’un espace démocratique défini comme une séparation entre l’État et la société civile. Toute la tradition péroniste invite à refuser cette autonomie à la société civile, au social et à l’économique et il n’y a rien de plus contraire à cette tradition que la démocratie libérale à laquelle des syndicalistes ont préféré hier comme aujourd’hui des solutions autoritaires ou militaires.

23Le syndicalisme argentin est entré dans un processus de crise profonde alors même que c’est un gouvernement péroniste qui préside aux destinées du pays. Il a perdu sa fonction de substitution et l’autonomie politique qui en est la conséquence. Ou bien il cherche à maintenir une relation privilégiée et particulière avec l’État péroniste et le parti justicialiste, mais il le fait sur le mode de la soumission sans pouvoir vraiment imposer ses hommes et ses choix, faute de pouvoir maîtriser les politiques gouvernementales. Ou bien il affirme son indépendance en se définissant comme le péronisme authentique dévoyé par la politique du gouvernement. C’est la voie choisie par le puissant secrétaire de la CGT, S. Ubaldini, quand M. Alfonsín était au pouvoir. En fait, S. Ubaldini constate que les syndicats qui lui étaient fidèles l’abandonnent. Et son entrée dans la lutte électorale fut un échec comme en témoigne son très faible score aux élections de septembre 1991, comme candidat à la fonction de gouverneur de la province de Buenos Aires.

24Il faut maintenant se demander qu’elles seront les conséquences de cet affaiblissement du rôle politique des syndicats sur les relations de travail et les conditions d’emploi dans les entreprises, au moment où la privatisation des entreprises publiques, le retrait de l’intervention de l’État, la flexibilité comme axe des politique d’emploi sont les bases de la politique économique et sociale libérale du président péroniste C. Menem.

LES RELATIONS PROFESSIONNELLES DANS L’ENTREPRISE

25La caractéristique juridique et formelle des relations de travail dans les entreprises, c’est l’absence de pouvoir et les capacités réduites de l’action des délégués. Cette situation juridique s’oppose à l’influence énorme conquise par le syndicalisme argentin dans le système politique. Formellement les délégués qui représentent à la fois les travailleurs et le syndicat dans l’entreprise n’ont qu’une seule fonction, celle de veiller à ce que l’employeur respecte bien les lois et les conventions collectives en vigueur. Tâche bien sûr fondamentale puisque les services de l’Inspection du travail sont très insuffisants. Par contre, ils ne peuvent présenter des revendications ou décider d’une action qu’après en avoir eu l’autorisation préalable par leur syndicat ; ils n’ont aucun droit à l’information économique, sociale et technologique et l’employeur n’est jamais tenu de les consulter ; enfin ils ne peuvent pas négocier un accord puisqu’il n’y a qu’un seul niveau de négociation reconnu par la législation, qui est celui de la branche d’activité. S’il y a bien quelques exceptions à l’exclusivité de la négociation de branche, l’unité de la négociation est bien la règle et prévaut contre la pluralité et l’articulation des niveaux.

26Malgré les critiques parfois véhémentes des organisations patronales et des employeurs à l’égard du syndicalisme péroniste et de la rigidité du droit du travail, critiques qui relèvent de l’attitude assez universelle des chefs d’entreprise vis-à-vis de toute limitation de leurs pouvoirs et de leur initiative, il ne fait guère de doute qu’ils ont été aussi les artisans de sa consolidation et qu’ils y ont trouvé des avantages. En effet, dans la mesure où ils acceptent la présence des délégués dans les entreprises et où ils ne se livrent pas à une répression systématique de la syndicalisation, ils ont conscience que cette présence syndicale est sans conséquence directe sur leur liberté de gestion économique et sociale. Par contre la reconnaissance des délégués et de la syndicalisation dans l’entreprise permettent bien des arrangements avec le syndicat de branche afin que celui-ci contrôle l’action de ses délégués dans l’entreprise. C’est ainsi que les initiatives ou débordements de la base se sont traditionnellement heurtés ou ont été réduits par des accords entre le patronat et le syndicat de branche, ce qui pouvait signifier l’acceptation des licenciements de délégués trop contestataires.

27Cependant on ne peut réduire l’action syndicale à cette seule fonction de contrôle. Les délégués d’entreprise et les commissions internes ont rempli aussi une fonction positive dans les relations de travail.

28D’une part, les employeurs ont souvent considéré qu’il était utile d’associer les délégués à leur politique sociale. C’est un moyen de donner plus de légitimité à des décisions si elles sont précédées d’une consultation, d’un échange, d’un accord tacite avec des délégués qui sont élus par des travailleurs, affiliés eux-mêmes presque tous aux syndicat. La consultation et la négociation collective informelle dans les entreprises se sont d’autant plus développées que la négociation de branche a été suspendue de 1976 à 1987 et que les conditions d’emploi et de salaire étaient soumises à des décisions étatiques incapables, par nature, de répondre à la situation spécifique des entreprises et des secteurs d’activités. Il n’est donc pas exceptionnel que les délégués négocient avec les employeurs des primes et des suppléments de salaire, une adaptation du système de classifications, le contrôle de l’absentéisme, l’octroi des heures supplémentaires, l’horaire de travail, la formation, voire les formes de recrutement et de licenciement.

29D’autre part, la consultation et la négociation avec les délégués ont été un thermomètre permettant de connaître le climat social, de détecter et résoudre les conflits individuels et collectifs quotidiens. Il n’y a généralement pas beaucoup d’informations qui circulent, de participation et d’expression, de réunions de coordination dans l’entreprise argentine. Le modèle hiérarchique et vertical prédomine ; l’isolement et la fragmentation régissent la situation des exécutants que cherche à masquer l’idéologie familialiste. Or les délégués font remonter l’information de la base au sommet comme ils la font circuler horizontalement. Ce contrôle de l’information est un des fondements de leur capacité à négocier tout comme le taux de syndicalisation ainsi que la forte homogénéité du groupe ouvrier qui résulte des faibles différenciations salariales et professionnelles entre les exécutants.

30La faiblesse du délégué, c’est qu’il ne peut s’appuyer que sur la revendication salariale des travailleurs qui a une telle exclusivité qu’ils sont prêts à échanger leur santé, le contenu de leur travail, la solidarité ouvrière contre une augmentation de leurs rémunérations. L’action du délégué tend à relever d’une logique d’assistance individuelle et la revendication syndicale sur le temps de travail, les conditions d’hygiène et de sécurité, la formation, le contrôle hiérarchique, l’emploi précaire est presque absente. Et c’est encore pour la défense de l’emploi que les attitudes combatives sont les plus fréquentes. C’est ce que veulent briser les employeurs aujourd’hui quand ils exigent plus de flexibilité.

31Le pouvoir politique des syndicats n’a pas empêché, voire a favorisé le développement de micro-régulations dans les entreprises et les établissements, d’autant plus que les syndicats étaient plus impuissants à transformer le droit du travail ou à négocier une rénovation des conventions collectives qui restent, pour la plupart, celles qui ont été négociées en 1975.

32La décomposition actuelle de ce pouvoir politique résulte à la fois de la marginalisation du syndicalisme au sein de l’État péroniste, de son incapacité à élaborer une réponse aux politiques libérales qui sont mises en œuvre et des conflits de pouvoir internes à la bureaucratie syndicale. Dans l’entourage du gouvernement et au sein du patronat, on pense maintenant à un changement des institutions et des règles qui régissent l’action syndicale et les relations professionnelles. Il s’agirait de substituer la négociation d’entreprise à la négociation de branche afin d’introduire plus de flexibilité externe et interne dans la gestion de la main d’œuvre et le fonctionnement du marché du travail. Les dirigeants syndicaux n’ont bien sûr aucun intérêt à ce passage à la décentralisation Il n’est pourtant pas sûr qu’ils puissent s’y opposer, et encore moins qu’ils puissent se reconvertir à des formes d’action syndicale où les problèmes du travail, de l’emploi, de la formation, des technologies, de la gestion des réclamations et de l’administration des accords deviennent plus fondamentaux que ceux de l’influence proprement politique au sein du mouvement péroniste ou de l’État.

33La décentralisation des relations professionnelles n’améliorerait pas non plus la situation des travailleurs. Elle accroîtrait encore les inégalités qui sont déjà très grandes d’une entreprise et d’une branche à l’autre. A côté de salariés privilégiés qui auraient la chance d’appartenir à des entreprises dynamiques et participatives, la précarité des conditions d’emploi et des moyens encore plus réduits de s’opposer aux décisions patronales seraient le lot du plus grand nombre. Naturellement les effets négatifs de cette décentralisation peuvent être limités si les fonctions des délégués et des commissions internes dans les entreprises sont revalorisées. Mais c’est un débat que les dirigeants syndicaux n’abordent pas encore, tout comme une réflexion sur une articulation possible entre la négociation d’entreprise et la négociation de branche.

34Comme dans bien d’autres pays d’Amérique latine, c’est un gouvernement héritier d’une tradition national-populaire qui met en œuvre une politique libérale. Le syndicalisme qui était intégré à cette tradition ne sait pas comment s’adapter à ce nouveau contexte. En cherchant à préserver sa relation à l’État et au parti, il est au mieux impuissant, ou bien il devient l’instrument de cette politique libérale. C’est un syndicaliste qui est devenu le premier ministre du Travail du gouvernement de C. Menem, il est aujourd’hui dirigeant d’une grande entreprise sidérurgique dont il doit éliminer la moitié des effectifs.

35Le corporatisme politique se décompose aujourd’hui. L’héritage qu’il a laissé dans les attitudes et les comportements des dirigeants et des militants syndicaux ne les prépare pas à faire face aux changements qui sont induits par les politiques libérales. Le syndicalisme était un acteur politique, il doit devenir un acteur social. Mais ses dirigeants peuvent continuer à camper sur les débris du corporatisme politique.

  • 6 L’action syndicale entreprise par la section de l’Union ouvrière métallurgique de Villa Constituci (...)

36L’action syndicale, dans ses formes étatiques, nationales et populistes qui a joué un si grand rôle en Argentine, risque de disparaître si les politiques libérales réussissent. Elles réussiront si elles ne sont pas seulement caractérisées par le recul de l’intervention de l’État, l’abandon des politiques de redistribution et la création d’une société encore plus inégalitaire. Il faut surtout espérer qu’elles aboutissent à la formation de nouveaux acteurs patronaux et qu’elles fassent prévaloir les exigences de l’investissement et du développement. Ce ne sera pas la conséquence de la dérégulation, mais plutôt l’effet de régulations sociales nouvelles. On ne voit guère, pour l’instant, l’émergence d’un nouveau syndicalisme6 qui participerait au renouvellement de la régulation sociale et économique. Cela ne profite guère à la réduction des inégalités et à l’approfondissement de la démocratie.

Notes

1 A. Touraine, La parole et le sang, Paris, O. Jacob, 1985, p. 283.

2 J.C. Torre, Los sindicatos en el gobierno, Buenos Aires, Ceal, 1983 R. Gaudio et A. Thompson, Sindicalismo peronista y gobierno radical, Buenos Aires, Fundación F. Ebert et Folios Ediciones, 1990

3 Cf. Tout le chapitre V, L’expérience ouvrière, de notre ouvrage Pactes et agressions. Syndicalisme et relations professionnelles en Argentine, Paris, Ed. CNRS, 1991

4 Nous nous référons ici à l’analyse de M. Oison qui a montré que l’action collective se heurte aux logiques utilitaristes des choix individuels. En effet, dans la mesure où elle vise à l’obtention de biens collectifs, les individus sont tentés de ne pas payer le coût de l’action collective s’ils sont assurés de bénéficier de ses résultats. Naturellement si ce comportement est généralisé, l’action collective n’aura pas lieu et aucun bien collectif ne sera obtenu. Cf. M. Oison, Logique de l’action collective, Paris, PUF, 1978

5 A. Vasquez Vialard, Derecho de trabajo y seguridad social, Buenos Aires, Astrea, 1986, p. 232

6 L’action syndicale entreprise par la section de l’Union ouvrière métallurgique de Villa Constitución témoigne d’un autre syndicalisme. Le modèle n’est pas encore diffusé.

Notes de fin

* Université de Lyon m, GLYSI-CNRS

Auteur

© Éditions de l’IHEAL, 1994

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540