Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Représentations de l'Europe et identité au Mexique

 | 
Guillemette Martin

Chapitre 1. Le Juan Panadero, vitrine de l’européanisation

Texte intégral

1Journal le plus lu à Guadalajara durant une période d’intense développement économique de la ville, le Juan Panadero fait figure de véritable vitrine de la société tapatía. Témoin des mœurs et modes de vie de la société de son époque, il constitue une source documentaire infiniment riche pour l’historien, véritable « vitrine » d’une époque révolue à laquelle seul le journal nous donne cet accès direct et varié.

2Cela dit, cette image de la société tapatía reflétée par le Juan Panadero, si elle est aujourd’hui accessible à l’historien, l’était de la même façon pour la société qui le lisait, et constituait une vitrine de la société tapatía pour elle-même, comme une sorte de miroir déformant dans lequel se donnaient à voir les élites de la ville, dans une mise en scène volontairement travaillée par les journalistes du Juan Panadero. Enfin, et en s’attachant au sens premier et concret du terme « vitrine », ce journal jouait également un rôle commercial de premier plan en consacrant d’importantes rubriques à la publicité de divers produits et productions européens.

3L’idée selon laquelle le Juan Panadero s’est fait à la fois le promoteur et le témoin d’une réelle pénétration des modes de consommation européens dans la société tapatía s’appuie sur un constat simple : celui de l’importance quantitative de ces articles destinés à faire la publicité des produits et productions européennes, que ce soit les annonces publicitaires ou les « chroniques théâtrales ».

  • 1 On compte notamment un éditorial, la section « Noticias diversas » destinée à l’actualité mondiale (...)

4Composé de huit pages, chaque exemplaire du journal est organisé en diverses sections1, parmi lesquelles les chroniques théâtrales – qui comprennent les articles annonçant la venue des compagnies de théâtre et d’opéra à Guadalajara, les représentations, les critiques théâtrales, occupent régulièrement la moitié de la page 3, et les avisos toute la dernière page, voire même, à partir de 1886, une page et demie. Le caractère récurrent de ces deux types d’articles nous invite à les considérer de façon conjointe, sur un même modèle d’analyse quantitative. Ainsi, au travers de ces documents, il va s’agir de considérer parallèlement et en adoptant globalement la même méthode ce qui correspondrait aux deux « pans » des influences culturelles telles que les oppose Montserrat Galí Boadella dans son article sur l’influence française dans la vie quotidienne mexicaine, à savoir « les produits de la haute culture », qu’elle compte d’ailleurs rejeter de son analyse, et « ce que l’on appelle les petites choses : la mode, les espaces domestiques avec leur mobilier et autres objets somptuaires » [Galí Boadella, 2004 : 379] sur lesquelles se centre l’article en question.

5Répondant à une même importance numérique, les sections publicitaires et artistiques du journal peuvent par ailleurs faire l’objet d’une approche statistique. Cette dernière appelle cependant une légère mise au point méthodologique, essentielle pour comprendre les perspectives ayant présidé à l’établissement des données chiffrées : les divers graphiques effectués pour venir étayer cette étude ont été établis à partir des archives dont nous disposons qui, si elles sont certes globalement représentatives de l’ensemble des articles publiés par le Juan Panadero, n’en sont cependant pas l’exact reflet. La présentation d’un document statistique n’a donc nulle prétention à l’exhaustivité mais permet néanmoins de mettre en valeur certaines grandes tendances.

« Avisos » et chroniques théâtrales

« Avisos » et chroniques théâtrales

6Le graphique proposé ci-dessus, qui présente le nombre d’annonces publicitaires et d’articles classés comme « chroniques artistiques » durant la période étudiée de 1877 à 1910, montre diverses périodes de « creux » durant lesquelles ces deux types d’articles sont rares, voire inexistants : c’est le cas notamment de la période couvrant plus de la moitié de la décennie 1890. Cette absence d’article s’explique par une interruption de la production du Juan Panadero au début des années 1890, en raison d’une forte censure. Pour cette raison, nous ne disposons d’aucun article entre 1891 et 1896. En revanche, ce même graphique met en valeur un nombre important d’articles pour la décennie 1880, du fait à la fois d’un bon état de conservation des archives du journal pour cette période mais également d’une présence importante de la référence à l’Europe à partir de 1880, date-clé dans l’histoire des relations entre le Mexique et l’Europe, car c’est à ce moment précis que se renouent les relations diplomatiques entre la France et le gouvernement de Porfirio Díaz.

7Cela étant, et même si l’on se propose dans un premier temps d’étudier les marques matérielles de l’influence européenne, il est important de préciser dès à présent que les enjeux d’une telle analyse dépassent largement l’étude de la simple sphère de la vie quotidienne dans laquelle le journal témoigne et agit. En effet, comme l’écrit Jacqueline Covo, la presse constitue une source très profitable pour l’histoire des idées et des mentalités, grâce aux « informations qu’elle fournit, mais surtout du fait que sa fonction persuasive prend en compte, même inconsciemment, les opinions et préoccupations collectives, et s’en fait ainsi l’écho » [Covo, 1993 : 702]. Or c’est bien là ce qui nous intéresse, cette construction de l’opinion, la façon dont la société se pense elle-même, dimensions de l’histoire auxquelles seul ce type de source peut nous donner accès de façon subtile et détaillée.

8À travers « l’accessoire, le différent ou l’implicite […] : petites annonces, arrivées de bateaux, de voyageurs et de marchandises, chroniques théâtrales, catalogues de libraires, feuilletons… » [Covo, 1993 : 702], se trouvent réhabilités des documents longtemps négligés par l’historiographie car considérés comme trop « superficiels » mais dont l’analyse nous offre un chemin original et unique vers l’étude des mentalités, dans une démarche caractéristique de l’histoire culturelle telle qu’elle se développe depuis quelques décennies déjà.

9C’est principalement pour cette raison que notre étude compte s’attacher dans un premier temps à ces marques « concrètes » de l’Europe dans la société locale, non pas uniquement parce qu’elles constituent les vecteurs les plus visibles de diffusion de la culture européenne à Guadalajara, mais aussi parce que leur analyse est essentielle à la fois pour un approfondissement vers d’autres vecteurs plus subtils d’européanisation, et surtout parce que leur caractère opératoire dans la vie locale nous renseigne sur la façon dont la société se pense elle-même, en intégrant parfaitement ces modes culturels européens ou au contraire en devenant un motif de division au sein de la population.

L’européanisation du commerce tapatío : une approche publicitaire et topographique

10Alors que dans la deuxième moitié du xixe siècle, d’anciennes cités minières comme Zacatecas ou Guanajuato, florissantes durant l’époque coloniale, sont en pleine décadence, la capitale du Jalisco connaît l’une des expansions les plus fortes du pays, tant en termes démographiques qu’économiques. Cette formidable croissance, Guadalajara la doit sans conteste à sa situation géographique exceptionnelle, qu’il convient de préciser ici : en effet, située non loin des ports de San Blas, Tepic et Mazatlán, elle constitue également un passage incontournable entre Mexico et le nord-ouest du pays et entretient des relations commerciales étroites avec les états limitrophes, ce qui lui confère un poids économique majeur.

11Ce rôle d’intermédiaire commercial, par lequel s’opère une série de transformations sans précédent du commerce tapatío, se met en place dès le début du xixe siècle, lorsque durant la guerre pour l’indépendance, les communications entre Guadalajara, alors capitale d’une vaste région appelée « Nouvelle Galice », et Mexico sont devenues presque impossibles. Le port de San Blas est alors ouvert au commerce international en 1813, faisant de Guadalajara une ville marchande de première importance, ainsi que le principal centre de distribution de marchandises de tout l’ouest mexicain.

12Les évolutions propres au Jalisco contribuent également au développement économique de sa capitale, qui centralise l’ensemble des échanges de la région : en effet, à partir du gouvernement de Ramón Corona, gouverneur du Jalisco de 1887 à 1889, le commerce tapatío connaît un formidable essor grâce à l’adoption d’une législation commerciale plus libérale, à la mise en place de structures destinées à organiser le commerce (comme le système de prêts facilité par la mise en place d’une caja de créditos en 1888), et bien entendu, à la construction d’une ligne de chemin de fer reliant Mexico à Guadalajara en 1888. Si cette dernière mesure n’a pas eu les conséquences espérées en termes de développement des échanges commerciaux avec la capitale, elle a quand même largement contribué à la venue de nombreux commerçants étrangers qui

« savaient profiter d’une situation confuse, d’un commerce désorganisé, pour s’établir et s’enrichir rapidement. En effet les Français qui n’avaient pas pu s’installer à México où beaucoup de leurs compatriotes contrôlaient déjà les principaux commerces, choisirent Guadalajara pour sa situation géographique qui leur permettait d’en faire un important centre de distribution orienté vers le nord-ouest, dont l’expansion commençait alors mais où aucune grande ville ne pouvait encore faire concurrence » [Rivière d’Arc, 1970 : 61].

  • 2 Le développement de la publication d’annonces publicitaires dans les journaux de Guadalajara est u (...)

13Bénéficiant également de la venue de marchandises depuis les ports de Veracruz, sur la côte atlantique, Guadalajara devient en quelques décennies un centre commercial et économique majeur, accueillant marchandises et commerçants venus d’Europe dont la présence croissante dans la ville contribue à modifier progressivement divers domaines de la consommation locale, comme en témoignent les nombreuses annonces publicitaires de la section avisos du Juan Panadero. Consacrée en grande majorité à la publicité de magasins ou produits européens, cette section est le reflet à la fois de la modernisation du journal en ce qu’il commence progressivement à accorder plus de place à la publicité dans ses colonnes2, mais également d’une certaine forme de domination économique des Européens à Guadalajara, qui semblent être les seuls en mesure de financer leur publicité.

14L’analyse d’une telle rubrique ne peut cependant pas se résumer à une simple énumération des produits européens consommés à Guadalajara durant le Porfiriat, et il s’agit de comprendre comment ce type de consommation prend sa place dans la vie tapatía et s’y intègre. Une organisation « topographique » de la question semble tout à fait appropriée pour « visualiser » cette présence commerciale européenne dans la ville, dont le principal centre de diffusion reste sans conteste les portales :

Au cœur de la ville : les portales

Les portales de Guadalajara (xixe siècle)

Les portales de Guadalajara (xixe siècle)
  • 3 Souvent cités dans les annonces publicitaires, les abarrotes, articles de bazar divers et variés s (...)

15Construits dès le xvie siècle sur ordre du roi Philippe II qui voyait là une expression architecturale à la fois moderne et pratique, ces arcades encadrent les quatre places qui jouxtent la Plaza de Armas. À partir du xixe siècle, celles-ci deviennent le centre de la vie commerciale et sociale tapatía : elles voient s’installer d’élégants magasins de chaussures et de vêtements, diverses merceries et quincailleries où l’on vend de tout, ces fameux abarrotes3 venus d’Europe le plus souvent. Les témoignages des contemporains de l’époque, voyageurs ou natifs de Guadalajara, offrent une vision vivante et contrastée de ce que pouvait être la place des portales dans la vie quotidienne de l’époque :

« ces “portales” offrent [également] dans la journée un spectacle des plus animés. C’est le lieu où les commerçants ont établi leurs magasins, ce qui leur donne un air de fête permanente. On trouve là les objets les plus divers. Près de la riche mercerie, on trouve des articles de luxe venus d’Europe, la vendeuse de fruits ouvrant son magasin, l’Indienne vendant la “limonada” [...] » [Iguiñiz, 1950 : 162-169].

16Lieu de vie essentiel de la société tapatía, les portales constituent ainsi le décor animé dans lequel se mêlent marchandises européennes et produits locaux, élégantes devantures françaises, italiennes ou allemandes, et vendeurs ambulants, offrant ainsi à l’observateur un paysage social contrasté et coloré souvent décrit par les voyageurs.

17Les annonces publicitaires présentées par le Juan Panadero indiquant systématiquement le lieu de commercialisation des marchandises, l’analyse de la section avisos du journal permet de mettre en évidence deux rues dans lesquelles se concentrent la plupart des magasins européens, rues longées par des arcades : la Calle de la Aduana, actuelle Calle Colón et la Calle San Francisco, actuelle Avenida 16 de Septiembre, qui forment deux axes commerçants facilement visualisables sur le plan.

  • 4 Référence tirée de l’ouvrage de José Villagordoa, Guía y Album de Guadalajara para los viajeros, G (...)
  • 5 Juan Panadero (dorénavant indiqué J.P.), 15 septembre 1881, n° 974, p. 4.
  • 6 J.P., 5 janvier 1882, n° 980, p. 4.

18La Calle de la Aduana accueille parmi les enseignes les plus renommées de la ville le magasin des Allemands Collignon installé au numéro 10 de la rue, spécialisé dans l’import-export et dans la commercialisation de produits venus d’Europe : « Eduardo Collignon y Cía - Calle de la Aduana 10, Guadalajara (Jalisco, México). - Almacén de efectos extranjeros. - Importación. - Exportación. - Comisión. - Negocios de Banco4 ». Le Juan Panadero publie un grand nombre d’annonces concernant ce magasin où l’on trouve aussi bien des pianos « adaptés aux pays chauds » (!)5 que du pétrole6, de la toile, et tout type de machines. À partir de 1885 les équipements domestiques et agricoles sont vendus par l’un des frères d’Edouard Collignon, Julio, dans un autre magasin installé au numéro 33 de la Calle del Carmen : c’est dans ce deuxième « almacén » que sont vendues par exemple les machines à coudre britanniques et allemandes dont le Juan Panadero fait une abondante publicité.

  • 7 Les annonces avertissant le public de l’arrivée de nouvelles machines chez Julio Jürgensen sont no (...)

19L’Allemand Jürgensen dispose également d’une quincaillerie et d’une mercerie dans la même rue, elles aussi spécialisées dans la commercialisation de machines à coudre7. En 1887 ce commerce est repris par son compatriote Carlos Behn, dont l’entreprise se développe rapidement, comme en témoignent les diverses annonces qu’il publie dans le Juan Panadero.

  • 8 J.P., 8 mai 1887, p. 4.
  • 9 J.P., s.d. [1888], p. 4.

20Ainsi, en 1887 Behn met en vente les meubles ayant appartenus au magasin de Jürgensen8. Comme successeur de ce dernier à la tête de la quincaillerie, il fait publier ses premières annonces : « Carlos Behn, sucesor de Julio Jürgensen y Cía. Ferretería, mercería y cristalería. Calle de la Aduana números 7, 13 y 14, y de San Francisco número 39. » Cette annonce indique un agrandissement du magasin, qui occupe à partir de 1887 tout l’édifice situé à l’angle des rues de la Aduana et de San Francisco, et devient l’une des enseignes les plus renommées de la ville sous le nom de La Palma, « établissement luxueux contenant un immense choix d’articles agricoles, d’excellentes machines, de meubles de luxe et de fantaisie, de miroirs, de charmantes décorations pour les salons, etc. » [O’Farrill, 1895].

21Cet exemple de succession commerciale entre immigrés d’une même nationalité illustre très clairement un phénomène essentiel dans les réseaux de sociabilité établis par les immigrés européens et dans lesquels la communauté allemande joue un rôle de premier plan.

Ferretería « La Palma », Guadalajara (début du xxe siècle)

Ferretería « La Palma », Guadalajara (début du xxe siècle)
  • 10 Il s’agit en espagnol des « ferreterías » que, pour des raisons de commodité, on a choisi de tradu (...)

22En effet – et l’étude de la section avisos du Juan Panadero en offre une illustration frappante – les Allemands possèdent l’essentiel des quincailleries de la ville10, pour la plupart installées dans le centre, mais aussi des divers « bazars » où l’on trouve tout type de produits d’origine européenne.

  • 11 J.P., 21 mars 1880, n° 794, p. 4.

23La Calle San Francisco, deuxième grand axe commerçant de la ville, accueille également de nombreux commerces tenus par des Allemands, notamment « la quincaillerie et la mercerie les plus renommées […] contenant un très grand choix des meilleurs produits, et s’approvisionnant sur les marchés les plus reconnus d’Allemagne et d’Angleterre » [O’Farrill, 1895], celles d’Agustín Blume, reprises dans les années 1890 par d’autres Allemands. Situé au numéro 2 de la rue, cet établissement vend aussi bien des machines à coudre que des meubles importés d’Europe et tout type de machines agricoles11. Dans cette même rue sont ouvertes au public d’autres enseignes proposant des produits européens, telle celle de Ramón Garibay installée au numéro 10, qui vend lui aussi des machines à coudre de provenance européenne, ou encore le magasin de E. Hachar au numéro 11 qui propose, entre autres, pianos et machines à coudre.

  • 12 J.P., 22 février 1880, n° 786, p. 4.

24Les portales situés autour de la Plaza de Armas abritent majoritairement des établissements tenus par des Européens ou, plus largement, des magasins vendant des articles de provenance européenne. Parmi les plus renommés de ces « bazars », on peut citer celui tenu par Juan B. Torres, sous le Portal de Matamoros qui propose un large éventail de produits : poupées, vaisselle de cristal, parfums, violons, etc.12, le principal argument de vente de ces marchandises étant leur provenance européenne :

  • 13 J.P., 23 août 1885, n° 1357, p. 4.

« [Juan B. Torres] informe le public en général, et ses nombreux clients en particulier, qu’outre le magnifique choix d’horlogerie, de joaillerie et de cristallerie qu’il possède en permanence dans son établissement, il vient de recevoir de Paris des harmoniums parmi les plus modernes […] des boîtes à musique, […] des couteaux, des fourchettes, […] »13.

  • 14 J.P., 22 février 1877, n° 473, p. 4.
  • 15 J.P., 8 mai 1904, n° 3750, p. 4.
  • 16 J.P., 16 février 1882, n° 993, p. 4.

25La quincaillerie d’Agustín Bartholly se situe, elle, aux numéros 5 et 6 du Portal de Agustinos, tandis que celle de Amberg et Belad occupe le numéro 11 du Portal de las Flores. Face à la cathédrale se trouve le magasin de l’Allemand Alfonso Heymann, spécialisé dans la vente de machines à coudre et autres pièces de quincaillerie, mais aussi dans la commercialisation de pianos, produit pour lequel le Juan Panadero présente un très grand nombre d’annonces14. En effet, toutes les quincailleries mentionnées précédemment semblent vendre aussi des pianos le plus souvent importés d’Allemagne, venant concurrencer les magasins spécialisés dans ce type d’article, comme le magasin « Wagner y Levien Sucesores » situé au numéro 12 de la rue San Francisco15. L’intérêt pour ce type de produit, illustré par la quantité d’articles vantant les qualités des divers pianos importés d’Europe et mis en vente dans les quincailleries de la ville, se voit également matérialisé par l’installation d’une fabrique de pianos en 1882 par un certain Wiegand « ayant travaillé dans les principales usines d’Europe et des États- Unis » et étant, pour cette raison, « au courant de toutes les améliorations ayant été inventées dans ce domaine16 ».

26De nombreux autres magasins viennent compléter ce panorama de quincailleries, merceries et autres « bazars » européens dans le centre de Guadalajara, mais on se contentera ici des principales enseignes, tout en ayant conscience qu’elles ne forment en aucun cas une liste exhaustive. Elles offrent cependant déjà à l’analyse un certain nombre d’éléments importants. Le premier serait sans aucun doute la place qu’occupent les immigrés allemands dans le commerce tapatío, dont ils contrôlent tout le secteur de la quincaillerie/mercerie ainsi qu’une grande partie de l’industrie locale. Contrairement à une idée communément répandue dans l’historiographie classique, qui tend à montrer la présence européenne au Mexique durant le Porfiriat comme étant majoritairement française, responsable du fameux afrancesamiento du pays, l’essentiel du commerce et des importations de matériel européen à Guadalajara est réalisé par des Allemands, particulièrement influents dans la capitale tapatía.

27Cela étant, il est à noter que cette supériorité commerciale allemande s’exprime dans un secteur d’activité bien défini : les Allemands se posent en spécialistes de la quincaillerie, que ce soit en tant que vendeurs, importateurs ou fabricants. Cette remarque est d’importance puisqu’elle nous permet de saisir l’une des bases des représentations collectives forgées sur les nations européennes, chacune étant considérée comme la spécialiste d’un secteur commercial ou culturel donné, ce qui participe de toute évidence aux clichés véhiculés sur tel ou tel peuple européen. Si les Allemands sont incontestablement assimilés au secteur des équipements, de la mécanique, de l’industrie et du commerce en gros dont ils assurent le fonctionnement à Guadalajara, les Français apparaissent, dans le spectacle de la vie quotidienne tapatía, comme les champions de la gastronomie.

« A comer bien ! »17

  • 17 Titre d’un article dans lequel le journaliste relate son repas à la Pastelería francesa de Remigio (...)
  • 18 Pâte de coing qui est encore aujourd’hui considérée comme une spécialité tapatía.

28Parmi les nombreux produits importés d’Europe et commercialisés dans les magasins du centre-ville, tenus par des Européens ou non, figurent en bonne place les denrées alimentaires les plus diverses, témoin d’un goût affirmé des tapatíos pour la gastronomie européenne, et plus particulièrement française. En effet, quoique réputée dans tout le pays pour sa gastronomie locale, notamment pour ses fameux dulces de membrillo18 vendus sous le Portal de las Flores, la capitale du Jalisco voit se côtoyer vendeurs de friandises, de fruits et autres produits locaux, et épiceries européennes qui abondent de produits « exotiques ».

29Ainsi, et pour reprendre la perspective « topographique » précédemment adoptée, les annonces publiées dans le Juan Panadero permettent d’établir une liste, non exhaustive mais déjà très fournie, des divers magasins dans lesquels les habitants de Guadalajara pouvaient s’approvisionner en conserves, friandises, vins et autres produits importés d’Europe. En effet, pour l’ensemble de la période et dans les articles relevés, on compte déjà une vingtaine de magasins, de restaurants et boulangeries qui mettent en vente les derniers arrivages de marchandises européennes.

  • 19 J.P., section « Avisos », s.d. [1886].
  • 20 J.P., 28 juin 1885, n° 1341, p. 4, « Sigue la baratura ».
  • 21 J.P., 24 février 1884, n° 1201, p. 4.
  • 22 J.P., s.d. [1905], p. 3.

30Parmi les plus cités, on trouve le magasin « Ornelas y Hermanos », situé au numéro 6 de la Calle del Palacio et spécialisé dans la commercialisation du vin19, ou encore celui tenu par Palomar et Sahagún au numéro 16 de la Calle de la Aduana et qui, outre un grand choix d’alcools européens, propose également diverses viandes et poissons20. Le Mexicain Felipe Gomez offre, lui, « un magnifique assortiment de conserves » parmi lesquelles il recommande tout particulièrement « la variété de poissons français et espagnols » mais également « la morue d’Écosse »21, tandis que Ignacio Benítez Landa, au numéro 42 de la rue Lopez Cotilla propose des pruneaux, des raisins secs et de l’huile d’olive importés de France ou d’Espagne22.

31La liste des tiendas dans lesquelles pouvaient s’acquérir ces diverses conserves venues d’Europe pourrait évidemment être complétée, mais retenons simplement ici le fait que parmi les denrées comestibles importées d’Europe, le vin, la bière et autres liqueurs et alcools forts constituent l’essentiel des marchandises. Le tableau statistique suivant nous donne un bon aperçu de cette supériorité numérique des avisos annonçant la commercialisation d’alcool dans les divers magasins de la ville.

  • 23 J.P., 26 janvier 1882, n° 987, p. 4.
  • 24 J.P., 20 juin 1880, n° 820, p. 4, « Legítimos vinos tintos recibidos directamente de Burdeos ». Su (...)
  • 25 J.P., 12 mars 1882, n° 1000, p. 4.
  • 26 J.P., 15 décembre 1881, n° 974, p. 4.
  • 27 J.P., 16 août 1888, n° 1688, p. 4.

32Là encore les exemples sont nombreux, dans la mesure où les divers alcools venus d’Europe sont non seulement commercialisés dans les magasins d’alimentation spécialisés dans ce type de produit, comme celui de Pedro Quiroz installé Calle del Carmen23 ou encore la Tienda de la Paz, située à l’angle des rues de Santa Mónica et La Merced, qui propose un choix impressionnant de vins bordelais et d’alcools forts24, mais également dans les diverses quincailleries, merceries et drogueries tenues par des Européens. Ainsi, Ramón Garibay propose diverses sortes de vins français et espagnols25, tandis que les Allemands Alfonso Heymann26, et plus encore Edouard Collignon27, mettent en vente de la bière arrivée d’Europe par les derniers bateaux.

Alimentation et alcools

Alimentation et alcools
  • 28 José Maria Muria, Cándido Galvan, Angélica Peregrina (comp), Jalisco en la conciencia nacional, t. (...)
  • 29 J.P., s.d. [1898], p. 3.
  • 30 J.P., s.d. [1904].

33Cela étant, si la bière occupe une part conséquente des importations commercialisées à Guadalajara, elle constitue également une production importante de l’industrie locale. À la fin du xixe siècle, la ville de Guadalajara dispose en effet de plusieurs brasseries, parmi lesquelles celle de l’Allemand Juan E. Orhner, « montée avec des machines nord-américaines, caractérisée par sa grande propreté28 », celle du Français Bouteloup29 et enfin La Perla. Cette dernière, fondée par les Allemands José et Walter Schnaider, est à l’origine d’une grande partie de la bière commercialisée dans les divers restaurants, cantinas et magasins de Guadalajara30.

34La bière constitue, dans la perspective qui est la nôtre, une illustration intéressante de l’européanisation des modes de consommation, en ce que non seulement elle est importée, vendue et consommée à Guadalajara, mais également, et surtout, parce que sa fabrication s’intègre progressivement aux secteurs industriels mexicains. En effet, les articles publiés à ce sujet par le Juan Panadero montrent bien que l’intérêt porté à cette boisson n’est pas tant lié à la consommation du produit en lui-même, ni à sa provenance européenne, mais bien au fait que l’industrie locale puisse se l’approprier peu à peu. C’est à partir des années 1880 que le Mexique commence à se doter d’une production nationale de bière, production mise en place selon des procédés allemands et que le Juan Panadero commente non sans une certaine fierté patriotique dans un article publié en 1885 :

  • 31 J.P., s.d. [1885], p. 3.

« Il ne fait aucun doute que dans notre patrie tant favorisée par la nature, l’industrie nationale a fait de grands progrès et l’époque n’est pas si lointaine où les produits d’importation seront seulement ceux qu’elle ne peut naturellement pas produire. L’un des progrès de l’industrie est visible dans la fabrication de la bière.
À Toluca a été établie une brasserie de type allemand par Mrs S. Graf et Cie : cet établissement, pourvu de grandes caves, d’appareils, de machines réfrigérantes, et de celles que requiert la fabrication de la “Lagerbier” a donné un produit magnifique en peu de temps.
En guise de preuve sont arrivés il y a peu à l’Hôtel Cosmopolita de cette ville des échantillons de cette bière, dont l’excellente qualité a été largement approuvée, et dont le propriétaire de cet établissement possède une réserve mise à la disposition du public.
La meilleure recommandation que l’on puisse faire de cette bière est qu’elle est entièrement fabriquée conformément à la méthode allemande de la “Lagerbier”, tant pour son système de fermentation froide, que pour les ingrédients qui entrent dans sa composition ; qualité qui la distingue de celle qui est fabriquée jusqu’alors dans le pays31. »

  • 32 Hautement polémique, comme en témoigne l’historiographie récente sur le thème des transferts cultu (...)

35Cet article, s’il met en jeu de façon assez classique la référence aux méthodes européennes comme gage de qualité de la production, souligne dès le premier paragraphe un intérêt marqué pour le fait que cette bière soit un produit national, fruit de la modernisation industrielle mexicaine tant plébiscitée par les élites porfiriennes. Or c’est bien là que réside l’intérêt porté par le Juan Panadero à ce type de production, à savoir le fait qu’elle soit une illustration des capacités industrielles nationales. On assiste ici à une première modalité contradictoire de la référence à l’Europe, qui consiste à évaluer la grandeur nationale en fonction de sa capacité à mettre en œuvre les « modèles » européens32.

  • 33 J.P., 20 octobre 1897, n° 2999, p. 4.

36Par ailleurs, il semble que cette bière fabriquée à Toluca soit véritablement plébiscitée par les consommateurs tapatíos, comme en témoigne le fait qu’elle soit commercialisée de façon plus large à Guadalajara dès 189733.

37Le grand nombre d’avisos annonçant la vente d’alcool à Guadalajara, s’il crée indéniablement un curieux paradoxe avec l’importance et la virulence des articles fustigeant dans ce même journal l’alcoolisme des nations européennes, nous renseigne par ailleurs de façon significative sur les lecteurs et les rédacteurs du Juan Panadero. En effet, il est important de souligner que les alcools dont il est fait mention ici sont pratiquement tous de grands crus, des productions issues des meilleurs vignobles européens, et par conséquent des produits ne pouvant logiquement être destinés qu’à l’élite fortunée de la ville.

  • 34 J.P., 20 juin 1889, n° 2037, p. 3.

38Les produits proposés par le représentant de commerce Luis Quevedo, installé au numéro 21 de la Calle de San Francisco, en sont une illustration éloquente. Cet aviso présente un choix extrêmement varié de vins « importés directement d’Europe », depuis des crus de Bourgogne, divers vins bordelais, jusqu’aux champagnes des plus grandes marques, Veuve Clicquot, Domecq, etc.34. Cet exemple, sélectionné parmi beaucoup d’autres, s’il souligne sans conteste le goût des élites tapatías pour ces produits de luxe venus tout droit d’Europe et auxquels ils ont un accès direct grâce au développement important du commerce à Guadalajara, permet aussi de comprendre quel devait être le type de préoccupation des rédacteurs du Juan Panadero, dont les propos sont, de toute évidence, dirigés en premier aux élites locales. Sans s’attarder pour le moment sur ce caractère élitiste du journal, soulignons qu’un même intérêt est accordé aux divers restaurants et boulangeries français de la ville, établissements élégants et raffinés fortement plébiscités par la population fortunée. Les denrées alimentaires européennes, importées en faibles quantités par rapport aux alcools et ce pour des raisons évidentes de conservation, sont essentiellement accessibles dans les restaurants et pâtisseries de la ville tenus par des Européens, seuls lieux dans lesquels il est réellement donné aux tapatíos les plus riches de connaître la gastronomie française et italienne.

  • 35 J.P., 10 février 1878, n° 574, p. 4.
  • 36 J.P., 3 octobre 1886, n° 1473, p. 4.

39Si l’on trouve plusieurs de ces établissements dans divers endroits du centre-ville, comme par exemple le restaurant Los Tres Mosqueteros du Français Louis Laborde, installé au numéro 36 de la rue Lopez Cotilla35 ou encore la Panadería francesa de Charles Pelestor, « établie en 1880 dans la rue de San Francisco et actuellement au numéro 29 de la rue Prisciliano Sanchez36 », les enseignes les plus prestigieuses se trouvent cependant sous les portales qui encadrent la Plaza de Armas.

  • 37 J.P., s.d. [1888], p. 3.
  • 38 J.P., 6 mars 1884, n° 1204, p. 3.
  • 39 J.P., s.d. [1884], p. 4.
  • 40 J.P., 2 février 1888, n° 1612, p. 2.

40Le Portal Quemado abrite ainsi durant tout le Porfiriat deux des établissements les plus prestigieux de la ville, La Fama Italiana de Don José Rolleri37, et la Pastelería Frances » de Remigio Lions38, tandis que le Portal Hidalgo, face au Palacio accueille, lui, le Café suizo des frères Branca39, qui offre une grande variété de plats européens. Ces « établissements arrangés avec une élégance à la hauteur de leur époque, où l’on buvait et mangeait avec plaisir » [Martinez Réding, 1987 : 36], font l’objet d’un grand nombre d’annonces dans le Juan Panadero, qui n’hésite pas à impliquer personnellement ses rédacteurs dans la publicité de ces restaurants : ainsi, le 2 février 1888 est publié un article dans lequel le journaliste relate son repas à la Pastelería Lions, sur un ton caractéristique du Juan Panadero et qui pour cette raison mérite d’être reproduit dans sa version originale40.

« A comer bien ! »
« Ya estoy harto de comer pozole y los chicharrones me avientan ; es asi que cuando economizo algunos tecolines me encatrino, voy a convidar a mis amigos y me planto en un hotel pidiendo comida y vinos finos para sacar la tripa de mal año ; esto hice el martes y el sitio elegido fue la Pastelería de Remigio Lyons […].
Me sirvieron una comida en gringo en que cada plato tenía el nombre mas estrambólico ; había rabanos largos y blancos que se llaman espáragos, caldo de menudo negro que responde al nombre de consommè y un vinillo muy sabroso que nos sirvieron después del café y que probablemente por eso se llama pouse café [sic], que quiere decir en buen castellano empuja café.
La cocina de los hermanos Lyons es sin duda alguna la mejor de esta ciudad, tanto por lo bien preparado de las viandas como por la abundancia del servicio, todo está retesabroso y detrás de cada plato se lame uno los dedos y no es capaz de darle ni los huesos a los chuchos que pasan por la calle.
Conque ya lo saben mis aparceros ; el dia que su vieja amanezca de mal genio y con la cara gruñona, lárguense en el acto a la Pastelería Francesa, en donde por el módico precio de cuatro realillos se encontrarán una comida que ni soñó el difunto Sardanápalo de quien cuentan las historias que era hombre muy tragón y de muy buen paladar. »
Juan Panadero, section “Gacetilla”, 2 février 1888, numéro 1612, p. 2.

41Effet comique mis à part, cet article nous permet de saisir la place de cette fameuse Pastelería Lions dans la vie quotidienne des populations aisées de la ville, adeptes de gastronomie française, comme en témoignent également les nombreuses autres « activités culinaires » exercées par les frères Lions notamment.

  • 41 J.P., 29 août 1889, n° 2058, p. 3.
  • 42 J.P., 31 janvier 1884, n° 1194, p. 2.

42En effet, et cet exemple de la Pastelería francesa la plus réputée de la ville est à ce sujet parfaitement représentatif de la place de la gastronomie européenne à Guadalajara durant le Porfiriat, Remigio Lions se charge également régulièrement de la réalisation des banquets donnés par les élites de la ville à l’occasion de divers événements locaux, banquets qui privilégient invariablement la gastronomie française, ce fameux « bon goût » si prisé par les élites porfiriennes41. Notons que dans l’organisation de ces déjeuners officiels importe tant le désir de faire preuve d’élégance, en publiant un menu intégralement rédigé en français que l’intérêt pour la gastronomie française en elle-même. La façon dont sont rapportés ces menus dans la presse de l’époque l’illustre clairement42.

  • 43 J.P., s.d. [1889], p. 4.

43La Pastelería Lions est aussi un important point de vente de denrées alimentaires importées d’Europe, au même titre que les nombreux magasins évoqués précédemment43. Enfin, et c’est sans doute ce qui intéresse en premier lieu la « bonne société » tapatía, plus encore que le goût pour la cuisine européenne, ces restaurants sont avant tout des lieux de sociabilité et d’expression de l’adoption des modes de vie européens. L’article reproduit ci-dessus en est un exemple évident, que l’on peut d’ailleurs étendre aux autres restaurants de la ville. Ainsi, la Fama Italiana jouit de la même excellente réputation :

« [c’]était l’endroit où se réunissaient les intellectuels pour discuter, comme Juan Labat, Ramón Morfin, le poète Manuel Puga y Acal, Luis Corro, […] pour savourer d’odorantes “fritangas” et des “botanas” épicées, des mets très relevés qui ne faisaient jamais défaut sur le présentoir de la “cantina” » [Martinez Réding, 1987 : 40-41].

  • 44 Il est intéressant de noter que la cantina, aujourd’hui présentée comme un lieu de réunion typique (...)

44Les restaurants, cantinas44, et autres pâtisseries françaises à Guadalajara font donc partie intégrante de la vie locale, et témoignent d’un désir marqué de vivre « à l’européenne », en adoptant la gastronomie, les lieux de divertissements et de réunion, etc. de l’europe.

45L’analyse de ces pratiques culinaires va donc bien au-delà d’un simple constat du goût des Tapatíos pour la gastronomie française, puisqu’elle constitue surtout un vecteur important d’une européanisation plus globale de la société, de ses mœurs et habitudes.

La santé : promotion et théories médicales

46Si les Français se posent incontestablement en spécialistes de la gastronomie dans la représentation parfois caricaturale que se font les Tapatíos des diverses nations européennes, ils semblent exercer également une certaine suprématie dans les domaines de la pharmacie, des découvertes médicales et de l’hygiène, domaines que l’on se propose de regrouper pour simplifier l’analyse sous celui de la santé en général.

  • 45 Le « Vino de Quina de C. Bernard » fait par exemple l’objet d’un grand nombre d’annonces en 1877 : (...)
  • 46 J.P., 10 avril 1890, n° 2157, p. 4.
  • 47 J.P., 9 mai 1878, n° 599, p. 4.
  • 48 J.P., s.d. [1901], p. 3.
  • 49 J.P., 13 novembre 1881, n° 965, p. 4.

47L’étude de la section avisos du journal met en évidence un certain nombre d’annonces vantant les vertus multiples et parfois « miraculeuses » de divers produits pharmaceutiques importés de France le plus souvent, d’Angleterre parfois. Là encore la liste de ces produits est longue et on ne saurait en faire ici une description exhaustive ; on se contentera donc d’en établir un rapide panorama. Les produits faisant l’objet du plus grand nombre d’annonces peuvent être classés en plusieurs grandes catégories, parmi lesquelles on compte les produits « fortifiants », huile de foie de morue et autres sirops vitaminés45, les médicaments destinés à favoriser la digestion46, les produits d’hygiène générale (dentifrice, parfums, etc.)47, et bien sûr tout type de « produits miracles » soignant à la fois rhumatismes, anémie, migraine et fièvres paludiques48. Jusqu’en 1890, l’origine européenne de ces produits est indiquée indirectement par la consonance française du nom du scientifique ayant supposément inventé le produit : « Doctor Vivien », « C. Bernard », « Chapoteaut » ou encore par une indication plus explicite dans le corps de l’annonce, l’origine européenne de celui qui l’a inventé fonctionnant alors comme une garantie de la qualité du produit : « l’éminent Dr anglais D. Juan Hunter, doté d’un grand talent d’observation a laissé dans le monde une multitude de recettes d’une valeur inestimable en raison de leur merveilleuse efficacité pour soigner toutes les maladies49 ».

  • 50 J.P., s.d. [1890], p. 4.
  • 51 J.P., s.d. [1898], p. 3.
  • 52 J.P., s.d. [1901], p. 2.

48À partir de 1890, la mise en page de ces annonces, ainsi que l’utilisation de la référence à l’Europe comme argument de vente, se voient nettement modifiées : chaque annonce est alors encadrée, agrémentée parfois d’illustrations et indique en fin d’article la provenance parisienne du produit. Beaucoup de médicaments sont annoncés comme venant directement de la firme « Grimault et Cie », installée au 8 rue Vivienne à Paris50, ou encore du groupe « Labélonye et Cie », 99 rue d’Aboukir également à Paris51, voire présentés en français, sans traduction52.

49L’origine parisienne des produits fonctionne comme un argument de vente évident, l’adresse précise du dépôt d’où proviennent ces marchandises investissant automatiquement l’annonce d’une plus grande crédibilité, et donc le médicament d’une plus grande efficacité.

50Parmi les pharmacies les plus réputées de la ville on compte celle de Lázaro Pérez située au numéro 18 de la Calle Santa Teresa, qui fait office de succursale de la Grande Droguerie Lázaro Pérez et fils du numéro 4 de la Calle Santa Mónica et celle de l’Allemand Juan Jaacks, propriétaire d’une droguerie installée à l’angle de la Calle San Francisco et de la Calle Lopez Cotilla, dont l’enseigne résume à elle seule la rencontre des cultures européennes et mexicaine : « Botica Alemana de Nuestra Señora de Guadalupe ». Si ces deux établissements totalisent l’ensemble des annonces « pharmaceutiques » publiées dans le Juan Panadero, ils ne sont pas pour autant les seuls pourvoyeurs de potions et médicaments européens à Guadalajara à cette époque. À la fin du xixe siècle, la capitale tapatía compte en effet vingt-quatre boticas et droguerías, qui mettent en vente des produits venus d’Europe dans leur grande majorité, à l’exception de celle d’Antonio Gutiérrez Esteves qui représente « une réaction nationaliste face aux médicaments exotiques » [Martinez Réding, 1987 : 38], mais n’est malheureusement pas citée par le Juan Panadero. Parmi ces établissements on compte également celui du « fameux » Docteur Nicolas Puga, qui exerce la médecine auprès d’une « large clientèle, jouissant d’une réputation enviable » [O’Farrill, 1895], et donne des cours de chimie et de toxicologie à l’école de médecine de Guadalajara.

51L’intérêt personnel des rédacteurs du Juan Panadero pour la médecine s’exprime dans les articles annonçant la réception par ceux-ci de divers ouvrages médicaux généralement offerts par la maison d’édition madrilène Bailley-Baillière :

  • 53 J.P., 23 novembre 1886, n° 1489, p. 2.

« L’éditeur Bailley-Baillière de Madrid vient de publier l’annuaire de médecine et chirurgie qu’il met à jour chaque semestre et qui est destiné à l’examen rétrospectif de toutes les découvertes et avancées pratiques des sciences médicales […] tous mes remerciements pour l’exemplaire qu’il a eu la bonté de m’envoyer, et je crois que ceux qui se consacrent à l’étude de la médecine pourront s’adresser à l’ancienne librairie Ortiz pour se fournir un exemplaire53. »

  • 54 J.P., 4 mars 1877, n° 476, p. 4, « Tratamiento de la fiebre tifoidea » : lors d’une session de la (...)
  • 55 J.P., 26 décembre 1886, n° 1496, p. 3.

52Cet article, s’il nous rappelle que l’imprimerie d’où sort le Juan Panadero fait aussi office de librairie, souligne surtout l’intérêt indéniable de ses rédacteurs, et plus largement d’une partie de ses lecteurs, pour les découvertes scientifiques européennes comme en témoigne à son tour la publication régulière des comptes rendus de réunions scientifiques ayant lieu en Europe54, ou simplement l’annonce des dernières découvertes faites en la matière : « Que l’on fasse l’essai : la phtisie est actuellement traitée à Paris par un médecin suisse avec des résultats satisfaisants, au moyen d’injections cutanées d’eucalyptus. Que nos médecins fassent l’essai, pour le bien de l’humanité55. »

53L’Europe est perçue comme un modèle à suivre en ce qui concerne l’avancée des sciences médicales pour lesquelles la société tapatía, à l’image de l’ensemble des sociétés européennes au xixe siècle, manifeste un intérêt tout particulier. C’est d’autant plus vérifiable en ce qui concerne la question plus spécifique de l’hygiène, thème cher aux penseurs politiques et scientifiques de l’époque dans le monde entier :

« Quand on aborde le thème de l’influence française au Mexique aux xixe et xxe siècles, la médecine apparaît comme l’un des champs dans lequel celle-ci se manifeste de manière évidente » et ce pour la bonne raison que « cette communauté médicale [la communauté médicale mexicaine] a une grande admiration pour la médecine française. L’appropriation de celle-ci constitue un signe de prestige que chacun depuis sa place dans la société utilise pour se distinguer » [Pérez Siller, 2004].

54Le fait que l’ouvrage cité ne consacre pas moins de six chapitres aux influences françaises sur la médecine et les théories hygiénistes mexicaines en est une claire illustration. Cependant, le Juan Panadero ne saurait constituer une source très complète pour l’analyse de l’application des théories hygiénistes européennes à Guadalajara. On se contentera donc de souligner que ce journal permet néanmoins d’évaluer l’importance de ces questions dans la société grâce à des exemples concrets qui sont autant d’illustrations locales de cet intérêt manifesté plus largement pour la médecine européenne.

  • 56 J.P., 8 mai 1904, n° 3750, p. 4.
  • 57 J.P., 20 octobre 1897, n° 2999, p. 3.
  • 58 La Pastelería francesa de Remigio Lions fait, par exemple, parfois la publicité de son établisseme (...)

55Le Juan Panadero se fait ainsi à sa manière l’écho de préoccupations hygiénistes sans jamais les théoriser, que ce soit par des articles traitant clairement de ces questions56 ou, plus subtilement, dans des articles n’étant pas directement liés au domaine médical : les brasseries et restaurants font ainsi leur publicité sur la bonne tenue de leur établissement et son irréprochable propreté ; Édouard Collignon fait la publicité de la bière qu’il commercialise en arguant du fait qu’il s’agit de la « boisson la plus hygiénique57 » qu’on puisse trouver, argument repris à diverses reprises par les restaurants de la ville58. Ce dernier élément montre bien à quel point le caractère hygiénique d’un endroit ou d’un produit est un argument susceptible de convaincre le client tapatío, à une époque où les préoccupations de cet ordre marquent aussi bien les comportements que l’organisation de la ville, comme en témoignent les importantes évolutions architecturales de Guadalajara durant le Porfiriat.

L’empreinte esthétique : l’idée d’un Beau exclusivement européen

56Vantée par les voyageurs de l’époque qui ne tarissaient pas d’éloges à son égard, la ville de Guadalajara connaît une sorte d’apogée culturelle et esthétique durant le Porfiriat, et devient pour beaucoup la « Perle de l’Occident », « intelligente et noble » [Iguiñiz, 1950], réputée pour l’élégance de son architecture, l’amabilité de ses habitants et la beauté de ses femmes. Sans entrer dans une description aussi flatteuse et littéraire de la ville, description non dénuée d’intérêt mais qui nous amènerait à confondre approche touristique et étude scientifique, on s’attachera à comprendre comment l’évolution des « conceptions esthétiques » à Guadalajara, au travers de l’architecture, des modes vestimentaires et de l’art en général est étroitement liée à une européanisation des mœurs et contribue à créer certains clivages dans la société locale.

57La physionomie de la ville durant le Porfiriat évolue nettement selon des critères esthétiques européens, dont on a d’ailleurs parfaitement conscience à l’époque, et dont les enjeux vont bien au-delà de l’adoption d’une simple « mode ». L’opposition marquée des penseurs révolutionnaires face à cette européanisation des critères esthétiques sous le Porfiriat en témoigne très clairement, comme l’explique Christophe Giudicelli dans son article sur la place de l’Europe dans le discours identitaire mexicain développé par Manuel Gamio :

« le second mode de représentation privilégiée de l’identité nationale [le premier étant la présentation de l’Histoire] est, pour Gamio, la production artistique […]. Or il constate, et c’est là une de ses principales préoccupations, que c’est le domaine le plus corrompu par “l’exotisme”, celui sur lequel le plus gros travail reste à faire » [Giudicelli, 1996].

58S’il ne s’agit certes pas ici d’analyser comment la pensée révolutionnaire a pu s’opposer aux normes porfiriennes, cette citation souligne bien cependant les enjeux identitaires et sociaux que revêt cette européanisation de l’architecture, de la mode et de l’art en général, dont les manifestations sont nombreuses à Guadalajara. Articulant préoccupations hygiénistes, adoption de nouveaux critères esthétiques, et mise en place de nouvelles normes sociales, l’européanisation des « goûts » artistiques des élites tapatías est un thème qui se répercute largement à l’échelle nationale, voire continentale, et est par conséquent très étudié par les historiens. Notre propos n’étant cependant pas de dresser un bilan historiographique de la question, seuls les principaux ouvrages seront mentionnés, afin de saisir comment cette européanisation de la société tapatía telle qu’elle nous est décrite dans le Juan Panadero correspond à un phénomène global, mais possède également ses caractéristiques propres.

Dimension architecturale

59Si le Juan Panadero ne mentionne que rarement ou très indirectement l’évolution architecturale de Guadalajara, soulignons qu’on ne saurait faire l’économie de son étude, dans la mesure où elle constitue une expression visuelle durable de l’européanisation de la ville à cette époque, dont les vestiges sont aujourd’hui encore nombreux.

60Dans la perspective topographique adoptée précédemment, les quartiers européens, mais également l’ensemble des évolutions architecturales de la ville réalisées sur des schémas inspirés des grandes capitales européennes (Paris notamment) constituent en quelque sorte le « décor » dans lequel s’expriment des modes de vie marqués par la référence à l’Europe, qui structure ainsi progressivement l’espace tapatío porfirien.

61L’une des premières expressions évidentes de l’européanisation de l’architecture est sans conteste la construction de ces fameux quartiers français, allemands, américains d’inspiration haussmannienne se développant à l’ouest du centre-ville, ces « splendides “colonias”, qui sont les quartiers les plus modernes, pleins d’élégants édifices avec de vastes et magnifiques jardins » [Iguiñiz, 1950]. Juan B. Iguiñiz indique que « la première “colonia” édifiée à Guadalajara a été la française vers l’ouest de la ville, dans la prolongation de l’avenue Hidalgo » [Iguiñiz, 1950].

  • 59 J.P., 15 mai 1904, n° 3781, p. 2, « Plumadas dominicales ».

62Aisément visualisable sur un plan, les colonias française et américaine se forment donc à la fin du xixe siècle vers l’ouest de la ville, tandis que la Colonia Moderna s’étend, elle, plus vers le sud. Composées « d’élégants chalets » [Iguiñiz, 1950] à l’européenne, ces colonias constituent l’une des manifestations les plus éclatantes de l’européanisation et de la modernisation de la ville, véritable fierté des Tapatíos comme en témoigne cet article publié en 1904 dans le Juan Panadero, et qui explique que ces colonias sont le lieu privilégié des « promenades dominicales », les Tapatíos se rendant « tout d’abord dans [la colonie] américaine, puis dans la française, [allant] naturellement du bon au meilleur59 ».

63Notons que le développement de ces colonias est essentiellement le fait de promoteurs européens, qui s’emparent de ces ambitieux projets urbains au détriment d’un pouvoir local jugé souvent déficient en la matière. Le développement de la ville selon des critères architecturaux européens témoigne ainsi non seulement de l’européanisation de l’esthétique mexicaine, mais également de la domination financière des investisseurs européens dans un domaine alors en pleine extension.

64La mise en place de ces nouveaux quartiers s’inscrit par ailleurs dans une extension globale de la ville qui, sur le modèle de Mexico à la même époque, voit s’élaborer onze nouvelles colonias de 1898 à 1908 parmi lesquelles figurent celles mentionnées ci-dessus vers l’ouest et le sud de la ville, et les quartiers plus pauvres vers l’est.

  • 60 La Gaceta Jalisciense, 28 mai 1886, n° 195.

65Cette croissance urbaine sans précédent, qui s’explique par une augmentation démographique très forte (la population de Guadalajara passe de 80 000 habitants en 1880 à plus de 100 000 habitants en 1898), fait naître la nécessité d’organiser l’ensemble de la ville selon des normes d’hygiène et d’esthétique nouvelles, également inspirées de l’architecture européenne, et qui transforment la cité en un vaste chantier durant une bonne partie du Porfiriat. Un article de la Gaceta Jalisciense permet ainsi de dater certains travaux de la colonia française de 1886, en évoquant les désagréments auxquels sont soumis les habitants du quartier60.

66Cela étant, le reste de la ville évolue également sur le modèle des villes françaises :

  • 61 À la tête du Jalisco de 1904 à 1911.

« La ville du xixe siècle, avec laquelle croissent et se multiplient ses places, les jardins, “maisons de campagne” et fontaines, est soumise à un fort “afrancesamiento” […] et change d’aspect, la Plaza de Armas n’est plus une place ouverte à l’espagnole, avec une fontaine et un marché, et se transforme en place à la française avec un kiosque apporté de France, sur les ordres du gouverneur Ahumada61 » [Gallo Pérez, 1986 : 18].

67Cette forte extension « se manifeste aussi par la prolongation des rues et l’ajout de pâtés de maison rectilignes, avec quelques damiers décalés en diagonale, en cherchant l’amplitude et la perspective dans des avenues conformes aux critères de l’urbanisme moderne » [Ribera Carbo]. Ainsi, dans l’évolution architecturale de la ville dominent largement la ligne droite, l’alignement, la régularité, principes urbanistiques derrière lesquels se voit exprimé l’idéal d’ordre, de progrès, et de modernité cher aux positivistes mexicains auxquels on doit les principales idées composant « l’idéologie porfirienne ». Les gouverneurs locaux se font clairement le relais de ces ambitions urbanistiques en œuvrant activement pour la planification des marchés et la réorganisation de la ville, dans l’idée que « l’urbanisation » constitue « un symbole de la modernité » [Cortes Cuesta, 1999].

  • 62 J.P., s.d. [1884], p. 4.

68Cela étant, et si les évolutions urbaines de la ville de Guadalajara véhiculent incontestablement un ensemble de représentations politiques et sociales, d’ambitions modernisatrices et libérales, précisons que la mise en place des projets d’aménage ment urbain durant le Porfiriat correspond surtout, pour la population tapatía, à une amélioration esthétique et sanitaire de la ville plus qu’à une quelconque expression idéologique. Le Juan Panadero illustre parfaitement cette préoccupation pour l’embellissement de la ville sur des modèles européens, dans un aviso publié en 1884 qui annonce la venue de modèles de jardins européens62.

  • 63 J.P., 28 octobre 1888, n° 1978, p. 4.
  • 64 J.P., 5 septembre 1880, n° 841, p. 3.

69Cet intérêt manifeste de la population tapatía pour l’aménagement de la ville répond également aux préoccupations hygiénistes évoquées précédemment, et se matérialise notamment dans la création de bains publics63 à l’équipement européen, dans la réorganisation des marchés, ou plus spécifiquement par l’assainissement de la rivière San Juan de Dios qui traverse la ville du nord-est au sud-est durant tout le Porfiriat et est finalement recouverte en 1910 pour des raisons d’insalubrité, et de « moralité ». En effet, cette rivière qui traverse les quartiers les plus pauvres de la ville accueille durant tout le xixe siècle les populations défavorisées de Guadalajara qui viennent régulièrement s’y baigner, scandalisant alors les classes sociales plus aisées qui se promènent le long de la rivière. Le Juan Panadero évoque ainsi ce spectacle jugé scandaleux des gens se baignant nus dans le Rio San Juan de Dios, spectacle qualifié de « parodie de Trouville et de Biarritz, où ne brillent pas les plus beaux habits64 ». Notons au passage qu’outre cette curieuse comparaison entre l’un des quartiers les plus pauvres de Guadalajara et les stations balnéaires françaises les plus réputées, on assiste ici à un amusant renversement de la référence à l’Europe, généralement perçue comme modèle d’organisation urbaine et d’hygiène, mais qui incarne dans cet exemple précis l’indécence par excellence, le modèle à ne pas suivre.

70Quoi qu’il en soit, il est important de préciser que la réorganisation urbaine de la ville, si elle concerne aussi bien les quartiers les plus riches comme les colonias étrangères, que les quartiers les plus pauvres comme celui de San Juan de Dios, elle contribue également à créer une division ethnico-sociale forte dans la ville. Elisa Cardenas Ayala suggère très clairement ce contraste géographique dans son étude sur l’espace public tapatío durant le Porfiriat, en expliquant que « c’est l’initiative des élites qui marque l’élargissement de l’espace urbain vers l’ouest, alors que, parallèlement, au-delà de la rivière San Juan de Dios, les quartiers orientaux de Guadalajara continuent leur expansion spontanée » [Cardenas Ayala, 2001 : 94].

  • 65 « Orden y progreso », fameux adage positiviste repris par le régime porfirien.

71Si la réorganisation urbaine manifeste une volonté de rupture avec le passé en se faisant l’expression de « l’ordre et du progrès65 », elle affirme surtout une division sociale très nette entre « la ville créole, maquillée, entreprenante, cultivée, ville à l’architecture “afrancesada”, aimant s’habiller à l’anglaise, bien manger et boire du cognac » et celle peuplée « d’Indiens ou de métis, tous pauvres, ville de maisons d’adobe, qui mange du maïs et boit du Mezcal » [Trujillo Breton, 1998]. À peine caricaturale, cette description contrastée de la capitale tapatía met en lumière l’accentuation très nette des divisions sociales durant le Porfiriat, divisions qui trouvent leur expression comme leur origine dans l’européanisation globale de la ville.

72Dans cette perspective, l’adoption d’éléments culturels européens ne se fait donc plus sur le mode d’une intégration harmonieuse à la culture locale, mais bien comme un facteur de division au sein de la société locale. Ainsi, cette réorganisation urbaine sur des schémas européens « ne peut que créer des tensions entre les besoins créés d’adéquation au modèle et des pratiques séculaires d’utilisation de l’espace » [Cardenas Ayala, 2001 : 94], dont les populations pauvres sont encore largement dépendantes. Ces modifications urbaines porfiriennes véhiculent alors clairement des enjeux identitaires majeurs, l’européanisation de l’architecture par et pour la population aisée de la ville devant être comprise comme l’expression du désir de se différencier de la population plus pauvre, comme en témoigne de la même façon et sur le même principe l’évolution des modes vestimentaires.

Élégance vestimentaire

  • 66 J.P., 1er janvier 1880, n° 771, p. 4, « A la Ciudad de Paris ».
  • 67 J.P., s.d. [1884], p. 4.
  • 68 J.P., s.d. [1904], p. 4.
  • 69 J.P., 17 mai 1888, n° 1662, p. 4.

73Considéré comme la période par excellence de l’afrancesamiento, le Porfiriat voit s’accroître fortement l’attrait pour les modes vestimentaires européennes, comme le prouvent l’ouverture de nombreux magasins de « mode parisienne » ou encore l’annonce d’arrivages de vêtements, tissus, accessoires venus d’Europe, dont la section avisos des journaux rend compte de façon détaillée. Ainsi, « dans la capitale tapatía, les “cajones de ropa” appartenant aux Français connurent un grand succès […]. Les publications jalisciennes des vingt dernières années du xixe siècle – Juan Panadero, Revista de Occidente, la Gaceta Mercantil, El Monitor Jalisciense comprenaient des annonces de ces commerces » [Martinez Réding, 1987]. Cet extrait met en évidence le rôle des journaux locaux dans la diffusion des modes vestimentaires européennes, dont ils offrent une publicité permanente, comme l’illustre parfaitement le Juan Panadero. Celui-ci présente en effet un panorama relativement détaillé des divers magasins de mode, ces fameux cajones de ropa généralement tenus par des Français et offrant à la clientèle fortunée de Guadalajara un accès direct à la mode européenne et à ses produits. Il est ainsi fait une large publicité du magasin A la Ciudad de Paris, propriété du Français Casa devant, situé à l’angle de la Calle San Francisco et du Portal Quemado et proposant une très grande variété d’accessoires venus d’Europe (chapeaux, cravates, parapluies, etc.)66, ainsi que du magasin des chapeliers allemands Zölly, spécialisés dans l’importation de chapeaux des « dernières modes parisiennes » et situé entre la Calle de San Francisco et la Calle del Carmen67. Citons également La Ciudad de México spécialisé dans la lingerie et les soieries68, où l’on trouve aussi régulièrement « de nouveaux arrivages de tissus, de tapis et les dernières nouveautés d’Europe » [O’Farrill, 1895], ainsi que La Ciudad de Londres, autre cajón de ropa réputé de la ville et qui importe des tissus et des accessoires de luxe, et est situé à l’angle des Portales Mina et Agustinos69. Le Piano de Cola de Kuncharot et Rose, sous le Portal de Allende face à la petite place de l’Université, est également une enseigne prestigieuse, et propose à « la constante réunion de consommateurs qui s’y trouve en raison de la bonne qualité de ce qui s’y vend » un ensemble de « tissus de toutes sortes, de tapis, de décorations, de manteaux, de chemises, etc. » [O’Farrill, 1895].

  • 70 J.P., s.d. [1904], p. 3.

74Outre ces divers établissements, le Juan Panadero consacre la plus grande partie des annonces aux fameuses Fábricas de Francia, l’établissement européen alors sans conteste le plus prestigieux de la ville et qui reste encore aujourd’hui « l’un des magasins de tissus et de nouveautés les plus importants […] de Guadalajara » [Valerio Ulloa, 2002 : 72]. En 1879, les Français Bonnafoux, Fortoul, Berlie et Chapuy réunissent les deux magasins Las Flores et Las Fábricas de Francia auparavant installés sous le Portal de las Flores sous une seule et même enseigne Las Fábricas de Francia, dirigé à partir de 1884 par les seuls Fortoul et Chapuy. Dès lors, installé à l’angle des rues San Francisco et del Carmen (actuelle Avenida Juárez) et aisément identifiable par sa façade de « style français » élaborée par Ernest Fuchs, cet établissement devient l’un des plus prestigieux de la ville, et est actuellement le « seul des grands “cajones de ropa” établis au xixe siècle qui soit toujours en activité aujourd’hui à Guadalajara et qui, plus de cent ans après sa fondation, soit l’un des principaux magasins d’ameublement de la capitale du Jalisco » [Martinez Réding, 1987 : 205]. Ce succès explique que le Juan Panadero en fasse une abondante publicité, essentiellement à partir des années 189070. S’il est malheureusement impossible de faire ici une étude détaillée et exhaustive de ces cajones de ropa, il est cependant important de souligner qu’ils jouent un rôle essentiel dans la vie tapatía durant le Porfiriat.

  • 71 J.P., s.d. [1887], p. 4.
  • 72 J.P., 18 mars 1877, n° 480, p. 4.
  • 73 J.P., 15 avril 1886, n° 1424, p. 3.

75Par ailleurs, aux côtés des annonces pour ces grandes enseignes européennes figurent aussi des articles indiquant la vente d’accessoires, de tissus, chaussures et chapeaux venus d’Europe dans des magasins tenus par des Mexicains, comme La Jalisciense, magasin de chaussures qui, malgré son nom, vend essentiellement des produits européens71, mais également dans des magasins n’étant pas spécialisés dans ce genre de produits. C’est le cas par exemple de la mercería d’Agustín Blume, qui annonce en 1877 la mise en vente d’un arrivage « d’accessoires de luxe72 », ou encore du magasin du fameux Édouard Collignon, qui informe ses clients de l’arrivée « d’un magnifique assortiment de vêtements et de bibelots, importés directement d’Europe73 ».

76Outre ces nombreux et luxueux cajones de ropa dont dispose la population tapatía fortunée, la présence de tailleurs capables de reproduire les « dernières nouveautés de la mode parisienne » grâce aux tissus achetés dans les établissements précédemment évoqués est aussi signalée dans les journaux de l’époque, qui en font une abondante publicité.

  • 74 La Gaceta Jalisciense, section « Avisos », 26 avril 1886, n° 190.
  • 75 J.P., 11 octobre 1885, n° 1371, p. 3.

77Les Français semblent également s’imposer dans cette activité, représentés notamment par un certain Ernest Mourguet dont l’atelier de couture est installé au numéro 7 de la rue San Francisco, et qui affiche ce curieux slogan : « Le rendez-vous du high-life jalisciense74 ». Il fait l’objet d’un certain nombre d’articles très élogieux de la part des journaux de l’époque, comme en témoigne le Juan Panadero qui n’hésite pas à faire une publicité personnelle et détaillée de l’atelier de couture ouvert par le Français en 188675.

  • 76 J.P., 15 avril 1886, n° 1424, p. 3.

78La couturière française Guillermina Luiset joue également un grand rôle dans la diffusion de la mode parisienne à Guadalajara, comme l’indiquent les témoins de l’époque. Arrivée en 1880 dans la capitale tapatía avec « un magnifique assortiment de robes, corsets, ces derniers dessinés à Paris par Madame Vertus pour “arranger le buste dans des proportions harmonieuses” » [Martinez Réding, 1987], Guillermina Luiset fait rapidement la publicité de ses marchandises auprès des femmes de la haute société tapatía, pour ensuite les transmettre à la Señora Luz R. del Castillo, propriétaire d’un établissement renommé sous le Portal de Washington. Précisons au passage que le Juan Panadero ne fait que de très rares mentions de la venue de la Señorita Luiset, à la différence des témoignages de l’époque qui la présentent comme déterminante dans l’adoption de la mode française à Guadalajara. Cette dernière remarque est d’importance puisqu’elle illustre et explique le décalage existant parfois entre les conclusions que l’historien peut tirer de l’analyse d’une source journalistique, et les témoignages de l’époque, décalage imposant dès lors la nécessité de systématiquement recouper les informations délivrées par le Juan Panadero avec les récits de contemporains de l’époque. Sans s’attarder sur ces considérations méthodologiques, si le Juan Panadero semble accorder peu d’importance aux activités de Guillermina Luiset, il publie néanmoins régulièrement des avisos dans lesquels d’autres couturières offrent leurs services76, et dont le principal argument reste leur capacité à créer des vêtements conformes « à la dernière mode parisienne ». La récurrence de cette référence témoigne incontestablement de la domination du « modèle » français dans le domaine vestimentaire durant le Porfiriat, phénomène qui, au-delà d’une simple mode au sens éphémère du terme, est clairement révélateur de la teneur des représentations sociales de l’époque à Guadalajara.

  • 77 J.P., s.d. [1898].

79Ainsi, et comme dans le reste du pays, voire de l’Amérique latine au même moment, la France reste associée pour les Tapatíos à l’élégance, au bon goût, au raffinement, et plus encore au luxe, comme en témoigne cet article publié en 1898, affirmant qu’en France « la modiste, le tailleur, le bijoutier, le coiffeur […] ne manquent jamais de travail77 ».

80L’adoption de la mode vestimentaire française est donc une façon de s’affirmer aux yeux du reste de la société comme appartenant à un monde civilisé, cultivé, dont les codes sont à cette époque diffusés dans l’ensemble des élites latino-américaines. Marqueur identitaire essentiel,

« le vêtement constitue un instrument privilégié de construction et de négociation des identités. Ainsi, par sa consommation ostentatoire et ses reflets économiques fréquents (produits, boutiques), la mode […] peut manifester un modèle, être le signe extérieur revendiqué de richesse et d’ancienneté culturelle ou, au cas contraire, dans l’arène politique, d’un homme qui se veut nouveau » [Rolland, 2000 : 27].

81De la même façon, s’habiller à l’européenne implique également une certaine prise de distance vis-à-vis du reste de la population mexicaine, métisse ou indienne :

« il ne faut pas oublier que “el indio de calzón” dérangeait par son immoralité les dames et les messieurs de la bourgeoisie et de la dite “aristocratie” qui s’habillaient conformément aux modes européennes, allant jusqu’à rendre obligatoire le port du pantalon pour entrer à Guadalajara ou dans d’autres villes à l’intérieur de l’État » [Trujillo Breton, 1998].

  • 78 Le journal local La Conciencia Pública critique ainsi l’instauration de cette mesure dans la ville (...)

82En 1887 est ainsi adoptée une loi obligeant tous les hommes venant à Guadalajara à porter des pantalons au lieu du traditionnel calzón porté dans les zones rurales. Si elle ne fait pas l’unanimité de la presse locale qui voit là une mesure discriminante, superficielle et ridicule78, cette normalisation des tenues vestimentaires s’inscrit néanmoins pleinement dans le projet positiviste porfirien de réglementation de chaque aspect de la vie quotidienne, qui implique la classification des individus selon des critères

« parmi lesquels se mêlaient surtout les préjugés de classe : diététiques (ceux qui mangeaient des “tortillas compuestas” et ceux qui les mangeaient avec du “chile”), vestimentaires (la classe aisée ou bien habillée, la classe moyenne ou avec veste et pantalon, et la classe pauvre ou en culottes), ethniques (les Nord-américains et les Européens, les créoles, une partie des métis et du clergé inférieur composaient les classes aisées, les métis propriétaires et “rancheros” appartenaient à la classe moyenne, et la classe pauvre comprenait majoritairement des indiens) » [González Navarro, 1957 : 337].

  • 79 J.P., s.d. [1901].
  • 80 J.P., 6 mai 1888, n° 1659, p. 3.

83Le fait d’adopter une mode vestimentaire européenne véhicule ainsi un ensemble de représentations sociales et de positionnements identitaires spécifiques dont il faut avoir conscience lorsque l’on s’intéresse aux questions de la « mode » durant le Porfiriat. L’adoption du corset par les femmes tapatías, de même que l’utilisation de lotions et poudres destinées à blanchir le teint79 illustrent cette volonté de modifier son apparence selon des normes esthétiques et physiques inspirées d’Europe. S’inscrivant de toute évidence dans les préoccupations darwinistes sociales de l’époque et ses répercussions raciales, ce désir de « ressembler », dans le plein sens du terme, à l’Européen, appellerait un approfondissement théorique qu’il est malheureusement impossible de développer ici, notamment parce qu’il nous éloignerait trop de notre terrain d’observation. Le Juan Panadero ne nous donne en effet pas véritablement accès à ce genre d’analyse, ou seulement de façon très indirecte, mettant plutôt l’accent sur l’importance de présenter au regard étranger l’image d’une société cultivée et élégante. La loi obligeant tout homme se rendant à Guadalajara à porter des pantalons va dans ce sens, de même que cette annonce du Juan Panadero publiée en 1888 pour La Ciudad de Londres, dans laquelle le journaliste, non sans son habituelle ironie, invite ses lecteurs à s’y rendre : « maintenant qu’avec l’arrivée prochaine du chemin de fer, nous allons recevoir la visite d’inconnus, devant qui nous aurions honte d’être déguenillés, il est important que mes compagnons profitent de l’occasion pour acheter à bas prix dans ce magasin tous les habits qui leur font défaut80 ». Outre la référence à cet événement local majeur qu’est la mise en place du chemin de fer à Guadalajara la même année, ainsi que le ton humoristique de cette remarque, on peut affirmer qu’on a là l’expression d’une préoccupation constante de la population tapatía à cette époque, à savoir le regard porté sur elle par les « étrangers ».

84Cette préoccupation, si elle est en partie tournée en dérision par le Juan Panadero n’en reste pas moins nettement perceptible dans les articles étudiés, le vêtement « européen » jouant alors un rôle essentiel dans l’image que l’on donne de soi aux étrangers, et par conséquent de l’image que la société se fait d’elle-même, image forgée plus nettement encore au travers des nombreux divertissements et réunions culturelles dans lesquelles elle évolue.

Représentations artistiques

85Aux côtés de cette section avisos, le lecteur dispose également d’une grande quantité d’articles relatifs aux représentations théâtrales et à l’opéra à Guadalajara et qui, pour simplifier l’analyse, sont ici regroupés sous la catégorie des « chroniques théâtrales ».

  • 81 On peut citer par exemple cet article annonçant la venue de Sarah Bernhardt au Mexique, publié dan (...)
  • 82 J.P., s.d. [1904], n° 3757, p. 3.
  • 83 J.P., 15 juillet 1888, n° 1679, p. 2.

86Particulièrement important dans le Juan Panadero, ce type d’article se retrouve systématiquement dans la plupart des publications de l’époque, que ce soit de façon dispersée, dans des journaux comme El Occidental ou la Gaceta Jalisciense81, ou dans des sections plus spécifiquement destinées à la question. C’est le cas, par exemple, du journal La Libertad publié à Guadalajara de 1898 à 1909 et qui « compte avec d’amusantes sections sur la vie à Guadalajara : Depuis les gradins, chronique théâtrale signée Figaro » [Del Palacio Montiel, 1991 : 439], lequel Figaro signe d’ailleurs un article dans un numéro du Juan Panadero publié en 190482. Ce dernier, sans disposer d’une section spécifiquement consacrée aux chroniques théâtrales, publie néanmoins dans la section « Gacetilla » de chaque numéro une colonne destinée à présenter les dernières représentations théâtrales ayant eu lieu au Teatro Degollado, « réservé aux compagnies de haute catégorie, pour la qualité de leurs spectacles et la supériorité de leurs acteurs » [Muria, 1991 : 308], et dans une moindre mesure au Teatro Principal83, autrefois appelé Coliseo et où « les œuvres de genre secondaire, pour leur légèreté, y étaient représentées avec succès » [Muria, 1991 : 308]. Précisons néanmoins que ces chroniques théâtrales et critiques artistiques sont majoritairement consacrées aux représentations ayant lieu au Teatro Degollado, au détriment des spectacles plus « populaires » visiblement délaissés par les journalistes du Juan Panadero qui leur accordent à peine une annonce de temps à autre.

Chroniques théâtrales

Chroniques théâtrales

87Comme le montre le diagramme ci-dessous, le théâtre et l’opéra sont les deux genres artistiques les plus évoqués dans le journal, de façon certes irrégulière sur l’ensemble de la période mais justement significative, le nombre d’articles augmentant lors de l’arrivée d’une troupe d’opéra ou de théâtre à Guadalajara.

  • 84 J.P., 12 janvier 1882, n° 982, p. 2.

88En ce qui concerne plus spécialement les représentations à l’opéra, la première décennie du Porfiriat est marquée par la présence sur scène de la célèbre cantatrice nationale Angela Peralta, « le rossignol mexicain », dont la compagnie italienne d’opéras se produit pour la dernière fois à Guadalajara en 1882, l’année précédant la mort de l’artiste. Le Juan Panadero fait à plusieurs reprises l’éloge de son talent, dans des articles caractéristiques du ton employé dans ces chroniques, comme en témoigne par exemple le titre de cet article publié en 1882 : « À notre immortelle diva Angela Peralta84 ».

  • 85 J.P., 13 août 1885, n° 1354, p. 3.
  • 86 J.P., 23 janvier 1890, n° 2135, p. 1.

89Très rapidement, celle-ci laisse place à une autre diva, espagnole cette fois, « la Patti », dont l’arrivée au Mexique est annoncée en 1885 pour l’année suivante85. Ce n’est que quatre ans plus tard qu’elle et sa troupe se rendent à Guadalajara, suscitant un émoi visible dans le Juan Panadero, qui lui consacre un éditorial, en se réjouissant du fait que « ceux dont le manque de vil métal ou quelque intérêt retiennent contre leur gré à Guadalajara » puissent « se consoler avec la douce espérance que la reine du chant vienne par ici86 ».

90Le journaliste exprime ainsi avec humour un regret constamment évoqué dans le journal : celui de ne pas avoir accès aux représentations données par les compagnies d’opéras ou de théâtre aussi facilement qu’à Mexico. Malgré la visite de nombreuses compagnies, dont on prétend ici dresser un rapide panorama, il est vrai que celles-ci se font logiquement plus rares à Guadalajara que dans la capitale du pays, alimentant chez les élites locales le sentiment de n’être qu’en « périphérie » de la capitale du pays.

91La venue d’artistes européens dans cette dernière a d’ailleurs fait l’objet d’un certain nombre d’études ; dans l’ouvrage déjà cité de M. González Navarro on peut lire par exemple, un chapitre sur « l’opéra et la bonne musique » qui, s’il nous renseigne de façon détaillée sur les œuvres, artistes et compagnies européennes plébiscités au Mexique (et donc également à Guadalajara) durant le Porfiriat, traite cependant uniquement des représentations à Mexico [González Navarro, 1957 : 749- 760]. Très peu d’études existent en fait sur la présence des troupes italiennes, françaises et espagnoles dans les villes de province, délaissées dans ce domaine tant par l’historiographie que par les artistes de l’époque.

92Pourtant le Juan Panadero nous renseigne sur la venue de plusieurs compagnies d’opéra italiennes à Guadalajara, illustrant ainsi les propos de M. González Navarro qui explique qu’à la mort d’Angela Peralta, « les saisons d’opéras se firent principalement avec des artistes italiens et dans une moindre mesure avec des Français » [González Navarro, 1957 : 753].

  • 87 J.P., s.d. [1899].

93En effet, à partir de la deuxième moitié des années 1880, les compagnies d’opéra se produisant à Guadalajara mettent en scène essentiellement des artistes italiens, comme en témoignent ces nombreux articles publiés en 1898 et 1899, qui vantent les mérites de « la ópera italiana87 » et de ses interprètes alors présents dans la capitale tapatía.

  • 88 J.P., 24 avril 1904, n° 3757, p. 3.
  • 89 J.P., s.d. [1904].
  • 90 El Occidental, section « Gacetilla », s.d. [1886], « La ópera ».
  • 91 ϑ.−P., s.d. [1905] « Vendrá Luisa Tetrazzini ».

94Comme l’indique le diagramme, de nombreuses chroniques sont également publiées en 1904 et correspondent à la venue de la troupe du maestro italien Azzali, annoncée pour le mois de mai88. Abondamment salué par les journalistes du Juan Panadero, qui consacrent trois colonnes aux artistes qu’il dirige89, Azzali se charge en 1905 de la fanfare de la gendarmerie de la ville, comme l’avait fait avant lui son compatriote Cornazzani, responsable à la fin des années 1880 d’une troupe d’opéra italienne composée d’artistes locaux90. L’année 1904 est également marquée par la venue de Luisa Tetrazzini, « cette éminente cantatrice avec son excellente compagnie91 […] ».

  • 92 J.P., s.d. [1904], numéro 3757, p. 3, « La Compañía francesa de ópera y operata ».
  • 93 J.P., 27 janvier 1878, n° 570, p. 4, « La hija de Mme Angot ».
  • 94 J.P., 15 janvier 1880, n° 775, p. 3.
  • 95 J.P., 5 février 1880, n° 781, p. 3.

95Le même engouement semble exister pour le théâtre et l’opérette (la fameuse « zarzuela »), genres dans lesquels Français et Espagnols se distinguent de toute évidence autant que les Italiens pour l’opéra. On trouve ainsi quelques annonces pour des compagnies d’opéra et opérettes françaises92, et certaines pièces du répertoire français sont très jouées à l’époque, comme celle de Lecoq intitulée La fille de Madame Angot, représentée à Guadalajara en 187893, puis en 1880 lors d’une représentation « triomphale » qui fait dire au journaliste que les « pièces si jolies et élégantes comme la Fille de Madame Angot, du répertoire français » sont en général préférées du public « aux zarzuelas espagnoles94 ». D’autres pièces françaises sont régulièrement pré sentées tout au long de la période, comme par exemple la zarzuela « Giroflé, Giroflá95 ».

  • 96 J.P., 29 juillet 1877, n° 518, p. 3.
  • 97 J.P., 4 octobre 1888, n° 1972, p. 3, « Zarzuela ».

96Pour autant les compagnies espagnoles ne sont pas en reste, et la venue de la compagnie de théâtre de Doña María Rodriguez en 1877 est accueillie avec un très grand enthousiasme96, puis couronnée d’un franc succès auprès des Tapatíos, « comblés par le jeu des acteurs » [Muría, p. 310]. La mise en scène de diverses zarzuelas par des troupes venues d’Espagne, « terre classique du spectacle97 », est fréquente durant toute la période, et montre l’intérêt du public de Guadalajara pour ce genre théâtral.

  • 98 J.P., 12 mai 1889, n° 2026, p. 3, « Ojalá ! »
  • 99 J.P., 18 juillet 1889, n° 2045, p. 2, « La Compañía italiana ».

97Cependant la troupe la plus vantée par le Juan Panadero dans ce domaine est sans conteste celle de l’Italien Emmanuel, dont la venue est annoncée dans un article extrêmement enthousiaste du 12 mai 1889, qui décrit Emmanuel comme « un grand acteur, avec lequel ne sauraient se comparer les plus éminentes notabilités ayant jusqu’alors foulé notre scène » et qui vient accompagné d’ » une actrice inimitable, charmante, jeune et belle, disciple d’Emmanuel mais qui a plus de talent que son maître, Virginia Reiter âgée de vingt-trois ans98 ». Après diverses annonces de ce type, la célèbre troupe arrive finalement début juin, et le Juan Panadero lui consacre alors plusieurs colonnes extrêmement élogieuses chaque semaine, jusqu’à son départ vers le 18 juillet de la même année, date à laquelle est publié un dernier article la concernant, s’achevant sur ces mots : « Que la gloire et la fortune les accompagnent où qu’ils aillent, et qu’ils n’oublient jamais cette ville qui a su les estimer à leur juste valeur99. »

  • 100 Leopoldo Orendain, op. cit., p. 308-309.
  • 101 J.P., 3 mai 1877, n° 493, p. 4.
  • 102 J.P., 31 mai 1877, n° 501, p. 2.

98À côté de ces prestigieuses représentations, qui font l’objet de commentaires et de longs articles dans le Juan Panadero, il est également fait publicité de spectacles plus « populaires », ayant parfois lieu au Teatro Degollado malgré le caractère élitiste de celui-ci. Ainsi « on y présentait de façon relativement fréquente des spectacles de magie, qui avaient les faveurs du public100 », tels que celui du « Grand Herrmann et de Mademoiselle Addie accompagnés de M. Watson l’homme poisson101 » ou encore celui du prestidigitateur Castiglione, annoncé comme « beaucoup plus habile et étonnant » que Herrmann102.

  • 103 Leopoldo Orendain, op. cit., p. 305.

99En effet, « durant les deux dernières décennies du xixe siècle, une forte attente était encore créée par l’annonce des compagnies théâtrales, l’arrivée d’un cirque ou la présentation de personnages aux noms retentissants, à la réputation de magiciens ou de nécromants, ensorceleurs des imbéciles103 », et plus que par l’arrivée des prestigieuses compagnies d’opéra précédemment évoquées, comme le laisserait entendre le Juan Panadero.

  • 104 J.P., 24 avril 1904, n° 3748, p. 3.

100Cette vision déformée de la réalité est une caractéristique des sources journalistiques de l’époque qui, présentée par une élite le plus souvent littéraire et cultivée, fait la publicité des spectacles l’intéressant en premier lieu et en publie la critique détaillée et argumentée, tandis que les spectacles plus « populaires » font l’objet d’une simple annonce. Les journalistes du Juan Panadero soulignent d’ailleurs eux-mêmes ce décalage, puisqu’ils déplorent très souvent le fait que le public se montre si rare ne sachant apprécier la qualité de ce qui lui est proposé104. Cette question du manque d’intérêt du public tapatío pour l’opéra et le théâtre classique fait l’objet de très nombreuses remarques de la part du Juan Panadero, qui déplore à plusieurs reprises que l’absence de public, outre le fait qu’elle manifeste le faible degré de culture de la population de Guadalajara, a surtout pour conséquence matérielle la difficulté de faire venir des artistes à Guadalajara, ceux-ci n’ayant aucunement l’assurance de voir leur déplacement financé. Le fait que soit consacré un éditorial à cette question illustre à quel point le sujet préoccupe les journalistes :

  • 105 J.P., s.d. [1901], p. 1.

« à plusieurs reprises les amoureux de l’art se sont plaints de ce que les artistes éminents ne voulaient pas venir à Guadalajara. Mais pourquoi viendraient-ils puisqu’ils savent parfaitement qu’ils ne trouveront ici aucune protection de la part du public ? Personne ne veut travailler pour le seul plaisir105 ».

101Contre cette « mauvaise réputation », le Juan Panadero n’a de cesse de se mobiliser, appelant par exemple « les riches » avant la venue de la Compagnie Emmanuel,

  • 106 J.P., 12 mai 1889, n° 2026, p. 3.

« à faire tous les efforts possibles pour attirer cette compagnie qui est, non seulement la meilleure que l’on ait jamais vue dans cette ville, mais également celle dont ne peuvent même pas avoir l’idée ceux qui, comme notre public en général, ignorent le degré de perfection qu’atteignent aujourd’hui les représentations d’art dramatique avec les acteurs italiens et français106 ».

  • 107 J.P., s.d. [1890], « Opera ».

102Cela étant, et toujours en ce qui concerne cette dimension financière de la venue des compagnies étrangères, il est bon de comprendre que, si comme le souligne non sans mépris pour ses propres concitoyens le Juan Panadero, les artistes viennent peu à Guadalajara du fait du manque de public, ce dernier se fait rare également en raison du prix élevé des représentations, comme l’illustre cette liste des abonnés à l’opéra publiée en 1890, et dans laquelle ne figurent que les membres les plus fortunés de l’élite tapatía. Notons au passage que parmi ces seize abonnés figurent cinq Européens, notamment les Espagnols Fernandez del Valle et Martinez Negrete, les Allemands Teodoro Kunhardt et Carlos Behn, ou encore l’Anglais Lancaster Jones107, assez riches pour pouvoir s’offrir un tel divertissement.

  • 108 J.P., s.d. [1885], p. 3.
  • 109 On peut citer par exemple cet article publié en juin 1904 et dans lequel le critique théâtral Figa (...)

103À ce sujet il est important de souligner le fait qu’aller à l’opéra ou à une représentation de théâtre classique constitue un moyen efficace d’intégration au cercle intellectuel et social des élites tapatías, qui se retrouvent entre elles au Teatro Degollado et y organisent par exemple des spectacles destinés à des œuvres de charité108. Ainsi l’intérêt pour les compagnies européennes d’art dramatique tel qu’il se manifeste dans le Juan Panadero est bien l’expression d’une appartenance à un monde culturel élitiste, mêlant la « haute société » tapatía, les immigrés européens et certains journalistes. La façon dont les articles sont présentés, plus encore que les œuvres et artistes dont il est fait la publicité, témoigne de l’existence d’un cercle culturel restreint auxquels appartiennent les journalistes du Juan Panadero, voire les journalistes tapatíos dans leur ensemble et avec lesquels s’organisent parfois des débats culturels excluant de toute évidence les non initiés à ce genre de questions109. Les représentations théâtrales constituent donc non seulement un vecteur de diffusion d’une certaine vision de l’Europe mais surtout le lieu par excellence dans lequel s’exprime le plus clairement l’intégration des immigrés européens fortunés aux élites tapatías, autour des mêmes codes culturels et sociaux.

Notes

1 On compte notamment un éditorial, la section « Noticias diversas » destinée à l’actualité mondiale, la section « Gacetilla » consacrée aux faits divers locaux ou nationaux, ou encore la rubrique « Variedades » réservée aux publications littéraires.

2 Le développement de la publication d’annonces publicitaires dans les journaux de Guadalajara est un phénomène tardif : tandis que les journaux de la côte Atlantique, notamment à Veracruz, publient dès le début du xixe siècle des rubriques publicitaires, ce n’est qu’au début du Porfiriat que l’on voit apparaître ce type de section dans la presse tapatía. Voir Celia del Palacio Montiel, « Dos formas de acceder a la modernidad. El nacimiento de la prensa en Guadalajara y Veracruz en el siglo xx », 49e Congreso Internacional de Americanistas, Quito, Ecuador, 1997.

3 Souvent cités dans les annonces publicitaires, les abarrotes, articles de bazar divers et variés sont le plus souvent de provenance européenne. Généralement présentés sous forme de liste, de surtidos, tout droit venus d’Europe, ils offrent une approche détaillée de la diversité des produits européens qui étaient alors consommés à Guadalajara.

4 Référence tirée de l’ouvrage de José Villagordoa, Guía y Album de Guadalajara para los viajeros, Guadalajara, 1888, cité dans Fernando Martinez Reding, Los tapatíos, un modo de vivir, Ayuntamiento de Guadalajara, 1987, p. 196.

5 Juan Panadero (dorénavant indiqué J.P.), 15 septembre 1881, n° 974, p. 4.

6 J.P., 5 janvier 1882, n° 980, p. 4.

7 Les annonces avertissant le public de l’arrivée de nouvelles machines chez Julio Jürgensen sont nombreuses, on ne les citera donc pas toutes, mais à titre d’exemple : J.- P., 22 avril 1880, n° 805, p. 4 : « Máquinas de coser en la casa de Julio Jürgensen ». Suit la liste des différentes marques de machines à coudre commercialisées dans le magasin.

8 J.P., 8 mai 1887, p. 4.

9 J.P., s.d. [1888], p. 4.

10 Il s’agit en espagnol des « ferreterías » que, pour des raisons de commodité, on a choisi de traduire par « quincailleries », même si ce terme n’est pas l’exact équivalent.

11 J.P., 21 mars 1880, n° 794, p. 4.

12 J.P., 22 février 1880, n° 786, p. 4.

13 J.P., 23 août 1885, n° 1357, p. 4.

14 J.P., 22 février 1877, n° 473, p. 4.

15 J.P., 8 mai 1904, n° 3750, p. 4.

16 J.P., 16 février 1882, n° 993, p. 4.

17 Titre d’un article dans lequel le journaliste relate son repas à la Pastelería francesa de Remigio Lyons. J.-P., 2 février 1888, n° 1612, p. 2, « A comer bien ! ».

18 Pâte de coing qui est encore aujourd’hui considérée comme une spécialité tapatía.

19 J.P., section « Avisos », s.d. [1886].

20 J.P., 28 juin 1885, n° 1341, p. 4, « Sigue la baratura ».

21 J.P., 24 février 1884, n° 1201, p. 4.

22 J.P., s.d. [1905], p. 3.

23 J.P., 26 janvier 1882, n° 987, p. 4.

24 J.P., 20 juin 1880, n° 820, p. 4, « Legítimos vinos tintos recibidos directamente de Burdeos ». Suit une liste d’une quinzaine de grands crus, vantés non seulement pour leur qualité gustative, mais aussi pour leurs vertus thérapeutiques.

25 J.P., 12 mars 1882, n° 1000, p. 4.

26 J.P., 15 décembre 1881, n° 974, p. 4.

27 J.P., 16 août 1888, n° 1688, p. 4.

28 José Maria Muria, Cándido Galvan, Angélica Peregrina (comp), Jalisco en la conciencia nacional, t. II, México, 1987, p. 555.

29 J.P., s.d. [1898], p. 3.

30 J.P., s.d. [1904].

31 J.P., s.d. [1885], p. 3.

32 Hautement polémique, comme en témoigne l’historiographie récente sur le thème des transferts culturels entre l’Europe et l’Amérique latine, le terme « modèle » est volontairement employé ici comme illustrant le phénomène d’appropriation des méthodes de fabrication européennes par l’industrie mexicaine. Les processus de fabrication de la bière allemande sont bien ici pris comme modèles, dans le plein sens du terme. La formulation même de l’article ne fait d’ailleurs aucun doute sur ce rapport entre l’Europe et le Mexique : il s’agit de copier les méthodes allemandes pour garantir la qualité de la production

33 J.P., 20 octobre 1897, n° 2999, p. 4.

34 J.P., 20 juin 1889, n° 2037, p. 3.

35 J.P., 10 février 1878, n° 574, p. 4.

36 J.P., 3 octobre 1886, n° 1473, p. 4.

37 J.P., s.d. [1888], p. 3.

38 J.P., 6 mars 1884, n° 1204, p. 3.

39 J.P., s.d. [1884], p. 4.

40 J.P., 2 février 1888, n° 1612, p. 2.

41 J.P., 29 août 1889, n° 2058, p. 3.

42 J.P., 31 janvier 1884, n° 1194, p. 2.

43 J.P., s.d. [1889], p. 4.

44 Il est intéressant de noter que la cantina, aujourd’hui présentée comme un lieu de réunion typiquement mexicain, est généralement tenue par des Européens durant le Porfiriat, et fait alors partie intégrante du mode de vie européanisé plébiscité par la haute société de Guadalajara.

45 Le « Vino de Quina de C. Bernard » fait par exemple l’objet d’un grand nombre d’annonces en 1877 : J.P., 18 mars 1877, n° 480, p. 4.

46 J.P., 10 avril 1890, n° 2157, p. 4.

47 J.P., 9 mai 1878, n° 599, p. 4.

48 J.P., s.d. [1901], p. 3.

49 J.P., 13 novembre 1881, n° 965, p. 4.

50 J.P., s.d. [1890], p. 4.

51 J.P., s.d. [1898], p. 3.

52 J.P., s.d. [1901], p. 2.

53 J.P., 23 novembre 1886, n° 1489, p. 2.

54 J.P., 4 mars 1877, n° 476, p. 4, « Tratamiento de la fiebre tifoidea » : lors d’une session de la « Société française pour l’avancée des Sciences », un médecin a exposé un traitement possible de la fièvre typhoïde, dont le Juan Panadero donne ici un compte rendu.

55 J.P., 26 décembre 1886, n° 1496, p. 3.

56 J.P., 8 mai 1904, n° 3750, p. 4.

57 J.P., 20 octobre 1897, n° 2999, p. 3.

58 La Pastelería francesa de Remigio Lions fait, par exemple, parfois la publicité de son établissement sous le slogan « Esmerado en la limpieza y eficacia ! » : J.-P., s.d. [1885], p. 3.

59 J.P., 15 mai 1904, n° 3781, p. 2, « Plumadas dominicales ».

60 La Gaceta Jalisciense, 28 mai 1886, n° 195.

61 À la tête du Jalisco de 1904 à 1911.

62 J.P., s.d. [1884], p. 4.

63 J.P., 28 octobre 1888, n° 1978, p. 4.

64 J.P., 5 septembre 1880, n° 841, p. 3.

65 « Orden y progreso », fameux adage positiviste repris par le régime porfirien.

66 J.P., 1er janvier 1880, n° 771, p. 4, « A la Ciudad de Paris ».

67 J.P., s.d. [1884], p. 4.

68 J.P., s.d. [1904], p. 4.

69 J.P., 17 mai 1888, n° 1662, p. 4.

70 J.P., s.d. [1904], p. 3.

71 J.P., s.d. [1887], p. 4.

72 J.P., 18 mars 1877, n° 480, p. 4.

73 J.P., 15 avril 1886, n° 1424, p. 3.

74 La Gaceta Jalisciense, section « Avisos », 26 avril 1886, n° 190.

75 J.P., 11 octobre 1885, n° 1371, p. 3.

76 J.P., 15 avril 1886, n° 1424, p. 3.

77 J.P., s.d. [1898].

78 Le journal local La Conciencia Pública critique ainsi l’instauration de cette mesure dans la ville de Tepic, actuelle capitale de l’État du Nayarit : La Conciencia Pública, section « Gacetilla », 23 mai 1880, n° 5.

79 J.P., s.d. [1901].

80 J.P., 6 mai 1888, n° 1659, p. 3.

81 On peut citer par exemple cet article annonçant la venue de Sarah Bernhardt au Mexique, publié dans El Occidental, section « Gacetilla », 17 juillet 1886, n° 16.

82 J.P., s.d. [1904], n° 3757, p. 3.

83 J.P., 15 juillet 1888, n° 1679, p. 2.

84 J.P., 12 janvier 1882, n° 982, p. 2.

85 J.P., 13 août 1885, n° 1354, p. 3.

86 J.P., 23 janvier 1890, n° 2135, p. 1.

87 J.P., s.d. [1899].

88 J.P., 24 avril 1904, n° 3757, p. 3.

89 J.P., s.d. [1904].

90 El Occidental, section « Gacetilla », s.d. [1886], « La ópera ».

91 ϑ.−P., s.d. [1905] « Vendrá Luisa Tetrazzini ».

92 J.P., s.d. [1904], numéro 3757, p. 3, « La Compañía francesa de ópera y operata ».

93 J.P., 27 janvier 1878, n° 570, p. 4, « La hija de Mme Angot ».

94 J.P., 15 janvier 1880, n° 775, p. 3.

95 J.P., 5 février 1880, n° 781, p. 3.

96 J.P., 29 juillet 1877, n° 518, p. 3.

97 J.P., 4 octobre 1888, n° 1972, p. 3, « Zarzuela ».

98 J.P., 12 mai 1889, n° 2026, p. 3, « Ojalá ! »

99 J.P., 18 juillet 1889, n° 2045, p. 2, « La Compañía italiana ».

100 Leopoldo Orendain, op. cit., p. 308-309.

101 J.P., 3 mai 1877, n° 493, p. 4.

102 J.P., 31 mai 1877, n° 501, p. 2.

103 Leopoldo Orendain, op. cit., p. 305.

104 J.P., 24 avril 1904, n° 3748, p. 3.

105 J.P., s.d. [1901], p. 1.

106 J.P., 12 mai 1889, n° 2026, p. 3.

107 J.P., s.d. [1890], « Opera ».

108 J.P., s.d. [1885], p. 3.

109 On peut citer par exemple cet article publié en juin 1904 et dans lequel le critique théâtral Figaro exprime son désaccord avec l’une de ses collègues, Carmen H. Maldonado ayant critiqué les acteurs de la compagnie française d’opérette alors en représentation à Guadalajara : J.-P., s.d. [1904], n° 3757, p. 3, « La compañía francesa de ópera y opereta ».

Table des illustrations

Titre « Avisos » et chroniques théâtrales
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/219/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 65k
Titre Les portales de Guadalajara (xixe siècle)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/219/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 66k
Titre Ferretería « La Palma », Guadalajara (début du xxe siècle)
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/219/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Titre Alimentation et alcools
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/219/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Chroniques théâtrales
URL http://books.openedition.org/iheal/docannexe/image/219/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 56k

© Éditions de l’IHEAL, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540